Darksiders III (PS4 - XBO - PC - SWITCH) -- TEST sur GRAVITORBOX

 


Cliquez pour agrandir









Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :

 

 


Compatible avec :

 




Aussi disponible sur :




Sorties du jeu : novembre 2018 sur PS4 / XBO / PC - septembre 2021 sur Switch
Développeur : Gunfire Games
Editeur : THQ Nordic
Genre : beat-them-all / aventure

Version testée : française
Doublage : français
Textes à l'écran : français

Version logicielle testée : v.1.0.0.15 (interface) / v.215-465 (jeu)
Moteur graphique : Unreal Engine 4
Difficulté :
Temps de jeu : 15 à 20 heures

Multi-joueurs : non
Abréviation : DS3
Titre alternatif : Darksiders 3
Prix au lancement : 60€ (XBO/PS4/PC) - 40€ (Switch)


Installation Xbox One

Support : 1 Blu-Ray ou en téléchargement sur Xbox Games Store
Installation : 26,5 Go
Performances : impossible de trouver la moindre info à son sujet
Optimisation Xbox One X : 4K native et dynamique (HDR) en 30 fps
Compatible Kinect : non


Installation PlayStation 4

Support : 1 Blu-Ray ou en téléchargement sur PlayStation Store
Installation : 27 Go
Performances : 1080p en 30 fps
Optimisation PS4 Pro : 1440p en 30 fps
Compatible VR : non
Remote Play PSVita : non


Installation Switch

Support : cartouche ou en téléchargement sur Nintendo eShop
Installation : 7,7 Go
Performances : résolution dynamique en 30 fps


Installation PC

Support : en téléchargement sur Windows Games Store, Steam, GOG et Epic Game Store
Installation : 25 Go
Compatible VR : non

Configuration minimale :
CPU : Quad Core 3 Ghz
RAM : 8 Go
VIDEO : avec 2 Go de VRAM (type GeForce GTX 660 / Radeon R7 370)

Configuration de test :
CPU : Intel Core i5 2500
RAM : 8 Go
VIDEO : GeForce GTX 970 (4 Go)
STOCKAGE : Crucial MX500 de 500 Go
OS : Windows 7 (SP1 x64)
Résolution testée : 1920x1080
Niveau de détails :

Vous aimez GRAVITORBOX et vous voulez le soutenir ? Alors vous pouvez nous adresser vos dons via PayPal en cliquant simplement sur le bouton ci-dessous.

Merci d'avance ^__^















Les sites partenaires :















Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)


Darksiders III









La grande histoire
L'histoire du THQ originel commence en 1990 et se termine en 2012/2013 par une faillite. Ensuite les licences seront rachetées par Embracer Group...
de THQ commence en 1990 lorsque cette société américaine dont le nom est l'acronyme de "Toy Head Quarters" commence à fabriquer des jouets. Dès 1993 le groupe commence à absorber des studios de développement (Black Pearl Software sera le premier) et à se mettre à l'édition. Il faut dire que les jouets c'est sympa mais au milieu des années '90, les consoles 16-bits ont explosées et ce n'était encore rien face à ce qui allait arriver avec la génération suivante, celle des PlayStation, Saturn et Nintendo 64. Avec l'appétit d'un ogre, THQ va racheter (et monter) des studios à tour de bras : pas moins de 26 jusqu'en 2010, dont Volition (Descent, Red Faction, Saint Row...), Relic Entertainment (Homeworld, Warhammer 40K : Dawn of War, Company of Heroes), Kaos Studios (Front lines : Fuel of War, Homefront) et le studio qui nous concerne aujourd'hui, Vigil Games, créateur des Darksiders 1 et 2.
Cet éditeur possédait également les droits sur certaines licences reconnues pour leurs qualités (bien que développées par des studios externes) comme Titan Quest, Metro ou S.T.A.L.K.E.R. Malheureusement, THQ a voulu "s'expanser" trop vite et à l'image de la grenouille qui voulait être aussi grosse que le bœuf, à vouloir faire vite on fait rarement bien. Car THQ était rarement associé aux grands et bons jeux, au mieux leur catalogue dénombre quelques titres vraiment sympas, mais aucun ne sort vraiment du lot. A trop vouloir faire comme les grosses sociétés, THQ a privilégié la quantité à la qualité, et le résultat fut sans appel : en décembre 2012 c'est la faillite !
A partir de là c'est l'hémorragie et la loi américaine permet de vendre ses biens lors d'une banqueroute, histoire que les têtes pensantes de la boite ne se retrouvent pas au chômage avec les poches vides (bah oui les pauvres petits... par contre il n'y a évidemment aucun reversement à ces employés qui ont créés les jeux et ont faire vivre durant des années ces incompétents qui ont coulé la boite, normal quoi, le capitalisme dans tout ce qu'il a de plus beau). C'est ainsi que THQ va revendre tout ce qu'il possède, comme les licences Evolve (rachetée par Take-Two Interactive), Homefront (acquis par Crytek), Metro (repris par Koch Media), South Park (vendu à Ubisoft) ou encore Darksiders racheté par THQ Nordic. THQ Nordic, kézako, c'est la même société avec un autre nom ? Genre SNK qui devient Playmore, pour devenir SNK-Playmore et finalement redevenir SNK ?



Don't Embracer my heart...


En fait non,
THQ et THQ Nordic n'ont strictement rien à voir l'un de l'autre. L'historique THQ n'est plus, seules ses licences ont survécues...
créée en 2008, la société s'appelait à l'origine Nordic Games et elle s'est constituée un catalogue de marques en rachetant un certain nombre de licences auprès de studios, notamment en faillite (histoire de les payer le moins cher possible - le capitalisme toujours et encore). Dans un souci de clarté envers les consommateurs, la société autrichienne deviendra Embracer Group et elle sera la maison mère de 8 groupes opérationnels composé de Koch Media/Deep Silver, Coffee Stain, Amplifier Game Invest, Saber Interactive, DECA Games, Gearbox Software, Easybrain et... THQ Nordic, qui de son côté sera l'étiquette d'édition des propriétés de l'ex-THQ qu'ils ont acheté en 2014. C'est pas clair ?
Bon en résumé, THQ Nordic n'est pas l'originel THQ puisque celui-ci était américain et a fait faillite. THQ Nordic c'est un moyen de faire perdurer 2 noms (THQ d'un côté et Nordic Games de l'autre) dans le but d'éditer (avec un nom connu) les licences qu'Embracer Group (l'autrichien) a racheté. En fait, j'aurai dû le formuler comme ça dès le début non ? Bref, la licence Darksiders a été racheté par Nordic Games et parallèlement, le studio Gunfire Games est né de la faillite de l'éditeur THQ en 2012. Quelques développeurs de Vigil Games ont commencé à travailler sur un nouveau jeu pour Crytek mais en raison de problèmes financiers, le projet s’est arrêté. Par la suite, les membres clés des équipes de Vigil Games et Crytek USA ont formé Gunfire Games indépendamment, d'abord avec seulement 7 membres, avant de vite passer à 60 personnes, afin de développer plusieurs jeux VR, mais aussi et surtout le remaster de Darksiders II, joliment nommé Deathinitive Edition.
Darksiders II est sorti en aout 2012 sur PS3 et Xbox 360, et son remaster a vu le jour sur PS4 et Xbox One en octobre 2015 (3 ans plus tard donc). A partir de là, Gunfire Games va plancher sur un Darksiders III commandé par THQ Nordic, et pour faire patienter une foule de fans qui attendait cette suite avec impatience, c'est au tour du premier opus d'être remasterisé sous la très jolie appellation Darksiders : Warmastered Edition, sorti sur PS4 et Xbox One en novembre 2016, alors que le jeu d'origine datait de janvier 2010 (sorti à l'époque sur PS3 et Xbox 360 - ce remaster a donc attendu plus de 6 ans et demi pour voir le jour).



The Four Horsemen... heu non, Horsewomen on est dans un monde inclusif désormais :(


En novembre 2018,
FURY remplace Famine, sans doute par commodité et pour justifier l'introduction d'une femme au milieu des Cavaliers de l'Apocalypse
encore 2 ans après, sort enfin Darksiders III sur Xbox One, PS4 et PC. La petite dernière, la Switch, ne sera livrée qu'en septembre 2021 (en même temps que la Stadia), soit 3 ans plus tard. Ceci dit, cette tardive édition compense son retard par un prix moins élevé (40€) et l'ajouts de 2 DLCs : Keepers of the Void et The Crucible. Pour en revenir à Darksiders III, on espérait tous un retour en force pour la franchise. Car on le sait depuis le début, la licence est partie du principe que nous jouerons les 4 Cavaliers de l'Apocalypse, un par jeu, ainsi après la forte impression que nous ont laissés GUERRE puis MORT, voici que débarque FURY (en français elle devrait s'appeler RAGE ou FUREUR mais que voulez-vous, on ne respecte plus notre langue et parler "english" ça fait soi-disant plus class' -__- ).
Premier problème, les Cavaliers sont mentionnés dans la Bible Catholique, et il n'est nullement fait mention d'une femme, mais bien d'un homme, "d'un cavalier" et non "d'une cavalière". Mais que voulez-vous, en ce moment on fait rentrer la bien-pensance à la presse hydraulique et dès qu'on le peut, on nous colle une femme à la place d'un homme. Je l'ai déjà dit 100 fois, je ne suis pas misogyne, je suis marié et j'ai 2 filles, je suis le premier à respecter les femmes. Maintenant soyons clairs, cette tendance à la surféminisation est vraiment gonflante ! Je ne me plains nullement de jouer une femme dans Horizon ou Tomb Raider, et il ne me viendrait pas à l'idée de réclamer un homme à la place de ces héroïnes-là. Alors pourquoi nous impose-t'on l'inverse ? Pourquoi à tout prix vouloir mettre en avant une héroïne dans un contexte qui ne s'y prête pas ?
Autre point intéressant (et vérifiez sur Wikipédia si ça vous chante) mais FURY / Rage / Fureur n'existe pas ! Il y a bien GUERRE et MORT, cependant les suivants sont Famine et Conquête (qui sont eux aussi des "cavaliers"). Alors certes c'était peut-être un peu plus compliqué à mettre en place, mais là les développeurs sont à côté de la plaque ! A l'image des God of War, on prend la mythologie et des écrits ancestraux, on les piétine, on réinvente l'histoire et FURY remplace Famine. La justification ? Aucune, c'est juste l'occasion de ne pas trop s'emmerder à trouver un super concept pour Famine, en plus de claquer une nana car il y a bien trop de "héros masculins" dans ce monde, c'est bien connu...



L'égoïste cavalière de l'apoca'


Alors que GUERRE
L'histoire est assez intéressante mais FURY est un peu la "bitch" du groupe, et au départ elle pensera surtout à elle... heureusement les événements la feront mûrir
est enchaîné, que MORT a disparu et que STRIFE (Discorde en français, mais qui parle encore cette vieille langue ?) est introuvable, FURY (la cavalière de la rage et de la fureur) est chargée par le Conseil Ardent (l'instance de contrôle de l'Univers) de retrouver et de capturer les 7 Péchés Capitaux, qui empirent une apocalypse déjà catastrophique. Arrivée sur une Terre ravagée, FURY capture très rapidement le premier des Sept Péchés, l'Envie et scelle cette créature dans une amulette magique. Elle découvre rapidement le repaire des Façonneurs, cette race très ancienne protège un petit havre de paix pour ce qui reste de l'humanité.
En échange de la promesse de lui envoyer d'autres humains (grâce à un talisman), le Façonneur Ulthane améliorera son équipement. FURY trouve ensuite la Colère mais échoue à l'arrêter. A l'agonie, elle est arrachée d'extrême justesse à son sort par le mystérieux Seigneur des Abysses, une puissance proche du royaume du néant et qui souhaite à sa grande surprise la mettre à l'épreuve. Il lui explique que sa lutte contre les 7 Péchés la fera changer et lui offre de nouveaux pouvoirs par la même occasion. Renvoyée sur Terre, FURY va réussir à capturer l'Avarice, la Paresse, la Luxure et la Gourmandise et elle finira par se rendre compte de ses propres défauts en les affrontant...
Bon cette fois, avec cette histoire des 7 Péchés Capitaux, les développeurs ne se sont pas fourvoyés. On retrouve bien les noms des protagonistes qui accompagnent (en théorie) les 7 Cercles de l'Enfer, d'ailleurs le caractère (et souvent le physique) de chacun est assez ressemblant. Maintenant une question se pose : pourquoi elle ? J'entends par là que FURY voit son frère enchainé, elle est censée l'aider, faire en sorte que l'Apocalypse s'arrête, faire en sorte que GUERRE soit relaxé et lavé de ses accusations... au lieu de ça, elle va faire le ménage. Sans parler du fait qu'à la fin du premier jeu, on voit très bien les 3 autres Cavaliers arriver sur Terre en même temps, or là il est clair que c'est chacun son tour et que les infos ne tournent pas de l'un(e) à l'autre. Seule la fin de l'aventure sera vraiment intéressante, car on assistera à un joli twist et des événements qu'on n'avait pas forcément vu venir : nous avons 2 choix (2 antagonistes à tuer ou non) ce qui ouvre plusieurs fins possibles. Dans tous les cas, le scénario prend une tournure inattendue à la fin du jeu, ce qui est très agréable et bien mis en scène. La fin du jeu annonce la proche clôture de toute cette histoire, sans doute dans un 4e et ultime opus...



Elle porte bien son nom la vénère


En attendant,
L'impétueuse FURY est toujours vénère... son caractère égoïste et je-m'en-foutiste est même assez énervant
je regrette vraiment que Gunfire Games ne nous propose même pas un petit résumé des 2 précédents épisodes. Je veux bien que les remasters sont sortis sur les mêmes consoles (et PC), en attendant il est toujours bon que les événements soient remis dans leur contexte. D'autant plus que l'intro prend la forme ô combien banale d'un "Graphic Novel" et cette formule si simple à mettre en œuvre (puisqu'il officie dans bien trop de jeux, solution de facilité oblige) aurait largement pu servir à nous faire un petit résumé.
Viennent ensuite des cut-scenes à 2 vitesses dont la différence est vraiment subtile. En effet, d'un côté nous avons des cinématiques créées avec le moteur du jeu et qui sont totalement désynchro au niveau des dialogues. Et en face, nous avons exactement le même type de cinématiques, sauf que cette fois elles sont gérées en temps réel et là étrangement, nous avons une synchro labiale plus que correcte. Etonnant comme procédé d'autant qu'à part ce détail, rien ne différencie l'une de l'autre, seule la synchro vous permettra d'observer cette disparité. Après difficile d'être impressionné par la mise en scène qui se veut très classique, voire même un peu molle : on sent bien que le petit studio de Gunfire Games est loin du talent d'un CDProjekt RED, d'un Kojima Productions ou d'un Naughty Dog. Ceci dit c'est vrai, les effectifs ne sont pas les mêmes non plus et ici il n'y a pas de motion capture. On peut donc comprendre que la mise en scène reste assez banale.
Au niveau du gameplay, je ne vais pas vous mentir, à mes yeux le premier Darksiders reste le meilleur épisode de la série. Oui, je fais parti de ces gens qui surkiffent le premier, quand d'autres préfèrent le second. Question de point de vue, car le 2e épisode reste (malgré ses défauts) un sacré bon jeu. Ceci dit, déjà à l'époque, lorsqu'on jouait MORT, on sentait que de profonds changements furent opérés. Avec un personnage moins lourd, plus fin et agile, le gameplay a muté avec plus de phases de plate-formes et des combats plus aériens. C'était justifié par le physique du personnage et en jouant une femme, les développeurs se sont dit qu'il serait sans doute pertinent de poursuivre sur cette voie... quand en parallèle, celles et ceux qui ont estimés que jouer GUERRE était plus fun, voulaient un retour aux sources. Manque de bol, étant donné que FURY est physiquement plus proche de MORT que de GUERRE, je vous laisse deviner...



C’était pas ma GUERRE mon colonel


Mieux encore,
Le gameplay est assez classique, tout en étant proche de l'épisode 2
les développeurs se sont dit qu'après tant de temps, il serait peut-être judicieux de toujours proposer un beat-them-all / aventure mais avec gameplay légèrement différent. Manque de bol on se retrouve avec une prise en mains exécrable et fort heureusement, une mise à jour à fait en sorte de proposer une option qui permet de revenir au savoir-faire de la série, avec une action plus proche du hack 'n slash. En jouant GUERRE on avait un sentiment de toute puissance, l'impression de jouer un Dieu prompt à tout écraser sur son passage. En jouant avec MORT, cette agréable sensation a disparue, pour laisser place à quelque chose de plus subtil. En jouant FURY on aggrave cette orientation qui fut déjà prise à l'époque.
En plus de ça, notre héroïne du jour n'a de cavalière que le nom puisqu'elle ne montera jamais à cheval (Carnage, son canasson, ne fait qu'une rapide apparition) ce qui va forcément limiter l'exploration. En réalité, ce Darksiders III offre une progression plus proche du premier épisode que du second (qui était presque un open world). En effet, la progression est assez linéaire (même s'il est parfois judicieux de rebrousser chemin afin de dénicher quelques bonus, notamment suite à l'obtention d'un nouveau pouvoir) jusqu'au moment où on nous inflige un donjon.
Alors les donjons sont sympas et plutôt bien agencés, maintenant ils sont loin d'être exceptionnels et les énigmes sont souvent très chiantes. Toujours basées sur l'exploration et un timing serré, le vrai problème c'est que parfois on bloque de très longues minutes devant une énigme, sans jamais n'avoir aucune aide. On essaye des trucs improbables, on s'agace, on s'énerve alors qu'un simple indice éviterait tout cet acharnement. La tuile, c'est que par 2 fois les énigmes m'ont posées problème à cause d'un script qui ne voulait pas se déclencher (heureusement un redémarrage du jeu rectifie le tir). Mais ce n'est pas là le plus grave, je vais y revenir. Comme dans tout Darksiders, l'exploration y a une bonne place et on est toujours récompensé de bien fouiller les lieux. Durant l'aventure, on récupère des "éclats" et avec la croix numérique on choisit puis on active l'éclat en pressant haut. Les éclats sont de plusieurs types mais le plus important est bien entendu celui de la santé.



Le fouet des sadiques


Au fil de son aventure,
Les 4 Abysses sont des transformations qui permettent d'obtenir de nouveaux pouvoirs et de nouvelles armes
notre guerrière obtiendra de nouvelles transformations, appelées les Abysses (4 en tout), ce qui implique de nouveaux pouvoirs (au moins 2 par transformation) et de nouvelles armes (4 en tout). Pour les affrontements, on retrouve les classiques combos : FURY utilise 2 armes (son classique fouet et celle liée à sa transformation) ainsi que toute une panoplie de pouvoirs et transformations comme le Courroux, la Frénésie ou encore la forme du Chaos qui permet de bien démolir l'adversité tellement on devient surpuissant (bien entendu, les formes les plus dévastatrices sont assujetties à des jauges qu'il faut au préalable re-remplir afin de ne pas en abuser). Un Darksiders relativement classique pour qui connait bien l'épisode 2, l'agilité de MORT en moins.
En contre-partie, la bougresse utilise un fouet comme arme principale, ainsi à la manière d'un Simont Belmont (Castlevania), elle pourra s'en servir pour franchir certains précipices. En parallèle, on retrouve aussi Ulthane, le "façonneur" qui est une sorte d'artisan forgeron. En lui amenant des éclats bien spécifiques (adamantine, artéfact angélique ou démoniaque) il pourra upgrader nos armes. Et puis il y a ce bon vieux Vulgrim qui fait son retour, ce marchand démoniaque qui nous vend des éclats (notamment de santé), rachète tout ce qu'on ne veut plus et surtout converti les âmes acquises (qui sont en fait la monnaie d'échange du jeu) contre des points d'expérience (qui nous permettront d'augmenter la santé, la force et la magie). Le marchand permet également d'avoir un checkpoint (point de sauvegarde) et un point de téléportation, qui nous permet d'accéder rapidement à tous les lieux découverts. Bon bin c'est une affaire qui roule alors, non ? Ça m'a l'air huilé, pourquoi ne pas lui mettre une meilleure note ? Hou la la la on se calme jeune gobelin, car je n'ai pas fini...



Tout ceci est furyeusement désappointant


Par où
Caméra 100% manuelle, système de lock à côté de la plaque et esquive imposée sous peine de mort subite, sont les premiers maux du jeu...
commencer... ? Le premier problème du jeu, c'est que la jouabilité est terriblement imprécise (et sur Switch, l'utilisation d'une manette Pro est hautement recommandée car les Joy-Cons vont souffrir et sont peu adaptés à l'exercice). C'est à tel point que parfois pour casser une poubelle ou un simple pot en terre cuite, il faut s'y reprendre à 2 ou 3 fois. En combat c'est évidemment pire, bien que le jeu se soit orienté vers des affrontements plus tactiques que de masse (on affronte rarement plus de 5 ennemis en même temps), il n'est vraiment pas rare de frapper dans le vide, soit parce que le personnage ne tient absolument pas compte des indications qu'on lui donne (en orientant le stick du pad) soit parce que le lock est totalement de travers.
En parlant de ça, la caméra est 100% manuelle. Sachant qu'elle serait critiquée d'une manière ou d'une autre, la caméra n'est jamais gérée de façon automatique, comme ça on ne s'emmerde pas à la programmer et le joueur doit donc la manipuler constamment avec le stick droit... Mais qui a eu une idée aussi débile ?! Car le problème, c'est que nous ne sommes pas dans un FPS là, mais dans un beat-them-all, qu'il faut gérer plusieurs adversaires en même temps, frapper, réaliser des combos, utiliser des éclats à la volée... gérer la caméra en même temps est infernale ! Car si vous frappez droit devant vous pour enchainer sur un ennemi sur la gauche ou vers le bas, comme elle ne se recale pas automatiquement, vous ne verrez absolument rien de ce qui se passe ! C'est vraiment à se demander ce qui a traversé l'esprit des développeurs : en testant leur jeu ne se sont-ils pas aperçus que "ça ne fonctionnait pas" comme formule ?
Alors oui, il y a un système de lock pour verrouiller la caméra sur un ennemi, mais ce qui marche déjà timidement face à un boss, est totalement inutile contre plusieurs ennemis. FURY étant aussi grande gueule qu'elle est faible, elle passera également son temps à esquiver. Fini les combats bien bourrins où on martelait la même touche pour tous les défoncer, avec la demoiselle c'est l'esquive ou la mort. On ajoute à ça que certains ennemis arrivent à se protéger de nos attaques, et vous maudirez ceux qui attaquent à distance (à l'arc par exemple) car ce sont des gros relous. Entre la caméra et l'esquive forcée, nous avons là le premier gros problème du jeu et croyez-moi, il vous mettra déjà bien les nerfs celui-là. Mais il y a pire !



Dark Soule... et c'est vrai qu'il est gonflant !


En effet,
L'autre grand défaut du jeu, c'est qu'en cas de mort, on perd tout ce qu'on a acquis depuis le dernier checkpoint. Une belle idée de mer** !!
pour se donner un petit air de Dark Souls, le studio a induit une petite originalité : toutes les âmes acquises sont perdues en cas de mort. En somme, à chaque fois que vous avez un certain pécule (quelques centaines, ce qui arrive vite) il faut absolument retourner voir Vulgrim, troquer ses âmes contre des points d'XP ou des éclats, sinon, en cas de mort tout est perdu. Le pire, c'est que le jeu ne dispose que de trop rares checkpoints, généralement aux piédestaux de Vulgrim justement, ainsi qu'à une poignée de zones bien définies.
Prenons le cas du premier boss (le péché de l'envie), je suis mort au tout dernier moment. Et bien figurez-vous que je suis retourné tout au début du niveau en ayant perdu tout ce que j'avais acquis ! Encore une fois, qui a eu une idée aussi merdique ?! C'est déjà extrêmement frustrant de repartir si loin en arrière, mais en plus "tout perdre", c'est du masochisme ! Résultat on va s'obliger de "farmer" le jeu, à savoir que dès qu'on a un peu de contenu sur nous, on ne va plus prendre aucun risque car les checkpoints d'avant boss, visiblement ils ne connaissent pas chez Gunfire Games ! C'est quoi l'idée, faire suer tout le monde ? Et bien félicitations les amis, c'est gagné ! Vous faites littéralement chi** tout le monde avec vos idées de mer** !! Si on trouve le 2e pire défaut du jeu, dites-vous qu'il en reste un petit dernier : la difficulté.
Déjà les options sont très limitées, réduites à l'essentiel et on a 5 niveaux de difficulté, allant du mode "histoire" à "jugement dernier" (ça annonce la couleur). Si ce mode "histoire" marche parfaitement sur des jeux comme Uncharted, ici c'est "fail" monumental. Explications : la santé baisse à une vitesse folle, FURY est une grosse bouse sans puissance, les upgrades ne servent visiblement à rien, et les problèmes de caméra et de lock n'arrangent évidemment pas les choses. Et je ne parle du tout début de l'aventure, là j'évoque un perso qui fut upgradé niveau 4 en santé et niveau 9 (!) en force (soit pas moins de 40% de puissance en plus). Et bien malgré ça, certains petits ennemis arrivent quand même à bloquer nos coups, d'autres se permettent de nous frapper en plein combo et au final, on perd ENCORE UNE FOIS face à de la piétaille, alors qu'on n'est même pas arrivé devant le boss. Car bien évidemment, lorsqu'on affronte l'un des Péché Capitaux ou autre colosse démoniaque, c'est la débandade : on se fait littéralement massacrer ! On en vient alors à se demander ce que donne le jeu dans les autres niveaux de difficulté...



Je suis un Cavalier de l'Apocalypse... et pourtant je me fais déchirer par le premier petit squelette qui passe >:(


Je l'admets volontiers,
Aussi sympathique soit-il, la difficulté est si mal dosée que le jeu va vite vous prendre la tête ! C'est vraiment n'importe quoi de gâcher ainsi l'expérience
je suis nul en beat-them-all, je n'ai pas le temps ni l'envie d'améliorer "mon skill" et je teste ce 3e opus parce que j'ai autrefois adoré le premier opus (beaucoup moins le second). Mais là on se dit rapidement que leur mode histoire est totalement foiré. En portant un nom pareil, on s'attend à ce que ce soit facile, accessible, qu'on joue pour le plaisir et (justement) pour l'histoire. Et puis il est clair que les développeurs sont à côté de leurs pompes sur coup-là : on joue un Cavalier de l'Apocalypse, allô, y'a quelqu'un au bout du fil ?! On est censé être le guerrier suprême, tout broyer sur son passage, forcer le respect des démons, être puissant et craint... au lieu de ça, on se fait défoncer par des squelettes et de petits ennemis.
Si encore ce genre de choses arrivaient devant un boss gigantesque et surpuissant, on pourrait comprendre mais là... Bref, étant donné que le jeu n'est plus mis à jour depuis un moment déjà (je sais, j'arrive après la bataille mais j'ai l'avantage de payer mes jeux moins chers et surtout soi-disant "finis"), il est clair que la difficulté est un problème qui n'a pas été réglé et encore, je sais qu'à son lancement c'était bien pire ! Si on voulait se tailler les veines, on jouerait à autre chose et justement avoir 5 niveaux de difficulté est censé contenter tout le monde. C'est ici que Darksiders III trouve son pire défaut, celui qui vous fera arrêter une aventure au demeurant fort sympathique. Bon, la caméra, le gameplay, la difficulté... tout ça est un gros fail (pas catastrophique certes, mais indigne de ses 2 prédécesseurs), on se dit donc que la réalisation technique va tout démonter et mettre tout le monde d'accord.
Tournant sous Unreal Engine 4, le fameux moteur d'Epic qu'on retrouve partout, la première bonne nouvelle c'est que notre Darksiders III n'est pas vraiment gourmand (moins de 27 Go dans sa version Xbox) et ensuite, qu'il tourne parfaitement sur les consoles les plus récentes (PS5 et Xbox Series), car grâce à leur puissance (notamment au niveau du CPU) et leur SSD, le jeu est toujours fluide et les temps de chargement se résument à une poignée de secondes.



Il y avait le cavalier sans tête...
Il y a désormais le cavalier sans cheval !



Par contre
La réalisation est sympa, colorée et le design est proche du second épisode. Ceci dit il n'y a rien d'exceptionnel...
sur l'ancienne génération, il en est tout autre ! En premier lieu je tiens à dire que j'ai eu beau chercher partout, je n'ai pas réussi à obtenir la moindre info sur la version Xbox One classique... personne ne sait rien, c'est désolant. A contrario, je peux vous dire que la version PS4 tourne en 1080p et 30 images/seconde, quand la version PS4 Pro monte jusqu'à 1440p (mais toujours pas de 60 fps). Et c'est encore une fois la Xbox One X qui est la mieux lotie avec un affichage en 4K HDR natif mais dynamique (la résolution peut à l'occasion descendre un peu). Tout ceci est bien gentil, mais Darksiders III était à l'origine gavé de bugs avec en plus, de gros problèmes de framerate.
Si bien sûr les divers patches ont finis par régler ces soucis, derrière on peut se poser une question : pourquoi Darksiders Warmastered Edition est-il dans une résolution plus haute, tout en étant en 60 fps et en étant bien plus beau ? Et bien je dirai que le problème vient du studio, qui est de taille modeste (70 employés à l'heure de ce test) et qui n'a sans doute ni les compétences ni le personnel pour faire mieux (puisque le remaster du premier opus a été développé par Kaiko et non par Gunfire Games). Et pour entériner cet état de fait, il suffit de voir Darksiders II : Deathinitive Edition (développé justement par Gunfire) qui lui aussi a bien du mal à monter en résolution tout en étant figé à 30 fps. On voit clairement d'où vient le problème. Et Darksiders III n'échappe pas aux doigts engourdis de Gunfire Games avec une réalisation d'un autre temps.
Reprenant le design du second opus, qui était déjà 2 crans en dessous de celui du premier, le jeu est assez simpliste. Bien entendu il y a quelques jolis passages (notamment dans les cavernes de lave et certains panoramas), le chara-design n'est pas mauvais, mais on ne peut pas s'empêcher de se dire que nous sommes en présence d'un "jeu PS360+". En clair pour des machines comme la Xbox One et la PS4, Darksiders III est loin des standards, sans compter que pas mal de détails manquent à l'appel comme le fait de frapper une voiture et d'être incapable d'en briser les vitres. Après je l'admets volontiers, ce n'est pas facile de développer un jeu, surtout avec un staff aussi réduit quand en face, certains studios disposent de plusieurs centaines d'employés. Et puis à l'heure actuelle, le jeu est fluide, propre, les bugs sont rares, au fond c'est même assez réussi, c'est juste qu'il suffit de relancer le remaster du premier opus pour comprendre qu'il y a un gouffre sur le design et la réalisation technique de cet épisode. Il est clair que l'excellent travail de design du premier opus manque depuis 2 épisodes déjà, bien qu'au fond, ça passe. Non finalement les vrais problèmes de ce titre ont déjà été cité plus haut.



Nick FURY ?


On termine
Les musiques sont vraiment sympas et accordées aux aventures de FURY. Bien qu'en VF, le doublage est par contre surjoué
comme toujours par la partie audio, avec en premier lieu les musiques, cette fois signées par Cris Velasco, à la place de l'excellentissime Jesper Kyd, sans doute trop cher pour cette modeste production. Alors monsieur Velasco n'est pas un débutant, il a même une liste longue comme le bras de productions allant de Haze à Splinter Cell : Double Agent, de Mass Effect 3 à Soul Calibur V, de God of War III à ZombiU en passant par le premier épisode de Darksiders (Jesper Kyd a signé la bande-son du second opus). On ne va pas tourner autour du pot, les musiques sont très sympas et pour une fois, elles se rapprochent de l'opus original. Avec ses tons médiévaux, ses compositions franches agrémentées parfois de quelques vocalises, difficile de trouver à redire, les thématiques collent au jeu et accompagnent bien l'aventure de FURY.
De leur côté, les bruitages font le job comme on dit. Difficile d'en demander vraiment plus, FURY est loin de cogner aussi fort que GUERRE donc on ne lui tiendra pas rigueur d'une certaine volupté et d'une certaine féminité. Blague à part, avec elle on n'a pas la sensation d'avoir un personnage ô combien puissant entre les mains, et pour un beat-them-all, les bruitages font largement l'affaire. Enfin du côté du doublage, il n'est pas facile (là non plus) d'obtenir des infos. J'ai réussi à pêcher que c'est Laurence Crouzet qui est au doublage VF de notre héroïne du jour. Elle joue Athéna dans la série des God of War (sans oublier les opus PSP), Amanda dans Detroit : Become Human ou encore Mazako dans Ghost of Tsushima. Ceci dit les jeux vidéo ne sont pas sa principale source de travail, elle bosse surtout au doublage de séries TV, dessins-animés et bien sûr long métrages. Quand à Vulgrim, il reprend la voix de Patrice Baudrier (Jacob Taylor dans Mass Effect 2 et 3), avec quelques filtres audio au passage. Et que dire de ce doublage dans sa globalité ?
Ma foi, il est d'une qualité honorable, bien qu'un peu surjoué. Certains vous affirmeront que la VO est 100 fois meilleure et pour une fois, je ne dirai pas le contraire. On sent mieux l'implication de la doubleuse dans toute la hargne qui anime FURY. En français, le ton est plus léger, sans doute parce qu'une fois encore, on a demandé à quelqu'un de faire un doublage sans montrer les images. A noter également qu'après tant d'années de sommeil, certains personnages n'ont plus la même voix, comme GUERRE (bien qu'on ne le voit pas longtemps mais il est clairement loin le héros ultra badass d'autrefois) ou Vulgrim le marchand. Bien sûr je vous dirai toujours que je préfère ça que de lire des sous-titres (à mes yeux y'a rien de tel pour me casser l'immersion) et au fond, notre VF fait (elle aussi) le boulot, ni plus, ni moins.




Le Season Pass se justifie par l'ajout de 2 DLCs : The Crucible est sorti
en février 2019 et Keepers of the Void est sorti en juillet 2019.
Notez que ce contenu est inclus d'office dans la version Switch



Il aura fallu Note


attendre un peu plus de 6 ans pour avoir la suite des aventures des Cavaliers de l'Apocalypse. 6 ans c'est long, beaucoup de jeux sont sortis, les gameplays ont évolués, les réalisations se sont affinées et pour cause, les PS3 et Xbox 360 ont finies par prendre leur méritée retraite pour laisser place à des PS4 et Xbox One plus performantes encore. Et pourtant... Ceux qui disent que Darksiders III est le meilleur épisode de la série, soit ils n'ont pas de gout, soit ils n'ont pas joué au premier opus depuis très longtemps (peut-être même qu'ils n'y ont jamais touché !), car je ne vois pas autrement. Entre la légion de bugs (dont la plupart ont été rectifié depuis, certes), cette difficulté hyper mal équilibrée (on est censé être un Cavalier de l'Apocalypse bon sang, pas un trouffion qui se fait balayer par le premier ennemi venu !) et cette caméra véritablement désastreuse... excusez du peu mais ce 3e épisode est très loin d'égaler le second opus, et plus encore le premier ! Il est clair que la série décline à chaque nouvel épisode et c'est bien dommage. Ajoutons que ce sont sans doute les mêmes gens qui disent que Darksiders III est un RPG, et ils me font bien rires car si c'est pour quelques notions rôlistes (comme l'expérience, les points de compétences et les upgrades) alors la moitié des jeux actuels sont des jeux de rôle ! Allons, soyons sérieux, ces petites touches de RPG agrémentent aujourd'hui la plupart des jeux d'aventure et c'est bien ça qu'est notre titre du jour.

Alors c'est vrai, au fond Darksiders III n'est pas mauvais un jeu. On retrouve (un peu) l'ambiance et les fondements de la série, la bande-son est très sympa et c'est toujours aussi agréable d'avoir une VF, là où les développeurs auraient pu se laisser aller à la facilité. Malgré tout j'ai essayé d'être le plus objectif possible, d'être également le plus patient possible, mais à moment donné on finit par baisser les bras. Lorsque jouer devient une purge, qu'on n'y prend plus de plaisir, qu'on passe son temps à souffler et à se dire "bon sang, ce jeu me gave !" c'est bien qu'il y a un problème quelque part. Un problème avec le gameplay, un problème avec la difficulté, un problème de scénario, un problème avec cette foutue caméra et puis aussi un problème technique. La direction artistique s'inspire du second opus alors c'est celle du premier épisode avait fait mouche à l'époque, ce 3e Darksiders s'enrobant en prime d'une réalisation pas vraiment digne de nos supports, en plus de se limiter au 30 fps (sur consoles). Oui après tant d'attente, on peut dire que c'est une déception. On relativisera en se disant qu'on reste sur une production AA qui malgré tout tient la route et plaira aux plus patient(e)s, en attendant je me demande bien comment la série va se terminer. Mais avant ça, je vais me refaire le premier épisode, le seul opus qui aura véritablement fait l'unanimité...



Les -

  • Des énigmes parfois tordues et sans aucun indice, résultat on bloque durant un long moment, surtout lorsqu'on subit un bug de script
  • La caméra est systématiquement mal placée, elle est honteusement manuelle ce qui rend la prise en mains inutilement compliquée
  • Une difficulté très mal équilibrée. Déjà dur en temps normal, certains boss vous feront littéralement arrêter le jeu !
  • Le scénario n'a aucun intérêt dans le Lore des Darksiders et la mise en scène reste très classique
  • Des temps de chargement affreusement longs sur les consoles d'ancienne génération et sur Switch
  • Pas spécialement beau et pourtant techniquement limité
  • La surféminisation devient gonflante à la longue
  • Le doublage en VF, surjoué et pas bien folichon
  • Un cavalier sans cheval, ridicule ou pas ?


  • Les +

  • Le gameplay est loin d'être mauvais et le concept des transformations (les 4 Abysses) apporte un plus
  • La bande-son est sympa, elle colle à l'ambiance du jeu et les compositions sont de qualité
  • Version Xbox One X largement au dessus des autres versions consoles
  • Plusieurs fins possibles et un épilogue vraiment intéressant
  • Retrouver Darksiders pour un temps, ça fait du bien !
  • Certains panoramas sortent un peu du lot


  • Test réalisé par iiYama

    juillet 2022


    Faites glisser les images ou utilisez les flèches sur les bords