Resident Evil : Operation Raccoon City (PC/X360/PS3)

 






   


Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : mars 2012
Développeur : Slant Six Games
Editeur : Capcom
Genre : TPS orienté multi

Version testée : Française
Version PC : 1.0
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Support : 1 DVD (X360-PC) / 1 Blu-Ray (PS3)
Moteur graphique : Hexane Game Engine
Moteur physique : Havok
Compatible 3D (consoles) : non

Difficulté (solo) :
Compatible Kinect (X360) : non
Compatible Move (PS3) : non
Multi-joueurs : modes coop' et versus

Abréviation : RE ORC
Titre alternatif : Biohazard Operation Raccoon City (JAP)
Prix au lancement : 50€ (PC) / 60€ (consoles)
Score des ventes : 1.9 Millions (tous supports)


Configuration recommandée (PC) :
CPU : Quad Core 2Ghz
RAM : 2Go
VIDEO : compatible avec les Shader Model 3.0 (type GeForce GTX 260 / Radeon HD 4850)

Configuration de test (PC) :
CPU : Intel Core i5-2500 (3.33Ghz)
RAM : 8Go DDR3
VIDEO : GeForce GT 560Ti avec 1024Mo de VRam
OS : Windows 7 (64bits)
Résolution testée : 1680x1050 (16:10)
Niveau de détails :



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)


Resident Evil

Operation Raccoon City



Je ne vais pas
Le scénario est minimaliste là où justement, il y avait matière à faire de grandes choses
m'étendre sur cette nouvelle déclinaison de Resident Evil et pour cause, c'est loin, très loin d'en être le meilleur représentant de la célèbre saga de Capcom. Opération Raccoon City c'est un peu le Left 4 Dead version Biohazard, à savoir qu'on joue des inconnus interchangeables dans un jeu totalement axé sur le multi. Evidement, comme ça sort aussi sur consoles, on peut y jouer en solo mais l'intérêt est très limité puisque la campagne (jouable en solo ou en coop') dure moins de 4 heures. Oui, vous avez bien lu, même le titre de VALVe semble long à côté de celui-ci ! Au niveau de l'histoire, on nous propose d'incarner un mercenaire à la solde d'Umbrella, dans une aventure parallèle aux grands noms de la série, situé chronologiquement autour de Resident Evil 2 et Resident Evil 3. Les mercenaires vous les connaissez bien et le plus célèbre d'entre tous est évidemment Hunk (le mec avec un masque à gaz qu'on voit un peu partout depuis le second opus, notamment dans les modes annexes). Mercenaires qu'il ne faut pas confondre avec l'UBCS, une SMP appartenant à Umbrella mais qui reste dans les limites de la loi, elle, et dont fait parti Carlos Oliveira. Evidemment, pas besoin de préciser que se balader dans les rues de la ville durant cette période-là est vraiment dangereux puisqu'il traine des Mister X (les gars invincibles en longs manteaux), un Nemesis, des lickers et tout un tas de zombies prêts à vous sauter à la gorge. Ainsi vous l'aurez peut-être compris, il n'est pas ici question d'ambiance et de trouillomètre mais bien d'action. Pourtant Resident Evil n'a jamais vraiment fait bon ménage avec l'action et le multi-joueurs. Au niveau de l'écriture, le fan appréciera les clins d'oeil à la première trilogie, mais aussi un jeu qui tente au mieux de s'imbriquer dans ce qui existe déjà. Par exemple, dans la première mission on doit récupérer le Virus-G des mains de William Birkin, virus qu'il s'injecte lui même pour devenir un coriace boss. Malheureusement le scénario, qui aurait pu apporter beaucoup de réponses et/ou une vision alternative de la progressive destruction de la ville, s'arrête au minimum syndical. Seule la fin est marrante, puisque soit elle suit ce qui existe déjà (Léon, Claire et Sherry s'enfuient en train) ou obtenir une fin alternative.


En tant que jeu pensé
On aurait pu apprécier une réalisation correcte si elle n'était pas truffée de bugs
pour le multi, on pourra choisir son personnage, lui offrir de nouvelles armes avec l'XP gagné, on pourra même lui changer ses fringues via des bonus ou du contenu payant (vous êtes des pigeons ? non ? alors oubliez cette option). Le tout est que d'une partie à l'autre on pourra changer de personnage et comme tout le monde porte un masque à gaz, on joue vraiment un anonyme pour qui on n'aura aucune affection. Bref, jeu multi avant tout, on se déplace en équipe de 4 minimum (nous et 3 autres troufions, d'ailleurs en solo on pourra choisir son staff) dans un jeu d'action qui essaie de ressembler aux ténors du genre : mise à couvert, tir précis ou au jugé, jet de grenades, attaque au corps à corps... c'est vraiment classique. Reste que l'ensemble est assez rigide même si on appréciera quelques options comme le fait d'échanger ses armes contre celles trouvées par terre (laissées par les ennemis tués) et bien sûr on retrouve tout le folklore de Resident Evil : des herbes vertes et des spray pour se soigner, seulement 2 armes dont une de poing (commun à tous les épisodes), le couteau (idem) mais aussi des bruitages issus notamment de l'épisode 4. Jusque-là vous me direz, ça va non ? Certes... mais ici commencent les vrais problèmes du titre comme ces gros soucis de collisions, de physique (parfois ça fait vraiment n'importe quoi) mais aussi de cohérence. On est toujours 4 à se battre, mais étrangement en solo, on affronte les boss tout seul (?). Mieux encore, si William Birkin avec son neunoeil bien dégeu' vous chope dans un coin, c'en est fini de vous. Le boss vous fracassera le crâne sans que vous puissiez bouger et/ou riposter. L'autre détail qui m'a limite choqué, c'est que les ennemis disparaissent instantanément. Bon, que ça fasse ça pour les zombies, ok je veux bien mais que des humains disparaissent dans un nuage de poussière... non mais oh !! C'est quoi ce bordel ? Et pour couronner le tout, la version PC est une catastrophe (ce qui suit ne concerne pas les versions consoles, qui sont quand même moins buguées).


En effet si sur PC
Un gameplay basique, une mécanique inspirée de Lost Planet 2 et un mode solo qui dure moins de 4 heures... que du bonheur !
on a des options vidéos minimalistes mais correctes, Opération Raccoon City a littéralement refusé de faire fonctionner mon pad Xbox 360 (alors que tous les autres jeux le prennent en charge, même Black Mesa c'est dire !), les options audio ont refusées de s'enregistrer et la configuration des touches du clavier frôle vraiment l'ineptie avec entre autre un jeu qui ne fait pas la différence entre la touche "Suppr" et "Num./Suppr" du clavier numérique, ou la touche "Enter" et "Num Enter". En 2012 on croit rêver ! En somme la version PC est vraiment à éviter. Techniquement, le développeur Slant Six Games (et oui, ce n'est pas un jeu créé par Capcom) nous livre leur nouveau moteur graphique, j'ai nommé le Hexane Game Engine. Les décors sont assez variés, les modélisations sont correctes, c'est pas mal détaillé et c'est toujours fluide. Opération Raccoon City s'en sort donc correctement même si les effets sont parfois ratés (comme les flammes), que certaines animations sont vraiment limites et surtout qu'on assiste à un florilège de bugs (enchevêtrement de polygones, blocage dans un mur, animations erratiques...). Il est clair qu'on est loin, très très loin du rendu assez impressionnant de Resident Evil 5 et du moteur maison de Capcom (le MT Frameworks). Enfin le son propose des musiques vraiment moches, ni flippantes, ni motivantes. Les bruitages "font le boulot" mais ce qu'on appréciera avant tout, c'est un doublage intégralement en français. C'est la 2e fois que Capcom fait l'effort (après Resident Evil Revelations sur 3DS) et ça fait vraiment plaisir. Preuve que l'éditeur nippon prend enfin en considération notre pays et notre belle langue. Cependant la qualité n'est pas exceptionnelle, mais encore une fois elle "fait le boulot" et de toute façon, c'est toujours plus agréable que de lire des sous-titres.



Pourvu d'un Note
mode campagne (comme je le disais, jouable en solo comme en coop'), d'un sympathique mode versus et même d'une galerie à débloquer, il n'empêche qu'il est difficile de s'enthousiasmer par une telle production. Certes on a quelques clins d'oeil aux fans et une vision alternative de l'invasion de la ville, on y revoit quelques sommités de la série comme Léon, Sherry, Claire, Ada ou Nicholaï (sans parler des ennemis, soit plus ou moins tous ceux qu'on connait bien comme les hunters, les lickers, les dobermans contaminés et bien sûr les boss et les zombies), la vue TPS n'est pas désagréable, le gameplay non plus, c'est sympa d'avoir enfin un Resident Evil doublé en français et puis c'est pas trop moche. Seulement voilà, entre ce solo à la durée de vie honteuse (moins de 4 heures, ils se foutent de nous !), ces personnages "sans âme et sans histoire" (exactement comme dans Lost Planet 2), les bugs à foison et cette ambiance générale qui n'est pas terrible... et bien il est difficile de le conseiller. En soi ce n'est pas un mauvais jeu mais Slant Six Games (connu uniquement pour sa série SOCOM) aurait du en proposer plus, tant pour le contenu que la durée de vie. Et encore je ne re-évoque pas la qualité assez médiocre de la version PC. Ainsi les fans de Resident Evil (dont je fais parti) ne s'amuseront que moyennement, et en plus, pas très longtemps. Alors si vous n'en pouvez plus d'attendre Resident Evil 6, cette sucrerie pourra vous aider à patienter. Maintenant si vous avez un minimum de jugeote, il existe des centaines de bons jeux sur consoles et PC, afin d'investir plus intelligemment son argent...



Les -

  • 4 heures max, une durée de vie solo honteuse !
  • Un scénario qui s'arrête au minimum syndical
  • C'est pas super joli mais c'est super bugué
  • Une version PC encore pire !
  • Une ambiance zéro pointée
  • Un Left 4 Dead du pauvre...
  • Les +

  • Le doublage français (pas top qualité mais mieux que des sous-titres)
  • Le scénario s'imbrique autant qu'il peut dans ce qui existe déjà
  • Un fan service agréable mais limité


  • Test réalisé par iiYama

    octobre 2012