Guardians of the Galaxy (PS4/PS5/XBO/XBSX/PC/SWITCH) -- TEST sur GRAVITORBOX

 


Cliquez pour agrandir









Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :

 

 

 


Sortie mondiale : octobre 2021
Développeur : Eidos Montréal
Editeur : Square Enix
Genre : action / aventure

Version testée : française
Doublage : français
Textes à l'écran : français

Version logicielle testée : v.2.7
Moteur graphique : Dawn Engine
Difficulté :
Temps de jeu : environ 20 heures

Multi-joueurs : non
Titre alternatif : Marvel's Guardians of the Galaxy: Cosmetic Edition Deluxe
Prix au lancement : 70€ (consoles) / 60€ (PC)


Installation Xbox Series X

Support : 1 Blu-Ray ou en téléchargement sur Xbox Games Store
Installation : 45 Go
Performances : 4K avec RT en 30 fps variable (mode Ray-Tracing) / 4K sans RT avec framerate 30 à 60 fps (mode qualité) / 1080p sans RT en 60 fps (mode performances)


Installation Xbox Series S

Support : uniquement en téléchargement sur Xbox Games Store
Installation : 45 Go
Performances : 1080p en 30 fps ou 60 fps variable


Installation Xbox One

Support : 1 Blu-Ray ou en téléchargement sur Xbox Games Store
Installation : 45 Go
Performances : 720p en 30 fps
Optimisation Xbox One X : 4K dynamique en 30 fps
Compatible Kinect : non


Installation PlayStation 5

Support : 1 Blu-Ray ou en téléchargement sur PlayStation Store
Installation : 45 Go
Performances : 4K avec RT en 30 fps variable (mode Ray-Tracing) / 4K sans RT avec framerate 30 à 60 fps (mode qualité) / 1080p sans RT en 60 fps (mode performances)
Compatible VR : non


Installation PlayStation 4

Support : 1 Blu-Ray ou en téléchargement sur PlayStation Store
Installation : 45 Go
Performances : 1080p dynamique en 30 fps
Optimisation PS4 Pro : 4K dynamique en 30 fps
Compatible VR : non
Remote Play PSVita : non


Installation Switch

Support : en Cloud uniquement
Installation : 60 Mo
Performances : 720p en 30 fps


Installation PC

Support : en téléchargement sur Steam et Epic Games Store
Installation : 80 Go
Compatible VR : non

Configuration minimale :
CPU : Quad Core 3,2 Ghz
RAM : 8 Go
VIDEO : avec 6 Go de VRAM (type GeForce GTX 1060 / Radeon RX 570)


Vous aimez GRAVITORBOX et vous voulez le soutenir ? Alors vous pouvez nous adresser vos dons via PayPal en cliquant simplement sur le bouton ci-dessous.

Merci d'avance ^__^















Les sites partenaires :















Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)



Marvel's Guardians
of the Galaxy

Les Gardiens de la Galaxie



A part
C'est Eidos Montréal (le studio derrière Shadow of the Tomb Raider et Deus Ex : Mankind Divided) qui a développé cette adaptation des Gardiens de la Galaxie
les amateurs de Comics (et il y en a de plus en plus en France, notamment grâce au succès des films Marvel), on est peu à savoir que Les Gardiens de la Galaxie sont nés en janvier 1969. Bien moins connus (car sans doute moins "bankable") que certaines grosses licences telles qu'Iron Man, Spider-Man ou Captain America, finalement la plupart des gens ont connus Peter Quill et sa bande à la sortie du premier film (réalisé par James Gunn) en 2014. Mettant en scène Chris Pratt, Zoe Saldana, Dave Bautista et Vin "Groot" Diesel (4 acteurs ayant beaucoup de succès ces dernières années), il sera suivi d'un second épisode en 2017. La même année (2017) Telltale en a profité pour sortir sa série épisodique, et au ciné nous avons retrouvé nos 5 compères en 2018 lors de la sortie d'Avengers : Infinity War, qui sera suivi d'Avengers : Endgame l'année suivante, clôturant ainsi la fameuse Phase III de la saga avant qu'elle ne parte dans tous les sens avec leur histoire capilotractée et franchement bordélique de multivers.
En parallèle du ciné et des Comics, c'est l'éditeur Square Enix qui a récupéré une partie des droits d'exploitation de la licence Marvel et via Crystal Dynamics, ils nous ont livrés en septembre 2020 le (peu) fameux Marvel's Avengers, qui centrait son histoire sur la méconnue et finalement peu intéressante Kamala Khan. Si le jeu s'est peu à peu amélioré, même aujourd'hui (avec ses divers contenus gratuits) il est difficile de parler d'un grand titre. Pourtant, on parle bien là d'un jeu qui a été développé durant 5 ans par studio de talent, celui-là même qui a rebooté 2 fois les aventures de Lara Croft et ce, avec grand succès !
En parallèle, c'est Eidos Montréal qui développait Les Gardiens de la Galaxie, durant (plus ou moins) le même laps de temps. Ce développeur à qui on doit le sublime Deus Ex : Human Revolution (2011), le plus mitigé Deus Ex : Mankind Divided (2016) ou encore le récent Shadow of the Tomb Raider (2018), a vu ses rangs grossir pour aujourd'hui atteindre les 500 employés. Mine de rien ça commence à faire un gros staff et malgré un Mankind Divided qui m'a personnellement déçu, j'admets apprécié le savoir-faire de ce studio montréalais.



Je s'appelle Groot...


Après
Le jeu n'existe qu'en 2 éditions et ici pas de DLC, pas de cosmétiques vendus à prix d'or et autres micro-transactions. Un jeu normal quoi, et bon sang ce que ça fait du bien !! :)
un Marvel's Avengers en demi-teinte, et qui survit tant bien que mal, les joueurs étaient un peu inquiet pour ce nouveau jeu issu de la célèbre licence "cash machine" (rappelons que Avengers : End Game reste l'un des films qui a le plus rapporté de tous les temps). Quant à Square Enix, on se doute qu'après le jeu de Crystal Dynamics, ils attendaient de bons retours. Voilà pourquoi le jeu des Gardiens de la Galaxie a pris le temps d'être bien développé, peaufiné avant de sortir. Notez aussi que je parle des "Gardiens de la Galaxie" par facilité de langage, pour fluidifier la lecture car en réalité, partout dans le monde (même au Québec), il se nomme "Marvel's Guardians of the Galaxy".
En effet, Marvel's Avengers (le jeu) est initialement sorti en septembre 2020, et ce fut la douche froide pour tout le monde. Voilà sans doute pourquoi Square Enix a intimé à Eidos Montréal de prendre son temps et sans doute de changer quelques petites choses ça et là, avant de lancer leur jeu un an plus tard, en octobre 2021. La preuve ? Et bien étrangement, le jeu vidéo prend de sales tournures actuellement, on ne parle plus que de DLC, de micro-transaction, de Season Pass et autres raisons qui feront qu'un acheteur qui a déjà payé son jeu à 60 ou 70€, va être largement incité à ressortir le porte-monnaie pour acheter des babioles et autre morceaux d'histoire qui au fond, devrait être inclus dans le jeu de base. C'est aussi ça le mauvais côté d'Internet : se permettre de nous sortir des jeux pas finis, qui nécessitent plusieurs patches correctifs, tout en amputant certaines parties de l'aventure de base, pour mieux nous les vendre à prix d'or ultérieurement.
Et bien pour une fois, ce ne sera pas le cas ! Déjà le jeu fut livré dans un état relativement stable et sans trop de bugs. Sur une aventure aussi longue (puisque malgré son côté linéaire, il faut 15 à 20 heures pour le finir), c'est déjà un bon début (évidemment, divers patches sont venus corrigés les bobos restants, même si encore à l'heure actuelle, j'ai rencontré d'autres bugs, notamment sonores, mais rien de vraiment méchant). Ensuite le jeu n'existe qu'en 2 éditions : la classique (vendue 60€ sur PC et 70€ sur consoles) et l'étrangement nommée "Cosmetic Edition Deluxe", qui propose quelques tenues hautement dispensables, un mini artbook et surtout l'OST du jeu, le tout pour 80€. En effet, ici pas de mise à niveau payante, pas de DLC, pas de micro-transactions... vous achetez un jeu complet et fini, et bon sang ce que ça fait du bien !



Je s'appelle Groot !


Je pense plus
Le jeu ne détaille que trop rapidement le Lore des Gardiens de la Galaxie, partant du principe que le joueur connait soit les Comics soit les films
sérieusement qu'à l'origine le jeu devait proposait ce genre d'arnaques d'achats mais devant la gronde qu'a suscité Marvel's Avengers, dans l'année qui sépare les 2 titres, les développeurs et Square Enix ont (à mon avis) pris le temps de rectifier ça et de passer à un "business plan" plus honnête. Notez également le jeu fut disponible sur le Xbox Game Pass à partir de mars 2022, soit 5 mois après son lancement (et apparemment, ça a couté cher à Microsoft d'avoir ce genre de pépite ^.^).
Il faut le savoir, en 1969 les membres des Guardiens des la Galaxie étaient bien différents. Ce n'est qu'en 2008 que le Comics a changé de visage, qu'il s'est modernisé, en incluant les personnages que désormais nous connaissons tous : Peter, Drax, Rocket, Groot et Gamora. Maintenant, exactement comme pour le jeu de Crystal Dynamics, on peut légitimement se demander pourquoi le design des héros est si différent des films. A ça, il y a au moins 3 raisons et la première, c'est qu'en tant que développeurs, Eidos Montréal voulait imposer son propre design. La 2e raison, c'est que dans le jeu, le design est plus proche du Comics (avec un Peter Quill blond, entre autre chose) mais qui ne renie pas totalement le design des long-métrages puisque Rocket et Groot sont malgré tout très proches de ce qu'on connait déjà. Enfin la dernière raison est purement financière car pour utiliser le visage des acteurs, il faut évidemment payer un droit à l'image et en vue d'être le plus rentable possible (d'autant que des acteurs comme Chris Pratt ne doivent pas être les moins chers du marché, étant donné le succès de ses films durant ses 10 dernières années), ce n'était évidemment pas envisageable. Il n'empêche que sans les films, la plupart des gens et des joueurs n'auraient pas les bases pour apprécier le jeu, et d'ailleurs ils ne s'y seraient sans doute jamais intéressés...
Et puis si le Codex est fourni (en détaillant chaque perso, chaque arme, chaque ennemi, chaque objet), derrière le jeu ne prend pas la peine de réellement revenir sur le passif de ses personnages, partant du principe que celui/celle qui joue, connait l'équipe et une partie de son histoire, qu'elle soit issue des Comics comme des films. Bien que le jeu table surtout sur le Lore des bouquins, l'histoire se déroule 12 ans après la Guerre Galactique, qui vit la victoire de la Résistance contre les forces de Thanos, et la mort de ce dernier des mains de Drax le Destructeur.




Le Comics des Gardiens de la Galaxie. Remarquez
comme le jeu en reprend bien le design...



Je - s'appelle - Groot !!!


Aller, on
Au fond le scénario n'est pas mauvais mais à l'image des films, il part dans tous les sens et manque parfois de cohérence
passe à l'histoire : quelques mercenaires menés par Peter Quill (alias Star-Lord), fondent un groupe nommé Les Gardiens de la Galaxie. Il y a Gamora (la fille adoptive de Thanos), qui est une dangereuse exécutrice, Drax est désormais un guerrier légendaire, Rocket Raccoon est un raton-laveur issu des expériences génétiques des Kree (il est l'ingénieur et le porte-flingues du groupe), et enfin Groot est le dernier représentant de son espèce, une sorte de colosse végétal. Ces derniers sont engagés par une très puissante baronne du crime, Lady Hellbender, pour capturer un dangereux prédateur à ajouter à sa collection. Pour ce faire, ils doivent pénétrer la Zone de Quarantaine, un secteur interdit où sont rassemblés les débris de la Guerre Galactique. Mais alors qu'ils parviennent à quitter la Zone avec un lama de l'espace, ils sont arrêtés par le Corps Nova, force militaire et police galactique, qui leur inflige une amende astronomique. La seule façon pour eux de la payer est d'escroquer Lady Hellbender. Leur coup réussit, et alors qu'ils reviennent pour payer leur amende, ils découvrent une nouvelle menace : l'Église Universelle de la Vérité (dirigée par Raker, son Grand Unificateur) a découvert le moyen de forcer la galaxie à se convertir à une nouvelle religion, la "Promesse". Face à l'avancée fulgurante de cette Église et à son influence grandissante, les Gardiens de la Galaxie doivent unifier les dernières forces libres pour arrêter Raker et sa secte...
Bon, je le sais pertinemment, les films Marvel sont loin de faire l'unanimité (surtout Les Eternels, qui était carrément bof-bof, Black Panther qui est moyen, Ant-Man qui est du même acabit, la palme revenant au film Black Widow qui est carrément nul - attention, tout ceci est purement subjectif, à chacun ses gouts). Les scénarios sont souvent très simples, servis par des réalisations explosives, visant à cacher le manque de profondeur. Toujours est-il qu'avec ma femme et les enfants, on apprécie (la plupart) des films Marvel. C'est un bon moyen de se vider la tête, de passer un bon moment en famille avec un long-métrage orienté spectacle, le film pop-corn par excellence comme disent certains.



Je s'appelle GrooOOoottt...


Maintenant
Les cinématiques sont nombreuses et d'excellente qualité ! Un vrai régal pour les amateurs de jeux narratifs
soyons clairs, pour ce jeu l'histoire est bien meilleure qu'on pourrait le croire. Moi-même au début, je la trouvais simpliste et franchement moyenne. Mais maintenant que je viens de finir cette aventure épique et ultra narrative, je m'aperçois que de prime abord, je l'avais mal jugé. Après c'est vrai, à l'image des films, on passe parfois d'une scène à l'autre sans réel liant scénaristique, on change du tout au tout, ça n'a parfois ni queue ni tête, à croire que les développeurs se sont dit que ce serait cool d'aller à tel ou tel endroit, alors on le fait et tant pis pour la cohérence. Malgré tout, dites-vous que si ce jeu a reçu le Game Awards 2021 pour sa narration (en plus du Steam Awards 2021 de la meilleure bande-son), ce n'est sûrement pas anodin.
C'est un peu pareil pour les dialogues, qui semblent se mettre au niveau de tous les publics et dont les touches d'humour sont très nombreuses... et à défaut de faire réellement rire, elles font souvent sourire (avec notamment des anecdotes assez sympas). Car sachez que rien n'est à jeter, loin de là : en fait, il faut laisser au jeu le temps de poser ses personnages et leurs états d'esprit, de s'imprégner du travail de fond d'Eidos Montréal. Si le liant de certaines scènes est manquant et qu'on passe un peu trop facilement du lama au raton-laveur (du coq à l'âne ?), derrière l'histoire s'apprécie sans trop d'efforts. J'ai particulièrement apprécié la qualité du Codex (qui détaille pas mal de points importants des personnages), mais aussi et surtout qu'on revive un passage bien particulier de la vie de Peter, à savoir le jour de son 13e anniversaire. Un bon moyen de comprendre certaines facettes de l'histoire et surtout d'avoir de l'empathie pour ce personnage "clownesque" au cœur brisé.
De même, la motion capture assure une mise en scène de grande qualité, avec des expressions faciales tout à fait convaincantes, des modélisations travaillées ou encore des animations d'excellente facture. Si au départ je ne trouvais pas que le scénario était si exceptionnel que ça, au contraire j'ai immédiatement trouvé que la mise en scène est d'excellente qualité ! Les cinématiques sont nombreuses, très bien travaillées... et là pour le coup je suis d'accord, c'est un très bon point pour la narration ! En plus, on ne parle pas de vidéos mais bien de cut-scenes gérées en temps réel car si vous changez de costume, il apparaitra comme tel à l'écran.



Je s'appelle... Groot


Du côté
Le doublage est bonne qualité, en plus d'être (plus ou moins) synchro
du doublage, Peter Quill n'est pas doublé par David Krüger (le doubleur français de Chris Pratt) et pour cause, le jeu fait en sorte de ne jamais rappeler les aventures encourues dans les films. Par contre les infos sont difficiles à pêcher et j'ai tout juste réussi à savoir que c'est Damien Ferrette qui double Rocket, Armelle Gallaud qui double Lady Hellbenber, France Renard qui double la maman de Quill (Meredith) ou encore que les frères Blood Brothers (un clin d'œil aux Blues Brothers ^.^) sont doublés par Nicolas Justamon. On reconnait aussi Lionel Tua (la voix de Vik Vektor le charcudoc dans Cyberpunk 2077 ou celle de Samuel Drake dans Uncharted 4), dans le rôle de Warlock. Enfin, c'est Philippe Vincent (la voix française de Kevin Bacon) qui double Raker. Pour le reste, les tréfonds du Net ont été insondables et c'est bien dommage car justement le doublage français est d'une qualité plus qu'honorable. Certes on a entendu mieux, mais on a surtout entendu bien pire ! Idem pour la synchro labiale, qui n'est pas parfaite mais qui fait déjà bien mieux que sur la plupart des titres actuels.
Si le timbre de Peter vous rappelle quelque chose, c'est sûrement normal, vous l'avez sans doute entendu quelque part à la TV, idem pour Rocket et Drax. Tout le monde est dans son rôle, personne ne jure, mention spéciale à Rocket dont le doubleur a su lui donner un vrai caractère. Enfin pour ce qui est de ce brave Groot, sans doute qu'il finira par vous gonfler (un peu) avec ses "je s'appelle Groot" (i am Groot en VO) à tout bout de champ, pour exprimer n'importe qu'elle élocution. Mais c'est ainsi que le Comics est écrit et généralement Rocket se fait un plaisir de traduire ce que raconte notre héros arboricole.
Si le doublage est bon, et que les dialogues sont vraiment très nombreux, j'ai quand même 2 petits regrets. Tout d'abord selon la situation, on pourra répondre (2 choix possibles) à une question, prendre position, donner son petit avis... ou simplement ne rien dire. Malheureusement, comme le jeu n'est pas un RPG, l'incidence sur cette prise de position n'aura qu'une portée très limitée, et l'interlocuteur se contentera de lancer le dialogue adéquat. Rien de plus, ne vous attendez pas à des bouleversements dans l'histoire, uniquement pour ça. Ensuite, le jeu est très verbeux, seulement il s'impose lui-même un certain timing. J'entends par là qu'énormément de dialogues se déclenchent en passant une ligne virtuelle et généralement, ça veut dire que le dialogue en cours est coupé net. Qu'il soit sans intérêt comme important ou intéressant à écouter, le jeu va ainsi passer son temps à couper ses dialogues, au profit de celui qui est imposé par le script. C'est vraiment dommage car j'aurai grandement apprécié que les dialogues s'enchainent, plutôt qu'ils se coupent nets et sans bavure, pour au final dire quelque chose qui n'est pas forcément plus pertinent, car beaucoup d'entre eux ne sont là que pour meubler...



Je s'appelle ? Groot ?


Autre détail,
Les options sont nombreuses et la difficulté est adaptée au gout de chacun
j'ai souvent subi des bugs audio, comme des filtres qui ne se désactivaient pas. Exemple Drax me parle de l'autre côté du mur, le son est donc naturellement atténué, filtré, mais à la scène suivante, alors qu'il est face à moi, le filtre est toujours actif, comme s'il parlait dans un casque de moto. Il faudra attendre de longues minutes (ou le changement de niveau) pour que cet effet, ce bug, daigne disparaitre. Ce genre de petit désagrément est quand même un peu dommage, surtout lorsque le jeu a déjà subi pas mal de correctifs.
Au final, ce qu'on retiendra le plus de la narration, c'est le nombre impressionnant de dialogues que contient le jeu, la qualité de la mise en scène et le nombre assez conséquent de cinématiques. Comme quoi, si ce sont bien les jeux solo que je préfère, c'est bien parce que ce sont les seuls à réellement pouvoir nous raconter une histoire et ce, de la plus agréable manière qui soit.
Avant de se lancer véritablement dans l'aventure, il est intéressant de faire un petit tour dans le menu des options, dont les possibilités sont vraiment nombreuses, notamment en termes de prise en mains et d'accessibilité. Pour celles et ceux qui veulent vivre une aventure épique et narrative sans trop se prendre la tête, sachez que Les Gardiens de la Galaxie est un jeu tout à fait abordable ! Bien sûr, je parle là du mode "facile", ce qui permet au plus grand nombre de s'y intéresser. Pour ceux qui veulent du challenge, d'autres modes existent, naturellement.
Dans Les Gardiens de la Galaxie, nous prenons le contrôle de Peter Quill, alias Star-Lord, et uniquement lui. Certains sont un peu déçus par ce choix restrictif mais les développeurs l'ont justifié en disant qu'il est le seul "personnage humain" et que par conséquent, il est le seul envers lequel on peut facilement s'identifier (c'est vrai que se prendre pour un buisson "mono-phrasique", c'est tout de suite moins aisé ^_^). Après je l'avoue, dans Mass Effect aussi nous ne jouons qu'un seul personnage et finalement, ça ne gêne pas vraiment. Ceci dit, ce choix s'impose surtout par le fait que Peter est le leader de la bande et que c'est lui qui donne les ordres (ça a son importance en combat).



JE S'APPELLE GROOT !!!


Maintenant
Les phases d'exploration et d'énigme sont les plus agréables du jeu
je l'avoue, il aurait pu être intéressant de pouvoir passer à la volée d'un perso à l'autre, tant Rocket et son lance-missiles donnent envie, Drax et sa force surdéveloppée aurait pu donner des moments de beat-them-all bien sympa, ou encore Gamora, son sabre et ses acrobaties auraient pu donner une autre tournure aux affrontements. Mais soit, si chacun à son propre caractère, ses compétences et qu'on les contrôlera indirectement, au final on ne joue que Star-Lord, incarné au cinéma par Chris Pratt (bien que dans le jeu, le blondinet ne rappelle en rien le héros brun de Jurassic World). J'ai par contre un grand regret à formuler : il n'y a aucun multi-joueurs. Alors attention, entendons-nous bien, je ne parle pas d'un mode en ligne comme on nous l'impose un peu trop souvent, parfois même au détriment de toute logique. Par contre, un bon vieux mode 2 joueurs en local / splitté sur le même écran, là ça aurait été bon ! D'autant plus que Peter Quill n'est que très rarement seul à l'écran, c'était l'occasion parfaite de s'en payer une bonne tranche à 2 ! Mais non, on ne jouera définitivement qu'en solo, ce que (pour une fois) je blâme à haute voix !
Les Gardiens de la Galaxie est un jeu qui s'oriente sur un gameplay à 2 visages. Il y a d'abord l'exploration et la résolution de petites énigmes. Ça ne va jamais très loin, mais il est toujours plus agréable de déjouer ce genre de petites embûches, plutôt que de foncer droit devant et au final n'enchainer que les combats, ce serait sacrément rébarbatif. Peter Quill est équipé de 2 pistolets de l'espace qui auront la capacité d'avoir 4 fonctions alternatives, en plus du tir principal. Ces fonctions permettent en premier lieu de casser la protection de certains ennemis (comme une bulle ou un bouclier), ou carrément (dans le cas du tir de glace) de geler l'opposant pour un temps. Ces tirs alternatifs servent également à déjouer certains petits puzzles, comme la décharge électrique qui permet de faire repartir certaines machines, ou la glace qui permet de geler certains mécanismes.
Et pour ces passages-là, le mode scan sera bien pratique. Déjà l'effet visuel est très réussi, et il permet de déceler les failles. Par exemple, c'est grâce au scan qu'on modifie un circuit électrique pour ouvrir une porte, ou qu'on aperçoit une fissure dans une grille qui nous permet d'envoyer Drax la défoncer, avec toute la tendresse qui anime le gaillard. Les autres membres ne sont pas en reste : Gamora peut trancher certains objets ou nous aider à monter une paroi, Rocket pirate les terminaux et passent dans les petits conduits, Groot peut nous créer un pont végétal (entre autre chose). Les phases d'exploration / énigme sont à mon sens les plus agréables, car c'est là qu'il y a le plus de dialogues et forcément, d'ambiance. C'est là qu'on profite de certains (jolis) décors et qu'on s'imprègne de l'atmosphère du jeu.



Je s'appelle Groot


Car en parallèle,
Malgré leur côté tactique (et parfois épique), les combats sont bordéliques et peu passionnants
il y a bien évidemment les combats, où Star-Lord parait le gros faiblard du groupe ! En effet, ses misérables flingues sont loin d'égaler les puissants coups de Drax ou la lame de Gamora. C'est même franchement frustrant car le tir de base a vraiment une puissance au raz-des-pâquerettes. Heureusement l'ami Quill aura plus d'un tour dans son sac, déjà avec les tirs alternatifs que j'ai évoqué, ensuite parce qu'il est le chef de meute, celui qui ordonne à ses 4 complices d'exécuter certains mouvements spéciaux. Gamora donne des coups de sabre, Drax peut attaquer tout un groupe à lui seul, Rocket tire des missiles et Groot peut fabriquer une sorte de cage végétale qui nous permet alors d'infliger de lourds dégâts à l'ennemi prisonnier. La tuile, c'est que s'ils sont hyper dynamiques, les combats sont un véritable foutoir désorganisé ! Déjà placer une attaque via le sous-menu alors qu'on est harcelé par les ennemis, c'est loin d'être l'idéal, mais plus on avance, et plus les ennemis nécessitent des techniques avancées, et des attaques combinées. Finalement, malgré leur "côté tactique", ce sont les combats les passages les moins intéressants du jeu, notamment parce que certains ennemis sont des gros sacs à PV, et ne parlons pas des boss, qui sont certes épiques, mais qui durent vraiment trop longtemps.
Pour compenser un peu, et récompenser l'exploration, via des ateliers on pourra upgrader son matos et débloquer de nouvelles compétences (en ayant pris soin de ramasser un maximum de composants utiles) : bouclier, santé, nouvelles fonctions... Ensuite, à force de se battre, on amasse de l'eXPérience, afin de débloquer là aussi de nouvelles facultés. Tout ceci est certes très convenu, mais loin d'être désagréable et à minima, on ne restera pas avec un personnage qui n'évolue jamais. Quant à la durée de vie, je l'ai déjà évoqué : comptez au moins 15 heures pour finir le jeu en ligne droite, pas moins de 20 heures si vous prenez un peu le temps de flâner, d'explorer et de récolter un maximum de composants.



Je s'appelle GrooooooOOOTTTTT !!


Techniquement,
Globalement le jeu est très beau et on apprécie que sur les consoles les plus performantes, on nous laisse le choix entre framerate et qualité graphique
Les Gardiens de la Galaxie utilise le Dawn Engine, le moteur graphique qui a été précédemment utilisé pour Deus Ex : Mankind Divided. Bien entendu, on met le PC de côté à cause de son aspect protéiforme : les petites configs auront du mal à le faire fonctionner correctement, alors qu'un PC de l'espace le fera tourner sans problème. Et puis lorsque la carte graphique coute à elle seule le prix d'une console, il est évident que les comparaisons sont disproportionnées (sinon à ce compte-là autant comparer une Audi RS7 avec une Peugeot 308). Premier bon point, sur les consoles les plus performantes (Xbox Series X et PS5), on nous laisse le choix entre Qualité, Ray-Tracing et Performance. Il est facile de comprendre que le mode Ray-Tracing vous offrira les meilleurs graphismes et ce, avec les précieux reflets qui coutent si chers en ressources. Evidemment, c'est ici qu'on obtiendra le framerate le plus bas, voire même des saccades par moment. Le mode Performance est clair : on sacrifie la qualité graphique pour obtenir le meilleur framerate possible, et bien évidemment, le mode Qualité est un équilibre entre les 2. Pas de Ray Tracing mais des graphismes détaillés et un framerate assez constant (ce fut mon choix).
Sur ces mêmes consoles (Series X et PS5), on obtient donc une définition en 4K pour les modes Qualité et Ray Tracing, mais seulement du 1080p pour le mode Performance. Les PS4 Pro et Xbox One X nous offrent du 4K upscalé en 30 fps avec une belle prestation (surtout en ce qui concerne la console de Microsoft) et les machines FAT souffrent comme toujours de leur âge avancé puisque la PS4 affiche du 1080p dynamique quand cette pauvre Xbox One ne décolle que rarement de son petit 720p. Bon point quand même pour la One, étant donné que sa résolution semble rester fixe, le framerate parait plus stable, alors que la PS4 fait de son mieux pour offrir le maximum mais souffre de grosses chutes du taux d'images/seconde. Je comprends les besoins de rentabilité des développeurs et des éditeurs, mais je crois bien qu'il serait temps de mettre les vieilles consoles de côté, car elles sont clairement au bout du rouleau !
Par contre il faut l'avouer, le jeu est magnifique ! Certains passages sont esthétiquement incroyables, les détails sont impressionnants et certaines planètes sont tout bonnement somptueuses. Le jeu est une véritable réussite graphique, et plus votre support sera performant, plus ce sera beau...



  • Le cas particulier de la version Switch
    Pour ce qui est la version Switch, étant donné la puissance misérable de cette console, incapable de faire tourner les jeux récents, on se retrouve encore une fois avec un titre qui fonctionne via le Cloud. Après "achat", on télécharge une application d'environ 60 Mo et la qualité dépendra grandement de votre bande passante (un conseil, si vous n'avez pas la Fibre, oubliez cette version). Dans tous les cas, il est lamentable que cette version soit quand même vendue à 70€ ! C'est vraiment du foutage de gueule ! Pour le même prix, une simple version PS4 fonctionne sans problème sur 3 consoles différentes (PS4, PS4 Pro et PS5), idem du côté Xbox, mais là la qualité va dépendre de votre connexion et surtout, lorsque les serveurs fermeront, vous n'aurez plus rien. Alors certes, on peut essayer le jeu via une démo, mais ça reste clairement une arnaque, tout sauf pérenne !

    En plus techniquement, ce n'est pas la panacée. Le jeu se limite à du 720p en 30 images/seconde, ce qui passe correctement sur l'écran de la portable mais devient inévitablement flou sur TV. D'autant plus qu'on sent bien que les détails sont loin d'être au max... alors que ce n'est pas la console qui travaille, mais un serveur distant. Comme quoi, on s'économise partout. Et si encore "l'expérience" était vendue pas trop cher (disons 40€ max), mais non, le tarif est plein pot ! Chez Nintendo ce sont vraiment des chiens galleux assoiffés d'argent et je pense sincèrement que ce genre de version ne devrait même pas être développé. La Switch est incapable de faire tourner le jeu ? Et bien tant pis, elle dispose de suffisamment de bons titres et d'exclusivités pour éviter ce genre d'arnaques. De toute façon vous comme moi le savons, cette version se vendra à une poignée d'exemplaires, avant de disparaitre sans crier gare. Les joueurs Switch ne sont pas des pigeons qu'on dépouille impunément, et moi je pisse clairement sur ce type d'édition où on n'achète que du vent, avec en plus une date de péremption extrêmement courte. Pire que du dématérialisé, le jour où les serveurs ferment, vous n'avez plus rien et à 70€, ça fait cher la location à durée déterminée...


     




  • Je... je s'appelleuhhh... je s'appelle Groottteuhh...


    Terminons
    A quelques bugs près, toute la partie audio est irréprochable
    en évoquant la bande-son du jeu. L'OST principale a été composée par Richard Jacques, un compositeur anglais, spécialisé dans la musique de jeu vidéo (il a travaillé sur quelques films et séries TV mais rien de probant). C'est lui (parfois accompagné par d'autres compositeurs) qui est derrière les bandes-son de Headhunter, Starship Troopers, Conflict Denied Ops, Forza Motorsport 4, Sonic Generations, littleBIGplanet 2 ou encore l'hypnotique Mass Effect. Autant dire que nous ne sommes pas en présence d'un débutant et ça s'entend : en dehors des pistes sous licence, les musiques sont parfaitement en accord avec l'atmosphère et le rythme du jeu.
    En parallèle, sachez que si le groupe Star-Lord est fictif, il est malgré tout composé principalement de Steve Szczepkowski (le directeur audio du jeu, qui s'occupe entre autre des bruitages, à ne pas confondre avec Richard Jacques qui est le compositeur), et de son ami Yohan Boudreault. L'amour de cet homme pour le Rock l'emmènera finalement à chanter dans les musiques du jeu et à proposer ses morceaux, après avoir composé et enregistré l'album dans son coin. Ce même album sera proposé au Chef de Projet, qui acceptera finalement d'intégrer ses pistes au jeu. De plus, afin de promouvoir le titre, les 10 pistes sont en écoute sur Internet et la pochette n'est pas sans rappeler un mélange entre DOOM et Brütal Legend, autre jeu à la bande-son pharaonique. Déjà au sommet de son art et afin de coller au mieux à l'ambiance des Gardiens de la Galaxie et aux gouts d'un Perter Quill qui n'a pas hésité à emprunter son nom à ce groupe fictif (demain, en devenant héroïne galactique, ma mère prendra le nom de "Céline Dion" !), on retrouve également 28 pistes issues des grands tubes des années '80.




    La pochette de l'album Star-Lord. Cet album contient
    10 titres dont 7 sont tout bonnement excellents !


    En plus de l'OST du jeu, Les Gardiens de la Galaxie (à l'image des films)
    propose 28 chansons ultra connues des années '80. Voici la lite :


  • A-ha : Take On Me (1984)
  • Autograph : Turn Up the Radio (1984)
  • Billy Idol : White Wedding (1982)
  • Blondie : Call Me (1980)
  • Blue Oyster Cult : Don't Fear The Reaper (1976)
  • Bobby McFerrin : Don't Worry Be Happy (1988)
  • Bonnie Tyler : Holding Out for a Hero (1984)
  • Culture Club : I'll Tumble 4 Ya (1983)
  • Def Leppard : Rock Rock Till You Drop (1984)
  • Europe : The Final Countdown (1986)
  • Flock of Seagulls : I Ran (1982)
  • Frankie Goes To Hollywood : Relax (1983)
  • Hot Chocolate : Every 1's A Winner (1978)
  • KISS : I Love It Loud (1982)
  • Loverboy : Turn Me Loose (1981)
  • Mötley Crüe : Kickstart My Heart (1989)
  • New Kids on the Block : Hangin' Tough (1988)
  • Pat Benatar : Hit Me With Your Best Shot (1980)
  • Rainbow : Since You Been Gone (1979)
  • Rick Astley : Never Gonna Give You Up (1987)
  • Scandal featuring Patty Smyth : The Warrior (1984)
  • Simple Minds : Love Song (1981)
  • Soft Cell : Tainted Love (1981)
  • Starship : We Built This City (1985)
  • Tears for Fears : Everybody Wants To Rule The World (1985)
  • Twisted Sister : We're Not Gonna Take It (1984)
  • Wang Chung : Everybody Have Fun Tonight (1986)
  • Wham! : Wake Me Up Before You Go-Go (1984)



  • jE s'ApPeLlE Gr0oT


    Alors je sais,
    L'OST était déjà bonne, mais en plus nous avons 28 titres connus des années '80 plus tout un album Hard-Rock composé spécialement pour le jeu et dont les inspirations "so '80" sont évidentes. Je suis aux anges !
    les gouts et les couleurs, ça ne se discute pas et au même titre que la religion, il est presque impossible de parler musique avec quelqu'un sans que celui/celle-ci ne monte le ton, en défendant son groupe ou chanteur préféré. Ceci dit, je vais faire mon vieux boomer mais quand on entend la merde qui passe à la radio et à la télé ces dernières années, pas étonnant que le QI général de la jeunesse actuelle s'effondre plus vite qu'un château de cartes en plein vent. Bref, à quelques exceptions près, la musique des années post-2000 c'est vraiment de la merde ! Prenons un exemple simple, le Hard Rock, le Metal ou simplement des groupes qui utilisent de "vrais instruments" se font extrêmement rares. A l'image de cette population qui "s'électronise" sous prétexte de se rapprocher et de se faciliter la vie (alors qu'en réalité, c'est tout l'inverse !), aujourd'hui la plupart des chansons sont composées sur ordinateur. Les gros sons d'une époque révolue se fossilisent avec le temps et aujourd'hui je comprends mieux mes parents qui disaient que ce que j'écoutais était nul à chier (encore que, j'écoutais beaucoup ce qu'ils aimaient eux donc, c'est un peu un mauvais exemple).
    Bref, dans la musique il y a clairement eu un âge d'or, qui oscillera entre les années '70 pour certains et '90 pour d'autres. Au milieu de ça et de sa mode vestimentaire à faire saigner les yeux (il suffit de voir comment était coiffé Peter en étant gamin, ou sa mère), les années '80 furent un véritable festival ! L'électronique s'est démocratisée, les consoles devenaient intéressantes (la NES, la Master System, la Game Boy ça vous parle ?), l'Arcade a explosé et musicalement, y'en avait pour tous les gouts. Dans notre Gardien de la Galaxie, un peu à l'image du film, on retrouve une plage musicale extrêmement variée, où en plus de l'OST du jeu, se mêle (à certains moment-clés) des titres ultra connus (enfin "connus" pour celles et ceux qui les ont connus justement, pas les jeunes d'aujourd'hui, cette génération "alpha" qui se biberonnent au vomi acoustique qu'on leur sert H24 dans leurs "AirPods"... le bon vieux temps du Walkman me manque vous savez).
    Jetez un œil à la liste ci-dessus, il y a d'énormes tubes des années '80 (seulement 3 sont de la fin des années '70), allant du Rock à de la bonne Pop anglaise, mais toujours avec un certain rythme. Certes tout n'est pas exceptionnel (encore une fois, les gouts et les couleurs comme on dit), toujours est-il que ça fait un bien fou d'entendre ces vieux titres (qui ont désormais plus de 30 ans) et qui rappellent en nous une époque révolue, bien plus libre et belle que celle que nous vivons actuellement...



    Si vous Note (autres)



    Note (Switch)


    vous posez la question, je vais y répondre directement : oui, ce Guardians of the Galaxy est bien meilleur que le Marvel's Avengers développé par Crystal Dynamics et sorti un an plus tôt... ils sont même incomparables ! Pourtant, même si le jeu développé par Eidos Montréal a conquis la presse et les joueurs (en recevant des critiques globalement très positives), le jeu ne s'est pas suffisamment bien vendu... au même titre qu'un Marvel's Avengers pourtant bien moins bon justement ! Car oui, sans DLC, sans micro-transaction, avec un jeu essentiellement solo dont la durée de vie est exemplaire (environ 20 heures pour le finir normalement), il est clair qu'ils partaient déjà sur une très bonne base. Si on ajoute à ça un jeu fort sympathique, une réalisation d'un très bon niveau et une bande-son exceptionnelle (avec en premier lieu un bon OST, agrémenté des plusieurs gros tubes des années '80 et même d'un album Rock dédié), on pouvait légitimement se dire que Les Gardiens de la Galaxie méritait sans doute plus de ventes.

    Après c'est vrai, le jeu est loin d'être parfait. Le scénario part un peu dans tous les sens, l'enchainement des scènes manque parfois de cohérence, les dialogues passent leur temps à s'auto-couper, et même si les combats sont sympas, ils sont également trop longs, c'est un véritable foutoir visuel et de prise en mains. De même, ne jouer que Peter Quill / Star-Lord est un peu frustrant (alors que prendre en mains Gamora et Drax aurait pu apporter beaucoup de punch aux combats - sans parler qu'on aurait tout simplement jouer à plusieurs), le design est inspiré à la fois des films et du Comics sans jamais être fidèle à l'un ou l'autre, le gameplay de combats est un peu trop fouillé alors même que Peter dispose des armes les plus faibles du groupe... en effet, même si la formule fonctionne et que l'aventure est très agréable, on est encore loin du jeu parfait. Maintenant je tiens quand même à souligner que les options d'accessibilité rendent (si besoin) l'aventure très accessible, les phases d'exploration / énigme sont vraiment sympas, la VF est bonne, les cinématiques sont nombreuses et de grande qualité, la bande-son fera sûrement rêver les joueurs d'un certain âge, en gros, il n'est pas difficile d'apprécier le jeu pour ses nombreuses qualités. Même si j'avoue qu'au début j'ai eu un peu de mal à accrocher, au bout de quelques heures seulement j'étais immergé dans les aventures de ce quintuor qui est un véritable aimant à emmerdes. Forts de l'expérience acquise sur Shadow of the Tomb Raider (et bien qu'on aurait préféré une suite/fin à Deus Ex), Eidos Montréal nous livre ici un titre graphiquement superbe (surtout sur PS5, Xbox Series X et PC), très agréable à jouer, qui a fait évoluer mon avis (et mon test) au fil de son histoire. J'ai voulu essayé Les Gardiens de la Galaxie par curiosité, pour ma propre culture ludique, et au final j'ai véritablement apprécié le jeu, ce fut une très belle surprise.



    Guide d'achat : comme souvent, au format boite il n'existe qu'une seule version Xbox, qui reste compatible avec les Xbox One, Xbox One X et Xbox Series X. Mais du côté PlayStation, si j'ai un conseil à vous donner, préférez la version PS4. En effet, l'édition PS4 permet d'obtenir la version PS4 Pro et PS5 par upgrade gratuite, alors que la version PS5 (qui est exactement au même prix)... ne tourne que sur PS5. Vous voyez où je veux en venir ? Dans tous les cas et autant que possible, évitez à tout prix la version Switch ! Vendue au même prix que les autres, c'est la version la moins performante, en plus de n'être disponible que sur Cloud. Plus encore qu'avec le dématérialisé, vous achèteriez "du vent" car le jour où les serveurs fermeront, vous n'aurez plus rien...



    Les -

  • Ces dialogues qui passent leur temps à se couper, c'est d'un pénible... et en parallèle, en plein combat ils rabachent les mêmes phrases !
  • Les combats sont les phases les moins intéressantes du jeu : trop bordéliques, confuses, sans parler d'ennemis en mode sac à PV
  • Version Switch en Cloud et quand même vendu à 70€ : un foutage de gueule à éviter à tout prix !
  • Malgré la qualité de l'écriture, certains passages n'ont pas beaucoup de sens
  • Alors qu'on n'est jamais seul, il n'y a même pas de mode 2 joueurs !


  • Les +

  • Pas de Season Pass, pas de DLC, pas de micro-transactions... un jeu "normal", complet et bon sang ce que ça fait du bien ! ^_^
  • La réalisation est de très bonne facture : décors souvent magnifiques, superbes modélisations, motion capture...
  • La difficulté est équilibrée et les options d'accessibilité rendent le jeu abordable au plus grand nombre
  • Une bande-son de fou furieux ! Aaahh les années '80, y'a que ça de vrai ! ^__^
  • Quelques passages originaux, comme le pilotage (ultra assisté) du vaisseau
  • L'exploration du vaisseau (le Milano), véritable hub du jeu
  • Les phases exploration / énigmes sont vraiment sympas
  • Une installation raisonnable sur consoles (45 Go)
  • Beaucoup de cinématiques de très bonne qualité
  • Une bonne VF avec une synchro très correcte
  • Excellente durée de vie : environ 20 heures
  • Une bien belle brochette d'options


  • Test réalisé par iiYama

    avril 2022


    Faites glisser les images ou utilisez les flèches sur les bords