Resident Evil Village (Xbox SX/SS - PS5 - PS4 - XBO - PC) -- TEST sur GRAVITORBOX

 


Cliquez pour agrandir









Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :



Sortie mondiale : mai 2021
Développeur : Capcom
Editeur : Capcom
Genre : survival horror (FPS ?)

Version testée : française
Doublage : français
Textes à l'écran : français

Version logicielle testée : 1.01
Moteur graphique : RE Engine (Capcom)
Difficulté :
Temps de jeu : 8 à 12 heures selon votre rythme

Multi-joueurs : mode RE:Verse
Abréviations : RE 8 - RE VIII
Titres alternatifs : Resident Evil 8 - Resident Evil VIII - Resident Evil : Biohazard 2
Prix au lancement : 70€ (consoles) / 60€ (PC)


Installation Xbox Series X

Support : 1 Blu-Ray ou en téléchargement sur Xbox Games Store
Installation : 27,2Go
Performances : 4K avec HDR en 45 fps avec RT (mode graphismes) / 4K avec HDR en 60 fps sans RT (mode performance)


Installation Xbox Series S

Support : uniquement en téléchargement sur Xbox Games Store
Installation : 27,2Go
Performances : 1440p avec HDR en 45 fps avec RT (mode graphismes) / 1440p avec HDR en 60 fps sans RT


Installation Xbox One

Support : 1 Blu-Ray ou en téléchargement sur Xbox Games Store
Installation : 27,2Go
Performances : 900p en 30fps
Optimisation Xbox One X : 4K avec HDR en 30fps (mode graphismes) / 1080p en 60fps (mode performance)
Compatible Kinect : non


Installation PlayStation 5

Support : 1 Blu-Ray ou en téléchargement sur PlayStation Store
Installation : 27,4Go
Performances : 4K avec HDR en 30 fps avec RT (mode graphismes) / 4K avec HDR en 60 fps sans RT (mode performance)
Compatible VR : non


Installation PlayStation 4

Support : 1 Blu-Ray ou en téléchargement sur PlayStation Store
Installation de base (v.1.0) : 29,5Go
Taille de la Mise à Jour v.1.01 : 491Mo
Performances : 900p en 45fps
Optimisation PS4 Pro : 4K avec HDR en 30fps (mode graphismes) / 1080p en 60fps (mode performance)
Compatible VR : non
Remote Play PSVita : non


Installation PC

Support : en téléchargement sur Steam
Installation : environ 30Go
Compatible VR : non

Configuration minimale :
CPU : Quad Cores 3,4Ghz
RAM : 8Go
VIDEO : avec 4Go de VRAM (type GeForce GTX 1050 Ti / Radeon RX 560)





Vous aimez GRAVITORBOX et vous voulez le soutenir ? Alors vous pouvez nous adresser vos dons via PayPal en cliquant simplement sur le bouton ci-dessous.

Merci d'avance ^__^



______________________________










______________________________

Les sites partenaires :












______________________________


Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)


Resident Evil

Village (+ RE:Verse)



On peut le dire,
Les 4 premières lettres du sous-titre VILLage forme un 8 romain (VIII), cet épisode étant la suite directe du 7e opus canonique
Capcom a eu le nez fin. En effet, cet ex-modeste développeur japonais était comme SNK en son temps : l'un des grands rois de l'Arcade. Bien qu'ayant construit d'excellents systèmes (les fameux CPS), Capcom ne s'est jamais lancé dans la construction d'une console. Résultat, là où SNK s'est enfermé dans son système Neo-Geo sans jamais vraiment réussir à en sortir de lui-même (disons juste qu'en 2004, lorsqu'ils sont passés à l'Atomiswave, ils n'avaient vraiment plus le choix), de son côté Capcom a vite compris que l'avenir était sur consoles (et PC). Ainsi, d'un constructeur de systèmes qui a fourni parmi les meilleurs titres que l'Arcade ait connue dans les années '90, à l'image du terrible virus qu'il met souvent en scène, Capcom a su muter. Voilà pourquoi dès 1996, alors que SNK sortait son 3e King of Fighters et parmi ses plus ambitieux titres (Art of Fighting 3, Samuraï Shodown IV, Metal Slug...), de con côté Capcom livrait au monde son premier Resident Evil. Depuis ces temps reculés où nous jouions avec des consoles posées sur la tranche ou carrément à l'envers (souvenir, souvenir... :) la grande série des Resident Evil n'a cessé de vivre au rythme des consoles. Après une première trilogie qui aura marqué son temps, fut venue la 2e vague avec les Code Veronica, Outbreak, le magnifique Rebirth (superbe remake du premier opus), le sympathique Zero et enfin le superbe RE4, véritable renouveau de la saga, titre culte et maitre-étalon du TPS actuel pour certains, ou historique transgression et opus qui signa la chute de la série pour d'autres. Quoiqu'il en soit, Resident Evil a traversé les âges, en premier lieu avec une 3e vague lancée par Resident Evil 5, suivi par les Revelations et un 6e opus unanimement décrié. Comme dans toute carrière, après avoir touché la cime de la gloire, fut venu le "creux de la vague". Ceci dit, après un temps de remise en question, Capcom créa la surprise avec la sortie de Resident Evil 7, indubitable renaissance d'une série visiblement à bout de souffle (il faut dire que RE6 était très loin des attentes des fans) et ce succès embrayera sur les remakes des Resident Evil 2 et 3, tous 2 étant vraiment excellents (oui même le 3, commencez pas avec ça...).



Resident EVILLage


Alors qu'aujourd'hui
RE:Verse est une énième tentative de Capcom de percer dans le multi-joueurs. Des ressources gâchées qui auraient pu profiter à RE8...
nous attendons de pied-ferme les remakes de Code Veronica et Resident Evil 4, Capcom nous sert sur un plateau son fameux Resident Evil 8, dont le nom du jeu fait à nouveau office de numérotation romaine (le VILL de VILLAGE donnant VIII, soit 8). Mais avant toute chose, il faut savoir que le jeu est livré avec un code afin d'avoir accès à RE:Verse (ce qui donne "Reverse"), une énième tentative pour le développeur de percer dans le difficile monde du multi-joueurs. Alors certes Resident Evil a un bon potentiel pour ça, étant donné que l'action reste l'un des piliers de la série, mais en attendant, c'est à chaque fois la même histoire : pour quoi faire ? Pourquoi Capcom s'acharne-t'il à développer des modes, des jeux et des genres dont les fans ne veulent pas ? La leçon n'a jamais été comprise visiblement... Car si on peut comprendre leur désir de faire "autre chose" comme ce fut le cas avec les Survivor, les Chronicles ou encore le très sympathique Dead Aim, au final ce sont toujours les épisodes canoniques et offrant un gameplay je dirais "classique" qui se vendent le mieux. Pourquoi perdre autant d'investissement, mettre autant de ressources au profit d'un mode dont tout le monde se fout, pour au final qu'il soit oublié moins d'un an plus tard ? Croyez-vous vraiment que les fans de longue date en ont quelque chose à faire des Operation Raccoon City, des Umbrella Corps et aujourd'hui de RE:Verse ? J'en doute franchement car un Resident Evil s'apprécie en solo, le cul vissé au fond du canapé, en jouant tard le soir et dans la pénombre car ce qui nous attire dans cette série, c'est la peur, l'aspect "survival" et exploration... pas l'action. Mais ça, visiblement Capcom ne l'a pas encore imprimé. Après c'est vrai, RE:Verse n'a pas empêché la sortie de notre RE8, ceci dit à l'image de Resident Evil Resistance, ce mode/spin-off/merde-multi-dont-tout-le-monde-se-fout, ce sont des ressources qui ont ensuite manqués au jeu principal et croyez-moi, on aurait tous préféré un Resident Evil 3 Remake plus long (avec notamment son niveau du Beffroi) plutôt qu'un Resistance que tout le monde a déjà oublié (alors qu'à la sortie de ce 8e opus, il n'a qu'un an et je suis sûr que vous aussi, vous aviez déjà oublier son existence).



  • RE:Verse c'est quoi ?
    Etant donné la durée de vie, un peu courte, de ce 8e opus canonique, on est en droit de se demander si Capcom ne mise pas sur le mauvais cheval. En effet, plutôt que d'allouer de l'argent et de la main d'oeuvre à développer un RE:Verse dont personne ne veut, et qui sera déserté une fois la vague de découverte passée, on peut légitimement se dire qu'au lieu de ça, Capcom aurait mieux fait d'attribuer ces ressources à l'aventure principale de Resident Evil Village, afin qu'il soit plus long (sans dire qu'il fallait atteindre la longueur et les travers d'un RE6). Car rappelez-vous, ce n'est pas la première fois que le développeur nous fait le coup et déjà pour Resident Evil 3 Remake, on avait eu le mode multi-joueurs asymétrique Resistance, dont tout le monde se fout royalement !! Et au lieu de ce Resistance, bien des fans auraient (une fois encore) préférés un jeu plus long. Car Resident Evil c'est un jeu solo qui mélange l'horreur et l'action, pas un multi-joueurs qui tente de cacher une potentielle "cash machine" avec un magasin d'armes et de cosmétiques qui, éventuellement, peuvent rapporter gros (regardez ce que Fortnite rapporte à Epic chaque jour, alors même que le jeu est censé être gratuit). Ceci dit, RE:Verse c'est quoi exactement ?

    Fêtant les 25 ans de la licence, RE:Verse est un mode multi-joueurs où s'affrontent 4 à 6 joueurs, tout en permettant d'incarner la plupart des grands noms de la saga horrifique, gentils ou méchants : le père Baker de RE7, Léon et Claire de RE2 Remake, Jill de RE3 Remake, Nemesis, etc... Dans la boite de Resident Evil Village, nous avons un code d'activation pour RE:Verse qui, en premier lieu, donnait accès à la bêta. Bien que ce mode soit gratuit (même si pour y accéder il faut payer l'accès au jeu en ligne de sa console, son FAI, sa facture EDF, etc...), RE:Verse devait officiellement être disponible pour tous le 7 mai (2021). Cependant les retours furent extrêmement mauvais (il suffit de regarder les screenshots ci-dessous pour voir la laideur du titre) et Capcom n'a pas hésité à repousser la sortie officielle du mode à un vague "été 2021". Notez également qu'aucune version PS5 ou Xbox Series ne sera mise en ligne, les machines Next-Gen de Sony et Microsoft se contenteront de faire tourner les éditions PS4 et Xbox One. Bref, RE:Verse part sans doute d'un bon sentiment mais Capcom n'est vraiment pas doué pour ce type de jeux (il suffit de voir ce qu'ils ont fait avec Lost Planet 2) et avant même sa sortie officielle, c'est un cuisant échec ! A contrario, Resident Evil Village disposera bien de son mode Mercenaries.


     

     



  • Pas n'importe quel loup... des loups-garous !


    Cette nouvelle
    Des loup-garous et des vampires... il faut l'admettre, on a connu Capcom plus inspiré et ces antagonistes n'ont rien à faire dans un Resident Evil
    aventure se déroule 3 ans après les événements de Resident Evil 7. Après avoir été sauvé, Ethan Winters a retrouvé sa femme Mia. Grace à Chris Redfield, ils ont quittés les Etats-Unis pour vivre dans un coin reculé d'Europe de l'Est. Désormais le couple mène une vie paisible et ont même eu une petite fille nommée Rosemary. Petite aparté : j'adore les jeux vidéos et leur vision idyllique des choses car souvenez-vous, dans RE7 Mia est une grosse déglingo qui cherche à nous pendre avec nos propres boyaux ! Malgré toute l'affection que peut avoir le héros pour elle, jamais je me serai remis avec une folle pareille !! Et jamais j'aurai fait un gosse avec elle, au risque que le bébé subisse une mutation (je ne vais pas rentrer dans les détails, si vous ne savez pas de quoi je parle, jouez à RE7). D'autant plus que visiblement, la bougresse garde de sombres séquelles de sa mésaventure passée... Enfin bref, aussi absurde que peuvent être certains scénarios Hollywoodien, comme je le dis souvent, "il faut bien faire un film jeu". Rose est désormais âgée de 6 mois, et bien que sa maman lui raconte des horreurs pour l'endormir, tous les 3 mènent une vie paisible, jusqu'au jour où Chris Redfield et ses hommes font irruption dans la maison, tuent Mia, enlèvent Rose et laisse Ethan évanoui ! Quand Ethan se réveille, il se retrouve près d'un village avec une population étrange et hostile, victime de... lycanthropie ! Très vite on apprendra que les villageois sont persécutés par ces pseudos loup-garous et que la région est sous l'emprise d'une certaine Miranda, la folle-dingue du coin qui a 4 enfants. Chaque gosse est régent de sa portion de région, et il faudra bien entendu les affronter avant de pouvoir rencontrer de visu la matriarche. Si vous vous demandez pourquoi Chris Redfield a agi comme ça (ce qui est étonnant de sa part, non ? pourquoi tuer Mia alors que c'est lui qui a sauvé Ethan ? et pourquoi enlever le bébé ?), demandez vous d'abord qu'est-ce que des lycans foutent ici, et pourquoi la famille fol-dingue semble être des vampires, dotés qui plus est, de pouvoirs mystiques...



    Ethan Winters, 3 ans plus tard et toujours un aimant à emmerdes...


    Vous l'aurez compris,
    Cet épisode est relativement court et même en explorant à fond chaque lieu, il ne dépassera pas les 12 heures...
    ce 8e opus canonique est la suite (et fin) du Resident Evil 7 sorti en 2017. Vous n'êtes pas obligé d'avoir fait RE7 avant de jouer à celui-ci, puisque l'histoire se veut plus ou moins autonome, mais ça reste évidemment un plus. Etant donné que RE7 est (à l'heure actuelle) disponible dans le Game Pass, qu'il est régulièrement en promo et qu'il coute une misère d'occasion, il serait quand même dommage de passer à côté de cette aventure fort sympathique avant d'attaquer cette séquelle. Etant donné que le jeu se présente à nouveau sous la forme d'un FPS (en vue subjective donc), nous verrons à nouveau toute l'action des yeux d'Ethan. Ce n'est peut-être pas la meilleure formule mais ça fonctionne et visiblement Capcom a même pris du galon sur ce sujet-là. Maintenant c'est sûr, à l'image de son prédécesseur, si bon soit-il, ce RE Village n'a plus grand-chose d'un Resident Evil. Sérieusement : des loups-garous et des vampires ?!! Sans parler que dans le fond, le scénario est méchamment tiré par les cheveux... oui oui plus encore que dans n'importe quel opus de la série ! Bref, nous sommes une nouvelle fois en présence d'un bon jeu d'action/survival à tendance exploration et ambiance horrifique, mais un très mauvais Resident Evil. De toute façon on ne va pas se mentir, scénaristiquement les détracteurs de RE4 ont raison quelque part : c'est depuis cet épisode-là (le 4) que la trame de fond de la saga est partie en sucette, laissant le brave Code Veronica comme dernier opus "classique". Car depuis la sortie du 4e volet, on peut le dire, les scénaristes partent dans tous les sens. Mais soit, nous ne sommes pas ici pour juger la série toute entière, mais uniquement ce RE8, qui a bien du mal à justifier son existence au sein du Lore de la série. Quant à la durée de vie, elle oscille entre 8 à 12 heures selon votre rythme. Evidemment, en jouant en "facile" et en fonçant tête baissée, le jeu peut paraitre court. Mais de notre côté, on s'est littéralement imprégnés de l'ambiance, on a fouillé chaque recoin, déniché chaque trésor. Malgré tout, 12 heures ça peut paraitre un peu faible car on a connu la série plus généreuse de ce côté-là. Ceci dit, il vaut mieux 12 heures d'un "bon jeu" que 15 à 20 heures d'un Resident Evil 6 pénible et redondant.



    La polymorphie redfielienne...


    Par contre
    Il est quand même aberrant de voir que dans ses Resident Evil, Capcom change si souvent le design de ses héros...
    il est à nouveau inadmissible que Chris Redfield ait ENCORE (!) changé de gueule et de physique ! Souvenez-vous, en début de carrière l'ami Redfield ressemblait à un minet japonais typique, propre sur lui et sympa. Jusqu'au jour où Capcom à péter un câble et nous a livré dans RE5 un buffle sous stéroïdes qui visiblement n'avait pas besoin d'armes à feu, tant le musclor du BSAA aurait pu défaire ses ennemis à grand coup de patates ! Mais soit, on a fini par l'accepter jusqu'au jour où on l'a revu à la fin de Resident Evil 7 et que visiblement il fut passé au déshydrateur alimentaire tant on a eu bien du mal à reconnaitre "la crevette" qu'on avait sous les yeux. Et là, d'un épisode à l'autre, il change à nouveau de gueule et même de physique ?! Ils ont un problème chez Capcom avec le suivi des personnages, c'est vraiment n'importe quoi !! Est-ce que Dante a changé depuis qu'on le connait ? Pas vraiment, donc ils en sont capables ! Est-ce qu'il aurait été admissible que Joël (The Last of Us) change de gueule d'un épisode à l'autre ? Est-ce que Snake (père, fils ou clone de Metal Gear Solid) a autant changé d'un opus à l'autre ? Idem pour Nathan Drake (Uncharted) qui pourtant sévi depuis presque 15 ans et qui est parfaitement reconnaissable ! Allez savoir pourquoi, il y a des développeurs qui ne sont pas foutus de faire un suivi de ses personnages principaux. A l'image de Lara Croft dans la récente trilogie Tomb Raider (qui en 3 épisodes se tape presque 3 gueules différentes - bien que physiquement au moins, on reste sur les mêmes rails) Capcom n'est pas fichu de faire suivre "physiquement" ses héros. Prenons l'exemple de Resident Evil Revelations 2, mon Dieu la tronche de cette pauvre Claire Redfield, défigurée, moche à vomir sa collation du soir ! Et à côté de ça, on reconnait parfaitement Mia et vous voulez savoir pourquoi ? Tout simplement parce que la motion capture a été réalisée par la même personne (Katie O'Hagan - idem pour Ethan, qui a été motion capturé et doublé en VO par Todd Soley). A contrario, dans Resident Evil 7 Chris Redfield a prit les traits (et la voix en VO) de David Vaughn, remplacé désormais par Jeff Schine. Et alors, j'ai envi de dire ? Est-ce que Katie O'Hagan ressemble à Mia ? Pas du tout ! Est-ce que Andy Serkis ressemble à Gollum ? Et pourtant, il y a un suivi, les mecs ont été capables de reprendre les traits physiques, mais chez Capcom dès qu'on change d'acteur, il faut que le personnage change aussi de gueule ? C'est aussi absurde qu'incompréhensible !




    L'évolution de Chris Redfield au fil des épisodes (cliquez pour agrandir)



    Comment se fait-il que Capcom ne soit pas fichu de conserver le faciès
    et le physique de son personnage ? (cliquez pour agrandir)



    [Polyur Ethan] [Winter is Coming]


    Et puisqu'on en est
    Le Trauma Pack ou comment vendre 3 merdouilles numériques sans intérêt à prix d'or !
    à gueuler, autant finir le boulot et parler de Lady Alcina Dimitrescu, dont la communication a (trop !) été centrée sur elle et pour cause, les Resident Evil ont pour public les "mâles". Petite parenthèse pour les imbéciles de chez Capcom : la motion capture de Lady Alcina Dimitrescu a été réalisée par Maggie Robertson et elle ne ressemble en rien à son personnage virtuel ! Comme quoi, la magie de la motion capture est aussi là, bande d'incapables ! Quant à Miss Alcina, hormis le fait quelle fasse 2,9 mètres (!) c'est surtout son opulente poitrine qui fut mise en avant. Certes la dame a un certain charme et une certaine classe (inspirée notamment d'Elisabeth Bathory, une comtesse hongroise du 17e siècle), mais sans cette protubérance mammaire prompte à faire saliver Elie Semoun et Franc Dubosc pour une ultime "petite annonce", pas sûr que la communication se serait centrée sur elle. A croire au final que le monde ne se résume qu'à ça, non mais j'vous jure... Pour en revenir à notre narration, le jeu s'ouvre sur une cinématique aussi intrigante que superbement réalisée, et que n'auraient pas renié certaines productions comme Giana Sisters. Capcom a également eu la très bonne idée de nous proposer une vidéo qui résume les événements encourus dans la précédente aventure (RE7). Une excellente intention puisque nous jouons à nouveau Ethan et que cet opus en est la suite directe. On notera également que le brave père de famille est nettement plus loquace qu'auparavant et surtout, qu'il a pris du poil-de-la-bête : fini le petit peureux qui se cache dans les placards, Ethan est devenu un homme, il a du poil sur le torse, sait manier les armes et fait front aux menaces. Ça fait plaisir de voir qu'il y a une évolution naturelle de son comportement et de son état d'esprit. Avant de parler du gameplay, évoquons une seconde le cas du DLC nommé "Trauma Pack". En premier lieu, sachez que ce Resident Evil Village ne propose aucun DLC scénarisé, comme ce fut le cas pour RE7. Par contre le Trauma Pack est un DLC qui existe depuis le lancement du jeu. A l'intérieur on retrouve l'arme Samuraï Edge puis des babioles comme des musiques, des filtres et des illustrations. Et vous savez quoi ? Ça vaut 13 put** d'€uros !! Encore une fois, c'est à se demander si on ne se paierait pas ouvertement notre gueule car vendre 13€ des merdouilles numériques qui n'ont aucun intérêt... c'est vraiment réservé aux pigeons ! Quoique ce ne sont même plus des pigeons, ce sont littéralement des débiles mentaux ! On peut être fan (nous par exemple, on se considère comme tels) mais faut pas être un abruti non plus...




    C'est Maggie Robertson qui a assuré la motion capture de Lady Dimitrescu et si
    Capcom peut à ce point changer le physique de son personnage virtuel, alors
    pourquoi Chris Redfield change-t'il à ce point d'un épisode à l'autre ?



    Lady Demitriscu, femme de Mister X


    Bref passons,
    Le début de l'aventure est vraiment frustrant, difficile, angoissant... heureusement les choses changent en arrivant au chateau
    Resident Evil Village se présente une nouvelle fois sous la forme d'un FPS. Bien entendu ce n'est pas un FPS au sens strict du terme puisque nous sommes très loin d'un DOOM, d'un Borderlands ou d'un Far Cry. Disons juste que c'est un survival horror / action teinté d'exploration en vue subjective. Ainsi donc nous retrouvons la fameuse vue FPS qui a tant fait parler d'elle lors de la sortie du 7e épisode. Sans que ce soit mis en avant, l'aventure est chapitrée avec en premier lieu, l'arrivée dans le fameux village qui n'est pas sans rappeler celui des glaiseux de Resident Evil 4. D'ailleurs si cette première phase de jeu est aussi difficile, voire même frustrante (puisque nous n'avons clairement pas les moyens de nous défendre) c'est parce que Capcom a voulu recréer ce sentiment d'impuissance que nous vivons au début de RE7 (où on est obligé de se cacher pour échapper aux Baker, cette famille de fous furieux). Bien que la "formule" soit ici un peu différente, au final le ressenti est très proche. D'ailleurs, Chacha et moi on a ressenti un certain malaise à cet instant du jeu car pour être franc, ça ne nous a pas plu. Fort heureusement, on peut dire que les choses s'améliorent drastiquement dès le second chapitre, lorsqu'on met les pieds dans le château de Lady Dimitrescu. A cet instant on retrouve une substantielle part de ce que nous aimons dans un Resident Evil, à savoir beaucoup d'exploration, quelques petites énigmes et quelques combats de boss. Ajoutons à ça que la grande patronne des lieux nous poursuit dans toute la bâtisse, et très vite on fait le lien avec un certain Mister X (Resident Evil 2), dont le teint blafard, la taille démesurée, le pas aussi lent que lourd et la persécution nous font dire qu'ils formeraient un très joli couple. ^_^ En somme, le niveau du château est vraiment intéressant en terme d'ambiance et d'exploration, tout en nous rappelant les délices d'un certain manoir Spencer. De retour au bourg, ce sera à nouveau l'heure d'explorer de fond en comble ce village tristement dépeuplé d'humanité pour ensuite arriver chez Beneviento, un lieu vraiment étrange dont l'ambiance oscille entre SAW et ÇA (les films d'horreur), et où cette fois l'action est restée devant la porte de la bâtisse, afin de subir une horreur bien plus pesante, une horreur psychologique et dérangeante, cette fois plus proche d'un Silent Hill que d'un Biohazard.



    Welllcooome straangeeer...


    Malheureusement,
    Le mode Mercenaries se débloque grâce aux "points cumulés"
    les vieux travers de ce cher Capcom ont la peau dure et ils n'ont pas pu s'empêcher d'appliquer la "formule" à la lettre à savoir que les boss sont toujours gigantesques, difformes et abusés, et que la fin de l'aventure s'apparente plus à un shooter qu'à un survival horror, tant l'action prend le pas sur tout le reste. Mais soit, quasiment tous les épisodes fonctionnent ainsi, on ne va pas jouer les surpris pour autant. En parlant de fin, tout au long de l'aventure nous sommes récompensés par des "points cumulés", des "PC" qu'on obtient selon nos aptitudes. Avec ces PC on peut débloquer de nouvelles armes, des munitions infinies, toute une panoplie d'inutiles figurines (virtuelles) et autres Concept Arts, ainsi que le fameux mode Mercenaires. Une mode bonus finalement assez classique et bien connu des amateurs de la série, mais également bien plus intéressant que le RE:Verse (ironique pas vrai ?). Du côté du gameplay, on retrouve donc les mécaniques de Resident Evil 7 comme cette vue FPS très immersive mais relativement lente : nous ne sommes pas dans un shooter survolté comme dans RAGE 2 par exemple, non ici le rythme est lent, posé et les ennemis ont également tendance à se mouvoir poussivement. La possibilité de se cacher reste très rare et les mécaniques inhérentes à la licence sont évidemment présente : se soigner grâce aux plantes, déjouer quelques énigmes très faciles, lire des documents pour étayer le fond de l'histoire, etc. Heureusement pour nous, cette suite n'est pas une copie carbone de son prédécesseur et plusieurs pseudo-nouveautés font leur apparition. Je dis bien "pseudo" car au fond, les idées ne sont pas neuves, elles sont empruntées aux autres grands épisodes de la saga, comme cette grande perche à la peau blafarde qui nous cherche partout dans son château. Premier point, le jeu sauvegarde automatiquement à certains passages stratégiques, et en parallèle, nous avons aussi des sauvegardes manuelles, matérialisées par les séculaires machines à écrire. On retrouve bien évidemment cette exploration que personnellement, j'aime beaucoup. Certes elle nous impose quelques allers-retours si on veut choper tous les petits trésors que recèle chaque map, mais ça reste une facette agréable du titre. Et si cette fois nous ne retrouvons pas le fameux coffre magique et interconnecté de certains opus (comme dans RE7), c'est parce que ce 8e épisode lorgne cette fois sur l'excellent (bien que vieillissant) Resident Evil 4. En gros, à l'image de Léon, Ethan se sert de son couteau pour casser certains objets (vase, caisse en bois, vitrine... mais comme toujours, n'espérez pas broyer ce qui n'est pas "autorisé"), et il est équipé d'une valise où tout ce qu'il chope va dedans. Un inventaire qu'on peut élargir (moyennant finance bien sûr) et réorganiser.



    Roméo Ethan doit Mourir


    On retrouve
    Le Duc est un bien étrange marchand. D'ailleurs, Ethan utilise une valise, exactement comme Léon dans RE4
    les raccourcis rapides pour sélectionner son arme et se soigner, et bien entendu on "craftera" un maximum d'objets, dont la valeur est variable. Et qui dit valise, dit forcément marchand ! Etant donné que RE4 se déroule en Espagne, il est naturel d'avoir un autre type de marchand, le Duc, un homme également immense, et aussi accueillant que dérangeant (surtout lorsqu'il gémit, à croire que la simple vue de notre personne l'émeut plus que de mesure !). Chez le charmant, on pourra donc revendre notre camelote, modifier nos armes, acheter des upgrades et cette fois on pourra même se prendre des munitions. Ceci dit le jeu est assez généreux en balles et au pire, héritage direct de Resident Evil 3, on peut en fabriquer nous-même, uniquement en combinant de la ferraille et de la poudre noire (ça reste un jeu vidéo, je vois déjà les experts en armes à feu dire que c'est n'importe quoi :). D'ailleurs, on pourra faire de même avec les remèdes qui nécessitent une plante verte et un fluide chimique (avec ce que ça comporte d'idioties directement empruntées à RE7 où un membre coupé ou une blessure mortelle, ne l'est pas définitivement). Si bien entendu certains objets coutent bien plus chers que d'autres, le gourmand Duc aime également la bonne cuisine. Ainsi il faudra trouver des ingrédients (poisson, porc, poulet) pour lui concocter des petits plats, ce qui nous permet ensuite d'avoir des récompenses permanentes telles qu'une augmentation de la santé, une meilleure résistance ou une vitesse de déplacement accrue (une manière détournée de nous faire explorer les maps de fond en comble et d'upgrader notre personnage, même si au fond, nous n'avons pas vraiment besoin de ça pour finir le jeu). Si je trouve que le gameplay fonctionne plutôt bien, il y a quand même 3 griefs que je tiens à signaler. Le premier, c'est que les indications textuelles s'effacent bien trop vite (comme une traduction ou un indice) nous forçant à refaire l'action pour avoir le temps de finir. Ce n'est qu'un détail et espérons qu'un futur patch règle ce problème (au fond) sans grand importance. Plus gênant par contre, nous n'avons pas de touche pour "sauter" puisqu'Ethan le fait tout seul : passer une barrière, sauter un obstacle, passer par une fenêtre brisée se fait automatiquement et croyez-moi, c'est très perturbant ! D'ailleurs cette automatisation limite le champ des possibilités et cloisonne notre progression car ainsi, on n'essaiera pas de sauter de toit en toit ou de franchir un obstacle qui n'est pas prévu par les développeurs.



    Les résidents du village


    Enfin,
    Il est toujours aussi absurde que notre personnage fouille un tiroir mais pas l'autre, un placard mais pas l'autre... comme si en temps de survie Ethan pouvait se permettre de jouer les indolents
    comme évoqué, nous avons la possibilité de fouiller les lieux, d'ouvrir les placards et les tiroirs, afin de trouver des objets ou des sous. Et à la manière d'un Last of Us, si je trouve extrêmement frustrant d'ouvrir beaucoup placard et tiroirs et de ne rien trouver (bien que ça paraisse logique et compréhensible), à contrario je trouve toujours aussi absurde qu'Ethan (exactement comme Joël) se dise : "tiens je vais ouvrir le tiroir de droite, mais pas celui de gauche. De même je vais ouvrir tel placard, mais pas l'autre !". Franchement, c'est parfaitement débile ça ! En cas de survie (d'autant plus avec des monstres au cul !), je peux vous jurer que vous allez tout ouvrir, tout fouiller et pas vous dire "ahhh non, celui je l'ouvre pas, je sens qu'il n'y a rien dedans" (oui, c'est à énoncer avec une voix de pétasse ^__^). Cette divination de bas-étage m'exaspère et c'est à mes yeux l'un des plus gros défauts du jeu car au lieu d'être le plus immersif possible, on nous ramène à un simple jeu vidéo avec ses limitations imposées et totalement absurdes. Autre détail, si on retrouve quelques éléments emblématiques de la série comme les corbeaux, des pseudo-zombies (si si cherchez bien, il y en a !) ou la fameuse machine à écrire, à l'image de RE7 il est quand même difficile d'affirmer haut et fort que nous sommes en présence d'un Resident Evil pur souche... vue subjective mise à part. Techniquement à présent et comme tous les jeux Capcom, notre Resident Evil 8 tourne sur le moteur maison, le joliment nommé RE Engine qui fut instauré par Resident Evil 7 justement (2017). Le remplaçant du valeureux MT Framework est d'ailleurs à l'honneur chez le développeur puisqu'il fait tourner Devil May Cry 5, les remakes de Resident Evil 2 et 3, Ghosts 'n Goblins Resurrection ou encore Monster Hunter Rise. Si bien entendu il n'est pas le plus performant moteur graphique de sa génération, il reste malgré tout un très bon "middleware" que Capcom maitrise à la perfection, quelque soit le support. Commençons par l'installation, qui se fait via l'interface du côté Sony (pas d'installation rapide car vous l'avez sans doute remarqué, depuis quelques temps ça ne se fait plus trop) et qui se fait en plus ou moins 15 minutes (c'est évidemment plus long du côté Xbox puisque le lecteur est plus lent). L'installation de RE8 fait environ 30Go (45 à 50Go si on ajoute le très dispensable RE:Verse). 30Go c'est étonnamment peu pour un jeu cross-gen, et plus fort encore, nous l'avons testé 2 semaines après sa sortie et il n'a reçu qu'un seul patch (le 1.01) qui fait moins de 500Mo ! Balèze, il est clair que Capcom a bien planché sur sa copie, qu'il y a eu une véritable phase de beta-test et qu'au final, le patch ne corrige que quelques babioles. On est loin, très très loin d'un Red Dead Redemption II qui impose son gros cul de plus de 100Go, ou encore d'un Cyberpunk 2077 que j'ai personnellement adoré mais qui est bugué jusqu'au trognon !



    Le village by Night Shyamalan


    En version 1.01,
    Le jeu pèse environ 30Go... c'est étonnament peu pour un jeu cross-gen. Question optimisation, les autres développeurs devraient en prendre de la graine
    notre Resident Evil Village n'a souffert d'aucun bug (2 ou 3 petits bugs graphiques mineurs, notamment de textures, et rien d'autre), et le framerate fut parfaitement stable. Après il faut avouer que ce n'est pas le jeu le plus rapide qui existe, l'action a tendance à être lente, donc forcément, le moteur graphique à tout loisir de faire correctement son boulot. Bien entendu, ce sont les consoles d'ancienne génération qui pâtissent des moins bonnes performances et encore. Des tests ont été réalisés à la sortie de la démo et depuis, le développeur nippon a encore amélioré les performances. Ainsi donc sur Xbox One et PS4, nous avons du 900p (upscalé en 1080p) et comme évoqué, vu la lenteur de l'action, ça ne gène en rien d'être limité à 30fps (la version PS4 monte parfois jusqu'à 45fps). Dès la PS4 Pro et la Xbox One X, on sent un sérieux regain de performances puisque dès lors une option graphique qui nous laisse le choix entre "Graphismes" et "Performances". Ainsi donc sur les 2 machines "inter-générationnelles" nous pouvons alterner entre un très joli 4K HDR à 30fps ou un 1080p à 60fps. Seul bémol avec les consoles d'ancienne génération : les disques durs ! Toujours aussi lents, ils provoquent quelques pop-ups (notamment de textures) et imposent un premier chargement assez longuet de l'ordre de 30 secondes. Rien de méchant en soi puisqu'ensuite le jeu se débrouille pour charger ses données en tâche de fond (on se souvient notamment de la maison des Beneviento et de son interminable ascenseur qui nous rappelle les joies du premier Mass Effect). Evidemment, c'est sur PC, PlayStation 5 et Xbox Series que le jeu brillera le plus. Ici tout est question de Ray Tracing, auquel cas on pourra passer de 30 à 60fps sur une résolution de 4K. Enfin la petite Xbox Series S se permet même un très joli 1440p avec des nuances de Ray Tracing, auquel cas l'entrée de gamme passera de 60 à 30/45fps. Le Ray Tracing apporte bien entendu un regain de performances, notamment dans la qualité des éclairages et des reflets qui en découlent. C'est notamment dans le château de Madame X Lady Dimitrescu que vous apprécierez le plus cette petit plus-value graphique. Car on ne va pas se mentir, le jeu est déjà très bien sur ancienne génération et il n'est pas transcendé sur la nouvelle. C'est plus joli certes, mais ça reste le même jeu puisque de toute façon, les graphismes ne font pas tout (même si à l'époque déjà il était difficile de faire comprendre ça à un joueur Mega Drive qui discutait avec un joueur Neo-Geo :).



    Resident Underworld Evil


    Par contre
    Les modélisations sont superbes, il est clair que la motion capture donne de très bons résutats
    grâce au SSD les pop-ups se font très rares et le premier chargement ne dure qu'une poignée de secondes (ça c'est bien :). Donc la vraie question c'est : "Resident Evil Village est-il beau ?". On peut le dire, au fond le jeu est réussi, par contre il est très inégal. Le village par exemple est très terne, monotone, à l'image de celui de RE4 justement. A contrario, le château est vraiment magnifique avec ses décorations baroques, ses statues, ses beaux éclairages et ses liserés d'or. Globalement le jeu est joli, disons simplement que même sur Xbox One, il n'est pas difficile de trouver mieux (bien que trouver pire est plus facile encore). Du côté des modélisations, Mia n'a pas vraiment bougé contrairement à ce con de métamorphe de Chris Redfield. Les principaux ennemis ont un certain charisme (notamment Heisenberg), les modélisations sont propres, il n'y a pas grand-chose à redire. Rien à redire sauf peut-être sur des mains particulièrement "vieillies" et marquées. C'est même assez choquant car si sur Mia ça fait déjà bizarre, voir ça sur le bébé... sans doute que Capcom s'est dit qu'en ces temps de crise, avec le COVID, les lavages de mains à répétition et le gel hydroalcoolique, étant donné que désormais nous avons tous des mains de vieillards, il fallait que les protagonistes soient également "à la mode". Autre détail, dans ce RE8 on parle de vampires et de loup-garous mais tout à fait entre nous, on est loin du design et des dangers que ces 2 monstres mythiques inspirent. Les vampirettes ont même un certain charme, quand les loups-garous que nous rencontrons dans le village ressemblent plus aux orques du Seigneur des Anneaux, qu'aux lycans d'Underworld ! En clair, la communication et l'orientation même du jeu semble quelque peu à côté de la plaque, notamment parce que Capcom a fait la bêtise d'écouter une parcelle négligeable de ses fans. J'entends pas là qu'à cause des pleureuses qui ne supportent pas les jeux d'horreur, la terreur a été nivelée par le bas et c'est aussi sans doute ça qui fait que les vampires et les lycans sont si "lisses" au lieu d'être réellement effrayants.



    Heisenberg fait de la "meth"


    Alors bien sûr,
    Cette fois pas de jaloux, il n'y a aucune version VR !
    il reste encore quelque scare-jumps bien placés et quelques passages flippants (car oui, nous avons joué dans de bonnes conditions : tard le soir, dans le noir et le son bien fort, sans quoi ça n'a aucun intérêt), mais c'est à cause d'eux (les pleureuses) et d'un Capcom qui veut contenter tout le monde, que ce RE8 est ainsi fait. Une hérésie vous en conviendrez, car si vous ne supportez pas les jeux d'horreur... bééé n'y jouez pas, tout simplement ! Il y a tellement d'autres genres que cette tranche d'individus fragiles n'a pas besoin de venir dénaturer les univers que nous apprécions. Quant à la version Switch... comment dire... si c'est pour avoir un énième jeu qui ne tourne que grâce au Cloud, que Capcom ne se donne pas cette peine car ce n'est pas du jeu vidéo ça, c'est un mélange d'obsolescence programmée et de vol manifeste ! Voilà en quelques mots ce que je pense d'une potentielle version Switch. Quant à la VR, toujours exclusive à la PS4 pour Resident Evil 7 (alors qu'ils auraient très bien pu faire un joli portage PC), ici pas de jaloux : pas de VR pour personne, comme ça tout le monde est (mé)content. Terminons par la partie audio, qui profite des compositions de Shusaku Uchiyama. L'artiste japonais est derrière bien des productions du studio (bien qu'en partenariat avec d'autres compositeurs, il participera aux bandes-son de Resident Evil 2, Rebirth, 4, Operation Raccoon City) et il nous sert ici les mêmes inspirations que dans tous les Biohazard récents (j'entends par là depuis le 4). Lorsque l'action se fait pressente, une vague angoissante vient souligner l'ambiance, et lorsque c'est le calme plat, généralement il n'y a rien. Peut-on encore parler de musique ? J'en doute et tout à fait entre nous, il me manque le bon vieux temps des thèmes aux violoncelles et autre piano mélancoliques. Certes ça fait un peu "old school" mais ça avait tellement plus de charme... Du côté du doublage, Capcom sait soigner son audience puisque nous avons le choix entre le français, l'anglais et même le japonais. Comme vous le savez, étant donné que je déteste lire des sous-titres, je joue toujours en VF et le moins qu'on puisse dire, c'est que la version française est de bonne qualité.



    Les chips Leis, on Leis adore !


    On notera
    Les musiques sont classiques à la série depuis un moment déjà, et le doublage est globalement bon. Par contre les bruitages sont vraiment minables !! C'est vraiment regrettable, surtout venant de Capcom...
    en premier lieu que si la synchro n'est pas parfaite, on sent quand même que de gros efforts en été fait en ce sens et on nous évite ainsi certains déboires qui, en 2021, sont tout simplement inadmissibles (je parle bien sûr de mon souffre-douleur sur le sujet : Control). Du côté du casting vocal, le développeur s'est offert les services de personnalités qu'on reconnait très vite grâce à leur inimitable timbre. Je parle bien sûr de Françoise Cadol (l'ancienne voix de Lara Croft) qui a doublé Lady Dimitrescu, ou encore Heisenberg qui est doublé par Jérémie Covillault (la voix officielle de Hugh Jackman et Jeffrey Dean Morgan, et qu'on entend de plus en plus souvent). Si Chris Redfield n'a plus la même gueule (Dean et Sam Winchester diraient sûrement que c'est un polymorphe ^.^), au moins il a même voix, à savoir celle de Boris Rehlinger (la voix française de Colin Farrell et Jason Statham). Mia par contre n'a plus la même voix et c'est désormais Laurence Bréheret qui la double. Enfin notre brave Ethan Winters est doublé par Damien Ferrette (oui c'est la même que dans RE7) et il est nettement plus loquace qu'autrefois. D'ailleurs il n'a pas pris que du caquet, il est aussi bien plus débrouillard que dans sa précédente aventure puisqu'il manie les armes comme un pro et se veut plus athlétique qu'auparavant. Terminons par les bruitages qui sont l'une des mes grosses déceptions de cet épisode : après tant d'années à mettre les armes à feu sur le devant de la scène, comment se fait-il que Capcom fasse encore l'erreur de nous livrer des bruitages aussi minables ? Alors que dans RE7 c'était déjà coussi-coussa, ici c'est pire avec un fusil à pompe à peine digne d'une 22 Long Rifle, des pistolets sans aucun punch et même des explosions fadasses. Que se passe-t'il chez Capcom, le préposé au sound-design est cloué au lit ? Est-ce un rhume, le Coronavirus, une gripette, la mouche tsé-tsé ? Qu'on m'explique alors pourquoi certains épisodes sont dotés de bruitages super dynamiques (comme dans Resident Evil 4 ou le Remake du 2) quand d'autres sont complètement à côté de la plaque ! Vous l'aurez compris, l'action pâtit un peu de cette mollesse car les armes manquent de ce retour sonore qui conforte la violence du coup de feu. C'est vraiment décevant, d'autant plus de la part de Capcom dont c'est loin d'être le premier jeu d'action, et plus encore le premier jeu à mettre "les guns" autant en avant.



    Les gens Note
    sont devenus des chochottes, des pleureuses (sans parler de cette armée de rageux anonymes bien cachés derrière un écran et qui "dénoncent" à tour de bras - quel courage les gars !), car Revident Evil Village a clairement un aspect horreur nivelé par le bas, à cause d'eux ! Bienséant et visant toujours les meilleures ventes possibles, Capcom a écouté sa communauté et à éviter au maximum les traumatismes causés par une famille Baker autrement plus flippante que le parterre de monstres (vampires et loup-garous en tête de liste) qu'on nous sert dans cet épisode (qui sait, c'est peut-être pour cette raison qu'EA n'ose plus faire de Dead Space... attendez, on me dit dans l'oreillete qu'un remake du premier opus est en développement, autant pour moi :). Quoiqu'il en soit, Resident Evil Village n'est peut-être ni un vrai FPS ni un bon Resident Evil, mais il reste un jeu bien sympa et son succès n'est pas seulement dû à ses qualités, mais aussi parce que depuis la crise du COVID et la sortie des consoles de 9e Génération, c'est clairement la disette (sur les 6 derniers mois nous n'avons pas eu grand-chose comme bons/grands jeux). Donc finalement tout le monde se tourne vers ce qui sort... faute de mieux. Suite directe d'un Resident Evil 7 qui a orienté la série vers une formule rafraichie, nous retrouvons un Ethan Winters bien plus loquace et débrouillard qu'autrefois, qui devra cette fois se défaire de créatures légendaires mais loin d'être aussi caricaturales qu'espérées. En effet, sans dire qu'on voulait du Conte Dracula en personne et des lycans façon Underworld, je peux vous dire qu'ici le bestiaire ressemble à tout sauf à ce qui est annoncé !

    De même, quelques frustrations planent sur le jeu comme cette durée de vie en baisse (environ 10 à 12 heures en fouillant bien les lieux, bien moins en ligne droite), des bruitages franchement minables, une VR aux abonnés absents, des énigmes vraiment faciles (nivellement par le bas oblige), un début d'aventure vraiment poussif, où encore un équilibre peur/armes qui fait que plus on est armé, moins on flippe (encore faut-il jouer dans de bonnes conditions - je dis ça pour ceux qui joue en pleine journée, dans un salon baigné de soleil). Sans compter que les boss sont comme d'habitude (difformes, abusés) ou simplement que sur la fin de l'aventure, le jeu délaisse son aspect exploration/survival pour de l'action pure et simple. Donc Resident Evil 8 / Village est une déception ? Et bien en fait non ! Malgré de nombreux griefs, notamment de cohérence (comme cette main coupée qu'on peut "recoller" ou le fait de n'ouvrir que certains placards / tiroirs et pas d'autres), je ne sais par quelle magie, la formule fonctionne ! Il faut dire que dans son ensemble le jeu est techniquement réussi, sans être fantastique l'histoire est sympa, et l'action est (mine de rien) vraiment bonne. Pas forcément meilleur que le 7e opus mais nettement moins difficile et traumatisant, RE8 reste un bon jeu, un épisode canonique qui fait largement le job, même si avouons-le, on reste loin d'un Resident Evil 2 Remake. De toute façon, la série a toujours été en dents-de-scie et après certains "creux de vague" tels que Resident Evil 6 ou les itérations en ligne qui ne marchent jamais (à l'image d'Operation Raccoon City ou du RE:Verse livré avec celui-ci), on reste malgré tout dans une norme qualitative qui caractérise assez bien la série.



    Les -

  • Chris Redfield a (ENCORE !!) changé de gueule... Chez Capcom on ne sait pas suivre le design d'un personnage et c'est vraiment déplorable !
  • Des bruitages vraiment mollasses pour les armes ! Même le fusil à pompe et les explosifs n'ont aucun punch. C'est déprimant :(
  • Le DLC Trauma Pack, qui nous vend 3 babioles pour 13€... un beau foutage de gueule !
  • Boss et fin d'aventure comme d'habitude : faut toujours que ça parte en vrille...
  • Un début d'aventure peu encourageant (heureusement ça s'améliore vite :)
  • Les énigmes sont vraiment trop faciles cette fois
  • Aucune version VR : pourquoi ?


  • Les +

  • Beaucoup des excellentes innovations des autres opus sont reprises ici : harcèlement façon Mister X, valise réorganisable, armes upgradables, crafting et marchand...
  • Beaucoup d'exploration, quelque soit le lieu. C'est bon pour la durée de vie et ça fait toujours plaisir de dénicher des objets (parfois) rares
  • Le jeu est peu volumineux, tout en étant stable et sans bug. Une belle performance pour un titre qui n'a reçu qu'un seul petit patch
  • Le principe de bonus de fin, qui permet de débloquer diverses choses (mode Mercenaires, armes...) est toujours aussi sympa
  • Le château est vraiment superbe et rappelle les heures de gloire du Manoir Spencer
  • La vidéo qui résume les événements de RE7 (vu que celui-ci en est la suite directe)
  • Durée de vie convenable (12 heures) si on prend le temps d'explorer
  • Globalement, la réalisation est une réussite
  • Bon doublage et synchro plus que correcte
  • Un bel épilogue, plein d'émotion



  • Test réalisé par Chacha & iiYama

    aout 2021