Resident Evil Revelations (X360/PS3/PC/WiiU)

 






Cliquez pour agrandir

 

 


Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : mai 2013
Développeur : Capcom
Adaptation : Capcom
Editeur : Capcom
Genre : survival-horror / action

Version testée : Française
Version logicielle : 1.0
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Support : 1 DVD (X360-PC) / 1 Blu-Ray (PS3) / 1 iDensity (Wii U)
Moteur graphique : MT Framework
Compatible 3D (consoles) : non

Difficulté :
Compatible Kinect (X360) : non
Compatible Move (PS3) : non
Multi-joueurs : 2 joueurs online

Abréviation : RE Revelations
Titres alternatifs : Biohazard Revelations (JAP) / Biohazard Revelations : Unveiled Edition (JAP) / Resident Evil Revelations : Director's Cut (US)
Prix au lancement : 40€ (PC) / 50€ (consoles)
Score des ventes : 2.2 Millions (tous supports)


Configuration recommandée (PC) :
CPU : Quad Core 2.7Ghz
RAM : 4Go
VIDEO : avec 1024Mo de VRAM (type GeForce GTX560 / Radeon HD6950)

Configuration de test (PC) :
CPU : Intel Core i5-2500 (3.33Ghz)
RAM : 8Go DDR3
VIDEO : GeForce GT 560Ti avec 1024Mo de VRam
OS : Windows 7 (64bits)
Résolution testée : 1680x1050 (16:10)
Niveau de détails : Max + FSAA


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)


Resident Evil

Revelations




Si en 2012
La mise en scène n'est vraiment pas mauvaise. Seule l'écriture est un peu prévisible
j'ai laissé la parole à mon confrère et ami Puffmagicd, c'est tout simplement parce qu'à l'époque, je n'avais pas de 3DS pour tester moi-même Resident Evil Revelations. Pourtant vous le savez sans doute, il y a bien un jeu (le premier Resident Evil pour être précis) et une série que je porte aux nues, qui est ma référence en la matière et mon "jeu de chevet", c'est bien celle-ci. Sorti il y a maintenant un an et demi de ça, Resident Evil Revelations aura offert à la toute récente 3DS son premier grand survival horror. Un succès dû à plusieurs bonnes facettes du titre comme le premier doublage français de Capcom (un très bel effort venant d'un développeur japonais), une progression et une ambiance "à l'ancienne", ainsi qu'une réalisation absolument bluffante pour une simple portable. Mais si aujourd'hui je reprends les raines de ce test, c'est tout simplement parce que le jeu a été adapté et "HDisé" sur nos vieilles consoles actuelles, les PlayStation 3, Xbox 360, Wii U (et oui, vu son architecture, cette console a déjà 6 ans de retard) et enfin sur PC. Ainsi cette ancienne exclusivité 3DS, qui a reçu un très bon accueil de la presse et qui s'est correctement vendu sur son support d'origine, s'expatrie pour le plus grand bonheur des fans. En effet, si Resident Evil DS est resté une exclusivité à la première "Dual Screen" de Nintendo, il faut reconnaitre qu'il n'apportait pas grand-chose au titre PlayStation, or ici nous parlons bien d'un jeu 100% nouveau, ce qui a fait grincer les dents de quelques puristes qui pensent qu'un bon Resident Evil ne se joue pas en nomade, mais à la maison, devant une télé (géante de préférence ^^), dans le noir et avec un casque sur les oreilles. Capcom sentant qu'il y avait là de quoi vendre encore quelques copies de son jeu, a annoncé en janvier 2013 que le portage était en cours et surtout qu'il sortirait à peine quelques mois plus tard.


Nous voilà donc
En passant à un "vrai pad" le jeu est plus jouable que jamais ! Un vrai plaisir :)
avec ce fameux disque, troqué contre la mini-cartouche 3DS, à mettre dans sa console de salon ou son PC. A l'image de Resident Evil 6, nous jouerons toujours en binôme et surtout, nous alternerons les équipes. Le jeu est découpé en chapitres, avec à chaque fois un résumé des épisodes précédents. Certains trouvent ça ridicule et hors de propos mais il faut se remettre dans le contexte. A l'origine le jeu est conçu pour une portable, et donc pour des sessions courtes. Finalement ce chapitrage n'est pas si hors contexte que ça. Si l'aventure se joue surtout avec Jill Valentine (qu'on n'avait pas revu depuis Resident Evil 5, et encore, pas en version jouable hors DLC, où là il faut remonter jusqu'à Resident Evil 3 !), accompagnée de Parker Luciani, nous prendrons également le contrôle de Chris Redfield (accompagné de Jessica Sherawat) et plus occasionnellement celui de Keith Lumley et Quint Cetcham, 2 petits nouveaux pas bien charismatiques. L'histoire nous raconte que Terragrigia, une ville futuriste flottant sur les eaux, fut envahie par les armes biologiques de Veltro en 2004 et pour éradiquer la menace, elle dû être détruite. En 2005, Jill a perdu contact avec Chris et Jessica. En suivant les coordonnées trouvées, elle et Parker, sont envoyés sur un navire : le Queen Zenobia. C'est alors qu'elle découvre que ce navire est infesté de créatures mutantes. Elle devra faire preuve de courage pour pouvoir s'échapper vivante et découvrir la lourde vérité sur Chris et ce navire. Pendant ce temps, en pleine montagne, Chris Redfield et Jessica sont témoins d'un crash d'avion. Très vite ils découvriront la base de Veltro, un groupe bioterroriste possédant le virus T-Abyss. Jill sur ce navire, Chris en pleine montagne, un nouveau virus en circulation et la destruction de Terragrigia… tout ça est lié ! L'histoire se cale donc un peu avant celle de Resident Evil 5. La mise en scène est très correcte et se base sur le couple vidéos en images de synthèses pour les scènes les plus complexes à reproduire, et bien sûr cut-scènes gérées en temps réel.


Lors des cut-scènes,
La durée de vie est vraiment bonne et le mode Commando la fait perdurer agréablement
les protagonistes n'ouvrent que timidement la bouche, mais une fois de plus, il faut se rappeler que le jeu part d'une 3DS. Et comme tout jeu se nomme "révélations" (voir Assassin's Creed Revelations), les super découvertes ne sont pas si exceptionnelles que ça, voire même le scénario se veut un peu prévisible. Mais il n'empêche que l'ensemble tient correctement la route, même si bien évidemment, on est loin des super trames à la Kojima. On notera également que Resident Evil Revelations est le tout premier jeu de Capcom à avoir été doublé en français. Moi je dis bravo et merci pour cette initiative car je ne l'ai jamais caché : lire des sous-titres ça me casse l'immersion (et les pieds !). Seul bémol, le doublage français est assez inégal. Chris et Jill sont bien doublés mais Jessica et Parker sont en dents de scie et les 2 derniers eux, sont même un peu bâclés. Reste que l'ensemble est très correct et pour un premier essai, c'est une belle réussite (une réussite qui sera ensuite confirmée dans Resident Evil 6). Au niveau de la prise en mains, ce jeu était l'ambassadeur du Circle Pad Pro de la 3DS, cet horrible furoncle qu'on colle à sa console portable et qui apporte la seule chose qui lui manque : un second stick analogique. Evidemment, sur consoles HD et PC, la question ne se pose plus et même, le jeu en devient particulièrement agréable (par exemple il n'y a plus de touche pour courir, la vitesse se gère grâce à l'inclinaison du stick). Je l'admets, j'ai beaucoup aimé le jeu sur 3DS mais ici, dans cette version à la fois lifté et autrement plus jouable, je le redécouvre complètement ! La visée est précise, on peut se déplacer enjoue et comme nos pads sont équipés de double-gâchettes, nous avons même une prise en mains plus rapide et aisée (comme lancer des grenades sans devoir s'en équiper au préalable). Les options nous permettent quand même de jouer "à l'ancienne" (comme l'épisode 4 en fait) où une fois enjoue, on ne plus bouger et on vise avec le stick gauche (c'est d'ailleurs ce que je reproche le plus à Resident Evil 4 HD) mais il est clair que c'est une option, car il serait un peu bêbête de jouer ainsi, quand on peut avoir une jouabilité plus contemporaine et calquée sur ce qui se fait actuellement.


D'ailleurs cette mise
Le jeu n'est pas forcément plus facile mais il est tellement plus jouable que sur 3DS, que forcément on s'en sort mieux
à jour rend le jeu plus facile qu'il ne l'était déjà. En effet, avec la possibilité de déplacer enjoue, un personnage nettement plus mobile grâce à une caméra gérable sur le stick droit mais aussi un pad bien plus précis que le stick 3DS, forcément l'aventure peut paraitre vraiment simple. Voilà pourquoi Capcom a pris la peine d'ajouter un niveau de difficulté supplémentaire, qui corse drastiquement les choses. Après ça reste du Resident Evil dans l'âme à savoir qu'on cherche ses munitions, nous avons un inventaire limité, les herbes vertes soignent les blessures, etc. En solo, le 2e personnage fait vraiment de la figuration car il n'est pas rare qu'il soit planté là, comme un pot de fleurs, à attendre que ça passe. De même j'ai la nette impression que lorsqu'il tire sur les ennemis, il inflige des dégâts bien souvent ridicules, nous laissant ainsi faire tout le boulot. Au rang des nouveautés nous avons le "genesis", une sorte de scanner. En scannant les ennemis on gonfle une jauge qui, si elle atteint les 100%, nous récompense avec un kit de soins. De même il faudra scanner tout le décor pour dénicher la moindre pièce à conviction ou munition. Dans les faits, c'est assez rigolo mais ça manque sérieusement de crédibilité. En effet, pourquoi notre perso irait se faire suer avec son genesis au lieu de fouiller à la main un simple carton ? Pire encore, le genesis trouve parfois des objets qu'on devrait voir à l'œil nu ! Exemple on trouve une herbe verte par terre, alors qu'il n'y a rien pour la cacher et que même une fois découverte, on ne voit qu'un point briller et non l'herbe en question. Là franchement, c'est débile ! Malgré tout, ce Resident Evil Revelations nous propose ce qu'on n'avait pas eu depuis trop longtemps : une progression à l'ancienne. Comprenez par là qu'avec Jill, le jeu est moins linéaire qu'habitude, on fait des allers/retours, on cherche des clés pour ouvrir des portes précédemment fermées… en clair, ce qu'on reprochait aux 3 premiers épisodes faisaient en réalité leur force et retrouver ça dans cette énième spin-off de la série, ça fait un bien fou !


En gros,
D'excellents bruitages et un sympathique doublage français, apportent un vrai plus à l'ambiance
on retrouve un peu les "sensations" de l'époque, ce qui fait qu'on aura immédiatement beaucoup de sympathie pour lui. D'ailleurs l'ambiance est y particulièrement travaillée et même si on est désormais rôdé au genre, il ne sera pas rare d'avoir quelques petits coups de sang bien sentis. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, l'aventure offre une très belle durée de vie. Quand on croit voir pointer l'épilogue, on réalité on n'est qu'au 2/3 du jeu. Et c'est vrai que Capcom n'a jamais lésiné à faire des jeux longs, surtout sur cette série. A ça s'ajoute le mode Commando, qui est ici agrémenté du personnage de HUNK (dommage qu'on ne puisse pas jouer à 2 en local, uniquement online). Ce mode offre un paquet de challenges supplémentaires et gonfle naturellement la durée de vie, si vous vous y intéressez. Techniquement, la version originale fonctionnait sous MT Framework Mobile, une version allégé du middleware qu'on connait bien sur des titres plus ambitieux comme Devil May Cry 4, Resident Evil 5, Dead Rising 2, Lost Planet 2 ou Dragon's Dogma. A sa sortie, le jeu avait beaucoup surpris car c'était hyper beau ! On ne pensait pas la 3DS capable de faire des environnements aussi riches, aussi détaillés, des éclairages aussi travaillés et des personnages aux animations aussi fluides. Bref, la 3DS nous a fait une très belle démonstration de ses performances et ce jeu-là reste encore à l'heure actuelle, l'une des grosses références du support. Maintenant sur nos machines de combats, il en est naturellement tout autre. Quand on a vu Halo 4 sur Xbox 360, Uncharted 3 sur PlayStation 3 ou Battlefield 3 sur PC, il est normal d'avoir plus de mal à s'enthousiasmer. Maintenant il faut savoir faire la part des choses. S'il n'égale pas les performances des productions actuelles, il faut avant tout se souvenir de ses origines modestes !


Je vous rappelle qu'une
Le jeu était très impressionnant sur 3DS et ne démérite pas dans cette version, même si évidemment il n'égale pas les meilleures productions de ses supports respectifs
3DS ne possède qu'une résolution de 800x240, comprenez bien qu'en upscalant ne serait-que jusqu'au HD Ready (720p), la résolution monte à 1280x720. Ainsi on peut trouver que certains angles sont un peu mal dégrossis, que certaines textures bavousent un peu ou encore que les expressions faciales des divers protagonistes sont pour ainsi dire inexistantes. Pourtant, il serait vraiment injustifié et malhonnête de cracher sur cette "HDisation". Contrairement à bien des jeux où le terme HD est un peu usurpé (voir Hitman Trilogy HD ou Resident Evil : Code Veronica X HD), ici Capcom a fait un véritable travail de mise à niveau. Le jeu s'affiche en 16:9 plein écran et n'a pas à rougir de certaines productions. Toutes proportions gardées, c'est même une belle réussite, car le design lui, n'a pris une ride. Seuls bémols à tout ça, si sur 3DS on le subissait moins, sur grand écran l'effet de tangage du bateau peut être assez gênant (en plus il n'y a pas d'option pour désactiver ça). Ca peut filer la nausée à celles et ceux qui ont le cœur fragile. Autre détail, les temps de chargement n'ont pas du tout été optimisés. Ils sont plus courts que sur 3DS mais à l'heure du streaming et des mondes ouverts sur plusieurs kilomètres carrés, les développeurs auraient pu nous éviter ces attentes qui visent à charger les données dans une zone dans un lieu tampon (comme lorsqu'on voit cette barre tourner, tourner, tourner… le temps qu'on poireaute). C'est quand même dommage. On notera que cette version HD propose un nouvel ennemi mais c'est vraiment trop peu pour varier un bestiaire finalement assez redondant. Mais ses qualités sont ailleurs, vous l'aurez bien compris. Enfin côté son, Capcom nous propose l'exacte partition de la version 3DS. Y'avait-il quelque chose à changer ? Non ! Si l'ambiance n'est pas hyper soutenue, les musiques (souvent angoissantes) sont calibrées et portent le jeu. Les bruitages sont dynamiques comme on les aime et je ne reviens pas sur le doublage français qui est, je le répète, très correct.



Personnellement, Note
j'aurai vraiment aimé mettre plus à ce jeu. Pourquoi ? Et bien simplement parce qu'il le mérite ! Déjà il revient à des mécaniques un peu vieillottes certes mais qui fait tout le charme des anciens épisodes (allers/retours inclus), il pose une excellente ambiance, une histoire plutôt bien amenée (même si elle reste prévisible de bout en bout), une réalisation modeste mais qui tient la route (surtout quand on pense qu'à l'origine c'est un jeu portable !) et désormais, une prise en mains précise et agréable. Cependant, à l'origine je pensais que le jeu allait sortir au format dématérialisé, vendu entre 15 et 20€, exactement comme l'a fait Crysis en son temps. Or il sort au format boite, ce qui est de bon augure pour les collectionneurs comme moi (et un jeu de plus sur l'étagère, un ! :) mais qui enfle drastiquement le prix de vente. Vendu à 50€, je trouve l'addition un peu salée, surtout pour un jeu qu'on connait déjà et qui propose si peu de nouveautés. Maintenant, c'est exactement ce qu'il nous a couté sur 3DS, si on voulait y jouer dans de bonnes conditions. A 30€ le jeu + 20€ le Circle Pad Pro, le cout est au final identique. Ajoutons un tangage qui peut s'avérer pénible pour certain(e)s, des loadings non optimisés et un doublage assez inégal pour tous réels défauts. Car c'est un fait, si Resident Evil 6 s'est bien vendu, les fans ont finalement plus de sympathie pour cet épisode-là, sans doute parce qu'il se la joue moins mégalo et pose une ambiance plus "residentevilienne", exactement celle qu'on a perdue depuis bien des années déjà. En somme, Resident Evil Revelations est meilleur que jamais ! Déjà très bon sur 3DS, il est magnifié sur nos écrans HD, bien plus agréable à prendre en mains, plus précis, plus léger aussi, et au final le jeu n'en est que meilleur. En conclusion, si vous ne l'avez pas sur 3DS (auquel cas l'intérêt est quand même assez limité), foncez, car nous sommes en présence du meilleur Resident Evil que Capcom ait pu faire depuis bien des années...



Les -

  • Le genesis, une bonne idée mais qui nous prend pour des idiots
  • Temps de chargement non optimisé
  • Trop peu de nouveautés
  • Un peu cher
  • Les +

  • Une ambiance et des mécaniques "à l'ancienne"
  • Une prise en mains meilleure que jamais !
  • Excellente durée de vie
  • Mise à jour HD réussie
  • Bonne qualité du son
  • Doublé en français

  • Test réalisé par iiYama

    mai 2013