Red Faction Armageddon (PC/X360/PS3)

 






   


Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : juin 2011
Développeur : Volition
Editeur : THQ
Genre : TPS

Version testée : Française
Version PC : 1.0
Doublage : US
Textes à l'écran : FR

Support : 1 DVD (X360-PC) / 1 Blu-Ray (PS3)
Espace disque nécessaire : 7.5Go (PC) / 3Mo (X360) / 2Go (PS3)
Moteur graphique : Geo-Mod 2.0
Moteur physique : Havok
Définitions HD max (consoles) : 1080p
Compatible 3D (consoles) : non

Difficulté :
Compatible Kinect (X360) : non
Compatible Move (PS3) : non
Multi-joueurs : 4 joueurs

Abréviation : RFA
Titre alternatif : Red Faction 4
Prix au lancement : 50€ (PC) / 70€ (consoles)
Score des ventes : 1 Million (tous supports)


Configuration recommandée (PC) :
CPU : Dual Core 2Ghz
RAM : 2Go
VIDEO : avec 320Mo de VRAM et compatible Shader Model 3.0 (type GeForce série 8800 / Radeon HD série 3000)

Configuration de test (PC) :
CPU : Intel Core i5-2500 (3.33Ghz)
RAM : 8Go DDR3
VIDEO : GeForce GT 560Ti avec 1024Mo de VRam
OS : Windows 7 (64bits)
Résolution testée : 1680x1050 (16:10)
Niveau de détails :



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Red Faction

Armageddon



C'est un fait,
Les vidéos sont d'une qualité honorable. Le scénario lui, s'avère très léger et le doublage est uniquement en anglais :(
la série Red Faction est très inconstante dans sa qualité. Pour preuve, on peut considérer que 1 épisode sur 2 est mauvais. Tout commence en 2001 avec un premier opus vraiment sympa et qui, déjà à l'époque, prônait autant qu'il pouvait la destruction massive. Succès critique et commercial, il est normal de voir débarquer un second opus en 2003 mais là c'est le couac : le titre n'est pas bon. Cependant, après 6 ans sans avoir fait parler de lui, Red Faction revient avec Guerrilla, sans réfléchir le meilleur épisode conçu à ce jour. S'il est vrai que le jeu n'était pas parfait (notamment à cause d'une scénarisation trop désuète et d'une jouabilité à revoir) à côté de ça, il a littéralement réinventé la licence ! Passant du FPS au TPS (third person shooter) et ce, dans un environnement totalement open-world et avec conduite de véhicules, rares sont les jeux à offrir un contenu aussi riche, un terrain de jeu aussi vaste et surtout, une destruction aussi massive, jouissive et même "utile" ! Bref du grand art. Cependant les ventes sont restées en deçà des attentes et même si Volition s'est mis à pied d'œuvre dés la fin de ce dernier, ce timide succès expliquera certains détails que j'évoquerai en temps voulu. Il fut un temps où la prémice à un gros jeu était de rigueur et cet épisode 4 n'y a pas coupé. En effet, il est sorti en avril 2011 (2 mois avant notre titre du jour) et au format dématérialisé : Red Faction Battlegrounds n'avait de Red Faction que le nom. Un mauvais jeu qui n'avait aucun lien avec la série et qui au final, a bien déçu. Etait-ce un avertissement sur ce qui nous attendait ? Non je pense juste que les développeurs ont cherchés à se faire un peu d'argent facile (et c'est vrai que lorsqu'on a "un nom" en général ça marche) cependant on était loin d'un Dead Rising Case Zero, autrement plus réussi. Bref, pour mieux savourer les vacances d'été, voilà qu'en juin 2011 débarque enfin Red Faction Armageddon, pile 2 ans après l'excellent Guerrilla. Et personnellement, j'attendais beaucoup de ce nouvel épisode. En effet, comme tout le monde j'ai été séduit par la démo donc j'ai acheté celui-ci les yeux fermés et puis après le pathétique Battlegrounds, Armageddon ne pouvait qu'être bon (suivant la loi du 1 mauvais jeu sur 2).


Pour la petite
La Nano Forge permet de reconstruire tout ce qui a été détruit, oui tout !
histoire, on joue Darius Mason, le petit-fils d'Alec, héros du précédent opus. 50 ans se sont écoulés et je ne sais pas si vous vous souvenez du maigre scénario de Guerrilla mais les Maraudeurs avaient mis en garde tout le monde, en stipulant clairement que Mars était à eux. Un demi-siècle plus tard, les Seides (une faction à part des Maraudeurs… le scénario n'étant pas très clair sur le sujet) vont faire une grosse connerie en détruisant le terraformeur, un appareil qui permet d'avoir une atmosphère respirable à la surface de Mars. Résultat, tout le monde s'est réfugié sous terre comme des rats. Tout allait bien dans le meilleur des mondes (encore que) lorsque Darius va faire ressurgir des entrailles de la planète rouge, une ancienne espèce particulièrement belliqueuse… Le reste, je vous laisse le soin de le découvrir par vous-même en sachant quand même que l'histoire ne va pas très loin. En effet, les Red Faction ne sont pas de grands conteurs et même si la base est sympathique, au final elle n'a rien d'original ou de particulièrement prenant. Quand à la mise en scène, Volition ne sachant toujours pas faire de cut-scènes digne de ce nom, on se retrouve une nouvelle fois avec des vidéos en image de synthèses. Il est vrai que le rendu est très proche des graphismes "in-game", ce qui fait qu'on ne tiquera pas là-dessus. Par contre, et c'est un point intéressant, Armageddon est l'épisode le plus scénarisé de la série. Il y a pas mal de dialogues, pas mal de vidéos et même si ce n'est pas toujours super cohérent, au moins on ne décroche pas. Tout au long du jeu, on sera guidé par SAM (Situation Awareness Module, d'ailleurs on apprécie le clin d'œil au précédent jeu :), une sorte d'intelligence artificielle que Darius porte sur son bras. Comme ça notre héros se sentira moins seul, ça justifiera le HUD et surtout le GPS, qui nous flèche à la demande (juste en pressant une touche) le parcours vers la prochaine mission. Car selon les propres mots de Volition, 2 épisodes de Red Faction ne doivent pas se ressembler. Ah bon et pourquoi ça ? C'est qui l'imbécile qui a pondu une idée pareille ? Justement, lorsqu'on tient une formule gagnante, il ne faut pas la lâcher ! Avec Saint Row ils l'ont bien compris, alors pourquoi ça n'officie pas ici ? Vous l'aurez compris, Armageddon ne reprend absolument pas la formule de Guerrilla. C'est son changement le plus profond car du coup, le gameplay n'a plus rien à voir !


Bien sûr on reste
Récoltez du métal pour ensuite le réinvestir dans d'utiles upgrades...
sur du TPS, mais fini les grands environnements ouverts sur plusieurs kilomètres, fini les voitures pour se balader librement, fini les missions à faire selon les envies… désormais Red Faction c'est du shooter linéaire et cloisonné ! De plus, on passera le plus clair de notre temps dans des sous-terrains et là c'est sûr, ça n'aura vraiment plus rien à voir avec la précédente formule... même si dans un sens, ça vous rappellera fortement le tout premier Red Faction (un autre clin d'œil assumé ?). Malgré tout, on garde l'un des attraits les plus populaires de la licence, à savoir la destruction massive. La tuile, c'est que les "undergrounds" ne sont pas tellement propices à un carnage en règle sur les bâtiments. Pire encore la plupart des ennemis sont désormais les bestioles qu'on a tiré de leur sommeil (et qui visiblement, ne sont pas du matin). Alors c'est vrai qu'on détruira encore quelques bâtiments, mais on le fera rarement par plaisir ou pour le fun. Car s'il est toujours possible de détruire une bâtisse pour se débarrasser des ennemis qui sont dedans, après on le fait uniquement parce que c'est le but de la mission. De toute façon, Red Faction a viré de bord. Avec ses ennemis proches des Akrids et/ou des Necromorphes, il est clair qu'on a cette fois droit à un étrange mélange entre Dead Space et Lost Planet. Parce qu'il suffit d'y jouer juste une heure pour vite comprendre qu'on tend désormais plus vers le survival-horror. La destruction massive est donc toujours de la partie et c'est quand même ça qui rattrape un gameplay sinon bien banal. Au passage ce sera toujours la foire au métal, ce dernier pouvant être réinvesti dans des upgrades : avoir un bouclier de protection, améliorer la puissance de ses armes, avoir plus de santé… autant de gadgets qu'on aura plaisir à s'offrir. Autre plaisir, Red Faction Armageddon propose dés le début du jeu, des armes surpuissantes ! Du lance-roquettes au fusil à plasma, d'un fusil à pompe réellement puissant (merci :) à la mitrailleuse, du lance-charges explosives aux double flingues, croyez-moi il y a de quoi s'amuser. On retrouve aussi le fusil à nanites (qui décompose presque toutes les matières !) et un pistolet magnétique qui permet de "lier" 2 objets pour qu'ils s'attirent comme des aimants. Cependant on aura vite nos préférées (et pas les 2 dernières citées, dont l'utilisation sera finalement anecdotique). Si on retrouve bien entendu le marteau de papy Mason, il est clair que c'est une arme qui ne servira pas. Comme on ne peut en prendre que 4, très vite on le remplacera par des armes nettement plus "explosives".


A noter que les
Les bestioles sont moches et rappellent d'autres jeux du genre...
bestioles qu'on affronte sont agressives, mais aussi et surtout, très rapides. Du coup Volition a opté pour une visée automatique particulièrement pratique, à défaut d'être intelligente. Oui car cette idiote ne visera jamais l'ennemi le plus proche de nous alors que c'est -en toute logique- celui qui est potentiellement le plus dangereux. Ceci dit, les ennemis sont tellement véloces, qu'on remercie les développeurs pour cette fonction, sans quoi la visée aurait été fastidieuse. Au rang des originalités, Darius possède la Nano Forge. Cette dernière permet d'envoyer droit devant une vague d'énergie kinétique (qui remplace bien le marteau quand il s'agit de détruire ou d'envoyer valser un ennemi) mais aussi et surtout, elle permet de "reconstruire" certaines parties détruites. Exactement comme dans Singularity, à la différence qu'ici c'est bien moins scripté. Reformer un escalier, une échelle ou une plate-forme pour passer, ça parait rien mais ça donne un certain charme à nos destructions. Car ce qu'on détruit, on peut très bien le reconstruire ! Et ne croyez pas que cette fonction soit limitée : tout ce qui est fait de métal peut être remodelé, qu'il ait été détruit avant notre arrivée, par les ennemis ou par nos propres actions. Et la formule s'applique même face aux boss : on reconstruit les caisses qu'ils détruisent pour mieux s'y mettre à couvert ! Donc même si au final ça reste un gadget de luxe, j'ai trouvé ça vraiment sympa. Autre point du gameplay, si on ne conduit plus aucun véhicule, on aura quand même droit à quelques Mechas bien placés. Hyper puissants et destructeurs, en leur possession "la cour de récrée est ouverte" et le carnage peut commencer ! Enfin, il existe 2 modes annexes au solo : Invasion (c'est un mode survie à 4 joueurs) et Ruine, où la destruction est libre. Au final, si Armageddon modifie énormément une équipe gagnante, il n'empêche que le jeu reste sympathique à parcourir, d'autant que cette fois la difficulté est équilibrée et on a des checkpoints (combien ont beuglés à juste titre sur Guerrilla pour ses dernières missions injustement trop difficiles). Pourtant moi, il y a un détail qui me chiffonne avec ce jeu : le doublage. En effet, THQ étant en difficulté financière, la série des Red Faction n'étant pas vraiment des succès commerciaux, et bien ce nouvel épisode se contentera du doublage originel en anglais. Et dire que depuis 2001 nous avons toujours eu droit à un doublage en français… Résultat, si on trouve le rendu plus authentique, personnellement je trouve que ça nous gâche les cinématiques. Plus fort encore, tout au long de l'aventure on trouvera des messages audio (comme ça se fait de plus en plus depuis Bioshock) qui eux, ne sont pas traduits ! Pour y comprendre quelque chose, il faut ouvrir le menu pause et relire le message qui cette fois, sera sous-titré. Bref, la traduction n'est pas optimale, qui plus est, elle défile parfois trop vite. En somme rien ne vaut un bon doublage bien de chez nous. Car après tout, de plus en plus d'éditeurs s'y mettent (même SEGA et Capcom, c'est dire) et là, on sent clairement une régression de la série.


A côté de ça,
La réalisation est propre hormis des décors très sombres et un design parfois discutable
j'ai bien aimé la plage sonore. Les musiques sont dans le ton, elles sont rythmées et soutiennent bien l'action. Quant aux bruitages, ils sont comme je les aime : dynamiques ! Les armes pétaradent bien, les explosions donnent bien le change… en somme c'est du beau boulot. Techniquement, Red Faction Armageddon fonctionne sous Geo-Mod 2.0, l'excellent moteur du précédent opus. Je le disais, on retrouve bien entendu la destruction massive si chère à la série, une destruction d'une violence sans pareille. Seul petit défaut, parfois les bâtiments tiennent par 3 petits bouts de ferraille au lieu de s'écrouler mais au final, rien de vraiment méchant. Par contre le jeu est extrêmement sombre. Sous-terrains oblige, il y fait noir et c'est ainsi difficile de se dire si le Geo-Mod a fait de grands progrès. On notera quand même que les textures semblent plus précises et les décors sont un peu plus détaillés… mais dans toute cette pénombre difficile d'être exhaustif. Et puis c'est plus facile de créer un jeu linéaire et cloisonné où seules quelques bâtisses sont destructibles, plutôt qu'un monde entièrement ouvert. C'est sûr, le développement a dû leur prendre bien moins de temps, sans doute pour laisser plus de place à la nouvelle vedette du studio : Saint Row. Sans ça, ça ronronne parfaitement bien : le jeu ne souffre pas de bugs, il ne ralentit pas et pourtant, certaines scènes sont chargées en destruction de toutes parts (d'ailleurs, les boss sont gigantesques et le nombre d'ennemis à l'écran est souvent impressionnant). En somme, le jeu est très agréable à parcourir et encore une fois, on prendra plaisir à tout faire exploser puis reconstruire (en temps réel !) les parcelles de décor qui nous sont utiles. Pourtant, il y a un point qui est plus discutable, c'est le design. Déjà Darius ressemble à s'y méprendre à Conrad, le héros des 3 récents épisodes d'Alien Breed ou encore à Riddick… c'est dire le manque d'originalité ! Ensuite le nouveau coup de crayon des Maraudeurs n'est déjà pas terrible, mais alors celui des Seides, très "insectes", est de son côté particulièrement raté. Enfin les bestioles qu'on affronte, sont affublées de couleurs fluos bien flashy (un peu comme dans TRON, ça fait bizarre). Alors même si le gameplay fait penser à Lost Planet et Dead Space, et même si on peut comprendre ce choix pour contraster avec la noirceur des environnements intérieurs (sans quoi on ne les verrait pas !), il faut reconnaitre que ce n'est pas du meilleur gout.



Il n'est pas simple Note
d'avoir un avis 100% positif envers cette séquelle. En effet, pourquoi avoir totalement remanié la formule du précédent opus, qui fonctionnait admirablement bien et qui était en plus, très agréable. Imaginerait-on qu'un jour GTA devienne un bête shooter ? Bien sûr que non ! Si on ajoute à ça un gameplay largement porté sur l'action (les fusillades durent parfois des plombes), un doublage uniquement en anglais (merci la régression :/ ) et des ennemis un peu hors de propos… pas facile de se dire qu'on tient là, le meilleur TPS de 2011. De plus, le jeu se nomme Red Faction parce qu'il lui fallait un nom, sans quoi il aurait pu porter n'importe quel patronyme tant on est finalement éloigné des origines de la série. Mais en soi, Armageddon n'est pas un mauvais jeu, bien au contraire ! Tout d'abord il a une bonne durée de vie, sa difficulté est équilibrée, il a pour lui une action nerveuse portée par des armes ultra puissantes, la destruction massive reste sympathique, la Nano Forge est gadget mais pas déplaisant, le fait que le jeu soit plus scénarisé que jamais n'est évidemment pas un mal... en clair c'est plutôt bien réalisé et surtout, c'est fun à jouer ! Alors moi aussi j'aurai vraiment apprécié qu'il reprenne l'excellente formule du Guerrilla, cependant il ne faut non plus cracher sur cet épisode-là. C'est du TPS linéaire et cloisonné certes, mais il nous prouve aussi que Volition est capable de passer à autre chose et de le faire bien.



Les -

  • Scénario finalement un peu creux
  • Doublage US uniquement :(
  • Devient excessif sur la fin
  • TPS linéaire et cloisonné
  • Les +

  • Beaucoup d'armes, puissantes en plus !
  • La visée automatique rend bien service
  • La Nano Forge apporte un petit plus
  • C'est explosif et fun !!
  • Les upgrades
  • Les Méchas

  • Test réalisé par iiYama

    février 2013