Dishonored (PS4/XBO)

 






Cliquez pour agrandir

 


Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : aout 2015
Développeur : Arkane Studios
Remasterisation : Arkane Studios
Editeur : Bethesda Softworks
Genre : action / infiltration

Version testée : Française
Version logicielle : 1.01
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Support : 1 Blu-Ray
Espace disque nécessaire : 33Go (PS4) / 34Go (XBO)
Espace disque nécessaire (MAJ) : environ 130Mo
Moteur graphique : Unreal Engine 3
Moteur physique : PhysX
Définitions HD max : 1080p
Framerate annoncé : 60 fps
Compatible 3D : non
Compatible VR : non

Difficulté :
Compatible Kinect (X360) : non
Compatible Move (PS3) : non
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 40€
Score des ventes : 4.3 Millions (tous supports)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Dishonored

Definitive Edition



Finalement, à part une poignée de fans, qui connaissait bien le développeur Arkane Studios ? Il faut dire qu’ils n’avaient à leur compte que 2 jeux (Arx Fatalis et Dark Messiah of Might & Magic) et ont participé à 2 titres de renom (Bioshock 2, Call of Duty : World at War) mais de façon subreptice. Annoncé en juillet 2011, Dishonored a tout de suite surpris, envouté, fasciné. Les rares chanceux qui ont eu l’occasion de jouer à des versions previews, en sont toujours sortis les yeux brillants. Ainsi à sa sortie en octobre 2012 sur le matos de 7e génération (PS3, Xbox 360 et PC de l'époque) Dishonored fut rapidement considéré comme le plus grand jeu français de l’année, voire même l’un des grands titre de cette fin d'année-là. Face à ce succès, Arkane Studios a très vite pris du galon et ils ont annoncé en juin 2016 qu'un Dishonored 2 était en développement. Etant donné que les portages/remakes/remasters sont à la mode, c'est presque naturellement qu'on retrouve le premier opus sur les consoles de 8e génération (PS4 et Xbox One), dans des versions enrichies : 1080p/60fps, graphismes réhaussés, corrections des bugs, tous les DLCs inclus, et bien entendu, un prix attractif. Sobrement sous-titré "Definitive Edition" (comme bien d'autres rééditions), lors de mon test le jeu a été mis à jour à hauteur de 130Mo. C'est tellement peu qu'on se croirait sur une MAJ PS3, car vous l'avez sans doute remarqué, depuis la sortie des consoles de 8e génération, les mises à jour pèsent de plus en plus lourds, atteignant parfois plus d'une dizaine de Go ! A noter aussi que l'installation reste modeste (moins de 35Go), en incluant l'intégralité du jeu et de ses DLCs (hors mises à jour, il n'y a donc rien à télécharger). Cette Definitive Edition propose 4 niveaux de difficulté (ce qui ravira tous les publics, du plus casual au plus hardcore gamer) et on retrouve quelques options sympathiques, comme l'inversion des gâchettes sur PS4. Le jeu a à peine été modifié (ceux qui le connaissent bien auront du mal à trouver ce qui a été changé), et on peut en dire autant du remastering graphique. En effet, si la promesse d'un 1080p à 60 images par seconde est effectivement tenue, et qu'il est très agréable, à contrario les différences graphiques entre l'ancienne et la nouvelle version sont à peine quantifiables. Déjà en 2012, Dishonored n'avait techniquement rien d'exceptionnel, et c'est d'autant plus le cas ici. Sur PS4 et Xbox One, on a vu clairement mieux ! Cependant il ne faut pas confondre performances graphiques et design, ce dernier étant toujours aussi exceptionnel !


On remarque tout de même que les textures sont légèrement plus fines, l'aliasing se fait désormais très discret... alors certes il y a un petit plus graphique mais rien de transcendant. Par contre, il est coutume que sur cette génération, les temps de chargement soient très longs et c'est encore une fois le cas. Dans les endroits clos (comme un immeuble ou un appartement), ça reste correct mais dès qu'on retourne dans les rues de Dunwall (la partie "monde ouvert" du jeu), là les loadings deviennent interminables. De plus, ce genre de portages/remasterings sont l'occasion rêvée de corriger certains bugs, comme les roues de cette porte dérobée qui ne tournent... toujours pas ! Si j'étais arrivé à trouver un semblant d'excuse à la première version (manque de temps et/ou de moyen ?), ici c'était l'occasion de peaufiner le jeu. Hors rien n'a été fait. Comme toujours, les développeurs prennent le jeu d'origine, ils affinent les textures, proposent un framerate plus stable et une résolution plus élevée, puis basta ! Ils ne s'emmerdent pas à corriger les plus gros défauts de la version originale, et c'est valable pour pratiquement tous les titres remasterisés. Voilà qui est bien dommage. Si les 3 DLCs sont inclus sur le disque et accessibles de suite, je regrette vraiment que pour un jeu français, les titres soient désormais en anglais. Arkane aurait-il oublié ses origines ? C'est d'autant plus regrettable que ce détail n'existe pas sur les anciennes versions... même si je l'avoue, là je pinaille. Dernier point, la synchro labiale parait légèrement mieux gérée, mais reste encore très perfectible. Après Dishonored reste pareil à lui-même. Ce jeu d'aventure/infiltration est toujours aussi hypnotique, le design est toujours aussi atypique, original, la jouabilité est excellente, le gameplay est riche... bref cette édition ne perd pas en qualité, disons juste qu'on aurait apprécié qu'elle corrige certains angles mal dégrossis. Après il est évident que pour celles et ceux qui ont la version originale, cette édition n'a que peu d'intérêt. Encore que, vous le savez sans doute, mais lorsque les portails en ligne des PS3 et Xbox 360 seront fermés, vous n'aurez sans doute plus accès à ces DLCs chèrement acquis. Ici le contenu est directement sur le disque, donc le problème ne se posera jamais. De plus, pour le simple prix de ces mêmes DLCs sur PSN et XLA, vous pouvez directement acheter cette édition complète. C'est à y réfléchir. Maintenant pour plus de détails sur le jeu original et ses DLCs, je vous laisse ouvrir le spoiler ci-dessous afin de retrouver mon test (et mon vidéo-test) datant de novembre 2012 (testé sur Xbox 360, PS3 et PC).



Les tests complets de Dishonored et ses DLCs :

Cliquez pour ouvrir




Dishonored a Note
toujours été un excellent jeu, sans doute le plus marquant de l'année 2012. Car au milieu des jeux "formatés" et des énièmes suites, le petit développeur lyonnais d'Arkane Studios créa la surprise en nous livrant un titre original, une nouvelle licence (ce qui est rare en fin de cycle d'une génération) forte d'un gameplay huilé et d'un univers accrocheur. Presque 3 ans plus tard et un peu avant la sortie d'un Dishonored 2 très attendu, Arkane a lui-même développé le resmatering de leur plus grand titre et plus grand succès, pour un résultat très propre mais un brin expédié. Les textures ont à peine été lissées, l'aliasing se fait discret, le Full HD et le 60 fps sont au rendez-vous, cependant le développeur à rechigner à corriger certains détails (titres en anglais, temps de chargement parfois très longs, objets en mouvement toujours aussi peu mobiles, synchro labiale oscillante...), ce qui est bien dommage. Quitte à vouloir sortir une version ultime de leur œuvre, pourquoi ne pas la peaufiner ? Par manque de temps ? De moyen ? A mon avis c'est surtout qu'avec ce genre de portages "vite bien fait", les développeurs et les éditeurs (quels qu'ils soient) trouvent le moyen de se faire de l'argent facile, avec un développement éclair et peu onéreux. Cependant Dishonored est resté fidèle à lui-même et si techniquement il est facile d'être un peu déçu, à contrario le design fera toujours son bout d'effet. L'aventure est longue et s'agrémente même de l'intégralité des DLCs, ce qui vous vous en doutez bien, apporte beaucoup en terme de narration, de contenu et de durée de vie. Et je finirai par le prix, 40€, qui est juste (avec en plus l'intégralité du contenu sur le disque) et justifiera cet achat... si bien sûr vous n'avez pas déjà le jeu sur un autre support.



Les -

  • Quelques détails auraient dû être corrigés
  • Choix de dialogues rares et télépathiques
  • Temps de chargement parfois très longs
  • Un resmatering graphique faiblard
  • Un personnage aphone...
  • Les +

  • Un personnage crédible : il mange, dort, saute les obstacles...
  • Map ouverte, plusieurs façons de faire... on est libre !
  • Un design et un univers cohérent, détaillé, fascinant
  • Tout le contenu (dont les 3 DLcs) est sur le disque
  • Replay-value énorme et grosse durée de vie
  • Des modélisations qui ont de la gueule
  • Des pouvoirs vraiment originaux
  • Un gameplay riche et astucieux
  • Une excellente partie sonore
  • 1080p / 60 fps

  • Test réalisé par iiYama

    octobre 2016