Resident Evil 7 (PS4/XBO/PC/SWITCH) -- GRAVITORBOX

 


Cliquez pour agrandir









Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son

Note PS4 / XBO / PC
Note Switch


Testé sur :


Sortie sur PS4/XBO/PC : janvier 2017
Sortie sur Switch : mai 2018 (uniquement au Japon et en streaming)
Développeur : Capcom
Editeur : Capcom
Genre : survival horror

Version testée : française (PS4/XBO/PC) - japonaise (Switch)
Doublage : français (PS4/XBO/PC) - japonais (Switch)
Voix dans le jeu : français (PS4/XBO/PC) - japonais (Switch)
Textes à l'écran : français (PS4/XBO/PC) - japonais (Switch)

Support : 1 Blu-Ray (PS4/XBO) / 3 DVDs ou en téléchargement sur Steam (PC)
Version logicielle : 1.06
Installation principale : 22Go (PS4) / 22Go (XBO) / 24Go (PC)
Mise à jour : 3.5Go
Moteur graphique : RE Engine (Capcom)
Moteur physique : Havok

Performances PS4 / XBO : 1080p en 60fps
Optimisation PS4 Pro / Xbox One X : oui
Compatible 3D (consoles) : non
Compatible VR : PlayStation VR

Difficulté :
Temps de jeu : 10 heures environ
Compatible PS Move (PS4) : oui (PS VR)
Compatible Kinect (XBO) : non
Remote Play PS4/Vita : oui
Multi-joueurs : non

Abréviation : RE7
Titres alternatifs : Revident EVIll / Biohazard 7 Resident Evil Cloud Version (Switch)
Prix au lancement : 70€ (consoles) / 60€ (PC)


Configuration minimale (PC) :
CPU : Quad Cores 2.7Ghz
RAM : 8Go
VIDEO : avec 2Go de VRAM (type GeForce 760 / Radeon R7 260x)

Configuration de test (PC) :
CPU : Intel Core2Quad Q9650 (Quad Cores à 3Ghz)
RAM : 8Go (DDR2 - Dual Channel à 800Mhz)
VIDEO : GeForce GTX 1050 Ti (4Go de VRam)
OS : Windows 7 (SP1 - 64bits)
Résolution testée : 1680x1050 (16:10)
Niveau de détails : moyen / bas


Editions Gold








Edition Collector








Les sites partenaires :












_________________________________


Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)


Resident Evil 7

Biohazard




On ne va pas
Après s'être perdue, la série revient sur de bons rails avec ce 7e opus qui se réoriente vers le survival horror
revenir sur l'histoire de Capcom et encore moins sur celle de Resident Evil, car il faudrait écrire une encyclopédie entière ! On précisera tout de même que la saga est née de l'esprit fertile de Shinji Mikami et qu'elle aura eu un sacré succès sur ses 4 premiers épisodes (du 1 au Code Veronica), grâce à son ambiance sans pareille, la maitrise de son gameplay et de sa réalisation qui savait parfaitement tirer parti des supports exploités (PlayStation, Saturn et DreamCast). Avec Resident Evil 4, la série a pris un sérieux tournant et si cet épisode reste culte pour bien des fans (nous les premiers) il faut reconnaitre que nous sommes assez éloigné de la formule d'origine. Vient ensuite ces séquelles à la qualité dégressive, ces spin-offs eux aussi très oscillants (allant du sympa au complètement raté, soit presque tous les autres jeux issus de la licence !) jusqu'à arriver au paradoxe Resident Evil 6. Ce 6e opus est considéré comme le pire de la saga (spin-offs mis à part) et pourtant, il est le plus vendu de la série !! Etrange non ? En fait de là Capcom a eu un choix à faire : suivre la tendance et continuer sur cette décriée lancée qui met en avant l'action et l'horreur musclée afin de continuer à vendre des jeux par camions, ou écouter sa fan-base, revenir aux racines du survival-horror et renouer avec le cœur des joueurs... Heureusement pour nous, après des années d'errance, Capcom est enfin revenu à la raison et bien avant les succès critiques et commerciaux des Resident Evil 2 (Remake) et Resident Evil 3 (Remake), le développeur japonais nous a sorti un épisode pas tout à fait là où on l'attendait, mais qui était finalement bon et surtout, qui fait un sérieux retour aux sources. Entre temps sont sortis les sympathiques épisodes Revelations, qui étaient sûrement les seuls à réconcilier les fans avec la saga, et qui nous ont offert pour la première fois, un doublage localisé en plusieurs langues, dont le français. Merci, ça fait vraiment plaisir de voir qu'on pense à nous. :)



En VR, peur tu auras (Yoda)


Resident Evil 7
En VR l'expérience est décuplée ! Dommage qu'au passage on perde en qualité graphique et que ce soit réservé à la PS4
est souvent stylisé en "RESIDENT EVII" (car pour ceux qui ont quitté l'école trop tôt, VII en chiffre romain donne 7 en chiffres indo-arabes). Le titre est également sous-titré "biohazard", soit le nom japonais de la licence. Pourquoi ont-ils apposés un tel sous-titre ? Allez savoir, en attendant Resident Evil 7 fut longtemps le grand ambassadeur de la VR... sur PlayStation 4. Sur PS4 seulement ? Et bien à l'heure de ce test, sachez que Capcom n'a toujours pas daigné convertir son mode VR sur PC, ce qui est assez absurde puisque les Vive et Oculus restent actuellement les meilleurs produits pour profiter de la VR, quand le PS VR reste l'entrée de gamme de ce couteux gadget optionnel. Maintenant, si je ne suis pas un fan de la VR, je respecte les gouts de chacun. Pour moi un jeu se pratique (surtout un comme celui-ci) devant un grand écran, manette en mains, un casque sur les oreilles (histoire de mettre le son bien fort sans gêner les enfants qui dorment), le fessier dans un canapé ou un fauteuil et surtout, seul dans le noir. Là on profite au maximum de l'ambiance et de ce qu'un jeu a à nous offrir. Je ne me vois pas gesticuler dans mon salon avec un gros appareil posé sur la tête, sans parler de ce que ça coute en matériel ou en terme de logistique (et dire que les pads sont devenus sans fil...). Maintenant chacun pratique le jeu vidéo comme il l'entend : il y a ceux qui aiment jouer en ligne, ceux qui aiment jouer à plusieurs dans leur salon, ceux qui aiment jouer au clavier/souris... je ne juge personne, chacun fait ce qu'il veut ! La VR j'ai essayé, c'est vrai que c'est pas mal, mais c'est pas mon truc, voilà tout. En attendant, si Resident Evil 7 est un jeu sacrément flippant, sachez qu'il l'est encore plus en VR ! Avec quelques passages assez traumatisants (notamment lors de certaines cut-scènes) et des monstres vraiment dégueulasses qui s'éclatent à vouloir nous faire des "free hugs", croyez-moi, RE7 en VR entre dans une toute autre dimension, et offre une toute autre expérience.




Un pack PS VR pour la PS4 existe. D'ailleurs, hormis un légitime downgrade
graphique, jouer en VR est réservé à celles et ceux qui ont le
coeur bien accroché ! Sensations fortes garanties !



Des vidéos interdites ? Pourquoi, c'est cochon ?


Autre tendance
La vue FPS surprend, surtout sur cette saga, même si ce n'est pas un coup d'essai
vers laquelle Capcom s'est laissé séduire : les DLCs. Avec des contenus additionnels payants, le développeur nous propose de continuer l'aventure Resident Evil 7 et ce, via des add-ons à la qualité discutable et surtout, très chers ! Si nous verrons ça dans un autre article, sachez dans tous les cas que ma version test était en 1.06, une mise à jour qui pèse pas moins de 3,5Go (!) et qui règle bien des problèmes, notamment en termes de pics de difficulté. Car sachez que la première fois que j'ai testé le jeu, c'était sur mon modeste PC (celui dont la config' se trouve ci-contre) et avec un tel matos, on pourrait croire qu'il fonctionnait mal. Et bien pas du tout ! Certes j'y ai joué dans la résolution classique de mon écran (1680x1050) et avec les détails pratiquement tous au minimum, mais entre temps j'ai pu découvrir assez vite le jeu. Pourquoi ne pas l'avoir testé à ce moment-là, alors ? Et bien tout simplement parce que j'y ai joué au moment où le site était "en pause"... en gros je n'écrivais plus rien (nous étions alors en 2017 - lisez la chronologie du site pour connaitre le fin-mot de l'histoire). 3 ans plus tard, le site est reparti de plus belle, je teste des jeux à "tour-de-bras", déjà parce que j'aime ça, ensuite parce que j'ai le temps de le faire ! Espérons que ça dure... Retour à nos moutons, Resident Evil 7 est le premier épisode de la série principale à être en vue à la première personne. Bien sûr, d'autres tentatives ont essayé de percer (comme les Gun Survivor et Dead Aim) mais là il s'agit bien d'un épisode canonique, pas d'un spin-off. Au fond, il ne s'agit pas d'un jeu d'action comme les Resident Evil 4 / 5 / 6, et encore moins d'un FPS, mais bien d'un survival-horror, finalement plus proche des 3 premiers jeux de la franchise. L'histoire nous raconte qu'en juillet 2017 (approximativement 4 ans après les événements de RE6) dans la ville fictive de Dulvey en Louisiane (au sud des Etats-Unis), un homme du nom d'Ethan Winters est à la recherche de sa femme, Mia, disparue maintenant depuis plus de 3 ans. Ses recherches le conduisent vers une plantation abandonnée, où il finit par retrouver sa femme retenue prisonnière dans une maison apparemment abandonnée elle aussi. Cependant, Ethan va très vite être attaqué, et il fera la rencontre de la famille Baker, une famille étrange et dangereuse, pratiquant le cannibalisme. Ensuite on n'échappe aux dérives que chérit tant Capcom avec une histoire de virus, de monstres, de mutants, de boss difformes et des habituels travers de la série...



"I hope is not Chris's blood"
(Barry Burton, un type bien)


Bien qu'il
Lent, sombre et très "ambiancé", en jouant dans de bonnes conditions vous aurez peur !!
s'agisse d'une suite, les connexions avec les précédents opus de la saga sont ténues, le jeu se concentrant sur des personnages inédits (hormis Chris Redfield, qui ne ressemble plus du tout à ce qu'il était - Capcom ne faisant jamais de suivi "physique" de ses personnages), faisant face à une menace jusqu'ici inconnue dans la série. Notez tout de même que le DLC "Not a Hero" a été offert par Capcom et qu'il continue le scénario principal avec justement pour personnage jouable, Chris Redfield. Ce contenu ne sera pas évoqué ici, mais dans l'article des DLCs, ici nous nous contenterons de l'aventure principale (sachez juste que ce DLC -gratuit je le répète- termine vraiment l'histoire). Question mise en scène, l'intro mélange des séquences filmées à des parcelles d'images de synthèse (ce qui rappelle facilement l'intro du premier opus... en plus réussi tout de même ^_^). Voulant renouveler sa série en profondeur, la vue subjective sera également mise à contribution lors des différentes cut-scènes, histoire de nous plonger à 100% dans l'enfer des Baker, plus encore lorsqu'on joue en VR ! Par la suite, je n'ai noté qu'une seule cinématique sous forme de vidéo, sans doute trop complexe à retranscrire en 3D. Le scénario est assez sympa, bien que très convenu pour du Resident Evil, et la mise en scène se veut plus "choc" que réellement impressionnante. En effet, il n'est pas rare d'avoir la nausée parce que les images à l'écran sont franchement dégoutantes (planter son bras dans le cou d'un mec mort et en décomposition pour aller chercher une clé, manger des bouts de chair humaine pourrie...), histoire de déranger le joueur, de le surprendre autant que le dégouter. Il faut dire qu'aujourd'hui, entre la télé, le cinéma et les jeux vidéos en général, il est devenu très difficile de faire peur et/ou de surprendre réellement celui ou celle qui est devant l'écran. On notera tout de même que le doublage en français est de bonne qualité mais que la synchro est à coucher dehors ! En effet, Capcom s'est déjà fait suer à doubler son jeu, on ne va pas le fustiger pour la synchro, même si cette dernière n'a clairement pas été travaillé (ils ont pris le jeu en VO/anglais ils ont posés le doublage à l'arrache et voilà le travail !).




Encore une fois, les personnages connus changent de physique comme de gueule !!
Décidément Capcom n'aura jamais fait le moindre suivi de ses héros,
tout du moins sur cette série... (cliquez pour agrandir)



Avec la bi** et sans couteau


D'autant plus
Si le début de l'aventure est poussive, par la suite les choses s'améliorent mais on reste loin d'un pur FPS badass
que le casting de notre VF n'est pas mauvais du tout : Ethan est doublé par Damien Ferrette (qui est un gros doubleur ciné/TV), Jack Baker est doublé par Martial Le Minoux qu'on ne présente plus (gros doubleur de jeu vidéo, et entre autre du Professeur Layton), Lucas Baker est doublé par Jérémy Prévost et on retrouve aussi les voix de Jessica Monceau (pour Zoé) et Boris Rehlinger (pour Chris). Bref, du beau linge pour un travail voxographique de qualité. Dommage que la synchro ne suive pas même si dans tous les cas, je préfère ça à des sous-titres. Comme évoqué, Capcom a voulu réinviter sa série, ce qui explique en premier lieu l'utilisation d'une vue subjective. Cependant, le jeu est loin, très loin d'être un FPS. Se rapprochant d'un Outlast, le début de l'aventure est même très poussif. Il faut dire qu'Ethan n'est pas un sportif et même si son ombre le suggère, en réalité lorsqu'il court il ne fait que "marcher un peu vite" (même ma grand-mère va plus vite que lui !). C'est d'autant plus flippant lorsqu'on a la mort aux trousses (!) et voir ce prolo trainer ainsi la patte, peut vite énerver. Et c'est un fait, Ethan débarque chez les Baker à la recherche de sa femme sans rien dans les poches, même pas un couteau ! Ainsi au début il faudra jouer les peureuses et se cacher, éviter tout contact avec les assaillants locaux (notamment le père Baker). Personnellement se cacher me tape sur les nerfs, je ne suis pas du genre passif mais il faut bien avouer qu'en allant sur place avec la bite et sans couteau, c'était quand même couillu ! Ainsi la première partie du jeu est particulièrement tendue : éviter son poursuivant, trouver les premiers objets qui nous feront avancer (comme un canif parce qu'Ethan n'est pas foutu d'arracher du scotch à la main), se planquer... franchement, le début de l'aventure est particulièrement stressant à cause de ça.



Mycomorphe : nouvelle saloperie à la mode


L'aventure est
Les mycomorphes sont les ennemis les plus récurrents du jeu. Ils sont fourbes et franchement répugnants...
clairement divisée en 4 parties. Nous venons d'évoquer la première, et la seconde est déjà nettement plus orientée vers l'action puisqu'on trouvera un premier pistolet, et on affrontera également nos premiers ennemis dit "classiques". Répondant au petit nom de Mycomorphes, ces nouvelles saloperies sont particulièrement vicieuses en nous sautant à la gorge, en gigotant histoire qu'ils soient plus difficile à viser, ou en nous prenant en traitre dans le dos (Alan Wake fait encore des émules !). Car c'est un fait, tirer sur les ennemis c'est bien mais nous ne sommes pas dans un FPS (je me tue à vous le dire) et la visée est aussi imprécise que si vous aviez une vraie arme dans les mains. Pas de véritable "aim sight", pas d'assistance à la visée, des ennemis peu commodes qui ne se laissent pas bêtement shooter... les affrontements ne sont pas aussi simples qu'on pourrait le croire. D'ailleurs durant les phases 2 et 3, les munitions sont relativement rares, donc le plus pertinent sera de tirer dans les genoux de ses assaillants pour les faire tomber à terre et les "finir" au couteau. Attention tout de même : une fois à terre ils ne sont pas inoffensifs pour autant ! La phase 1 se déroule dans une partie très restreinte de la maison (celle qu'on voit durant la démo), durant la phase 2 on arpentera le reste de la maison, ainsi que les sous-sols. Durant la phase 3, on sortira enfin de la maison pour visiter les jardins ainsi que la grange. Enfin la phase 4 s'oriente vers l'action avec des lieux divers, hors de la propriété, comme un bateau (décidément Capcom adore les bateaux dans cette série !) ou encore les mines. J'en suis sûr, vous voyez sans doute déjà là un léger plagiat à divers épisodes de la saga. Et c'est vrai, la maison avec les jardins puis la grange, comment ne pas penser au manoir du premier opus. Le bateau rappelle Dead Aim ou Revelations 1, quand les mines feront immanquablement penser à Resident Evil 4...



Avec la bi** et le couteau
(une fois qu'on l'a trouvé)


Si au début
Retrouver le coffre nous rapproche forcément de la formule originelle de la série, allers-retours compris
nous avons une aventure très scriptée, par la suite on retrouve avec plaisir les rouages d'un bon vieux Resident Evil avec des clés à trouver, des objets à combiner, des lieux à explorer, des énigmes à contourner (bien qu'elles soient un peu trop rares à mon gout) et puis on retrouve ce qui fait l'identité même de la série comme le coffre, les machines pour sauvegarder (des magnétophones qui remplacent les machines à écrire mais l'utilisation est la même), des plantes vertes, des munitions à fabriquer, beaucoup d'allers-retours à cause d'un inventaire débile puisque les plus petites choses prennent déjà une place, quand les grosses en prennent systématiquement 2 (que voulez-vous, c'est aussi ça le charme de la série et sans ça, pas d'allers-retours, pas de temps perdu, pas d'ambiance "à la RE"), les caisses en bois à casser, les corbeaux, les pianos, l'examen des objets pour trouver des détails ou ouvrir des boites... bref, même si ça ne ressemble pas beaucoup à un Resident Evil, Capcom s'est efforcé de nous le faire croire. Après c'est vrai, on n'échappe pas à quelques erreurs de conception, vu que par exemple Capcom n'est pas habitué à la vue subjective. On commencera par le fait que la lampe s'allume et s'éteint toute seule alors qu'on aurait largement préféré quelle soit manuelle pour qu'on puisse éclairer la zone qu'on veut, quand on veut. Si le combat au couteau n'est vraiment pas désagréable (et parfois même salvateur), le jeu prévoit une mise en garde via la touche L1/RB. Le problème c'est qu'Ethan n'est pas du tout réactif, il est même très long, très lent dans ses actions, ce qui fait que bien souvent on pendra de plein fouet une attaque ennemie, alors même que la touche est enfoncée depuis de précieuses secondes.



Il est Ethan petit navire...


Durant l'aventure,
Les enigmes sont originales... dommage qu'elles soient si rares
il y aura plusieurs objets à scruter... inutilement. Pourquoi faire ? Je suppose que Capcom a fait en sorte qu'on puisse regarder certains objets sous toutes les coutures mais qu'au dernier moment, au gré des changements durant le développement, les-dits objets n'avaient plus d'utilité mais ils ont laissés ça tel quel. C'est un peu idiot mais pas pire que ces placards et autres tiroirs qu'on ouvrira pour ne rien y trouver. Frustrant, surtout lorsqu'on manque de munitions. Autre détail, on voit (encore une fois) que ce RE7 n'est pas un FPS avec par exemple une arme qu'on ne peut pas prendre en mains si elle n'est pas placée sur un raccourci (ce qui est parfaitement ridicule), des objets qu'on ne peut pas combiner à la volée ou absorber directement (comme les plantes vertes), il faut d'abord que ça "rentre" dans l'inventaire ce qui est aussi pénible qu'illogique. Et puis il y a ces touches à la disposition inappropriée : presser le stick droit (R3) pour se baisser, ou se soigner avec R1/RB, c'est farfelu et ça occasionne des actions non-voulues, tout simplement parce que Resident Evil 7 ne prend pas la peine d'avoir une prise en mains commune avec le genre FPS. D'ailleurs sachez qu'Ethan ne sait pas sauter (absurde vous dites ?) et que dans le gameplay (ou dans le scénario selon le point de vue) le système de soins est aberrant : se passer du "jus" sur la main pour se soigner, ce même jus qui peut "recoller" des membres (main, pied...), c'est juste insensé ! Je veux bien que le coup des herbes vertes propre à la série est déjà pas mal capilotracté, mais là on atteint un tel niveau d'illogisme et d'extravagance, que personnellement c'est pour moi l'un des pires défauts du jeu !



Le cas particulier de la version Switch


Resident Evil 7 sur Nintendo Switch, est une version très particulière. Si beaucoup portent la console de Big N à bout de bras, d'autres sont nettement plus pondérés. Il faut dire que la console n'est vraiment pas fiable, les problèmes de joycons lui font une mauvaise publicité (et les réparations coutent très chères car pour Nintendo le pingre, un sou est un sou), sans parler de la durée des batteries (surtout sur les premiers modèles) mais aussi et surtout de la puissance réelle de la machine. Depuis la mort de cette formidable console qu'était la GameCube, le constructeur japonais ne fait plus aucun effort et pour cause, la Wii était une GameCube boostée (ce sont les mêmes composants mais à des fréquences légèrement plus élevées) à laquelle on a adjoint les Wiimotes. Rebelotte avec la WiiU, une console cette fois 100% nouvelle mais à la puissance trop faible pour concurrencer les consoles d'en face. Enième récidive avec la Switch, qui passe cette fois au format portable afin de justifier sa puissance au rabais. Alors je suis d'accord pour dire que les graphismes ne font pas tout, la preuve j'ai adoré le dernier Terminator et pourtant, techniquement, il est moche. De même, je joue beaucoup aux jeux rétro, notamment 16-bits, donc c'est bien que je ne m'attache pas forcément à ça. Seulement voilà, prôner l'originalité et le gameplay, c'est bien mais sachez môsieur Nintendo que ça ne va qu'un temps ! Ça fait 3 consoles consécutives que vous lancez avec des performances techniques très en dessous des standards, et c'est inadmissible !

Du temps de la NES, la console était avant-gardiste, la Super Nintendo était puissante, la Game Boy (malgré son écran) affichait de très belles performances, malgré ses défauts la N64 était une sympathique console, la GameCube était surpuissante et depuis... c'est le néant, à croire qu'eux-mêmes n'y croient plus. Car si la WiiU affichait au minimum la puissance d'une PS3, aujourd'hui la Switch n'est même pas capable d'égaler une PS4 qui est pourtant, sur le point de tirer sa révérence. Résultat, les adaptations PS4/XBO/PC vers Switch se font au prix d'un gros downgrade... en général. Car avec Resident Evil 7, nous avons une nouvelle preuve au dossier : le jeu n'est jouable qu'en streaming et uniquement au Japon. Donc si on lit entre les lignes, même en subissant un gros dowbgrade (une baisse de la qualité des graphismes) la Switch était incapable de faire tourner notre RE7 déjà pas super fameux sur les autres supports. Pour la Switch donc, le choix s'est porté sur le streaming, au prix évidemment d'une très bonne connexion Internet. Cette version est renommée Biohazard 7 Resident Evil Cloud Version (à tes souhaits !), et elle contient les 2 principaux DLCs du jeu : Not a Hero et End of Zoe. Relisez bien, cela signifie qu’il n’y a pas de copie physique : il faut télécharger le client du jeu, et la console ne fait qu’une lecture de flux. Disponible depuis mai 2018, cette version est quasi-identique à celle sur consoles de salon et une fois le client téléchargé, vous avez 15 minutes pour vérifier que vous avez une connexion assez stable. Si vous voulez continuer de jouer, il faudra alors payer 2.000 yens (environ 15€) pour obtenir un pass d'une durée limitée à 180 jours (6 mois).

Bon, on ne va pas se mentir, cette version, c'est de la merde !! Si le jeu est à peu près identique aux autres, un peu comme si on jouait sur Stadia, le premier gros inconvénient c'est que le côté portatif de la Switch est mis au placard... alors qu'entre nous, c'est peut-être bien son seul (réel) atout ! Et oui, impossible de jouer dehors, il faudra absolument être chez soi pour être connecté à son Wi-Fi. Deuxièmement, il faut une connexion Internet stable et performante pour y jouer, et bien entendu, je ne parle pas d'ADSL mais bien de fibre. Enfin, sans évoquer les classiques problèmes de latence et autre bugs générés par une telle connexion, sachez que le jeu ne vous appartient pas : pas de copie physique, pas de copie numérique non plus, une fois le délai de l'abonnement passé, impossible de relancer le titre à moins de repayer. On comprend mieux pourquoi ce soit-disant portage n'a pas quitté le Japon et entre nous tant mieux ! Certes les adaptations de Wolfenstein, DOOM, Resident Evil 5 ou Bulletstorm ne sont peut-être pas du meilleur cru, mais en attendant, on ne se payait ouvertement la gueule des joueurs. Ici Nintendo et Capcom franchissent un pas inacceptable et intolérable. Franchement, c'est même une honte de proposer un tel "produit" qui a, en plus, une date de péremption...



I'm a Baker, put your hands in the air !


Techniquement à
Le nouveau moteur de Capcom, le RE Engine, offre de beaux décors et de bonnes performances... mais il doit être encore perfectionné
présent (et nous n'évoquerons pas le cas de la Switch vu que le Streaming peut lui faire afficher tout et n'importe quoi), Resident Evil 7 est le premier jeu qui tourne sur le tout nouveau moteur maison de Capcom : le RE Engine. Voilà un nom qui est drôlement bien trouvé dit donc ! Capcom a donc fini par laisser tomber son vieux MT Framework, moteur maison qui sert à presque toutes leurs productions depuis 2006 et la sortie de Dead Rising. Le RE Engine je le connais déjà pour les Remakes de Resident Evil 2 et 3 : c'est un bon moteur quand il s'agit de proposer des ambiances sombres, glauques, de belles modélisations ou encore des éclairages assez précis. Malheureusement, RE7 est le premier jeu à l'utiliser et vous le savez, il faut toujours un temps d'adaptation avant de parfaitement maitriser une technologie. Et c'est le cas ici : tant qu'il s'agit de montrer des décors de loin, ça va, le jeu donne bien le change. Par contre si vous vous approchez de près, vous verrez vite que certaines textures sont floues, peu détaillées, dégueulasses ! De plus, on voit clairement que chaque texture est à 2 vitesses (basse et haute résolution) car il n'est pas rare que le changement se fasse sous nos yeux. Et c'est là l'erreur de Capcom : habitué aux jeux à la 3e personne, où on n'approche jamais les décors de trop près, ici la vue subjective ne rend pas du tout service au titre. Maintenant, pour le reste il n'y a rien à redire : le design est excellent, les nouveaux monstres (les Mycomorphes) sont aussi effrayants que dégueux, les modélisations (à quelques jointures de bras près) sont réussies, et niveau ambiance, chapeau bas ! Pour être franc avec vous, en jouant dans des conditions optimales, vous allez flipper ! J'entends pas là qu'il faut jouer avec le casque bien fort, dans le noir, tard le soir, si possible seul... croyez-moi, ça faisait bien longtemps que je n'avais peu eu aussi peur avec un Resident Evil... et j'ai adoré ça !!! ^__^






Bienvenu à Baker Street


Le titre alterne
Désynchro labiale, bruitages timides... heureusement nous avons aussi une bonne VF et une ambiance sonore travaillée
des ambiances sombres, des parcelles visqueuses, des passages inquiétants où on avance à tâtons, à d'autres encore où on a franchement la gerbe tant c'est dégueulasse... le jeu sait autant changer que ménager son atmosphère ! D'ailleurs les ennemis sont rares, mais les munitions aussi, résultat chaque affrontement est d'une tension palpable (moins sur la fin de l'aventure qui est plus orientée sur l'action, je l'admets). De plus, les scare-jumps sont bien amenés, le jeu sait où et quand nous faire prendre des coups de sang, façon Hantise / Terreur Extrême (ma femme adore ce genre d'émissions ^.^), le tout emprunt d'un soupçon de Silent Hill quand il s'agit de faire dans les délires psychotiques. Au final, si le jeu n'est pas vraiment beau, il reste dans une bonne moyenne et il est suffisamment détaillé pour qu'on entre facilement dans son univers, que son ambiance se pose et que la "magie opère", afin qu'on avance la peur au ventre. Par contre il faut le savoir, le premier chargement est vraiment très long. Il en sera de même pour chaque cassette (VHS) qu'on visionnera (une autre bonne idée où au lieu de simplement regarder une cinématique, on jouera le personnage en question) où le chargement sera long, très long, qu'on lance la cassette, ou qu'on revienne au jeu principal. Terminons comme d'accoutumé par la bande-son qui est ici d'excellente qualité. Bien entendu on ne parle pas de mélopées, de super compositions mémorables, mais bien de vapeurs angoissantes et autres sonorités qui confortent une ambiance malsaine, stressante, glauque à souhait. Pour ça il n'y a rien à redire, le trio de compositeurs (Akiyuki Morimoto, Miwako Chinone et Satoshi Hori) a réalisé un travail ciselé et tout à fait en adéquation avec le jeu. Enfin si on ne revient pas sur le doublage, il est par contre dommage que les bruitages ne soient pas plus incisifs. En effet, les bruitages globaux sont plutôt corrects, mais les armes manquent cruellement de punch. Le Glock 17 est timide, la mitrailleuse fait un bruit étouffée... seul le fusil à pompe donne un peu le change mais ce n'est rien comparé à Resident Evil 4 et ses bruitages hyper dynamiques. Un regret, même si tout à fait entre nous, les bruitages font globalement le job (c'est juste que lorsque j'ai -virtuellement- des armes en mains, j'aime quand ça claque !).



Resident Evil 7 Note PS4 / XBO / PC


Note Switch
offre une aventure en 4 parties et si la première d'entre elles est un peu poussive, dirigiste et cloisonnée, les parties 2 et 3 sont jouissives, en nous rappelant entre autre le manoir Spencer du premier opus (la 4e partie est plus orientée vers l'action - pas mauvaise pour autant, de son côté elle rappelle l'excellent RE4). Avec sa vue subjective, sans être pour autant être un vrai "FPS horror", le jeu de Capcom accuse quelques erreurs comme ces textures floues de près, cette prise en mains peu évidente, ces touches mal disposées, cette visée imprécise ou encore ces mécaniques un peu lourdaudes, mais dont on finit par se faire à l'usage. Car il est clair qu'il ne faut surtout pas se décourager lors des premières heures de jeu, qui peuvent être assez frustrantes, car le jeu mérite qu'on s'y attache, pas forcément pour son scénario un peu bidon, mais plutôt pour son ambiance parfaitement travaillée. Car c'est un fait, en jouant dans de bonnes conditions, on avance la peur au ventre, on frémit à chaque fois qu'on ouvre une porte, on est tétanisé à chaque monstre qui apparait... je n'avais plus autant flippé depuis le premier Dead Space ! C'est dire... Ajoutons à ça que les développeurs se sont efforcés tant bien que mal à renouer avec les codes de la série comme l'inventaire, les allers-retours, les énigmes, les plantes vertes, les coffres interconnectés... ou encore ces identités visuelles telles que les corbeaux ou les pianos.

Alors certes les graphismes sont loin d'être au summum, visiblement le RE Engine n'a pas été facile à maitriser, mais en attendant, question ambiance, il n'y a rien à lui reprocher ! Véritable ambassadeur de la VR sur PS4 où le jeu est littéralement traumatisant (dans le bon sens du terme ^_^), il faut reconnaitre que RE7 sait parfaitement "ambiancer" son aventure en alternant des phases dégueulasses et gerbantes, à d'autres nettement plus sombres, inquiétantes, et ce, jusqu'au scare-jump qui vous fera pousser un cri dans la nuit ! Un véritable régal ! Par contre, je parle bien là des versions PS4, Xbox One et PC car la pauvre Switch souffre encore une fois d'une version minable. C'est même pire qu'un portage au rabais car cette fois on nous propose du streaming payant et périssable, donc pas de version physique, pas de version démat', juste du vent à consommer pendant 6 mois maximum et à condition d'avoir une super connexion Internet. Cette version est une honte ! Pour résumer, si Resident Evil 7 n'est clairement pas un FPS comme sa vue subjective semble le suggérer, sachez qu'il n'est pas non plus un bon Resident Evil : trop éloigné des aspirations de la saga, sans réel lien scénaristique avec la série (à part l'intervention d'un Chris Redfield qui a ENCORE changé de physique). Par contre c'est un excellent jeu d'horreur inspiré à la fois par sa propre saga, de Silent Hill ou encore d'Outlast. Bref, Capcom semble enfin renouer "avec la peur" en délaissant ENFIN l'action horrifique, redécouvrant au passage le survival horror, le vrai. Et même si ce n'est pas tout à fait ce qu'on attendait (notamment en ce qui concerne la vue), au moins pour une fois, nous avons un très bon jeu qui fait quasiment l'unanimité.



Les -

  • Les quelques passages sans aucune arme sont chiants (heureusement ils sont rares)
  • Trop de casiers ou tiroirs où il n'y a rien dedans (frustrant)
  • Version Switch honteuse, avec en plus une date de péremption
  • Le pas coursé... même ma grand-mère marcherait plus vite !
  • L'inventaire est géré de façon toujours aussi absurde
  • Beaucoup de textures franchement peu travaillées
  • Le début d'aventure, poussif au possible
  • Phases de cache-cache un peu pénibles
  • La visée est vraiment trop peu précise
  • Un bon jeu, pas un bon Resident Evil
  • Garde trop peu réactive
  • Les +

  • Le jeu est clairement en 4 parties et si la dernière est peut-être la moins bonne, les 3 autres sont un régal de variété et d'alternance d'ambiance
  • Quelques passages vraiment flippants (oui c'est une bonne chose)
  • Une atmosphère du tonnerre ! On avance la peur au ventre et ça c'est excellent !
  • Bon doublage, et en français s'il vous plait
  • Le DLC "Not a Hero" offert gratuitement
  • Un bon renouvellement de la série
  • L'ambassadeur de la VR sur PS4
  • Une ambiance très travaillée
  • Ambiance sonore de qualité



  • Test réalisé par Chacha & iiYama

    novembre 2020