Batman Arkham Knight (PS4/XBO/PC)

 





Cliquez pour agrandir

   


Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : juin 2015
Développeur : Rocksteady Studios
Adaptation PC : Iron Galaxy Studios
Editeur : Warner Bros. Interactive Entertainment
Genre : action / aventure

Version testée : Française
Version logicielle : 1.06
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Support : 1 Blu-Ray (PS4/XBO) / DVD (PC)
Espace disque nécessaire : 48Go (PS4) - 40Go (XBO) - 55Go (PC)
Moteur graphique : Unreal Engine 3
Définitions HD max (consoles) : 1080p (PS4) - 900p (XBO)
Framerate annoncé (consoles) : 30 fps
Compatible 3D (consoles) : non

Difficulté :
Compatible Move (PS4/PS3) : non
Compatible Kinect (XBO/X360) : non
Remote Play PS4/Vita : oui

Multi-joueurs : non
Titre alternatif : Batman Arkham 3
Prix au lancement : 60€ (consoles) / 50€ (PC)
Score des ventes : 4.3 Millions (tous supports)


Configuration recommandée (PC) :
CPU : Quad Core 2.6Ghz
RAM : 4Go
VIDEO : avec 2048Mo de VRAM (type GeForce GTX 660 / Radeon HD 7870)
AUTRE : système d'exploitation 64-bits obligatoire


Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)


Batman

Arkham Knight



Batman : Arkham Knight
L'histoire est vraiment sympa et on salue à la fois la synchro et la qualité de la mise en scène
est le 3e opus développé par le studio anglais de Rocksteady, et cet opus signe la conclusion d'une trilogie admirablement débutée en 2009 avec l'excellent épisode Arkham Asylum. En 2011, avec Arkham City, le studio réaffirma ses compétences et imposa sa formule de l'open-world. Les développements sur les supports de nouvelle génération étant encore plus longs qu'autrefois, ce sont les studios de Warner Bros Montréal et Splash Damage qui ont développé Batman : Arkham Origins, un épisode bouche-trou de moindre qualité, au scénario décevant, à l'aventure d'un banal pas possible et qui n'a même pas pris la peine d'être doublé en Français (c'est dire le niveau) pendant que Rocksteady prenait le temps nécessaire de développer l'ultime chapitre de leur vision du Chevalier Noir, pour les PlayStation 4, Xbox One et PC.
En parlant de ce dernier, crevons l'abcès de suite : ce n'est pas Rocksteady lui-même qui s'est occupé de la version ordinateur du titre, mais Iron Galaxy, un tout petit studio de développement américain, connu pour des titres modestes et des portages tels que Dark Voïd (la version PS3), Street Fighter III (le portage PSN/XLA) ou Borderlands 2 (le portage sur PS Vita). Finalement leur plus gros développement, c'est la Saison 2 de Killer Instinct, l'exclusivité Xbox One. Autant dire que le studio n'avait pas les épaules pour développer une telle adaptation, en sachant en plus que le PC est un support polymorphe, ayant une multitude de configurations possibles, ce qui rend forcément la recherche des bugs (en vue d'améliorer la stabilité du jeu) particulièrement délicate. Résultat, Arkham Knight fut l'un des pires lancements de l'histoire du jeu vidéo sur PC, avec un portage bugué jusqu'à l'os et qui n'aura fini par être stable que plusieurs mois après sa sortie initiale (et après que Warner et Rocksteady eux-mêmes, se chargent en urgence de corriger cette catastrophique adaptation, même nVidia et AMD ont travaillés de leur côté, afin de fournir des drivers qui s'accommodaient d'un code cataclysmique). La vente dématérialisée (notamment sur Steam) fut même suspendue pendant de longs mois. Alors bien sûr, certains sont passés à travers ces déboires, et ont pu y jouer sans trop de soucis, mais la plupart des joueurs (plus de 80% tout de même !) ont dû se résigner à attendre que les brèches soient colmatées, avant de pouvoir s'investir dans le titre. Sachant dans quel état était le jeu (car oui, de son propre aveu, l'éditeur "savait") il est clair que cette version n'aurait jamais dû sortir en l'état. Heureusement depuis les choses se sont arrangées, mais le cas d'Arkham Knight figurera longtemps comme l'exemple à ne surtout pas suivre...


L'histoire d'Arkham Knight
On retrouve agréablement cette map open-world ainsi que l'utilisation intensive du grappin et de la voltige
se déroule 9 mois après les événements concluant Arkham City et la mort du Joker, dont la crémation sert de séquence d'ouverture. La cité de Gotham connaît alors une ère de paix et la criminalité est au plus bas. Cependant l'Epouvantail, présumé mort dans le premier opus, réapparaît et menace d'inonder la ville de son gaz. La police est alors contrainte d'abandonner la cité et d'évacuer la population en 24 heures. Profitant de l'instabilité environnante, les plus grands criminels de Gotham encore en vie (Double-Face, l'Homme Mystère, Firefly, Harley Quinn, le Pingouin...) s'allient pour faire main-basse sur la ville, alors divisée en quartiers sous leurs propres contrôles. En plus de la menace de l'Épouvantail, Batman doit faire face à un nouvel ennemi, le Chevalier d'Arkham, qui lance toutes ses forces dans Gotham et enlève Oracle (la fille de Gordon)...
Le moins qu'on puisse dire, c'est que cet opus en fait beaucoup, peut-être même trop. En effet, en voulant introduire le plus de personnages possibles, beaucoup d'entre eux ne sont que survolés et ont un rôle très secondaire, alors que justement, ils auraient mérités un peu d'attention. Arkham Knight reprent bien sûr le système de carte ouverte d'Arkham City, nous aurons à disposition une mission principale, centrale (retrouver Oracle, arrêter le Chevalier d'Arkham et l'Epouventail) ainsi qu'une multitude de missions secondaires (sauver Catwoman des pièges de l'Homme Mystère, sauver des pompiers en proie aux flammes, rechercher un tueur en série, désamorcer des mines dans toute la ville...). La sélection des missions se fait de façon assez originale et fini les déboires d'Arkham City, ici lorsqu'on a un but à atteindre, le jeu nous l'affiche clairement sur la carte et l'écran (généralement avec un bat-signal géant qu'il suffit de suivre). Que ce soit pour les missions principales, comme pour les missions secondaires, la mise en scène est de d'excellente facture. On retrouve comme toujours des modélisations de très haute qualité, associées à d'excellentes animations et un doublage français de haute volée (on appréciera également de gros efforts sur la synchro labiale). Après il est vrai que l'écriture des missions secondaires est sans réfléchir 2 crans en dessous, mais pour la trame principale il est difficile de renier un très gros attrait, d'autant qu'une fois encore, le développeur associe très bien le passif des personnages en faisant souvent référence aux 2 opus précédents. Le seul bémol finalement, c'est que si on connait bien le Comics de Batman, certains cliffhangers tombent forcément à l'eau (comme savoir qui se cache derrière le Chevalier d'Arkham). Personnellement, ne connaissant que très peu l'œuvre de Bob Kane et Bill Finger (à part à travers les jeux et bien entendu les films de Tim Burton et Christopher Nolan), ça ne m'a pas dérangé.


Autre détail,
On retrouve avec plaisir le gameplay et les combats propres à la série Arkham
les super-vilains les plus charismatiques de la licence, semblent de moins en moins ridicules. Excusez cette critique de profane, mais il est vrai qu'en ne connaissant pas bien l'univers du Dark Knight, on peut facilement trouver le bestiaire ridicule, voire grotesque. Ceci dit, avec cet épisode-là, qui pousse encore plus loin la réalisation et donc, le réalisme et l'immersion du joueur, je dois avouer que "la pilule" passe vraiment bien (ceci dit, elle passait déjà plutôt bien dans les autres opus). On retrouve bien entendu les fiches sur chaque personnage (même si encore une fois ces dernières sont reprises à l'exact du premier opus... pas besoin de les relire donc), une très belle intro (partiellement interactive) ainsi qu'une mise en scène somptueuse, à base de cut-scènes précises et travaillées (on apprécie aussi la nouvelle tenue du Chevalier Noir, particulièrement hi-tech et class', même si les "impies" pourraient la confondre avec une armure des Chevaliers du Zodiaque *mode troll gentil désactivé* :P ). Quant au casting vocal, la plupart des protagonistes ont re-signés : Batman (Adrien Antoine), Le Joker (Pierre Hatet), le Commissaire Gordon (Jean-Claude Sachot), le Pingouin (Philippe Peythieu), Harley Quinn (Valérie Siclay), l'Homme-Mystère (Martial Le Minoux)... un maximum de personnalités a retrouvé sa voix et ce n'est clairement pas un mal. La ville étant une fois de plus entièrement ouverte, les développeurs ont repris le très agréable système de vol-plané et d'utilisation intensive du grappin de l'épisode City, afin de faciliter le plus possible les déplacements, notamment sur de grandes distances. Un système qui a même été amélioré, tant celui-ci est souple, fluide et particulièrement grisant à l'usage. On peut évoluer sur les 3 îles de Gotham City (Bleake Island, Miagani Island et Founder's Island), reliées entre elles par des ponts qui s'abaissent au fur et à mesure de la progression dans le scénario, ce qui fait que l'aire de jeu est estimée 10 fois plus grande que celle d'Arkham City. Côté attirail, une fois de plus le Batmanouche ne repart de zéro et se verra dès le début de l'aventure, agrémenté de quelques gadgets parmi les plus utiles (batarangs, gel explosif, module de piratage, bat-griffe...), une panoplie qui augmentera au fil de l'aventure, bien entendu. On retrouve également tout ce qu'on aime dans un Batman Arkham, comme l'utilisation très fréquente du grappin ou de la bat-griffe, les balades en conduits d'aération, l'infiltration, les éliminations discrètes, l'exploration, la vision/mode détective et donc les enquêtes... bref tout ce qui fait la force et l'attrait de la licence, répond une nouvelle fois présent. D'ailleurs le mode enquête est nettement plus détaillé, avec parfois des séquences digne des reconstitutions de Minority Report, mais en VR. Fini les enquêtes torchées en 4 secondes, cette fois il faut véritablement approfondir ses recherches, rendant à Batman sa véritable position d'investigateur.


Ceci dit Batman
Trop de Batmobile tue la Batmobile ! Ce devait être l'objet bonus qui agrémente le titre, or on nous l'impose constamment et ses combats en mode tank n'en finissent plus... Au final, c'est lassant et ça gâche un peu le jeu
est aussi un cogneur et pour ça on appréciera une excellente jouabilité, avec des combats à la fois plus accessibles qu'autrefois (comme quoi c'était possible) et potentiellement plus techniques (des bastons toujours plus chorégraphiées, stylées et dynamiques). Chaque baston remportée ou mission accomplie, vous fera gagner les habituels points d'XP, qui servent ensuite à upgrader notre personnage : déblocage de nouveaux combos, améliorations des gadgets ou de la tenue... Parfois on pourra même prendre le contrôle d'autres personnages, comme Catwoman ou Azrael (même si ça reste rare et court). Malgré tout, notre Batman : Arkham Knight accuse quelques fautes de gout, à commencer par "le remplissage". En effet on fait beaucoup d'allers-retours inutiles, en vue de gonfler une durée de vie qui n'en avait clairement pas besoin. Je sais, c'était déjà le cas avant, mais rien que la mission principale vous prendra pas mal d'heures alors si vous ajoutez les missions secondaires, sans dire que le jeu vous durera aussi longtemps que l'interminable The Witcher 3, je peux vous assurer que dans tous les cas, vous en aurez pour votre argent. Les épreuves de l'Homme-Mystère sont aussi parfois étranges. Si autrefois elles se cantonnaient à chercher ses trésors dans les niveaux, cette fois le gars nous pose de véritables défis, mais un poil à côté de la plaque par moment, comme le tout premier où il faut réaliser un parcours bien merdique, en temps limité, à bord de la Batmobile. Personnellement, ce genre de défis a tôt-fait de me saouler... Car oui, la grande nouveauté de cet opus est bien la présence de la Batmobile, la célèbre voiture multi-fonctions de notre Batou bien-aimé. Plus inspirée par celle vue dans les films de Christopher Nolan que dans le Comics original, la Batmobile impose un gros design et des fonctions pour le moins... spéciales. Tout d'abord sachez qu'on n'est pas obligé de rejoindre les points d'intérêt en Batmobile, qui dans ce cas bien précis, est tout à fait facultative. A vrai dire, vu que sa conduite est assez chaotique, à cause d'une tenue de route aléatoire et d'une prise en mains peu précise (sans parler des ennemis qui vous attendent à chaque coin de rue), vous aurez tôt fait de reprendre les bonnes vieilles habitudes, et de vous rendre sur place grâce au grappin, et en voltigeant de toit en toit. Ceci dit on n'échappe pas à quelques course-poursuites un brin pénibles (justement à cause de cette conduite foireuse, surtout à pleine vitesse) car la Batmobile, et c'est bien la grosse critique de cet ultime volet, est au centre du gameplay. C'est pas bien compliqué, Rocksteady s'est dit que la "tuture à Batou" était la grosse hype du jeu, donc ils l'ont collés à toutes les sauces ! En gros, la Batmobile est partout, tout le temps !


Présente et "obligatoire"
La réalisation est de très haute volée ! Idem pour une partie sonore ciselée
dans quasiment toutes les missions, on réalisera tout un tas de choses avec : course-poursuites comme évoqués, déminage, phase d'exploration bien relou (la bagnole ayant en plus un gros cul bien lourd à déplacer) et même des "phases tank" à répétition. Vous avez bien lu, la Batmobile peut à volonté se transformer en une sorte de tank et la prise en mains se rapproche alors d'un TPS. Sous cette forme, généralement on affronte des blindés à la pelle, dans des affrontements qui n'en finissent plus. Et tout le problème du jeu est là : ces affrontements sont reconduits jusqu'à l'écœurement, ça n'arrête pas (plusieurs fois par heure de jeu !) et la Batmobile nous est imposée pour la moindre mission importante. Elle est partout et si au départ on la trouve sympa, au final elle est trop mise en avant, trop imposée au détriment du reste, au détriment de ce qu'on aime sur la licence, à savoir l'exploration, la baston et les enquêtes. En somme, trop de Batmobile tue la Batmobile !! Pour revenir à quelque chose de plus positif, la réalisation est tout simplement somptueuse ! Je ne reviens pas sur la qualité du portage PC, qui entre autre, nous impose de bidouiller les fichiers du jeu pour débloquer le framerate (alors qu'on le sait très bien, si sur consoles le framerate est bloqué -ici à seulement 30fps- le PC étant bien plus puissant, ce type de limitations est complètement inutile). Il n'empêche que ce bon vieux Unreal Engine 3 fait encore des merveilles avec un aliasing très discret (il faut dire que l'omniprésente pénombre du jeu aide en ce sens), de superbes effets lumineux, des animations de grande qualité (le mouvement de la cape de Batman est superbe), la distance d'affichage est impressionnante, c'est détaillé, c'est beau et le design fait encore une fois recette. De plus, le jeu est particulièrement fluide (malgré l'absence de 60fps sur consoles) et chatoyant pour nos rétines friandes de belles réalisation avec par exemple un nombre considérable de détails, à l'image de cette eau qui ruisselle de façon étonnante sur le costume de Batman. D'ailleurs la ville de Gotham n'a jamais été mieux modélisée, fourmillant de petites animations, de détails, toujours plus sombre et pluvieuse comme une ville anglaise. En clair, malgré le gros-cul de son installation (48Go de base, plus 3,5Go de patch "Day One", plus encore quelques centaines de Mo pour arriver jusqu'à l'actuel patch 1.06), la réalisation est de très haute volée. Enfin la partie son profite également du surplus de performance, dû au passage d'une génération de consoles à l'autre. Comme évoqué, la synchro labiale répond présente (elle n'est pas parfaite mais c'est toujours mieux qu'un jeu uniquement synchro en VO et où on pose la VF sans se soucier du reste) et les bruitages ont été revus (notamment ceux des combats, désormais plus dynamiques encore). Quant aux musiques, elles ne sont pas aussi marquantes que dans Arkham City : elles sont ici plus posées, plus discrètes, mais soulignent bien la noirceur de l'ambiance et du scénario. Une réussite, une fois de plus.



Batman Arkham Knight Note
signe avec brio la conclusion des aventures du Chevalier Noir, selon le cône de vision de Rocksteady. Avec Gotham en terrain de jeu open-world (une map immense, pleine de vie et de détails), quelques nouveautés bien vue, un gameplay toujours plus agréable (combats pêchus, traversée de la carte toujours grisante grâce au grappin et la voltige, mode Enquête plus complet et stylé que jamais), son excellente bande-son, son scénario plaisant, sa mise en scène de qualité et surtout, sa réalisation graphique de haute volée, il est clair que le studio londonien s'est donné les moyens de réaliser un très grand jeu. Malheureusement, si ce nouvel (et vraisemblablement dernier) épisode tient ses promesses, il accuse aussi des quelques fautes de gout. Sans revenir sur le lancement catastrophique de la version PC, c'est bien la Batmobile qui pose vraiment problème. Ce qui devait être un superbe bonus, une plus-value à un potentiel Batman Arkham City "version + +", devient rapidement le boulet du titre, de par sa redondance et son forcing. Les développeurs nous ont collés la Bat-bagnole à toutes les sauces, elle est partout, tout le temps et les combats en mode tanks sont si nombreux (et parfois si longs) que ce qui aurait dû être génial, devient au fond très lassant. Il aurait vraiment fallu que la Batmobile reste la plupart du temps facultative. Et puis à nous l'imposer de la sorte, on sort maladroitement du cadre de la licence, le jeu n'étant plus assez dans "l'esprit des Batman Arkham". Au final, on se retrouve face à un véritable dilemme, puisque le jeu est génial, superbement réalisé, fun à jouer... mais cette Batmobile à outrance va vous gâcher un peu le plaisir (si encore elle était parfaitement maniable...). Malgré tout, ce 3e véritable épisode Arkham (l'opus Origins étant un peu à part) reste à mes yeux un très bon titre, qui rate de peu son statut de mega-hit et ce, malgré son excellence dans bien des domaines.



Les -

  • Trop de Batmobile tue la Batmobile : le véhicule est imposé partout et tout le temps, ce qui est pénible, redondant et trop éloigné de "l'esprit Batman Arkham"
  • Les combats en Batmobile/tank, beaucoup trop nombreux et trop longs
  • A sa sortie : version PC catastrophique et impraticable
  • Epreuves de l'Homme-Mystère un peu à l'ouest parfois
  • Finalement, le gameplay a peu évolué depuis Asylum...
  • Un patch "Day One" de 3,5Go !
  • Les +

  • Tout le gameplay des Batman Arkham est reconduit : enquêtes, bastons, grappin/voltige
  • Scénario très sympa et mise en scène de grande qualité
  • Bonnes musiques, bons bruitages et excellent doublage
  • ... malgré tout le gameplay fait toujours recette
  • La nouvelle tenue de Batman : ça pète !
  • Des combats toujours plus dynamiques
  • Batmobile super classe et puissante
  • Une réalisation impressionnante
  • Gotham en open-world
  • Grosse durée de vie

  • Test réalisé par iiYama

    octobre 2015