Gears Tactics (Xbox SX/SS - XBO - PC) -- GRAVITORBOX

 


Cliquez pour agrandir



Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :


Sortie mondiale : en avril 2020 sur PC - novembre 2020 sur consoles
Développeurs : Splash Damage - The Coalition
Editeur : Xbox Game Studios (Microsoft)
Genre : stratégie au tour par tour

Version testée : française
Doublage : français
Textes à l'écran : français

Version logicielle testée : 1.0.165.0
Moteur graphique : Unreal Engine 4 (Epic)
Moteur physique : Havok

Difficulté :
Temps de jeu : 25 heures
Multi-joueurs : non
Titre alternatif : Gears of War Tactics
Prix au lancement : 70€


Installation Xbox Series X


Support : 1 Blu-Ray ou en téléchargement sur Xbox Marketplace
Installation : 28,2Go
Performances : 4K à 60 fps (les cinématiques peuvent être visionnées au choix en 30 ou 60 fps)


Installation Xbox Series S


Support : uniquement en téléchargement sur Xbox Marketplace
Installation : 28,2Go
Performances : 1440p à 60 fps


Installation Xbox One


Support : 1 Blu-Ray ou en téléchargement sur Xbox Marketplace
Installation : 28,2Go
Performances : 1080p en 30fps
Optimisation Xbox One X : choix entre 4K / 30 fps ou 1440p / 60 fps
Compatible Kinect : non


Installation PC


Support : en téléchargement sur Steam et Windows Games Store
Installation : 45Go
Compatible VR : non

Configuration minimale :
CPU : Dual Core 3Ghz
RAM : 8Go
VIDEO : avec 2Go de VRAM (type GeForce GeForce GTX 750 Ti / Radeon R7 260X)

Vous aimez GRAVITORBOX et vous voulez le soutenir ? Alors vous pouvez nous adresser vos dons via PayPal en cliquant simplement sur le bouton ci-dessous.

Merci d'avance ^__^



______________________________










______________________________

Les sites partenaires :












______________________________


Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)


Gears Tactics









La série
D'abord sorti sur PC, Gears Tactics était LE gros jeu exclusif du line-up des Xbox Series X/S...
des Gears of War a récemment perdu son "War" à la sortie de Gears 5 et ce pour 3 raisons. D'abord l'acronyme GOW était confondu avec God of War, ce qui peut avoir tendance à agacer les 2 parties, ensuite pour donner un petit coup de jeune à la licence et enfin pour uniformiser les patronymes. Sorti en septembre 2019 tel le baroud d'honneur d'une Xbox One en fin de vie, Gears 5 a mis une grosse claque, d'abord par sa réalisation, ensuite par son contenu et la qualité du jeu proposé. A peine 7 mois plus tard sortait Gears Tactics (vous voyez que le rafraichissement du nom avait du bon, sans quoi Gears of War Tactics n'aurait pas été élégant à prononcer)... en exclusivité temporaire sur PC ! Car on le sait, depuis que le Game Pass (dont ce jeu fait naturellement parti puisqu'il est sous la bannière des Xbox Games Studios) s'est invité sur PC, Microsoft porte une toute nouvelle attention à l'univers de l'informatique. Il faut dire que lorsqu'on est le créateur de Windows, le monde du PC nous est particulièrement familier. Pourquoi cette exclue ? Et bien je dirai pour une raison assez simple : les joueurs consoles avaient déjà Gears 5 à poncer dans tous les sens et 2 jeux "Gears" en moins d'un an, ça faisait peut-être beaucoup. Et puis mine de rien, il faut savoir distiller les exclusivités à bon escient, étaler leurs sorties car dans la vie d'une console, ce sont bien les exclues qui sont le nerf de la guerre (surtout sur les Xbox qui en manquent). Et puis on ne va pas se voiler la face, Gears Tactics étant un jeu de stratégie au tour par tour, il est clair que le PC était tout désigné pour être le support qui en tirera le meilleur parti. Le hasard faisant bien les choses (où Microsoft étant conscient que son line-up était un peu léger), la sortie sur consoles coïncide avec le lancement des Xbox Series S et X. Ainsi vous l'aurez compris, le jeu fut directement compatible avec la Xbox One, mais aussi optimisé pour la One X, la Series S et c'est évidemment la Series X qui profite de la meilleure version. Nous verrons tout ça au moment venu.



Ça "splash" pour la "coalition"


Depuis quelques
2 studios ont développés ce spin-off de Gears of War qui prend place 12 ans avant le tout premier opus
temps on voit bien que les développeurs se creusent les méninges pour varier un minimum leurs licences à succès. Et c'est un fait, c'est bien le succès d'Halo Wars 2 (sorti en février 2017) qui incitera The Coalition à vouloir développer un spin-off tactique. Evidemment le schéma est légèrement différent, car nous ne parlons plus d'un jeu de stratégie en temps réel où on gère une base et des troupes, mais bien d'un jeu de stratégie au tour par tour. Et c'est vrai que l'univers de Gears of War se prête bien à l'exercice avec ses équipes en petits groupes de 4, sa mise à couvert et son action brute de décoffrage. Sachez par ailleurs que si Halo Wars ne vous a jamais attiré, vous pouvez quand même tenter celui-ci, déjà parce que les univers n'ont rien à voir, ensuite parce que le gameplay est très différent (c'est d'ailleurs également valable dans l'autre sens : si vous n'aimez Gears Tactics, essayez malgré tout les Halo Wars, ce sont des jeux vraiment sympas). Pour aider The Coalition dans son développement, les petits anglais de Splash Damage sont venus en renfort, eux qui sont notamment spécialistes des modes multi-joueurs, comme ceux de Return to Castle Wolfenstein, DOOM 3, Quake Wars ou BRINK. Ce sont d'ailleurs eux qui secondent The Coalition depuis un moment déjà, puisqu'ils ont travaillés sur Gears of War : Ultimate Edition, les modes multi des Gears 4 et 5 (ils ont aussi participé à Halo : The Master Chief Collection, comme quoi ils doivent bien aimer l'univers Xbox). Gears Tactics est une préquelle aux opus canoniques et l'histoire suit Gabe Diaz (le père de Kait Diaz, protagoniste des Gears 4 et 5), qui se lance dans une mission secrète avec un vétéran de la Coalition des Gouvernements Unis (CGU) : Sid Redburn. Le but est d'assassiner Ukkon, un scientifique Locuste impliqué dans l'élevage de monstres pour le compte de la horde. Au départ ils n'étaient que 2, puis peu à peu Gabe va enrôler d'autres combattants...



Pas très rutilant dans le fond mais...
... fort joli dans la forme



Premier bon
Le scénario ne brille pas pour sa profondeur, par contre les cinématiques sont vraiment gérées en temps réel et sont très réussies
point pour cette nouvelle production, une vidéo nous résume en 2 minutes la situation sur Sera : l'émergence, l'invasion et la menace Locuste, la CGU, les gears... Ça, c'est déjà une bonne chose, et autre point appréciable, sur Series X les options nous proposent le choix de visionner les cut-scènes en 30 ou en 60 images par seconde (ça, c'est une première). Car si belles soient-elles, toutes les cinématiques sont gérées en temps réel et pour preuve, dans le jeu il est possible de ramasser des caisses de ravitaillement qui contiennent des upgrades et diverses pièces. Ainsi il est possible de faire évoluer chaque membre de son escouade (armure, upgrade des pièces de chaque arme : chargeur, canon, crosse, lunette, motif...) et même de personnaliser son apparence (notamment en changeant sa couleur). C'est ce que j'ai fait : Gabe Diaz, héros principal de cette aventure, était en rouge, Sid était en bleu, les filles étaient en rose et violet (désolé pour le cliché), les autres étaient en vert, jaune, orange, marron... Le résultat c'est que chaque changement est visible lors des cut-scènes, preuve que les cinématiques sont réellement gérées en direct live. Par contre il faut l'admettre, le scénario est assez quelconque. Bien que se plaçant en tant que préquelle 12 ans avant les évènements du premier Gears of War, au final à part 2~3 anecdotes sympathiques ou le fait de découvrir le père de Kait (héroïne principale de Gears 5 rappelons-le), l'histoire n'a que peu d'intérêt. Aucun personnage ne sort vraiment du lot, le fond de la trame est on-ne-peut-plus classique, on n'apprendra rien de spécialement croustillant, aucune révélation intéressante... donc ce qui sauve le jeu de côté-là c'est surtout sa mise en scène, qui reprend avec soin le design de la licence (vous savez, avec ces gars testostéronés à bloc, ces buffles plein de muscles prêts à tailler du locuste en fines tranches de jambon mais à qui il ne faut pas demander qu'une once d'intelligence) et bien entendu la qualité de ladite mise en scène. Et en effet, si le fond n'est pas spécialement rutilant, la forme est par contre de très bonne facture : qualité des modélisations, expressions faciales, synchro correctement respectée, animations réalistes... non vraiment, sur la forme on sent que les développeurs y ont passés du temps, et le résultat est là, les cut-scènes sont particulièrement bien travaillées. Seul bémol finalement, on ne peut pas mettre les cinématiques en pause, ce qui (pour un jeu de 2020) fait un peu tâche.



Gears of Tactics


Par contre,
Nos gears ont un équipement évolutif et des compétences à débloquer
autre bon point pour lui, le jeu est uniquement jouable en solo (et vous savez sûrement ce que j'en pense des modes multi...) et contrairement à d'autres épisodes (dont Gears of War 4, qui assez écœurant à ce niveau-là), il n'y a pas de micro-transactions. Ô joie ô bonheur, il semblerait qu'ils aient enfin compris qu'arnaquer les gens ce n'est pas bien ! Arrivant (comme souvent) après la guerre (puisque je teste ce jeu un peu plus d'un an après sa sortie sur PC), j'ai eu droit à du contenu supplémentaire, à savoir le mode de campagne "Puissance JACK". Alors les amateurs de la série le savent, JACK c'est le drone qu'on connait depuis un moment déjà, et qui vient aider de temps en temps les gears dans leur périple. Dans cet opus, le robot volant a sa propre classe et il est doté de plus de 20 nouvelles compétences. Sa capacité la plus notable est le détournement et le contrôle des unités Locustes, une sorte de "piratage" qui fait qu'un ennemi peut devenir un allié. Ce mode offre également de nouveaux équipements, mais à l'image d'un Borderlands, un meilleur butin s'obtient face à une menace plus redoutable encore. Voilà pourquoi le mode introduit un nouveau modificateur d’ennemi "déviant" qui donne aux locustes des capacités spéciales qui défieront les stratégies des joueurs. D'ailleurs pour les amateurs du jeu tel qu'il était à l'origine, sachez que nous avons le choix de jouer en mode "puissance JACK" ou en mode normal, auquel cas JACK et son contenu spécial ne fera pas parti de l'aventure. L'idéal étant de se faire le jeu en "normal" puis de faire un second rush tel un "new game+" en puissance JACK, afin de mieux apprécier les nouveautés apportées. Petite parenthèse avant de continuer, Gears Tactics se pare aussi d'une constituante RPG puisque nos gears gagneront de l'expérience, afin de débloquer à chaque niveau 2 points de compétences à investir dans un arbre... de compétences. Ainsi nos guerriers de Sera ne se cantonneront pas à leurs facultés de base puisque peu à peu ils obtiendront plus de santé, une meilleure endurance, de nouvelles tactiques défensives et offensives, ainsi que (nous l'avons vu) un meilleur équipement, pour peu que vous preniez la peine de récupérer les caisses de la CGU sur le terrain (ce qui est parfois un peu compliqué, notamment lorsque l'objectif a atteindre est limité par un nombre défini de tours).



XCOM of Wars


Gears Tactics
Gears Tactics est un jeu de stratégie au tour par tour, un genre très particulier mais intéressant pour la licence
est avant tout sorti sur PC, il est donc naturellement jouable au clavier/souris, ce qui le rend plus rapide et instinctif. Ceci dit, à la vue de sa sortie sur consoles, les développeurs ont également adapté le gameplay au control-pad, exactement comme Ensemble Studios l'a fait pour Halo Wars. Attention toutefois à ne pas confondre, si Halo Wars se rapproche d'un Command & Conquer (stratégie en temps réel), ici nous sommes plus près d'un XCOM, à savoir un jeu de stratégie au tour par tour. Je l'avoue volontiers, je n'aime pas du tout ce genre de jeux et si je me suis mis à ce Gears Tactics, c'est bien sûr par amour pour la saga, pas pour son gameplay (d'ailleurs je crois que celui-ci n'est que le troisième jeu du genre que je teste, c'est dire !). N'y connaissant pas grand-chose en "turn-based tactics", j'ai apprécié que le tout premier niveau prenne la forme d'un didacticiel, histoire de nous inculquer les bases du gameplay. Donc sans manquer de respect aux connaisseurs, aux spécialistes, je vais juste évoquer succinctement le gameplay pour les "noobs en tactical" comme moi (car oui, en général je suis plus branché FPS/TPS et survival horror, d'où mon intérêt pour les Gears of War hein ^.^). Dans Gears Tactics on ne contrôle par directement ses personnages (qui sont toujours entre 2 et 4), non on déplace un curseur à l'écran afin d'intimer une action au-dit personnage. De base, chaque personnage dispose de 3 PA par tour. Un PA est un "point d'action" donc vous pourrez effectuer 3 actions par personnage, avant de passer au suivant. Une fois que votre stratégie est établie, le tour passe à l'adversité, qui subit elle aussi, la même réglementation. Toute la subtilité du jeu c'est que parfois une action peut couter plusieurs PA (comme se déplacer sur une longue distance) et qu'au fond, les développeurs ont parfaitement repris ce qui fait l'essence même de la licence, notamment la mise à couvert, les grenades pour fermer les puits, la Lanzor pour découper un ennemi en 2 et j'en passe. On peut donc faire un déplacement en se mettant à couvert (1PA), tirer sur un ennemi en espérant le tuer du premier coup (1 PA) puis ensuite se mettre en position défensive, avec une zone de surveillance (1 PA). Vos 3 PA étant consommés, vous passez alors au gears suivant, tout ça dans le but de nettoyer une zone de son occupation locuste (d'autres actions coutent également 1 PA comme recharger son arme ou tuer un ennemi corps-à-corps).



On tourne, on tourne et on tactique !


Bien entendu
La prise en mains, malgré une certaine profondeur, a été simplifié pour mieux coller au pad. Autant dire que c'est une franche réussite !
les missions sont assez diversifiées, en nous imposant parfois un nombre de tours prédéfini, l'obligation de libérer des alliés ou encore de défendre une zone. Les grands classiques j'ai envi de dire. Le jeu propose 4 niveaux de difficulté, plus un mode ironman où lorsqu'on meurt, la partie est finie et doit être recommencée du début. Etant un novice du genre (mes précédentes expériences remontent à Vandal Hearts sorti en 1996 sur la première PlayStation, et Military Madness sorti en 2009 sur PS3, c'est dire !) je dois avouer que j'ai joué dans le mode le plus facile et qu'en conséquence, le jeu fut tout à fait abordable. Je n'ai bien entendu pas évité quelques morts stupides, en attendant je trouve qu'on se fait relativement vite aux mécaniques qui ont (semble-t'il) été simplifiées afin de mieux coller à une prise en mains à la manette. Après, comme évoqué, il est agréable de retrouver tout l'univers des Gears of War, avec ses locustes et leurs gueules d'adorables bichons maltais (non je déconne bien sûr ^__^), ce design très travaillé pour une ambiance relativement sombre, grise, sentant bon l'apocalypse et la fin du monde. D'ailleurs, comme d'accoutumé, le jeu ne lésine pas sur le gore, avec du sang par seaux entiers et de la bidoche qui dégueule par terre. Mine de rien, avec les temps qui courent où tout devient plus "lisse" et plus "propre", il est agréable de voir que de leur côté, les Gears restent ce qu'ils ont toujours été, à savoir des jeux sanglants où la tendresse est restée au vestiaire (sans doute pour mieux s'occuper des bichons :). La musique a été composée par Edward Patrick White (aussi appelé Ed White), un compositeur anglais qui travaille aussi bien à Londres qu'à Los Angeles. Compositeur de musiques de films et séries télé, Gears Tactics est son premier projet de jeu vidéo. On peut le dire, l'homme n'est pas vraiment connu et pour cause, malgré l'obtention d'un GBAOM (Golden British Arrow for Original Music) pour une pub, il n'a rien composé qui sorte réellement de l'ordinaire. Mais pour Gears Tactics l'artiste s'est grandement inspirée de la licence à succès. Une série qui n'a jamais vraiment eu de compositeur attitré puisque les OST des Gears 2, 3 et Judgment sont de Steve Jablonsky, quand les Gears 4 et 5 sont de Ramin Djawadi et le premier de Kevin Riepl.



Moins de 30Go en 2020 ? Pinces-moi je rêve !


Bref, Mr White
Avec une bonne optimisation et des cinématiques gérées en temps réel, oui il est encore possible de faire des installations de moins de 30Go !
est donc le nouveau venu et on peut le dire, il a respecté la charte de la licence. Sans dire que les musiques sont exceptionnelles, à minima elles rentrent dans le moule. Plutôt discrets, les thèmes sont bons, les compositions n'ont rien de mémorables (après tout nous ne sommes pas dans Halo :) mais au fond, ça fait grandement le job. De leur côté, les bruitages sont repris de la série canonique (il n'y a donc rien à redire et puis dans un jeu tactique, on n'exige pas les mêmes choses de ce côté-là) et enfin le doublage profite de quelques voix connues, notamment Raphaël Cohen qui double Gabriel Diaz. Tout à fait entre nous, celui qui double Scott Ryder dans Mass Effect Andromeda ne colle absolument pas à un mec ayant un physique aussi badass que Gabe (c'est tout du moins "mon ressenti"). A côté de lui on retiendra Thierry Buisson qui double Sid Redburn, ou encore David-Calvet Antoine qui donne sa voix à Prescott, mais au fond, le doublage n'est pas top qualité, on sent bien qu'on parle ici d'une petite production dont les ventes ne sont pas estimé à haute échelle (il faut dire qu'un "tactical" ne se vend pas aussi bien TPS). Terminons par la réalisation graphique, avec en premier lieu un jeu qui s'est installé sur ma Xbox Series X à hauteur de... 28,2Go ! Vous avez bien lu, un jeu sorti en 2020 et qui fait moins de 30Go, direct j'ai trouvé ça louche ! Il faut dire que lorsqu'on sort d'un Halo : Master Chief Collection qui pèse plus de 100Go, ou d'un Red Dead Redemption II qui met plus d'une heure et demi à s'installer et dont le gros cul atteint pas moins de 120Go... en effet, un jeu de moins de 30Go, ça surprend. Les développeurs ont-ils bien optimisés leur jeu ? Est-il trop court ? Mal scénarisé ? La réalité c'est que le jeu propose beaucoup de cinématiques mais le fait qu'elles soient gérées en temps réel permet d'économiser énormément d'espace disque (il faut dire que les vidéos en Full HD sont très vite lourdes). Ensuite on peut le dire, le jeu est parfaitement bien optimisé, sans pour autant lésiner sur la durée de vie qui avoisine les 25 heures. Comme quoi, quand on veut on peut ! Et ça il faudrait peut-être le signaler à des développeurs comme Rockstar qui, alors qu'il n'y a qu'un seul doublage, se permettent de sortir des jeux de plus en plus gros sans qu'ils soient forcément meilleurs...



Sous perfusion d'imulsion...


Bref,
Le jeu est parfaitement optimisé et tire le meilleur de chaque support, même cette bonne vieille Xbox One :)
28,2Go (j'ai regardé avec attention 2 fois pour être sûr) c'est peu, et pourtant le jeu profite d'un patch d'optimisation pour Xbox Series (sur PC il atteint tout juste les 45Go, ce qui est là aussi très correct). Dans le détail, sur Xbox One le jeu tourne en 1080p / 30fps, sur Series S il est en 1440p / 60fps, sur One X on a le choix entre 4K / 30 fps ou 1440p / 60 fps, et enfin sur Series X nous avons du 4K, du HDR, du 60 fps et des cinématiques qui peuvent, au choix, être visionnées en 30 ou 60 fps. Selon le développeur chaque version est optimisée pour la machine sur laquelle il tourne, car il n'y a pas que la résolution ou le framerate qui changent. Maintenant, si vous vous demandez en quoi la version Xbox Series S pourrait être plus performante que celle sur Xbox One X, le développeur évoque qu'à résolution égale, la Series S s'en sort mieux grâce aux performances de son CPU (il est vrai que la One X est très performante mais reste basée sur le vieux AMD Jaguar, qui est littéralement largué face au Ryzen de la Series S). Dans les faits, toutes les versions sont très réussies avec des graphismes très propres, peu (ou pas) d'aliasing, un framerate très stable, de superbes effets, une physique plutôt bien gérée (merci Havok), on a de belles explosions et même des micro cut-scènes à caméra rapprochée tout à fait probantes. Après c'est vrai, Gears Tactics n'est pas le jeu plus exigeant qui existe puisque la caméra est généralement éloignée et que l'action au tour par tour n'est pas ce qu'il y a de plus nerveuse. Mais mine de rien, le titre de The Coalition et Splash Damage s'en sort avec les honneurs. Les textures sont détaillées, le jeu n'est jamais mis à mal, je n'ai eu à noter aucun bug et cerise sur le gâteau, sur les PCs équipés d'un SSD ou sur Xbox Series, les temps de chargement n'excèdent jamais les 10 secondes. Tournant comme d'habitude sous Unreal Engine 4, il est clair que cet épisode n'égale pas les Gears 4 et 5, cependant il reste très beau, extrêmement fidèle au design et à l'ambiance de la série principale, avec en plus, de superbes cinématiques gérées en temps réel. En somme, on a peut-être fait plus beau, mais on a surtout vu plus moche et Gears Tactics n'a pas à rougir face aux autres jeux de la série.



Rien à voir Note
avec Gears Pop (un jeu de stratégie sur mobile, basé sur le design des Funko Pop - j'ai vomi x_x ), Gears Tactics est un "vrai jeu". Peut-être pas le triple A qui sera à la hauteur d'un Gears of War 4 ou d'un Gears 5, mais bien meilleur que ce que les premières minutes de jeu m'ont laissé penser. Il faut dire que je ne suis pas friand de jeux de stratégie et pourtant, comme pour Halo Wars, c'est avant tout mon amour pour la licence qui m'a fait tenter l'expérience... et je ne suis pas déçu ! Inclus au Game Pass et éligible au Smart Delivery, Gears Tactics fut tout d'abord lancé sur PC en avril 2020. Les versions consoles ont attendues le 10 novembre suivant (2020), soit exactement le jour de lancement des Xbox Series X et S. On peut donc dire qu'il était l'un des plus gros jeux de son line-up, voire même LE gros jeu exclusif des nouvelles consoles Xbox. Ainsi donc, Gears Tactics n'est pas un jeu rétrocompatible, mais bien le premier Gears de la nouvelle plate-forme de Microsoft (voilà pourquoi il n'est pas sorti sur Xbox One peu de temps après la version PC, le constructeur américain voulait imposer un titre phare à son line-up... tactiquement, c'est malin :).

Gears Tactics ne plaira à tout le monde, et avouons-le, le genre "stratégie au tour par tour" est très certainement moins "bankable" qu'un bon vieux TPS comme sait si bien faire la série canonique. Cependant la sortie d'un tel jeu permet d'avoir 2 approches : attirer les fans de la licence vers un autre type de gameplay, et attirer les amateurs de ce type de gameplay vers Gears of War. Gears Tactics s'installe peu (moins de 30Go) preuve que malgré sa longue durée de vie, il est très bien optimisé. Profitant d'une bande-son à-propos et de bons bruitages, le jeu est aussi très beau, parfaitement fluide, tout en reprenant avec beaucoup de succès le design et l'ambiance particulière de cette saga née sur Xbox 360. On pourrait fustiger le manque de mode multi-joueurs, un doublage VF certes présent mais pas top qualité ou encore un scénario prétexte et peu approfondi, alors que sa place de préquelle au tout premier opus, aurait pu donner quelque chose d'intéressant. Mais soit, Gears Tactics est à Gears of Wars ce que Halo Wars est à Halo : un jeu de stratégie (même si les gameplays n'ont rien à voir) qui perpétue le Lore de la saga, tout en jouant d'autres personnages et ce, sur un gameplay original (pour la série). Ainsi à l'image de son confrère, je pense beaucoup de bien de ce titre-là. Beau et agrémenté de superbes cut-scènes gérées en temps réel, Gears Tactics est un jeu agréable et fun. Que vous découvriez la licence ou le genre avec cet épisode importe peu tant il convient dans les 2 cas et même s'il n'a pas l'envergure d'un épisode canonique, il reste malgré tout un très bon titre.



Les -

  • Des missions facultatives qu'on est obligés de faire ? Elles ne sont plus facultatives alors !
  • La difficulté peut devenir frustrante, surtout lorsqu'on se bat à 2 contre 12 !
  • Le doublage (en général) n'est pas tip-top, il fait le boulot, pas plus...
  • Le doubleur de Gabriel ne colle pas très bien au personnage
  • Scénario prétexte et vraiment trop peu exploité
  • 30 fps sur Xbox One (fat). Dommage...


  • Les +

  • Une installation de moins de 30Go sur consoles (oui, pour un jeu de 2020 c'est exceptionnel)
  • Musiques discrètes mais qui collent à l'ambiance du jeu et de la série
  • Aucune micro-transaction, tout le contenu se débloque "in game"
  • Gameplay vite assimilé et didacticiel pour le moins bienvenu
  • Les temps de chargement sur SSD : moins de 10 secondes
  • La qualité des cinématiques, et en temps réel s'il vous plait !
  • Le respect du design, du Lore et de l'ambiance de la série
  • Customisation complète de nos Gears
  • Excellente qualité des bruitages
  • Excellente durée de vie
  • Inclus au Game Pass
  • L'IA fait le job


  • Test réalisé par iiYama

    juin 2021