Minecraft (X360/XBO/PS3/PS4)

 





Cliquez pour agrandir

 

 


Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : mai 2012 (X360) - décembre 2013 (PS3) - septembre 2014 (PS4/XBO)
Développeur : Notch - Mojang Specifications
Adaptation : 4J Studios
Editeurs : Microsoft Studios (X360/XBO) - Sony Computer Entertainment (PS3/PS4)
Genre : aventure - construction - survie

Support : en téléchargement sur XLA et PSN - également disponible en version boite
Installation minimale : 120Mo (X360) - 560Mo (XBO) - 85Mo (PS3) - 215Mo (PS4)
Version testée : FR
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : FR

Multi-joueurs : jusqu'à 8 joueurs en ligne et 4 en écran scindé
Titre alternatif : Mine Craft
Prix au lancement : 19 à 20€


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)


Minecraft










Markus Alexej Persson, plus connu sous le nom de Notch, est un développeur suédois. En 2009, à l'âge de 30 ans, il publia le plus grand "sandbox" de tous les temps, j'ai nommé Minecraft. La 2e plus brillante idée du développeur, est de fournir un beta-test énorme à tous les acquéreurs, une phase de production qui aura durée plus de 2 ans. Minecraft devient donc très vite un phénomène et rencontre un grand succès. Pour faire face à ce succès et développer de nouveaux projets, Notch (qui jusque-là, a développé Minecraft tout seul !) fonde la société Mojang Specifications. Toujours est-il que Minecraft est un sujet qui divise. Plus qu'aucun autre, il partage les joueurs entre la fascination et l'incompréhension. En effet, peut-on vraiment parler de jeu vidéo s'il n'y a aucun but à proprement parler, aucune histoire ? De même, à l'heure des graphismes HD, l'aspect cubique et texturé en pavés de Minecraft a de quoi surprendre. Ainsi, au-delà du fait que les textures n'ont pas la bougeotte, on pourrait légitimement se croire de retour à l'époque de la première PlayStation. Vous l'aurez compris, je suis moi-même divisé sur le cas de Minecraft. D'un côté je suis consterné qu'une telle masse de joueurs perde toute vie sociale sur un jeu aussi laid et dont le but n'est que de construire "du vent". J'aime les histoires, avoir un but, une scénarisation… ici il n'y a rien de cela. Et d'un autre côté je suis fasciné. Fasciné par ce retour "aux sources" comme le font certains jeux qui se plaisent à remettre les 2 pieds dans un passé qui nous manque à tous (comme Scott Pilgrim, 3D dot Game Heroes…), fasciné par la détermination de certains "crafteurs" qui réalisent des chantiers phénoménaux, voire même qui retranscrivent (presque) à l'exact certains de nos plus chers univers. Divisé, trouvant à chaque non-sens une particularité attachante au jeu, je vais finalement laissé mes 2 meilleurs crafteurs vous parler plus en détails d'un titre atypique, aux antipodes des productions actuelles et qui aura, qu'on le veuille ou non, apporter sa pierre à l'édifice. Car le buzz ne fait pas tout, un tel engouement est également suscité par les qualités intrinsèques du jeu…

iiYama


___________________________________________________________________


Dans l'océan des
Inutile d'aimer les graphismes rétro pour être sensible à de tels paysages...
licences triple-A et des jeux à gros budgets, il existe parfois, caché comme une perle dans une huître, un petit bijou, un ovni vidéo-ludique, capable d'émerveiller jusqu'au plus triste et blasé des joueurs. Minecraft fait partie de ces jeux uniques, au concept à la fois novateur et résolument classique. Les émules ont d'ailleurs fleuri et le succès du jeu n'est d'ailleurs pas uniquement dû à son concept « bac à sable » : il relève également de divers facteurs, notamment du hold-up graphique tenté (et réussi) par Notch (Markus Persson de son vrai nom), mais aussi de son prix réduit. On pourra également imputé à cette success-story l'immense communauté de joueurs qui s'est formée dès les premiers pas du développement. Minecraft a eu le mérite de réunir énormément de monde sous la bannière d'un univers entièrement modulable. Pas de but concret, une liberté totale, c'est donc tout naturellement un exercice difficile et prétentieux que de lui donner une note, ou même d'en faire un test. Minecraft a fait explosé la scène indépendante et a eu beaucoup de clones et/ou déclinaisons. Il a aussi une grosse particularité, il a été créé (à l'origine) par une seule et même personne : Notch. Ce qui a fait son buzz, c'est surtout ses graphismes... Ne trouvez-vous pas suicidaire de sortir en 2011 un jeu aussi moche qu'un jeu de 1990 ? Minecraft faisait largement tache ! Alors après certaines choses ont influencés ce buzz : certains sites ne l'ont pas testés (pour son aspect MMO ou sans fin) mais d'autres n'ont pas hésités à lui mettre 19/20, sans compter sur les Minecrafteurs et autres Youtubeurs ont envahis la toile. Ce jeu a montré que l'on pouvait être seul à travailler pour l'amour du jeu et faire un chef-d'œuvre sans prendre les joueurs pour des vaches à lait, en vendant son titre à un prix très raisonnable. A l'heure actuelle, Minecraft est un jeu adoré et encensé par la critique et les joueurs. Là, vous allez me dire : "oui mais c'est quoi Minecraft ?". Et bien Minecraft est un jeu mélangeant construction et survie avec un monde tout cubique (et tout moche diront certaines mauvaises langues), un perso façon LEGO, des « mobs » (monstres) façon cubique, etc...


Minecraft
Si vous voyez un creeper, tuez le ou fuyez si vous ne voulez pas mourir !
est un de ces jeux difficiles, rien qu'en mode normal, car il faudra regarder partout si'l n'y a pas un creeper (monstre qui explose quand on le touche, il ressemble à un cactus) ou encore si un zombie/squelette n'est pas resté dans l'ombre avant le lever du jour pour vous achever ! Pour contrer tout ces petits inconvénients, il faudra se protéger au début par un abri puis, lorsque nous aurons plus de ressources, avec une maison bien équipée. Au fur et à mesure, des repères se mettront en place pour éviter de bêtement tomber dans un piège tendu par les monstres. Il existera des « donjons » qui feront apparaître des monstres en masse grâce à des « mobs spawn » qu'il faudra casser. Après avoir fait cela il y aura toujours un coffre à proximité contenant des ressources assez rares en général. Malgré tout, ces donjons sont bien trop courts puisque qu'ils ne durent qu'une pièce. Ca aurait été cool de former ces donjons avec plus d'une zone... Malgré ce petit défaut, on verra bien vite que ce n'est pas vraiment le cœur de la partie mais plutôt le "minage" qui est l'un des grands thèmes du jeu. En effet on se plaira à aller dans une grotte naturelle ou fabriquer soi-même sa propre grotte en apportant au minimum une pelle, une pioche et une épée afin de chasser les monstres qui y apparaitront. Bien évidemment il faudra aussi des torches : elles seront vos amis pour y voir plus clair mais par contre faites attention car la lumière peut être un ennemi (ex : "oh de la lumière je descend et pshiiiii de la lave !! vous êtes mort !). D'ailleurs j'ai oublié de le mentionner mais lorsque vous mourrez, vous perdez tous vos objets (que vous pourrez récupérer si vous revenez assez rapidement là ou vous êtes mort). Dans les grottes, vous pourrez récupérer différent matériaux comme de la pierre (courant), du fer (pas trop rare), de la redstone (assez rare), du Lapis (idem), de l'or (rare) et bien sûr, du diamant (très rare). L'or n'est qu'utile que pour faire des "rails booster" qui nous permettent de naviguer un peu plus vite qu'avec les rails de bases. Le fer quant à lui permettra (au début) de se fabriquer une belle armure et, lorsqu'il sera en plus grande quantité, de nouvelles armes qui passeront de pierre à fer ! La redstone pourra elle aussi servir pour faire des rails mais aussi des objets plus complexes et automatisés. Le Lapis aura plus un coté décoratif et trompe l'oeil : en effet je me suis fait avoir en pensant que j'avais obtenu mon premier diamant. Ce dernier pourra donc faire des petits blocs pour décorer notre maison.


Le diamant
Vous pourrez miner en toute sérénité... ou pas !
quant à lui fabrique des équipements encore plus résistants que le fer et ils seront aussi plus puissants. On pourra améliorer tous ces équipements via un grimoire qu'il faudra "crafter" avec des matériaux en particulier. Pour améliorer ces premiers, il faudra monter la jauge d'expérience qui fait tout le sel de la dimension RPG de Minecraft. Ces enchantements vous permettrons d'améliorer la défense de vos armures et la puissance de vos armes. L'expérience que l'on glane dans le jeu pourra être justement gagnée sur les monstres du jeu et sur les animaux. Vous vous doutez bien qu'une poule donnera moins d'expérience qu'un Under Man, et que surtout les animaux donneront en général moins d'expérience que les monstres, puisqu'ils sont moins agressifs que les monstres et surtout, ils ne se défendent pas. Une autre dimension plaisante du jeu, c'est l'agriculture. Cette dimension devient de plus en plus complète au fil des mises à jour du jeu. Elever des cochons et les faire se reproduire pour les tuer et récupérer de l'expérience et des côtelettes qu'on pourra faire griller pour se nourrir. On attirera les cochons de la même façon que les moutons, c'est à dire avec du foin qu'on gagnera en faisant des plantations sur de la terre fraichement retourner avec une houe. Les poules pourront être enfermées et surtout on pourra avoir des œufs que l'on ramasse sur leur passage. On pourra ameuter aussi des vaches ou des moutons de la même façon que le cochon, mais ces dernières nous donneront un butin différent : en effet une vache nous donnera du lait si on a un seau et on gagnera des cotes de vache en les tuant. Quand aux moutons on pourra juste les préserver et les tondre de façon continuelle puisque dans leur enclos (si enclos il y a) ils brouteront l'herbe et leur laine repoussera. Si on continu au niveau dressage d'animaux, on pourra dresser des chiens-loups en leur donnant des os et on les nourrira pour leur faire regagner leur vie grâce aux viandes.


Minecraft
Un lac souterrain, des zombies explosifs, une visibilité qui décline... La randonnée rêvée !
c'est donc l'alchimie délicate entre construction et survie, profitant habilement du moteur graphique et physique à base de cubes au design rétro. Car oui, Minecraft c'est un peu le Lavoisier pour les Nuls : « rien se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». Le principe de base est assez simple à comprendre, mais peut s'avérer très long à approfondir. En effet, au tout début, le joueur apparaît sur une map fraîchement générée, sans aucun équipement. Seul au milieu de la nature, il va devoir s'adapter à son environnement et en extraire de quoi survivre. Les outils de bois ne serviront qu'au tout début du jeu, puisqu'étant les plus fragiles et les moins efficaces. Le joueur est donc rapidement amené à faire l'upgrade de son équipement : du bois on passe à la pierre, de la pierre on passe au fer, et cætera jusqu'au matériau ultime : le diamant. Mais ce n'est pas encore suffisant pour vraiment parler de jeu de survie. On trouve également, pour justifier davantage cet aspect, une jauge de faim : si elle se vide, notre personnage perdra toute sa vie jusqu'à arriver à un état d'inanition, à peine assez vivace pour marcher. Il y aura donc divers moyen de se nourrir (cueillir des champignons, cultiver un champ de blé pour se faire du pain ou des gâteaux ou pour les chasseurs dans l'âme, la viande). Mais un jeu où il suffit de manger pour survivre, c'est trop simple, on aurait presque l'impression de jouer aux Sims ! Allez, vous savez quoi ? On va rajouter un cycle jour/nuit, et faire en sorte que les monstres apparaissent dans les zones d'ombre ou plus naturellement la nuit. Le joueur est donc obligé de se construire un abri, quitte à le creuser à même la terre, pour attendre que le jour salvateur vienne le délivrer des bêtes nocturnes. Bien entendu, ce système de « spawn » (apparition) aléatoire des monstres va compliquer nos fouilles et nos expéditions géologiques. On a donc ici les bases du bac à sable typé survie, qui s'accompagne de quelques jolies subtilités.


Ensuite passons
Les versions Xbox One et PS4 profitent d'un 1080p très fluide et de quelques nouveautés bien vues
à une des dimensions voire même le mode le plus intéressant dans Minecraft et qui vous fera coopérer avec d'autres joueurs : le multi-joueurs ! Et si votre humble serviteur ne vous expliquera pas comment en créer un (il existe des tutos sur Internet) il pourra vous dire que c'est la dimension qui fera limite passer Minecraft pour un MMO et qui vous fera passer de très bonnes et longues heures de jeu en la compagnie d'autres joueurs. On regrettera par contre que cette édition console se contente du "contenu officiel" créé par le développeur lui-même. En effet, sur PC le jeu est très ouvert et certains ont créés des contenus absolument phénoménaux. Ainsi il est regrettable de ne pas retrouver au moins les plus ambitieux d'entre eux (question de droit d'auteurs je suppose). Le son du jeu n’a pas été évoqué jusque-là, vraisemblablement car il n’y a pas grand-chose à en dire. Des bruitages plutôt basiques qui permettront d’identifier chaque monstre, chaque action, et quelques petites mélodies au piano viendront parfois nous surprendre plus ou moins agréablement, déclenchées de façon totalement aléatoire. Terminons par l'aspect technique. Il est évidemment que les graphismes paraissent assez simplistes de prime-abord (mais c'est aussi ce qui fait son identité visuelle !), mais par rapport à son support d'origine (le PC), les versions Xbox 360 et PS3 s'en sortent avec les honneurs. Hormis en splitté, le jeu est toujours fluide et l'étendue visuelle est remarquable. Maintenant sachez que les versions next-gen profitent de contenus supplémentaires (dont de nouvelles musiques) et même d'une offre d'upgrade : pour à peine 5€, si vous possédez déjà le jeu sur l'ancienne génération, vous pourrez passer à la nouvelle. Mis à part un multi toujours bloqué à 8 (ce qui est un peu dommage), les versions Xbox One et PS4 profitent en plus d'un moteur plus souple, avec un 1080p hyper fluide et constant (même en splitté) et d'une interface mieux pensée (avec notamment un bon tuto). On trouvera donc en Minecraft un jeu original, apportant un peu de fraicheur sur la scène vidéo-ludique internationale et qui, malgré un nombre certain de bons acquis, reste encore plein de promesses concernant les mises à jour à venir.



L’aspect Note
qui séduit le plus les joueurs dans Minecraft, c’est avant tout l’aspect terriblement immersif, malgré un système de fabrication d’objets qui contient son lot d’étrangéités et son look ultra pixellisé. Parce que, plus qu’un jeu, Minecraft c’est avant tout la réponse à la question qu’on s’est tous posé un jour : « merde, je suis sur une île déserte, et maintenant ? ». Et juste en partant de là, le jeu est incroyablement proche de chacun d’entre nous, et c’est ce qui fait sa force, chaque joueur ayant sa façon d’appréhender les choses : suis-je écolo jusqu’au bout, et irai-je jusqu’à perdre un peu plus de temps pour replanter chaque arbre que j’ai abattu ? Est-ce que je vais vivre d’agriculture, travailler et préserver l’écosystème, ou vais-je ravager ce dernier en chassant ? Ai-je la trempe d’un explorateur, au point de risquer ma vie à miner dans de sombres cavernes peuplées de créatures hostiles à la recherche du précieux diamant ? Et quand bien même on serait lassé de toute cette solitude, on peut essayer d’aller se perdre entre amis en multi-joueurs, et voir si oui ou non, nous sommes taillés pour la collaboration amicale, le partage des tâches, ou si l’on penche plutôt pour la simplicité de l’anarchie et de la tyrannie. Pas besoin de graphismes HD ou d’une narration ultra scriptée, étant donné que le jeu relate avant toute chose l’histoire du joueur qui a le courage de s’y plonger, et qui détient avec son imagination et sa créativité, les clés des meilleures histoires. On peut donc dire que Minecraft a été le seul jeu dans les années 2000 à avoir vraiment créer un genre qui a d'ailleurs été décliné en 2D (comme Terraria) comme en 3D, ou avec des jeux qui se sont appuyés sur le succès de ce titre. Je ne peux décemment que vous conseiller ce jeu qui tranche réellement avec ce qu'on a l'habitude de voir dans ce qu'on appelle aujourd'hui les titres AAA. Et puis pour son prix et au vu des heures de jeu que vous allez passer dessus, vous auriez tort de vous en priver...



Les -

  • Aucun amélioration graphique depuis la sortie initiale
  • Les graphismes : ça passe ou ça casse !
  • Au fond, peut-on être trop libre ?
  • Le multi, limité à seulement 8
  • Aucun but !
  • Les +

  • Mise à niveau à petit prix (old-gen vers next-gen)
  • Sur next-gen, skins et packs de textures inclus
  • Particulièrement addictif si on accroche !
  • Les nouvelles musiques sur next-gen
  • Plus accessible que la version PC
  • Pouvoir choisir sa skin
  • Les possibilités du jeu
  • Un gameplay simple
  • Portage de qualité
  • Le multi


  • Test réalisé par Nescapic & Kusny

    septembre 2014