Sacred 3 (PC/X360/PS3)

 





Cliquez pour agrandir

   


Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : aout 2014
Développeur : Keen Games
Editeur : Deep Silver
Genre : RPG - action (hack 'n slash)

Version testée : Française
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Support : 1 DVD (X360-PC) / 1 Blu-Ray (PS3)
Espace disque nécessaire : 25Go (PC) / 1Mo (X360) / 7Go (PS3)
Définitions HD max (consoles) : 1080p (X360) - 720p (PS3)
Compatible 3D (consoles) : non

Difficulté :
Compatible Kinect (X360) : non
Compatible Move (PS3) : non
Multi-joueurs : 2 joueurs en local / 4 joueurs online
Prix au lancement : 50€ (PC) / 70€ (consoles)
Score des ventes : 140.000 (tous supports)


Configuration recommandée (PC) :
CPU : Quad Core 2.2Ghz
RAM : 4Go
VIDEO : avec 1024Mo de VRAM (type GeForce GT 640 / Radeon HD 5570)


Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Sacred 3








Vu comment ma sœur
L'histoire est inintéressante... Regrets :(
et moi avions torché Sacred 2 avec plaisir, quand on a appris l'existence d'un épisode 3, on l'a acheté les yeux fermés. Mais quelle erreur, putain (désolée mais c’est le mot), on n'en revient toujours pas ! Sorti en aout 2014 et développé par Keen Games (et non par Ascaron et là déjà, ça fait peur vu leur CV : Dance Dance Revolution, TNT Racers, Secret Files) on l'a pris en "First Edition". Et heureusement parce que sinon on aurait carrément pleuré je pense...
Si on regarde le temps qu'on a passé dessus, en gros on l'a fini en 2 jours (sans geeker comme des malades, sinon ça aurait été 1 jour). Avec la First Edition on a eu en plus le contenu "l'Histoire des Enfers" qui comprend 4 missions supplémentaires, donc imaginez sans. Et fort heureusement pour le mental de Merlin, l’édition comprend en plus un héros Malakhim. Tout ça sous forme de DLC à télécharger grâce au code dans la boite. Nous avons fait notre première partie en mode "Champion", si on avait su, on aurait fait le "Légende" direct. Et nous avons terminé le boss final en étant seulement au niveau 25. Le DLC "Histoire des Enfers" à des niveaux qui durent assez longtemps, et y'a pas mal de challenge. Je veux vraiment souligner que le mode "Divinité" donne de quoi faire, car il est vraiment hard avec ses hordes d'ennemis dont il faut sans cesse interrompre les attaques ou pouvoirs ! Je n'ai toujours pas réussi à finir ce mode.
Nous mettons le jeu en route et nous commençons par créer notre héros. "Créé" est un bien grand mot, car mise à part choisir le perso, vous n'avez rien d'autre à faire. De base vous n'aurez que Claire la Séraphine (épée et pouvoirs divins), Marak le Safiri (pouvoirs solaires et bâton), Alithea l'Ancarienne (lance et pouvoirs de la terre), Vajra le Khukuri (arc et pouvoirs de glace). Enfin, le perso supplémentaire offert en DLC, c'est Kython le Malakhim (lames et pouvoirs du sang). Voilà, comme vous le voyez, on est vite prêt vu qu'il n'y a rien à faire. Le truc mega-chiant de ce jeu, c'est qu'à chaque fois que vous reprenez une partie, mourrez ou sortez d'une partie en cours, le jeu ce met ou revient sur l'option "Partie Public". Mais merde, ils ne pouvaient pas penser à un truc de profil de sauvegarde pour gérer sa préférence dans les options !!! Parce que du coup, vu que tu as tendance à oublier ce détail, tu as toujours des mecs pour polluer ta partie...


Continuons
Le contenu est chiche, donc vous finirez l'aventure assez vite (trop vite ?)
avec la déception suivante : le monde d'Ancaria se présente sous forme de plateaux, comme un jeu de l'oie... On s'y déplace d'ailleurs exactement de la même manière : de case en case. La claque de purin. Sérieux quand on pense au monde ouvert de l'épisode 2, ça fait vachement mal aux yeux et au moral. Forcément, quand tu découvres ça, tu sais bien que dans les niveaux aussi, tout sera différent. Et c'est le cas ! Les niveaux s'apparentent à des donjons dans lesquels il faut éliminer tous les méchants, détruire des éléments, tourner des roues pour débloquer des passages... pendant que des hordes d'ennemis s'abattent sur vous.
Les gros points sur la carte sont les niveaux qui déclenchent le scénario principal du jeu et il y en a genre 15 sans les DLCs. Complètement inintéressants et pas vraiment travaillés. Les plus petits, sont des sortes d'arènes qui vous aideront à XP, vous réapprovisionner en objets (potion, totem d'énergie, totem de protection, etc) et vous refaire de l'argent. L'argent est très important car c'est grâce à lui que vous débloquez les différents points dans les catégories Techniques de Combat, Compétences et Equipement. Menus dont vous vous occuperez pour augmenter les performances de votre héros.
Pour en revenir aux items, qu'on gagne dans les niveaux d'arène, il y en a certain qui sont des "auto-rechargés". Ils sont très utiles, voir indispensables en difficulté "Légende" et "Divinité". Car ils ont la capacité d'être toujours dans votre inventaire quand vous reprenez votre partie, ou que vous cumulez les niveaux sur une même session, alors que les autres disparaîtront si vous les avez utilisés. Il vous faudra alors en acheter au Magasin ou en gagner dans un niveau d'arène.


Ce que l'on
Seuls bons points du titre : les graphismes sont colorés et les musiques sont sympas. Malheureusement, ça n'en fait pas un bon jeu
ne peut pas critiquer, ce sont les graphismes du jeu puisqu'ils sont tout de même beaux. Les persos ont leurs ombres qui se reflètent, quand on passe sur des végétaux ils se courbent dans la direction que l'on prend. Les niveaux sont colorés et "brillants" comme j'aime dans les JDR fantaisistes. De plus, comme dans l'ancien opus, tout est en français. Ils ont aussi conservé les répliques débiles mais sympathiques que sortent les héros pendant qu'on joue. Les Esprits d'Armes nous parleront, eux aussi, assez souvent durant les parties et c'est plutôt agréable car ils disent des choses hilarantes. Par exemple, mon Mage de Combat passait son temps à me faire des allusions sexuelles. Sinon vous pouvez aussi obtenir les esprits Elfe, Démone, Humain possédé, Nain, Dragon, Dryade, Gladiateur, Elfe Noir et Vampire au cours de n'importe quel niveau. Par contre, vous ne savez pas sur lequel vous allez tomber, c'est complètement aléatoire. Vous pouvez choisir lequel vous accompagnera, sachant que chacun apporte son lot de bonus et de malus avec lui.
Enfin, si dans Sacred 2 il y avait des latences de temps à autre, ici il n'en est rien. Par contre, je suis restée dans le décor plusieurs fois. Cependant, j'ai surtout ragé un nombre incalculable de fois en mode Divinité car les hordes d'ennemis restaient collés à moi : j'avais beau esquiver ou sauter, je restais enfermé... Ça c'est du gros nawak car du coup on se fait "one shot". Rageant...



Il est clair Note
que Sacred 3 n'a aucun intérêt, si ce n'est en occaz' à 5 €uros pour uniquement jouer en multi avec micro, ou en coop avec un ami (heureusement disponible en local). Dommage, car ça aurait pu être un petit jeu cool tout en conservant une différence nette avec l'épisode Fallen Angel, qui reste à mes yeux, une grosse tuerie. En somme, ce 3e opus n'a de Sacred que le nom et l’univers, car à part quelques facettes assez réussies (comme les graphismes, qui sont sympas), le peu talentueux studio de Keen Games s'est planté.



Les -

  • Vide de contenu (et donc, trop court)
  • Ce n’est pas un Sacred :(
  • Ça devient vite chiant
  • Carte ridicule
  • Les +

  • Euhhhhhh... les graphismes
  • Euhhhhhh... les musiques
  • Après je vois pas -_-


  • Test réalisé par Karma

    Lire l'article original sur son blog Karma World Tour
    avril 2015