Killer Instinct : Saison 1 & 2 (XBO)

 





Cliquez pour agrandir



Note générale


Sortie du jeu : novembre 2013 (Saison 1) / septembre 2014 (Saison 2)
Développeurs : Double Helix Games et Rare (saison 1) / Iron Galaxy Studios (saison 2)
Editeur : Microsoft Studios
Genre : combats (versus fighting)

Support : 1 Blu-Ray / en téléchargement sur XLA
Version testée : Française
Doublage : US
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 22Go la Saison 1 / 25Go Saison 1 + 2
Moteur graphique : HEX Engine
Définition HD : 1080p
Compatible 3D : non

Difficulté :
Compatible Kinect : non
Multi-joueurs : 2 joueurs
Abréviations : KI / KI3
Titre alternatif : Killer Instinct 3
Prix au lancement : 5€ par personnage / 20€ la saison 1 / 40€ la saison 2 / 80€ l'édition complète


Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Killer Instinct

Saison 1 & 2



Alors que les images
Killer Instinct fait son grand retour presque 20 ans après l'épisode 2 !
de synthèses sont en plein essor (notamment au cinéma avec des films comme Terminator 2, Le Cobaye ou Jurassic Park) et que les jeux de combats (versus fighting) explosent dans le secteur, grâce à des titres aussi emblématiques que Super Street Fighter II, King of Fighters '94, Art of Fighting 2, Fatal Fury Special, Mortal Kombat 3, Samuraï Shodown II ou World Heroes 2 Jet, Rare développe en parallèle 2 de ces plus mythiques jeux : Killer Instinct sur bornes d'Arcade et Donkey Kong Country sur Super Nintendo. C'est évidemment le rendu visuel (en images de synthèses) et le processus de conception qui relient ces 2 grands titres, dont les noms résonnent encore, plus de 20 ans après. Avec Donkey Kong Country, Rare va révolutionner le jeu de plate-formes sur consoles de salon, et Killer Instinct fera de même, dans le secteur du jeu de combats sur Arcade. La borne de Killer Instinct fut la première à disposer d'un disque dur interne et lorsqu'on voit la qualité hallucinante des vidéos et le rendu 3D/CG du jeu, on comprend de suite que la réalisation a mis une énorme gifle à l'époque. Face à ses concurrents et leur rendu "dessin animé", Killer Instinct a marqué un véritable tournant dans le jeu d'Arcade et beaucoup de développeurs s'en inspireront (notamment sur Neo-Geo avec des titres comme Shock Troopers 2, Pulstar et Ironclad). Au-delà de sa réalisation sans commune mesure, la plus grosse innovation de Killer Instinct porte sans aucun doute sur son système de jeu. La richesse des coups était impressionnante pour l'époque et il a également apporté certaines nouveautés en termes de gameplay. En effet un certain nombre de "conventions" propre au jeu de combats ont été mises en place par Capcom lors de la sortie de Street Fighter II en 1991 (rounds, combinaisons de touches, tactique de chope, protection, coups spéciaux... des "lois" que les autres développeurs n'ont jamais réellement remis en question).





Pour Killer Instinct,
Le roster de la Saison 1 est un peu maigre. Avec la Saison 2 il double... tout comme le prix
Rare a supprimé les rounds afin de rendre les combats plus fluides, le joueur disposant simplement d'une double barre de vie (ce qui, même aujourd'hui, est inhabituel). Les affrontements sont dynamisés par un système de combos lui aussi extrêmement novateur pour l'époque : ici pas de boules de feu (ou rarement) et autres attaques jugées farfelues, mais bel et bien un système de combos à l'image de Virtua Fighter et Tekken (qui eux aussi ont pris un sacré coup de vieux à la sortie de ce titre). A partir de 1995, un projet d'adaptation mené conjointement avec Nintendo prévoit le développement du titre sur la future Ultra 64. Cependant la console tarde à venir et Killer Instinct sera finalement adapté sur Super Nintendo et Game Boy, dans des versions (vous vous en doutez) techniquement très amoindries (comment une simple console 16-bits à cartouches, pourrait-elle rivaliser avec une borne d'Arcade 32-bits disposant d'un disque dur ?). Malgré un joli succès sur la petite console de salon de la marque, c'est finalement une version modifiée de Killer Instinct 2 (nommée Killer Instinct Gold) qui sortira sur Nintendo 64 (la console ayant changée de nom entre temps) en 1996. Encore une fois, la modeste console de salon ne peut rivaliser avec le puissant hardware de l'Arcade, troquant ses images de synthèses pour de la bonne vieille 3D. Depuis la sortie de Killer Instinct Gold, la licence était clairement en sommeil. Entre temps le développeur a sorti des jeux cultes pour la plupart, tels que GoldenEye, Perfect Dark, Banjo-Kazooie, Conker's Bad Fur Day, Star Fox Adventures... mais en 2002, ils seront contraints de lâcher Nintendo, puisqu'ils sont rachetés par Microsoft. Ainsi commence la lente chute du studio, qui se mettra à développer des jeux sans envergure comme Viva Piñata, Kameo, Kinect Sports et divers portages de leurs hits d'antan. Bien que beaucoup de fans attendaient un véritable Killer Instinct 3 (notamment sur Xbox 360), c'est en novembre 2013 que finalement Killer Instinct "tout court" voit le jour, faisant ainsi parti du line-up de la Xbox One.


Sous-titré "Saison 1",
Le modèle économique a de quoi laisser perplexe... Cette démo de luxe se trouve être un free-to-pay un peu honéreux à long terme
un an plus tard (en septembre 2014) sort la Saison 2, qui apporte divers ajustements de gameplay, de nouveaux personnages et de nouveaux décors. Entre temps, la XLA de la Xbox One a accueilli les 2 Killer Instinct originaux, nommé Killer Instinct Classic et Killer Instinct 2 Classic (le second épisode classique a vu le jour en même temps que la Saison 2). Ces 2 derniers jeux n'ont pas été remasterisés, ce sont de simples portages des hits Arcade de l'époque. Ce qu'il faut savoir, c'est que Killer Instinct (notre 3e véritable opus) est un jeu quasi uniquement disponible en dématérialisé et qu'il n'a pas été développé par Rare (du moins pas directement). En effet, la Saison 1 a été développé par Double Helix Games (qu'on connait pour le récent et sympathique Strider ou encore pour Silent Hill: Homecoming). Seulement voilà, en février 2014 (à peine 3 mois après la sortie du jeu), Amazon annonce l'acquisition du studio, qui par conséquent, ne soutiendra plus le jeu. Microsoft dû réagir et en mars 2014, il annonça que Killer Instinct serait dorénavant soutenu par Iron Galaxy Studios (connu pour des petits jeux comme Dark Voïd, Tron Evolution ou encore quelques portages faciles comme Street Fighter III sur PSN/XLA, Borderlands 2 sur PS Vita ou encore la catastrophique version PC de Batman : Arkham Knight). Bref, je ne suis pas sûr qu'on y gagne au change, même si depuis que ce studio est aux commandes, la Saison 2 est sortie et ne semble pas si mauvaise. Avant de commencer à dire quoique ce soit, il faut savoir que Killer Instinct souffre d'un modèle économique particulièrement ambigüe et foireux. En effet, c'est une sorte de free-to-play, où tout le contenu est disponible de suite (modes de jeux, intros, fins, adversaires, modes online), sauf... les personnages ! En effet, seul un unique perso est jouable et si vous voulez les autres, il faut soit les acheter individuellement à 5€ pièce (!) soit se laisser tenter par une offre groupée : à sa sortie la Saison 1 (et l'intégralité de ses persos) coutait 20€, la Saison 2 coute 40€ ou alors vous avez l'offre complète, celle à 80€, qui réunie les Saison 1 et 2, tous les costumes, les accessoires et les 2 épisodes Classiques en bonus. Même s'il est sympa de pouvoir jouer à une démo de luxe (dont le personnage jouable change régulièrement, histoire de se frotter au roster complet avec un peu de patience), avouons que le modèle économique est quelque peu étrange, voir même extrêmement cher pour l'édition complète. D'autant qu'on parle de dématérialisé !


Que se passera-t'il
Le système de combats est sympa mais privilégie le matraquage aux joutes en finesse
lorsque Microsoft décidera de fermer les serveurs ? Et bien à l'image de tous les autres jeux XLA, il y a de fortes chances pour que vous ne puissiez plus jouer avec ce que vous avez chèrement acquis (voilà pourquoi je préfère acheter mes jeux démat' sur PSN ou PC, là au moins je suis sûr de pouvoir en profiter jusqu'au bout). D'ailleurs, si une Saison 3 est en préparation, Microsoft prévoit-il de sortir la version intégrale (les 3 Saisons + les 2 portages classique) au format disque ? Entre nous, ce ne serait pas un mal (une version disque existe déjà mais elle n'inclue que la Saison 1... foutage de gueule, si on veut la Saison 2, il faut passer par le XLA, un DLC donc). Après il est vrai que si on se cantonne à une paire de personnages, nos préférés (puisqu'entre nous, on joue toujours avec ceux qu'on aime le plus, rarement avec le roster complet) on peut s'en tirer avec une facture de 10 ou 15€, mais encore là, on se retrouve avec un jeu en kit et à la date de péremption bien floue. L'histoire se déroule plusieurs années après les événements de Killer Instinct 2. On dispose d'un mode Arcade (sans "story"), et de son côté, le mode Histoire nous permet d'en apprendre un peu plus sur chaque protagoniste. A l'image de la plupart des titres de combats actuels, on a donc une petite intro (expédiée serait plus exact), 7 adversaires à battre (Fulgore fait office de boss final) et 2 épilogues disponibles (en remplissant certaines conditions, on peut accéder à un combat secret contre Shadow Jago). Au niveau du roster, la Saison 1 nous propose Jago, Sabrewulf, Glacius, Thunder, Orchid, Spinal et Fulgore (tous sont issus du premier opus) ainsi que 2 nouveaux personnages : Shadow Jago et Sadira. Un roster un brin maigrelet de 9 fighters (surtout lorsqu'un Street Fighter IV propose de base 25 persos !), mais très éclectique. La Saison 2 apporte TJ Combo, Maya, Riptor et Cinder issus des épisodes 1 et 2, ainsi que 5 nouvelles têtes : Kan-Ra, Aganos, Hisako, Omen et ARIA. Il semblerait qu'Iron Galaxy Studios n'ait pas chaumé. Bien entendu on retrouve plus ou moins le même gameplay qu'à l'époque, à savoir une formule à base de combos, ultra dynamique, à la fois accessible et technique... En effet, comme dans certains titres du genre, on "martèle" une paire de touches (souvent les attaques les plus fortes) et à force d'acharnement, ça fonctionne ! D'autant que l'IA semble étrangement développée dans le sens où si on se montre plus agressive qu'elle, elle finit "par se laisser faire". Bref, les bleu-bites qui n'y comprennent rien pourront s'éclater un temps, puisqu'après tout, jouer n'importe comment (comme un bourrin ?) apporte aussi son lot de fun. Maintenant pour les puristes, Killer Instinct propose également un gameplay plus fin qu'il n'y parait, même si évidemment pour ça, il faudra s'y investir plus durablement.


Les combos
La réalisation est un peu "too much" mais très réussie. Après tout, c'est l'une des qualités de la série
reprennent la méthodologie de la série à savoir que certains coups ont la capacité d’ouvrir des enchainements semi-automatisés qu’on réalise en associant, tour à tour, coups normaux et coups spéciaux de différentes puissances. Ces derniers peuvent être cassés par un "combo breaker" (ce que le jeu ne se gêne pas de placer), une sorte de "contre" qui ne fonctionne que si on arrive à trouver la combinaison correspondante à la force des coups subit (si on n'y arrive pas, la barre de vie prend cher !). Ainsi plus un combo dure longtemps, plus le bonus offert à la fin de celui-ci augmente. Ce système de combats fonctionne, mais privilégie le matraquage au "jeu en finesse". Il faut dire que le visuel est fouillis et qu'on différencie peu les coups normaux, des coups spéciaux. Ainsi il est difficile de faire dans le spectacle, quand personne ne fait la part des choses. De plus, la vitesse globale du titre va dans le sens où, écarté de tout pseudo-réalisme, c'est finalement celui qui fini son adversaire le plus vite qui fera le show... et pas grand-chose d'autre. L'autre souci, et ça dure depuis toujours sur cette série, c'est que le maniement d'un perso est trop peu différencié de celui d'un autre. Au final, le newbie jouera un protagoniste pour son look, plus que pour ses compétences. Dans tout ça, on se demande malgré tout où sont passées les Fatalities, car en s'inspirant de Mortal Kombat, le jeu nous permettait autrefois de "finir" notre adversaire. Ce 3e opus propose divers modes de jeux dont, comme évoqué, les modes Arcade et Histoire (qui n'étaient pas présent au lancement du jeu, ils sont arrivés plus tard), le Versus (jouable local ou en ligne) et Survie. Techniquement, le jeu tourne sous HEX Engine et pour un titre du lancement de la console (et face à des titres bien fades comme Dead Rising 3 ou Fighter Within), on peut dire que c'est pas mal. Certes les effets sont surabondants, l'ensemble est un peu criard et on observe un disgracieux aliasing par moment... mais à l'image de son ancêtre, la volonté est clairement d'en mettre plein la vue, même si au final, on peut trouver ça "too much". Enfin la partie sonore nous offre des bruitages assez communs, quelques voix digits typée Arcade (comprenez "bruyantes") et des musiques qui arborent différents styles : rock, techno industrielle, dubstep... Mais rien ne sortira vraiment du lot. Toujours orienté vers l'Arcade, le jeu est tellement "bruyant" que les musiques passent en sourdine et de toute façon, elles sont loin d'être mémorables.



Killer Instinct Note
version 2013/2014 essaie tant bien que mal de contenter tout le monde. D'un côté les profanes peuvent s'amuser immédiatement, tant le gameplay est ouvert aux gros bourrins de base : on martèle quelques touches et on remporte le combat, ce qui (forcément) fera toujours rager les puristes du combo bien huilé. Car le jeu se veut aussi plus profond, plus technique, même si pour ça il faudra s'investir dans un gameplay, à première vue, néanderthalien. Car avec ce Killer Instinct, comme avec les autres opus de la série, il faut ne surtout pas s'attendre à un gameplay technique à l'image de Street Fighter IV ou Mortal Kombat 9. Rapide, punchy, finalement on a vite fait de "rentrer dans le lard" de son adversaire, au point de ne plus le laisser respirer, puisque c'est une formule gagnante. Après évidemment, on appréciera une réalisation graphique qui claque aux yeux comme un feu d'artifice du 14 juillet, et qui reste au fond très agréable, suffisamment "next gen" pour caresser notre regard friand de beaux graphismes, même si l'ensemble est loin d'être parfait, notamment dans son design. Si le roster de la Saison 1 était un peu faible (bien que le prix de 20€ pour la Saison complète peut sembler équitable), avec la Saison 2 le panel de personnages commence à être plus qu'honnête. Mais finalement, le vrai défaut du titre, c'est évidemment son statut de démo de luxe/free-to-play/free-to-pay un peu étrange. Bien sûr on peut y jouer sans rien débourser mais le prix de chaque personnage est vraiment abusif (5€ pièce, c'est trop !), incitant ainsi les joueurs à craquer pour un Season Pass. Et on s'aperçoit rapidement que le prix de revient chiffre vite, et étant donné la politique de Microsoft de déverrouillage des jeux via le Online, sachez qu'il vous sera impossible de jouer au jeu complet si votre console est hors ligne (et lorsque les serveurs seront fermés, votre investissement passera à la trappe, comme tout ce qu'on achète sur Xbox Live Arcade). Au final cette nouvelle version de Killer Instinct est bon jeu, surtout si on le pratique en versus (en solo, il perd rapidement de son intérêt malgré des modes story sympathiques mais un poil expédiés). Acheter l'édition Ultime vous permettra de profiter des 2 Saisons et donc de tous les personnages/niveaux/bonus disponibles ainsi que des 2 premiers opus d'anthologie, qui sont bien émulés même s'ils accusent leur âge (près de 20 ans). Ou alors il vous reste le choix de la version boite qui, dans un premier temps, ne vous proposera que les personnages et contenu de la Saison 1 (la Saison 2 reste dispo en DLC mais une fois encore, le contenu sera assujetti à votre connexion et aux serveurs de Microsoft), en espérant qu'avec la sortie de la Saison 3, début 2016, l'éditeur se décide enfin de sortir une version disque ultra complète, où tout le contenu serait enfin inclus et disponible à ad vitam aeternam...



Les -

  • Pas de version complète au format disque (seule la Saison 1 est dispo)
  • Gameplay confus et peut-être un peu trop conservationniste
  • Graphismes criards et pas mal d'aliasing
  • Peu de personnages par Saison
  • Système économique étrange
  • 5€ par perso, c'est du vol !
  • Où sont les Fatalities ?
  • Les +

  • Gameplay nerveux, à la fois accessible pour les newbies et technique pour les puristes du combo
  • Graphiquement agréable et au fond joli
  • Online stable et efficace
  • Tuto complet

  • Test réalisé par iiYama

    octobre 2015