Forza Horizon 2 (XBO/X360)

 





Cliquez pour agrandir

 


Version Xbox One

Version Xbox 360


Testé sur :


Sortie du jeu : octobre 2014
Développeur : Playground Games
Adaptation Xbox 360 : Sumo Digital
Editeur : Microsoft Studios
Genre : courses

Version testée : Française
Version logicielle : 1.0
Doublage : US / FR
Textes à l'écran : FR

Support : 1 Blu-Ray (XBO) / 1 DVD (X360)
Espace disque nécessaire : 39Go (XBO) / 16Mo (X360)
Moteur graphique : Forza 5 Engine
Définition HD max : 1080p
Framerate annoncé : 60 fps (XBO)
Compatible 3D : non

Difficulté :
Compatible Kinect : oui
Multi-joueurs : 12 joueurs online (XBO) / 8 joueurs online (X360)
Prix au lancement : 60€
Score des ventes : 1.7 Millions (tous supports)


Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

 

Forza
Horizon 2







La grande lignée des Forza
La pseudo scénarisation a le mérite d'être présente... mais faut voir la gueule qu'elle a (surtout sur Xbox 360 !)
a débutée en mai 2005, avec le premier Motorsport, disponible uniquement sur la première Xbox, normal puisque son développeur, Turn 10 Studios, est une filiale de Microsoft. Suite à ce joli succès, la licence reviendra sur Xbox 360 avec des épisodes Motorsport 2, 3 et 4 toujours meilleurs (surtout pour ce dernier, qui est une véritable référence !). Espacées de 2 ans, le temps nécessaire (minimal ?) pour développer un bon jeu, voilà que suite à un Forza Motorsport 4 absolument fabuleux, Turn 10 va se mettre à développer le 5e opus pour la Xbox One. Pendant ce temps, Playground Games (un studio créé par d'anciens de chez Codemasters et Bizarre Creations) va développer le premier Forza Horizon, une vision alternative de la licence. En effet, Horizon pose une ambiance nettement plus légère, plus festive, proposant ainsi un jeu moins tourné vers les courses pures, plus orienté vers le fun. La licence se voit alors annualisée, alternant ainsi les Motorsport les années impaires, et les Horizon les années paires. Si Forza 5 a lancé la Xbox One dans la course à la 8e génération, et qu'il a aussi un peu déçu, voilà que fin 2014 c'est au tour de Forza Horizon 2 de nous prouver que la console de Microsoft possède-là une grande licence, quelque soit son visage. Entrons donc dans le vif du sujet, le jeu s'ouvre sur une sympathique vidéo "live", mais étant donné que le jeu tout entier est doublé en français, je me demande bien pourquoi l'intro, elle, est restée en anglais sous-titré. A l'image de Forza 4, le jeu nous mettra immédiatement dans le cockpit d'une voiture de rêve, cette fois la Lamborghini Huracán. Moteur V10 de 5.2L pour plus de 600ch, autant dire que la remplaçante de la déjà prestigieuse Gallardo est un beau monstre qui coute la bagatelle de 200.000€. Bien évidemment, tout ceci est là pour en mettre plein la vue car on ne gardera pas "le monstre" bien longtemps en mains. En fait, histoire de nous plonger le plus directement possible dans l'aspect fun du titre, on nous fait prendre le bolide uniquement pour rejoindre le hub du jeu : le festival Horizon. Une fois sur place, bien entendu on redescend sur Terre, puisqu'on pilotera (du moins au début) des voitures nettement plus modestes, des voitures de série version Sport donc, même si entre nous, on ne dirait pas non à une petite Audi RS3, pas vrai ? :)


Bien entendu,
Comme toujours Forza fait le grand écart : Arcade, simu, un peu des 2... c'est à vous de choisir !
pour ce qui est de la mise en scène, il ne faut pas s'attendre à quelque chose de flamboyant. Avec ses modélisations un peu moches, ses cut-scènes pas toujours travaillées et son doublage bof-bof, ce n'est pas cet aspect du jeu qui nous enthousiasmera. A contrario on appréciera les panoramiques, les effets de voltige, la modélisation des voitures et la beauté parfois fascinante de certains décors. Cette fois le festival Horizon délaisse les Etats-Unis et pose ses pneus dans le sud de l'Europe, dans une tranche située entre le sud-est de la France et dans le nord-ouest de l'Italie. On peut donc traverser des villes et villages tels que Castelletto, San Giovanni, Nice, Sisteron ou Saint Martin. C'est sympa de penser à nous (et ça nous change forcément des "States"), d'autant que cette partie du monde est propice à l'évasion, au soleil et à l'aspect "vacances d'été" (pour y avoir habité, je sais de quoi je parle ^^). Par contre on ne change pas une recette qui marche : Forza Horizon 2 nous distille une ambiance de gros festival, de "show à l'américaine", de fiesta aux couleurs flashy avec du son à se faire péter les tympans, et des pépés siliconées en petites tenues qui se trémoussent un peu partout. C'est sûr, ça alterne avec les épisodes autrement plus sérieux des Motorsport, on nous livre du fun par pack de 12, une atmosphère électrisante mais pour être franc, je ne suis vraiment pas fan de ces ambiances-là. Maintenant sachez qu'on reste assez loin de titres (assez vieux je le reconnais) comme Juiced 2 ou Need for Speed : Underground, le jeu de Playground Games se voulant avant tout axé sur la course... ce qui est une bonne chose. On retrouve aussi cette immense carte, entièrement open-world, où on peut se balader à l'envie. A l'image de Test Drive Unlimited, il est toujours agréable de dévaler le bitume, comme ça, juste pour le plaisir de conduire, une "fonction" qu'il est également possible de faire en ligne avec des potes. Sur la carte il y a bien entendu des points d'intérêt, en somme des courses à activer. Pour les rejoindre, un véritable GPS nous aidera à retrouver notre chemin, ce qui n'est pas un mal tant les routes sont parfois tortueuses. A l'image du premier opus, on retrouve des épreuves farfelues comme se tirer la bourre avec des avions de chasse (?), rouler comme si on avait voler une voiture (aussi appelés défis collector), les défis radars (se faire flasher à la plus haute vitesse possible), naturellement des courses dites "classiques" sur des circuits improvisés ou encore des épreuves nommées Super Hot Hatch. Dans ces dernières, on doit rouler à fond les pédales à travers champ, en passant par des checkpoints. Mouais, c'est peu réaliste (même si au fond, ça n'a jamais été le but de jeu-là) : en 4x4 je ne dis pas, mais en voiture de sport, c'est hors de question !


Du reste l'épreuve
200 véhicules (dont beaucoup sont prestigieux) et un plaisir de conduite peu commun
est marrante et c'est aussi ça le but de ce Forza Horizon 2 : être fun de bout en bout. De l'aveu même des développeurs, le joueur doit s'éclater à faire ce qu'il veut, et à rouler où il veut... et ça marche ! Le mot d'ordre est l'amusement et il est vrai que les épreuves, ou même le simple fait de rouler (même sans réel but) est vraiment divertissant. D'autant que la conduite est particulièrement agréable et ce, grâce des réglages bien étudiés. Certes orienté vers la conduite dites Arcade, et donc assistée, le jeu propose également une prise en mains nettement moins permissive, plus orientée vers la simulation pour les joueurs pointilleux. Bref, pas mal d'options nous permettent de configurer Horizon 2 selon nos préférences et nos exigences de conduite. Etudié pour une prise en mains immédiate, sans pour autant sacrifier les (excellentes !) sensations de conduite, les diverses assistances sont toutes paramétrables : ABS, ESP, dégâts activés ou non, aide au freinage, aide au braquage... forcément ça aide à garder une trajectoire bien droite et une conduite moins chaotique. Avant chaque course, il est possible de procéder à divers réglages. En fait, il est bon d'y jeter un œil si par exemple l'épreuve se révèle assez exotique (bien que les réglages de base conviennent à presque tous les cas de figures) : longueur des rapports, pression des pneus, barre antiroulis, dureté des amortisseurs, puissance du freinage, etc. A chaque course gagnée, on récolte des points d'XP et de l'argent sous forme de crédits. Vous vous doutez bien que l'un débloque de nouvelles épreuves, quand l'autre nous permet de faire des achats aux garages. Côté IA, on retrouve le Drivatar, repris de Forza Motorsport 5, et qui calque soi-disant ses performances sur les vôtres et celles des autres joueurs du monde. Il n'empêche qu'on se retrouve avec des concurrents particulièrement combatifs en début de course, et puis une fois en tête, il semblerait qu'ils baissent les bras. On retrouve aussi l'indicateur de trajectoire (via des flèches au sol), qui nous indique à la fois quelle direction prendre, et si notre vitesse est adaptée au virage. Cette option est clairement devenue un classique depuis Need for Speed : Shift. Enfin dernier point du gameplay : on peut toujours "rembobiner" notre course, si jamais on a mal négocié un obstacle. Une option bien sympathique mais qui s'apparente pour beaucoup à de la triche. Moi je dis "tant que ça rend service"... je prends.


Terminons par le
Sur Xbox One, les graphismes sont vraiment agréables, avec de beaux effets, de superbes modélisations et un bon niveau de détails
casting automobile, qui réunit plus de 200 voitures (hors DLCs) issus de tous les pays et de tous les horizons, allant de modèles assez communs comme la BMW M5, la Honda Civic Type R, la Mazda RX-7, la Mini Cooper, la Clio V6 ou la Toyota Celica GT, à des voitures nettement moins accessibles comme la Dodge Viper (V10 de 8,3L - 650ch), la McLaren MP4-12C (V8 de 3,8L - 625ch), l'Aston Martin Vanquish (V12 de 5,9L - 466ch), la Lamborghini Veneno (V12 de 6,5L - 750ch), la Jaguar XKR (V8 de 5L - 550ch), la Ford Mustang VI (V8 de 5L - 420ch), la Chevrolet Corvette C7 (V8 de 6,2L - 466ch), Ferrari F70/LaFerrari (V12 de 6,3L - 963ch !!) ou encore la Hennessey Venom GT et son impressionnant moteur V8 de 7L qui développe 1240ch !! Autant dire qu'on nous livre du prestige sur un plateau (même s'il ne sera pas facile d'acquérir ces voitures-là, vous vous en doutez bien) et des sensations de conduite hors norme. Techniquement, le jeu tourne vraisemblablement sous le même moteur graphique que celui de Forza 5 (tout du moins dans le cas de la version Xbox One). Plutôt joli dans l'ensemble, les temps de chargement ne sont pas trop longs, c'est toujours fluide (merci le 60 fps), comme évoqué les voitures sont toutes superbement modélisées, et on a quelques panoramas assez somptueux, notamment en bord de mer. Maintenant à y regarder de plus près, il n'y a pas beaucoup "de vie" dans le coin (peu de voitures qui circulent, peu de spectateurs sur les bas-côtés) et si on s'arrête, on constate quelques textures bien dégueux et pas mal de détails manquants... des détails qu'on ne voit évidemment pas lorsqu'on dispute une course à 280km/h. On notera tout de même qu'Horizon 2 gère des dégâts qui cette fois-ci n'auront pas qu'un intérêt esthétique, ainsi qu'un cycle jour/nuit et même quelques intempéries. Ainsi les balades varient agréablement au grès de la luminosité et des éclairages dynamiques. Enfin la partie son profite de bruitages très convaincants pour ce qui est des moteurs (un peu moins pour le reste, avouons-le) ainsi que d'une bande-son de qualité. Les radios sont sélectionnables n'importe quand via la croix numérique, et de la Pop au Rock, c'est encore l'Electro qui sied le mieux au titre. Il faut dire que les compositions sont de qualité, les musiques sont mélodieuses et rythmées. Parfait pour cadencer une course ou bercer une balade en solitaire.


  • Le cas de la version Xbox 360
    Vous l'aurez compris, la version Xbox One de Forza Horizon 2 est une réussite, un jeu particulièrement agréable à pratiquer. Cependant le cas de la version Xbox 360 est un peu étrange. Le jeu n'a pas été développé directement par Playground Games (comme ce fut le cas pour le premier Horizon), mais adapté par Sumo Digital, un petit studio anglais connu pour ses productions modestes. Même si ce ne sont pas des novices dans le milieu, la qualité du portage laisse pourtant perplexe, à commencer par une réalisation graphique très en deçà des capacités de la console. Croyez-moi, on est loin, très loin du rendu bluffant d'un Forza Motorsport 4, qui date pourtant de 2011. Sur Xbox 360, le downgrade graphique est violent, limite choquant ! Il n'y a plus de météo dynamique, les reflets de la carrosserie n'existent pour ainsi dire plus, il y a du clipping, des bugs sur les ombres, la circulation est encore moins dense, on se heurte parfois à des murs invisibles qui n'existaient pas sur Xbox One, certaines options ont disparues (comme les dégâts moteurs et l'usure des pneus), il y a plus d'aliasing, des textures pas bien nettes... bref on sent clairement que le développeur n'a pas été à l'aise sur un support pourtant maitrisé depuis longtemps. De même, si le jeu assume encore de bonnes sensations de vitesse, le pilotage lui, semble étrange. Plus Arcade que jamais, la prise en mains fait fi de bien des réglages et piloter une voiture plutôt qu'une autre, n'y change pas grand-chose. En somme, cette sous-version du très bon Forza Horizon 2 de la Xbox One, a sûrement profité de sa bonne côte pour se vendre... au moins un peu. Car il est clair que celle-ci ne vaut absolument pas celle sur One, que le développement a été fait à la va vite, et que les incompréhensions restent nombreuses (comme ces doublage bâclés ou ces textes directement copier-coller du premier Horizon... WTF !). Heureusement, les malchanceux qui ont achetés la version Xbox 360 sont finalement peu nombreux, puisque le titre s'est vendu environ le double sur la nouvelle console.


    Afin de mieux se rendre compte de la différence entre les 2 versions (en gardant bien sûr en tête que la Xbox One est plus récente et plus performante), voici un petit comparatif (entre nous, la Xbox 360 est capable de mieux que ça non ? Souvenez-vous des Forza 3, 4 ou du premier Horizon) :

       

    Cliquez pour agrandir





  • Forza Horizon 2 Version Xbox One


    Version Xbox 360
    sur Xbox One est une réussite. Avec ses 2 mots d'ordre, liberté et fun, le petit studio de Playground Games signe-là un excellent jeu de courses, meilleur en tous points que son déjà fort sympathique prédécesseur. Avec de bonnes sensations de conduite, une réalisation vraiment sympa, de bonnes musiques, un décorum agréable, une map vaste où les épreuves sont nombreuses (bien que parfois farfelues)... sur Xbox One, Horizon 2 ouvre grand ses bras à tous les amateurs de belles bagnoles (200 voitures au compteur, dont certaines sont vraiment prestigieuses) et de sensations qui mélangent l'Arcade, l'accessibilité, le fun et comme on le sait, une vaste région entièrement open-world. Maintenant soyons clairs, si on peut conseiller ce titre à ceux qui veulent y jouer sur la dernière-née de la marque, il en sera autrement pour ce qui est de la version Xbox 360. Sortie discrètement dans l'ombre de sa sœur, et espérant faire quelques ventes suite aux bonnes critiques de la version One, il est clair que sur la vétérante console de Microsoft, le travail de Sumo Digital (responsable du portage One > 360) a été bâclé. Avec sa réalisation dépassée, limite honteuse quand on sait à quel point la Xbox 360 peut être performante (Forza 4 ?), il faut en plus que cette version nous impose de drôles de limitations qui n'existent pas sur l'autre version, ainsi que des options étrangement absentes. En conclusion, à moins d'être en manque de jeux de courses et de n'avoir aucun autre support de jeu, évitez la version Xbox 360, qui est une sous-version de celle sur Xbox One, qui pour sa part, est une vraie réussite.



    Les -

  • Version Xbox 360 de la honte ! Réalisation minable, sensations de conduites aseptisées, options manquantes, développement bâclé, limitations... bref une sous-version !
  • Ça manque un peu de vie (population, circulation)
  • Fini par être redondant sur la longueur
  • L'aspect festival peut agacer
  • Les +

  • Une carte open-world qu'on peut traverser rien que pour le plaisir de rouler
  • Paysages variés, jolis effets de lumière, météo dynamique, cycle jour/nuit
  • 200 voitures, de la plus basique à la plus prestigieuse
  • Musiques (notamment Electro) vraiment sympas
  • La personnalisation des véhicules
  • L'impression de liberté
  • Pas mal de contenu
  • Un online efficace

  • Test réalisé par iiYama

    novembre 2015