Aliens Fireteam Elite (PS4 / PS5 / XBO / XBSX / PC) -- TEST sur GRAVITORBOX

 


Cliquez pour agrandir









Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :

   

 




Sortie mondiale : aout 2021
Développeur : Cold Iron Studios
Editeurs : Cold Iron Studios et Focus Home Interactive
Genre : TPS co-opératif

Version testée : française
Doublage : anglais
Textes à l'écran : français

Version logicielle testée : v.1.0.42.0 (interface) - v.1.0.1 (jeu)
Moteur graphique : Unreal Engine 4
Difficulté :
Temps de jeu : 8 heures environ (en solo)
Multi-joueurs : en solo avec 2 bots ou à 3 joueurs en ligne
Prix au lancement : 40€


Installation Xbox Series X

Support : 1 Blu-Ray ou en téléchargement sur Xbox Games Store
Installation : 18 Go
Performances : 4K à 60 fps


Installation Xbox Series S

Support : uniquement en téléchargement sur Xbox Games Store
Installation : 18 Go
Performances : 1080p à 60 fps


Installation Xbox One

Support : 1 Blu-Ray ou en téléchargement sur Xbox Games Store
Installation : 18 Go
Performances : 1080p dynamique à 30 fps
Optimisation Xbox One X : 1800p dynamique à 30 fps
Compatible Kinect : non


Installation PlayStation 5

Support : 1 Blu-Ray ou en téléchargement sur PlayStation Store
Installation : 18 Go
Performances : 4K à 60 fps
Compatible VR : non


Installation PlayStation 4

Support : 1 Blu-Ray ou en téléchargement sur PlayStation Store
Installation : 18 Go
Performances : 1080p dynamique à 30 fps
Optimisation PS4 Pro : oui
Compatible VR : non
Remote Play PSVita : non


Installation PC

Support : en téléchargement sur Windows Games Store, Steam, GOG et Epic Game Store
Installation : 30 Go
Compatible VR : non

Configuration minimale :
CPU : Quad Core 3,3 Ghz
RAM : 8 Go
VIDEO : avec 4 Go de VRAM (type GeForce GTX 760 / Radeon R9 285)


Vous aimez GRAVITORBOX et vous voulez le soutenir ? Alors vous pouvez nous adresser vos dons via PayPal en cliquant simplement sur le bouton ci-dessous.

Merci d'avance ^__^















Les sites partenaires :















Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)


Aliens

Fireteam Elite



Quand on évoque
Au fil des années, on ne pas dire que la saga Alien ait réellement brillé. On retient certes les 2 premiers films et quelques jeux mais difficile de ne pas être déçu, quand on pense à la force et l'aura de cette mythique licence !
la célèbre licence Alien, rapidement on en vient à se dire que c'est un beau gâchis. Pourquoi penser ça ? Et bien au cinéma d'abord, avec un 3e opus qui pissait littéralement sur le travail de Ridley Scott et James Cameron, l'épisode Resurrection qui était tout juste sympa, et alors qu'on attendait tous une suite, ce même Ridley Scott nous a pondu les Prometheus (bof-bof) et Alien Covenant (encore plus bof !). Avec un tel potentiel, on se demande comment les majors du cinéma ont-ils pu à se point se tromper (bien que tout à fait entre nous, si on regarde le film The Predator de 2018 ou pire encore le Terminator : Dark Fate de 2019 qui est une véritable injure aux fans... on se dit qu'Alien ne s'en sort pas si mal finalement). Quand à la grande Sigourney Weaver, qui n'a plus joué dans un film Alien depuis 1997 (recomptez, oui ça fait bien 25 ans !! O_O") et qu'on rêve de revoir dans son mémorable rôle d'Ellen Ripley, dites-vous que tout espoir semble désormais vain puisque la dame est née en 1949 et qu'elle a (à l'heure où j'écris ces lignes, en 2022) pas moins de 72 ans !
Du côté des jeux vidéo c'est un peu la même chose, avec quelques bons jeux, d'autres affreusement mauvais mais au final, bien peu de titres portant le mythique nom d'Alien, restent en mémoire. On a bien eu un Alien 3 qui était pas mal du tout (dont le débat "version Mega Drive vs version Super Nintendo" ne fait pas autant de bruit que celui d'Aladdin ^.^), un Alien Trilogy vraiment sympathique, un Aliens vs Predator 2 (exclusif au PC) assez génial, mais finalement, récemment il n'y a bien eu qu'Alien Isolation pour faire rêver les joueurs et encore, contrairement à ce qui se dit, le jeu est loin d'être parfait.



Le 8e ou 9e Passager ? Je sais plus...


Ceci dit,
Alien Fireteam Elite aurait pu être un fantastique survival horror... mais au final c'est un TPS co-opératif
on espérait tous qu'un Alien Isolation 2 voit le jour, cependant plusieurs facteurs ont joué en sa défaveur. Tout d'abord des ventes trop faibles (comme quoi qualité ne rime pas toujours avec rentabilité), ensuite vous n'êtes pas sans savoir que la 20th Century Fox a été racheté par la Walt Disney Company en mars 2019, changeant ainsi complètement la donne (et oui, en plus de Star Wars, c'est désormais Mickey le détenteur de licences prestigieuses telles que Matrix, Predator, Avatar, X-Men, Die Hard, Alien et j'en passe).
Le développeur (Creative Assembly) n'était pas contre une suite mais SEGA a rapidement perdu les droits de la licence, et eux sont retournés à leur saga fétiche (Total War) tout en développant Halo Wars 2 pour le compte de Microsoft. Comme vous pouvez le voir, la célèbre licence Alien joue un peu de malchance et elle n'a finalement que trop peu brillé au firmament, alors que son potentiel est inimaginable, d'ailleurs seuls ses 2 premiers films sont littéralement adulés, portés au rang de chef-d'œuvre... le reste est plus sujet à caution et à l'appréciation de chacun.
Etant moi-même un grand fan de la licence et espérant toujours qu'un super jeu inspiré d'Aliens (le second film) sorte enfin (l'espoir fait vivre il parait), qu'elle ne fut pas mon étonnement lorsqu'entre 2 immondices mobiles (Alien Blackout ?), un nouveau jeu Alien fut dévoilé au public. Nous étions alors en mars 2021, et l'attente ne fut pas très longue puisque la version finale est sortie moins de 6 mois plus tard. Aux commandes on retrouve Cold Iron, un studio qui existe depuis 2015, et qui n'avait jusque-là rien sorti (ils ont donc mis 6 ans à développer Alien : Fireteam Elite). Si bien sûr on a tous rêvé d'avoir un savant mélange entre AvP 2 et Isolation (encore une fois, on peut toujours rêver), le studio a rapidement défini les contours de son gameplay : un jeu de tir co-opératif multi-joueurs, dans la droite lignée des Left 4 Dead. Evidemment on aurait tous préféré un survival horror à la Dead Space, mais soit, avant de juger, il faut d'abord jouer (et ça, beaucoup l'oublient !).



LV-895 ? Ça sonne bien, c'est votre futur lieu de vacances ?


L'histoire se situe
Le Lore de la licence Alien est plutôt bien respecté et le scénario est vraiment sympa, mais...
en 2202, l'USS Endeavour reçoit un appel de détresse de la station de raffinage Katanga, en orbite autour de la planète LV-895. Le Endeavour envoie une escouade de Marines coloniaux à bord de la station pour enquêter et ils découvrent rapidement que toute la station a été envahie par les Xénomorphes. Ils parviennent à sauver le seul survivant, un scientifique, le Dr Timothy Hoenikker. Hoenikker révèle que Weyland-Yutani a découvert des œufs de Xénomorphes ainsi qu'une substance mutagène surnommée le "pathogène" sur LV-895, et a secrètement élevé des Xénomorphes et expérimenté le pathogène avant que les Aliens n'arrivent à rompre le confinement. Déterminés à trouver des réponses, les Marines se dirigent vers la surface de LV-895, où ils découvrent des ruines d'ingénieurs extraterrestres étudiées par Weyland-Yutani. Ils entrent en contact avec une autre survivante, Cynthia Rodriguez. Les Marines se frayent un chemin à travers les Xénomorphes et les synthétiques de combat jusqu'à ce qu'ils atteignent l'installation où ils découvrent que Rodriguez est en fait une IA appelée SN/TH/YA (Cynthia). Mais l'IA montre des signes de folie et les Marines l'ont enfermé. Malheureusement elle a entre temps activer l'Asset Zero et nos héros découvrent rapidement que c'est un vaisseau ingénieur chargé d'agent pathogène, que SN/TH/YA s'est arrangé pour envoyer sur Terre. Réalisant le danger que représente le navire, les Marines doivent tout faire pour saboter ses plans...
Après lecture du scénario, on peut rapidement conclure que l'histoire est très sympa. D'ailleurs vous l'aurez peut-être remarqué, mais depuis quelques années déjà, la 20th Century Fox (devenue la 20th Century Studios depuis qu'elle appartient à Disney) a toujours un droit de regard sur le contenu et surtout l'écriture des jeux liés à la saga Alien. Ça a le mérite de toujours garder une certaine cohérence de l'univers exploité, ainsi qu'une "timeline" qui concorde avec celle des différents films. Malheureusement, la narration est au raz-des-pâquerettes ! En installant le jeu, j'ai été grandement surpris de voir qu'il était vraiment peu volumineux : moins de 20 Go ! Comment un titre de 2021 qui se veut un tantinet ambitieux, peut-il être aussi gringalet, quand à côté le moindre jeu d'action pèse au minimum 40 Go ? Et bien la réponse ne s'est pas faite attendre car en lançant le jeu, nous avons une très rapide intro, où une narratrice nous indique... pas grand-chose en fait !



Minou, minou, minou...
(Brett, un technicien qui va perdre la tête)



L'intro
La mise en scène est tout simplement inexistante ! Pas d'intro, pas de fin, aucune cinématique... juste des dialogues où les PNJs ne prennent même pas la peine d'ouvrir la bouche
pose très succinctement l'ambiance et notre personnage se retrouve sur le pont de l'USS Endeavour. En gros, malgré la qualité de l'écriture et ce Lore de folie qu'offre la saga Alien, le développeur n'a même pas pris la peine de nous pondre une belle cinématique d'intro. Pire encore, on débarque remonté à bloc, près à en découdre, mais le jeu ne nous explique rien ! Le scénario que j'ai résumé ci-dessus, a été récupéré d'Internet, en aucun cas il y a un texte clair et précis (et encore moins une cinématique) qui nous explique ce que les Marines foutent là. La narration est donc une déconcertante déception, au point de se dire que 6 ans de développement pour en arriver-là, mouais, ça commence mal...
Alors certes, le studio est vraiment petit (environ 40 personnes) mais bon sang, quelques images, un texte défilant, ça ne coute rien à faire et ça évite justement de se retrouver comme un imbécile sans savoir qui nous sommes et qu'est-ce qu'on fout là ! Ajoutons à ça un gros manque d'efforts : en premier lieu, le jeu n'est doublé qu'en anglais, ce qui est toujours plus ou moins désagréable, et se veut moins immersif (même si une VO est généralement mieux doublée qu'une VF... mais moi lire des sous-titres, ça me casse l'ambiance). Mais ça encore, on peut le comprendre : petit studio, petit budget, auto-édition d'un côté, petit éditeur français sans grands moyens de l'autre... on comprend mieux pourquoi. Maintenant faudra qu'on m'explique pourquoi les PNJs, lorsqu'ils nous parlent, n'ouvrent même pas la bouche ? Comme ça c'est sûr, on ne s'emmerde pas avec la synchro. D'ailleurs il n'y a aucune véritable mise en scène, les dialogues sont en réalité des monologues auxquels on assiste bêtement, la personne en face regardant un peu partout, comme si on n'était pas là. Par ailleurs on a le choix de ses dialogues (afin d'agréger ou d'approfondir un sujet) mais ce n'est pas totalement pertinent.
Pour tenter d'étayer un minimum le fond de l'histoire (en plus des événements encourus à l'écran) on pourra récupérer divers objets (puces, documents, boite noire...) mais les infos seront dévoilés qu'après avoir fini la mission et en allant discuter avec le PNJ qui aura analysé les données. C'est pas fantastique mais c'est toujours ça de prit, même si au final nous n'avons donc aucune mise en scène, aucune cinématique, la narration se déroule uniquement via des dialogues un peu lourd-dingues et des communications lorsque nous sommes sur le terrain. Ce n'est clairement pas le meilleur moyen d'exploiter le richissime univers d'Alien...



  • Un problème à cause du Xbox Cloud
    Avant de continuer, petite parenthèse par rapport au Xbox Cloud. Comme vous le savez, à partir du moment où vous avez un compte Xbox, toutes vos sauvegardes sont stockées sur les serveurs de Microsoft. C'est comme ça que, 10 ans après mon test de F.E.A.R 3 sur Xbox 360, j'ai retrouvé ma sauvegarde (sans rien faire) en y rejouant sur Xbox Series X. Ce qui part sûrement d'une bonne intention et qui rend parfois service, s'avère de temps en temps ultra pénible. En effet, sur Alien Fireteam Elite j'ai eu le même problème que sur Back 4 Blood (sorti à peine 2 mois plus tard), à savoir que j'ai commencé une partie à l'arrache, juste histoire de voir si le jeu m'intéressait et lorsque j'ai voulu le tester pour de bon, il m'a été impossible d'effacer ma sauvegarde... à cause du Cloud, qui la récupérait systématiquement ! Et comme bien entendu j'ai profité du Game Pass pour tester le jeu, vous vous doutez bien que je ne pouvais pas déconnecter ma console d'Internet. Imaginez donc qu'il a fallu que je créé un nouveau compte, avec l'adresse mail de ma femme, pour pouvoir déconnecter mon compte principal et jouer sur un autre profil. Avouez que c'est anormal ce genre de problème ! Pourquoi Alien Fireteam Elite, exactement comme Back 4 Blood, ne propose t'il pas de recommencer l'aventure depuis le début ? On marche sur la tête ces derniers temps...



  • Ne la touche pas sale pute !!
    (Ellen Ripley, une femme en colère)



    Le premier
    On peut customiser son personnage, ses compétences et son équipement
    contact avec le jeu, c'est son sympathique menu d'options, plutôt bien fourni avec en plus, la possibilité de remapper chacune des touches de son pad. Le genre de sucrerie qui se fait bien trop rare de nos jours, même si la config' de base convient très bien. Notez tout de suite qu'à la manette, la visée est précise (suite à un petit réglage), agréable, ce qui donne déjà un avantage à ce titre face à celui développé par Turtle Rock. Le bémol, c'est que tout ce qui est options et menu se gère avec un curseur, comme si on avait tous une souris. Alors certes sur PC ça ne pose pas de problème, mais sur consoles... C'est d'autant plus absurde que le jeu sera plus joué sur consoles que sur PC, puisque mine de rien, le titre est disponible sur toutes les machines actuelles (Xbox One, Xbox One X, PS4, PS4 Pro, Xbox Series S, Xbox Series X et PS5... et oui, toutes celles-là !). Mais soit, il n'y a là rien de rédhibitoire, c'est juste une question de confort.
    Avant de se lancer dans l'aventure, le jeu vous propose de créer votre avatar. Alors bien évidemment, son look sera très proche de ceux d'Aliens (le second film) et la customisation est relativement limitée avec seulement le choix entre homme ou femme, 10 visages pour chacun, puis quelques options capillaires, pilosité, couleurs... Rien de transcendant même si encore une fois, j'ai trouvé le système un peu meilleur que chez le concurrent. Notez aussi qu'on peut choisir sa voix, indifféremment du sexe, comme ça il est possible d'avoir entre les doigts un bon gros shemale bien dégueulasse, où le jolie visage d'une femme est accompagné d'une grosse voix bien rauque. Que voulez-vous, c'est aussi ça les dérives d'une société qui part de plus en plus en couilles (excusez le lapsus).
    Aliens Fireteam Elite prend la forme d'un Third-Person Shooter (un TPS) co-opératif multi-joueurs, dans la droite lignée de l'indémodable Left 4 Dead (à univers et point de vue différent, bien entendu). Ainsi donc, nous voyons notre personnage en vue à la 3e personne, ce qui nous incite à soigner son look et comme tout jeu du genre, il y a une grande part de customisation. Armure (plastron, casque), armes (frein de bouche, modèle de fusil, crosse tactique, type de munitions...) et gadgets, dont certains sont à glaner au cours des niveaux, d'autres sont à acheter, rien de bien nouveau même si ça reste toujours aussi efficace.



    Katanga : l'autre Nostromo


    Bien entendu
    La direction artistique est superbe et on visitera des lieux inspirés des scènes les plus mythiques des films
    il y a plusieurs catégories de Marines, chacun à ses facultés propres, je ne vais pas trop rentrer dans le détail, c'est comme ça dans chaque jeu du genre, et celui-ci applique "la formule" à la lettre. On notera quand même que notre bidasse de l'espace possède 2 capacités spéciales, généralement une faculté spécifique (comme soigner tout le monde, ou rendre l'équipe plus performante pendant un temps) et une plus classique, comme le lancé de grenade (un "pouvoir" qui nécessite un "cool down", un temps de rechargement même si j'avoue que dans le cas de la grenade, c'est un peu capilotracté).
    Du côté de l'arsenal on retrouve les grands classiques de la série Alien avec le fusil d'assaut à impulsions M41, le classique fusil à pompe, le lance-flammes et bien sûr le fameux Smart Gun. Les armes sont agréables à utiliser, de base elles sont puissantes (en les customisant et à force des utiliser, leur pouvoir de destruction augmente), ce qui rend les affrontements particulièrement nerveux et fun. Comme je le dis toujours : mieux vaut un arsenal qui dépote et beaucoup d'ennemis, plutôt que des pétoires sans patate qui te donne un désagréable sentiment d'impuissance et de fragilité. Bien entendu, comme on parle là d'un jeu qui va nous opposer à des vagues d'ennemis, les rares moments calmes sont l'occasion de préparer le terrain. Déjà les bidons explosifs et autre bonbonne de gaz sont très efficaces, et on pourra également se préparer à recevoir l'adversité en plaçant des mines, en activant des pièces et en plaçant judicieusement des tourelles automatiques (oui, le même genre que dans le second film).
    Le mode Campagne est divisé en 4 actes et chaque acte se déroule dans une zone spécifique : l'acte 1 se déroule à bord du Katanga, qui est un "Nostromo-like", les actes 2 et 3 se déroulent sur LV-895, on y retrouve les ruines Ingénieurs, largement inspirées du premier film et surtout de Prometheus, enfin l'acte 4 signe le retour à bord du Katanga, mais dans une zone jusque-là inexplorée et qui a été totalement envahie par les forces Aliens... elle prend donc la forme d'une ruche ! Chaque acte propose 3 missions dont la durée est assez variable (environ 45 minutes en moyenne). Ainsi donc, vous comprendrez que la durée de vie est plutôt convenable, avoisinant les 8 heures, rien que pour le solo. Sachant que le jeu coute 40€, je trouve que c'est tout à fait convenable, d'autant que la rejouabilité est intéressante à plusieurs.



    Durée de vie correcte pour le prix


    En effet,
    La durée de vie est correcte, et la difficulté est parfaitement équilibrée
    si vous n'avez pas d'amis ou si vous voulez simplement jouer seul, le jeu vous propose d'être accompagné par des "bots", à savoir 2 androïdes gérés par l'IA. Contrairement à ce qui se dit (à moins que les développeurs aient rectifiés le tir avec une mise à jour depuis), je trouve que les bots sont plutôt bien gérés. Ils font leur boulot, ils défoncent bien les Aliens sans trop s'exposer, leurs animations ne sont pas étranges, décalés, ou erratiques. Une fois encore, à titre de comparaison, ça n'a rien de comparable avec les fondus du casque qui nous accompagnent dans Back 4 Blood, même si rien ne vaudra le fait d'être accompagné par 2 autres "vraies personnes" (et encore, y'en a toujours qui sont là pour faire n'importe quoi, le top étant de jouer avec des amis proches). On en vient donc à parler de la difficulté, qui offre 5 paliers (dont les 2 derniers sont à débloquer) et qui m'a paru plutôt équilibrée. Bien sûr on subit quelques pics, notamment lorsque la vague s'éternise et que les boss s'enchainent, des boss souvent représentés par les Aliens Guerriers (aussi appelés "Drone" en VO, c'est celui qu'on voit entre autre dans le premier film). Mais globalement, lorsqu'on prépare le terrain, qu'on a de bonnes armes et qu'on attend le moment le plus opportun pour se soigner, l'aventure reste abordable et ça mine de rien, c'est un vrai plus.
    A l'image d'un Gears of War, la mise à couvert est extrêmement simple, ceci dit on ne s'en servira presque jamais car les vagues ennemies sont nombreuses, les assaillants débarquent de tous les côtés et contrairement aux gros hits de la Xbox, rester planquer derrière son abri est une très mauvais tactique, à moins d'être absolument sûr de ne pas pouvoir être attaqué par derrière en traitre. C'est d'ailleurs là qu'un système d'ordre très simple aurait pris tout son sens, comme dans Mass Effect par exemple, où une simple assignation d'ennemi prioritaire ou de position, aurait pu donner quelque chose de tout à fait valable. Car c'est vrai, en solo (avec les bots) un simple système d'ordres auraient pu donner une agréable dimension tactique, plutôt qu'un vulgaire carnage où heureusement, celui qui tombe à terre peut être relevé par un coéquipier valide.



    Une aventure qui vous tiendra en alien...


    Notez par
    Nous sommes toujours par petits groupes de 3 et si vous jouez seul(e), vous serez accompagné(e) de 2 Androïdes à l'attitude très convaincante
    ailleurs que Aliens Fireteam Elite ne propose pas de mode solo au sens strict du terme, à savoir que durant la mission, il est impossible de mettre la pause et il n'y a aucun checkpoint. En somme, si vous mourrez, vous recommencerez depuis le début du niveau. Personnellement, ça ne m'a pas trop gêné mais j'admets que lorsqu'on joue réellement seul, c'est totalement absurde (c'est par contre parfaitement logique lorsqu'on joue en ligne avec d'autres personnes).
    Autre détail, en plein jeu les munitions partent vite, très vite car les ennemis sont vraiment très nombreux. On dispose de 2 armes principales auxquelles s'ajoutent une arme de poing aux munitions infinies mais là c'est clairement la misère, la puissance de feu (et la cadence de tir) est bien trop limitée. Autant dire que c'est l'arme de la dernière chance, le temps de partir trouver des caisses de munitions. A ça s'ajoute cette lampe qui s'allume et s'éteint au bon vouloir du jeu (alors que manuelle, ça aurait été bien plus pertinent et pratique car là, il arrive qu'elle s'allume et s'éteigne sans cesse, c'est un peu relou), et plus crétin encore, il arrive que des portes s'ouvrent pour laisser passer des Aliens... mais pas nous ! C'est complètement aberrant de voir un truc pareil ! D'ailleurs, l'aventure est très linéaire, l'exploration est extrêmement limitée et les portes ne s'ouvrent qu'au besoin des scripts. C'est là où voit la grande différence entre ce Fireteam Elite et un jeu de labyrinthe tel qu'Isolation ou le Alien 3 de la Super Nintendo.
    A l'image de tous les jeux du genre, les ennemis débarquent quasi non-stop, à tel point qu'on n'a même pas le temps de se gratter le nez (je sais que ce sont les règles du genre mais en solo, c'est un peu ridicule). D'ailleurs, je vais être franc avec vous, Fireteam Elite aurait pris une meilleure note s'il prenait un peu plus le temps de poser son ambiance. Il y a bien quelques effets ça et là, comme une conduite qui pète, une plaque qui cède, une bestiole qui nous saute à la gorge par surprise... mais comme évoqué, c'est clairement un jeu d'action, on n'est pas là pour avoir peur, on est là pour faire couler l'acide ! En un sens je le comprends très bien, tel est "le contrat" d'un tel titre. Ceci dit, avec sa réalisation et son gameplay fort sympathique, ça aurait pu donner un jeu d'une toute autre ampleur, réunissant le meilleur d'Isolation et du film de James Cameron (le second long-métrage), en gros, un Alien Colonial Marines tout sauf à côté de la plaque...



    Dans l’espace, personne ne vous entend crier !


    Cependant,
    Fireteam Elite n'a strictement rien d'original, il emprunte simplement les grands poncifs du genre. Par contre, quel pied d'errer dans l'univers d'Alien !
    contrairement aux jeux qui mettent en scène des zombies, le fait que ce soit des Aliens apportent un vrai plus. Le comportement des ennemis, leur agressivité, apporte un petit plus non négligeable, surtout pour l'amateur de la célèbre licence. Car bien évidemment, Cold Iron a bien pris soin de reprendre le design des 2 premiers films : ordinateurs, vaisseaux, armes, ce coup-de-crayon assez unique (même s'il n'est pas aussi respectueux et précis que dans Isolation) apporte une grande part d'authenticité à cette aventure. Il ne manquerait plus qu'un DLC pour incarner Ellen Ripley ou Hicks, et pour sûr, on s'y croirait ! Car bien évidemment, on retrouve toute la panoplie d'affreux qui nous font peur autant qu'ils nous fascinent : les coureurs (vu dans Alien 3), les Guerriers/Drones, les cracheurs, il y a même quelques nouveautés comme ceux qui explosent, les Prétoriens et même des synthétiques "laiteux" et déglingués. Inspiré de Prometheus, il y a une grosse bestiole bien massive et virulente qui fait office de boss (encore un) et dont le design rappelle le monstre final du même film. Une fois proche de la ruche, on affrontera également quelques facehuggers, on détruira quelques œufs pour finalement s'attaquer à la Reine et au cœur de son repère. Au final, j'en remets une couche sur le fait que cet Alien Fireteam Elite avait d'excellentes bases pour en faire un Dead Space façon Alien... ça aurait été tellement génial !
    Techniquement, notre jeu sous acide tourne sous l'omniprésent (et performant) Unreal Engine 4. De ce côté-là il n'y a pas grand chose à dire, comme évoqué le design reprend avec brio celui des premiers films, c'est fluide, les textures sont bonnes, le jeu est globalement beau. On notera que les aliens sont magnifiquement modélisés et contrairement à bien des titres du genre, les animations sont plutôt bien travaillées. Pas de mouvements trop rapides ou totalement ubuesques, le jeu s'arrange autant que possible pour être réaliste, et conserver son ambiance assez particulière. Bien sûr les meilleures expériences sont sur les plate-formes les plus récentes/performantes (Xbox Series, PC et PS5) mais les versions PS4 et Xbox One restent tout à fait correctes. De plus, en achetant le titre sur une ancienne plate-forme, vous aurez accès à toutes celles du même groupe à savoir que la version PS4 est naturellement compatible avec la PS4 Pro, tout en donnant accès gratuitement à la version PS5. Idem du côté Xbox où la version One s'offre une jolie compatibilité One X et par Smart Delivery, elle donne accès aux versions Series S et Series X.



     

     

    Alien Fireteam Elite nous propose de nouveaux ennemis ainsi que les valeurs
    sûres de la licence. Un respect de la saga qui est agréable, mais qui est
    malheureusement gâché par une mise en scène inexistante...



    Xéno quoi déjà ?


    Bref,
    Naturellement, on retrouve les superbes bruitages des films. Par contre, on n'aurait pas craché sur une VF...
    le jeu est propre, fluide, l'univers de la série Alien est bien utilisé, respectueux du design si particulier de son époque de création (avec ces ordinateurs qu'on jurerait d'un autre temps), les bots ne sont pas des gros gogols qui courent partout, et l'ensemble se révèle très fluide, même lorsque des dizaines de sales bêtes veulent nous bouffer le cerveau (d'ailleurs, n'osez jamais vous demander d'où sortent tous ces Aliens, quand on sait qu'il faut un hôte pour chacun d'eux...).
    On termine par le son, avec cette VO correcte, où les amerloques ne peuvent plus se passer de claquer des hispanos. Le doublage est plutôt bon, mais sans être un expert sur le sujet, j'admets que j'ai entendu mieux, même si globalement, ça fait le job. L'OST a été composé par Austin Wintory, ce jeune compositeur (36 ans à la sortie du jeu) américain qui a conçu les musiques d'une pléthore de films inconnus au bataillon (et je ne parle de Bollywood, mais bien de films américains, avec sans doute une flopée de bon gros nanars des familles à peine digne d'un mardi après-midi sur M6). Heureusement pour lui et sa carrière, l'homme est également connu pour plusieurs OSTs de jeux vidéo tels que The Banner Saga, Abzû, Erica ainsi que Assassin's Creed Syndicate ou le poétique Journey, où là mine de rien, il semble bien plus "briller". Pour Alien Fireteam Elite, il s'est naturellement inspiré des films, même si pour des questions évidentes de droits, on ne retrouve pas tout à fait les mêmes thèmes. Evolutive, la musique pose une ambiance assez sombre et inquiétante dans les moments calmes, pour laisser place à quelque chose de nettement plus nerveux, de plus "sous pression" afin de ressentir toute l'urgence et la tension qui règne lorsqu'on affronte l'un des pires monstres de l'Univers.
    La bande-son n'est pas au summum de ce qu'elle aurait pu être mais tout à fait entre nous, elle accompagne très bien le jeu. On terminera avec les bruitages qui sont plus ou moins repris (eux aussi) des films. Le mythique fusil d'assaut ou le Smart Gun font un bruit reconnaissable entre mille, ainsi avec ce parterre d'affreux cracheur d'acide, on est rapidement dans l'atmosphère assez particulière de la saga Alien. Idem pour le bruit des ordinateurs (repris de ceux du Nostromo) ou encore ce fameux radar, bien moins traumatisant que dans le Aliens vs Predator de 2010 ou le AvP 2 de 2001. Au final, même si on aurait aimé des armes plus véloces, plus dynamiques, on ne peut nier que le travail accompli est bon, le sound design est fidèle à l'esprit de la licence.



    Alien Fireteam Elite Note


    est un TPS co-op' orienté multi, une sorte de Left 4 Dead en vue à la 3e personne, où l'univers zombie du jeu de Turtle Rock et VALVe a été remplacé par celui plus fascinant encore des Aliens. A titre de comparaison, il n'est pas forcément meilleur que Back 4 Blood (qui de son côté est sorti à peine 2 mois plus tard), mais j'ai pourtant pris plus de plaisir à jouer sur celui-ci. Est-ce l'ambiance et l'univers d'Alien qui a joué en sa faveur ? Une difficulté nettement mieux équilibrée, une IA moins débile ou tout simplement un gameplay plus accessible ? Difficile à dire, mais développé par un petit studio de 40 personnes environ et vendu justement à 40€, Alien Fireteam Elite n'a pas l'ambition d'un gros AAA et pourtant, il se révèle terriblement efficace une fois qu'on est sur le terrain à dessouder du Xénomorphe par conteneurs entiers. Oui le prix de lancement ça compte et il est certes un peu moins beau et détaillé que son concurrent, mais à côté de ça il n'est pas autant truffé de bugs, les animations sont bien plus réalistes et les bots qui nous accompagnent (lorsqu'on joue en solo) ne sont pas des gogols qui vont au charbon (au contraire, ce sont de vrais alliés, même si ça ne remplace pas 2 "vrais gamers" qui joueront sûrement mieux).

    En arpentant les zones sombres et brûlées à l'acide de cette aventure, on se dit également qu'il aurait pu briller en tant que survival-horror ou jeu d'action orienté horreur (comme DOOM 3), s'il avait pris la peine de soigner son ambiance et surtout sa narration. Car les bases sont excellentes, le gameplay est agréable, la prise en mains est précise... Alors bien sûr, Alien Fireteam Elite ne table que sur des valeurs sûres et en dehors de son univers fort, il ne prend aucun véritable risque. Pire, la mise en scène est plus que minimaliste, elle est même à la limite du foutage de gueule, alors que le scénario est pourtant très sympa. De belles cinématiques et une mise en scène plus travaillée (à minima une jolie intro et une vraie fin... il n'y a ici ni l'un ni l'autre, c'est déplorable !) auraient clairement permis au jeu de gagner 1 point de plus. Maintenant sachez que ce qu'Alien Fireteam Elite fait, il fait bien ! Les graphismes sont agréables, respectueux du design des premiers films, l'aventure est fun, la difficulté est équilibrée... on ne va pas se mentir, je me suis bien amusé. Espérons maintenant qu'il y aura un réel suivi, voire même quelques DLCs intéressants, comme des personnages marquants (Ellen "ne la touche pas sale pute" Ripley bien entendu, Dallas et son lance-flammes, le caporal Hicks et son attirail de Marines ou encore la badass Vasquez et son Smart Gun) ou encore de nouvelles missions dans des lieux mythiques comme la prison de Fiorina-16 (Alien 3) ou le vaisseau militaire Auriga (Alien Resurrection). En gros, y'a vraiment de quoi faire quelque chose de bien. En attendant, Alien Fireteam Elite est un jeu bien sympa et pas très cher. Il avait le potentiel d'être meilleur encore mais son orientation jeu de tir co-op' le pose sur des rails dont il ne peut que difficilement se soustraire. Mais qu'à cela-ne-tienne, nous sommes en présence d'un jeu défoulant et on ne va pas se mentir, le fait qu'il emprunte le richissime univers d'Alien lui donne un charme qu'aucun autre ne peut égaler.



    Les -

  • Pas vraiment d'intro, on ne nous explique strictement rien, narration désuète, mal fichue et non mise en scène ! Autant dire que c'est la grosse déception de ce Fireteam Elite...
  • Orienté sur du 100% action, le jeu ne soigne absolument pas son ambiance et ne laisse presque aucun temps mort
  • La gestion des menus et des options (avec un curseur) est mal adaptée au gamepad
  • Une fin à la hauteur de la mise en scène du jeu : c'est à dire minable !
  • On n'aurait pas craché sur un doublage en VF
  • Level design platonique et cloisonné


  • Les +

  • Toute la panoplie d'affreux : coureur, cracheur, guerrier, œufs, facehuggers... y'a même quelques nouveaux et une reine !
  • Menu d'options correctement fourni et possibilité d'entièrement configurer ses touches
  • Les fans jubileront lorsqu'ils arpenteront certains lieux au design mythique !
  • Prix d'entrée de 40€ et ce, pour une durée de vie très convenable
  • Le respect du design rend le jeu particulièrement immersif
  • Un sound design est, lui aussi, très respectueux des films
  • Jouabilité précise au pad, et arsenal puissant
  • En solo, les bots font bien leur job


  • Test réalisé par iiYama

    mars 2022


    Faites glisser les images ou utilisez les flèches sur les bords