Batman Return to Arkham / Collection (PS4/PS3/XBO/X360/PC) -- GRAVITORBOX

 


Cliquez pour agrandir


Return to Arkham sur PlayStation 4



Return to Arkham sur Xbox One



Arkham Collection sur PlayStation 4



Arkham Collection sur Xbox One



Note générale


Testé sur :


Sortie de Return to Arkham : novembre 2016
Sortie de Arkham Collection (démat') : novembre 2018
Sortie de Arkham Collection (boite) : septembre 2019
Développeur : Rocksteady Studios
Remaster : Virtuos
Editeur : Warner Bros. Interactive Entertainment
Genre : action / aventure

Version testée : Française
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Support : 2 Blu-Rays et/ou en téléchargement sur PSN et XLA
Version logicielle : 1.02
Moteur graphique : Unreal Engine 3 (Knight) et 4 (remasters Asylum et City)
Moteur physique : PhysX (nVidia)
Performances PS4 / XBO : 1080p en 30fps
Optimisation PS4 Pro / Xbox One X : oui

Arkham Asylum
Espace disque nécessaire : 19.4Go
Espace disque nécessaire (MAJ) : 4Go
Arkham City
Espace disque nécessaire : 30Go
Espace disque nécessaire (MAJ) : 8.3Go
Arkham Collection (install complète)
Espace disque nécessaire : 114Go (PS4) - 134Go (XBO)

Difficulté :
Temps de jeu : 45 heures à 60 heures
Compatible PS Move (PS4) : non
Compatible Kinect (XBO) : non
Remote Play PS4/Vita : oui
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 50€


Batman Arkham Asylum est aussi disponible sur :



Batman Arkham City est aussi disponible sur :



Batman Arkham Knight est aussi disponible sur :








Les sites partenaires :












_________________________________


Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Batman

Return to Arkham
Arkham Collection



Batman : Return to Arkham
Les Batman Arkham Asylum et City profitent d'un Blu-Ray chacun
est la compilation de Batman : Arkham Asylum (originellement sorti en aout 2009) et Batman : Arkham City (à l'origine sorti en octobre 2011), le tout sur PS4 et Xbox One, ces 2 jeux étant de la génération précédente et les remasters ayant le vent en poupe. A l'origine, on pouvait comprendre que Batman : Arkham Knight ne soit pas inclus puisque ce dernier est sorti sur ces consoles-là en juin 2015, soit quelques 15 mois auparavant. Il est par contre plus anormal de constater l'absence du Batman : Arkham Origins, vilain petit canard de la saga développé par Warner Bros Games et outrageusement non doublé en français (une ineptie quand on voit à quel point la VF est de qualité sur la trilogie Arkham), mais cet épisode un peu à part et non sans intérêt, ne fait pas partie de la trilogie Batman selon Rocksteady. Un développeur qui, auparavant, ne s'était fait connaitre qu'avec le très sympathique Urban Chaos : Riot Response (sur PS2 et Xbox). Cependant, face au manque de l'épisode Knight (qui clôture la trilogie), une nouvelle compilation a vu le jour : Batman Arkham Collection. Toujours vendu au prix de 50€, elle fut d'abord disponible en numérique à partir de novembre 2018, mais s'est offert une édition physique en septembre 2019. Cette "version plus" propose un bel habillage sous forme de steelbook et contient la duologie Return to Arkham (Asylum et City donc) plus l'épisode Knight, ainsi que l'ensemble des DLCs de ce dernier. Toujours pas de remaster de l'épisode Origins, décidément boudé par Warner eux même ou par Rocksteady qui estime que sa trilogie se suffit à elle-même. Ainsi en ayant Return to Arkham et Arkham Knight, vous aurez la trilogie complète selon le prisme du développeur londonien. Dans ce test, je ne reviendrai pas sur les (nombreuses) qualités de ces 2 titres, ni sur leurs (rares) défauts, nous parlerons principalement de ce portage / rematers de 2 titres ô combien cultes et qui, je vous l'annonce de suite, ont très bien vieillis. Quand au cas du Arkham Knight, étant donné qu'il est sorti sur ces mêmes consoles, vous vous doutez bien qu'il est livré tel quel (avec ses mises à jour et l'ensemble de ses DLCs tout de même).



Les joies d'une Bat-compil'


La première chose
Dans la version Collection, l'épisode Arkham Knight n'est disponible qu'en dématérialisé (pas de disque)
à savoir, c'est que l'adaptation des épisodes Asylum et City a été confié à Virtuos, un développeur basé à Singapour mais qui a aussi des bureaux Shanghaï, Paris, Dublin, San Francisco ou encore Tokyo. Si pour beaucoup Virtuos est gros inconnu au bataillon, il faut savoir qu'en réalité ce studio de l'ombre a énormément travaillé, surtout sur l'actuelle génération, en participant de près ou de loin à des titres de prestige tels que Uncharted 4, Horizon : Zero Dawn, Shadow of the Tomb Raider, Watch Dogs 2, Battlefield V ou encore Spyro: Reignited Trilogy (une liste très loin d'être exhaustive). Excusez du peu, même s'il reste un studio de soutien, le CV a quand même une sacrée belle gueule. Pour ce portage PS4 / One de la duologie des Batman Arkham, Virtuos a bossé seul et visiblement, ils ont eu quelques déboires... nous y reviendrons. Avant toute chose, sachez que la boite du jeu contient 2 disques Blu-Rays. Après installation, il s'avère que les 2 jeux auraient très bien pu tenir sur un seul disque, mais ainsi le package a nettement plus de classe. Malheureusement, sachez aussi que pour Batman Arkham Knight, il faudra se contenter d'un code de téléchargement : la boite du Arkham Collection contient donc les 2 disques de la version Return to Arkham, avec juste un petit flyer supplémentaire. Carton rouge ! Bel effort de la part de l'éditeur qui se moque encore de sa fan-base, même si le prix initial de 50€ reste inchangé (bien que 2 ans séparent les 2 compilations). Résultat, je ne saurai que trop vous conseiller d'acheter la compilation Return to Arkham, puis d'acheter l'épisode Knight, dans une version GOTY par exemple, histoire de profiter de l'ensemble de l'œuvre... au format boite.



Batman Arkham, mon amour


Si l'épisode
Les Batman Arkham sont des jeux mythiques que tout gamer se doit de connaitre (à moins d'être 100% allergique aux chauve-souris :)
Asylum s'installe comme n'importe quel autre jeu, à contrario l'épisode City s'installera en 2 fois : tout d'abord via l'interface machine (une installation relativement rapide) puis une fois que le jeu est lancé. Une seconde installation de 7 à 8 minutes copiera les données nécessaires pour pouvoir lancer une partie, auquel cas la fin de l'installation se fera en tâche de fond mais les DLCs, les stats et les défis seront temporairement bloqués. Le mieux c'est encore d'attendre que l'ensemble des données soient copiées sur le disque dur, ce qui prendra 12 à 15 minutes de plus et fera en sorte que votre console se transforme en sèche-cheveux ! Etrange, d'autant que ce ne sont pas les quelques écrans animés qui doivent faire chauffer la machine (c'est d'autant plus vrai sur PS4). Les installations d'origine (hors patches) s'élèvent à hauteur de 20Go pour le Asylum, et 30Go pour le City. Viennent ensuite les correctifs : 4Go pour la version 1.02 du Asylum et 8,3Go pour télécharger la version 1.02 du City. 2 grosses mises à jour (et oui, seulement 2) qui viennent corriger bon nombre de problèmes. Vous pourrez le lire partout sur le Net, ces 2 remasters souffraient d'éclairages mal gérés, de soucis de son (problèmes de volumes) et surtout d'un framerate toussif, alors même que le portage n'était qu'en 30 images/seconde, là où les meilleurs remasters proposent systématiquement du 60 fps. Alors je sais, comme toujours j'arrive après la guerre (mais moi je paye mes jeux et j'ai une vie aussi, testeur n'est pas mon métier à temps plein ^_^ ) et donc je profite des versions patchées, corrigées, de ces 2 jeux. Est-ce un mal ? J'en doute car finalement, à quoi bon descendre en flammes, critiquer un jeu à sa sortie (en version 1.0 ou même avec uniquement son désormais inévitable "patch day one"), alors que tous les titres actuels subissent des mises à jour ? Ne serait-ce pas là une preuve flagrante de mauvaise foi ? D'autant plus que même les plus grands titres, les plus adulés de la génération, ont eux aussi subis un nombre parfois effarant de mises à jour et ce, sans que personne n'ait rien à redire.



Un framerate pas aussi rapide qu'une batarang


Après je l'admets,
Chaque jeu profite de l'ensemble de son contenu : costumes, défis et DLCs scénarisés sont inclus...
ces soucis techniques (surtout de framerate) avaient de quoi irriter et on peut même légitimement se demander ce qu'ils foutaient là, quand les versions PC - PS3 - Xbox 360 tournent à la perfection. Pour répondre (en partie) à la question, j'ai un élément de réponse : le moteur graphique. Il faut le savoir (avant de critiquer à tort et à travers) mais les 3 épisodes de Batman Arkham fonctionnent sous Unreal Engine 3 et ce remaster fonctionne sous... Unreal Engine 4 ! Et je crois bien que la source du problème est là : nouveau moteur graphique (nettement plus performant ceci dit), modifications des éclairages, affinement des textures, shaders retravaillés... tout ça a dû imposer une sacrée masse de travail aux développeurs, sans parler du fait que Warner a sans doute pousser au cul pour sortir le jeu dans une fenêtre idéale, imposant ainsi aux développeurs de ne pas peaufiner leur code (la triste réalité du jeu vidéo actuel). Oui je sais, j'ai l'air comme ça de leur chercher des excuses mais au final, sous prétexte d'être le consommateur final (notez bien la première syllabe), ayant des exigences et se sentant trahi au moindre bug ou changement, on oublie que derrière chaque jeu se cache des femmes et des hommes qui ont travaillés des milliers d'heures, juste pour notre bon plaisir (et une paye à la fin du mois, ça va de soi ^^). Bref, tout ça pour dire que bien des jeux se sont révélés décevants à leur sortie, sous une forme ou sous une autre, mais n'ont cessé d'être améliorés, bichonnés par leurs créateurs, afin d'être le meilleur possible et j'en veux pour preuve No Man's Sky, qui à l'origine était une purge sans nom, et qui aujourd'hui est acclamé par les joueurs, et ce grâce au support indéfectible de son développeur.



Tout n'est pas Bad pour le Bat


Si le design
La remasterisation des 2 premiers opus est superbe. Même s'ils avaient bien vieillis, ça leur remet un bienvenu petit coup de jeune
(en autre à cause du changement des éclairages) s'est vu quelque peu modifié, sachez qu'au final les Batman Arkham restent de très beaux jeux et ce, avec un design fort. Alors bien sûr, certains décrient à tue-tête qu'à cause de ces nouveaux éclairages et d'un contraste bien plus élevé, l'ambiance a été modifiée, altérée... Pour être franc, après avoir (re)finis les jeux, je peux vous dire que l'ambiance ne pâtit pas vraiment de ces changements. Les jeux sont moins sombres, certes un peu moins glauques, mais en attendant ils sont aussi nettement plus lisibles. Indépendamment, sur Arkham Asylum nous avons toujours de gros défauts de volumes entre les voix "in game" et les cinématiques, qui lors de ces dernières, sont à peine audibles. On joue alors avec le réglage du son, ce qui est assez pénible admettons-le, mais on reste malgré tout assez loin d'un fait rédhibitoire. Je me souviens encore très clairement de Max Payne (normal, je viens d'y rejouer ^^) où là c'était vraiment n'importe quoi. Heureusement pour nous, cette absence de "normalisation" des volumes n'atteint pas ce degré de je-m'en-foutisme. Malgré le changement de moteur graphique (avec ce que sa comporte de problèmes de portage) la synchro labiale fait le yoyo : tantôt elle est bonne (lors des cut-scenes, en plein jeu, et sur les personnages principaux comme Batman par exemple), tantôt c'est du grand n'importe quoi, notamment lors des cinématiques pré-calculées ou des vidéos. La caméra est trop sensible sur le stick droit, et malheureusement, la sensibilité n'est pas réglable dans les options. Enfin, on observe toujours des petits soucis de caméra automatique, surtout lors des affrontements. A côté de ça, Arkham Asylum reste ce qu'il a toujours été : un jeu indéniablement bon ! Son level design a été créé avec beaucoup d'ingéniosité, faisant de l'asile d'Arkham un immense donjon de Zelda. La durée de vie est bonne, et peut être drastiquement rallongée par la présence de défis et d'une pléthore de collectibles qu'il ne sera pas facile de compléter à 100%. Terminons par le fait que suite à ses 2 mises à jour, le jeu n'est pas parfait mais bien plus stable qu'à sa sortie et les chargements sont agréablement courts : moins de 10 secondes (ça fait plaisir).



   

   

Comparatif : avec le changement de moteur graphique, les textures sont devenues plus détaillées,
les éclairages et le contraste ont été modifiés (cliquez pour agrandir)



Les remasters du Chevalier Noir


Un mot à présent
Quelque soit la compilation, l'épisode Origins est systématiquement boudé...
sur l'épisode City, dont l'une des nouveautés était l'ouverture de la ville. Fini les balades cloisonnées dans l'asile d'Arkham, cette fois notre Batou peut jouer les Spider-Man (oups ! les amateurs de DC et Marvel vont me faire la guerre) en voguant sur les toits de la sombre cité d'Arkham. Dans cet opus, nous avons une très belle brochette d'antagonistes à savoir Dr Strange, Double-Face, Le Pingouin, Black Mask, l'Homme-mystère, Bane et bien entendu, Le Joker. Quant à Catwoman, elle fait une très jolie entrée et profitera même d'un pan d'histoire dédié. Une fois encore on apprécie un scénario sombre, bien écrit et bien mis en scène. Nettement moins dirigiste que l'épisode Asylum, comme tout open-world, il est possible de se balader dans la ville, de casser du malfrat et de réaliser quelques missions secondaires (ou récupérer des collectibles) entre 2 missions principales. En parlant de missions, sur cet opus j'ai un gros regret : la recherche des points d'intérêt lors des missions principales. Au lieu de simplement mettre un marqueur sur la carte de la ville, il faut (trop souvent) suivre un signal selon son intensité. Le processus est pénible, imprécis et à la longue... un peu chiant. Pourquoi n'a-t'on pas un simple point à suivre, comme dans les autres jeux ? C'est mon plus gros grief sur cet épisode-là qui, sans ça, est dans la droite lignée de son prédécesseur et donc, se révèle être un excellent jeu, à la durée de vie même plus longue. Terminons par un petit mot sur l'épisode Knight, qui clôture la trilogie des Batman Arkham, et qui est l'épisode qui a le moins fait l'unanimité. Dans cet opus, on retrouve les améliorations de l'épisode City, la ville en open-world, et une utilisation assez intensive du grappin et de la voltige, avec en sus l'abandon de l'ancien système de point d'intérêt, pour des marqueurs classiques mais ô combien pragmatiques. Les phases d'enquête ont été grandement améliorées (trop peut-être), tout comme le feeling du jeu. Au final, le gros défaut de cet opus, c'est l'intégration au forceps de la Batmobile. Se transformant en "tank" afin de concilier les déplacements à des combats mécaniques, tout le souci c'est que Rocksteady a usé et abusé de ces phases-là ! De plus la Batmobile est partout et en bon outil à tout faire, on ne cessera de s'en servir, sans d'autre alternatives, au point que ces innombrables phases en deviennent vraiment lassantes. Et c'est vraiment dommage car ça gâche un peu l'aventure, une aventure encore une fois de grande qualité, contenant des DLCs (inclus) assez sympas. Quand à la réalisation (qui est vraiment superbe !), cet opus n'a subi aucune modification, vu qu'il est directement sorti sur ces supports-là.



Si on peut Note
légitimement se demander ce que fait Rocksteady depuis 2016 et la sortie du très court mais sympathique (bien qu'un poil dispensable) Batman : Arkham VR, on peut tout de même féliciter le studio pour nous avoir offert parmi les meilleurs jeux de super-héros existants. Avant toute chose, il savoir qu'il existe 2 compilations : Return to Arkham et Arkham Collection. Dans la première, nous avons une boite avec 2 Blu-Rays (un par jeu) qui remasterise avec soin les excellents Batman : Arkham Asylum et Batman : Arkham City, originellement sortis sur PS3/X360/PC en 2009 et 2011. Si certains changements sont décriés (comme les éclairages et le contraste qui rendent le jeu un peu moins glauque mais plus lisible), qu'à l'origine le framerate était un peu maladif (ça s'est amélioré depuis) et que certains petits défauts persistent (comme les problèmes de volumes sonores, inhérent aux jeux d'origine), à côté de ça la remasterisation est de qualité avec des textures bien plus détaillées, retravaillées avec soin (comparatif à l'appui) et ce, grâce à l'utilisation d'un moteur graphique plus performant (même s'il aurait sans doute été plus simple d'utiliser le même afin de faciliter le portage). La seconde compilation reprend l'exact contenu du Return to Arkham et ajoute en plus le 3e épisode de la série, le Batman : Arkham Knight qui manquait. Malheureusement, si pour les 3 jeux tout le contenu répond présent (costumes, défis, DLCs...) l'épisode Knight n'est disponible qu'au format numérique. Une vraie faute de gout car la compilation Arkham Collection (au format boite) a vu le jour 3 ans après l'autre, elle était vendue (à sa sortie) au même prix, donc Warner (l'éditeur) aurait dû faire l'effort soit de compiler les 2 premiers jeux sur un seul disque (ce qui était tout à fait possible), soit intégrer un 3e Blu-Ray à la compilation (pour des jeux largement rentabilisés, c'était faisable). Maintenant que ce soit dans une compilation, comme dans l'autre, les jeux Batman Arkham sont assez exceptionnels ! Offrant des histoires intéressantes et bien mises en scène, des réalisations de premier ordre parfaitement remises au gout du jour (quoiqu'en disent les insatisfaits), un gameplay qui fait cas d'école et des correctifs qui ont gommés autant que possible les défauts, Return to Arkham et Arkham Collection sont 2 superbes compilations qui proposent des jeux mythiques. Maintenant mon conseil final serait d'acheter Return to Arkham (trouvable vraiment pas cher aujourd'hui) puis le Batman : Arkham Knight en version GOTY pour avoir (tout au format physique) cette superbe et mythique trilogie...



Les -

  • Arkham Knight n'est disponible qu'en dématérialisé : carton rouge !
  • Toujours quelques soucis de caméra et de volumes sonores
  • Arkham Origins aux abonnés absents
  • De gros soucis de framerate en v.1.0
  • Un peu cher
  • Les +

  • Les qualités des jeux originaux : réalisation, scénarisation, gameplay, ambiance...
  • Tout le contenu inclus : défis, bonus, DLCs scénarisés...
  • Return to Arkham : un disque Blu-Ray par jeu
  • Jolie remasterisation des graphismes


  • Test réalisé par iiYama

    décembre 2019