Wolfenstein New Order (PS4/PS3/XBO/X360/PC)

 





Cliquez pour agrandir

   

 


Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son

Note (Puffmagicd)
Note (iiYama)


Testé sur :


Sortie du jeu : mai 2014
Développeur : MachineGames
Editeur : Bethesda Softworks
Genre : FPS

Version testée : Française
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Support : Blu-Ray (PS4/PS3/XBO) - DVD (PC/X360)
Espace disque nécessaire : 44Go (PS4) - 45Go (XBO) - 50Go (PC)
Moteur graphique : id Tech 5
Définitions HD max (PS4/XBO) : 1080p

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Titre alternatif : Wolfenstein 3
Prix au lancement : 70€ (consoles) - 50€ (PC)
Score des ventes : 3 Millions (tous supports)


Configuration recommandée (PC) :
CPU : Quad Core 3Ghz
RAM : 4Go
VIDEO : avec 1024Mo de VRAM (type GeForce 460 / Radeon HD 6850)
AUTRE : exige Windows 7/8 64bits minimum


Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)


Wolfenstein

The New Order



Wolfenstein : The New Order aura quelque peu divisé les joueurs, avec d'un côté ceux qui ne voient en lui qu'un bête shooter (sans multi en plus !), et de l'autre (sans doute des fans de longue date) qui ont apprécié de jouer (enfin) à autre chose que tous ces COD-like qui sortent à rythme industriel. Voilà pourquoi à l'image de certains titres qui divisent les avis, au point même de créer de véritables débats, nous avons décidés de vous proposer 2 visions de ce test : celui de Puffmagicd et celui d'iiYama. La preuve en est, ils n'ont pas le même avis sur tout, ils n'ont pas apprécié le jeu pour les mêmes choses et ne le décrient pas pour les mêmes raisons. Bref, il parait que 2 avis valent mieux qu'un, non ?



_____________________________________________________________________________
L'avis de Puffmagicd


L'année 1992
The New Order offre, pour la première fois dans la licence, un sympathique scénario
voyait naître un jeu mythique : Wolfenstein 3D. Je ne vous mentirais pas, à une époque, je n'étais pas du tout intéressé par ce type de jeux car ce qui me gênait, c'est que je trouvais que ça manquait de finesse et de sensation. Ce jeu est devenu mythique pour beaucoup et donc une suite était prévisible. Dans un 2e temps, il y a eu Return to Castle Wolfenstein, sur PC. Cette séquelle est sortie en 2000 et on se retrouvait vraiment face à un jeu fun, un gameplay se mariant plutôt bien avec l'histoire, un visuel de belle facture, une ambiance sonore de très belle qualité pour l'époque… j'ai donc véritablement accroché. Si en 2009 Raven Software tenta un sympathique remake/reboot, c'est bien en 2014 que Wolfenstein revient sur nos consoles favorites. Ainsi je me suis dis qu'au vue des sorties misérables de ce premier semestre, j'allais me laisser séduire par cette licence légendaire (dire que des personnes se sont moquées de la non-sortie de jeu sur Wii-U… sur One et PS4 en ce moment c'est le même désert !). J'ai hésité à me la version X360/PS3 mais je me suis (à tort !) que la Next-Gen apporterait peut être quelque chose (pas juste une hausse de prix de 10€). Au niveau de l'histoire, on se retrouve donc en 1960, et ici les nazis ont remporté la Seconde Guerre Mondiale, et donc notre héros (William « B.J. » Blazkowicz, que le joueur incarne une fois de plus) lance une contre-attaque désespérée contre le monstre du régime nazi qui gouverne le monde. Le concept est certes intéressant, l'exécution n'est pas ridicule puisque personnellement, je suis accroché pour des raisons que certains espéraient. Donc comme vous l'aurez compris l'histoire a de multiples rebondissements comme dans un film de série B. Bon d'accord, je suis bon public, j'adore les films de série B, Z et autres nanars sur-vitaminés.


Techniquement,
Le gameplay est rustre, bourrin, old school... ça fera plaisir aux vieux routards, mais ne plaira pas au plus grand nombre
c'est là que le bas-blesse. Comment dire cela très poliment : j'ai vu que certains journalistes donnaient en avis prévisionnel que le jeu était daté, mais à ce point-là ce n'est plus daté, c'est du foutage de gueule !! En effet on peut quand même estimer qu'il y a fort à parier que le jeu a été développé en premier sur les consoles d'ancienne génération (Xbox 360 et PlayStation 3) car lorsqu'on voit le résultat sur la next-gen… quelle claque (dans le mauvais sens du terme). On se retrouve avec des graphismes totalement indignes des supports, pas même aussi beau que les meilleures "anciennes" productions. En clair, la réalisation accuse bien 5 ou ans de retard. On se retrouve face à des personnages caricaturaux, les textures sont à la limite du supportable par moment, puis l'intérieur des pièces, les objets, les éclairages et même les effets de particules sont ridicules au vu des dernières productions du genre comme KILLZONE : Shadow Fall. Comment peut-on, de nos jours, proposer un jeu aussi bâclé visuellement (je mets vraiment cela en corrélation avec les productions actuelles) ? Comment ne pas être outré de bugs aussi invraisemblables que des balles qui restent en l'air (?), des cadavres qui disparaissent à moitié dans un mur, des rafales de mitraillette qui ne marquent pas les murs (alors que certains décors sont destructibles), des explosions moches, des effets de sang et d'éclaboussures qui ne sont pas franchement réussis... On se demande véritablement ce qui s'est passé dans la tête des développeurs : avec une licence aussi forte et un moteur graphique qui nous a déjà prouvé son efficacité (RAGE, vous vous souvenez ?) on était en droit de s'attendre à un résultat sensationnel. Maintenant comme toute personne qui connaît Wolfeinstein, et qui aime son atmosphère, le joueur l'achètera essentiellement non pas pour ses graphismes mais pour son univers visuel et son mélange des genres (bien que beaucoup risque d'être gênés par ce melting-pot très audacieux et historico-futuriste).


Niveau gameplay,
La réalisation graphique est clairement indigne de nos supports...
c'est classique, très classique : un vrai trip FPS de première génération, des sensations old school quoi ! Ceux qui s'attendent un FPS à la sauce Call of Duty ou BulletStorm... passez votre chemin vous risquez ici de vous endormir devant l'écran. Par contre les vieux de la vieille, les amoureux de DOOM et autres jeux sans finesse, alors vous risquez de kiffer sévère ! Donc côté gameplay, on se retrouve avec un personnage très lourd, planté dans le sol et avec des armes plus ou moins puissantes (mais dont on ne ressent pas suffisamment l'impact et la violence, on a presque l'impression par moment que chaque arme a la même capacité, on s'aperçoit par exemple à un moment donné que fusil à pompe à une portée phénoménale à la limite de la mitraillette). Il manque ces petits détails qui font qu'à un moment donné, Wolfenstein aurait pu basculer vraiment dans une autre catégorie : celle de très bon FPS, voir indispensable et c'est vraiment dommage. Cependant, c'est moins linéaire qu'auparavant (sauf au tout début de l'aventure), car la licence a toujours été réputé pour ses couloirs, sa linéarité. Alors là bien sûr, on ne peut pas dire qu'il n'y a pas de couloir soyons clair, mais on a la possibilité de jouer à la barbare, soit en infiltration et donc de légèrement modifier la manière que peut avoir le joueur de conduire son aventure. Les décors sont donc adaptés afin de pouvoir réaliser ses 2 types de gameplay (mais attention notre héros n'est pas Sam Fisher, loin de là).


On retrouve naturellement
... bien que la partie sonore soit de qualité et que la durée de vie soit plus que convenable malgré l'absence de multi
une foultitude d'armes diverses et variées : du sniper, du pistolet, du silencieux, de la grenade... le tout avec des armes modifiées version nazies futuristes. On peut se pencher, se mettre à couvert, utiliser une arme en double et choisir sa cadence de tir. Ce gameplay ne sera certainement pas du goût de certains joueurs (ceux qui aiment les gameplays nerveux, rapides, stylés, où le personnage saute, tire, virevolte dans tous les sens et où l'impact d'une balle se ressentira dans la manette). Plusieurs niveaux de difficultés sont disponibles, et le jeu semble avoir une "replay value" importante (même si le fameux choix de départ n'a que peu d'influence finalement). Attention toutefois à l'IA des ennemis, dont le QI de poulpe cuit à la plancha, manquent de panache et nous gâche un peu les possibilités d'infiltration. Pour ce qui est de la partie sonore, on découvre une bande-son de très belle qualité. Tout le monde ne sera bien sûr pas d'accord, mais personnellement j'ai trouvé la musique adéquate et peu intrusive (elles ne sont présentes qu'à certains passages). Au niveau des voix, celles-ci collent plutôt pas mal aux physiques des personnages et on se retrouve face à des gens ayant une bonne tête de vainqueur avec des voix plutôt en adéquation. Bien sûr la synchro labiale est globalement à la ramasse (comme toutes les productions de ces dernières années). Bref, c'est l'un des points forts du titre. Enfin, la durée de vie annonce 40h de jeu pour le faire au complet, 2 fois de suite afin de connaitre tous les arcs scénaristiques. C'est plus qu'honnête.



Ce jeu peut Note
marcher mais cela va dépendre de plusieurs facteurs : la personne qui veut acheter ce jeu est-elle fan ? Car quelqu'un qui espère trouver un FPS moderne pourrait piquer très rapidement une crise de nerf. Ce 4e opus (bien qu'il ne fait pas suite à l'opus de 2009) est un FPS classique, un solide jeu solo d'une durée très honorable. Cependant il n'y a pas de multi-joueurs : un défaut majeur pour certains, quand d'autres s'en foutent royalement ! Mon gros coup de gueule reste malgré tout le prix : à 70€, je pense que c'est à la limite du raisonnable, mais je serai franc, à 50€ ce serait plus honnête. Maintenant, si on se place dans la peau d'un passionné de la licence, c'est un jeu solide, peut-être un peu trop répétitif mais il ne faut pas oublier que les Wolfenstein n'ont jamais été des foudres d'innovation et que les FPS sont souvent répétitifs. Il faudra donc prévoir à un moment donné des pauses pour éviter peut-être de saturer rapidement. Maintenant le jeu est sans aucun doute "moyen" par rapport au standard de qualité actuelle. J'aurais aimé pouvoir lui mettre une très bonne note car il donne un plaisir simple et les puristes risquent vraiment d’apprécier. Je n'attendais rien de spécial et pourtant il offre un scénario sympathique, une bande-son intéressante, une durée de vie plutôt solide, un gameplay old-school vraiment agréable mais son manque de finition et de "surprises", les bugs, les graphismes médiocres et l'IA aux fraises… contrebalance mes élans de générosité. The New Order m'a permis de vivre une aventure honnête et fun car j'aime les gameplay un peu bourrin, un peu "à l'ancienne" et j'ai envi de lui laisser une chance supplémentaire de nous offrir, un jour, un vrai retour, plus éclatant tout en gardant cet ADN historique et contextuel qui lui sied si bien.En bref, Wolfenstein : The New Order est un jeu "fast play" : aussitôt joué, aussitôt oublié. Alors bien sûr, en cette période creuse de pré-Watch Dogs, les consoles connaissent un vrai creux de vague, une saison de vache maigre qui force (un peu) notre clémence. Mais il est dommage de sortir ce titre si près d'un éventuel blockbuster, et que les développeurs n'aient pas profiter de cette période d'accalmie pour peaufiner celui-ci, afin de lui offrir un écrin et un contenu à la hauteur de sa légende (et ce pour relancer la franchise).



Les -

  • Une progression prévisible et linéaire
  • Univers un peu sous-exploité
  • Le choix initial sans intérêt
  • L'IA gâche l'infiltration
  • Pas de multi
  • Les +

  • Bon scénario, bonne ambiance
  • Des clins d'oeil appréciables
  • Des cinématiques de qualité
  • Old school... mais efficace !
  • Bon travail sur le son
  • Des combats violents
  • Relativement varié


  • Test réalisé par Puffmagicd

    Lire l'article original sur CHISHIKI 72
    aout 2014




    _____________________________________________________________________________
    L'avis d'iiYama


    Je dois l'admettre,
    Après un prologue nullissime... le scénario devient vraiment intéressant et la mise en scène est plus que correcte
    lorsque j'ai commencé à jouer à The New Order, je n'ai vraiment pas apprécié le jeu. Il faut dire que le prologue est d'une nullité sans nom ! Et puis d'un coup, la machine se met en marche. Le scénario devient intéressant, la musique nous fait le coup de la petite mélodie mélancolique et malgré l'incontournable cliché de la jolie fille dont le héros s'entiche et dont on a forcément beaucoup de tendresse, mine de rien, c'est vraiment là que le jeu commence pour de bon. De même, c'est à cet instant précis que le gameplay s'ouvre à l'alternative "infiltration"... bref, c'est à ce moment là que le jeu devient génial ! Après avoir refait ce bon Wolfenstein datant de 2009 (celui sorti sur PC, PS3, Xbox 360 et développé par Raven), j'ai eu envi de continuer les aventures du père Blazkowicz, ce héros américain au physique de bulldozer mais au patronyme qui ne sonne pas vraiment yankee. Alternant quelques cut-scènes en vue subjective et pas mal de vidéos basées sur le moteur graphique, la mise en scène est techniquement loin d'être exceptionnelle, mais reste très agréable et comme évoqué, une fois passé le prologue, l'histoire est vraiment intéressante (et c'est sans doute la première fois que ça arrive sur cette licence). De plus, le jeu pose un réel travail d'écriture, apportant pas mal de surprises et d'événements dont on ne s'attendait pas. Voilà qui rend le scénario attrayant, à la différence de bien des jeux actuels. On le sait depuis toujours, les Wolfenstein nous propose des uchronies plus ou moins poussées, sur les événements encourus durant la guerre de 40. Cette fois, les développeurs ont choisis d'aller plus loin avec une Allemagne nazie qui a gagnée la guerre et qui domine d'une main de fer, la planète entière. Ainsi, après 14 ans de végétation, notre héros se retrouve au début des années 60 et ce, dans un monde qui a totalement changé sans qu'il ne s'en aperçoive. Cependant, si on signe volontiers pour ce genre de scénarios alternatifs, il faut quand même remarquer que technologiquement, certains détails ne collent pas.


    En effet les
    Certaines zones nous incitent à l'infiltration, ce qui est une bonne chose. Ensuite l'action brute de décoffrage reprend ses droits et pour ça, Wolfenstein excelle !
    ordinateurs semblent à peine plus évolués que des Amstrad CPC 464, les résistants portent des micro-casques antédiluviens, les appareils de communications semblent tout droit sortis de la première Guerre Mondiale et pourtant, les nazis ont construit une base lunaire, très hi-tech ou encore des robots de combats qu'on jurerait sortir d'un manga. Ça fait réfléchir... On notera tout de même que lors des scènes scénaristiques, les modélisations ne sont pas de la première fraicheur, la synchro labiale n'existe tout simplement pas, et le doublage n'est pas top qualité. Pour être franc, seuls quelques protagonistes s'en sortent avec les honneurs, comme Anya ou Blazkowicz lui même, ce dernier étant doublé par l'excellent Patrick Bethune (la voix officielle de Kiefer Sutherland). Le niveau est tel, qu'il tranche avec les autres, notamment Fergus dont le visage vous rappellera forcément Hugh Laurie (Dr House). Cependant on notera un défaut majeur du doublage : les volumes. Extrêmement bas, généralement on ne comprend strictement rien à ce qui se dit car les bruitages couvrent littéralement les dialogues (c'est d'autant plus vrai au tout début du jeu), ce qui nous force à activer les sous-titres, afin de suivre un tantinet le jeu. Idem, notre héros Blazkowicz ira de ses pensées intimes mais entre l'effet stéréo et le dérisoire volume dudit doublage, l'activation des sous-titres et jouer au casque sont primordiaux. C'est quand même un peu dommage tout ça... Cependant tout n'est pas à jeter car les scènes sont bien ficelées et la musique apporte un aspect parfois dramatique à la séquence. Le jeu y gagne en corps et en "âme", s'éloignant ainsi du bête FPS qu'il a toujours plus ou moins été. Si The New Order ne comporte pas de mode multi (ce qui peut être vu comme hérésie sur un FPS moderne), à côté de ça on dispose d'une durée de vie plus que convenable et même s'il est très linéaire dans l'âme, il est indéniable qu'il est aussi varié. Question gameplay, le jeu s'ouvre sur quelques phases d'infiltration où tuer discrètement (head-shot avec une arme à silencieux et exécution au couteau) est bien souvent très gratifiant (et bon pour l'ambiance). D'ailleurs les maps sont souvent agencées de telles manières à nous inciter à jouer finement : passages secrets, alternatives assez nombreuses... même si dans le fond, on reste quand même assez loin d'un Deus EX : Human Revolution ou d'un Hitman.


    Il est malgré
    Techniquement, le jeu n'a rien d'exceptionnel. Cependant le design reste sympa et le framerate reste constant
    tout regrettable que l'IA soit un peu idiote : soit elle nous calcule direct (nous gâchant ainsi le plaisir de jouer malicieusement) soit elle ne voit absolument rien. Ainsi reprend ce qu'un Wolfenstein a toujours fait de mieux : de la bonne action brute de décoffrage et ce, avec une pléthore d'armes dont la plupart sont jubilatoires à utiliser. En effet, si je regrette vivement que le menu radial de sélection soit si merdique à l'utilisation, il faut reconnaitre que les pétoires ont un sacré punch, et qu'elles accompagnent parfaitement la violence (notamment visuelle) des affrontements. Une violence crue et décomplexée, se rapprochant de la cruauté dont on fait tristement preuve les nazis. Et pour ne rien gâcher, la jouabilité est précise comme j'aime. Enfin la partie technique est "propre" puisque le jeu est fluide et loin d'être laid. Cependant, on sent bien qu'à l'origine il a été développé pour l'ancienne génération (PS3 et Xbox 360) car les machines récentes (PC, PS4 et Xbox One) sont clairement sous-exploitées. Le design est sympathique mais on reste très très loin des standards actuels. Enfin côté son, les bruitages ont une bonne dynamique et les musiques sont parfaitement en phase avec l'ambiance : tantôt elles sont survoltées (notamment lors des combats contre les boss), tantôt on aura de petites mélopées, notamment lorsque Blazkowicz ira de son petit monologue (rarement très optimiste). Il n'empêche que, et je le dis souvent, la musique apporte un énorme plus à l'atmosphère du titre. Et sans cette bande-son un peu atypique, The New Order passerait pour un FPS bourrin de plus, or ce n'est pas le cas et c'est grâce à cette ambiance finement distillée, ainsi que ce scénario qui a le bon gout de partir dans une direction totalement imprévisible (une fois le prologue passé) que le jeu m'a séduit de bout en bout.



    Wolfenstein: The New Order Note
    est pour moi une très belle surprise. Développé par MachineGames, dont c'est le premier jeu, si vous vous demandez comment se fait-il qu'un si jeune studio accouche d'un si bon jeu, ou encore comme Bethesda et id Software ont pu laisser une telle licence en des mains inexpérimentées, il suffit de savoir que ce studio, fondé en 2009 et basé en Suède, a été créé par 7 imminents membres de Starbreeze (autre studio suédois, à la renommé qui n'est plus à faire). Ceci explique sans doute cela. Maintenant il est clair qu'il ne faut pas sous-estimé ce 5e épisode de la prestigieuse licence Wolfenstein, car en faisant fi de ses quelques défauts (problème de volume pour le doublage, infiltration un peu sapée par une IA idiote et clairvoyante à la fois, pas de multi, pas très beau et quelques incohérences ça et là) nous avons là un excellent FPS, varié, très agréable à jouer, dynamique et disposant d'un arsenal plaisant à l'utilisation. Si bien sûr il n'égale pas certains gros titres de ces dernières années, il serait malgré tout dommage de se priver de ce New Order, dont le scénario et la mise en scène risque de vous prendre à cœur (ce fut mon cas), et ce, grâce à une bande-son mélancolique et toujours à-propos. Bref j'ai adoré et c'est seulement par soucis d'objectivité que je ne mets pas plus à ce Wolfenstein, même s'il reste le meilleur opus depuis bien longtemps. Du coup il me tarde de voir ce que The Old Blood, un stand-alone et préquelle de son état, va donner. Si on se retrouve avec un jeu d'aussi bonne qualité (ou un spin-off de la trempe d'un Far Cry 3 : Blood Dragon), ça titille mon impatience.



    Les -

  • Le volume des doublages : tellement faible que c'en est ridicule !!!
  • Pas de multi-joueurs, pas de coop', pas de chichi
  • L'IA ennemie nous gâche les phases d'infiltration
  • Un prologue vraiment nullissime !
  • Quelques incohérences ça et là
  • Les +

  • Un peu d'infiltration dans une action bourrine, c'est toujours plaisant
  • Scénario excellent (une fois le prologue passé)
  • Arsenal puissant et agréable à l'usage
  • La qualité et l'à-propos des musiques
  • Les doublages d'Anya et Blazkowicz
  • Jouabilité précise


  • Test réalisé par iiYama

    septembre 2015