ReCore + Definitive Edition (Xbox SX/SS - XBO - PC) -- GRAVITORBOX

 


Cliquez pour agrandir









Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :

 


Compatible avec :

 


Sortie (édition classique) : septembre 2016 (XBO)
Sortie (Definitive Edition) : aout 2017 (XBO)
Sortie (Definitive Edition) : septembre 2018 (PC)
Développeurs : Comcept - Armature Studio - Asobo Studio
Editeur : Microsoft Studios (Xbox Games Studios)
Genre : TPS - plate-formes - exploration

Version testée : française
Doublage : français
Textes à l'écran : français

Version logicielle testée : 1.1.0.7478
Moteur graphique : Unity
Difficulté :

Temps de jeu : 10 à 20h selon votre patience
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 40€



Installation Xbox One / One X / Series

Support : 1 Blu-Ray ou en téléchargement sur Xbox Games Store
Installation : 8,8 Go
Mise à jour One X / Series X : 11 Go
Performances Xbox One : 1080p en 30fps
Performances Xbox One X / Series X : 1440p avec HDR en 30fps
Compatible Kinect : non
Inclus au Game Pass : oui


Installation PC

Support : en téléchargement sur Windows Games Store et Steam
Installation : 18 Go
Compatible VR : non

Configuration minimale :
CPU : Quad Core 3,3 Ghz
RAM : 8 Go
VIDEO : avec 2 Go de VRAM (type GeForce GTX 660)

Vous aimez GRAVITORBOX et vous voulez le soutenir ? Alors vous pouvez nous adresser vos dons via PayPal en cliquant simplement sur le bouton ci-dessous.

Merci d'avance ^__^















Les sites partenaires :















Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

ReCore

+ Definitive Edition



ReCore fait
ReCore a été développé par 3 studios et il est sorti 3 ans après le lancement de la console Xbox One. Quant aux versions Definitive et PC, elles sont arrivées bien plus tard
parti de ces jeux qui m'ont longtemps intrigué, sans doute suite à un trailer que j'ai vu mais que j'ai depuis oublié... N'ayant plus eu de Xbox One durant des années, avec ma Xbox Series X et sa rétrocompatibilité (couplée à un Game Pass de plus en plus avantageux) j'ai enfin pu mettre la main sur ce titre mal-aimé par la presse, mais qui semble avoir trouvé grâce auprès de certains joueurs. La première chose à savoir, c'est que le jeu a été développé par 3 studios (rien que ça !) avec en premier lieu Comcept (aussi connu sous le nom de Level-5 Comcept), un studio japonais fondé en 2010 par Keiji Inafune, un ancien grand nom de chez Capcom à qui on doit surtout Mega Man et qui a participé de près ou de loin à quelques gros titres de la boite tels que Breath of Fire, Resident Evil DC et 2, les Onimusha, Lost Planet, Dead Rising, le sublime Street Fighter IV et j'en passe.
Le second studio est Armature, un petit développeur américain né en 2008, qui s'occupe généralement de certains portages tels que Metal Gear Solid HD Collection sur PS Vita, The Unfinished Swan et Borderlands Handsome Collection sur PS4 et qu'on connait plus récemment pour avoir participé au développement de Fortnite pour le compte d'Epic. Enfin on retrouve Asobo Studio, ce développeur français situé à Bordeaux, né en 2002 et qui a vraiment commencé à briller lorsque sont sortis A Plague Tale : Innocence en 2019 et surtout Flight Simulator en 2020. Ce joli trio, sous l'égide d'un Microsoft soucieux de nourrir sa Xbox One et sa plate-formes Windows en exclusivités (car si ça ne sort pas sur les consoles de Sony et Nintendo, oui, nous parlons bien là d'exclusivités à Microsoft), va donc développer ReCore, qui ne verra le jour qu'à la fin de l'année 2016 alors que la Xbox One a déjà 3 ans.



1 Joule = 0,23 calorie


Le joueur
ReCore prend le pari fou de faire quasi abstraction de toute narration ! Dommage car c'est bien tout ce qui lui manque du coup...
incarne Joule Adams, une terrienne dont la mission est de coloniser la planète désertique Alter Eden alors que la Terre est devenue inhabitable. Avec l'aide de son "orbot" canidé Mack, Joule va devoir affronter d'autres orbots devenus fous... Quand à Joule, ne me demandez pas comment ça se fait mais elle me rappelle Ray au début de Star Wars VII : une pilleuse d'épaves qui vit dans un désert peu accueillant (certains la rapprochent plutôt de Raziel, de Soul Reaver). Etrange comparaison je sais, mais c'est mon ressenti. Dans tous les cas, oui, le "plot" de départ se résume à ça car ReCore prend le pari un peu fou de totalement délaisser sa narration !
En effet, le jeu commence sans même qu'il y ait la moindre cinématique d'intro : d'où vient le personnage ? Que fait-elle ici ? Qu'elle est sa mission ? Tout ça on l'apprendra dans la première heure de jeu et non pas grâce à des cut-scènes, uniquement via des messages audio et du texte. Et tout le jeu est comme ça : les cut-scenes sont extrêmement rares, il n'y a pour ainsi dire aucune explication sur rien, aucun approfondissement du Lore et des quelques rares personnages qu'on croisera. Autant dire que la narration a été volontairement mise au 3e plan ! C'est sous doute ça qui explique que le jeu soit si léger (il pèse moins de 10 Go sur Xbox One, c'est presque choquant tellement c'est peu !). Le développement a débuté en 2014 et c'est Mark Pacini qui l'a dirigé, l'homme derrière les excellents Metroïd Prime (aidé bien entendu par Keiji Inafune). Auraient-ils manqués de temps ou de moyens ? Difficile à savoir mais en attendant, il est admissible que le scénario et sa mise en scène soient bâclés à ce point, quand derrière 3 studios s'y sont affairés. Mieux encore, Joule notre héroïne, passe son temps masquée. Alors certes ça permet de mieux apprécié ses jolis yeux mais en réalité, ça permet surtout de ne pas s'emmerder avec la synchro labiale et encore moins avec les expressions faciales.



 

Joule (notre héroïne) a de très jolis yeux et tant qu'elle porte son bandana, le doute subsiste. Cependant une fois enlevé, ce n'est pas tellement qu'elle ne soit pas jolie mais plutôt que son visage est beaucoup trop simpliste. Quand à faire le rapprochement avec le monde dans lequel on vit actuellement, monde qui va devenir un desert hostile à cause de la folie des Hommes et de leur soif d'argent, le tout peuplé de gens masqués (Coronavirus, etc), il n'y a qu'un pas que j'éviterai de franchir...



"Vas coucher" sale cabot !


Durant tout le jeu,
Mack le chien, passe son temps à aboyer et sa voix de caniche robotisée est très vite insupportable !!!
c'est surtout sa voix que nous entendrons... ainsi que les incessants aboiements de son cabot ! Vous connaissez la théorie des chiens : plus c'est petit, plus ça ouvre grand sa gueule ?! Et rien n'est plus agaçant qu'une saleté de saucisse sur pattes qui passe son temps à beugler. Bingo, Mack notre toutou mécanique dispose de la voix d'un caniche qui a subi un filtre robotique (exactement comme tous ces rappeurs à la manque qui ne savent plus chanter normalement) et qui bien sûr, passe son temps à aboyer ! En jouant avec les hauts-parleurs de la télé c'est déjà chiant, mais au casque ça devient vite ultra pénible et bien sûr, une mauvaise idée ne s'accompagne jamais d'une bonne option (comme de quoi lui faire fermer son clapet).
ReCore est un TPS avec des mécaniques de "metroïd-vania", où on évolue dans un monde semi-ouvert. L'aventure est construite comme un Zelda-like à savoir que les maps sont relativement grandes et parsemées de donjons, donjons qui sont bloqués par des portes qu'on ne débloque qu'une fois qu'on a obtenu le bon artéfact (ici c'est une orbe qu'il faut monter en puissance). Si Link coupe des haies et soulève des cailloux pour trouver des rubis, de son côté Joule détruira un max de caisses et d'objets en vue de récupérer des orbes et des upgrades. Elle pourra ensuite upgrader ses armes et son toutou de métal, puisque ce dernier est capable d'attaquer et de dénicher quelques objets à l'occasion. Du côté de l'armement, notre héroïne dispose d'un unique fusil dont la croix numérique permet de choisir son type de munitions (normale/bleue, rouge...) ce qui permettra d'infliger plus de dégâts à certains ennemis. Les commandes sont relativement simples et l'aide à la visée est très efficace... trop même car elle passera automatiquement d'un ennemi à l'autre. C'est sympa pour celles et ceux qui galèrent à viser avec un pad, mais pour les autres, on se sent un peu trop assisté, un peu trop pris par la main. Quant aux munitions, elles sont infinies : une fois vide, le fusil nécessite un petit temps de recharge pour faire le plein.



Lara ReCroft et Jak & ReCore


Rappelant
Les boss peuvent être pénibles à affronter mais les pires moments du jeu sont ces phases de plate-formes millimétrées et ô combien chiantes !
facilement des jeux comme Tomb Raider pour le côté exploration / action, et Jak & Daxter pour son aspect plate-formes et collecte d'objets, le jeu alterne donc des phases de combats à des phases de grimpette. Alors les combats sont généralement faciles, les plus gros ennemis nécessitent un peu de tactique (comme balancer un tir chargé ou sélectionner la couleur de munitions la plus adaptée) mais généralement, il n'y a rien de difficile. Par contre les boss sont des gros relous : ils nous rentrent dedans sans demi-mesure et nous bloquent, ce qui rend très difficile certaines esquives ou même le simple fait de se sortir de ses griffes. Il arrive même qu'on perde et qu'on recommence, ce qui est toujours un peu frustrant surtout lorsqu'on a largement le niveau. Mais le fin du fin, ça reste les phases de plate-formes. Avec la possibilité de réaliser un double-saut et un dash (au sol comme aérien), notre petite Joule est alors capable de grimper des montagnes et d'atteindre des zones autrement inaccessibles.
Le souci c'est que très vite les développeurs ont pris plaisir à corser les choses avec des portails et des plate-formes mouvantes dont certaines sont si petites qu'il faut vraiment viser pour atterrir dessus, quand le tout n'est pas en plus chronométré. Autant vous le dire, si généralement le jeu n'est pas désagréable à parcourir, certains passages demandent une précision extrême, millimétrée et les épreuves prennent alors la forme de "die & retry" et sont extrêmement pénibles ! Au fond ReCore n'est pas difficile, mais entre les boss et ces phases de plate-formes super chiantes, notre patience est assez rapidement mise à l'épreuve... alors même que le jeu n'est pas spécialement intéressant !! Et oui, le premier intérêt d'un jeu vidéo, c'est évidemment son histoire, son univers, ses personnages... or comme évoqué, dans ReCore il n'y a rien de tout ça et donc, on n'a que peu d'affection pour le titre et son héroïne. Rien ne nous pousse vraiment à vouloir continuer, à insister pour connaitre la suite. La durée de vie est plutôt correcte et les 7 chapitres de l'aventure principale laissent également place à quelques épreuves et donjons facultatifs. En ligne droite, vous mettrez environ 10 heures à finir le jeu, alors qu'une exploration approfondie vous prendra facilement le double (surtout si vous butez contre certaines épreuves de plate-formes qui sont loin d'être évidentes).



Core and ReCore


Techniquement,
Tournant sous le moteur Unity, ReCore est loin d'être exceptionnel...
ReCore fonctionne sous Unity, le fameux moteur né en 2005, qui tourne sur pratiquement toutes les plate-formes (de la PS3 à la Xbox One X, des Smartphones à la WiiU, de l'Oculus Rift et Windows à la 3DS) et qui a servi à quelques jeux plus ou moins prestigieux comme Outer Worlds, Subnautica, Among Us ou les sublimes Ori. Capable du meilleur comme du pire, le moteur Unity fut à l'origine assez peu maitrisé avec des textures floues, un clipping agressif et des temps de chargement vraiment pas optimisés. Depuis sa sortie, de nombreux patches ont résolus la plupart des problèmes et pour les temps de chargement, sur les PCs équipés de SSD ou sur Xbox Series X/S, c'est vraiment très court. De même, un patch Xbox One X est venu rehausser l'expérience, et vous vous doutez bien que la Series X en profite également. Ceci dit pas de 4K ou de 60 fps, le maximum que le jeu offre sur consoles, c'est du 1440p en 30 fps avec HDR. Si la version PC a évidemment profité du meilleur rendu visuel, dans tous les cas ReCore ne casse pas la baraque. Mais avant de dire autre chose, il faut savoir que ce jeu n'a pas l'envergure d'un AAA.
Production AA développé par 3 petits studios (même si depuis, Asobo a grossi comme un gosse lâché en pleine usine à bonbons :) et vendu à prix réduit, on ne peut que difficilement le comparer aux titres de son époque que sont DOOM, Rise of the Tomb Raider, Gears of War : Ultimate Edition ou encore The Witcher 3. Ceci dit, il est vrai que ReCore souffle le chaud et le froid, à commencer par son héroïne, qui est assez peu attachante. Le clipping sévit encore (mais reste plus discret qu'à ses débuts) et généralement, les décors extérieurs n'ont vraiment rien d'extraordinaires. On a vu des déserts bien plus séduisants et mieux retranscrits, à l'image de ce que faisait déjà Uncharted 3 en 2011. Par contre, c'est dans les intérieurs (notamment les fameux donjons) que le jeu nous dévoile un très joli potentiel car les décors rocheux sont plutôt jolis et détaillés, agrémentés de cristaux aux somptueux reflets. Pas de quoi en faire tout un plat, mais c'est agréable, même si la Xbox One s'est déjà montrée plus performante.



ReCorée


Quant au PC,
Les musiques sont vraiment sympas et même si les dialogues sont assez rares, ils sont d'une qualité suffisante
il est toujours aussi pénible que le jeu soit exclusif à Windows 10 (et donc aux déclinaisons suivantes). Si aujourd'hui, 5 ans après sa sortie, c'est moins préjudiciable (puisque Windows 7 est peu à peu remplacé), à sa sortie en 2016, ça a fait grincer quelques dents. Et si le jeu ne réclame pas un matos de folie pour tourner, il a étrangement besoin de beaucoup de RAM (8 Go au minimum pour un jeu de cette époque, 16 Go pour les spec recommandées, oui c'est beaucoup vu le rendu final). Derrière les musiques ont retrouve Chad Seiter, qui a commencé par assisté Michael Giacchino et Chris Tilton sur divers projets, vidéo-ludique ou non (Mercenaries, Medal of Honor, Fracture, Fringe, Star Trek). Aujourd'hui reconnu pour son travail sur ReCore, on le retrouve derrière les musiques de Retour à Zombieland (le film) ou Resident Evil 7 (le jeu). Pour ReCore justement, on peut dire que ce compositeur américain a fait un bel effort puisque les musiques sont sans doute l'aspect le plus réussi du jeu. Les compositions sont justes, elles sont appropriées et elles accompagnent bien l'aventure de Joule. Seul bémol : la musique des combats passe son temps à démarrer et s'arrêter, exactement comme dans Serious Sam, ce qui finit par agacer.
Etant donné le côté futuriste du jeu, les bruitages sont très classiques. Le fusil produit des zap-zap assez basiques et il est difficile d'en demander plus. Après tout, nous ne sommes pas dans une production qui se veut réaliste et ce, avec des armes existantes. Enfin du côté du doublage et malgré son statut de jeu AA, nous avons une vraie VF. Après c'est vrai, Joule n'est pas super loquace, comme évoqué les cut-scenes sont extrêmement rares et les dialogues restent relativement minimalistes. Ainsi pour Joule, on retrouve la douce voix de Marie-Eugénie Maréchal (la voix française de Kirsten Dunst et qui participe beaucoup au doublage de séries TV, films et dessin-animés) et pour son père (Thomas Adams), on retrouve Arnaud Arbessier, la voix régulière de Josh Holloway. Une fois de plus, le jeu n'étant pas une grosse production, il est difficile d'être plus exigeant. Ainsi le doublage est assez léger, mais tout à fait entre nous, je préfère largement une VF de cette qualité, que du VOST sans doute meilleur mais dont les sous-titres me cassent les cou*** l'immersion...



ReCore est un jeu Note


qui fut mal accueilli par la presse, mais qui a trouvé en partie son public auprès de joueurs sans doute plus conciliants. La première chose à savoir c'est que ce jeu est ce qu'on appelle une production AA, le juste milieu entre le petit jeu indépendant, et la grosse production qui a couté des millions. Deuxième point, à sa sortie il était vendu 40€ et mine de rien, le prix compte lorsqu'on doit juger un titre, son contenu et sa durée de vie. Enfin, il faut savoir qu'une Definitive Edition est sortie en août 2017 (pratiquement un an après sa sortie initiale) et qu'elle a ajouté du contenu à l'histoire, de nouvelles zones à explorer, ainsi que des modifications du gameplay. Du coup, ce ReCore, c'est un bon jeu ? A cette question, je dirai que c'est un jeu sympa et que son prix allégé joue forcément en sa faveur. Mais de là à dire que c'est un "bon jeu", il y a un cap que je ne franchirai pas. Acheté en promo pour une poignée d'€uros, ou à essayer dans le Game Pass c'est un compte, mais si je l'avais payé plein tarif à 40€, je l'aurai quand même eu en travers. La faute à une narration quasi inexistante, alors que justement, ce genre de titres tire toute sa force et son attrait dans son univers et de ses personnages. Or ici il n'y a pour ainsi dire rien, aucune explication, aucune mise en scène, à l'image de cette aventure qui commence sans même nous proposer une cinématique qui aurait dû poser les bases. Si la durée de vie est correcte, pour la doubler il faudra avant tout se laisser tenter par les extras, l'exploration et les missions annexes.

L'autre problème du titre, c'est aussi cette difficulté très en dents de scie où les niveaux sont très faciles mais où on bute sur des boss parfois relous, et des phases de plate-formes chiantes au possible car elles exigent une précision millimétrée que le jeu n'offre pas. Et puis dans le fond, le gameplay n'a rien n'exceptionnel dans ce mélange entre Tomb Raider et Jak & Daxter (béé quoi, à chacun ses références et sa culture ludique ^_^). Et puis techniquement, le titre n'a rien de singulier : son héroïne est peu attachante, son univers est sous-exploité, tout ça sans parler de ce chien mécanique dont la voix rappelle celle d'un caniche passé au filtre robotique, et qui a bien entendu toujours la gueule ouverte !! Difficile dans ces conditions d'avoir la patience requise... Et c'est bien dommage car associé à de grands noms (Keiji Inafune, Mark Pacini ainsi que les 3 studios qui se sont affairés sur le titre) on s'attendait sans doute à mieux. Et c'est bien dommage car au fond ReCore n'est pas désagréable, il n'est pas moche, la bande-son est sympa, la VF fait plaisir, c'est facile à prendre en mains, les mécaniques de gameplay s'assimilent vite... non, ce qui manque réellement à cette exclusivité Microsoft c'est une vraie histoire avec une vraie mise en scène, un clébard à qui on peut faire fermer sa gueule (au sens propre du terme !), ainsi qu'une difficulté plus régulière, adoucie dans ces endroits qui nous font pouffer d'ennui. A voir si vous, vous aurez la patience de l'apprécier plus que je n'ai réussi à le faire...



Les -

  • Beaucoup (trop !) de phases de plate-formes chiantes au possible car elles demandent trop de précision
  • Tout juste techniquement et encore, je parle de la version One X/Series X largement patchée
  • Le clébard qui passe son temps à aboyer... pffff, mais que c'est pénible !!
  • Une héroïne peu attachante, un univers peu attrayant
  • Les boss, souvent bien relous et "rentre dedans"
  • Encore un jeu exclusif à Windows 10...
  • Narration pratiquement inexistante !
  • Difficulté très en dents de scie


  • Les +

  • La Definitive Edition, qui a réglée bien des problèmes et a ajouté du contenu
  • Durée de vie correcte pour le prix
  • La bande-son, jolie et à-propos
  • Quelques jolis passages


  • Test réalisé par iiYama

    mai 2022