F-Zero X (N64)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : novembre 1998
Développeur : Nintendo
Editeur : Nintendo
Genre : courses

Support : cartouche de 128Mb (16Mo)
Version testée : Américaine
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : 4 joueurs en splitté
Abréviation : F0-X
Score des ventes : 1.1 Millions





Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

F-Zero X








Il faut le
Cet épisode rattrape toutes les bévues de son prédécesseur en étant plus fun, plus rapide et jouable à 4
reconnaître, même si F-Zero a mis une grosse gifle à tout le monde lors de sa sortie sur Super Nintendo, il n'était pas un super jeu de courses, notamment à cause d'un design tout plat, d'une sale difficulté et surtout de l'absence d'un mode 2 joueurs. 7 ans après, loin du line-up de la N64, F-Zero fait un retour inopiné et va cette fois mettre tout le monde d'accord. S'il n'y a pas d'intro, ce coup-ci on a par contre un gros contenu. Petite parenthèse tout de même, le menu d'options est franchement avare et ne propose aucune configuration des touches. C'est un peu dommage car le jeu impose une configuration prédéfinie qui n'est pas au goût de tous. J'aurai apprécié de pouvoir assigner les touches à ma convenance et surtout de jouer à la croix numérique (et oui, on est obligé de jouer avec le pad de travers à cause du stick). Hormis cette petite critique, cette fois il n'y aura presque rien à redire sur le jeu. Première bonne nouvelle, F-Zero X propose un mode multi-joueurs praticable jusqu'à 4 en splitté. Une bien bonne chose qui rattrape la précédente lacune. Ensuite, on a pas moins de 5 modes de jeu : multi-joueurs donc, time attack, death race (le dernier en lice gagne la course), practice et grand prix. Le Grand Prix se compose en 3 ligues de 6 courses chacune (soit un total de 18 pistes) et d'un système de points, un peu comme en F1. Ainsi on n'est pas toujours obligé d'arriver premier, c'est le total des points qui fait qu'on gagne la ligue, ou pas. En plus des 3 niveaux de difficulté, les 3 ligues représentent elles aussi un accroissement de la difficulté. Au départ, on dispose de 6 appareils ayant chacun leurs caractéristiques propres. Le jeu est un peu moins difficile que son prédécesseur mais reste quand même assez élitiste. Mais si vous arrivez à finir les ligues, du contenu se débloquera en la présence d'une nouvelle difficulté, de 2 nouvelles ligues mais aussi de 24 autres modules de courses, portant le total à 30 (beaucoup sont identiques et aucun n'est vraiment avantagé par rapport à un autre, il faut donc choisir selon sa conduite). On choisit donc son appareil selon 3 caractéristiques (tenue de route, puissance du boost et blindage) et on pourra pour chacun, privilégier la puissance de l'accélération ou la vitesse de pointe. Bien sûr le gameplay reste à peu près à l'identique à savoir qu'il n'y a pas de frein mais plutôt des aérofreins qui permettent de faciliter les virages en épingle, un bouclier à surveiller de près (et à recharger si besoin) et bien sûr le fameux boost, qui n'est disponible qu'après le premier tour.


Sur la piste,
On a une bande-son du tonnerre
on retrouve 29 autres concurrents enragés qui se livrent une véritable guerre (même entre eux), des zones de rechargement pour le bouclier et bien sûr des dalles accélératrices, comme on avait pu le voir dans F-Zero. Si le jeu est moins ardu, c'est aussi parce que les pistes sont plus larges (une très bonne chose) et que les collisions sont moins pénalisantes. Ainsi après un choc avec un concurrent ou un frotti-frotta avec le bas-côté, on est à peine ralenti, on met un coup de boost et ça repart. 4 vues sont disponibles, toutes extérieures (dommage) et j'ai trouvé le compteur kilométrique un peu idiot. Imaginez un peu qu'on avance à 980km/h... c'est un peu débile. Même si le jeu speede un max, on n'a quand même pas l'impression d'aller si vite. Malgré tout, c'est vrai que F-Zero X va très vite. Mais là où le jeu de Nintendo assure un maximum, c'est qu'il va plus loin qu'un WipEout. Il est vrai qu'on n'a pas d'armes mais les tracés ne sont pas avares en sensations. Finis les pistes désespérément plates, désormais on a du volume et des tracés à sensations fortes. Avec des pistes torsées, la possibilité de tourner sur 360° sur ou dans un tube façon Rollcage, faire des sauts vertigineux (avec dosage de l'inclinaison) ou des loopings, F-Zero X va plus loin que le jeu de Psygnosis. Les tracés sont donc hyper originaux et le résultat est là : on s'éclate à fond ! Techniquement, le titre impose le parti-pris de la vitesse sur les graphismes. Ainsi on trouvera que visuellement c'est peu détaillé, que les décors environnants sont vides, que certaines textures sont tardives mais c'est un choix afin d'avoir un scrolling hyper fluide et rapide. Et puis de toute façon, dans le feu de la course, on y prête plus attention. Pour la partie son, attention les oreilles ! Prenant à contre-sens les WipEout et Extreme-G avec leur Electro, Nintendo nous sort le grand jeu avec du bon gros Rock comme on aime, parfaitement instrumenté et rythmé, qui se paye le luxe de reprendre quelques thèmes bien connus de son prédécesseur. Une bonne surprise de ce côté. Evidemment comme on est sur N64, les voix digits se comptent sur les doigts d'une main et je regrette aussi que les bruitages de nos "aspirateurs volants" soient si bruyants (on ne peut pas régler les volumes dans les options) car ça couvre un peu une plage musicale excellente. Et bien voilà, on a fait le tour du propriétaire.



F-Zero X Note
rattrape allégrement le retard de contenu de son prédécesseur. Il fait entrer la licence comme véritable concurrent des jeux de courses futuristes comme Extreme-G ou WipEout. A ce propos, j'ai été très surpris de voir que Nintendo à laisser libre court à sa folie en matière de tracés, là où Psygnosis, malgré des jeux fantastiques, est toujours resté un peu frileux. Ainsi F-Zero X va vous offrir de bonned sensations et de la vitesse, le tout boosté par une bande-son de très bonne qualité et l'envi de débloquer tout le contenu disponible. En clair, nous sommes en présence d'un des meilleurs jeux de courses de la console.



A savoir : cliquez pour ouvrir


Test réalisé par iiYama

mars 2009