Wolfenstein : The Old Blood (PS4/XBO/PC)

 





Cliquez pour agrandir

   


Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : mai 2015
Développeur : MachineGames
Editeur : Bethesda Softworks
Genre : FPS

Version testée : Française
Version logicielle : 1.0
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Support : Blu-Ray (PS4/XBO) / DVD (PC) / en téléchargement sur PSN, XLA et Steam
Espace disque nécessaire : 39Go (PS4) / 37Go (XBO) / 38Go (PC)
Moteur graphique : id Tech 5
Définitions HD max (consoles) : 1080p
Compatible 3D (consoles) : non

Difficulté :
Compatible Move (PS4) : non
Compatible Kinect (XBO) : non
Remote Play PS4/Vita : oui
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 20€ (version dématérialisée) / 30€ (version disque)


Configuration recommandée (PC) :
CPU : Quad Core 2.6Ghz
RAM : 4Go
VIDEO : avec 2Go de VRAM (type GeForce GTX 660 / Radeon R9 280)


Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)


Wolfenstein

The Old Blood



Sorti en
L'histoire est mise au second plan au profit de l'action... Une erreur que n'a pas commis son prédécesseur et qui rend cette préquelle forcément moins attrayante
mai 2014, Wolfenstein : The New Order fut pour moi une très belle surprise. Développé par le tout jeune studio de MachineGames (un studio créé par d'anciens de Starbreeze), et sorti sur (presque) tous les supports actuels, j'ai apprécié son histoire (dont la romance est touchante sans tomber dans les travers "senteur lavande" des productions Hollywoodiennes), son gameplay alternant infiltration et action brute, ainsi que son ambiance relativement originale (surtout à notre époque où bien des jeux semblent tous sortir du même moule). Ainsi en mars 2015 et suite à ce succès (avec plus de 3 Millions de ventes tout de même), lorsque le développeur a annoncé être en plein développement de The Old Blood, qui est à la fois un stand-alone (ce n'est donc pas un simple DLC, pas besoin du jeu original pour y jouer) et une préquelle à la précédente aventure, je fus de suite "hyper". Disponible en téléchargement (sur Steam, XLA et PSN) mais aussi au format boite (moyennant 10€ de plus), The Old Blood n'est cette fois pas disponible sur PS3 et Xbox 360 (sans doute parce que les ventes de The New Order furent décevantes sur ces supports). Après s'être acquitté de plus ou moins 40Go d'espace disque, et en testant le jeu quelques mois après sa sortie, je suis agréablement surpris qu'il soit toujours en version 1.0. Serait-on enfin face à un jeu qu'on a pris le temps de "finir" avant sa sortie ? Si je me souviens bien, il me semble que sur cette 8e génération, il soit bien l'un des premiers… Oui c'est étonnant d'être surpris pour ça, quand à l'époque on trouvait ça "tout à fait normal" que nos jeux soient fignolés avant de sortir mais que voulez-vous, c'est Internet qui a, en partie, fait de nos jeux ce qu'ils sont aujourd'hui (car sans connexion…). Wolfenstein : The Old Blood se déroule dans un univers alternatif où l'Allemagne Nazi est à 2 doigts de gagner la Seconde Guerre mondiale (ce qui arrivera dans The New Order), et ce, grâce à des technologies très avancées pour son temps. L'histoire se déroule en mars 1946 (soit à peine 4 mois avant le début de The New Order), l'agent B.J. Blazkowicz et Richard Wesley ont pour mission d'infiltrer le château Wolfenstein (un joli retour aux sources) afin d'y obtenir un dossier top secret appartenant au commandant et archéologue Helga Von Schabbs, ce dernier indiquant l'emplacement de l'usine secrète du General Strasse (oui, encore lui !). Pénétrant dans le château déguisés en officiers S.S., Blazkowicz et Wesley échouent à trouver le dossier et sont capturés. Après ce court prologue, il faudra bien entendu s'échapper et continuer tant bien que mal la mission...


A la différence
Le tuyau est la grosse nouveauté de cette préquelle ! Avec lui on réalise tout un tas de trucs plus ou moins barbares, utiles et frustrants par moment (je déteste perdre mes armes !)
du précédent jeu, on dispose désormais d'une mise en scène assez peu travaillée. Les cinématiques sont rares, les cut-scènes proposent des modélisations détaillées mais un peu étranges (comme des poupées de plastique), avec tout de même une sympathique synchro labiale. On a aussi quelques vidéos (basées sur le moteur graphique) qui n'ont rien d'extraordinaires (une cut-scène bien programmée aurait largement suffit) et qui pourtant, plombent largement le volume d'installation. On notera qu'à la différence de The New Order, ici le scénario est peu développé, et l'histoire est loin d'être passionnante, même si on retrouve (agréablement) les mêmes ficelles de narration, comme ces scènes en vue subjectives ou les pensées de Blazkowicz (toujours doublé chez nous par l'excellent et "rocailleux" Patrick Bethune, la voix officielle de Kiefer Sutherland). Mais c'est un fait, si dans la précédente itération l'histoire avait une place de choix et faisait une bonne partie "du charme" du titre, ici la narration a laissé place à l'action et c'est bien dommage. Bien sûr on trouvera toujours des documents à lire mais il est clair que ça ne remplacera jamais une vraie mise en scène et surtout, quelques révélations juteuses, à l'instar de ce final qui nous oppose à des... zombies ! Ok, c'est pas nouveau dans la licence Wolfenstein, ok les zombies sont à la mode depuis quelques temps déjà mais bon sang, dans The Old Blood ils sont terriblement hors de propos ! A l'image du premier Uncharted, on se demande vite ce qu'ils foutent là, d'autant que rien ne justifie leur présence, si ce n'est l'envie des développeurs de nous coller ça comme une grosse mouche à merde morte au milieu de notre soupe ! Et je ne vous parle pas du boss final, je n'ai pas envie de faire exploser ma tension... Evidemment, un stand-alone, comme un DLC d'ailleurs, n'a que très rarement vocation à changer les règles établies. Ainsi on retrouve la même jouabilité et le même gameplay qu'autrefois. Un gameplay qui alterne agréablement l'infiltration à des scènes d'action bien bourrines. Bien entendu, la jouer fine et éliminer ses ennemis en toute discrétion est toujours plus gratifiant, et valorise l'ambiance (ainsi que la durée de vie) cependant on se heurtera une fois de plus à une IA tantôt bête comme un coton-tige, tantôt extralucide en nous détectant de façon absurde. C'est un peu dommage certes, mais après tout, Wolfenstein n'a pas vocation à être un Hitman. On retrouve également la sélection d'armes selon un menu radial (toujours aussi merdique), mais aussi la possibilité d'utiliser 2 pétoires en même temps et quelques nouvelles armes (sniper, tuyaux, fusil à pompe à canon scié... mais rien de transcendant ou de réellement nouveau pour autant).


L'aventure se
Le gameplay a peu changé et nous propose toujours cette agréable alternance d'action brute et d'infiltration... cette dernière étant une nouvelle fois gâchée par une IA mal développée
déroule sur 9 chapitres et dans quelques lieux différents (le château puis le village et enfin les mines). On a tout d'abord un prologue (un peu expédié) et une première partie où tout est fait pour que vous ne conserviez aucune arme. C'est très chiant, frustrant et hautement illogique (si je m'échappe d'une geôle nazi, croyez-moi je ne vais pas laisser la grosse mitrailleuse derrière moi, c'est crétin !). Une fois cette phase passée, ce sera l'orgie ! On aura entre les mains un arsenal complet, alors qu'à l'image de certains titres tout aussi linéaires et orientés solo que celui-ci (citons Half-Life² par exemple) il est plus cohérent qu'on nous délivre les pétoires au fil du jeu. Le nouvel ami de Blazkowicz n'est autre qu'un tuyau, qu'il peut à l'envie, scindé en 2. Avec cet artéfact précieux, on pourra monter certaines parois comme un barbare, briser des caisses, casser un mur, buter des mecs ou forcer une porte (même si encore une fois, l'utilisation scripté de l'objet nous force à lâcher la belle gattling qu'on s'était mis de côté... c'est pénible à la longue :/ ). Malheureusement, les innovations sont vraiment peu nombreuses et les "mêmes ficelles" sont répétées jusqu'à l'ennui. Il est un peu dommage que MachineGames n'ait pas été plus inspiré, notamment en termes de level design et de variation de situations. D'ailleurs vous vous doutez bien que le jeu est toujours aussi linéaire, seules quelques maps restent vaguement ouvertes (celles où il faut descendre les commandants -en furtif si possible- avant de continuer son chemin). De même on aurait apprécié quelques options de jouabilité comme un réglage de la sensibilité et la possibilité d'inverser les gâchettes sur PS4 (heureusement, la console elle-même nous propose un palliatif). Cependant malgré mes reproches, The Old Blood est un peu comme The New Order : il se déguste sur la longueur. Les débuts sont encore une fois fastidieux, pas super motivants, ni bien originaux, et puis ça s'arrange peu à peu : plus le temps passe, plus c'est fun ! D'ailleurs on retrouve avec plaisir ce feeling extra avec les armes. Quel punch ! Quant au contenu, il y a encore une fois énormément de "collectibles" à ramasser (notamment des documents et des lettres à lire) et si le titre ne dispose toujours pas de mode multi-joueurs, se concentrant uniquement sur le solo (et non, pas de coop' non plus), sa durée de vie oscille entre 6 et 8 heures, selon votre façon d'appréhender les niveaux.


Techniquement
Les panoramas tels que celui-ci sont très rares, The Old Blood étant plutôt générique dans son ensemble
le titre tourne, comme son modèle original, sous id Tech 5, le dernier moteur (en date) de Sir Carmack. Malheureusement, une fois encore ce ne sera pas avec ce jeu qu'il nous dévoilera tout son potentiel. En effet, Wolfenstein : The Old Blood est loin d'être un canon de beauté. Il est très en deçà des capacités de nos machines actuelles, et le développeur n'a plus l'excuse de sortir son jeu sur l'ancienne génération, pour prétexter des performances tirées vers le bas. Sans dire que c'est moche, disons juste que le titre fait dans le minimum syndical. Rare sont les panoramas rutilants et on peut même être déçu du design du château de Wolfenstein, qui aurait pu être nettement plus "obscur" et orienté vers l'occulte, comme ce fut le cas dans Return to Castle Wolfenstein (ou même l'opus sorti en 2009 et qui était pas si mal de ce côté-là). Bref, les graphismes sont en dessous des attentes (notamment après les critiques de la précédente itération) et une question se pose : est-ce à cause du développeur ou à cause du moteur ? La question reste entière mais l'id Tech 5 semblait nettement mieux maitrisé par Tango Gameworks dans The Evil Within. Attention tout de même à ne pas se méprendre : The Old Blood reste très correct, il n'est pas moche pour autant. Disons juste que la réalisation n'a rien d'extra-ordinaire, voilà tout. Enfin la partie sonore nous distille des musiques discrètes et pas vraiment mémorables. Le plus étonnant c'est que le compositeur (Mick Gordon) est le même et pourtant, la bande-son est nullissime par rapport à The New Order ! Pas de mélopées, pas d'envolées lyriques, pas de mélodies qui nous serrent le cœur... mis à part une piste (avouons-le très réussie) la bande-son fait dans le flonflon classique de ce genre de productions, avec des pistes passe-partout et sans saveur. Une déception. Les bruitages quant à eux font le boulot, mais on aurait pris plaisir à les ouïr nettement plus puissants. Surtout que dans un FPS orienté vers la barbarie (ça pisse le sang et on arrache gentiment quelques membres), de bons gros bruitages pour les armes, ça fait toujours son bout d'effet. Enfin le doublage, à l'image de son prédécesseur, est de très bonne qualité dans notre VF, et les ennemis usent d'un Allemand de circonstance. Les volumes, autrefois durement critiqués, sont ici un peu mieux réglé mais ce n'est pas encore parfait. Je vous conseillerai donc de jouer avec un volume assez fort, au casque ou d'activer les sous-titres.



The Old Blood Note
peut-il prétendre faire mieux que The New Order ? Car l'opus précédent est un titre qui n'aura pas spécialement fait date mais qui se sera bien vendu et qui garde une bonne appréciation/réputation. Un FPS à 2 visages et à l'ambiance singulière, le tout saupoudré d'une histoire sympa et d'une excellente bande-son. Avec The Old Blood, on obtient un stand-alone (pas besoin du jeu original pour y jouer) de qualité, malheureusement plombé par un manque évident d'ambition. Des bruitages mollasses, une histoire creuse et trop peu mise en scène, des graphismes indignes de nos supports de 8e génération, des musiques effacées, un gameplay qui n'a pas été retouché (et pourtant, certaines options viennent toujours à manquer), un final un peu hors de propos (même si je sais que la licence a déjà surfé sur le phénomène, là j'estime que ça ne colle pas, d'autant que rien ne le justifie, surtout pas ce maigre scénario ne prend jamais la peine d'expliquer quoique ce soit), pourquoi le jeu ne sort pas sur Xbox 360 et PS3 (alors que The New Order y est disponible) et puis 40Go d'installation pour 8 heures de jeu max, c'est pas un peu abusé non ?!! Pourtant, il serait vraiment anti-objectif de s'arrêter à ça, et de ne voir que les mauvais côtés du titre. En effet, on notera en premier lieu son prix attractif (20€ en dématérialisé, 30€ en version boite), un jeu fignolé qui, des mois après sa sortie est toujours en version 1.0 (quand d'autres subissent des mises à jour "day one" et pléthore de patches en quelques semaines), ainsi que toutes les bonnes facettes de The New Order comme cet agréable feeling avec les armes, sa plaisante alternance action/infiltration (bien qu'un peu gâché par l'IA, admettons-le), quelques (rares) nouveautés et un fun qui va, comme dans le précédent titre, crescendo au fil de l'aventure. En somme, si on est loin de la qualité de certains stand-alones tels que Far Cry 3 : Blood Dragon ou Half-Life² : Episode Two, il n'empêche que notre Wolfenstein : The Old Blood reste une bonne pioche, si bien sûr vous ne vous attardez pas trop sur le scénario et que vous avez apprécié The New Order... ça va de soi.



Les -

  • L'infiltration est encore une fois gâchée par l'IA
  • Histoire peu intéressante et trop peu développée
  • Musiques très en deçà du précédent opus
  • Ça manque d'options (pad, volumes...)
  • Zombies et boss final hors de propos
  • Mise en scène sans grand attrait
  • Univers un peu sous-exploité
  • Pas très beau, ni très inspiré
  • Toujours pas de multi
  • Les +

  • Un peu d'infiltration dans une action bourrine, c'est toujours plaisant
  • Encore un level/trip old-shool : un joli bonus
  • Bon doublage et synchro correcte
  • Le feeling et le punch des armes !
  • C'est bourrin, c'est cru, c'est fun !
  • Durée de vie correcte
  • Le prix bien sûr

  • Test réalisé par iiYama

    septembre 2015