Far Cry 5 (PS4/XBO/PC) -- GRAVITORBOX

 


Cliquez pour agrandir

   


Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : mars 2018
Développeur : Ubisoft Montréal
Editeur : Ubisoft
Genre : FPS

Version testée : Française
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Support : 1 Blu-Ray (PS4/XBO) / en téléchargement sur PSN, XLA et Steam
Version logicielle : 1.03
Espace disque nécessaire : 40GoMo (PS4) / 38Go (XBO) / 40Go (PC)
Espace disque nécessaire (MAJ) : environ 730Mo
Moteur graphique : Dunia Engine (Ubisoft / Crytek)
Moteur physique : Havok
Optimisation PS4 Pro / Xbox One X : oui
Définitions HD max (consoles) : 1080p - 4K (XBO X)
Framerate annoncé (consoles) : 30 fps
Compatible 3D (consoles) : non
Compatible VR : non

Difficulté :
Temps de jeu : + de 60 heures
Compatible Move (PS4) : non
Compatible Kinect (XBO) : non
Remote Play PS4/Vita : oui
Multi-joueurs : 2 joueurs en coop' / 12 joueurs online

Abréviation : FC5
Prix au lancement : 70€ (consoles) / 60€ (PC)
Score des ventes : 2.5 Millions (tous supports - donnée provisoire)


Configuration minimale (PC) :
CPU : Intel Core i5-2400 à 3.1GHz / AMD FX-6300 à 3.5GHz
RAM : 8Go
VIDEO : avec 2Go de VRAM et Shader Model 5.0 (type GeForce GTX 670 / Radeon R9 270)

Configuration de test (PC) :
CPU : Intel Core2Quad Q9650 (Quad-Cores à 3Ghz)
RAM : 8Go (DDR2 - Dual Channel à 800Mhz)
VIDEO : GeForce GTX 1050 Ti (4Go de VRam)
OS : Windows 7 (SP1 - 64bits)
Résolution testée : 1680x1050 (16:10)
Niveau de détails : Haut + FSAA 4x + Anisotrope 16x










Les sites partenaires :












_________________________________


Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)


Far Cry 5









Sans doute
On peut personnaliser son personnage... mais ça ne sert strictement à rien puisque l'entièreté du jeu se déroule en vue subjective
avez-vous suivi le fameux feuilleton Ubisoft / Vivendi / Vincent Bolloré où pendant 2 ans, l'homme autrefois propriétaire majoritaire d'Activision Blizzard (à plus de 60% !) et de SFR, mais toujours possesseur de grosses boites telles qu'Universal (oui oui, le géant du cinéma et de la musique), Dailymotion, Canal+, ses sous-chaines (C8, CStar, Studiocanal...) et j'en passe, a décidé de racheter le géant franco-canadien du jeu vidéo, j'ai nommé Ubisoft. En effet, qu'on aime ou qu'on déteste, Ubisoft c'est 32 studios de développement dispersés dans 30 pays différents et qui compte à l'heure actuelle près de 11.000 salariés. Donc oui, c'est un géant ! Et puis on ne peut le nier, la grosse entreprise créée par les frères Guillemot a développé des licences assez mythiques tels que Assassin's Creed, Prince of Persia, Watch Dogs, Rainbow Six, Rayman, Ghost Recon, Splinter Cell et le cas d'aujourd'hui, tous les Far Cry (hors le premier, nous y reviendrons). Ainsi, on peut dénigrer autant qu'on veut la société, il y a de fortes chances que vous ayez déjà joué et apprécié l'un de leurs jeux. Bref, si ce rachat de parts boursières nous a tous (un peu) fait serrer les fesses, c'est parce que Vivendi / Bolloré a fini par absorber plus de 20% des parts d'Ubisoft, tout en rachetant entièrement Gameloft, la filiale dédiée aux jeux sur mobiles. Et quand on voit ce que Vivendi fait des sociétés quelle rachète, comme SFR qui est en passe de couler ou Canal+ qui n'est plus que l'ombre de lui-même... et on a tous eu peur pour notre patrimoine vidéo-ludique. Car certes Ubisoft est une boite internationale, mais elle a malgré tout ses racines chez nous, en France. Une OPA (comprenez un rachat agressif) fut envisagée mais Vivendi / Bolloré ne l'a jamais intenté et en fin de compte, en mars 2018, le requin de la finance a finalement cessé de vouloir racheter Ubisoft. Bien entendu Bolloré s'est fait une belle marge dans l'histoire mais on retiendra que parfois il faut savoir tenir bon face à l'adversité car le développeur/éditeur franco-canadien n'a jamais lâché prise, les frères Guillemot se sont battus jusqu'au bout et ont malgré tout sortis de grands jeux et succès (ainsi qu'un chiffre d'affaires toujours en hausse, preuve que leurs jeux se vendent et sont de qualité, quoiqu'en disent les détracteurs), et ce, malgré l'épée de Damoclès qui vacillait au dessus de leur tête. Ouf...



Far Cry presque 5


Nous voilà
Ce 5e opus innove à peine et applique la -formule Far Cry- à la lettre : feux, mercenaires, camps, gros flingues, exploration, exécutions, véhicules, furtivité, chasse, open-world... le fan des épisodes précédents se sentira vite en terrain connu
donc en mars 2018, et ça fait maintenant quelques temps déjà qu'on attend fébrilement le 5e épisode de Far Cry. Une licence née en 2004 dans les studios allemands de Crytek, mais comme ce sont les éditeurs qui détiennent les licences, c'est Ubisoft qui a gardé les droits d'exploitation. Voilà pourquoi dès 2005, Ubisoft a développé et sorti les pseudo-suites Far Cry Instincts sur consoles de salon, et on attendra 2008 et la sortie des consoles de 7e génération (PS3 et Xbox 360) pour voir naitre le très sympathique Far Cry 2. Alors que jusque-là on restait loin des performances du premier volet, en 2012, alors que la 5e génération se prépare, Far Cry 3 va remettre toutes pendules à l'heure ! Généreux, original, open-world et d'une beauté ayant peu d'équivalent, ce 3e opus aura durablement marqué les esprits. Sur ces bonnes bases et puisqu'Ubisoft adore tirer sur la corde (voir les Prince of Persia et Assassin's Creed saignés jusqu'à ce qu'une salvatrice pause fut envisagée), la licence a connue d'autres opus tels que l'excellent Far Cry 3 : Blood Dragon (un superbe spin-off qui m'a régalé, bien qu'un peu court), Far Cry 4 (qu'on adore mais qui n'est autre qu'un Far Cry 3.5) et Far Cry Primal, que j'ai personnellement détesté (c'est un point de vue, je préfère les gros flingues que les arcs et les os de dinosaures). Avec Chacha, on ne s'en cache pas, les Far Cry, on kiffe ! On adore le 3, le 4, le Blood Dragon et autant vous le dire, ce fut un achat "day one" pour celui-ci.



Quant les 3 saisons passent...


Avant de commencer
Le Season Pass est un peu cher, ceci dit son contenu est appétissant ! Dommage par contre qu'il faille le Season Pass + un compte Ubisoft + abonnement PSN/XLA pour profiter de Far Cry Arcade...
à dire quoique ce soit sur ce jeu, il faut savoir que le fameux patch "day one" (un mot à la mode vous ne trouvez pas ?) pesait quelques 730Mo et faisait passer le jeu en version 1.03. Car vous le savez sans doute, lorsqu'un jeu passe "Gold" en gros ça signifie que le développement principal est terminé, que les données partent en presse (les disques Blu-Ray vont être fait) mais entre temps, les développeurs continuent de corriger leur jeu. Ainsi dans les 1 à 2 mois qui séparent la version Gold (soit la version 1.0) de celle de sortie officielle (ici la 1.03), les développeurs continuent de chasser les bugs et nous le verrons plus tard, ils n'ont sûrement pas fini de travailler là dessus... Far Cry 5 dispose, comme presque tous les jeux qui proposent un mode multi-joueurs, d'un Season Pass. Vous me connaissez, généralement je ne parle pas de ces choses-là car ça ne m'intéresse absolument pas. Joueur de la vieille école, à mes yeux seul les modes solo sont digne d'intérêt, cependant, hormis les modes multi, le Season Pass nous propose d'accéder à 3 nouvelles campagnes, alternatives et attrayantes. Dans Hours of Darkness vous jouez un vétéran du Vietnam qui nous raconte ses jours de gloire dans un pays déchiré par la guerre. Dans Lost on Mars on doit découvrir les territoires inexplorés de la planète rouge avec pour mission d'empêcher une invasion d'arachnides. Enfin dans Dead Living Zombies, on doit survivre à des missions incluant... vous vous en doutez, des mort-vivants ! J'avoue, ce dernier me donne très envi car personnellement, la "mode zombie" ne m'a jamais lassé (normal, je n'en consomme pas énormément) et j'ai toujours rêvé d'un Far Cry Z, où sur la base de Far Cry 3/4, les ennemis seraient des zombies avec tout ce que ça implique. Une sorte de World War Z (le film) mêlé de Walking Dead, le tout sur l'excellent gameplay des Far Cry récents. En plus de ces 3 mini-campagnes scénarisées (qui évitent au passage d'avoir coupé des pans entiers de l'aventure principales et qui nous offrent, à la façon du Blood Dragon, une très sympathique alternative au mode campagne), Ubisoft nous propose Far Cry Arcade, un éditeur de maps (bien qu'il faille être en ligne pour en profiter, soit avoir un compte payant sur consoles) mais aussi en bonus l'indémodable Far Cry 3, en démat' et dans son état naturel (comprenez par là que le jeu n'est pas remasterisé, il est livré tel quel sur nos supports actuels... bien que pour y avoir joué il n'y a pas longtemps, je peux vous dire qu'il n'a pas beaucoup vieilli :). En conclusion, certes le Season Pass est un peu cher (30€ à l'heure de ce test) mais il propose pas mal de contenu : le Far Cry Arcade (qui rappelle le SnapMap du nouveau DOOM, où vous pourrez créer vos propres cartes), Far Cry 3 (si vous ne le connaissez pas, ça vaut naturellement le coup de s'y mettre puisque c'est par lui que la licence a été remise sur les rails) ainsi que 3 nouveaux modes campagnes, à la fois originaux et alternatifs. A vous de voir... moi j'attends de poncer l'aventure principale pour voir si je me lance dans ce contenu.




Le Montana sans Hannah (et en muet)


L'histoire de
Le Montana offre un terrain de jeu immense et boisé, qui sait varier ses panoramas. Dommage que dans toute cette montagne, il n'y ait pas un peu de neige (ce n'est pas une critique... juste une observation)
Far Cry 5 (oui oui ça y est, on parle du jeu ^^) se déroule à notre époque, à Hope County, un comté fictif du Montana, aux États-Unis. Cette région, étrangement coupée du monde, abrite un culte fanatique appelé Projet d'Eden's Gate, dirigé par le prophète Joseph Seed et prêchant la fin du monde. Le joueur incarne un jeune shérif devant, dans un premier lieu, arrêter Joseph... mais les choses ne se passent pas comme prévue. Suite à un prologue bref et rocambolesque, notre shérif aura vite pour objectif principal de former une résistance permettant de lutter contre la secte de Seed... Premier point à noter, notre héros est muet. Et oui, la vieille mode du héros aphone sévit encore et si elle était déjà limite il y a 10 ans, aujourd'hui c'est juste ridicule !! D'autant plus que Jason Brody ou Ajay Ghale n'était certes pas très bavards, mais ils parlaient ! Ici nous avons le choix de prendre un homme ou une femme et vous me direz, Ubisoft n'a pas voulu faire 2 doublages. Bon d'abord c'est crétin parce que de très gros jeux comme les Mass Effect proposent sur 4 aventures, les 2 doublages alors qu'il y a énormément de textes. Et puis entre nous, ce n'est pour ce que disaient Jason ou Ajay, qui parlaient à peine. Donc ce soudain mutisme ne trouve aucune justification, si ce n'est celui de "ne pas se faire suer avec ça". En attendant, en 2018, c'est parfaitement absurde. Comme évoqué, on peut donc choisir d'incarner un homme ou une femme (ce qui ne change absolument rien au jeu puisqu'il est entièrement en vue FPS et que vous ne verrez jamais votre personnage de l'extérieur... tout juste c'est valable pour le multi) : on peut façonner quelques traits de visage, pilosité, accessoires, vêtements et même si c'est au départ très restreint, plus tard dans l'aventure, des marchands vous vendront (à des prix affolants !) tout un tas de fringues et de babioles afin de personnaliser votre avatar (et je reviens là dessus, en solo ça ne sert strictement à rien).



Les barjots sous a-Seed


Quant à l'histoire,
Joseph Seed et sa clique sont sérieusement allumés du bocal ! D'ailleurs la folie, la mégalomanie et surtout les drogues sont encore une fois au coeur du jeu... à croire que chez Ubisoft on a un vrai problème avec ça...
celle de Far Cry 5 s'inscrit dans la lignée de la série, avec un héros qui commence par s'échapper, puis qui monte en puissance, qui réalise tout un tas de missions hors contexte (comme faire rentrer des vaches dans leur enclos... entre nous, il est censé avoir autre chose à foutre non ?) et qui finit par libérer une région du joug de l'oppresseur. Dans le fond il n'y a rien d'original, pas même le fait que les drogues soient encore une fois l'un des axes de l'écriture... à croire que les scénaristes et les développeurs d'Ubisoft sont des consommateurs réguliers. Par contre, la mise en scène reste de qualité avec des cut-scènes joliment motion-capturées, qui sont également plus nombreuses (bien plus que dans les précédents opus) et pour ne rien gâcher, on a de très bonnes modélisations. Les antagonistes sont appréciables, avec de vrais gueules de méchants ou de paranos. Quant à Joseph, il n'est pas sans rappeler un certain Vaas (c'est en tout cas l'impression qu'il me donne). Donc si le fond n'est guère original (bien que le scénario ne soit pas désagréable en soi, il ne surprend pas c'est tout), la forme elle, s'avère toujours aussi efficace, d'autant que le jeu d'acteur est toujours aussi bon, avec en plus une très sympathique synchro labiale (ça nous change de certains titres où la mise en scène d'animatroniques et la désynchro font un peu tâche). Cet épisode voit également le retour de personnages bien connus (comme Hurk et Willis), de gros clins d'œil aux anciens épisodes (notamment à Blood Dragon et Rex Power Colt, affiches et œufs de dragons de sang inclus), une fin alternative est proposée (comme dans Far Cry 4, un plaisant gimmick) et l'humour est plus que jamais d'actualité. Avec des blagues bien graveleuses, des dialogues chargés (volontairement) d'idioties ou encore des situations burlesques à souhait (comme chasser des taureaux aux bourses bien pleines... si si je déconne pas ^^), autant vous dire que le second degré est de mise et que le jeu vous fera, à minima, sourire une paire de fois. Par contre je regrette que ce soit si vulgaire, notamment dans le doublage. Quand les "cochonneries" sont sous-entendues j'aime bien, mais lorsque les gros-mots volent bas... j'apprécie moins. Certains personnages (tous secondaires) sont d'une vulgarité presque choquante ! Evidemment, à l'âge que j'ai ça me fait plus rire qu'autre chose, maintenant toutes ces "envolées lyriques" sont inutiles (il faut aussi penser au public qui joue à ce titre... c'est vraiment limite parfois) et font passer les habitants du Montana pour des gros gorets, des gens grossiers et sans cervelle. Je ne doute pas que c'est vrai pour une portion de la population locale, ceci dit c'est également valable pour la quasi totalité des pays et ça ne justifie pas pour autant ce langage de charretier (qui en fera sourire plus d'un, c'est certain).



La survie fanatique ?


Maintenant
Il est vraiment dommage que certaines missions disparaissent et que les kidnappings de notre héros soit si contraignants et si peu réalistes
si on gratte un peu la couche de vernis, que penser des thèmes évoqués par le jeu ? Déjà il faut préciser, comme le fait le jeu lorsqu'il se lance, que c'est une << fiction >>, puisque les personnages n'existent pas et que même la région où se déroule l'aventure n'est "qu'inspirer" par le Montana. Alors bien sûr la pochette du jeu rappelle Le Dernier Repas de Jésus (la célèbre peinture murale réalisée par Léonard DeVinci, aussi appelé La Cène), certains peuvent amalgamer secte et christianisme, ainsi qu'une certaine campagne "anti-blanc" comme l'ont écrit certains... mais tout ceci est absurde. Ubisoft a développé un jeu vidéo, par définition c'est une fiction et je ne pense pas que le développeur ait cherché à discriminer qui ou quoi que ce soit. De plus, avez-vous remarqué que les sectes sont généralement catholiques ? Oui je sais, c'est troublant et pourtant, faites le bilan, c'est tout à fait vrai ! Maintenant je ne critique pas le christianisme, loin de là, je dis juste qu'il ne faut pas voir dans ce jeu ce qui n'existe pas, car entre nous, si vous suivez un peu l'actualité du moment, l'Eglise Catholique n'est pas au mieux de sa forme (avec notamment des croix qu'on laisse honteusement se faire retirer de monuments souvent bien plus vieux que les imbéciles qui veulent les faire enlever) et le vrai danger s'oriente plutôt vers des populations plus barbares et moins civilisées, qui cherchent à imposer à l'occident leur courant de pensée et leur religion. Pour moi, les vrais fanatiques sont là... mais là n'est pas le sujet, n'est-ce pas ? Quant au "survivalisme", une mode bien souvent moquée par les bienpensants "mainstream" qui passent leur temps devant la télévision à s'abrutir le cerveau, je trouve qu'elle est ici bien insérée au contexte. Car une fois encore, si vous suivez les infos (pas celles des lessiveuses cérébrales, je parle des "vraies infos"), il est clair que quelque chose se prépare et que notre mode de vie est potentiellement en danger. Ainsi la plupart des gens font semblant de ne rien voir, quand d'autres se préparent au pire et lorsque tout ceci arrivera (en espérant ne jamais voir ce jour arrivé) il y a de fortes chances que ce soit les "survivalistes" qui s'en sortent le mieux. Et ce n'est pas Vol West ou Piero SanGorgio qui me contrediront mais encore une fois, je suis hors sujet pas vrai ? :) Encore que, c'est l'un des thèmes du jeu donc bon...




La Cène de Léonard DeVinci et la scène polémique de Far Cry 5
(cliquez sur l'image pour l'agrandir)



Far Cry Evolution ?


Si chaque
On peut recruter n'importe qui mais aussi faire appel à des "experts" qui sont nettement plus efficaces. Oui dans le lot il y a des animaux... cependant, ce sont surtout les appuis aériens qui sont d'une grande aide
épisode d'Assassin's Creed ne fait que légèrement évoluer le gameplay de base, il est donc naturel de retrouver un Far Cry 5 presque identique aux épisodes 3 et 4. Ainsi on se retrouve avec une double phase d'intro (l'échappatoire puis une petite île servant de tuto) puis nous voilà lâché dans une vaste région entièrement open world, comme le veut la recette. En réalité, cette immense map que l'on peut parcourir à sa guise, est divisée en 3 grosses zones, chacune étant gouvernée par un lieutenant de Joseph. Il faudra donc libérer chaque zone et mettre hors d'état de nuire chaque lieutenant, avant de pouvoir faire face (une nouvelle fois) au grand ponte des lieux. Bon, là non plus, il n'y a rien de bien neuf. Ce qui est nouveau par contre, c'est que notre shérif n'utilise plus de machette pour tuer en silence (il fait ça à la main, comme un étrangleur d'ours), il n'y a plus de tour radio à libérer (la carte se dévoile en l'explorant), les missions s'activent en discutant avec des PNJs ou en passant une simple ligne virtuelle (il n'y a plus de panneau d'affichage), en gros on est vraiment lâché dans la nature, alors que jusqu'ici, le joueur avait plus ou moins une ligne directive. D'ailleurs certaines missions s'activent d'une façon vraiment déroutante puisque leur déclenchement peut se faire de façon aléatoire, ou alors on se fait littéralement kidnapper, alors qu'on se baladait en pleine nature. C'est particulièrement frustrant dans le sens où notre équipement n'est pas toujours optimal au moment où on se fait enlever, alors que dans presque tous les jeux, on peut se "préparer" à l'avènement d'une mission principale. Ceci dit n'est-ce pas là une (petite) leçon des développeurs qui nous démontrent que tout peut arriver, n'importe quand, et que mine de rien, c'est avant tout mentalement qu'il faut toujours être prêt à tous les événements ? C'est cocasse... ou du moins, on peut le voir sous cet angle-là.



Quand Far et Cry s'enfoncent dans la routine


Malgré tout,
On peut piloter des hélicos et des avions... les gyrocoptères de Far Cry 4 en deviennent obsolètes
on retrouve vite ses marques car ce 5e opus reste profondément ancré dans les origines de la série avec des camps à libérer, des missions à accomplir, des otages à sauver, des cailloux à jeter pour attirer l'attention ailleurs, des ennemis à marquer grâce aux jumelles et à exécuter en silence... c'est juste que le processus est légèrement différent, ce qui est un peu déroutant au début mais on s'y fait vite et après 2 épisodes à l'enchainement photocopié, il était peut-être temps d'innover (un peu). Ainsi comme évoqué, on retrouve vite ses habitudes, comme cette jauge de détection à laquelle on fera très attention pour éviter d'être repérer. Mine de rien, la discrétion reste bien souvent la meilleure manière d'opérer. Un peu partout, on retrouve aussi des boutiques, qui (bien plus absurdes encore qu'autrefois) ne se matérialisent plus par des distributeurs, mais souvent par de simples boites type interphones (il y a aussi des vendeurs / stands d'armes bien plus crédibles). Ainsi le développeur a cherché à rendre son jeu le plus fonctionnel possible, mais à quel prix ? Tiens en parlant de prix, autant vous dire que les tarifs pratiqués dans les boutiques sont hallucinants ! En début d'aventure, le moindre objet désiré (armes, munitions, accessoires mais aussi fringues pour notre personnage) est extrêmement cher ! Ainsi il faudra chiner un bon moment avant d'avoir l'argent nécessaire à tout achat, d'autant qu'une fois encore, les armes se débloquent au fil de l'aventure, ce qui est toujours aussi idiot (comme si un armurier ne vous proposez qu'une poignée d'armes, en attendant que votre statut s'élève... hors nous sommes shérif je le rappelle). Les magasins ont malgré tout le bon goût de déverrouiller gratuitement toutes les armes qu'on prend en mains, idem pour les véhicules. Et oui, c'est une sympathique nouveauté, vous pouvez désormais "commander" un véhicule afin d'éviter de marcher des centaines de mètres à pieds. D'ailleurs question véhicules, Far Cry 5 se montre généreux puisqu'après les classiques voitures, camions (parfois armés de mitrailleuses !), quad et bateaux, nous avons désormais des hélicoptères et des avions. Une belle nouveauté... même si elle n'est pas 100% neuve (souvenez-vous des gyrocoptères de Far Cry 4).



I cry because it's too priced


Notre héros
Les dollar$ tiennent toujours une bonne place dans l'aventure mais on trouvera aussi des lingots d'argents... et ainsi entre en jeu les micro-transactions et leurs écoeurantes déboires :(
pillera également des caches survivalistes, qui recèlent bien souvent des lingots d'argent et des points de compétences. Là aussi c'est une petite nouveauté, libérer un camp ne vous donnera aucun point de compétence (absurde vous dites ?), en fait ils sont à gagner au fil du jeu (par exemple en réalisant des défis comme ramasser un certain nombre de peaux) ou à trouver sous forme de magasines à récolter. Après il vous suffira de dépenser les-dit points dans un arbre de compétences, lui aussi, assez exigeant : les meilleures compétences coutent bien souvent plus de 5 points. Ceci dit, même en mode "de base", notre personnage sait déjà faire pas mal de mouvements, et les fonctions les plus essentielles (comme le parachute ou le grappin, qui font leur grand retour) ne coutent qu'un seul point. Quant aux lingots d'argent, plus rares encore que les dollars, ils servent à acheter tout ce qui est disponible en magasin. On déplore par contre que les achats ne puissent pas être réglés en argent et en lingots, car le cumul des 2 fait souvent les bons comptes... mais non, ce qui est encore une fois aberrant. Maintenant attention les yeux, pour les fainéants ou ceux qui n'ont rien compris au sens même d'un jeu vidéo, il existe des micro-transactions afin d'acheter des lingots et ainsi obtenir (via de l'argent bien réel) les meilleurs équipements, sans attendre. Le problème c'est de voir à quel point les tarifs sont abusés : 50€ permettent d'obtenir 7.250 lingots. Avec ça on peut faire un max d'emplettes cependant le processus est pas mal controversé. Après avoir payé son jeu 70€ (sur console) et 30€ dans un Season Pass, mettre 50€ dans des lingots pour se faciliter l'aventure c'est un peu minable. OK, personne n'est forcé d'acheter quoique ce soit, maintenant ceux qui mettent la main au porte-feuilles sous prétexte de manquer de temps (ou les Kevins fils-à-papa impatients) je leur conseillerai de changer de passe-temps...



A mes compagnons de roots


Far Cry 5
L'arbre de compétences est fourni, bien que notre "officier" sans nom et sans voix sache de base faire pas mal de choses
nous propose également de recruter, à la volée, n'importe quel mercenaire : il suffit de lui venir en aide (généralement c'est un ex-otage qu'on vient de libérer) et il peut, en retour, nous prêter main-forte. A noter qu'il y a aussi des "experts", à savoir des compagnons d'armes nettement plus forts et agiles. Bien que cet expert puisse prendre la forme d'un homme ou d'une femme, il y a aussi un chien, un puma ou un ours. Oui je sais, c'est un peu ridicule mais leur aide peut s'avérer précieuse (lorsque l'IA ne pète pas un plomb, j'en reparle plus tard, dans le long lot de bugs du jeu) et n'est pas sans rappeler le tigre qui nous secondait dans nos escapades au Shangri-La (Far Cry 4). Bien sûr on pourra toujours s'adonner à la cueillette afin de concevoir des stimulants pour se renforcer ou pour la chasse (malheureusement rien pour la santé, mais celle-ci remonte vite et les medikits -qui sont hors de prix en magasins- se trouvent assez facilement), récolter des peaux de bête (qui se vendent à bon prix aux marchands)... bien que ces 2 activités annexes aient un rôle très amenuisée en comparaison d'avant. Il faudra par contre détruire les propriétés de la secte, et ça c'est un objectif qui a son importance. En effet, tout droit inspiré de Juste Cause, afin de libérer la région du joug de la secte, il faut bien entendu récupérer certains lieux, réussir certaines missions, mais aussi s'adonner aux basses pulsions en dynamitant certains lieux de culte ou réserves, appartenant aux Seed. Encore une fois l'idée n'est pas neuve, mais elle est bien exploitée. Cependant, matérialisée par une "jauge" qui se remplit au fil de nos actions, c'est celle-ci qui imposera l'attitude générale du jeu, à savoir que plus on s'approche de la libération de la zone, plus il y aura d'ennemis, plus ils seront agressifs et sur le dernier tiers, nous aurons même des avions de patrouille qui nous détectent de façon abusive (et qui bien sûr, ne se privent pas de nous mettre la pression : en somme, ils ont réussi à trouver pire que les aigles du 4e opus, fallait le faire !). Idem pour les ennemis au sol : à l'approche de la délivrance, on est littéralement harcelés ! On n'a plus une seconde à nous (surtout lorsqu'un avion passe son temps à nous détecter), on enchaine les exécutions... au point que les trajets en deviennent épuisants car sans répit (heureusement, lorsqu'on meurt, le jeu revient -un peu- à une norme plus acceptable... dommage qu'il faille en arriver là).



Belle comme une "Dunia" en plein désert


Avant de parler
Difficile de le nier, le jeu est dépaysant et les décors sont vraiment magnifiques !
des problèmes et des divers bugs qui pullulent dans le jeu, nous allons évoquer toute la partie technique. Far Cry 5 fonctionne comme ses congénères, sous Dunia Engine, ce moteur graphique qui a été développé pour Far Cry 2 (datant de 2008 donc !) et qui n'est autre qu'une modification du CryEngine originel, développé par Crytek pour le premier opus de la série. Donc oui, nous sommes face à un moteur graphique qui a aujourd'hui plus de 10 ans ! La bonne nouvelle, c'est que dans l'ensemble, le jeu est très beau. Après les îles Rakyats et la montagne du Kyrat (avez-vous remarqué que les noms Rakyat et Kyrat ne sont qu'une contrepèterie ?), Ubisoft nous propose un Montana vraiment superbe ! Le jeu alterne les pans montagneux, les forêts, les lacs et rivières, les effets de flammes restent tout à fait probants, les effets solaires et les explosions sont superbes, ou encore comment ne pas apprécier la douceur d'une nature sous une lumière lunaire... Bref pour ce qui est des décors, le moteur a beau être dépassé (bien que les développeurs s'efforcent de l'upgrader au fil des développements) il n'y a rien à dire, c'est joli, très dépaysant, relativement varié, ce qui fait que la touche screenshot va, encore une fois, être mise à contribution. Quant aux animations, elles sont plutôt réussies (un peu moins pour les mercenaires qui nous conversent à la volée mais ça on peut le comprendre) et j'en remets une couche sur le fait que les modélisations varient d'une qualité plus que correcte (les mêmes mercenaires), à vraiment excellentes lors des cut-scènes, avec notamment de très belles expressions faciales et des yeux criant de réalisme. Quant au framerate, même si Ubisoft n'a jamais promis ce 60 images/seconde qui fait mouiller tant de guignols du fps (comme si c'était ça qui faisait les "beaux jeux"... c'est idiot, parlez-moi de confort visuel et là je serai d'accord), on peut dire que le moteur graphique s'en sort avec les honneurs. Optimisé depuis longtemps (merci Far Cry 4 et Primal), le framerate est stable, je n'ai pas noté de ralentissements, de tearing excessif ou encore d'aliasing, seul le clipping reste assez visible (surtout dans les vues aériennes) mais comment faire autrement, lorsque le terrain de jeu est aussi grand ?



Country et bannière étoilée


Côté son,
Héros muet (je croyais que c'était passé de mode, non ?), musiques rarement de grande qualité (question de gout)... au final il reste des bruitages d'excellente qualité et un doublage plus que convenable
cet épisode distille comme toujours des bruitages puissants pour les armes, particulièrement réalistes (voire même jouissifs ! c'est fou comme ça fait du bien de "sentir" une arme, contrairement à bien des jeux qui négligent cet aspect du développement), des explosions particulièrement efficaces, et tous les bruitages restent du même acabit, offrant ainsi un environnement sonore de grande qualité. Les doublages sont bons, à part ce héros idiotement muet, les divers PNJs font le boulot (hormis les vulgarités de certains), la palme revenant naturellement aux protagonistes principaux, qui offrent le meilleur rendu (par exemple Joseph a été doublé par Cyrille Monge, la voix de Joël dans The Last of Us). Rien à redire là dessus : ce n'est ni exceptionnel, ni à critiquer. Quant aux musiques, cette fois c'est Dan Romer qui fut aux commandes, et si ce nom ne vous dit rien, c'est normal : primé aux Grammy Awards, l'homme officie surtout pour des documentaires et des court-métrages. Ainsi après les brises vahinés des îles et les senteurs de curry des hauts plateaux du Népal, il est normal de se retrouver avec des airs de Country et du Rock bien huileux, qui caractérisent les "redneks" américains. Autant vous le dire tout de suite, si le fond musical sied parfaitement à l'ambiance gros flingues et gros pick-ups typique de la mentalité des campagnes américaines, difficile ensuite de trouver les compositions vraiment séduisantes. Disons que l'ensemble colle bien au jeu, maintenant ce n'est pas vraiment ma tasse de Whisky 15 years old venu d'une cave locale, bien qu'en y repensant, seul l'épisode Blood Dragon proposait une vraie belle bande-son. Si autrefois c'était assez passe-partout, ici vous allez manger du made in america (avec des bannières étoilées partout) jusqu'à l'overdose (si vous êtes anti-USA, évitez simplement d'y jouer sous peine d'une possible rupture d'anévrisme). Vivement un Far Cry qui se déroule dans le Poitou-Charentes hein (humour quand tu nous tiens ^_^ ).



Vas-y Christian, fais-moi mal !


Pour ce
Malgré les mises à jour et les nombreux jeux basés sur le même moteur graphique, Far Cry 5 souffre d'une jolie collection de bugs... Heureusement Ubisoft planche sur des mises à jour qui améliore l'ensemble
dernier pan de notre test, on ne va pas passer par 50 nuances de railleries mais nous allons évoquer tous les défauts et les bugs du jeu (et sachez que je ne m'appelle pas Christian :). Bien que Far Cry 5 fut patché "day one" en version 1.03, et malgré son état de pseudo-suite calquée sur ses prédécesseurs (facile à développer donc), ça ne nous empêche pas d'assister à une montagne de bugs assez affligeants. On commencera par des missions qui s'activent puis disparaissent littéralement de l'aventure (Oo?), idem pour des personnages, des véhicules, des animaux et même des cadavres qui s'effacent bien souvent sous nos yeux ! Pour les cadavres c'est d'autant plus dommageables qu'on ne peut ainsi plus les fouiller. En parlant de ça, les animations de fouille des corps et de découpes des peaux ont tout bonnement disparues. Dans le 4e opus, une option permettait d'occulter ces animations, mais ici elles sont délibérément passées-à-l'as, ce qu'on peut regretter car personnellement, j'aime avoir le choix. Dans le même état d'esprit, il est toujours pénible qu'une même touche serve à recharger son arme, changer d'arme et fouiller les corps. Résultat, bien des fois on change d'arme sans le vouloir, et dans la panique d'un affrontement loin d'être à notre avantage, on en vient vite à rager... et ce pour le 4e jeu consécutif !! Il est idiot qu'Ubisoft n'ait pas du tout cherché à alterner les touches pour éviter ce genre de confusions. On continue : notre héros aphone est toujours incapable de se coucher à terre (ce qui serait bien pratique dans certaines situations où on doit rester caché à tout prix), les ennemis sont souvent clonés à l'infini (affronter 6 fois le même gars dans la même minute, c'est un peu aberrant) et la plupart des PNJs et des ennemis, répètent sans cesse les mêmes 2~3 phrases qui composent leur dialogue (ce qui peut vite devenir énervant si on joue en douceur et 100% infiltration). Dans la série des frustrations gratuites et incompréhensibles, on se demande pourquoi la mini-map a disparue (elle qui était si utile !), les combats aériens sont affreusement brouillons (garanti que votre combat contre John Seed va vous faire péter un plomb ! -_- ) et l'activation aléatoire de missions principales peut amener à la disparition pure et simple de certaines tâches (elles même catégorisées comme "principales"). La faune des forêts se fait vraiment discrète, trop discrète, à croire que les animaux ont désertés les lieux (et c'est bien dommage car autrefois, la nature grouillait de vie) et comme toujours, nous n'avons aucune option pour régler les volumes audio. Quant aux versions consoles, les temps de chargement sont très longs (ce qui rend quelques passages particulièrement irritants lorsqu'on enchaine les échecs) et les menus sont péniblement lents et tardifs à s'afficher. Bref que du bonheur.



... aller, cravache-moi encore un peu !


Je finirai par l'IA qui,
C'est bête à dire, mais (bien que peu original) pour les fans de la -formule Far Cry- cet épisode est excellent :)
en général, reste pareille à elle-même : plutôt efficace. Cependant, en attendant que le jeu soit à nouveau patché, on peut dire que l'IA pète souvent un câble ! Ainsi les alliés se montrent super agressifs alors qu'on est en infiltration (ce qui gâche toute notre approche), ou alors nous avons des ennemis qui, soit ne nous voient absolument pas alors qu'on se balade à 5 mètres d'eux, près à faire un carnage (!), soit ils nous détectent à 150m "comme par magie", et en plus ils nous tirent dessus avec une précision qu'on n'obtient qu'avec un fusil de sniper (alors qu'eux nous plombent avec les pires pétoires). Enfin, côté scénario et malgré une fin quelque peu audacieuse, on peut critiquer le fait qu'un US Marshal et 2 shérifs (dont une recrue) ne soit pas l'équipe idéale pour arrêter le chef d'une secte qui a la mainmise sur toute une région. Idem, il faut volontairement mettre de côté le fait qu'un shérif réalise des missions FedEx sans intérêt, pour des locaux trop fainéants pour bouger leur cul (sans parler de la crédibilité, parfois limite, de certaines d'entre elles). Bon après tout, il faut bien faire un jeu (et faire du contenu) et si notre héros étoilé ne réalisait que des missions de la plus haute importance, sans doute qu'on se retrouverait avec une durée de vie bien moindre, façon Call of Duty. D'ailleurs vous remarquerez que la fameuse jauge de libération de la zone est une habile façon d'imposer aux joueurs de réaliser toutes sortes de missions : impossible de rusher les missions principales et de finir le jeu en temps record. Bref, Ubisoft n'a pas fini de plancher sur son jeu et divers patches vont sans doute venir corriger certains bugs (surtout d'IA), en attendant, ce 5e épisode nous distille encore et toujours des problèmes inhérent à la série et au moteur graphique (j'ai oublié d'en parler mais si les décors et les modélisations sont une réussite, on ne peut pas en dire autant d'objets taillés à la serpe, peu détaillés et anguleux... en somme graphiquement simplistes et obsolètes). Il serait peut-être temps de penser à refondre la série, de A à Z...



Tout le monde râle, Note
personne n'est jamais satisfait de rien (surtout en France !) et Far Cry 5 a beaucoup été critiqué, à mon avis, à tort. Car après tout, personne n'a forcé les détracteurs à acheter le jeu, si ? Donc je dirai à ces mêmes détracteurs de jouer à d'autres titres et de laisser tranquille ceux qui apprécient ce nouvel opus... De toute façon que faut-il faire, vu que quoiqu'on fasse, on ne peut pas contenter tout le monde : faut-il changer / faire évoluer profondément une formule, comme l'a fait Resident Evil 7 au point que ce n'est même plus un Resident Evil (!), ou conserver ce que les joueurs aiment et continuer sur sa lancée ? Ubisoft a choisi cette voie pour Far Cry et je les félicite pour ça, car on retrouve tout ce qu'on aime dans un Far Cry récent. Alors certes c'est tout sauf original, oui on retrouve le syndrome du Far Cry 3.x (le -presque- même jeu avec une nouvelle skin), en gros les développeurs ont sacrifié la créativité sur l'autel du rendement... Maintenant sachez qu'en tant que fans des épisodes 3, 4 et Blood Dragon, Chacha et moi espérions que la licence évolue... mais qu'un peu. C'est chose faite (même si c'est finalement trop peu) et on a pris notre pied à découvrir une nouvelle histoire, de nouveaux décors et quelques nouveautés... tout en retrouvant ce gameplay open-world (et entièrement jouable en co-op') qu'on affectionne tant. C'est d'autant plus appréciable que l'histoire se laisse vivre (même si bien sûr elle reste très légère et pas vraiment originale, il n'y a qu'à voir à quel point la drogue est -encore une fois- au centre de bien des missions / dialogues), les décors sont souvent magnifiques et variés, la partie sonore (bien que non exempte de critique elle aussi) fait grandement le job (surtout pour des bruitages assez jouissifs) et même si le jeu souffre d'une pléthore de bugs (qui seront certainement corrigés avec le temps, à l'image de ses prédécesseurs), les nouveautés sont pour le moins bienvenues. Alors oui, certains vont se dire qu'on est un public facile... et bien soit, j'accepte la critique cependant je ne porte pas d'œillères, je connais les qualités (que j'apprécie) et défauts (que je fustige) du jeu, et je sais faire la part des choses (lisez le test en entier - je dis ça à celles et ceux qui sont allés directement à la conclusion sans chercher à savoir :) : les problèmes d'IA, la progression calquée sur le même modèle, ce gameplay qui peine à se renouveler, certaines missions franchement brouillons au gout de punition lorsqu'on accumule les échecs et que les temps de chargement s'éternisent, un possible sentiment de déjà-vu (quand on aime on ne compte pas, non ? ^^)... oui la licence a sans doute atteint ses limites. Maintenant, je vous le dis, si vous avez aimé les Far Cry 3 et 4, il y a peu de chances que vous n'appréciez pas celui-ci : certes peu original mais diablement efficace.



Les -

  • Des bugs gros comme des immeubles : IA défaillante, sprites qui disparaissent, détection très aléatoire...
  • Plus de chasse d'animaux pour la confection (pour nous c'est une critique)
  • Les musiques, entre Country et Rock bien gras... mouais :/
  • Héros aphone et sans nom... comme c'est original
  • Les drogues encore une fois au coeur du complot
  • Animation de pillage disparue sans raison
  • Une même touche pour trop de fonctions
  • Le scénario, pas franchement original
  • Ennemis clonés à l'infini
  • Les +

  • Les mercenaires et les Experts (lorsque l'IA fonctionne bien) sont d'une bonne aide
  • La qualité des modélisations, de la motion capture et de la mise en scène générale
  • L'humour est toujours bien présent (même s'il est souvent graveleux :)
  • Arbre de compétences et gros panel d'armes en tout genre
  • Le gameplay, toujours aussi génial, de Far Cry !
  • Décors vraiment superbes, variés et dépaysants
  • Un vrai open-world aux centaines d'activités
  • Les caméos aux anciens épisodes
  • Toujours plus de véhicules
  • Très bonne durée de vie
  • La qualité des bruitages



  • Test réalisé par Chacha & iiYama

    mai 2018