Prototype (X360/PS3/PC)

 





Cliquez pour agrandir

   


Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : juin 2009
Développeur : Radical Entertainment
Editeur : Activision
Genre : action

Version testée : Française
Version logicielle : 1.0
Doublage : US
Textes à l'écran : FR

Support : 1 DVD (X360-PC) / 1 Blu-Ray (PS3)
Espace disque nécessaire : 8Go (PC) / 1Mo (X360) / 710Mo (PS3)
Moteur graphique : Titanium Engine
Définitions HD max (consoles) : 1080p (X360) - 720p (PS3)
Compatible 3D (consoles) : non

Difficulté :
Compatible Kinect (X360) : non
Compatible Move (PS3) : non
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 50€ (PC) / 70€ (consoles)
Score des ventes : 2.5 Millions (tous supports)


Configuration recommandée (PC) :
CPU : Dual Core 2Ghz
RAM : 2Go
VIDEO : avec 256Mo de VRAM (type GeForce 7800 GT)


Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Prototype








Vous connaissez
Le scénario est sympa mais la mise en scène est mauvaise et les modélisations sont moches
sans doute Radical Entertainment, ce studio canadien réputé pour ces titres "entre 2 eaux" tels que Crash of the Titans, Scarface, Dark Angel, Simpsons Road Rage et autres, bref des titres qui peuvent être rigolos sur le moment mais qui ne brillent pas pour leurs qualités et qui ne restent pas en mémoire. Nouvelle preuve au dossier, [PROTOTYPE] (oui c'est stylisé mais on l'écrira "normalement" si vous le voulez bien) et un jeu d'aventure/action en monde ouvert, qui reprend très fortement Hulk Ultimate Destruction, un autre titre du studio qui brillait autant par son action jouissive que ses nombreux défauts. Troquons donc le colérique monsieur tout vert pour un mutant, et voyons ce que le studio veut nous raconter cette fois-ci. Dans Prototype on joue Alex Mercer qui, dans un level de prologue/démonstration des capacités du jeu, va tout défoncer. D'ailleurs, je n'ai pas compris pourquoi ce jeu n'a pas eu de démo car cet avant-gout de l'histoire aurait fait une superbe démonstration du titre (et je pense même qu'un temps, ce fut envisagé vu comme c'est construit). Une fois passé l'extase de la découverte avec ce héros surpuissant qui écrabouille même des tanks, retour dans le passé avec un personnage amnésique qui veut découvrir ce qu'on lui a fait et faire payer les responsables. Une "formule" assez classique dans le cinéma et qui marche aussi très bien dans nos jeux vidéo. Si situant à New-York (oh là là quelle originalité !), l'histoire nous propose de vivre les aventures d'un mutant doté de super-pouvoirs. La ville est contaminée par un virus dont les infectés sont agressifs et pour pimenter le tout, les militaires voit en lui l'ennemi numéro 1. Très empreint des ficelles d'Hollywood, Prototype nous offre un scénario plutôt convainquant, si bien sûr on ferme les yeux sur ses nombreux clichés, ses emprunts et son déroulement un peu téléphoné. Si l'écriture est de qualité, on ne peut malheureusement pas en dire autant de la mise en scène.


Alternant
Le mot d'ordre c'est : fun ! On peut tout exploser, rien ne nous résiste et on a un agréable sentiment de puissance
des cut-scènes peu travaillées à des vidéos mêlant images de synthèses et images réelles, autant dire que la forme ne donne pas envie de savourer le fond. Quand on pense que la même année sont sortis des jeux comme Batman Arkham Asylum ou Resident Evil 5 (qui de son côté, offre une mise en scène époustouflante !), il est alors difficile de trouver du plaisir avec ce titre, du moins sur ce chapitre-là. Prototype me rappelle un jeu que j'affectionne : inFAMOUS. Cette exclusivité PS3 avait tout pour plaire mais a raté sa campagne de séduction à cause de plusieurs points sensibles. Dans Prototype, on commencera par une difficulté assez mal gérée, qui se veut relativement basse d'accoutumé mais dont les pics sont agaçants et nous force à reprendre plusieurs fois d'affilé le même passage. Le jeu est totalement open-world, ainsi une fois les premières missions passées, vous pourrez vous balader où bon vous semble dans la ville. De là, vous pourrez soit filer droit devant en ne réalisant que les missions primaires, ou vous attarder un peu sur les missions secondaires, qui sont comme toujours dans ce type de jeux, sans intérêt. Dans tous les cas, Mercer récoltera des PE (Points d'Evolution) qui serviront à "acheter" de nouvelles capacités. Une bonne manière de modeler son personnage à sa façon de jouer. Maintenant en ce qui concerne le gameplay, nous sommes en présence du jeu type qui propose de contrôler un surpuissant anti-héros. Car le bonhomme est capable de jeter des voitures sur les hélicos, de pulvériser des blindés, de démembrer des foules entières (ce qui rappelle un peu Dead Rising pour le coup) ou encore de courir comme une fusée et pas seulement sur le sol. En clair, les mutations dont le personnage a été victime, lui rendent bien service (finalement de quoi il se plaint ?) et offrent une aventure assez jouissive de prime abord. Tout exploser, laisser parler ses instincts les plus primitifs, bousculer tout le monde dans la rue… en effet c'est assez cool. D'ailleurs en pressant une gâchette du pad, Mercer se met en mode cavale, il saute sur les voitures, remonte les façades des immeubles… le tout avec une facilité d'exécution étonnante, qui renvoie Assassin's Creed pour un jeu complexe à prendre en mains.


On peut
La réalisation est assez pauvre... seule la partie sonore s'en sort avec les honneurs
aussi se servir des armes à feu laissées à terre (même si généralement, les affrontements portent plus vers le beat-them-all). Dernier "pouvoir" un peu spécial à portée : notre badasse est capable d'absorber ses ennemis. Ainsi il acquiert ses souvenirs et peut prendre sa forme. Cette faculté mimétique ouvre l'aventure à quelques phases d'infiltration et permet au héros de mieux cerner qui il était. Maintenant il faut être clair, si toute cette action, tout ce fun peuvent être grisants, vous vous heurterez aussi à une jouabilité particulièrement imprécise. La caméra part souvent en sucette et le fin du fin reste sans conteste le lock automatique, qui fait véritablement n'importe quoi. Et lorsqu'on court comme un dératé à travers les rues de la ville, ce n'est pas mieux ! Bien souvent, à l'image d'affrontements de grande envergure, ça devient vite totalement chaotique ! En clair le jeu manque cruellement de finitions et ce n'est pas la réalisation qui me fera dire le contraire. En effet, Prototype est visuellement décevant. Les décors sont peu détaillés, les modélisations (autres que le héros) sont affreuses, les animations sont tout sauf souples… Je ne l'invente pas, il suffit de se balader dans les rues de New-York pour vite s'en apercevoir. En regardant des voitures à peine mieux finies que des conteneurs à ordures (tout juste digne d'une PS2), avec à l'intérieur un automate figé qui ne sourcille même pas lorsqu'on défonce sa bagnole, on a tôt fait de se dire qu'il y a un problème là, non ? De même, je veux bien que notre personnage soit surpuissant, mais de là à "bousculer" tous les véhicules comme s'ils étaient aussi légers que des cartons, je trouve ça un peu fort. Enfin la partie sonore nous offre un doublage US correct (il parait que le casting vocal n'est pas mauvais, perso ça me saoule de lire des sous-titres alors je m'en contrefous), des bruitages forcément très bruyants et des musiques, qui de leur côté, sont loin d'être mauvaises. Plutôt dynamiques, si comme d'accoutumé elles ne retiendront que brièvement notre attention, au moins elles savent apporter du punch à un visuel déjà pas mal surchargé en adrénaline.



Prototype Note
porte finalement assez bien son nom puisqu'il a tout du jeu qui n'a pas été peaufiné, puisque tout, absolument tout manque de finesse et de travail, en clair il a tout du "prototype". Un projet un peu inachevé mais non sans qualités, eu égard à son gameplay plutôt sympathique où on pourra tout envoyer en l'air, ou encore à son écriture un peu patchwork, mais loin d'être désagréable. Cependant il faudra aussi se faire à un lock assez catastrophique, une action très souvent brouillonne (pour ne pas dire chaotique !), une difficulté fluctuante (et c'est vite pénible) ou encore une jouabilité imprécise. S'ajoute à ça une réalisation franchement en dessous des standards de son temps et une concurrence largement au-dessus de ses prétentions. En effet, avant Prototype, la PS3 s'offrait un inFAMOUS imparfait certes, mais bien plus sympa et maitrisé, et très vite le monde s'est mis à aduler les excellents Batman Arkham Asylum et Assassin's Creed II, faisant de Prototype un jeu que tout le monde a finalement oublié. Car je l'admets, j'ai eu beaucoup de mal à apprécier l'histoire, le gameplay et l'ambiance de ce jeu ! Si je lui reconnais quelques objectives qualités, avouons que dans ces conditions il m'est difficile d'aimer ce titre. Ainsi Prototype est selon moi un "petit jeu". Si certains lui ont accordés leur clémence, avec le recul il faut admettre qu'en 2009, il y avait nettement mieux à acheter que ce titre-là.



Les -

  • Beaucoup de missions sans intérêt
  • Caméra et lock auto chaotiques !
  • Un sérieux manque de finitions
  • Mise en scène vraiment bof
  • Réalisation décevante
  • Modélisations moches
  • Difficulté mal gérée
  • Les +

  • Partie sonore plus que correcte
  • On se sent vraiment puissant !
  • Un gameplay sympa
  • Bonne durée de vie

  • Test réalisé par iiYama

    février 2014