Strider (PS4/XBO/PC/X360/PS3)

 







Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : février 2014
Développeurs : Double Helix Games - Capcom (Osaka Studio)
Editeur : Capcom
Genre : plate-formes / action

Version testée : Française
Version logicielle : 1.0
Doublage : US
Textes à l'écran : FR

Support : en téléchargement uniquement
Espace disque nécessaire : 2.9Go (PS4) / 3.1Go (XBO) / 3.7Go (PC) / 1.5Go (X360) / 3.8Go (PS3)
Définitions HD max (consoles) : 1080p
Compatible 3D (consoles) : non
Remote Play PS4/Vita : non

Difficulté :
Compatible Move (PS4) : non
Compatible Kinect (XBO) : non
Multi-joueurs : non
Titres alternatifs : Strider 3 - Strider HD
Prix au lancement : 15€


Configuration recommandée (PC) :
CPU : Dual Core 2.8Ghz
RAM : 4Go
VIDEO : avec 1024Mo de VRAM (type GeForce GTX 460 / Radeon HD 5770)


Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)


Strider









Ai-je vraiment
La scénarisation n'est pas top qualité et le doublage est bof-bof... Remarquez, on n'attendait pas Strider sur ce plan-là
besoin de rafraichir les mémoires molles au sujet de Strider ? Ne nous emportons pas, Strider est un sympathique jeu de plate-formes/action sorti originellement sur Arcade en 1989. Bien qu'on ne compte vraiment que 3 épisodes, étrangement c'est une petite série que beaucoup s'accordent à traiter de "culte", de jeu mythique (surtout le premier) alors qu'il faut être honnête, ce sont des jeux sympas mais pour être franc, je ne comprends ni comment ni pourquoi Strider traverse les âges et garde une telle notoriété, 25 ans après. Car je le redis, si le premier opus reste un bon jeu, d'autres l'ont fait avant et après lui (surtout sur Arcade) et pourtant, plus personne n'en parle. Strider n'a rien d'exceptionnel et pour avoir testé chaque épisode et adaptations sorties jusqu'ici, je sais de quoi je parle. Comme ça a été souvent le cas, ce n'est pas sur Arcade mais bien sur Mega Drive que le jeu aura eu le plus de succès, et ce malgré une adaptation pas vraiment digne du support. Vient ensuite Strider Returns, sorti en 1990 entre autre sur la 16-bits de SEGA (pas sur Arcade), où le développeur (Tiertex) a eu bien du mal à renouer avec le succès. La raison est simple, cette soi-disante suite a eu toutes les peines du monde à réinjecter "la magie" et l'atmosphère si particulière du premier épisode, et pose en plus une réalisation bien moche. Voilà pourquoi cet opus est souvent considéré comme le vilain petit canard, l'épisode qui n'aurait jamais dû voir le jour. Soit, Capcom reprend les rênes de son jeu en 1999 avec Strider 2, sorti sur Arcade et PlayStation. Finalement plus proche du remake que de la véritable suite, cette production avait pour elle bien des qualités même si étrangement, elle fut boudée du public. Au final, après 10 ans d'une carrière difficile, les gens ne se souviennent que d'un vague premier épisode, qui à l'époque aura marqué son temps. En ce début 2014, Strider nous fait donc l'honneur de ressortir de l'ombre via un jeu dématérialisé disponible sur tous les "gros" supports actuels. A l'image des Castle of Illusion et autre DuckTales, finalement ce qui survit dans la tête du peuple, c'est bien un nom et un souvenir, celui du plaisir que nous a offert le jeu à l'époque. Car je suis sûr que bien des joueurs n'ont pas branché leur Mega Drive ou entrer une compilation quelconque dans leur console (comme la Capcom Classics Collection vol.2) pour se rafraichir la mémoire, mais ils se permettent quand même de juger un jeu sur des souvenirs vieux de plus de 20 ans. Et après ça clame haut et fort leur objectivité… pouah, quelle blague ! : )


Développé avant
Beaucoup de redites dans ce nouvel opus, comme ce boss qui revient pour la 3e fois déjà
tout par Double Helix, et non à 100% par un Capcom visiblement trop occupé à la création de jeux plus ambitieux, ce petit studio américain avait de quoi inquiéter. En effet ils sont connus pour le sympathique Silent Hill Homecoming (qui est loin d'être le meilleur de la série), mais aussi pour des jeux nettement plus médiocres comme Front Mission Evolved, GI Joe ou Green Lantern. Il est vrai que leur reboot de Killer Instinct n'est pas mauvais, mais entre nous, vu comment fonctionne le jeu et sa grille tarifaire, le foutage de gueule n'est clairement pas loin. Bref Double Helix était-il un bon choix pour remettre Strider et son héros Hiryu, sur les rails ? Pas sûr et pourtant, le résultat s'avère malgré tout de qualité. Oscillant entre le remake et le reboot du premier opus, Hiryu (qui a de plus en plus un air de Shinobi avec ses poses "j'me la pète") débarque dans la ville de Kazakh, où le grand despote Meio règne d'une main de fer. La suite se devine aisément… Voilà on a déjà fait le tour du scénario ! En effet les Strider n'ont jamais brillés pour leurs trames scénaristiques, et une fois encore, ça se vérifie (et encore, c'est sans parler des clichés manichéens). Au niveau du gameplay on retrouve naturellement les bases du jeu d'origine à savoir que notre personnage peut s'accrocher sur (presque) toutes les parois et qu'il utilise son sabre pour trancher ses ennemis dans le vif. Au fil de la progression, on débloquera peu à peu de nouvelles compétences comme des upgrades de santé, ou le slide qui permet d'immobiliser les ennemis et de passer par des trappes. S'il est vrai qu'on aurait préféré un système d'XP et de compétences à débloquer manuellement, il faut reconnaitre que la formule fonctionne même si bien évidemment, le jeu en devient très linéaire. Il reste malgré tout quelques passages cachés et autre objets à chiner, qui permettent de rallonger un peu la durée de vie. Une durée par ailleurs très correcte puisque les niveaux de difficulté sont assez équilibrés. En facile, comptez 6 à 7 heures pour finir l'aventure, alors qu'il vous faudra bien 10 heures en difficile, avec un nombre parfois frustrant de "game over" au compteur. Y'a du challenge pour ceux qui en veulent ! Il faut dire qu'il n'est pas rare de voir des checkpoints trop espacés ou de mourir à quelques mètres à peine de la pièce où notre santé nous est restituée. Sans ça, on reste sur du Strider pur souche !


On grimpe un
La réalisation est un peu terne certes, mais reste tout à fait correcte
peu partout, on découpe nos ennemis… et même si le titre est récent, il faut admettre que le gameplan s'avère malgré tout très timide. Les développeurs n'ont que très rarement pris des risques et ils nous offrent un jeu somme-toute classique. Et on le voit plus encore dans certains passages qui sont directement inspirés des précédentes itérations, comme l'arrivée en deltaplane ou ce dragon qui fait office de boss pour la 3e fois déjà ! La jouabilité est bonne, malgré une certaine "flottaison" et il est dommage de ne pas pouvoir jouer à la croix numérique, notamment sur PS3 et PS4 où le pad y est mieux adapté. Techniquement, ce Strider était à l'origine développé par GRIN, le petit studio derrière le génialissime Bionic Commando Rearmed. Cependant en 2009, à la sortie de Terminator Renaissance, le développeur suédois a fermé ses portes et le développement est resté en plan pendant des années. Heureusement Capcom n'a pas trop laissé le jeu prendre la poussière et aujourd'hui il vient nourrir des PS4 et Xbox One qui crèvent un peu la dalle. Bref, il est difficile de dire le contraire, mais l'ensemble se révèle plutôt joli. Sur n'importe quelle plate-forme que ce soit, les graphismes ont tendance à être froids mais le design reste agréable, c'est fluide et on retrouve bien "l'esprit Strider". Maintenant vous vous doutez bien que les versions PS4/XBO sont légèrement plus jolies que celles sur PS3/X360, mais ce n'est pas cette différence qui vous incitera à acheter une console next-gen. Bref c'est joli, agréable à l'œil même si on aurait pu s'attendre à mieux, d'autant que le bestiaire a tendance à peu se renouveler. Mais d'un jeu 2.5D vendu en dématérialisé, je ne vois pas trop ce qu'on pouvait en demander de plus. Enfin côté son, le doublage (uniquement US) n'est pas top qualité. Caricatural et pas vraiment impliqué, notamment la voix d'Hiryu peut agacer. Les bruitages sont dans le ton et les compositions de Michael John Mollo sont à tout à fait appropriées. Mixant nouvelles musiques et remixes de qualité, les fans vont forcément apprécier d'autant que les musiques rendent bien hommage à la série.



Très Note
inspiré de Shadow Complex ou Bionic Commando Rearmed (non je ne ferai aucune référence à Metroïd, Castlevania ou Mega Man, y'en a marre de toujours voir les mêmes noms revenir !) ce Strider HD comme certains l'appellent, oscille entre le remake et le reboot du premier opus datant tout de même de 1989. Entre modernité et conservationnisme, ce 3e chapitre réinjecte beaucoup de scènes et éléments connus, tout en essayant de se montrer à la fois "dans le vent" et "old-school". Un étrange mélange qui donne un peu une impression de déjà-vu, tout en étant hésitant à innover vraiment. Et on le voit bien avec cette progression linéaire, ces ennemis redondants, ce gameplan un peu frileux qui ne cherche pas vraiment à renouer avec les exploits techniques d'antan (en plus avec une bonne grosse 2D, façon pixel-art, ça aurait donné). Malgré tout, on ne boudera pas notre plaisir de retrouver ce vieux héros (25 ans cette année !), avec tout d'abord une très bonne jouabilité, souple et agréable (bien qu'un peu flottante), une patte graphique plaisante et une bande-son qui l'est tout autant (on parle bien des musiques, pas du doublage). De même, si les 15€ demandés semblent un peu élevés, dites-vous que la durée de vie est très correcte, notamment face à ces DLCs et ces centaines de jeux dématérialisés dont la plupart n'arrivent même pas à la moitié de celui-ci. Bref, Strider est une licence dont les sorties sont sporadiques mais dans la plupart des cas, ce sont des bons jeux, la preuve encore une fois. Ce remake/reboot/suite nous offre une aventure fort sympathique, qu'il serait dommage de bouder.



Les -

  • Gameplan très plan-plan
  • Beaucoup de redite
  • Doublage bof-bof
  • Leveling imposé
  • Les +

  • Une aventure agréable à parcourir
  • Une réalisation très correcte
  • Fidèle à l'esprit de la série
  • Bonne durée de vie
  • Jouabilité nerveuse

  • Test réalisé par iiYama

    mars 2014