Watch Dogs (PS4/XBO/PS3/X360/PC/WiiU)

 





Cliquez pour agrandir

   

   


Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale



Testé sur :



Sortie du jeu : mai 2014 (autres versions) - novembre 2014 (version WiiU)
Développeur : Ubisoft Montreal
Editeur : Ubisoft
Genre : action / aventure (open world)

Version testée : Française
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Support : 1 Blu-Ray (PS4/XBO/PS3) - DVD (X360/PC) - iDensity (WiiU)
Espace disque nécessaire : 21Go (PS4) / 7Go (PS3) / 7.5Go (X360) / 25Go (PC)
Moteur graphique : Disrupt
Moteur physique : Havok
Définitions HD max (consoles) : 1080p (PS4/XBO/X360) - 720p (PS3/WiiU)
Compatible 3D (consoles) : non

Difficulté :
Compatible Move : non
Compatible Kinect : non
Remote Play PS4/Vita : non
Multi-joueurs : 8 joueurs online (PS4, XBO et PC) - 4 joueurs online (PS3, X360 et WiiU)

Abréviation : WD
Titre alternatif : Watch_Dogs (titre originel)
Prix au lancement : 70€ (consoles) / 60€ (PC)
Score des ventes : 8.5 Millions (tous supports)


Configuration recommandée (PC) :
CPU : Quad Core 3.2Ghz
RAM : 6Go
VIDEO : avec 2048Mo de VRAM (type GeForce GTX 560ti / Radeon HD 7850)


Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)


Watch Dogs










Watch Dogs est un jeu qui fascine sous certains aspects et déçoit sous d'autres. Voilà pourquoi à l'image de certains titres qui divisent les avis, au point même de créer de véritables débats, nous avons décidés de vous proposer 2 visions de ce test : celui de Puffmagicd et celui d'iiYama. La preuve en est, ils n'ont pas le même avis sur tout, ils n'ont pas apprécié le jeu pour les mêmes choses et ne le décrient pas pour les mêmes raisons. Bref, il parait que 2 avis valent mieux qu'un, non ?



_____________________________________________________________________________
L'avis de Puffmagicd


En 2012,
L'histoire est bien écrite mais banale et on sent bien que le jeu méritait mieux
j'ai découvert comme tout le monde le trailer d'un jeu qui s'annonçait comme un événement, et surtout l'avènement des consoles nouvelles génération. Ce jeu c'était Watch Dogs. Depuis 2012, tout le monde attendait avec une forte impatience ce jeu, allait-il devenir le "GTA killer" que beaucoup pronostiquaient ? Ou alors tout simplement allait-il devenir une nouvelle licence phare pour les années à venir ? Etonnamment, quelques petites voix se faisaient déjà entendre, en sous-entendant que potentiellement le jeu pouvait être un pétard mouillé et personnellement j'ai vu au travers de ce titre une éventuelle franchise pouvant enfin détrôner GTA (GTA que j'apprécie mais je ne suis pas un fan absolu). Donc lorsque celui-ci fut annoncé pour une sortie en mai de cette année (après avoir été repoussé de quelques mois, sans doute que la sortie du jeu profite d'un parc de consoles next-gen mieux installé), j'ai fais preuve de toute ma patience et de tout mon sang-froid, pour ne pas sauter sur mon vendeur le jour de la sortie. C'est donc avec une certaine fébrilité que j'ai engagé ce test, en priant que le jeu nous offre le même spectacle que les trailers et la démo vus à l'E3. Le joueur incarne Aiden Pearce. Suite à un événement ayant chamboulé sa vie, il part à la recherche de la personne ayant provoquée son malheur, suite à un mauvais deal avec des gens peu fréquentables. Il décide alors d'utiliser la ville et toute sa technologie au service d'une vengeance et de la défense de sa famille. Je vais éviter d'entrer dans les détails car techniquement, ce type de jeux a besoin d'une certaine tension, d'un scénario construit, et donc le moindre spoil pourrait vous gâcher le plaisir. Maintenant, en étant sincère et en ayant passé la totalité du jeu à bien suivre l'histoire et à essayer de deviner au fur et à mesure la suite pour se mettre dans l'ambiance, je dois bien avouer qu'après avoir fini le jeu, la première chose que je me suis dit c'est "cool, c'est enfin terminé et c'était laborieux !". En effet, le jeu offre un scénario maintes et maintes fois vu, sans véritable surprise, car même les rebondissements sont attendus. On se retrouve avec une ligne directrice qui est celle de la vengeance face à la perte d'un proche avec quelquefois des arcs narratifs beaucoup plus intéressants que celui-ci. On pourrait presque dire que l'histoire est très « plan-plan ».


On pouvait s'attendre,
Le gameplay alterne les phases de jeu mais ne brille que sur son hacking
connaissant Ubisoft, à ce qu'il y ait un minimum de passion, de tension, et de recherche or ici, on a juste l'impression qu'il fallait plaquer un scénario sur un gameplay qui se voulait novateur. Et pour ce faire, la solution la plus simple c'est toujours une histoire de vengeance, de confiance trahie, des retournements de veste, et pourtant on ne sent jamais investi ou surpris. La construction psychologique des personnages est à l'identique du scénario (pas énormément de charisme). Idem pour un héros, mi-figue mi-raisin, dont on a vraiment beaucoup de mal à s'attacher à sa personnalité et à son histoire ainsi qu'à celle de sa famille. Il y a 2 ans, on nous a offert un trailer incroyable : des reflets sous la pluie, sur les carrosseries, des effets fantastiques prompts à nous exploser la rétine, des carambolages marquants, et un personnage ayant un vrai look… en clair une bombe. Deux ans plus tard, nous nous retrouvons face à un jeu très fortement inspiré de GTA, mais pas le dernier en date. Pourtant ce jeu est juste une énorme déception. Il était sûr et certain que techniquement nous ne pourrions pas atteindre ce qui avait été montré lors de l'E3 2012, car souvent les jeux présentés lors de cette Event tournent sur des PC hors normes, ayant une puissance de calcul démesurée, et ce ne sont pas les consoles d'aujourd'hui (même les next-gen) qui permettront d'obtenir de tels résultats. Cependant il est quand même sidérant qu'un éditeur comme Ubisoft, qui a l'habitude de fournir des jeux de qualité, n'ait pas su jouer la transparence vis-à-vis de ce jeu. Ainsi on a tellement attendu et espérer, que le résultat ne pouvait qu'apporter déception et frustration. Je m'explique : si quelques effets de lumière et de fumée sont plutôt splendides, le jeu offre énormément de clipping et par moment d'aliasing, le personnage est visuellement inférieur à ce qui existe aujourd'hui. Ne parlons même pas des véhicules et des bâtiments, qui ont des reflets sur les vitres à la limite du ridicule. Il est facile de comparer Watch Dogs à GTA V car étant tout deux des open-worlds, ils rencontrent les mêmes obligations/limitations techniques et artistiques, et là encore GTA ne souffre pas de la comparaison avec un Watch Dogs qui est loin derrière (tout en étant sur next-gen).


Je me retrouve
La jouabilité des véhicules est "particulière". On s'y fait mais ça aurait pu être bien mieux...
donc face à un jeu qui me déçoit visuellement, par rapport à l'idée que je m'en faisais. Ce n'est que mon opinion mais beaucoup le partage (il suffit de regarder les vidéos comparatives qui circulent sur le Net). Bien sûr, certains saluerons le fait que l'ensemble est plutôt beau dans sa catégorie et reste honorable dans sa globalité. La ville est plutôt bien animée, mais il faut quand même constater que nous sommes loin des promesses faites par les développeurs. Du point de vue du chara-design, les personnages ne sont pas véritablement marquants, seules les animations sont agréables. Par contre, le jeu recèle d'effets d'explosion, d'eau, de lumières et de particules très réussies globalement. Ainsi je le redis : le jeu est plutôt joli et bien fait, mais reste très en dessous des attentes et des promesses. Voilà tout… Niveau gameplay, le jeu reprend bon nombre d'expériences déjà vécues dans d'autres titres issus du même style : de la conduite, des combats, de l'exploration, un monde ouvert et la grosse nouveauté, le hacking. Aiden nous offre toute la panoplie plus ou moins classique d'un jeu open-world. Il va bien sûr effectuer les missions du scénario principal, mais aussi des missions annexes qui apparaîtront au fur et à mesure sur la carte de la ville. On pourra scanner toutes les personnes qui passent à proximité (sous prétexte qu'elles sont toutes équipées d'un smartphone ou autre chose de technologique), ce qui permet de savoir toute la vie et les caractéristiques de la cible. Aiden pourra hacker les PNJs de diverses manières : en écoutant les conversations, en lisant les textos, ou en piratant même son compte bancaire, afin de retirer une certaine somme, somme qu'il pourra récupérer auprès d'un distributeur automatique. Notre héros pourra aussi acquérir des MP3 de la même manière ou encore intervenir lorsque le signal d'alerte précise que la personne piratée va réaliser une action illégale. Le hack est véritablement le point fort du jeu, il modifie beaucoup la façon de jouer. En effet auparavant il était plus simple de directement s'équiper d'armes lourdes, de descendre de son véhicule et d'éliminer ses adversaires. Ici il suffira tout simplement de ralentir le temps (et oui il y a un effet Bullet Time, c'est très original -_- ) se retourner pour voir ses poursuivants et à ce moment-là on hacke un feu rouge pour provoquer un carambolage, on déclenche des bornes de sécurité au sol, on fait exploser une canalisation… bref on pourra réaliser tout un tas d'action visant bien sûr à handicaper vos poursuivants. Vous pourrez aussi essayer d'éviter de vous faire poursuivre par la police grâce à des brouilleurs. On peut également provoquer un "blackout" total dans la ville, afin de couper les sources lumineuses pour ne pas être vu, ouvrir des portes de garage nous permettant de nous camoufler le temps qu'une patrouille passe, etc.


Il existe énormément
Le contenu est de bonne facture, mais ça devient vite répétitif
de possibilités cependant (et ce n'est que mon humble avis), au bout de quelques heures de jeu, on a vite fait le tour de l'ensemble des possibilités et on s'aperçoit qu'on a tendance à tourner en rond. En clair, le gameplay ne se renouvelle jamais. Mais le plus gros problème sur le concept du piratage, c'est de se faire pirater aussi par des joueurs online, car si vous jouez la console connectée à Internet, vous pouvez enclencher des confrontations avec les joueurs du monde entier. Dans le principe c'est intéressant, mais on a tendance à tomber sur des joueurs qui, au lieu de la jouer "fair play", vous tirent directement dessus. Donc au bout d'un moment ça devient véritablement pénible. Résultat, j'ai fini par jouer hors ligne. Le piratage permet aussi l’infiltration des bâtiments hautement sécurisés, sans utiliser la moindre balle (enfin ça c'est dans le principe) jusqu'à certains points de contrôle où il vous faudra hacker des gros systèmes de sécurité. Et c'est là que j'ai passé des moments très galères ! On tourne des sortes de verrous informatiques pour pouvoir trouver le bon chemin, tout en étant contraint par le temps : je trouve ça très long et inintéressant. Alors le jeu nous propose, comme je le disais, d'utiliser le hacking pour remplacer le passage en force. Pourtant ce n'est pas totalement vrai : si certains passages sont obligatoires en mode infiltration, il existe une autre méthode (moins discrète) pour pouvoir passer certains moments de l'histoire, l'utilisation d'un pistolet silencieux ou carrément par moment la mitrailleuse lourde pour détruire l'ensemble des gardes et ensuite pirater directement le poste concerné. Maintenant en utilisant cette méthode, le joueur perd ce qui fait l'essence de Watch Dogs, mais je dois bien avouer que par moment, c'est bien plus rapide, bien plus efficace et surtout ça évite de nombreuses frustrations. J'ai dû recommencer certaines scènes plusieurs fois alors que personne ne pouvait ni me voir, ni m'entendre. J'aurais aimé que le développeur nous offre un juste milieu et surtout, un gameplay plus cohérent. Ce que j'ai adoré dans le jeu c'est véritablement de pouvoir hacker au travers des caméras de surveillance, de pouvoir déclencher des pièges à distance pour éliminer une partie des adversaires sans que ceux-ci ne me voient. Classe, mais techniquement j'aurais souhaité quelque chose d'un peu plus nerveux, car par moment j'ai eu véritablement l'impression que j'allais m'endormir tranquillement devant la télé sans craindre de louper quelque chose de passionnant. Il est possible de ne pas tirer un coup de feu grâce à cette exploration alors bien sûr, c'est normal puisque le jeu est basé essentiellement sur l'infiltration (via le hack), mais le jeu est encore trop hésitant et a le cul non pas entre 2 chaises…voire même 3 : de la course, du tir, de l'infiltration.


Il faudrait
La réalisation est correcte, mais après tant d'attentes, on est forcément un peu déçu
faire quelque chose de plus équilibré afin que cela donne véritablement envie de jouer à une suite, à l'image d'un GTA qui réussit à garder une tension et un fun entre les différentes phases… ici ce n'est pas le cas. Ensuite à l'intérieur de la ville, il y a bien sûr les activités secondaires : des parcours, des parties de poker, d'échec, des courses de voitures, des jeux de tir en RA et le jeu de l'araignée mécanique géante... personnellement l'araignée m'a bien éclaté après ça tient plus du gadget qu'autre chose. Pour le multi, vous trouverez des courses de voitures, de la filature, du piratage mais je ne vais pas trop rentrer dans les détails car je ne suis pas un adepte du multi. Ceci des collègues m'ont confirmés que l'ensemble était honnête, sans être révolutionnaire sur le long terme. Bien sûr, vous pourrez évoluer tout au long de votre activité : avoir de nouvelles améliorations, de nouvelles options, vous pourrez créer de nouveaux gadgets mais tout ça reste quand même très classique… trop classique. Niveau prise en mains, dans les premières minutes la conduite m'a semblé catastrophique ! Cependant on finit par la "dompter" au bout de quelques parcours, bien qu'elle ne soit pas d'un fun extraordinaire. Elles manquent aussi de nervosité et de légèreté, quelque fois la conduite est "savonneuse", et quand on regarde le véhicule, on a l'impression que les roues flottent au dessus de la route. Vous l'aurez compris, dans l'ensemble le gameplay est trop classique, bien qu'efficace, car il ne présente pas non plus d'aspects rédhibitoires. Personnellement, j'attendais plus, ou du moins mieux fignolé, plus agréable à prendre en mains. Et puis bizarrement cet open-world donne une sensation d'enfermement que GTA ne fait pas autant ressentir (exemple : les murs invisibles en mer, ce qui est juste ridicule pour un jeu de cette envergure). La durée de vie est de bonne facture : comptez une vingtaine d'heures pour finir le jeu en ligne droite. Sur le mode solo, l'ensemble des aventures annexes augmentent naturellement cette durée. C'est honorable pour un jeu de cet acabit même si en toute honnêteté, je ne suis pas sûr qu'il ait une rejouabilité aussi importante que certains autres titres. Maintenant le online est difficilement quantifiable, puisqu'il est à la fois intégré dans le solo, et tous dépendra des DLCs et autres modifications à venir. Enfin, côté son, à chacun ses goûts ! Cependant cette bande-son est ringarde au vu de ce que ses concurrents proposent (il y a bien sûr quelques exceptions). La VF est plutôt honnête et les bruitages sont tout à fait dans la norme.



Pour moi Note
Watch Dogs est une déception ! Evidemment je parle bien de mon opinion et de mes attentes déçues : j'attendais quelque chose d'incroyable, des graphismes qui auraient pu décoller la rétine, un gameplay complètement novateur, un jeu intense, riche en contenu, rapide, fun et surtout différent de tout ce que nous avions pu rencontrer. Et pourtant, je vois dans Watch Dogs un titre classique, qui se détache de ses concurrents sur la partie gameplay grâce au hacking, mais qui ne tient pas l'ensemble de ses promesses. Et le pire dans tout ça, c'est qu'on subit un gros matraquage médiatique sur 2 ans, avec des promesses énormes, sans doute au dessus de ce que les développeurs étaient capables de faire. Evidemment dans le fond, ça reste un bon jeu, mais son classicisme, en lieu et place de la "révolution" promise, est décevante. Visuellement, il est à peine supérieur à GTA V, le gameplay est « fonctionnel », les armes sont déjà vues maintes fois, l'histoire est banale (mais bien écrite), et la musique est indigeste ce qui plombe un peu l'ambiance générale du jeu. Etant conscient que, comme beaucoup de licences, il y aura une suite, j'espère juste qu'on aura cette fois une histoire plus travaillée, un jeu plus fun et plus nerveux. Après tout, c'est bien ce qui s'est passé avec Assassin's Creed non ? A mon humble avis, Watch Dogs ne nous a pas montré véritablement ce qu'il valait : c'est une ébauche ! Une ébauche honnête, qui prouve que c'est une licence avec un très fort potentiel mais qui, comme toute nouvelle licence peut-être, est un peu gâchée par le manque de finition. Etant donné sa réussite commerciale (comme quoi la pub ça marche !), espérons qu'une potentielle suite corrigera ses erreurs de jeunesse. En attendant, malgré ses défauts et un test un peu assassin, Watch Dogs reste un bon jeu… avec beaucoup de défauts et des attentes qui n'ont pas été assouvies. Voilà pourquoi, contrairement à la presse pro, à mes yeux ce titre ne mérite pas une note trop élevée.



Les +

  • Quelques scènes marquantes
  • Scénario vraiment sympa...
  • Monde ouvert et vivant
  • Grosse durée de vie
  • L'IA est bien gérée
  • Multi efficace
  • Le hacking !!
  • Les -

  • A véhicule, les collisions sont mal gérées
  • On ne peut pas tirer en conduisant
  • Loin d'être aussi beau que prévu
  • ... mais finalement prévisible


  • Test réalisé par Puffmagicd

    Lire l'article original sur CHISHIKI 72
    octobre 2014




    _____________________________________________________________________________
    Différences entre les versions


    Cliquez pour ouvrir



    _____________________________________________________________________________
    L'avis d'iiYama


    Watch Dogs
    L'histoire est vraiment agréable à suivre. On regrette juste une mise en scène manquant de punch
    c'était avant toute chose une promesse : celle de nous faire oublier (ce serait-ce qu'un temps) que GTA est le roi des jeux open-world. D'ailleurs après un E3 2012 où il aura raflé tous les suffrages, 2 ans d'attente, de battage médiatique plus un report de dernière minute, il est clair que les joueurs du monde entier ont rongés leur frein jusqu'au bout. Rappelez-vous, Watch Dogs devait être la grosse killer-ap' de la next-gen, en sortant en même temps que les consoles de 8e génération (PS4 et Xbox One). Ce report de 6 mois peut s'expliquer assez facilement. Si Ubisoft nous a sorti le speech habituel comme quoi ils voulaient fignolés leur titre (ce qui est tout à leur honneur, soit dit en passant), il faut surtout comprendre que les jeux présents au line-up des consoles ne sont que rarement les plus vendus. Ainsi le développeur franco-canadien a fait un coup double en sortant son jeu à une période finalement assez creuse (évitant ainsi l'engorgement des fêtes de fin d'année et leur cortège de "million-seller" annuel tels que Fifa et Call of Duty), avec en prime un parc de consoles next-gen plus confortable. A noter que le jeu est également sorti sur l'ancienne génération, pas forcément pour faire plaisir aux possesseurs d'anciennes consoles, mais plutôt pour s'assurer des ventes confortables, eu égard au parc assez impressionnant de PlayStation 3 et de Xbox 360 s'étant confortablement installés dans les foyers du monde entier. Mais finalement, à l'heure où j'écris ces lignes, Wach Dogs ce sera vendu à plus de 7 millions d'exemplaires, dont quasiment la moitié à trouver preneur rien que sur PS4 ! Ainsi la nouvelle licence du développeur a son support de prédilection, et c'est vrai que les 2 entités se marient bien ensemble (pour l'anecdote, en novembre 2013 j'avais commandé ma PlayStation 4 avec le pack Watch Dogs mais dû au report, je me suis tourné vers Killzone : Shadow Fall, l'autre jeu line-up qui me faisait envie). Dans Watch Dogs on incarne un hacker nommé Aiden Pearce, qui va pirater des données et se faire repérer. Les représailles ne tardent pas, et suite à un accident de voiture visant à le faire taire, sa nièce sera tuée. Aiden va alors chercher les responsables, afin de se venger. Utilisant un smartphone hyperconnecté lui permettant de hacker le ctOS (le programme qui contrôle toutes les infrastructures de la ville), si notre personnage est un être humain normal (le jeu s'approchant d'un certain réalisme), il trouvera dans ses possibilités de hacking, une forme de "super pouvoir".


    Notre aventure se déroule
    La ville de Chicago est totalement ouverte, très vivante et l'aventure principale vous tiendra au moins 15h
    dans la ville de Chicago et ne demandez pas si la cité est bien retranscrite ou pas... je n'y suis jamais allé ! D'ailleurs ces braves testeurs français qui affirment que la métropole est bien modélisée (ce qui, en terme de jeu vidéo, est vrai) affabulent certainement, puisque dans presque tous les cas, eux non plus n'y sont jamais allés. Bref, Chicago ça nous change quand même de Los Angeles, de New York ou de Washington, même si une fois de plus, on se farcit encore, encore et encore, une ville américaine. Comme s'il n'existait que ça dans le monde... Côté mise en scène, à part l'accident, qui est révélé via une vidéo (basée sur le moteur graphique) volontairement altérée, comme un DivX mal encodé, tout le reste de la mise en scène se fait via des cut-scènes gérées en temps réel (on pourra par exemple changer la tenue d'Aiden et bien évidemment, il sera habillé comme dans le jeu lors des cinématiques). Aiden Pearce ressemble beaucoup à Clive Owen (Sin City, Arthur, Shoot' Em Up, Inside Man...) mais il a reçu la voix officielle de Keanu Reeves/Brad Pitt (à savoir celle du doubleur français Jean-Pierre Michaël). Résultat, la voix ne colle pas parfaitement au physique de notre personnage, même s'il faut avouer que dans l'ensemble, le doublage est de qualité. En effet, peu de personnages principaux ont une "grande voix" pourtant certains doubleurs de renom font quelques apparitions assez notables : José Luccioni, Guillaume Orsat, Patrick Béthune, David Kruger, Cyrille Monge, Daniel Beretta ou encore Vincent Ropion. Tout ce beau monde apporte suffisamment de variété aux doublages, même si comme d'habitude, on n'échappe pas aux expressions qui tournent en boucle par moment. Dans tout ça, si l'histoire s'avère bien sympathique (bien qu'un peu étirée en longueur), les cut-scènes ne sont pas au top. La synchro labiale est à la rue, certaines modélisations sont sommaires, il y a beaucoup d'animations peu réalistes, voire même très "raides", limite robotiques. Evidemment ce ne sont là que des petits soucis de mise en scène puisqu'encore une fois, l'histoire accroche et globalement, l'ensemble se veut agréable, en somme, ça fait le boulot (en tout cas bien plus que dans certains jeux où la trame scénaristique est diluée à l'infini, voire presque inexistante, justifiant à peine les tenants et aboutissants des guerres qu'on mène).


    Vous le savez sans doute déjà,
    Le jeu dispose d'un gros contenu mais les missions secondaires sont redondantes et pas toujours intéressantes
    Watch Dogs est un GTA-like (bien que le terme "like quelque chose" ne me plaise guère et ramène trop souvent à un stéréotype, une caricature d'un genre). La ville de Chicago est entièrement ouverte et on pourra la parcourir aussi bien à pieds, qu'en voiture, en moto, en camion, en bateau voire même en métro. La carte est truffée de missions secondaires (dont certaines s'activent en temps réel), qui bien évidemment, se déroulent en marge de la quête principale. Pour être franc avec vous, si certains jeux me poussent à réaliser la moindre mission, simplement parce que c'est fun et que le gameplay nous donne un plaisir qu'on voudrait sans fin (je citerai par exemple Far Cry 3), dans la plupart des jeux (et Watch Dogs n'y échappe malheureusement pas), réaliser ces objectifs annexes revient vite à faire toujours la même chose et/ou les pires missions qui soit. Souvent chiantes, rarement grisantes, Aiden Pearce mènera sa vendetta personnelle envers les crimes impunis (puisque dans ce titre, la Police ne fait quasiment jamais son boulot). Du coup, je me suis vite rabattu sur les missions principales, celles qui font avancer l'histoire et j'ai eu le plaisir de constater que même en se cantonnant à ça, la durée de vie est très bonne. Commençons donc par le commencement : pour rallier 2 points de la carte, le plus judicieux est de prendre un véhicule (on peut aussi le "car-jacker", mais il faut faire attention à sa réputation). Comme dans tout jeu open world, une fois aux commandes d'un véhicule, la musique se met en route d'elle-même, un peu comme si on écoutait l'autoradio (c'est moins évident lorsqu'on est à moto). Beaucoup se sont plaint de la conduite, la trouvant quelque peu "bizarre", rendant ainsi les course-poursuites un peu tendues. Personnellement, j'ai trouvé la conduite absolument géniale et pour une raison très simple : la vue était au raz du sol. Ainsi le jeu ne gère que partiellement le gabarit du véhicule dans lequel on se trouve, ce qui le rend extrêmement permissif au niveau des collisions. Voilà comment on évite de se prendre la tête avec ça mes amis. Malgré tout, le jeu prend un malin plaisir à nous faire faire d'innombrables trajets (et souvent les plus longs possibles !), ce qui nous fait perdre un temps considérable !


    De plus,
    Le hacking est au centre du gameplay et il apporte beaucoup à ce jeu open world
    il y a énormément de course-poursuites comme rattraper (et faire taire) un ennemi. Personnellement, j'ai trouvé la conduite vraiment agréable et particulièrement fun (surtout à moto, ou avec une voiture surpuissante) mais je dois reconnaitre que poursuivre un gars qui zigzague et lui rentrer dedans (au lieu de lui tirer dessus !) pour bousiller sa bagnole, ce n'est pas très fun. Et si encore c'était occasionnel, ça passerait or des chasses-à-l'homme sont une constante, ce qui s'avère vite pénible puisque c'est la partie du gameplay la moins maitrisée et la plus aléatoire du jeu. Une fois à pied, Aiden pourra s'adonner aux joies du Free Run (un peu à la façon d'un Assassin's Creed, mais en moins performant tout de même), à des activités annexes (comme faire du shopping), même si bien sûr, c'est en mission que le titre d'Ubisoft trouve tout son intérêt. Une fois en zone ennemie, notre personnage passe automatiquement en mode furtif, on peut se mettre à couvert, changer de place... car la furtivité est toujours payante. D'ailleurs les neutralisations silencieuses sont monnaie courante et pour les sanguinaires, les head-shots font tout aussi bien l'affaire. Watch Dogs se prend donc des airs de Splinter Cell mais il ne va malheureusement pas au bout des choses. Par exemple, il ne sert à rien de tirer sur les sources lumineuses pour plonger la scène dans le noir et plus frustrant encore, il est impossible de déplacer les corps. Résultat, lorsqu'un corps est repéré c'est souvent la panique chez l'adversité et la mission finit en guerre pure et simple. Si je regrette vraiment de ne pas pouvoir inverser les gâchettes hautes/basses du pad (notamment sur PS3 et PS4 dont le pad s'accommode mieux des touches R1/L1 pour viser/tirer), j'ai par contre apprécié le feeling des armes. Des armes certes classiques mais le titre se veut avant tout ancré dans une aire contemporaine : on n'est pas dans un futur lointain donc pas d'arme farfelue et encore moins de fusil laser. Aiden possède malgré tout une sorte de pouvoir, nommé Focus. Sorte de Slow-Mo, ça permet de ralentir le temps, afin de mieux négocier un pugilat ou une séquence de conduite. Pour être franc, Watch Dogs n'avait absolument pas besoin de ça, et entre nous je ne m'en suis jamais servi, oubliant même que la fonction existe (alors qu'elle est bien pratique par moment).


    Autre petite idée
    On nous impose bien trop de course-poursuites alors que justement, c'est le gameplay le moins précis et le plus aléatoire du titre ! Ca finit par être un peu gonflant...
    piochée ailleurs : chaque mission réussie rapporte des points d'expérience. Cette XP servira ensuite à upgrader les capacités du personnage, comme avoir une meilleure santé, mieux manier les armes, être plus efficace au volant. Aiden pourra aussi "apprendre" quelques nouveaux hacks... car j'en ai pas encore vraiment parlé, mais c'est bien le hacking le roi du gameplay de Watch Dogs ! On pourra connaitre les petits secrets des gens, anticiper des crimes, contourner les sécurités, attirer l'attention ailleurs, déverrouiller le passage ou encore se sortir plus facilement d'une situation un peu inflexible. On hacke donc tout et n'importe quoi, les systèmes les plus complexes réclamant qu'on réussisse un mini-jeu. Ainsi, beaucoup prétendent que Watch Dogs est une sorte d'Assassin's Creed avec une skin contemporaine, mais même si le piratage des tours ctOS se rapprochent de la vision de l'aigle, au fond cette nouvelle licence n'a que peu de liens avec l'autre. Les 2 jeux ne se jouent absolument pas de la même manière, Watch Dogs se rapprochant plus d'un GTA, tout en ayant (selon moi) une formule nettement plus attractive. Le hacking offre une dimension vraiment originale au titre et ceux qui disent que le concept n'est pas allé au bout des choses, je ne vois pas comment il aurait pu en être autrement vu qu'on s'en sert tout le temps ! Après tout, ça reste du piratage et le smartphone d'Aiden fait déjà suffisamment de choses pour qu'on ne vienne pas gémir sur son manque de fonctions. Allons, ça doit rester un jeu vidéo... amusant et un tantinet réaliste qui plus est ! Techniquement, le jeu fonctionne sous un moteur maison tout beau tout neuf, nommé Disrupt (associé au très bon moteur physique Havok). Utilisant le meilleur des moteurs AnvilNext et Dunia (eux aussi d'Ubisoft), Watch Dogs est d'ailleurs le premier titre à l'utiliser. La première chose qui saute aux yeux, c'est que le résultat final est bien moins joli que lors de la présentation de l'E3 2012. Comment ça se fait ? On peut évidemment ériger une théorie simple : à l'époque le jeu tournait sur un PC surpuissant et lorsque les développeurs ont voulu le transposer sur PS4 et Xbox One, ils se sont heurter à des soucis de framerate. De même, étant donné qu'il est également sorti sur PS3 et Xbox 360, les différences entre les versions "old" et "new" gen ne devaient pas être trop éloignées. Si le jeu s'était cantonné aux consoles de nouvelle génération, sans doute aurait-il été plus beau, les vieilles consoles ayant tendance à tirer vers le bas les réalisations inter-générationnelles.


    Pour ce qui est du PC,
    ... mais globalement, hors conduite, le gameplay est vraiment génial !
    en l'état le jeu est très proche des versions PS4/XBO mais si vous vous sentez l'âme d'un bidouilleur, il possible de retrouver le rendu (assez fabuleux, avouons-le) de l'E3. Autant dire que ça fait un sensationnel bon en avant... mais faut s'y connaitre, ça va de soi, car la manipulation de fichiers n'est pas donné à tout le monde. De façon normale, les versions PS3/X360 sont évidemment les parent-pauvres avec des éclairages sommaires, des pop-ups, quelques soucis de framerate... Sur PS4/XBO/PC, on profite d'éclairages nettement plus travaillés, d'un univers plus vivants, de fumée plus "volumétriques" et les explosions sont plus violentes et réalistes. En somme, semer le chaos est un véritable plaisir ! Le jeu gère un cycle jour et nuit, des intempéries, le framerate est imperturbable et les courses offrent d'excellentes sensations de vitesse (tout du moins en vue au raz du sol). Pour résumé c'est joli mais nos consoles next-gen et nos PCs hors de prix ont déjà fait largement mieux. Oui c'est réussi, c'est "propre", quelques panoramas sont vraiment jolis, mais étant donné que la plupart de l'aventure se déroule en ville, il sera alors plus difficile de s'extasier. On regrettera aussi que malgré des patches, ça reste encore pas mal bugué. Il suffit de voir un Fixeur (un ennemi assez redoutable) bouger, ou même le voir s'enfuir (parfois à travers les murs ! Oo), de voir comment certains objets réagissent aux collisions ou simplement de voir une victime traverser l'écran après avoir simplement pris une balle... pour se dire que le jeu est loin d'être parfait. Enfin, sachez que le premier chargement est extrêmement long : presque une minute ! Ensuite les loadings se font rares, le streaming faisant très correctement son travail.


    Finissons par la
    La réalisation impose quelques jolis panoramas mais globalement, Watch Dogs n'a rien d'exceptionnel
    partie sonore qui accuse, elle aussi, son lot de bugs. En effet, même si tout le jeu a été doublé en français, il n'est pas rare d'entendre des dialogues de fond en VO. Ce n'est qu'un détail, je le conçois et le doublage français est, comme déjà évoqué, de bonne facture. Contrairement à GTA où tous les dialogues sont en anglais et qu'il faut en plus conduire, se battre, fuir ou pister quelqu'un, lire des sous-titres est une véritable purge ! Alors certes, dans Watch Dogs le doublage est peut-être un peu moins bon, le casting moins prestigieux, mais bon sang ce qu'il est agréable de suivre son jeu comme un film d'action/aventure/infiltration, sans se prendre la tête à lire des sous-titres ! Rien que pour ça, j'apprécie déjà l'aventure, Ubisoft n'ayant jamais renié ses origines francophones. Côté bruitages, dans l'ensemble ils font l'affaire. Plutôt réalistes, seules quelques armes sont mollasses de la culasse, mais dans l'ensemble on a une bonne dynamique. L'action est bien soutenue, les explosions sont vives, les bruits moteur sont sympas... en clair on sent que les développeurs ont cherché à soutenir l'image de la meilleure manière possible. Enfin les musiques sont scindées en 2 parties. Tout d'abord il y a les pistes audibles lorsqu'on prend le contrôle d'un véhicule. Si on peut écouter ses propres morceaux, on peut aussi éditer la playlist existante, et ce n'est pas un mal car les genres sont éclectiques : Hip Hop, Rock, Electro et même Jazz... c'est sûr, tous les tracks ne sont pas égaux mais au lieu de fustiger l'OST dans son ensemble, autant ne sélectionner que ceux plaisants à nos oreilles. Personnellement, dans cette playlist j'ai trouvé du bon et du moins bon : si certaines se laissent écouter, d'autres sont géniales quand d'autres sont encore bien vilaines comme tout. La musique c'est comme les films : à chacun ses gouts et il est difficile de critiquer ce qu'il y a de plus subjectif au monde. Enfin, le jeu est rarement souligné par de la musique. Très ponctuelle, la musique "in game" est signée par Brian Reitzell, connu pour quelques bande-sons de films mineurs ou encore pour l'OST de Red Faction : Armageddon. Pourtant je dois admettre que si les sonorités se font rares, elles sont par contre de qualité. Très Electro, souvent mélancoliques et inspirées, elles soulignent parfaitement certaines séquences de l'aventure.



    Ceux qui ne connaissent Note
    pas Watch Dogs prétendent (à tort !) que c'est uniquement un Assassin's Creed avec une skin plus contemporaine. Evidemment, si à l'origine du développement c'était peut-être le cas, le jeu a finalement évolué pour devenir une nouvelle licence à part entière. Attendu comme le messie, l'ambassadeur de la next-gen, le titre d'Ubisoft n'en reste pas moins alourdi par des missions parfois très chiantes et aux trop nombreuses course-poursuites aux trajectoires et aléas imprévisibles. Du coup il n'est pas rare de refaire 20 fois un même passage alors qu'au fond, il n'y a rien de difficile. On peut aussi pointer du doigt un énorme contenu mais des missions secondaires vite pénibles et redondantes, une infiltration grisante mais encore imparfaite, tout un tas de bugs heureusement peu gênants ou encore des graphismes finalement assez loin des promesses. Alors en fin de compte, c'est une déception ? Assurément... non ! Watch Dogs a pour lui une carte immense, offrant une ville vivante, un bon feeling avec l'armement et les gadgets, une conduite parfois grisante, une bonne histoire à suivre, un univers attrayant et bien entendu, tout un système de hacking qui, selon moi, tient ses promesses. En effet, certains disent que ça ne va pas assez loin dans le concept or, en jouant, on hacke tout et n'importe quoi ! Ça n'arrête pas ! Et c'est même d'une aide primordiale lorsqu'on est pris en pleine fusillade ou qu'on poursuit (pour la énième fois) un ennemi en fuite. Entre nous, les insatisfaits voulaient quoi de plus ? Et même si je suis le seul à le dire, j'assume : je me suis plus amusé avec Watch Dogs qu'avec GTA ou Red Dead Redemption, ne voyant pas en eux le génie indécrottable que le monde entier adule. Encore une fois c'est une question de gout, de doublage FR (je déteste lire des sous-titres, c'est pas nouveau ^^) et d'ambiance un peu hi-tech. Alors certes Watch Dogs n'a pas tenu toutes ses promesses mais il n'en reste pas moins un titre open-world vraiment séduisant, qui mélange plusieurs genres (infiltration, action brute, courses, justicier à ses heures...) avec brio et justesse. Avec plus de 7 Millions de ventes, Watch Dogs est une nouvelle franchise pour Ubisoft et donc on peut estimer qu'une suite est déjà sur les rails. Ainsi à l'image du premier Assassin's Creed, lui aussi très attrayant mais imparfait, espérons qu'un second opus règle les petits problèmes et offre une aventure encore plus mémorable. En attendant, armé de mon smartphone, je retourne régler quelques comptes dans les rues de Chicago.



    Les -

  • Une aventure qui se déroule dans une ville américaine... super original !
  • Bien trop de course-poursuites... ça finit par être chiant
  • Missions secondaires d'un intérêt bien moindre
  • Une infiltration malheureusement limitée
  • Encore pas mal de bugs, malgré les patches
  • Le Focus : un SlowMo vraiment utile ?
  • Une mise en scène pas top
  • Les +

  • Doublage français plus que correct. Ça nous change de GTA et de ses VO relou
  • Grosse bande-son "in-game", playlist agréable en véhicules
  • Du hacking de tous les côtés et c'est vraiment génial
  • Bon feeling avec les armes et les gadgets
  • Une histoire vraiment sympa
  • Une map vraiment vaste
  • Bonne durée de vie

  • Test réalisé par iiYama

    février 2015