Spec Ops : The Line (PC/X360/PS3)

 






   


Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : juin 2012
Développeurs : Yager Development (solo) / Darkside Game Studios (multi)
Editeur : 2K Games
Genre : TPS

Version testée : Française
Version PC : 1.0
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Support : 1 DVD (X360-PC) / 1 Blu-Ray (PS3)
Espace disque nécessaire : 10Go (PC) / 2Mo (X360) / 1.4Go (PS3)
Moteur graphique : Unreal Engine 3
Définitions HD max (consoles) : 1080p (X360) - 720p (PS3)
Compatible 3D (consoles) : non

Difficulté :
Compatible Kinect (X360) : non
Compatible Move (PS3) : non
Multi-joueurs : 8 joueurs online
Prix au lancement : 50€ (PC) / 70€ (consoles)
Score des ventes : 1.2 Million (tous supports)


Configuration recommandée (PC) :
CPU : Quad Core 2.4Ghz
RAM : 3Go
VIDEO : avec 512Mo de VRAM (type GeForce 9800GTX / Radeon HD4850)

Configuration de test (PC) :
CPU : Intel Core i5-2500 (3.33Ghz)
RAM : 8Go DDR3
VIDEO : GeForce GT 560Ti avec 1024Mo de VRam
OS : Windows 7 (64bits)
Résolution testée : 1680x1050 (16:10)
Niveau de détails :



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Spec Ops

The Line


Dubaï est un
The Line nous propose de vivre la descente aux enfers d'un trio de l'armée régulière. Les choix sont par ailleurs cornéliens
émirat des Émirats Arabes Unis mais aussi le nom que porte sa ville la plus connue (mais ce n'est pas la capitale, qui est Abou Dabi). A elle seule, elle compte aujourd'hui plus de 1.7 millions d'habitants (2.3 millions si on englobe l'agglomération) et c'est bien connu, c'est la ville de toutes les démesures comme la tour la plus haute du monde (la Burj Khalifa, 164 étages pour 828m !) ou encore Palm Islands, une construction de 3 ensembles balnéaires, résidentiels et touristiques de luxe en forme de palmier. Pourquoi je vous parle de ça ? Et bien tout simplement parce que le dernier Spec Ops, sous-titré The Line, se déroule dans cette ville-là. Spec Ops est une lignée de jeux qui a d'abord sévit sur PC de 1998 à 2000, puis sur PlayStation et DreamCast jusqu'en 2003. Malgré une brève apparition en 2009 sur PS3 et PSP via le Store, on ne peut pas dire que la série Spec Ops ait été surexploitée, ni même quelle rayonne comme un grand nom. Bref, on ne peut pas dire que le retour de la série sur le devant de la scène eu été très attendu et pourtant, Yager (un développeur allemand, finalement assez peu connu) a réussi le pari fou de nous proposer un jeu plus mature qu'à l'accoutumée. Dubaï a été victime de plusieurs tempêtes de sable extrêmement violentes qui ont ravagées la ville. La nature a repris ses droits et si Dubaï semble en ruines, désertique, quelques survivants y sont encore présents. Dans ce contexte, on joue le Capitaine Martin Walker, accompagné du Lieutenant Adams et du Sergent Lugo. Sur place, ils veulent en premier lieu résoudre la mystérieuse disparition d'un bataillon de l'armée américaine mais très vite, ils vont s'apercevoir que la ville n'est pas si fantôme qu'elle en a l'air et les 3 hommes vont se mettre 2 factions à dos (elles-même en conflit). La grande force de The Line, c'est de nous proposer plusieurs manières différentes d'avancer dans le jeu grâce aux choix que fera le joueur. Des choix qui ont des conséquences sur la suite de l'histoire et sur le moral du trio, aboutissant sur 3 fins différentes.


D'une simple
Très classique, The Line propose un gameplay commun à la plupart des TPS actuels
mission de reconnaissance, pris dans le tourbillon des évènements, ils vivront une véritable descente en Enfer et ce n'est pas parce qu'on est à Dubaï qu'on va flinguer du musulmans à tout va. Ouf ! Les développeurs ont eu un peu plus de jugeote que ça, car ce cliché-là commence à vraiment lasser. Sur la question de la mise en scène, nous avons des cut-scènes gérées en temps réel, des cinématiques pas mauvaises même si elles ne vous décrocheront pas la mâchoire (à quelques exceptions près). A côté de ça, on appréciera une synchro labiale pas trop piétinée, et un doublage français de qualité. Niveau immersion, on est dedans ! En plein jeu on pourra aussi trouver des infos (textes et voix-off) qui nous en apprendront plus sur le fond de l'histoire. Par contre, ce que je regrette vraiment, c'est que les cinématiques ont la bougeotte. Certes on est loin des mouvements extrêmes d'un Splinter Cell Conviction, mais cette manie que les développeurs ont de croire que ça "dynamise" la mise en scène, est vraiment pénible. Et plus l'écran est grand, plus l'effet est lourd-dingue à supporter. Heureusement qu'en jeu, ça ne le fait plus. L'aventure de The Line dure en moyenne 8 heures et pour rallonger un peu la sauce, on dispose d'un sympathique multi-joueurs au contexte différent du solo. Ce mode online (en 2 équipes de 4) ne révolutionnera pas le genre mais reste agréable à jouer. Par contre, 2e fausse note du jeu, le mode coop' n'était pas disponible au lancement du jeu : il n'est arrivé que plus tard, en DLC gratuit. Avouez que c'est crétin d'être toujours suivi par 2 autres gars, qui ne pouvaient pas être joués par des amis. Spec Ops : The Line est un jeu de tir objectif (un TPS), tout ce qu'il a de plus classique. On se met à couvert exactement comme dans Gears of War (avec même quelques rares bugs et un personnage qui ne veut pas faire ce qu'on lui dit), déplacement d'une couverture à l'autre, pas coursé, tir au jugé, tir précis, attaque au corps à corps… bref du grand classique.


On peut porter 2
Techniquement, le jeu n'est pas super beau mais suffit...
armes de son choix (et on laissera vite ses armes de bases pour d'autres plus "épicées"), 3 types de grenades (flash, frag…) mais aussi donner quelques ordres rapides à son équipe. Des coéquipiers qui se débrouillent très bien sans nous, malgré les (rares) errances habituelles de ce type de jeux. Nous avons aussi quelques phases de pseudo-infiltration où le silencieux sera de mise. Malheureusement on se fait calculer tellement vite qu'il ne sert (presque) jamais à rien de faire dans la finesse. Autre détail, on pourra aussi faire des attaques contextuelles (comme tirer sur les vitres du bus rempli de sable, pour ensevelir les ennemis qui sont en dessous), c'est marrant mais un peu sous-exploité (c'est souvent scripté en fait). On n'échappera pas aux sempiternelles phases de rail-shooters, ni aux tempêtes de sable, histoire de pimenter quelques fois les affrontements. En somme The Line se veut relativement classique dans ses phases d'action, en me faisant pas mal penser à GRAW 2 (version consoles). Mais attention, classique ne veut absolument pas dire mauvais, au contraire : le jeu est agréable et l'action y est nerveuse comme on aime. Finalement je n'aurai que 2 tout petits regrets à formuler, à savoir que quelques passages trainent en longueur avec des ennemis qui n'arrêtent pas d'affluer histoire d'allonger artificiellement la durée de vie, mais aussi que la visée est un brin rapide même au réglage minimum. Mais il n'y a pas là matière à geindre, le titre de Yager étant vraiment plaisant à parcourir. Une nouvelle fois, c'est le moteur d'Epic, l'Unreal Engine 3, qui est à pied d'œuvre. Bien sûr on saluera l'originalité des lieux et une luxure mise en contradiction directe avec la désolation ambiante. L'ensemble est très correct (on appréciera aussi quelques headshots ponctués de ralentis du plus bel effet), ainsi que des situations pas forcément nouvelles, mais qui restent sympathiques à vivre (en temps de guerre dans un jeu vidéo, bien entendu…).


Malheureusement,
Dubaï en terrain de guerre, c'est original
cette ambiance baignée de soleil et la surexposition des décors, n'arrive pas à masquer une réalisation en dessous des standards. Je suis d'accord, ça ne change rien au jeu et il ne sert à rien de faire des comparatifs, mais quitte à tester un jeu, autant y voir ses qualités comme ses faiblesses non ? Ainsi l'Unreal Engine 3 nous sort son bouquet gagnant de bugs perso, à savoir qu'un a un sacré aliasing (qu'on peut gommer sur PC, mais sur consoles…), pas mal de clipping (vous savez, ces sprites qui apparaissent sous notre nez) mais aussi des textures à 2 vitesses, propre au middleware d'Epic Games. On notera aussi quelques animations de PNJs ou de coéquipiers ratés (même si dans l'ensemble, avouons-le, c'est réussi), ainsi que des bugs ou une construction étrange, à l'image de ce héros qui parle parfois sans ouvrir la bouche ou encore ces mecs qui se déplacent sur la tyrolienne à mains nues (WTF ?). Là évidemment, ça manque de crédibilité. D'ailleurs si la gestion du sable est assez correcte, elle est loin d'égaler la perfection visuelle d'Uncharted 3. Côté son, je l'ai déjà évoqué, le doublage est de très bonne qualité (on y reconnait quelques pointures de la voxographie française, comme Patrick Bethune). Les bruitages sont pour ma part un peu mollassons, avec parfois des pétoires asthmatiques (comme celle qu'on a au début du jeu), et qui auraient gagné à être plus dynamiques. Sinon dans l'ensemble, il n'y a rien à dire. Enfin les musiques font un clin d'œil assumé à une pointure du cinéma, j'ai nommé Apocalypse Now. En effet le jeu en reprend quelques codes, comme ces musiques rock que Mr Radio nous passe à certains moments-clé (le bougre ne se gênera pas non plus pour nous faire quelques élocutions déraisonnables). Ca ponctue admirablement bien l'aventure, au point que l'infime frontière entre jeu vidéo et film, vient encore de s'amincir.



Spec Ops : The Line Note
est un excellent jeu qui propose une incursion forte dans les entrailles de Dubaï, mais aussi dans le mental malmené de ces 3 personnages qu'on va suivre. Véritablement sublimé par une bande-son très travaillée (musiques et doublage), le scénario accroche et se veut bien plus mature et poignant qu'à l'accoutumé. Cependant, je n'érigerai pas ce titre au panthéon des meilleurs TPS de cette génération et ce pour quelques raisons : des bruitages parfois mollasses, une réalisation juste moyenne (mais on peut facilement lui pardonner) et surtout un manque de mode coop' injustifiable à sa sortie. Nous sommes toujours 3 en lice, et il aurait été agréable de pouvoir jouer en trio, là où la plupart des jeux actuels nous propose du coop' même lorsque ça n'est pas indiqué. Une vraie faute de gout… Cependant je tiens à souligner que nous avons là un bon jeu, qui pourra largement briller sur une suite s'il corrige ses quelques écueils. Car déjà en l'état, il nous fait vivre une bien riche expérience.



Les -

  • Le coop' n'était pas dispo au lancement du jeu
  • Les bugs habituels de l'Unreal Engine 3
  • Des cut-scènes "tremblantes"
  • Pas super beau
  • Les +

  • De grosses références (assumées) à Apocalypse Now
  • Des choix qui ont des conséquences
  • Un contexte et un décorum original
  • Les attaques contextuelles
  • Un bon doublage
  • 3 fins différentes

  • Test réalisé par iiYama

    novembre 2012 (mise à jour : aout 2014)