Far Cry 6 (PS4/PS5/XBO/XBSX/PC) -- TEST sur GRAVITORBOX

 


Cliquez pour agrandir






Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :

   

 




Aussi disponible sur :

 


Sortie mondiale : octobre 2021
Développeur : Ubisoft Toronto
Editeur : Ubisoft
Genre : FPS

Version testée : française
Doublage : français
Textes à l'écran : français

Version logicielle testée : 1.1.1.1 (jeu) - 1.3.4.30 (interface)
Moteur graphique : Dunia Engine 2
Moteur physique : Havok
Difficulté :
Temps de jeu : 15 heures minimum

Multi-joueurs : oui
Abréviation : FC6
Prix au lancement : 70€ (consoles) / 60€ (PC)


Installation Xbox Series X

Support : 1 Blu-Ray ou en téléchargement sur Xbox Games Store
Installation : 70,7 Go
Performances : 4K en 60 fps


Installation Xbox Series S

Support : uniquement en téléchargement sur Xbox Games Store
Installation : 70,7 Go
Performances : 1440p dynamique en 60fps


Installation Xbox One

Support : 1 Blu-Ray ou en téléchargement sur Xbox Games Store
Installation : 36,9 Go
Performances : 900p dynamique en 30fps
Optimisation Xbox One X : 4K dynamique en 30fps
Compatible Kinect : non


Installation PlayStation 5

Support : 1 Blu-Ray ou en téléchargement sur PlayStation Store
Installation : 70 Go
Performances : 4K en 60 fps
Compatible VR : non


Installation PlayStation 4

Support : 1 Blu-Ray ou en téléchargement sur PlayStation Store
Installation : 40 Go
Performances : 1080p dynamique en 30fps
Optimisation PS4 Pro : 1440p dynamique en 30fps
Compatible VR : non
Remote Play PSVita : oui


Installation PC

Support : en téléchargement sur Epic Game Store (exclusivité temporaire) et Steam
Installation : 60 Go
Compatible VR : non

Configuration minimale :
CPU : Quad Core 3,2 Ghz
RAM : 8 Go
VIDEO : avec 4 Go de VRAM (type GeForce GTX 960 / AMD RX 460)











Vous aimez GRAVITORBOX et vous voulez le soutenir ? Alors vous pouvez nous adresser vos dons via PayPal en cliquant simplement sur le bouton ci-dessous.

Merci d'avance ^__^















Les sites partenaires :















Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)


Far Cry 6









Far Cry
Le premier Far Cry est né en 2004 des mains de Crytek. Avec Far Cry 6, sorti 17 ans plus tard, nous en sommes au 11e épisode
et moi, c'est une longue et tumultueuse histoire d'amour. A cette époque où j'ai découvert l'excellent DOOM 3, j'ai vaguement entendu parler d'un certain Far Cry, développé par un tout nouveau studio et dont les graphismes arrachaient la rétine. Car si le PC a eu des débuts ultra modestes (en témoignent les premiers jeux auxquels j'ai joué dessus comme Catacomb et PopCorn), une fois qu'il a trouvé sa voie, le PC n'a plus cessé d'être le monstre de puissance qu'il est aujourd'hui. Pour preuve, alors que les consoles et les bornes d'Arcade les plus performantes étaient basées sur des Hardwares novateurs et uniques, désormais tout s'est unifier sous une même bannière, celle des composants informatiques (j'irai dire péjorativement des composants tout ce qu'il y a de plus banal). Même Nintendo a fini par s'y mettre, preuve que la bonne vieille époque où un constructeur concevait ses propres puces est bel et bien révolue. Le premier Far Cry a donc débarqué en 2004, année sainte du FPS qui a vu également naitre DOOM 3, Halo 2 et Half-Life². Et s'il y a bien un point sur lequel Far Cry a marqué son temps, c'est bien sur sa réalisation graphique, d'autant que le bougre sera l'un des premiers gros titres à être compatible et à exploité les premiers processeurs 64-bits. Le jeu était exigeant, nécessitant un lecteur DVD pour être installé, alors que tous n'avions encore que des lecteurs de CD-Rom (et oui, Steam n'avait que 6 mois et il était encore loin d'avoir le monopole et d'imposer le tout démat' au PC) mais aussi et surtout un PC de guerre pour le faire fonctionner dans de bonnes conditions. Ça a d'ailleurs toujours été le crédo de Crytek (le développeur) : faire des jeux fun et dépaysants, graphiquement très en avance sur leur temps, de véritables benchmarks jouables, à défaut de proposer des gameplays travaillés et des scénarios profonds. Cette formule marchera encore, tout du moins sur le premier Crysis, car aussi stupide que ça puisse paraitre, Far Cry n'appartient pas à Crytek mais à Ubisoft et le développeur/éditeur franco-canadien s'empressera de proposer des pseudo-suites sur consoles, plus ou moins mauvaises, au lieu de proposer le tant attendu portage du premier opus (ce qu'ils feront bien des années plus tard, dans un fiasco technique et ludique dont eux seuls ont le secret).



Far Crysis = Far Cry 6 ?


Le genre FPS
Encore une fois, alors qu'ils tenaient la bonne formule, Ubisoft a fait la bêtise d'écouter cette communauté de décérébrés continuellement insatisfaits...
étant en pleine essor, Ubisoft va s'engouffrer dans la brèche. Que voulez-vous, c'est aussi ça l'appel du fric, développer des jeux sur un genre qu'on ne maitrise pas, histoire de profiter à notre tour de ce soudain engouement. Après diverses suites/spin-offs qui fonctionnaient malgré elles, Ubisoft sortira en 2008 Far Cry 2, un épisode pas mauvais sous certains angles mais on sent clairement que le développeur n'avait pas encore les reins assez solides pour ça. Et on le voit bien, le jeu a de très bons côtés mais a fait table-rase de son passif au point de se dire que l'utilisation de ce nom n'était qu'à des fins mercantiles. Ceci dit Ubisoft apprend de ses erreurs et à la sortie de Far Cry 3, en 2012, c'est un peu la révélation : reprenant tout ce qui fonctionnait dans le premier opus (les monstres en moins), le studio signera là les bases de tous les épisodes qui suivront, des bases qui serviront même de maitre-étalon à la plupart des jeux en mondes ouverts. Je ne vous ferai pas l'offense de vous parler du film adapté du premier jeu (Far Cry Warrior) réalisé par ce maestria du long-métrage d'action qu'est Uwe Boll, mais il est clair que ce 3e opus fut le point d'orgue de la série, le sommet de la pyramide, l'équilibre fut atteint et c'est cette même qualité qui nous offrira les Blood Dragon et Far Cry 4, derniers grands opus d'une saga jusque-là adulée. Oui je ne vous le cache pas, chez nous le premier Far Cry a laissé une empreinte durable (même s'il est clair que désormais il vieillit beaucoup) et les épisodes 3 / Blood Dragon / 4 sont clairement nos préférés (oui même le 4 qu'on adore, c'est ainsi, les gouts et les couleurs comme on dit ^_^). Car à partir de là, Ubisoft va commencé à écouter cette communauté d'imbéciles insatisfaits, celle-là même qui débat à longueur de temps sur Internet et qui au fond, ne sait que critiquer, cracher son venin, alors qu'on parle de la même génération de décérébrés qui regarde pendant des heures des gens (parfois même d'un autre pays !) jouer à leur place.




On ne vise personne, c'est juste la tendance actuelle ^___^
(cliquez pour agrandir)



Far Cry 3 / 4 / Blood Dragon = l'apogée de la série


Alors
... résultat Far Cry 6 marche sur les traces de Far Cry 5, au lieu de revenir à la formule équilibrée du 3 et du 4
qu'ils tenaient la formule miracle, ils ont commencé à entendre des inepties comme quoi la série s'encroutait, que d'un épisode à l'autre ils ne faisaient que changer de skin et d'antagonistes... c'est évidemment absurde puisque Far Cry 4 est une (bonne) évolution du 3 et ceux qui connaissent bien les 2 jeux, savent que la différence ne se résume pas qu'à ça. Mais comme Ubisoft est là pour se faire un max d'argent, pas forcément pour pérenniser une licence ou faire plaisir aux fans (il suffit de voir combien de licences adulées sont encore en sommeil telles que Splinter Cell, Prince of Persia, Ground Control, Beyond Good and Evil... tout ça pour mieux nous vendre des Assassin's Creed et des jeux estampillés Tom Clancy qui ont depuis bien longtemps perdus toute leur âme), ils ont suivis la voix des sirènes sans cervelle. Résultat ils ont tentés de faire un Far Cry Primal qui n'a plus rien à voir avec la licence, un Far Cry 5 au fond pas mauvais mais très générique, un New Dawn "so LGBT" qui était un peu trop sur les (mauvais) rails de son prédécesseur, ainsi que des DLCs un peu à côté de la plaque. Comme vous le voyez, à chaque fois les jeux ne sont pas mauvais, mais plus ils s'éloignent de la formule initiale, du fameux équilibre, et moins ils sont bons. Ceci dit il y a un drôle de phénomène qui se produit et à l'instar de Resident Evil 6, si Far Cry 5 est l'épisode le moins aimé de la saga (avec Primal mais ce, pour d'autres raisons), à l'inverse il est également le plus vendu de la franchise. Je sais, c'est contradictoire et totalement absurde mais le monde actuel est ainsi fait, sans doute parce que ce sont les mêmes écervelés qui ont achetés le jeu, et non les fans d'antan. Quant à Ubisoft, eux voient le côté financier : ça marche, alors on continue. Tout le problème étant d'arriver à trouver un nouvel équilibre entre l'ancien public et le nouveau, d'arriver à réunir les 2. Tel fut le pari difficile et risqué de Far Cry 6...



De la meth au Viviro...


Rapidement,
Une fois encore, c'est le grand antagoniste du jeu qui est mis en avant. Et ne parlons pas de cette drogue, présente dans chaque épisode... à croire que chez Ubisoft, ils ont un vrai problème avec ça
l'histoire se déroule sur le cheptel d'îles (fictives) de Yara. Dirigée d'une main de fer par Anton Castillo, l'île est en proie à la révolte du peuple et pour cause, c'est ici qu'est développé le Viviro, qui était à l'origine du tabac. Mais ce qu'on a fait passer pour un traitement anti-cancer, est en réalité une violente et addictive drogue. Anton et son fils Diego, mène une politique dictatoriale sur l'île et heureusement pour les autochtones, la résistance n'a pas tardé à émerger. C'est dans ce contexte tendu que le joueur prendra le contrôle de Dani Rojas, un soldat luttant pour la liberté, qui tente de ramener la nation à sa gloire d'antan, et de résister au pouvoir en place. En menant des actions de guérilla, le but est alors de débouter Castillo du pouvoir et faire en sorte que le Viviro ne soit plus qu'un souvenir... Vous le savez, dans les Far Cry les développeurs prennent plaisir à mettre en avant les grands méchants bien caricaturaux, au détriment des héros qui feront bouger les choses (c'est d'ailleurs toujours eux qui trônent fièrement sur les pochettes, jamais les personnages jouables).
Cette fois c'est l'acteur Giancarlo Esposito qui fera office de grand seigneur local, lui qu'on connait déjà pour ses rôles de Gustavo Fring dans la série Breaking Bad et de Moff Gideon dans la série à succès The Mandalorian. Difficile de le nier, le rôle lui sied à la perfection ! L'homme a une carrière longue comme le bras d'apparitions et de seconds rôles et pour Far Cry 6, Senior Esposito nous fait un jeu d'acteur "à la Esposito". En somme, il est parfait dans son rôle de dictateur faussement cubain, froid et calculateur, il tire sa gueule habituelle et ne sera donc jamais surprenant ou ne sortira jamais de ses propres sentiers battus. Peut-être même que c'est Ubisoft qui l'a voulu ainsi, c'est également une possibilité. Quand à Diego (son fils dans le jeu), il est incarné par Anthony Gonzalez, un jeune homme de 17 ans à la sortie du jeu, acteur et chanteur, qui a eu quelques rôles et a prêté sa voix à Miguel dans le film d'animation Coco. Pas grand-chose à dire, il tient bien le rôle du fils qui vit dans l'écrasante ombre de son père et qui n'encaisse pas qu'on puisse agir ainsi, au nom du pouvoir et de l'argent. Passons maintenant à notre héros du jour, qui peut également être héroïne : Dani Rojas. Vous le savez, les femmes sont de plus en plus mises en lumière et personnellement, j'aime bien ça... tant que le processus n'est pas contre nature.



 

 

Giancarlo Esposito (qu'on connait pour son rôle mémorable dans Breaking Bad)
tient le rôle du grand dictateur. Son fils est joué par Anthony Gonzales



Yara et rat


Vous le savez
Dani Rojas peut être un femme aussi bien qu'un homme... ça tombe bien vu que le nom colle plus ou moins bien aux 2 sexes
sans doute aussi, les américains sont des abrutis notoires et en regardant les films et séries qui sortent de leurs studios Hollywoodiens, vous l'avez sans doute déjà remarqué : leurs prénoms sont souvent asexués. Résultat, si en France un prénom comme Charlie est purement masculin, il n'est pas rare que là-bas, il soit également attribué à une femme (j'en veux pour preuve Christian Serratos est une femme, très séduisante en plus, et le bien connu Laurence Fishburne qui est un homme). Il est clair que les amerloques ont un vrai problème avec la binarité des prénoms car oui, je m'en balance du wokisme actuel et je trouve ça d'une connerie sans nom. Résultat selon le prisme étasunien, le nom Dani Rojas va coller aussi bien à un homme qu'à une femme, et coup de chance car comme ça pas besoin de faire 2 lignes de dialogues pour dire la même chose. On ne peut malheureusement pas modifier le visage de Dani et une chose est sûre, femme ou homme vous jouerez avec un personnage qui ne sera pas au gout de tous (personnellement je trouve que c'est un laideron mais ma femme trouve le perso masculin "mignon"... les gouts et les couleurs, encore une fois). Ecoutant au maximum les critiques faites à l'encontre des anciens épisodes, Ubisoft a cette fois donné "une voix" à Dani (car souvenez-vous, l'ancien héros de Far Cry 5 était honteusement aphone, à l'image d'Artyom et Gordon Freeman). Oui c'était aussi incompréhensible qu'absurde et mal mis en place, mais que voulez-vous, si on peut s'économiser quelques sou-sous dans le doublage, on le fait.
Séance de rattrapage pour le développeur (qui cette fois n'est pas de Montréal mais de Toronto, développeur de Watch Dogs Legion, Far Cry 5 et Splinter Cell Blacklist... ça n'augure pas du meilleur), Dani Rojas parle, et parle même beaucoup ! Il/elle répond quand on lui adresse la parole, tient des conversations, donne son petit avis... ma foi c'est pas mal du tout. Autre nouveauté, dans les camps ou lors de certaines cinématiques, nous verrons notre personnage en vue à la 3e personne. En un sens, c'est une bonne chose car ça change et bien souvent, la vue FPS était loin d'être idéale pour une mise en scène de qualité. Maintenant sachez que passer en vue à la 3e personne dans les camps fait un peu bizarre (surtout dans la transition des vues) mais ça permet de mieux contempler le look du perso. Et c'est peut-être aussi là le problème car Dani s'équipera avec les gadgets et technologies du coin et pour certaines, c'est loin d'être reluisant. Le plus souvent notre personnage semble sortir des poubelles, tel un gamin qui veut jouer les Avengers et qui pour ça, va mettre sur lui les éléments d'armure qu'il aura sous la main (car rappelons-le, Yara est une communauté pauvre et il y a plus de bidonvilles que de belles villas).



 



Faux look de clochard pour vrai héros...


Il suffit de
Dani pourra s'équiper avec à peu près tout ce qui passe... ce qui donne un look de clodo au personnage
le voir se trémousser avec son gros "supremo" sur le dos, ses silencieux fait avec des gourdes, ses plaques de protections balistiques faites avec de vieux bouts de ferraille, ou encore ses casques et masques à gaz fait avec d'anciens bidon en plastique. Là-bas c'est la débrouille qui fait loi et si en ouvrant son menu ça parait déjà ridicule, dites-vous que c'est encore pire lors de cinématiques qui se veulent en plus très sérieuses ! On se retrouve donc avec "bidonville-man" qui va faire équipe avec "poubelle-man" (car oui, on peut toujours faire le jeu en co-op', ce qui est une bonne chose) pour sauver le monde... je ne veux pas être médisant mais c'est ridicule ! Du coup la vue à la 3e personne fera plus tâche qu'autre chose, du moins jusqu'à ce qu'on trouve du matos... disons plus classe et plus "sérieux".
Le premier contact avec le jeu est une superbe vidéo, très stylée, avec un aspect artistique que n'aurait pas renié James Bond pour son dernier film. Ensuite on tombe sur l'écran titre avec comme surprise une voix atrocement synthétique qui nous enjoint à presser une touche. Que le jeu s'adapte aux personnes qui en ont besoin, pas de problème, je trouve ça formidable que tout le monde puisse avoir accès à un maximum de titres, même en cas d'handicap (même si je doute un peu qu'on puisse correctement jouer à Far Cry 6 avec la manette "Adaptive" de Microsoft par exemple, mais j'espère me tromper). Par contre, je trouve inadmissible qu'Ubisoft nous force à nous connecter à un compte (ou d'en créer un) pour avoir accès au jeu, avec bien entendu l'autorisation de bien vendre nos infos à des sociétés tierces. A contrario les menus sont assez complets et vous pourrez adapter le jeu à votre façon de jouer, notamment en ce qui concerne le HUD, le détourage des ennemis et des objets, la simplification des rares QTEs, la vitesse et la modification de la prise en mains, plus les options d'accessibilité, qui peuvent également servir au tout venant. Après ça, vient le temps de jouer et comme on en a l'habitude, la recette est appliqué à la lettre : le premier chapitre est une sorte de "tuto live" où il faudra s'échapper, ensuite on se retrouvera sur une première île qui servira d'entrainement. Il y a la drogue (car Ubisoft adore le sujet avec les Far Cry, je ne saurai dire pourquoi), le méchant qui va attraper le héros, ce même héros qui passera à 2 doigts de la mort pour au final monter en puissance et devenir le fer-de-lance de la révolution. Comme quoi vous voyez, la formule est encore une fois appliquée avec beaucoup de précision mais c'est clairement sur les détails que ça pêche.



Guérillero un jour, guérillero toujours


En effet,
Si vous voulez un minimum challenge, évitez le mode facile car c'est abusé comme on roule sur l'adversité, notre personnage étant presque invincible
bien que le jeu garde un maximum d'aspects liés à la licence Far Cry comme la roue des armes, le monde ouvert, les camps, les alarmes à désactiver, les dizaines de missions à réaliser, les véhicules à piloter (notamment des chevaux, l'une des nouveautés de cet opus), l'excellente dynamique des combats et des armes, ou encore la possibilité de la jouer bien bourrin ou tout en infiltration (bien que j'ai trouvé que l'IA nous gâche souvent le plaisir), Far Cry 6 se permet également quelques facéties. On commencera par le fait que Dani est un vétéran de l'armée, donc même s'il gagne de l'expérience, qu'il devient plus fort, il n'y aura pas de nouvelles compétences à débloquer et donc, pas d'arbres à faire évoluer à coup de points d'XP chèrement acquis. La montée en expérience se fait désormais en sous-marin, et c'est déjà une grosse frustration, même si au passage on aura le plaisir de jouer avec un personnage qui n'est pas un empoté et qui sait déjà faire un max de trucs.
La tuile c'est que le vétéran semble s'essouffler rapidement (d'ailleurs il ne court pas bien vite) et il n'y a plus aucune fouille. Bien sûr je ne parle pas d'une caisse à ouvrir manuellement, mais bien de ces animaux dont on va récupérer la chair et la peau juste en passant dessus. Idem pour les ennemis, qu'on ne prend plus la peine de fouiller, ou ces munitions qui vont rentrer dans notre besace de façon automatique. Oui je sais, tout ceci est incohérent et stupide mais que voulez-vous, on a laissé le peu de réalisme qui existait encore dans Far Cry 5, pour en faire un jeu à l'accessibilité la plus large possible. Ainsi ce 6e opus canonique se veut assez simple, très accessible et je dirai même qu'il est l'épisode le plus facile de la série ! Les combats sont outrageusement simples au point qu'on ne se met plus à couvert, on encaisse tel un Terminator qui n'aurait pour unique destination que sa cible. C'est à tel point que même les obus d'un tank ne tuent pas au premier coup, c'est fou ce que Dani a la peau dure ! Alors un conseil, si vous voulez un peu de challenge, évitez de jouer en "facile" car même moi, qui pourtant aime les jeux "tranquilou-pépère" niveau difficulté, j'ai trouvé ça abusé.



Armes + balistique + Ubisoft = idées de merde


Remarquez,
La balistique est totalement à côté de la plaque et les armes sont soit trop puissantes, soit vraiment pas assez ! Ubisoft a clairement fait n'importe quoi sur cet épisode...
l'inverse est également vrai : si les tirs à la tête sont toujours payants, il n'est pas rare d'affronter des puits de balles ! Explication : laissant une grande part de son réalisme de côté, Ubisoft s'est dit lors d'un brainstorming sous Viviro, qu'il serait pertinent d'enfin proposer une balistique réaliste. Sauf qu'on le sait bien vous et moi, un jeu vidéo n'a pas vocation à être réaliste, un jeu vidéo doit être fun, divertissant... pas chiant comme la pluie. Mais soit, désormais les ennemis sont parfois équipés d'armures, voire de gilets pare-balles et pour transpercer ça, il faudra équiper son arme de la munition adéquate (avec des balles perforantes par exemple). De même, on voit désormais la courbure que prend un projectile lorsqu'il est tiré à longue distance. Ceci dit tout le problème est là : ce n'est pas réaliste ! Déjà la courbure d'un tir de sniper ne devrait pas dévier à distance moyenne (j'entends par là moins de 200m) et devoir contrebalancer sa visée pour atteindre une tête à une telle distance, est une hérésie. Avec ce même fusil, il est également anormal qu'un tir en pleine tête ne tue pas systématiquement, sous prétexte que l'ennemi porte un casque. Si un tel objet protégeait si bien de ce genre de tir, ça se saurait. Et 3 balles de ce même fusil (un sniper en .308 ou .300 Winchester) pour tuer un simple chien, ils sont sérieux là ? Autre détail, un soldat lance-flammes se permettra de vous mettre le feu en vous tirant dessus avec son pistolet... or, les munitions incendiaires n'existent que dans des gros calibres (pas en arme de poing, ni fusil d'assaut). Bref, Ubisoft fait clairement de la merde avec les armes, la puissance est soit trop élevée, soit vraiment trop faible, au point de se dire qu'un fusil de sniper, qui est pourtant une arme surpuissante, est totalement à côté de la plaque et ça, pas besoin d'être expert en armes pour rapidement s'en apercevoir. Et puis les balles perforantes, les balles à tête creuse, les balles classiques (supposée à tête en plomb)... chaque ennemi réclame sa munition mais il est impossible de changer de types en cours de jeu (et les chargeurs alors, à quoi ça sert ?), pour ça il faudra passer par un atelier. En conclusion, c'est vraiment n'importe quoi, et ce qui était sûrement à l'origine une bonne idée, devient comme souvent, une idée de merde.



Quand on a d'intelligence que le nom...


C'est également
Complétement débile, l'IA vous gâchera vos tentatives d'infiltration. C'est au moins aussi frustrant que les bugs et tous les boulets que se traine le jeu
valable pour les phases d'infiltration, à commencer par cette IA qui est capable de nous voir de façon totalement impossible. J'entends par là que se faire repérer alors qu'on est caché dans un touffu buisson, ce n'est déjà pas normal. D'ailleurs c'est cette détection surréaliste qui vous gâchera l'infiltration des camps, sans compter que les fameux couteaux (objet ultime pour une infiltration fantomatique et silencieuse)... ne tuent plus en un coup. Au mieux ça enlève 50% de la santé ennemie, ce qui le rend aussi utile qu'un couteau à beurre. Et puis cette IA, sérieusement, qui a codé ça ? Après tant de jeux Far Cry à l'intelligence somme toute relative, ici nous sommes en présence de la pire IA de toute la série ! Sans revenir sur ses opposants qui nous détectent sans même regarder dans notre direction (!), les ennemis roulent comme des connards, ne s'arrêtent jamais, même au point d'écraser leurs propres alliés ! Il est clair qu'elle n'a d'intelligence que le nom... Et le pire, c'est lorsqu'on nous impose un PNJ à surveiller, plus bête qu'un hamster et qui ne doit surtout pas mourir sinon on recommence... c'est une souffrance ! Autre détail agaçant : les ennemis disparaissent rapidement du champ de vision (afin d'éviter tout surchargement de la RAM, on peut le comprendre) cependant les armes disparaissent également. En effet, il est impossible de ramasser une arme sur le cadavre d'un ennemi puisqu'une fois mort, l'arme "s'évapore". C'est frustrant, surtout lorsqu'un RPG-7 nous rendrait bien service face à un tank un poil trop collant.
Initialement prévu pour le 18 février 2021, Far Cry 6 a été repoussé au 7 octobre de la même année sous de faux prétexte de pandémie de Covid-19. 8 mois de développement supplémentaire et il est livré dans cet état-là ?! Car personnellement, après le coup de Far Cry 5 qui, comme le bon vin, s'est bonifié au fil du temps (et de diverses patches) nous avons testé le jeu dès sa sortie... et croyez-moi, avec son unique patch day one, c'était une catastrophe ! Par exemple les grenades rebondissaient comme des balles de tennis et en explosant aux pieds des ennemis, elles n'étaient même pas foutu de les tuer ! Chacha et moi on a cru rêver ! Heureusement, entre notre achat et le moment où nous avons écrit cet article, plusieurs correctifs sont venus "terminer" le travail, arrondir les angles, mettre des pansements sur les pires bobos qu'a subi le jeu. Comme quoi, depuis quelques temps, le Covid semble avoir bon dos pour justifier les reports et les développements chaotiques... mais du coup, qu'est-ce qui justifiait à l'époque de la sortie de Far Cry 5 (en 2018), que le jeu fût aussi minable et aussi peu optimisé à son lancement ? Rien, si ce n'est l'incompétence d'un studio qui perd peu à peu en crédibilité.



Argent trop cher


En parlant
Des éditions complètes vendues à des prix exorbitants, un Season Pass très cher, des babioles numériques hors de prix... pas de doute, on est bien chez Ubisoft
de crédibilité, vous n'échapperez sûrement pas à la superbe boutique en ligne où contre de l'argent bien réel, vous pourrez vous acheter des cosmétiques qui ont (un peu) plus de gueule que l'accoutrement de base qu'on nous offre. Est-ce pour nous inciter à l'achat que Dani est fagoté ainsi ? C'est possible, avec Ubisoft on peut s'attendre à tout. Mais le fin du fin reste sans conteste le Season Pass, vendu au prix d'ami de 40€ !! C'est pas cher, c'est pas cher... et c'est ce qui justifie une Gold Edition vendue 100€ et une Ultimate Edition vendue 120€, incluant bien sûr des babioles numériques hors de prix et totalement "useless". A l'image du 5e épisode, les vrais DLCs n'arriveront que plus tard et ils nous proposeront d'incarner Vaas, Pagan Min et Joseph Seed, soit les 3 grands méchants des 3 derniers épisodes canoniques (quand je vous disais que sur cette série on met plus en avant les antagonistes que les héros). Chaque DLC se déroulera dans un monde ouvert qui représente l'esprit de chaque grand ennemi de la saga et comme carotte, on vous offre l'excellentissime Far Cry 3 : Blood Dragon. Le potentiel est là, on verra bien ce que les 3 anciens grands visages peuvent donner.
Quant au Blood Dragon (épisode que j'adore et dont j'attends ardemment une suite), il faut espérer que ce soit une version remasterisée et pas juste la version PS3/Xbox 360, qui était en 720p. J'ai beau adorer ce jeu, il faut reconnaitre que techniquement, il commence à accuser les années (il est sorti en 2013, ça commence à faire). Attendez une seconde, on me dit dans l'oreillette qu'une info de dernière minute vient de tomber à propos des DLCs et de Blood Dragon. Le premier DLC se nommera "Folie" et sera disponible en novembre 2021 (pas loin de la mise en ligne de notre test finalement) il nous permettra d'incarner Vaas, le fou à lier de Far Cry 3. Le second DLC se nommera "Contrôle", il devrait être disponible en janvier 2022 et on y jouera le pragmatique Pagan Min, dictateur emblématique de Far Cry 4. Enfin le 3e DLC prendra le nom de "Chute", sera disponible en mars 2022 et on incarnera Joseph, le grand méchant de Far Cry 5. Quant à Far Cry 3 : Blood Dragon, les détenteurs du Season Pass qui jouent sur PC, recevront le jeu original sorti en 2013, tandis que les joueurs sur consoles et Stadia recevront l’édition "Classique", on suppose un léger remaster de cet épisode satirique mais ô combien excellent, comme ce fut le cas de Far Cry 3 : Classic Edition. Nous verrons ça en temps et en heure, pour le moment on se concentre sur l'aventure principale de Far Cry 6.






A trop vouloir féminiser, on devient féminicide !


Dernier détail
A trop vouloir imposer la gent féminine partout, tout le temps même là où il ne faut pas, voilà le résultat : dans Far Cry 6, 2 ennemis sur 3 sont des femmes et on devient donc rapidement un misogyne féminicide !!!
fâcheux, et non des moindres, la tendance actuelle est à la surféminisation. Je l'ai déjà écrit 100 fois, je suis marié (d'ailleurs ce test a été co-écrit avec ma femme Chacha), j'ai 2 filles, je respecte et aime la gent féminine. Cependant, même si je trouve ça bien que la femme trouve enfin une place égale à l'homme dans ce monde de merde, il est par contre idiot qu'on cherche (trop souvent) à l'imposer au détriment des hommes. Qu'on puisse jouer "une Dani Rojas" (avec en plus ses propres lignes de dialogues) je trouve ça génial, maintenant dans ce jeu, comme dans bien d'autres et notamment le spin-off New Dawn, cette surféminisation en arrive à un stade juste abrutissant puisque 2 ennemis sur 3 sont des femmes !! Vous réalisez ce que ça veut dire ?! Ça veut dire que dans le jeu, on tue plus de femmes que d'hommes ! Ça me dérange autant que ça me choque... Déjà cette tendance est d'une connerie sans nom, ensuite vous voyez où elle nous mène : on devient une véritable machine de guerre misogyne et féminicide !! Et tout à fait entre nous, je n'aime absolument pas ça. Voilà où on en est avec leur connerie de tout féminiser, voilà à quel débordement nous avons désormais droit.
Je sais, il y a eu énormément de critiques depuis le début de ce test et vous vous dites sans doute que ce Far Cry 6 est une daube sans nom... En un sens, c'est pas faux, maintenant sachez que chaque patch corrige un maximum de bugs et d'errances, même si bien sûr ils n'ont pas vocation à corriger en profondeur un gameplay loin d'être parfait. Ce qui est marrant, c'est que beaucoup ont critiqués CD Projekt pour les nombreux correctifs de Cyberpunk 2077, alors qu'ici ce n'est guère mieux ! A l'heure de cet article, le jeu a déjà subi plusieurs patches de plusieurs Giga-Octets, et pourtant on déplore encore une montagne de bugs et de choses à rectifier, comme la balistique. Mais alors, qu'est ce qui sauve ce 6e épisode de la noyade ? Et bien c'est en fait assez facile à deviner : sa formule "farcryienne" ! Oui c'est un étrange mot mais je suis sûr que les joueuses et les joueurs de longue date ont très bien compris le sens du propos.



Le retour du grappin et du radar d'Ajay


Déjà on retrouve
Le retour du grappin et du radar sont une bonne chose. D'ailleurs, contrairement à ce qu'on pourrait croire, Far Cry 6 est un jeu vraiment fun à jouer et dont la durée de vie peut être très longue
le fameux grappin d'Ajay qui, même s'il est parfois totalement cheaté (puisque Dani arrive à le lancer à des dizaines de mètres en l'air... c'est cela oui...), c'est un outil agréable qu'on prend plaisir à revoir et à se servir. Ensuite, ce qu'on aime dans Far Cry, c'est la totale liberté de sa carte. On peut s'y balader durant des heures, tuer 50 ennemis (dont 35 femmes selon les ratios actuels) par minute, broyer le décor, conduire n'importe véhicule, trouver des tas de missions secondaires (notamment en discutant avec les gens) sans parler de l'excellente sensation de puissance de notre personnage (les attaques au corps à corps sont d'une violence jubilatoire) et la très bonne dynamique des armes à feu (notamment les fusils d'assaut, avec les bonnes munitions et en visant directement la tête). Ce vaste open world ne serait rien sans ses pratiques déplacements rapides, et puis les missions sont généralement très sympas à faire. Les missions principales, les champs de Viviro à brûler, les camps à vider, les postes de contrôle à reprendre, les VIP à libérer... il y a clairement de quoi faire et varier les plaisirs.
On peut également souligner le retour du radar (qui était absent du 5), de la conduite automatique ainsi que des véhicules exotiques à piloter tels que les tanks et les hélicos de combats, histoire de faire un max de dégâts ! Vous l'aurez sans doute compris, c'est une fois de plus le fun qui sauve le jeu car oui, malgré ses déboires, ses bugs et ses affligeantes absurdités, Far Cry 6 assure le spectacle et se veut divertissant. Contre toute attente, le contrat initial est rempli. Et c'est vrai que Ubisoft, malgré une pensée parfois erratique et contre-productive, a cherché à faire de son mieux et à rendre son jeu le plus complet possible. Cette complétion passe en premier lieu par les ateliers, où on pourra choisir son arsenal mais aussi et surtout (moyennant des ressources) upgrader ses pétoires (silencieux de fortune ou de qualité, viseur, confection de munitions spéciales...). Le marchandising a toujours une place prépondérante dans l'aventure, puisqu'on récupérera énormément de choses, allant de la viande à la peau, des Yarans (la monnaie locale) en passant par la breloque. Ce qui ne sert pas se revend et ainsi de suite.



Dani the Dog


Autre aspect
Des combats de coqs comme dans un vrai Versus Fighting ? Ma foi, pourquoi pas, entre 2 idioties les bonnes idées ont également leur place (n'en déplaise à la PETA qui a oublié que c'était un jeu vidéo !)
implanté dans cet épisode : on possède une voiture, qu'on peut appeler à tout moment (on nous la livre sur place) et qu'on peut customiser, notamment au niveau du look, du blindage et de l'armement. Pratique pour ne pas parcourir des kilomètres à pieds avec ce personnage qui, contrairement à Ajay et Jason, semble quelque peu asthmatique. On pourra également améliorer son camp (peu utile et dispensable) ainsi que recevoir des armes artisanales dont le fameux "supremo". Le supremo est une arme portée en sac à dos et qui envie grave du lourd ! Un conseil, contentez vous du premier, c'est le plus efficace de tous et pour preuve : façon Boba Fett sous stéroïdes, Dani va littéralement balancer une nuée de missiles ! De quoi exploser tout un bataillon, des véhicules blindés ou même un hélico un peu trop entreprenant. Croyez-moi, si l'objet a vraiment gueule à rien (on dirait un lanceur de feu d'artifices), c'est inversement proportionnel à son efficacité et son utilité. D'ailleurs, nous sommes une fois de plus accompagné d'un "amigo", dont le premier (fort utile) est "El Guapo"... le crocodile ! Oui, la folie des développeurs n'a plus de limite mais en attendant, Guapo le Croco est utile pour dévier l'attention des ennemis ou pour simplement les attaquer.
Il y a d'autres compagnons qui sont à débloquer (comme Chorizo, le mignon petit chien qui déniche des trésors un peu partout) mais à l'image du supremo, c'est clairement le premier le plus efficace. Sur Yara, le coq est un animal très apprécié pour sa combattivité. Du coup, quoi de mieux que de trouver l'un des 19 coqs de combats de l'île, et de lui faire affronter ses adversaires, en vue de gagner du pognon. Et c'est là qu'entre en jeu une idée de génie, celle de contrôler directement l'animal, plutôt que ce soit gérée arbitrairement par l'IA (car nous l'avons vu, elle n'est pas l'un des points forts du titre). Une sorte de mini-jeu, de versus fighting à plumes, bec et griffes, qu'Ubisoft aurait pu nommer le "Mortal KFC" ou "Chicken Fighter II". En plus des combats de coqs, on pourra aussi participer à des courses (un grand classique de la série, mais vue la physique de la conduite, ça ne va pas être simple) ainsi qu'à des séances de pêche.



 

A gauche, El Supremo est l'arme ultime du jeu !
A droite, El Guapo est un précieux allié



Le grand écart du cross-gen...
mieux que Jean-Claude Van Damne !



A l'image
Far Cry 6 est sorti sur pas moins de 10 supports, faisant le grand écart entre consoles old gen, PC et consoles new gen
de Far Cry 4, cet épisode 6 est le jeu cross-gen par excellence, faisant le grand écart entre les vieilles consoles de 2013, et les dernières cartes graphiques hors de prix pour PC. D'ailleurs je reviens une seconde là-dessus : si le jeu a été repoussé de 8 mois, ce n'est pas pour être peaufiné, ne rêvez pas (surtout quand on voit dans l'état qu'il est actuellement et du nombre de patches qu'il va encore recevoir), c'est uniquement pour profiter au mieux de l'engouement des fêtes de fin d'année. Car si bien souvent les 3 derniers mois de l'année sont encombrés par un nombre ahurissant de jeux qui sortent, il est clair que depuis l'avènement des PS5 et Xbox Series la donne a changé. Oui le Covid y est sans doute pour quelque chose mais les consoles de 9e Génération ont désormais un an et visiblement elles ne sont pas encore prêtes à démontrer tout leur potentiel et ce, à cause du fait que l'ancienne génération fait de la résistance. En effet, à cause de la pénurie de composants électroniques, les consoles ne sont pas distribuées à vitesse normale, la demande est plus forte que l'offre, ce qui fait que les ventes sont loin d'avoir atteints leur maturité. La conséquence directe à tout ça (hors les spéculateurs qui se font un fric monstre en vendant des consoles le double du prix) c'est que pour être rentable, un même jeu sortira sur l'ancienne et la nouvelle génération. Pire encore, on assiste à une véritable fuite de toutes les potentielles exclusivités, même au sein de studio first party, puisque certains grands hits de la PS4 finissent par arriver sur PC (God of War, Days Gone, Uncharted, Horizon...), une philosophie presque avant-gardiste pour Microsoft puisque les Xbox et le PC, en plus de partager leurs composants, profitent également des mêmes titres. Malheureusement, lorsqu'on doit faire fonctionner son jeu sur un maximum de supports, il n'est pas rare que les performances soient tirées vers le bas, notamment par les anciennes consoles dont les performances techniques commencent à sérieusement accuser leur âge avancé.



Sur les consoles du pauvre anciennes consoles...


Le jeu est
Les anciennes consoles montrent leurs limites même si, quelque soit le support, le jeu est globalement beau et dépaysant
donc "cross plate-formes" et malgré l'avarice de l'éditeur, ils ont eu le bon gout de le rendre compatible sur tous les supports, Smart Delivery inclus. Ainsi donc la version PS4 est compatible avec la PS4 Pro et la PS5, quand la version Xbox est compatible avec la One, la One X, la Series S et la Serie X. Le record de Far Cry 4 est donc battu, puisque Far Cry 6 est sorti simultanément sur pas moins de 10 supports !! Et oui, dans le lot il faut inclure Luna (le support de Cloud Gaming d'Amazon) et Stadia (le support de Cloud Gaming de Google). Le jeu tient sur un unique Blu-Ray et s'installe à hauteur d'une quarantaine de Giga sur le disque dur (ce qui prend environ 40 minutes sur Xbox Series X). Mais le savez, lorsqu'on possède une console dernier cri, le jeu ne va pas se contenter de patcher et upgrader le contenu... il va tout retélécharger ! Ainsi après avoir rapidement testé la version 1.0 destinée à la Xbox One (autant dire une catastrophe technique), le jeu s'est mis à jour à hauteur de 70 Go ! Vous avez bien lu, tout le contenu initial fut remplacé puisque l'installation finale sur Series X fait désormais cette taille-là. Cette install' inclut le patch "day one", la mise à niveau graphique et bien sûr le jeu de base dans son édition dédiée.
Far Cry 6 fonctionne sous Dunia Engine 2, le moteur introduit par Far Cry 3 en 2012. A l'image du IW Engine des Call of Duty qui est encore plus vieux, vous vous doutez bien que le moteur graphique est updaté à chaque nouvelle itération et cette fois-ci on nous promet l'ajout de Ray Tracing et de résolution variable grâce à la technologie développée par AMD : le FidelityFX (normal, vu que les 7 consoles grand public utilisent des technologies d'AMD). Bien sûr, ce sont les plus vieilles machines qui offrent les performances les moins élevées. Déjà à cause de leur disque dur classique, on n'est pas à l'abri de pop-ups, de clipping et de temps de chargement un peu plus longs (même s'ils restent corrects pour des machines sans SSD). Et niveau résolution, la Xbox One de base nous offre un petit 900p dynamique (même pas stable) quand la PS4 nous fait un classique 1080p. La PS4 Pro monte à 1440p (mais toujours en dynamique) et la One X, ancienne grande reine de la cour, nous propose du 4K dynamique. Toutes les anciennes consoles se cantonnent à du 30 images/seconde, plus ou moins variable.



Pas de Ray Tracing mais du 4K 60 fps


Du côté
Sur PS5 et Xbox Series X nous avons du 4K 60 fps. Pour obtenir en plus du Ray Tracing, il faudra se tourner vers le PC
des nouvelles machines, la Series S offre du 1440p dynamique, quand la PS5 et la Series X profite d'un joli 4K stable. A noter que les 3 consoles Next Gen n'offre pas de Ray Tracing, mais propose à la place un bien plus agréable 60 images/seconde. Il faut dire que le Ray Tracing est à la mode mais au final s'il n'offre pas grand-chose de plus, tout en coutant très cher en ressources systèmes. Et quitte à choisir, je préfère largement du 60 fps même si avouons-le, le plus pertinent aurait été de nous laisser choisir entre qualité graphique et performances du framerate. Ubisoft a tranché pour nous. Dans tous les cas, le SSD de nos consoles récentes permettent d'avoir des temps de chargement extrêmement courts (une poignée de secondes tout au plus), et une minimisation des effets indésirables comme les pop-ups et le clipping. Comme quoi, ce SSD était vraiment la grande et bonne idée de cette gen'. Enfin le PC reste "the king of the hill" avec ses résolutions maximales, son optimisation usant au mieux des processeurs multi-cœurs, ainsi que l'utilisation des dernières cartes graphiques, avec leur grosse VRAM, leurs centaines de processeurs de flux et leur traitement RT. Que voulez-vous, quand un PC coute 2 à 3 fois le prix d'une console, il est normal qu'il en offre plus, pas vrai ? Mais au fond, que vaut cette nouvelle itération de Far Cry ?
Bon, une chose est sûre, la fameuse "grosse claque Next Gen" qui fait qu'il y a un avant et un après, ce sera pour une autre fois. Il faut quand même avouer que malgré des machines 5 fois plus puissantes (la PS5 développant 10 TeraFLOPS quand la PS4 se contentant de 1,8 TeraFLOPS), la différence n'est clairement pas 5 fois plus marquée. Au contraire, au fil du temps tout semble s'uniformiser, tendre vers un horizon commun. Alors bien sûr, la version PS5 / Xbox Series est plus belle, nette et colorée et que celle sur PS4 / One, mais la différence est moins prononcée que lors du passage de la PS1 à la PS2, ou de la PS2 à la PS3. Dans tous les cas, Far Cry 6 reste un joli jeu... du moins dans ses décors. On apprécie le cycle jour/nuit, ainsi que des intempéries et un ciel joliment animé (car rien ne me désespère plus qu'un ciel fait en vulgaire bitmap), la végétation est souvent superbe car on ne va pas se mentir, l'aspect tropical, la verdure, une eau bleu/turquoise... forcément ça vend du rêve et nous rappelle les heures de gloire d'un Far Cry 3 qui est encore dans les mémoires.



De Los Pollos à El Presidente


A contrario,
Si la synchro fait un peu le yoyo, difficile de trouver à redire sur un doublage français qui est globalement de qualité
les personnages sont bien moins travaillés (Dani, Castillo et quelques sommités mises à part). Malgré la Motion Capture, les animations sont loin d'être parfaites et les expressions faciales sont réduites au minimum syndical. Autant dire que les beaux efforts pour nous offrir des cinématiques plus travaillées, tombent un peu à l'eau, même si on apprécie les efforts consentis. Du côté du doublage, la synchro labiale de notre VF nationale fait un peu le yoyo. Lors de certaines cinématiques, elle a tendance à légèrement décrocher, alors que lors des présentations de missions (qui sont un peu bizarres puisque le PNJ nous parle droit dans les yeux sans qu'il y ait de décor derrière), c'est impeccable. Dans l'ensemble la synchro fait le job, ça reste très correct, surtout pour un jeu à l'origine doublé en anglais. On déplore par contre qu'en pleine aventure, notre personnage parle (par exemple au téléphone) sans même ouvrir la bouche ! En 2021, certaines choses sont inadmissibles et espérons que ce genre de petites anicroches soient rectifiées dans un avenir proche.
Pour ce qui est du casting vocal, Internet n'a pas été une grande source d'informations. On sait que la plupart des grosses cinématiques ont été motion-capturées par les acteurs principaux, qui prêtent également leur voix dans la VO. Mais pour ce qui est du doublage français, les infos sont très difficiles à trouver mais une voix vous sautera immédiatement aux oreilles, c'est celle de Thierry Desroses, qui double ici Anton Castillo. Et ça tombe bien puisqu'il est le doubleur attitré de Giancarlo Esposito, mais aussi celui de Lance "Broyles" Reddick ou encore du très bon Laurence Fishburne dont on parlait tout à l'heure. Note Dani masculin est doublé par Bastien Bourlé (qui est surtout connu pour ses doublages d'animés) et puis on retrouve dans le désordre les voix d'Olivier Peissel, Loïc Guingand, Rémi Gutton, Rosa Cadima, Zina Khakhoulia, Nicolas Justamon ou encore Kahina Tagherset. Tous ces noms ne vous disent peut-être pas grand-chose, mais croyez-moi, ils/elles bossent pas mal sur les séries TV, quelques jeux et quelques animés aussi.



El Machete


Dans tous les
Si je n'ai pas spécialement apprécié la bande son, j'avoue quelle colle bien à l'ambiance du jeu. Je regrette par contre que les armes aient clairement perdu en punch...
cas, la prestation est convaincante même si on n'échappe pas aux mercenaires qui débitent des âneries à tour de bras, ou quelques discours dont le ton n'est pas tout à fait approprié. Ça c'est le lot de presque tous les jeux, surtout ceux en monde ouvert, pas de quoi en faire toute une histoire. Quant aux bruitages, la qualité est généralement là mais les armes n'ont plus cet extraordinaire punch d'autrefois. C'est désormais plus timide, feutré et ne rend plus vraiment hommage au carnage qu'on sème parfois sur notre passage. Fusils d'assaut et fusil à pompe sont désormais bien trop timides pour être réalistes et c'est bien dommage car ça enlève une généreuse part de dynamisme et de violence aux combats. A part les armes, il n'y a pas grand-chose à redire sur le reste, une fois encore "ça fait le job". On termine par la bande-son, composée cette fois par Pedro Bromfman, un compositeur brésilien qui a participé à quelques OST de films (dont celui du reboot de RoboCop, ce film de José Padilha sorti en 2014 et que personne n'aime... alors que je le trouve génial !), quelques séries (dont Narcos) ainsi que 2 jeux : Max Payne 3 en 2012 et Need for Speed Heat en 2019. Mouais, le gars a beau avoir l'air sympathique, on ne peut pas dire que ce soit un grand artiste, ni que son pédigrée soit de haute volée. Malgré ça, originaire de Rio de Janeiro, l'homme a donné le ton qu'il fallait à sa bande-son. Ça sent le soleil, la jungle, les mojitos, le tabac frais et pour ça, difficile de dire qu'il ne fut pas inspiré. Après bien sûr, il faut aimer le genre hispano / mexicain / cubain, la salsa, les bandidos, les desperados et les influences sud-américaines. Perso je ne suis pas fan mais je reconnais que la bande-son colle bien à l'univers du jeu. Ceci dit, si la musique en jeu passe plutôt bien, il arrive souvent que les radios (des voitures ou dans les camps) passent littéralement de la merde... Pour moi ce fut à tel point que j'ai coupé le son des radios pour ne plus entendre cette chiasse acoustique, mais j'ai fait un effort sur le reste de la bande-son.



 

Pedro Bromfman, compositeur de la bande-son de Far Cry 6



Cette année, Note
la série Far Cry fête ses 17 ans et ce 6e opus a axé sa campagne publicitaire sur les nombreux changements qu'Ubisoft a apporté à la licence. Et tout le problème est un peu là : tout le monde a critiqué Far Cry 4 comme étant une "skin" de Far Cry 3, alors qu'en réalité, c'était l'apogée de la formule initiée par ce même 3e opus. Avec Far Cry 5, après avoir écouté cette communauté d'éternels insatisfaits, Ubisoft avait déjà procédé à de nombreux changements, et c'est en déséquilibrant la formule, que ça s'est mis à moins bien fonctionner. Avec Far Cry 6, ils ont continués cette "mutation" et bien qu'en revenant à des décors tropicaux, ça fonctionne encore moins !! Alors certes, ce 6e épisode coche toutes les cases du parfait jeu qui contente tout le monde : on a un héros/héroïne qu'on voit enfin de l'extérieur et qui est particulièrement loquace, on respecte la bien-pensance, le mouvement LGBT, même la surféminisation y passe, au point qu'on tuera plus de femmes que d'hommes (est-ce bien normal tout ça ?). On a une surcouche d'accessibilité ce qui (au fond) est une bonne chose, on a le méchant caricatural, l'open-world géant, la possibilité de tout faire, de tout explorer, de tout exploser... mais au fond, s'amuse-t'on vraiment avec ce jeu ? A-t-il une personnalité, une ambiance, un caractère qui va le rendre mémorable... ? Il semblerait que non. Sans parler qu'au milieu de tout ça, le jeu est truffé de bugs et de mécaniques agaçantes. Chacha et moi sommes fans de Far Cry depuis bien longtemps, nous avons achetés les épisodes 3, 4, Blood Dragon, 5 et 6 le jour de leur sortie, afin de soutenir Ubisoft, mais force est de constater qu'ils ne méritent plus notre argent, du moins plus "au prix fort". Les promesses d'un retour aux sources sont donc bien évidemment fausses et tel un candidat présidentiel, le développeur canadien nous a fait rêver, on a cru ses belles paroles, il a endormi notre méfiance et le résultat est là : Far Cry 6 est le plus mauvais épisode qu'on a eu depuis le 2 !! Alors certes, Far Cry 2 n'est pas un mauvais jeu, et Far Cry 6 non plus d'ailleurs. C'est juste qu'il y avait des ajustements à réaliser à la "formule de Far Cry 5" et qu'au lieu de ça, au lieu d'améliorer, ils les ont empiré.

Pour le reste, le constat est un peu identique avec ce développeur qui ne brille plus depuis des années. Pour certains Far Cry 6 ressemble trop à un Far Cry (3), une critique sans doute émise par les mêmes idiots qui achètent chaque nouvel Assassin's Creed. Pourtant, même si l'affirmation n'est pas complètement fausse, pour les fans pure souche, le jeu est justement trop éloigné d'un "vrai" Far Cry, notamment avec sa balistique totalement à côté de la plaque ou encore une formule qui évolue, mais pas dans le sens qu'on aimerait. C'est presque à croire qu'Ubisoft n'écoute que la mauvaise partie de sa communauté. Après je le redis : ce n'est pas un mauvais jeu, les graphismes sont colorés, dépaysants, la mise en scène a pris du galon, l'open world est toujours aussi sympa à explorer, le gameplay se veut riche en possibilités... Non, ce qui ne va pas c'est cette longue liste de détails, de petits défauts qui font passer le jeu de "potentiellement excellent" (s'il était sorti à la place de Far Cry 3 ou 4) à "titre sympa". Vous voyez la nuance ? La teneur du scénario, le look du héro, les bruitages, une infiltration trop souvent gâchée par l'IA, des missions toujours plus floues où ne sait pas trop quoi faire ni où aller, une conduite affreuse, des bugs, des bugs partout et ce, malgré déjà 3 gros patches de plusieurs Giga-Octets. Alors oui, c'est peut-être l'épisode de trop ! Etant donné qu'Ubisoft n'est plus capable de revenir à sa formule miracle, celle qui nous a autrefois fait rêver. Il faut désormais qu'ils fassent (à nouveau) table-rase et partent sur de nouvelles fondations. Mais vu les récents Assassin's Creed et les jeux dérivés de Tom Clancy, je doute qu'ils le fassent. Et c'est dommage car nous, les Far Cry, on adore ! Et si celui-ci a de bons côtés et que mine de rien il est fun à jouer, il est malgré tout loin de répondre à nos attentes. Si jamais un Far Cry 7 sort un jour, on le prendra sûrement d'occasion, comme ça Ubisoft ne verra pas la couleur de notre argent. On le paiera moins cher et entre temps, on aura un jeu patché, plus stable, moins bugué. C'est quand même triste d'en arriver là...



Les -

  • Le sniper est devenue une grosse arme de merde : courbure de trajectoire, 3 tirs pour un simple chien, des headshots pas systématiques... on est où là ? A Disneyland ?
  • J'en suis à la 5e grosses mises à jours (plusieurs Giga-Octets) et le jeu est toujours bugué jusqu'au trognon !!
  • Le Season Pass est vendu 40€... bientôt ils couteront plus chers que le jeu lui-même
  • C'est la première fois que nous avons un héros si peu endurant... c'est frustrant
  • Cette IA catastrophique qui nous gâche l'expérience et les phases d'infiltration
  • Edition Gold et Ultimate hors de prix, pack de DLCs aussi chers qu'inutiles
  • Ce look de pouilleux de notre héros/héroïne, franchement, c'est pas sérieux
  • 2 ennemis sur 3 sont des femmes ! Vous trouvez ça normal ?
  • Le couteau de lancé ne tue plus en 1 coup... sérieux ?
  • Des armes acoustiquement molles, c'est regrettable...
  • Une balistique totalement à côté de la plaque


  • Les +

  • Le Season Pass propose Blood Dragon en bonus, l'un des meilleurs opus de la série
  • Des temps de chargement parfaitement optimisés, quelque soit le support
  • Les DLCs avec Vaas, Pagan Min et Joseph Seed ont du potentiel...
  • Les décors sont vraiment superbes, colorés et dépaysants
  • Une narration un peu plus travaillée que d'habitude
  • L'utilité des "amigos" et la puissance du supremo
  • La dynamique des armes, le punch des combats
  • L'épisode le plus abordable de toute la série
  • Pas mal d'options d'accessibilité
  • Globalement, le jeu est fun
  • Le retour du radar !



  • Test réalisé par Chacha & iiYama

    novembre 2021


    Faites glisser les images ou utilisez les flèches sur les bords