Wonder Boy Dragon's Trap (PS4/XBO/PC/SWITCH) -- GRAVITORBOX

 





Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :


Sorties du jeu : avril 2017 (PS4 - Switch - One) / juin 2017 (PC)
Développeur : Lizardcube
Editeur : DotEmu
Genre : aventure

Version testée : internationnale
Doublage : -
Textes à l'écran : FR

Support : 1 Blu-Ray ou en téléchargement sur PSN (PS4) / en téléchargement sur XLA (XBO) / en téléchargement sur Steam et GOG (PC) / cartouche ou en téléchargement sur eShop (Switch)
Version logicielle : 1.02.16
Installation principale : 950Mo (PS4) / 1.1Go (XBO) / 970Mo (PC) / 890Mo (Switch)
Performances tous supports : 1080p en 60fps
Optimisation PS4 Pro / Xbox One X : non
Compatible 3D (consoles) : non
Compatible VR : non

Difficulté :
Temps de jeu : 4 heures pour l'aventure principale / 6 heures minimum pour le compléter à 100%
Compatible PS Move (PS4) : non
Compatible Kinect (XBO) : non
Remote Play PS4/Vita : non
Multi-joueurs : non

Abréviation : Wonder Boy III
Titres alternatifs : Wonder Boy III : The Dragon's Trap / Dragon's Curse / Dragon's Curse : The Dragon's Trap
Prix au lancement : 20€ en démat' / 40€ en version boite (PS4 et Switch uniquement)


Configuration minimale (PC) :
CPU : Mono Core 2.6Ghz
RAM : 4Go
VIDEO : chipset graphique intégré type Intel HD Graphics 4000

Configuration de test (PC) :
CPU : Intel Core2Quad Q9650 (Quad-Cores à 3Ghz)
RAM : 8Go (DDR2 - Dual Channel à 800Mhz)
VIDEO : GeForce GTX 1050 Ti (4Go de VRam)
OS : Windows 7 (SP1 - 64bits)
Résolution testée : 1680x1050 (16:10)
Niveau de détails : max


Aussi disponible sur :







Les sites partenaires :












______________________________


Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)


Wonder Boy

The Dragon's Trap




Tout le monde
Lizardcube est un petit studio parisien et pourtant, le remaster de ce titre culte qu'est Wonder Boy III, est irréprochable !
connait The Legend of Zelda, cette formidable série qui, à chaque nouvel épisode, fait vendre des consoles Nintendo. Et bien à la belle époque des guéguerres entre Nintendo et SEGA, du côté de l'équipe à Sonic on avait les Wonder Boy. Certes la saga a commencé doucement, avec en 1986 un titre Arcade à l'intérêt somme toute limité (sans doute vous le connaissez mieux le jeu sous le nom de Adventure Island, développé par Hudson Soft et non par SEGA). Cependant, dès Wonder Boy II (toujours sur Arcade, aussi connu sous le nom de Wonder Boy in Monster Land - sorti en 1987) la série prend des airs de jeu d'aventure qui lui sied parfaitement. Certes le format Arcade oblige certaines limitations (timer obligatoire, aventure courte, difficulté élevée...) mais on sent déjà qu'en donnant le développement de cet opus à Westone, SEGA a eu le bon nez. En 1988, encore une fois sur Arcade, sort Wonder Boy III : Monster Lair, un jeu de plate-formes / action / shoot-them-up qui reprend le concept du premier opus et qui fut ensuite adapté sur Mega Drive et PC-Engine. Cet épisode fut également développé par Westone, mais le studio avait d'autres ambitions : créer un véritable jeu d'aventure, ce qu'ils feront en sortant en 1989 sur Master System, le plus grand jeu d'aventure de la console, j'ai nommé Wonder Boy III : The Dragon's Trap. En se concentrant cette fois sur un jeu console (et non plus sur Arcade), Westone a enfin pu laisser libre cours à ses envies de jeu d'aventure... et quel jeu ! C'est cet épisode qui a été remasterisé en 2017, mais avant ça il fut d'abord modifié et sorti sur PC-Engine en 1991, sous le nom de Dragon's Curse. Etrangement ça fait bel et bien 2 épisodes de suite qui portent le nom de Wonder Boy III (même si le sous-titre est différent), c'est pourquoi l'épisode suivant a (peut-être) sauté une étape, puisque le grand Wonder Boy in Monster World est aussi appelé Wonder Boy V (le saut de la numération s'explique alors). Cet épisode, développé pour la Mega Drive et sorti en 1991, est clairement l'un des grands titres de la 16-bits de SEGA, au même rang que Zelda III l'est pour la Super Nintendo. Wonder Boy V est également sorti sur PC-Engine en 1994 sous le nom de Dynastic Hero. Dernier opus, Wonder Boy VI (aussi connu sous le nom de Monster World IV) est sorti sur une Mega Drive en fin de vie et même s'il n'égale pas le 5e opus, il reste un excellent jeu.






SEGA c'est plus fainéant que toi !


Maintenant
Pourquoi SEGA n'a pas édité lui-même le jeu, en proposant entre autre une version boite non limitée ?
que nous avons fait, succinctement, le tour de la série, il faut savoir qu'un tout petit studio parisien du nom de Lizardcube, a commencé doucement à développer un remake/remaster du 3e véritable opus de la saga, j'ai nommé l'excellent Dragon's Trap. Car il faut bien comprendre que si d'autres épisodes sont bons, il faut reconnaitre que les épisodes 3 (Dragon's Trap) et 5 (in Monster World) sont clairement les meilleurs opus sortis et qu'en matière de jeu d'aventure, ils sont aussi inimitables que techniquement très aboutis pour leurs supports respectifs. Ce remake a commencé à être développé en 2013 sous l'impulsion d'Omar Cornut (programmeur qui a déjà travaillé sur Pixeljunk Shooter) et Ben Fiquet (designeur) qui par rétro-ingénierie du jeu original sur Master System, ont commencés à améliorer l'aspect technique du titre. Au final, le jeu est officiellement annoncé en juin 2016, pour une sortie définitive sur les consoles du moment en avril 2017 (un peu plus tard sur les autres supports, dont le PC). Edité par DotEmu, société française spécialisée dans la sortie de classiques rétro sur les nouvelles plates-formes, une question se pose immédiatement : la licence appartenant à SEGA, Lizardcube ayant obtenu officiellement le droit de l'exploiter (sinon, comme bien des développements amateurs, l'éditeur aurait tout stoppé en cours de route), pourquoi le jeu est édité par un petit prestataire (malgré tout le bien que je pense d'eux) au lieu de SEGA lui-même ? SEGA étant un développeur et un éditeur relativement reconnu, pourquoi n'ont-ils pas pris ce modeste studio sous leur aile, sachant l'énorme travail qui a été réalisé sur leur jeu ? De même, bien que vendu à un prix plus-ou-moins honnête (20€), le jeu n'est (plus ou moins) disponible qu'en dématérialisé, ce qui représente sans doute moins de risque pour son éditeur. Il est vrai que ce type de productions profitent pleinement de ce format, maintenant soyons clairs, à mes yeux rien ne vaudra une bonne vieille version boite (oui je suis un vieux gamer anti-évolutionniste qui aime sa ludothèque pleine de boites que je contemple souvent... allez contempler une liste de jeux démat' pour voir !). Ceci dit il existe une version boite, pour Switch et PS4, pressée par Just For Games, vendu 40€ et en quantité très limitée. Résultat, malgré son aspect collector, tous les exemplaires ont été vendus en quelques heures à peine et aujourd'hui, ce collector coute une fortune selon la rude politique que ce qui est rare, est cher ! Donc fan ou pas de la série, si vous voulez y jouer sur consoles ou PC (Steam ou GoG), ce sera presque à coup sûr en dématérialisé...




Seules les versions PS4 et Switch existent en version boite... mais elles restent rares



Wonder Girl ou Wonder Boy ?


Wonder Boy : The Dragon's Trap
Vous pouvez ressortir vos guides de l'époque et vos anciens passwords... cette version n'est pas un remake mais bien un remaster HD donc tout est à l'identique
version 2017 (qui a perdu son "III" au passage) reprend exactement le code du jeu d'origine (qui date de 1989 comme nous l'avons vu), à tel point que de l'aveu même des développeurs, on pourrait penser que sur le jeu d'origine (qui est parfaitement émulé) Lizardcube n'a fait que surimplanter une skin HD. En un sens, c'est un peu vrai mais c'est aussi un peu réducteur et à bien y regarder, cette remasterisation ne se contente pas que d'une refonte graphique. Maintenant soyons clairs, à l'image de bien des jeux qui utilisent le "swap" (d'une touche on alterne graphismes d'origine à graphismes modernes - on peut citer Halo : Combat Evolved Anniversary ou encore R-TYPE Dimensions) n'espérerez pas de profonds changements dans le gameplay ou de la prise en mains qui, et uniquement sur ces sujets-là, restent strictement identiques à l'œuvre d'origine... pour le meilleur comme pour le pire. Mais avant d'en arriver à parler de gameplay et de jouabilité, il faut savoir que le jeu réclame un espace disque assez contenu, allant d'un peu moins de 900Mo pour la version Switch, à 1,1Go sur Xbox One. Ce n'est pas énorme, bien des patches correctifs pour les jeux actuels sont outrageusement plus volumineux (à titre d'exemple, la mise à jour 2.0 de Shadow of the Tomb Raider a pesé pas moins de 28Go !! et on parle bien là d'une mise à jour, pas d'une installation). Une fois installé, le jeu nous offre un joli menu d'options où on peut faire plusieurs réglages, comme choisir entre un visuel retro d'origine ou contemporain, idem pour les musiques et les bruitages. On peut régler les volumes audio, nous avons un petit "how to play" (une sorte de notice rapide), 3 sauvegardes et même 3 niveaux de difficulté qui à l'origine, n'existaient pas. A noter que les développeurs ont quand même fournis des passwords pour ceux à qui ça manquerait, et plus fort encore, les anciens codes fonctionnent toujours ! Imaginez qu'au fond d'un carton vous retrouvez les codes que vous avez noté lorsqu'enfant vous y jouez sur Master System, et bien vous pourrez les utiliser à nouveau ! Grand prince ! Le menu nous offre aussi une très jolie galerie d'artworks et ô surprise, la possibilité de changer son jeu en... Wonder Girl ! En effet, féminisation à outrance de notre beau médium oblige, Lizardcube nous propose de jouer une aventurière, ce que je trouve malgré tout très sympa mais ne changera strictement au jeu, son habilité étant strictement identique à celle du garçon.




Les développeurs ont ajoutés quelques rares scénettes et une galerie d'artworks à débloquer



Pas difficile... mais pas si facile


Pour parler un peu
Le choix de la difficulté n'influe que peu sur le jeu, qui distille toujours quelques passages assez ardus. Le mode "easy" n'en est finalement pas vraiment un, même s'il reste tout à fait abordable
plus longuement de la version PC, je ne comprendrai jamais pourquoi la plupart des jeux installent plusieurs fois un même programme (comme ici, j'ai eu droit à 4 versions différentes de Visual C++ alors que j'en suis sûr, le jeu ne se sert que d'une version à la fois). Bien qu'optimisé pour les pads Xbox 360, Xbox One, PS4 et Steam Controller, Dragon's Trap reste parfaitement compatible avec les pads classiques. De mon côté, j'ai joué avec la manette de ma PlayStation Classic (qui est parfaitement reconnue par Windows), histoire de jouer en 100% numérique (pas avec un stick analogique), d'autant plus que le jeu permet de configurer chaque touche. Tout ça est très bien, et avant d'attaquer la décortication du jeu en lui-même, je tiens à parler de la difficulté. Alors certes on a 3 niveaux de difficulté mais déjà en "facile" il n'est pas forcément aisé d'arriver au bout de l'aventure. Beaucoup diront que cette aventure est simple, que ce sont les casus qui souffrent à le finir et pourtant, que ce soit le jeu d'origine ou cette nouvelle édition, je peux vous dire que malgré sa durée de vie, ce n'est pas si simple. Ok, le jeu n'est pas hardcore, avec un minimum de dextérité et surtout de patience, il est tout à fait possible d'avancer mais vous buterez forcément à un moment donné, soit en tournant en rond à ne pas savoir où aller et quoi faire, soit en vous faisant pourrir par l'un des boss (qui ont tendance à être super agressifs). L'une des raisons de cette difficulté (qui n'est pas insurmontable, je tiens à le redire) c'est qu'on perd tout contrôle sur notre personnage lorsqu'il se fait toucher. Ce n'est parfois rien, par contre il arrive que ça cause une mauvaise chute et pour en revenir à eux, les boss venant toujours au contact, il arrive qu'on perde littéralement le contrôle de son personnage pendant de longues et successives secondes. La question qui se pose alors c'est : pourquoi ? Pourquoi avoir modernisé l'entièreté du jeu, sans avoir corriger ce qui paraissait comme une évidence ? On peut comprendre et pardonner ces travers de jouabilité à la version Master System, cette modeste console 8-bits qui nous aura ravie avant que la Mega Drive ne vienne la remplacer. Maintenant il faut reconnaitre que cette prise en mains sans concession et sans fioriture, passe beaucoup moins bien aujourd'hui. J'aurai vraiment apprécié d'avoir une option qui me propose la jouabilité d'antan et une autre, retravaillée, qui arrondie les angles sur certaines facettes de la prise en mains.






Plus un remaster technique qu'un véritable remake


Pour revenir
Je le redis : ce n'est pas un remake ! Donc les qualités du jeu d'origine sont toujours présentes... et ça vaut aussi pour les défauts
une seconde à la version PC, sachez que malgré ses somptueux graphismes, le jeu est accessible au plus grand nombre puisqu'il ne demande pas un hardware surpuissant. Jetez un œil à la configuration recommandée qui permet de jouer en 1080p / 60fps, et vous verrez que c'est loin d'être du gros matos. Enfin le rapport prix/durée de vie peut sembler faible pour certain(e)s. En effet, l'aventure principale dure en moyenne 4 heures (beaucoup plus si vous tournez en rond sans savoir où aller... mais en général, de nos jours lorsqu'on est bloqué, on a vite fait d'aller sur Internet trouver une soluce) et pour finir le jeu à 100% (en trouvant la rarissime épée gauloise et les non-moins rares charmstones qui sont cachées dans les niveaux les plus secrets et les plus difficiles du jeu), la durée de vie s'allonge à 6 bonnes heures minimum. Maintenant il faut le reconnaitre, depuis la sortie de la 8e génération de consoles, les jeux dématérialisés sont devenus chers (rappelez-vous qu'à l'époque de la Xbox 360 et de la PS3, le prix max était de 15€) et 20€ pour 4 heures de jeu, c'est pas donné. Maintenant, il faut aussi voir l'autre versant de la pièce, en se disant que le développement a été très long et que le résultat final est à la hauteur des attentes les plus folles... Wonder Boy : The Dragon's Trap offre une aventure sans commune mesure. Il faut bien comprendre qu'à sa sortie en 1989, il a porté aux nues une Master System exploitée à 100% de ses capacités, avec des graphismes colorés, détaillés, un framerate indécrottable et une bande-son magnifique. Notre version 2017 est plus un remaster technique, qu'un véritable remake. La différence est subtile mais il faut bien comprendre que ce remaster propose une aventure identique au pixel près à celle d'origine, à tel point que les passwords sont exactement les mêmes, là où un remake aurait modifié le level design et le gameplay, pour offrir quelque chose remis au gout du jour.



Les graphismes, un véritable travail d'artiste


Ainsi on retrouve
Le travail sur les graphismes est admirable : c'est vraiment magnifique !!
cette très sympathique histoire d'un chevalier "humain" venu combattre l'infâme Mecha Dragon, mais ce dernier une fois vaincu lui lance un sort, qui le transformera alors en "lizard-man" (et non en dragon cracheur de feu... même s'il ressemble plus à un dragon qu'à un lézard). De là, la véritable aventure commence et chaque boss engendrera une nouvelle transformation : l'homme-souris capable de marcher sur les blocs en damier, l'homme-piranha capable de nager sous l'eau (les autres tombant au fond de l'eau telle une pierre), l'homme-lion est le seul à manier son épée selon un arc de cercle et enfin l'homme-faucon, le seul capable de voler, tout ça pour redevenir (définitivement) un être humain (Hu-Man ou Hu-Girl selon votre choix). Entre temps, à moins de connaitre le jeu par cœur, il faudra bien fouiller chaque lieu, découvrir chaque zone cachée, ramasser un max d'argent afin d'obtenir le meilleur équipement possible, en vue de se faciliter (un peu) la progression. A cette progression et son léger aspect RPG, s'ajoutent les pouvoirs spéciaux (boomerang, éclair, boule de feu, flèche et tornade) qui rendent bien service par moment, en nous aidant à éliminer plus facilement/rapidement certains ennemis (ils sont par contre assez inefficaces contre les boss). Dans tout ça, Lizardcube (dont le nom du studio est sans doute inspiré par la première forme de notre héros : le "lizard-man") a eu la bonne idée d'étoffer la mise en scène, la narration, avec l'ajout de quelques cinématiques ayant un design crayonné très sympa. Certes les cinématiques sont peu nombreuses et typiques des jeux dématérialisés, mais en attendant, elles sont une belle plus-value par rapport à la version d'origine. L'autre bonne idée des développeurs parisiens, c'est qu'avec 2 touches (L2 et R2 avec un pad PlayStation) on peut switcher à la volée entre le jeu Master System et la version remasterisée, et pas seulement les graphismes, la bande-son aussi ! Il est donc naturel pour qui ne connait pas la version de 1989, de switcher régulièrement afin de comparer l'énorme évolution technique qu'il y a entre les 2 versions. Car plus qu'un simple "skin" qu'on aurait simplement poser sur le jeu Master System (même si dans les faits c'est un peu ça), les développeurs ont littéralement réinventé l'ambiance de ce 3e opus. Les graphismes sont tout bonnement magnifiques, les décors sont splendides, très détaillés, avec en plus des couleurs fines et chatoyantes. Très loin de la masse de jeux en "pixel art" qui envahissent nos portails de téléchargement (surtout Steam), The Dragon's Trap a nécessité un véritable travail d'artiste tant les décors sont sublimes ! Bien entendu, tout en respectant le design originel, les ennemis ont bien entendu été re-designé, ils ont le même comportement qu'autrefois, tout en étant précisément placés au même endroit. Et pour ne rien gâcher, sachez que les animations sont d'une fluidité exemplaire (merci le 60 fps), conférant à l'ensemble un aspect dessin-animé aussi agréable et techniquement étincelant, que séduisant.




D'une simple touche on peut switcher entre graphismes et audio retro / HD



Une maestria musicale !


Alors bien sûr,
La bande-son n'est pas en reste ! Elle reprend avec brio les thèmes d'origine, en apportant la modernisation et la qualité nécessaire pour soutenir le nouvel habillage HD
certain(e)s pourraient me rétorquer que ça reste un jeu en 2D, et qu'au final la trilogie des Trine fait au moins aussi bien. En un sens c'est pas faux, maintenant pour apprécier au mieux cette magnifique remasterisation graphique, le mieux est encore d'avoir connu Wonder Boy III à la belle époque des consoles 8-bits et d'y rejouer avec un plaisir inexplicable et complice, afin d'apprécier à sa juste valeur cette remise à niveau aussi artistique que parfaitement mise en place, avec un souci du détail assez ahurissant (comme ces arbres qui font naturellement de l'ombre sur notre personnage et les ennemis qui passent dessous, ou encore cette lente distorsion de l'image lorsqu'on est sous l'eau). Si comme à l'origine le jeu ne possède aucun doublage, l'un des avantages que ce soit un studio français qui soit derrière la production, c'est que les textes sont finement écrits. Dans un français impeccable, Lizardcube a également eu le bon gout d'y adjoindre quelques notes d'humour aussi subtiles que bien placées. A l'origine composée par Shinichi Sakamoto, la bande-son de Wonder Boy III est l'une des plus belles de la Master System. A l'image des graphismes, le développeur parisien se devait de dépoussiérer cette partie importante du jeu, tout en conservant les mélodies et les inspirations d'origine. Et c'est exactement ce qu'a fait Michael Geyre, en recomposant et en modernisant cette somptueuse bande-son qui nous ait resté en tête de longues années durant. Evidemment le "chip-tune" a disparu au profit de compositions plus orchestrales, avec bien entendu les inspirations des lieux visités (caraïbes pour la plage, Moyen-Orient pour le désert, le Japon, les temples...) tout en conservant les mélodies d'antan. Si bien sûr certains trouveront cette bande-son trop orchestrale, dites-vous une chose : vu comment les graphismes ont été transformés (limite transfigurés !), il est bien normal que les musiques aient suivi le mouvement. Surtout qu'on ne parle pas là d'une simple mise à niveau mais bien d'une ré-imagination de chaque piste, avec une fois encore un réel souci dans chaque détail acoustique : le bruit du vent, les crépitements de la lave, les clip-clip des pinces des crabes, le remous délicat des vagues... Car oui, les bruitages ont été tout naturellement modernisés, afin de les rendre plus dynamiques et un poil plus réalistes aussi. Sachant qu'on peut également switcher (à la volée) les musiques, il est une fois encore agréable de swaper de l'ancienne bande-son à la nouvelle, ou même de jouer avec les anciens graphismes sur les nouvelles musiques ou inversement, les graphismes HD sur les musiques Master System (notez que les options permettent de garder les nouvelles musiques mais de converser au vouloir les anciens bruitages). Au final, chacun fait comme il veut...



Wonder Boy : Note
The Dragon's Trap (avec ou sans sont "III") est un jeu magique : il l'était à sa sortie en 1989 sur Master System, il l'était au moins autant en 1991 à sa sortie sur PC-Engine, et il l'est toujours dans cette version hautement remasterisée datant de 2017. Car oui, on parle bien ici d'une remasterisation technique, aussi poussée soit-elle, et non d'un remake. Le remake change certaines facettes d'un jeu, améliore son gameplay, apporte parfois de nouveaux niveaux... Ce n'est pas le cas ici puisque les niveaux sont 100% identiques, tous comme les boss, les énigmes et chaque élément du décor qui se retrouve à sa place d'origine. En un sens c'est une excellente chose car ainsi on peut switcher les graphismes entre ancienne et nouvelle version (idem pour la bande-son) et on s'aperçoit rapidement qu'au final, le jeu est complètement authentique à l'œuvre originale. Ceci dit, ils auraient pu moderniser le gameplay, rendre le jeu plus jouable, plus accessible (notamment en jouant en "facile" où des petites indications n'auraient pas fait de mal) et surtout, faire en sorte que lorsqu'on est touché, on évite de perdre tout contrôle sur son personnage, ce qui est aussi désagréable que parfois pénalisant. Je suppose que dans un souci d'authenticité, Lizardcube n'a pas voulu changer quoique ce soit (car les moyens techniques et les idées, ils les avaient !), sous peine de trahir le matériau d'origine. Maintenant j'aurai grandement apprécié qu'un menu d'options me propose de choisir entre l'ancien et le nouveau gameplay, exactement à l'image du switch graphismes/audio qu'on nous propose déjà.

Cependant je le redis, malgré quelques rares défauts (notamment des pics de difficulté et un choix de celle-ci qui ne semble pas servir à grand-chose) et en reprenant au pixel près le grand hit de la Master System, le studio parisien de Lizardcube fait mouche et remet au gout du jour l'un des plus grands jeux d'aventure de l'aire 8-bits. Les graphismes sont absolument somptueux, la bande-son est phénoménale, le niveau de détails graphiques et acoustiques est vraiment très élevé, les animations sont d'une fluidité exemplaire, les textes sont emplis d'un humour subtil et bien placé, et le fait de pouvoir jouer avec les graphismes et musiques modernes ou leurs modèles d'origine datant de presque 30 ans en arrière (dont la possibilité de faire entièrement le jeu comme si on jouait sur Master System), au final seul le prix (20€) pour une durée de vie nominale assez courte (environ 4 heures) et un format de vente essentiellement en dématérialisé, peuvent freiner votre achat... ce qui serait selon moi, une grave erreur. The Dragon's Trap version 2017 est une ode à la grande époque de SEGA et Westone, et j'espère sincèrement qu'un jour, Lizardcube s'attaque aux Wonder Boy V et VI (voire même l'épisode II, pourquoi pas) afin de parfaire et de remettre à jour ces grands titres de l'âge d'or du jeu vidéo.



Les -

  • Quelques passages assez ardus, rendant le mode "facile" pas si abordable que ça
  • Un peu court... exactement comme le jeu d'origine
  • Lorsqu'on se fait toucher, on perd tout contrôle !
  • Aucune amélioration de la jouabilité


  • Les +

  • Les touches d'humour sont subtiles, bien écrites et les textes sont précis, sans faute
  • Le switch audio et vidéo entre la version 2017 et la version d'origine de 1989
  • La remasterisation audio est impeccable, les musiques étant superbes
  • La qualité des animations, le souci du moindre détail
  • Parfaitement optimisé, quelque soit le support
  • The Dragon's Trap, cette aventure mythique !
  • Quelques petites cinématiques en plus
  • Graphismes absolument magnifiques !


  • Test réalisé par iiYama

    janvier 2021