Halo Wars Definitive Edition (XBO - PC) -- GRAVITORBOX

 





Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :

 


Compatible avec :

 


Aussi disponible sur :




Sorties mondiales : décembre 2016 (pour les précos d'Halo Wars 2 Ultimate Edition) - avril 2017 sur les Stores en ligne

Développeur : Ensemble Studios
Remasterisation : Behaviour Interactive
Editeur : Xbox Game Studios (Microsoft)
Genre : stratégie en temps réel (RTS / STR)

Version testée : française
Doublage : français
Textes à l'écran : français

Moteur graphique : Age of Mythology Engine
Difficulté :
Multi-joueurs : 6 joueurs online
Prix au lancement : 20€


Installation Xbox One et Xbox Series X/S

Support : uniquement en téléchargement sur Xbox Marketplace
Installation : 9,51 Go
Performances : 1080p en 60fps


Installation PC

Support : en téléchargement sur le Store de Windows 10 et sur Steam
Installation : 12 Go
Compatible VR : non
Performances : jusqu'au 4K en 60fps

Configuration minimale :
CPU : Dual Core 3 Ghz
RAM : 4 Go
VIDEO : avec 1 Go de VRAM type GeForce GTX 560 ou AMD HD 5850

Vous aimez GRAVITORBOX et vous voulez le soutenir ? Alors vous pouvez nous adresser vos dons via PayPal en cliquant simplement sur le bouton ci-dessous.

Merci d'avance ^__^















Les sites partenaires :















Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Halo Wars

Definitive Edition




Halo Wars
C'est Behaviour Interactive qui s'est occupé de ce remaster, pour une Definitive Edition qui a vu le jour plus de 7 ans et demi après l'original
est un jeu de stratégie en temps réel (un RTS en anglais, un STR en français) sorti en février 2009, exclusivement sur Xbox 360. Ce spin-off aux FPS cultes de la gamme Xbox avait un charme tout particulier : bien qu'imparfait, il explorait une partie inconnue du Lore de la série et proposait de rester dans cet univers hypnotique créé par Bungie, mais en jouant autre chose que du Spartan sous stéroïde. Développé par Ensemble Studios, qui appartenait à Microsoft depuis 2001, le créateur des Age of Empires, Age of Mythology et autre Star Wars Galactic Battlegrounds a malheureusement fermé ses portes une fois le jeu fini, un jeu qui pourtant, a nécessité 3 ans de développement, notamment pour développer et adapter des mécaniques de RTS au pad, ainsi qu'un jeu qui respecte cette licence adulée par ses fans, et qu'il ne fallait en aucun cas salir. Malgré quelques déboires, comme le manque de campagne Covenante, une réalisation qui n'avait rien d'exceptionnel ou encore une durée de vie un peu courte en solo, Halo Wars s'est correctement vendu et garde une place assez privilégiée dans le cœur des fans. La licence Halo ayant continuée son bonhomme de chemin grâce à 343 Industries (puisque Bungie est parti développer son Destiny sous la férule d'un Activision sans doute encore plus véreux), Halo Wars ne refera parti de lui qu'en décembre 2016. En effet, pour toute précommande d’Halo Wars 2 : Ultimate Edition, on pouvait obtenir gratuitement un exemplaire d'Halo Wars : Definitive Edition, un remaster développé par Behaviour Interactive (un petit studio canadien anciennement appelé Artificial Mind & Movement, plus connu pour son Dead by Daylight, que les petites productions qui en sort généralement).



   

Halo Wars (édition classique et Limited Edition) est sorti
en février 2009 exclusivement sur Xbox 360



La Guerre dans Halo


Cette Definitive Edition
Le scénario est prenant et les vidéos créées par Blur Studios sont toujours aussi belles
est un peu comme tous les remasters : on nous propose une édition graphiquement liftée, qui gomme quelques imperfections techniques, tout le contenu existant est inclus (les DLCs autrefois payants), le tout dans une résolution et un framerate plus élevée et ce, sur des plate-formes de génération plus récente et pour un prix (la plupart du temps) allégé. C'est une nouvelle fois le cas ici puisqu'il est sorti sur Xbox One, mais aussi sur PC, alors qu'il était autrefois exclusif à la console de la marque. Il faut dire qu'avec son Game Pass et sa nouvelle politique, il est clair que Microsoft intègre désormais le PC comme l'un de ses supports fétiches... et c'est un peu normal lorsqu'on développe Windows, le système d'exploitation le plus répandu au monde. En parlant de Game Pass, le jeu est inclus au fameux portail ce qui fait qu'il est tout à fait possible de jouer à ce Halo Wars : Definitive Edition sur Xbox Series. Dans tous les cas, en premier lieu le jeu ne fut disponible que pour les précommandes d'Halo Wars 2 : Ultimate Edition (les éditions classiques se sont grattées), qui de son côté ne sortira qu'en février 2017. Ce premier opus sera ensuite rendu public en avril 2017 au prix de 20€, uniquement en démat' (et non, pas de version boite cette fois). Notez que sur PC le jeu pèse à peine 12 Go, et ne fait que 9,5 Go sur consoles ! Et oui, à force d'installer des jeux toujours plus lourds, on en vient à être surpris de la taille de celui-ci, sans doute parce qu'on oublie qu'à l'origine, il s'agit d'un modeste jeu Xbox 360. Halo Wars : Definitive Edition fait également parti du programme Play Anywhere : en gros, si vous achetez votre jeu sur le Xbox Game Store de votre console (Xbox One Fat/S/X ou Xbox Series X/S) vous obtiendrez automatiquement le jeu sur le store de Windows 10 et inversement (ce n'est évidemment pas possible sur Steam car il faut que l'achat soit lié à un compte Microsoft).



Before the First Encounter


A sa sortie,
Il est un peu dommage que l'histoire n'aille pas plus loin, le Lore d'Halo étant tellement riche...
Halo Wars fut acclamé d'un côté, notamment par ceux qui apprécient les RTS simple d'accès façon Command & Conquer 3 et qui se sont réjouis de retrouver tout le macrocosme créé par Bungie. D'un autre côté on a eu de francs détracteurs, ceux qui au contraire, ont trouvés le gameplay trop simple, ceux qui ne jurent que par Supreme Commander et autres RTS complexes sur PC. Mais doit-on comparer les jeux de stratégie purement PC et consoles ? La souris manquant à nos machines de salon, je pense que c'est une hérésie (voilà que je parle comme les Prophètes Covenant maintenant :). De toute façon je n'écoute que d'une oreille les conseils des autres et en tant que fan de la licence Halo, il était impensable que je ne reteste pas ce spin-off, qui délaisse le FPS pour un temps. Car vous l'avez sans doute déjà compris, je ne suis pas un spécialiste des jeux de stratégie mais là était le tour de force du titre : faire jouer un RTS aux fans de licence Halo et faire apprécier l'univers d'Halo aux fans des jeux de stratégie. Chronologiquement, Halo Wars se situe 20 ans avant les événements de Combat Evolved, soit pendant la bataille d'Harvest qui opposa en 2531, l'UNSC et l'Alliance Covenante. Le programme Spartan-II est en cours de développement, on assistera à la première bataille contre les Floods et on croisera la route de personnalités jusque-là secondaire : le Capitaine Cutter, le Professeur Anders, le Sergent Forge, un Arbiter inconnu et l'intelligence artificielle Serina. La mise en scène est proposée sous 2 formes diamétralement opposées : d'un côté nous avons des cut-scènes (en plein jeu) qui bizarrement sont saccadées. Ces saccades sont clairement inexplicables vu que le jeu est (le reste du temps) parfaitement fluide. De l'autre côté, nous avons des vidéos en images de synthèses, développées par l'excellent Blur Studio qui a entre autre travaillé sur le film Avatar de James Cameron. A sa sortie, ces vidéos assumaient une qualité admirable... 7 ans et demi plus tard, elles sont restées jolies et d'excellente qualité mais on ne va pas se cacher qu'elles ne font plus le même effet, notamment parce qu'elles ont gardées leur résolution d'origine en 720p (c'est ce même studio qui a réalisé les cinématiques d'Halo 2 Anniversary). Ceci dit elles sont en bon nombre (au moins une après chaque niveau) et vu la qualité d'origine, elles tiennent encore très bien la route.



Encore un Halo sans John-117...


Du reste,
Avec une installation d'à peine 9,5 Go sur consoles, on a de quoi être (agréablement) surpris
si l'histoire est intéressante, on trouve aussi qu'elle ne va pas assez loin : les Covenants mettent la main sur d'anciennes ruines Forunners, qui s'avèrent être des vaisseaux, et ils comptent s'en servir pour annihiler définitivement les humains. Au passage on fera un détour pour sauver des potes et affronter pour la première fois les Floods (dans la chronologie de la saga j'entends). L'avantage de se positionner sur cette période-là, c'est que pour comprendre cette préquelle, on n'a pas vraiment besoin de connaître les autres titres de la licence (même si on est plus éclairé sur certains points en ayant vécu au moins le premier opus). Afin d'étoffer un peu tout ça, le jeu propose des sortes de dossiers à déverrouiller, qui nous en apprennent plus sur l'univers d'Halo (de l'année 2498 à 2552) et en particulier sur le projet Spartan-II, qui verra naitre un héros : Master Chief / John-117. Malheureusement, contrairement à ce que suggère la pochette du jeu, on ne jouera pas avec lui et on ne le verra jamais, puisque ces premiers faits d'arme se dérouleront sur Reach en 2552, soit bien après l'histoire qui se déroule ici. Voulant se rapprocher le plus possible de l'œuvre originale, dès le menu Ensemble Studios s'est inspiré de Bungie, avec un écran titre et des pages assez similaires. En matière de contenu, le développeur nous propose du grand classique avec un multi-joueurs, un mode escarmouche et un mode campagne de 15 missions où on jouera principalement l'UNSC. Je sais, la plus grosse déception du titre est là : si on veut jouer les Covenants, ce sera en multi et nulle part ailleurs. De l'aveu même des développeurs, c'est par manque de temps qu'ils n'ont pas pu inclure la campagne Covenante au jeu, bien qu'elle fut quasiment terminée. Et malheureusement, ce genre de remaster n'a que trop rarement pour projet de changer, modifier ou corriger en profondeur un jeu déjà sorti dans le commerce. Donc pour la campagne ennemie... on attendra de connaitre Halo Wars 2.



Bien adapté au pad...


Comme les RTS
Le gameplay a été simplifié pour se prêter à une maniabilité au pad
sur consoles sont difficiles à maîtriser, le but premier des développeurs fut de simplifier au maximum les commandes. Pour bien tout comprendre, le mieux c'est encore de suivre un didacticiel en 2 parties, qui nous inculque les bases du maniement (fonctions basiques et fonctions avancées). Si très vite on comprend que le jeu manque un peu de subtilités et que le gameplay se résume plus ou moins à créer des troupes et les envoyer guerroyer, on trouve déjà que ce training est mal fichu. Tout d'abord il est incomplet (pas mal de fonctions ne sont pas expliquées, il faudra les découvrir sur le tas) et c'est un peu idiot d'avoir mélangé les gameplays UNSC et Covenants, qui ne sont pas tout à fait similaires. Après c'est sûr, dans sa globalité le gameplay est un peu léger, mais avec Supreme Commander on a aussi eu la preuve qu'un jeu trop complexe ne convient pas aux consoles. Ainsi, même s'il aurait été de bon aloi que les développeurs en fassent un peu plus, peut-être vaut-il mieux que le jeu soit comme ça, plutôt que d'être trop laborieux, trop chargé et finalement ennuyeux. Nous avons donc un nombre limité d'unités sous nos ordres (généralement 30, c'est peu, et on ne peut le booster que jusqu'à 40, voire 50 au dernier niveau), sans doute pour éviter de surcharger le moteur graphique. On a bien sûr une base, assez simple et évolutive, qui nous limite elle aussi dans le nombre de bâtiments à construire. On a bien entendu une gestion des ressources mais on se contentera du strict minimum (encore que, on a tous apprécié Ground Control et pourtant il n'y a aucune ressource), ressources qui donnent des crédits afin de construire de nouvelles troupes et/ou véhicules. Dans sa globalité, l'IA "fait le boulot" comme on dit, mais se perd parfois en errances incompréhensibles. Quant à ceux qui disent que le jeu est trop facile, moi je rétorquerai en disant "tant mieux" car la plupart des RTS sont tellement hardcores qu'on arrive difficilement à passer la moitié de l'aventure. Au moins pour une fois, on arrivera à en finir un sans tricher (c'est vrai pour toute la campagne sauf le dernier niveau, qui est particulièrement chiant car limité dans le temps... rraaagh ce que je n'aime pas ça !).



... et bien adapté à l'univers d'Halo


Le stick analogique
Naturellement on retrouve tout le charme d'un jeu Halo avec son design si particulier, les bruitages, les ennemis, les véhicules...
gauche sert aux déplacements mais il est trop sensible et l'effet de magnétisme des icônes est certes une bonne idée, mais il finit par être agaçant. Heureusement les options nous permettent de gérer ça et d'avoir une prise en main plus agréable. Le système de sélection des troupes (par un rond) est original (ça nous change du carré de sélection) et on peut créer plusieurs unités à la file. On dispose également d'upgrades spéciales (selon le niveau de technicité de la base, régit par le nombre de réacteurs) qui boostent les tourelles de défense (d'ailleurs, la défense passive de la base est un peu trop limitée à mon gout), les capacités des fantassins, les propriétés de certains véhicules ou l'armement lourd. Bien sûr on retrouve tout l'univers d'Halo avec ses architectures, ses couleurs souvent violettes/mauves et ses personnages désormais bien connus : les Hauts Prophètes qui dirigent les armées Covenantes, les Elites, les Grunts, les troupes de l'UNSC (mitrailleurs, lance-flammes façon unités du NOD...), ainsi que les véhicules (Banshee, Warthog, Apparition, Ghost, Scorpion...).
Graphiquement, le jeu d'origine n'était pas mauvais, cependant il accusait quelques écueils comme de l'aliasing, une caméra capricieuse, un dézoom pas assez fort ou encore d'irritantes saccades. Mais comme je viens de l'évoquer, les remasters n'ont que rarement vocation à corriger en profondeur ce qui doit l'être, à commencer par la prise en mains. Ainsi presque 8 ans plus tard, on trouve toujours que le zoom est beaucoup trop faible et que l'angle de caméra est à la fois trop peu réglable, et loin d'être satisfaisant. C'est d'autant plus gênant lorsque le décor est sur plusieurs niveaux d'altitude : dans ce cas on a quasiment nos troupes sous le nez et une visibilité extrêmement réduite. De même, cette fois le jeu est jouable sur PC (à condition d'avoir au minimum Windows 10... c'est assez rageant de voir que Microsoft fait tout pour qu'on migre vers son nouveau système d'exploitation, dénigrant ainsi une part non négligeable d'utilisateurs de Windows 7 et 8) et donc, il est jouable au clavier/souris. Si le genre se prête mieux à ce type "d'outils", dans le cas d'Halo Wars c'est tout l'inverse puisque le jeu a été pensé pour le pad. Certes la sélection des unités est plus précise à la souris mais la gestion de la caméra et l’utilisation des pouvoirs sont par contre plus fastidieux. Au final, je vous conseille d'utiliser une bonne vieille manette Xbox (même celle de la Xbox 360 s'il le faut) pour pratiquer le jeu.



Un remaster de qualité !


Par contre,
Cette "version définitive" améliore grandement le jeu d'origine avec des graphismes plus détaillés et surtout, l'absence totale de saccades !
là où les remasters font généralement du bon boulot, c'est sur la qualité des graphismes. Et là, aucune raison d'être déçu. Bien qu'il n'existe qu'une seule version console (pas de patch One X/Series X en vue mon Capitaine), celle-ci se permet d'offrir un substantiel upgrade en affichant du 1080p à 60 images par seconde, et ce, dès la version Xbox One (Fat). Les textures sont plus nettes, l'affichage en Full HD rend l'ensemble plus détaillé, on apprécie d'autant plus la masse de petites animations (d'ailleurs l'effet de pixellisation de certains effets a agréablement disparu) et comble du bonheur, les saccades ont disparues ! Bon OK, elles sont toujours là lors des cut-scenes (ce que j'ai du mal à comprendre, surtout en jouant sur Xbox Series X où le jeu fut installé sur le SSD interne), mais ce n'est qu'un détail car le reste du temps, Halo Wars est parfaitement fluide ! Un véritable régal qui magnifie le jeu d'origine. Après c'est vrai, ça reste un titre de 2009 sorti sur Xbox 360, un RTS console qui n'était déjà pas dans le Top 10 des réalisations graphique de la console. Comprenez bien qu'à sa sortie (en 2016) et plus encore aujourd'hui à l'heure de ce test (en 2021), le jeu accuse forcément les années. Lorsque je dis que le jeu est magnifié, c'est par rapport à la version d'origine, ne comparez pas ce remaster aux jeux actuels, ça n'aurait de toute façon aucun sens. Quant à la version PC, c'est un simple portage de la version console, sans trop d'efforts. Le nombre d’options graphiques est réduit au minimum syndical (anti-aliasing, détail des textures, qualité des ombres et V-Synchro), puisque le jeu se veut peu gourmand (d'ailleurs la configuration recommandée est largement accessible). Bon point quand même pour cette version qui permet d'atteindre sans difficulté le 4K en 60fps.



Rippy vs O'Donnell vs Salvatori


Dans ce
Tout en imposant quelques inspirations de son cru, Stephen Rippy a très bien repris les thèmes originaux de la licence
spin-off, la musique a été composée par Stephen Rippy, le compositeur de la série des Age of Empires. Rippy avait très à cœur de garder l'univers musical de la série Halo, et même s'il n'a pas été aussi inspiré que le duo Martin O'Donnell / Michael Salvatori, on retrouve les thèmes bien connus de notre série fétiche, dans des compositions orchestrales souvent superbes. Le point d'honneur est le thème principal du jeu (celui qu'on retrouve à l'écran titre), qui pour sa part, en plus d'être mélancolique, est vraiment magnifique. En jeu, les thèmes varient entre des compositions assez classiques pour le genre (plus proche d'un Age of Empires) et des compositions avoisinnants les sonorités de la série, avec ses airs vaporeux et ses vocalises si reconnaissables. Un bon mélange, bien composé et équilibré. Les bruitages de leur côté sont forcément dans le ton, puisqu'ils sont tous repris des FPS. Du bouclier Spartan qui se recharge aux explosions, des tirs de fusil au plasma Covenant aux obus des chars Scorpion, tout est là, les fans seront en terrain connu. Dernier point du jeu : le doublage. Halo Wars reprend une partie de l'équipe de doublage des Halo 2 et Halo 3. Mais il y a aussi quelques fausses notes, notamment lorsqu'on vient de finir le 3e épisode. Le plus flagrant c'est le mélange des voix (comme celle de Bernard Lanneau, doubleur officiel de Kevin Costner et Dennis Quaid, qui double ici le Capitaine Cutter), mais j'avoue, ce n'est pas très grave en soi. Les vidéos s'en sortent bien et sont en plus synchros, ce qui est très rare et qui par conséquent, ne jure pas avec la qualité visuelle. Par contre en jeu, les voix vont du "classique" au "peu inspiré". On supportera souvent des élocutions "récitées" et sans grande conviction. Les bidasses qui forment nos troupes ont un QI de Grunt bouilli et nous balancent comme d'habitude, des âneries à tour de bras. Mention spéciale pour notre capitaine Forge et ses "on y go" complètement débiles...



En Note


2009, Halo Wars était un pari, celui de proposer un spin-off à l'immense univers d'Halo, sans trahir le matériau d'origine tout en proposant un gameplay différent des divers FPS créés jusque-là. Rappelons qu'à l'époque, le jeu est sorti 1 an et demi après Halo 3. Halo 3 ODST n'arrivera qu'en fin d'année (2009) et Halo Reach pas moins de 17 mois plus tard (en septembre 2010). Halo Wars était donc le tout premier jeu Halo où on ne jouait pas l'indémodable Master Chief (le cas d'Halo 2 mis à part). Bien qu'il fut quelque peu oublié dans les limbes du temps, Microsoft et 343 Industries ont voulus remettre Halo Wars en selle (l'exercice étant finalement original et très rare puisque pour ainsi dire aucun autre exemple n'est à mettre en avant). Et en amont de la sortie d'Halo Wars 2, quoi de mieux que de proposer un remaster du précédent opus ? Remis au gout du jour par Behaviour Interactive (le développeur de Dead by Daylight), Halo Wars renait de ses cendres. Tout d'abord disponible en décembre 2016 mais uniquement pour les précommandes d'Halo Wars 2 Ultimate Edition, le jeu fut ensuite disponible pour tout le monde en avril 2017. Pourtant, aussi sympa était-il, on se souvient que le Halo Wars d'origine était loin d'être parfait. Et c'est un fait, étant donné que les remasters n'ont que rarement vocation à corriger en profondeur les défauts des jeux, on retrouve quelques-unes de ses tares génétiques comme cette caméra un peu capricieuse, ce dézoom vraiment trop peu efficace ou encore ce contenu parfois jugé un peu chiche. Car si Ensemble Studios n'a pas eu le temps d'implanter la Campagne Covenante par manque de temps, de leur propre aveu, celle-ci était presque finie et aurait pu rendre cette Definitive Edition totalement indispensable. A la place, nous avons les quelques DLCs sortis entre temps (surtout des maps pour le multi-joueurs, c'est toujours ça de pris).

L'autre défaut du titre, c'est de n'être disponible qu'en dématérialisé. Certes on profite du Play Anywhere, mais à mes yeux rien ne vaut un jeu physique, jeu qui par ailleurs s'installe sur moins de 10 Go sur Xbox ! Etonnant pour un jeu de cette qualité, comprenant plus de 20 vidéos en images de synthèses d'une très bonne qualité (bien que des années plus tard, elles paraissent naturellement moins impressionnantes). Ainsi donc, si le contenu n'a pas vraiment changé, c'est dans la forme que le jeu prend une réelle plus-value qui, accompagné d'un prix correct pour sa durée de vie, lui vaut un point de plus par rapport à l'original (oui je sais, je fais rarement les choses dans ce sens, généralement c'est l'inverse). Et la raison est simple, ce remaster propose des graphismes plus nets, plus détaillés, une meilleure résolution d'affichage mais aussi et surtout un framerate imperturbable ! Alors certes graphiquement il y a bien mieux (rappelons à toute fin utile qu'Halo Wars est à l'origine un jeu Xbox 360), mais les graphismes "sont propres", les animations sont joliment détaillées et le fait que les pixellisations, l'aliasing et les saccades aient totalement disparues font en sorte que l'expérience en est transcendée ! Halo Wars n'a jamais été aussi bon qu'aujourd'hui ! S'il n'est pas le meilleur RTS que j'ai connu, il reste un jeu agréable à pratiquer et qui ravira sans doute les fans de ce riche univers. Halo Wars doit donc se prendre pour ce qu'il offre, en gardant en tête que c'est la force de sa licence qui doit vous attirer, plus que tout autre chose (Halo en jeu stratégie, c'est original et c'est exactement l'inverse de ce qu'a fait Command & Conquer avec Renegade). Halo Wars c'est de la stratégie sans prise la tête, un gameplay simple d'accès et efficace... un jeu fun quoi ! C'est comme ça que j'ai vu Halo Wars, c'est comme ça que je l'ai apprécié.



Les -

  • Prévu pour être joué au pad, il n'est pas particulièrement bien adapté au clavier/souris
  • Toujours les mêmes problèmes de zoom / dézoom et d'inclinaison de caméra
  • Pas beaucoup plus de contenu qu'à l'origine
  • Toujours pas de Campagne Covenante
  • Cut-scenes étrangement saccadées


  • Les +

  • Prix correct pour une bonne durée de vie + multi-joueurs + mode escarmouche
  • Vidéos en images de synthèses qui ont encore beaucoup d'attrait
  • Plus beau, plus détaillé et plus fluide que sur Xbox 360
  • Un 1080p / 60fps irréprochable
  • L'option Xbox Play Anywhere
  • Enfin jouable sur PC


  • Test réalisé par iiYama

    novembre 2021


    Faites glisser les images ou utilisez les flèches sur les bords