Oddworld : New & Tasty (PS4/PS3/XBO/PC/WiiU) -- GRAVITORBOX

 




Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :



Sorties du jeu : juillet 2014 (PS4) - février 2015 (PC) - mars 2015 (XBO) - avril 2015 (PS3) - janvier 2016 (PSVita) - février 2016 (WiiU)
Développeurs / Remake : Oddworld Inhabitants / Just Add Water
Editeur : Oddworld Inhabitants
Genre : plate-formes / adresse

Version testée : Française
Doublage : US
Textes à l'écran : FR

Support : en téléchargement sur PSN, XLA, Steam et eShop / Blu-Ray (PS4) ou PS Vita Card en édition physique très limitée
Version logicielle : 1.06
Espace disque nécessaire : 4.9Go (PS4) / 5Go (PS3) / 7.1Go (XBO) / 10Go (PC) / 5.7Go (WiiU)
Espace disque nécessaire (MAJ) : environ 7,6Go (PS4)
Moteur graphique : Unity
Optimisation PS4 Pro / Xbox One X : non
Définitions HD max (consoles) : 1080p (PS4/XBO) - 720p (WiiU)
Compatible 3D (consoles) : non
Compatible VR : non

Difficulté :
Temps de jeu : 20 heures
Compatible Move (PS4/PS3) : non
Compatible Kinect (XBO) : non
Remote Play PS4/Vita : oui
Multi-joueurs : 2 joueurs en alternance

Abréviation : Oddworld Remake
Titres alternatifs : Oddworld L'Odyssée d'Abe - Oddworld Abe's Oddysee - Oddworld: Abe's Oddysee New N' Tasty!
Prix au lancement : 25 à 30€ (prix définitif actuel 20€)


Configuration minimale (PC) :
CPU : Dual Core 3.3Ghz
RAM : 4Go
VIDEO : avec 896Mo de VRAM (type Radeon HD 5770 / GeForce GTX 260)


Aussi disponible sur :











Les sites partenaires :












_________________________________


Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)


Oddworld

Abe's Oddysee
New 'n' Tasty !


Oddworld : New & Tasty
Les cinématiques ont été remaniées mais restent moins belles que le jeu lui-même
(oui je sais, l'orthographe exacte c'est "Oddworld : New 'n' Tasty !" oui, il y a même un point d'exclamation mais tout à fait entre nous, c'est un peu chiant à écrire alors autant simplifier un peu) est le remake du sublissime Oddworld : L'Odyssée d'Abe, sorti en 1997 sur la première PlayStation et sur PC. Développé par le studio américain de Oddworld Inhabitants, L'Odyssée d'Abe fut un véritable raz-de-marée à sa sortie. Exploitant à 100% les capacités de la PlayStation, il nous offrait des prouesses techniques encore jamais vues (comme le fait que les vidéos et les niveaux s'enchainaient sans transition ni loading) couplé à une réalisation absolument somptueuse, porté par un gameplay inspiré des plus grands (Another World et Flashback en tête de liste), avec cerise sur le gâteau, un excellent scénario et un univers fascinant. Bien que les ventes furent modestes, l'univers d'Oddworld marqua les esprits à jamais, notamment grâce au génie dont ont fait preuve les développeurs pour que le joueur s'attache à son personnage, malgré son physique un brin ingrat. De plus, à l'époque les démos étaient monnaie-courante et on se souvient tous d'avoir retourner l'intégralité du premier niveau plusieurs fois, à tenter toutes les possibilités, les dialogues et à sauver tous les Mudokons du level. Et oui, que de souvenirs... Oddworld Inhabitants n'est pas un studio très prolifique, il faut dire que l'univers d'Oddworld ne plait pas à tout le monde et sans dire que la difficulté de leurs jeux les rendent quelque peu élitistes, il faut reconnaitre qu'ils ne s'adressent pas à un public le plus large possible. On est loin d'un Crash Bandicoot, d'un Croc ou d'un Spyro d'autrefois. Pourtant dès l'année suivante sort L'Exode d'Abe, un jeu sur 2 CD-Roms, plus grand, plus beau, plus ambitieux, mais aussi plus dur. Bien que la claque technique du premier opus n'officie plus au même niveau, on reste en présence d'un jeu mythique à la réalisation tout simplement bluffante.



Je t'aime, moi non plus...


A partir
On aura beau aimer ou pas les aventures qui ont suivies, mine de rien, c'est bien ce premier opus le plus mythique et le plus envoutant de la série
de là et bien que le studio eu un certain succès en travaillant sur la PlayStation de Sony, les 2 épisodes suivants (L'Odyssée de Munch sorti en 2001 et La Fureur de l'Etranger sorti en 2005) furent des exclusivités Xbox, le gros chéquier de Bill Gates aidant sans doute en ce sens. Et pour être franc, entre cette transgression, ainsi que le fait qu'on a totalement changé d'ambiance et de gameplay, personnellement je n'aime pas ces 2 opus-là. Je sais, certains vont s'insurger en rétorquant que je raconte des âneries, cependant je sais que bien d'autres pensent comme moi : avec L'Odyssée de Munch et La Fureur de l'Etranger on ne retrouvait pas ce qui faisait le charme et l'attrait des aventures d'Abe. Bien qu'une compilation (The Oddbox) et divers portages "tels-quels" (comprenez "non retravaillés") soient sortis entre temps, il est quand même étonnant de voir que finalement, Oddworld Inhabitants ne développe pas beaucoup puisqu'à bien y regarder, depuis 2005, aucun nouveau titre n'est sorti (il faut dire qu'ils n'ont pas eu de bol entre les éditeurs qui se font racheter et de gros succès critiques mais pas commerciaux... tien ça me rappelle Clover et leur Okami). Au final, Lorne Lanning annonça en mars 2005 l'arrêt du studio (faute d'argent) mais heureusement pour nous, ce même studio fut relancé en 2010, et les développements furent confiés à Just Add Water, un modeste studio anglais qu'on connait déjà pour le très bon Gravity Crash (un jeu PSN sorti sur PS3 et PSP). Donc oui, Oddworld : New & Tasty est le remake du Oddworld : L'Odyssée d'Abe, sorti en 1997, un jeu qui a vu le jour 17 ans plus tôt. Remettre sur la table un titre de cette époque impose naturellement de tout reprendre à zéro, et c'est exactement ce qu'on nous propose ici : un vrai remake en bon et due forme.



Remake, reboot, remaster... kézako ?


A ce propos,
New 'n' Tasty est le remake de L'Odyssée d'Abe sorti 17 ans plus tôt, quelques 3 générations de consoles en arrière :)
prenons un instant pour bien clarifier les choses entre les termes "remakes", "reboot" et "remaster". Le remaster est un jeu d'ancienne génération ré-adapté à la nouvelle génération. Les graphismes subissent un upscaling, le framerate est stabilisé, la prise en mains est (parfois) adaptée aux normes du moment et on ajoute 2~3 babioles comme d'inutiles bonus et des succès/trophées, et hop! le tour est joué. Pour le développeur ça ne demande pas beaucoup de travail et pour l'éditeur qui détient les droits d'exploitation, c'est l'occasion de remettre en scelle une vieille licence et d'engendrer de nouvelles rentrées d'argent, avec un coup de développement minimal. Bien sûr certains font les choses bien, en retravaillant les graphismes (notamment la définition des textures), comme ce fut le cas pour God of War III ou The Last of Us, ou alors c'est l'entièreté du jeu qui est remasterisé comme ce fut le cas de l'excellent Halo 2, mais généralement, ce sont plutôt des portages fainéants et opportunistes auxquels nous avons droit (comme c'est le cas dans certaines adaptions tels que les Yakuza où les développeurs ne prennent même pas la peine d'ajouter des sous-titres... c'est minable). Ensuite il y a le reboot, qui prend le pari de tout recommencer à zéro : nouveau moteur graphique, nouvelle histoire, nouveau gameplay... au final on ne garde que quelques parcelles du titre ou de la série d'origine, et on fait quelque chose de vraiment neuf. C'est risqué mais c'est parfois très payant. Par exemple la série Tomb Raider a été rebootée 2 fois déjà, lors de la trilogie Legend / Annivesary / Underworld, puis une nouvelle fois en 2013. Et aussi fou que ça puisse paraitre, les reboots sied plutôt bien à Lara Croft, tant ses jeux semblent se bonifier avec le temps. Enfin le remake est une tâche délicate. En effet, à l'image de Resident Evil Rebirth, il s'agit de reprendre avec fidélité le matériau de base, d'améliorer grandement la technique et le gameplay, et d'apporter quelques nouveautés tout en respectant l'univers, l'ambiance et ce qu'aiment les joueurs dans ce titre en particulier. Tel un chirurgien qui ne doit pas avoir les mains tremblantes, les développeurs de remakes se doivent d'être des fans absolus du jeu d'origine et d'aller dans le sens des joueurs, sous peine d'en récolter leur foudre. Le jeu de Capcom est l'exemple même du processus à suivre, tant le remake de Resident Evil magnifie l'opus original, mais ce n'est malheureusement pas toujours aussi réussi.



New 'n' Tasty : le cas d'école


Bon trêve
Oddworld possède un univers extrêmement fort et étrangement attachant (surtout Abe, son héros). Etonnant au regard du design non ?
de tergiversations (il faut dire que j'écris ces lignes en plein mois de juillet, sous un soleil de plomb... je l'admets, je m'ennuie un peu donc écrire me fait beaucoup de bien ^_^), le sujet du jour est Oddworld : New & Tasty, le remake du Oddworld : L'Odyssée d'Abe... et oui je le sais, ça fait 3 fois que l'écris ! J'espère que du coup, tout le monde aura bien compris hein :) Pour moi, qui suis un "vieux de la vieille", Oddworld fait parti de ces jeux mythiques qui ont bercés mon adolescence. Il faut dire que la première PlayStation nous aura tarté la gueule comme aucune autre, car après avoir passé des années à jouer à des jeux en 2D et souvent moches, la première console de Sony aura été le berceau de bien des titres inoubliables et techniquement bluffants. En tant que bon remake, New & Tasty reprend plus ou moins à l'exact le matériau d'origine, à commencer par l'histoire. La vidéo d'intro ressemble comme 2 gouttes d'eau à celle de la version PlayStation, à ceci près que techniquement, 17 ans les séparent. A ce propos, si les vidéos sont de bonne qualité, on les aurait peut-être aimé un poil plus travaillées, plus belles et plus réalistes. Certes en l'état elles sont déjà très bien, mais à l'heure actuelle (en 2014, à la sortie du jeu donc) on a déjà vu tellement mieux, qu'on reste un tout petit peu déçu du résultat final (et je parle bien de "technique", en aucun cas du reste). Précisons malgré tout que le jeu n'est disponible qu'en dématérialisé (donc il est possible qu'un impératif de volume ait bridé la qualité des vidéos) et pour les hurluberlus qui disent que sont les mêmes que sur PlayStation mais retravaillées, ils se foutent le doigt dans l'oeil. Elles sont bel et bien toutes fraiches, et il suffit de visionner des comparatifs sur Youtube pour vite apprécier l'énorme différence entre les 2 versions, notamment en terme de couleurs et de définition.



Comparatif entre les cinématiques d'origine et celles du remake. Les différences sont subtiles
mais bien marquées, nous faisant bien comprendre qu'elles ont été reconstruites de A à Z



Le respect du matériau d'origine


Après on ne
Les nouveautés sont rares mais les nouveaux niveaux / défis sont une vraie plus-value
change pas une équipe qui gagne, l'excellent scénario d'origine a été conservé à l'exact, la mise en scène est sensiblement la même, bref l'univers est scrupuleusement respecté et c'est une excellente chose ! Quant à l'histoire, vous la connaissez sans doute déjà, je ne vous ferai pas l'affront de vous rafraichir la mémoire (et si vous ne connaissez absolument pas Abe et son aventure, c'est l'occasion rêvée de combler une lacune assez probante dans votre culture vidéo-ludique). Bien sûr en tant que remake avéré, le développeur a dû jongler entre conservationnisme et évolution. Certes moi j'ai toujours apprécié la jouabilité un peu rêche de L'Odyssée d'Abe, mais à l'image du vieux Flashback, c'est une prise en mains qui ne passent plus du tout à l'heure actuelle (en réalité, il est plus facile de se ré-adapter à la prise en mains d'un jeu si on l'a connu à l'époque... tout le truc est là et mon meilleur exemple est le premier The Witcher, qui est juste imbuvable lorsqu'on a poncé les 2 superbes aventures suivantes). Ceci dit, pour Oddworld, Just Add Water n'a pas commis les mêmes erreurs que VectorCell pour le remake de Flashback, où ce dernier est tellement modifié et tellement différent de l'œuvre originale, que bien des joueurs n'ont pas retrouvé ce qu'ils aimaient en lui. Non ici, comme évoqué, on a un véritable respect du jeu d'origine et un minimum d'aspects du titre ont été modifiés. Une fois encore, je ne vous ferez pas l'affront de vous commenter le gameplay du jeu, avec pour base une jouabilité qui demande une grande dextérité, et des trouvailles assez géniales comme ce système de pseudo-dialogue, ces jubilatoires possessions d'ennemis, ces ingénieux puzzles ou encore ces épreuves de mémoires à base de sifflements et de pets... avec pour toile de fond, le sauvetage des amis esclaves d'Abe. A ce propos, si dans le jeu d'origine il fallait sauver 99 mudokons, ce qui était déjà un véritable défi (car finir le jeu normalement était déjà une épreuve en soi), dans New & Tasty les développeurs ont poussés le concept, créer de nouvelles zones et c'est désormais 299 mudokons qui sont à sauver ! Autant vous dire que les arracher tous des griffes des méchants vous demandera énormément de patience et doigté... et/ou un plan complet car certaines zones cachées le sont à la perfection.



Quicksave et coop' en peau de scrab


D'autres petites
La quick save n'en est pas une (les joueurs PC savent parfaitement de quoi je parle) et le mode coop' non plus. Alors pourquoi les appeller ainsi ?
nouveautés ont également été implanté comme le fait de marcher lentement tout en étant accroupi, 3 niveaux de difficulté (avant il n'y en avait qu'un seul), une galerie pour revoir les cinématiques débloquées, un véritable "niveau de santé" qui évite qu'on meure au premier coup porté (mine de rien, ce n'est pas un mal), mais aussi ce que les développeurs appellent une sauvegarde rapide et un mode coop'. Revenons une minute sur ces 2 points : la sauvegarde rapide (aussi appelée quicksave, bien connue des joueurs PC) permet de sauvegarder son jeu presque n'importe où dans l'aventure. Mine de rien, vu la difficulté du titre, parfois réaliser une toute petite action, mérite bien qu'on sauvegarde afin de ne plus s'y reprendre à 20 fois pour le réussir à nouveau. Bien entendu ça facilite le jeu mais croyez-moi, même avec ça, vous allez quand même en baver !! Surtout si vous voulez sauver tous les Mudokons prisonniers... Notez également que le jeu fait aussi des sauvegardes automatiques, comme tout bon titre actuel. Si la quicksave est une belle nouveauté, qu'elle fonctionne bien et qu'elle apporte un peu de quiétude aux joueurs, à l'inverse le mode coop' est une belle fumisterie ! Moi qui pensait retrouver un vrai mode 2 joueurs à l'image de R-TYPE Dimensions (qui incorporait un vrai coop' à un jeu qui, à l'origine, n'en proposait pas), en réalité, New & Tasty propose un mode 2 joueurs en alternance (le joueur suivant prend le relai à la mort du précédent). On est loin d'un "vrai" mode coop' (même s'il aurait été difficile d'implanter une telle fonctionnalité dans un titre tel que celui-ci) et les développeurs donnent de faux-espoirs quand aux fonctionnalité du jeu. Par contre c'est une vérité, le mode "facile" est légèrement plus abordable que les autres, dans le sens où le jeu propose plus de checkpoints (dont certains n'étaient pas là à l'origine, ce qui rendaient certains niveaux extrêmement stressants) et couplé à la petite barre de santé, le résultat est qu'on se crispe un peu moins souvent qu'avant... un peu. Tien puisqu'on en parle, évoquons justement la difficulté du jeu. Aujourd'hui les joueurs sont clairement divisés en 2 groupes : il y a d'un côté ceux qui n'ont plus aucune patience, qui n'ont pas le temps (celle-là elle est pour toi ma chérie ^_^) ou simplement que la moindre difficulté leur fait baisser les bras, et puis d'un autre côté il y a les masos, ces personnes qui vont s'acharner comme des forcenés à platiner le moindre de leur jeu et à exercer leur dextérité sur des titres auto-flagellatoires, comme V V V V V V, Super Meat Boy ou encore Dark Soul.



Difficulté à l'ancienne, jouabilité moderne...


Oddworld : New & Tasty,
La jouabilité au tout analogique est moins réactive que celle d'autrefois. On aurait aimé pouvoir retrouver (dans les options) la prise en mains d'antan...
à l'image de L'Odyssée d'Abe, possède une difficulté élevée mais elle reste relativement équilibrée... pour peu que vous ayez un minimum de patience. Exemple même du titre estampillé "DIE & RETRY" (traduisez : perd et recommence), certains passages sont particulièrement irritants ! Il faut recommencer, recommencer et recommencer encore (parfois plus de 20 fois de suite !) afin d'arriver à passer un passage au demeurant tout bête mais qui réclame beaucoup de doigté et de précision. J'ajouterai qu'en plus de ça, la jouabilité n'est pas irréprochable. Je me souviens encore de la version d'origine et de sa prise en mains au "tout numérique", à la fois précise et ultra réactive. Aujourd'hui, en vu de moderniser la prise en mains, nous sommes passés au "tout analogique" et mine de rien, ça change pas mal la donne. Les sensations sont bien différentes et bien entendu, la réactivité en prend un coup, sans parler qu'il arrive que notre ami Abe feinte ne pas comprendre ce qu'on lui ordonne alors que (par exemple) on est juste devant la porte à passer. Du coup je regrette vraiment que les options ne nous proposent pas de retrouver l'exacte configuration d'antan, notamment sur les consoles Sony où les manettes (quasi identiques à celles de l'époque, avouons-le) se seraient parfaitement prêtées à l'exercice. La jouabilité semble donc un peu moins rigoureuse et prompte à répondre à nos sollicitations... résultat, c'est la mort, encore une fois. Car je reviens là dessus, s'il est tout à fait possible d'avancer dans le jeu, de progresser et ce, sans s'arracher les cheveux de la tête, mine de rien il faudra pour ça un bonne dose de patience et ne pas baisser les bras dès les premières "réelles" épreuves arrivées (j'entends par là lorsqu'on sort de l'usine, car il est vrai que le début -qui sert un peu de didacticiel- est assez facile). Parfois le timing est trop serré, la détection est arbitraire et certains passages vont mettre à l'épreuve votre dextérité et vos nerfs, ce qui rappellent les plus irritants passages de Donkey Kong Country (notamment avec Elum, le "noble destrier" :).



Salut Unity... suis-moi !


Après ça
... et puisqu'on y est, on aurait également aimé avoir le jeu d'origine en bonus (oui oui je sais, je suis un doux rêveur ^___^ )
on retrouve notre Odyssée d'Abe plus ou moins tel qu'on l'a laissé à l'époque : les niveaux, les épreuves, les pièges, les ennemis et le level design n'ont pratiquement pas bougé... et c'est tant mieux ! On retrouve quasiment à l'exact l'ambiance du jeu d'origine (et ça, c'est l'un des points les plus important !), à ceci près que toute la réalisation a été reprise à zéro. Fini les magnifiques décors en 3D précalculés (performances limitées de la PSX oblige), désormais Oddworld tourne sous Unity, le très apprécié moteur multi-plate-formes qui officie autant chez les Indés que chez les gros studios. Il faut dire que sa licence est peu chère, il est très performant sans pour autant être une purge à maitriser. Si sur la génération précédente c'était l'Unreal Engine qu'on voyait partout, désormais le moteur d'Epic a une sérieuse concurrence. Et autant vous le dire "tout-de-go" Oddworld : New & Tasty est un superbe jeu, au moins aussi beau que l'œuvre originale ! Les décors sont vraiment magnifiques, chaque détail a été bien travaillé et les animations sont particulièrement fluides. Bien entendu on garde le scrolling d'origine (qui est bien souvent séquentiel) mais comme l'ensemble est en full 3D, les développeurs se sont permis quelques travellings bien sentis et quelques effets de caméra. C'est peut-être aussi ça qui fait qu'on trouve que les vidéos ne sont pas assez détaillées, car le jeu en lui-même est absolument somptueux, rendant les cinématiques moins belles que les panoramas "in game" et en temps réel. Parlons à présent des mises à jour qu'a subi le jeu. En version 1.0, selon le retour des joueurs (car moi j'arrive après la guerre, j'ai testé le jeu dans sa version finale), Oddworld subissait divers bugs, plus ou moins gênants : ralentissements (surtout sur PS4), problèmes d'IA, de collisions... C'était surtout vrai sur PS4 car la console a reçu ce remake en exclusivité (très) temporaire (la version PC est sortie 7 mois plus tard, les autres éditions lui emboitant le pas), résultat, c'est la console de Sony qui a essuyé les plâtres comme on dit. Pendant que Just Add Water peaufinait les autres versions en amont de leurs sorties, la version PS4 a reçu divers patches correctifs, le dernier étant le 1.06 qui pèse quelques 7,6Go ! Oui oui, vous avez bien lu, le correctif est plus gros que le jeu lui-même !! Ceci dit, dans sa version actuelle, New & Tasty tourne parfaitement bien et à quelques petites anicroches près, tous les problèmes ont été réglés.



Hello... Follow me


Enfin côté son,
La réalisation est vraiment superbe ! C'est beau, c'est fluide... mais pour ça, il aura fallu ajouter quelques (GROS) correctifs
et c'est sans doute mon plus grand regret envers ce remake : la VF a totalement disparue ! Cette version française, doublage compris, qui autrefois nous a régalé et qui n'avait rien à envier à une VO certes excellente, mais forcément moins accessible... a tout simplement sauté ! C'est vraiment dommage car nous n'entendrons plus notre brave Abe dire ses ô combien inoubliables "Salut, suis-moi" remplacés par ses universels "Hello, follow-me" tellement plus impersonnels. Maintenant, de façon tout à fait objective, les dialogues sont extrêmement rares (uniquement lors des cinématiques, on ne peut pas considérer les pseudo-conversations d'Abe et de ses congénères comme des dialogues), donc lire quelques sous-titres n'a finalement rien de gênant. Autre point intéressant, tout a été traduit en français (je parle des textes), même les textures comportant des textes et les panneaux lumineux. C'est sympa d'avoir au moins fait cet effort-là. Côté bruitages et musiques (écrites et composées par Michael Bross), on retrouve bien l'ambiance de l'époque, à quelques remixes près. On notera malgré tout que si l'ambiance musicale sied parfaitement au jeu, certaines pistes sont bien trop redondants face à l'aspect "die & retry" du titre, au point qu'on ne supporte plus le thème. Résultat on coup le son, ou on baisse (pour un temps) la musique via les options. Enfin, le générique final nous propose la superbe chanson d'Elodie Adams : Born to Love You. Une bien jolie chanson, qui personnellement me rappelle le thème principal de SIN Episode... mais qui n'est pas très à-propos au regard de l'ambiance et de l'aspect graphique de ce New & Tasty... même si ça n'enlève en rien à la qualité de la chanson.



Oddworld est Note
et restera à jamais, un jeu mythique à l'ambiance toute particulière et aux prouesses techniques avérées, qui ont su tirer parti des performances d'une PlayStation en pleine expansion (nous sommes alors en 1997). Et quel ne fut pas notre plaisir de redécouvrir, quelques 17 ans plus tard, un remake d'une qualité quasi irréprochable ! Les nouveautés sont rares mais pour le moins bienvenues, mais la plus probante reste encore ces Mudokons à sauver, qui sont passés de 99 à 299 ! Autant dire que si la durée de vie était déjà élevée sur le jeu d'origine, ici elle est décuplée et platiner le titre sera un véritable défi. Car c'est un fait, la difficulté d'Oddworld, bien qu'elle ne soit pas insurmontable, reste assez élevée, parfois même frustrante, faisant de lui le parfait exemple du jeu 2,5D à tendance "die & retry". A ce propos, les 3 niveaux de difficulté ne sont pas assez différenciés et on aurait apprécié un "vrai mode" facile, ainsi qu'un mode difficile particulièrement punitif (pour ceux qui aiment se flageller). Or les 3 modes sont, à quelques détails près (comme la présence de checkpoints) un peu trop similaires. Idem, afin de moderniser la jouabilité, elle est devenue 100% analogique, et les nostalgiques comme moi, auraient sans doute apprécié de retrouver la prise en mains d'origine, 100% numérique (surtout sur consoles PlayStation, où la croix est particulièrement bien placée et idéale pour ce genre d'exercice). Dernier grief : l'irréprochable VF d'autrefois est passée à la trappe (sans doute pour uniformiser le développement), ce qu'on peut reprocher mais qui, à l'image de la difficulté, n'a rien de rédhibitoire. D'ailleurs cette VF absente s'explique sans doute par le fait que ce remake n'est en vente qu'en dématérialisé (une édition Limited Run est également dispo mais vite indisponible, car limité à 5000 pièces sur PS4 et seulement 2500 exemplaires sur PS Vita). Si New & Tasty sort sur plusieurs supports (il faut dire que le moteur Unity, qui nous propose ici des graphismes somptueux, permet d'adapter facilement le code à presque tous les supports) afin de s'assurer des ventes confortables (bien qu'étrangement, la Xbox 360 soit évincée du lot), les consoles PlayStation restent les plus gâtées avec du cross-play, du cross-buy PS3 / PS4 / Vita (vous achetez le jeu sur l'une des 3, et vous pouvez le télécharger gratuitement sur les 2 autres supports) et même du cross-save (les sauvegardes sont partagées entre les 3 versions pour commencer une partie sur un support et la poursuivre sur un autre). Face à la bonne réception du titre, aux élogieuses (et méritées !) critiques qu'il a reçu, les développeurs nous ont communiqués que l'Exode d'Abe aura, lui aussi, droit à son remake. Tant mieux, car New & Tasty est l'exemple même, le cas d'école du remake réussi ! Je terminerai en disant bravo et surtout merci, car Oddworld reste une licence qu'il était dommage de voir se perdre dans le temps...



Les -

  • Difficulté plus accessible mais encore sacrément rude par moment
  • La jouabilité au tout analogique est moins précise qu'autrefois
  • Disparition pure et simple de l'excellent doublage français ;(
  • Malgré le lifting, les vidéos sont techniquement vieillottes
  • On aurait vraiment aimé avoir le jeu original en bonus
  • Un faux mode coop' qui ne sert à rien
  • Des nouveautés anecdotiques
  • Les +

  • Quicksaves, sauvegardes automatiques et checkpoints plus nombreux
  • L'ambiance (parfaitement respectée) est toujours aussi enivrante
  • Un univers et une patte graphique toujours aussi forts
  • 299 mudokons à sauver... va falloir s'accrocher !
  • Rapport qualité / durée / prix très convenable
  • L'indéniable respect du jeu d'origine
  • Les graphismes sont vraiment superbes
  • Toujours aussi drôle et fun à jouer
  • L'exemple type du remake à faire !


  • Test réalisé par iiYama

    avril 2019