Metal Gear Solid HD/Legacy Collection (PS3/X360)

 





Cliquez pour agrandir

   
HD Collection



The Legacy Collection



HD Collection (PS3/X360)

HD Collection (Vita)

Legacy Collection (PS3)


Testé sur :


Sortie du jeu (HD Collection) : février 2012 (PS3/X360) / juin 2012 (Vita)
Sortie du jeu (Legacy Collection) : septembre 2013 (exclusivement sur PS3)
Développeur d'origine : Kojima Studio (Konami)
Adaptation HD : Bluepoint Games (MGS 2 et 3) - Genki (Peace Walker sur PS3/360)
Editeur : Konami
Genre : compilation (infiltration)

Version testée : Japonaise
Version logicielle : 1.03
Doublage : US
Textes à l'écran : FR

Support : 1 DVD (X360) / 1 Blu-Ray (PS3) / 1 Vita Card (PS Vita)
Espace disque nécessaire : 4.6Go (Legacy Collection/PS3)
Définition HD max : 720p
Compatible 3D : non

Difficulté :
Compatible Kinect (X360) : non
Compatible Move (PS3) : non
Multi-joueurs : 4 joueurs online

Abréviation : MGS
Titre alternatif : Metal Gear Solid : The Essential Collection
Prix (HD collection) : 40€ (PS3/X360) / 30€ (Vita)
Prix (Legacy collection) : 60€ (PS3 uniquement)



Metal Gear est aussi disponible sur :



Metal Gear 2 est aussi disponible sur :



Metal Gear Solid est aussi disponible sur :



Metal Gear Solid 2 est aussi disponible sur :



Metal Gear Solid 3 est aussi disponible sur :



Metal Gear Solid 4 est aussi disponible sur :



Metal Gear Solid - Peace Walker est aussi disponible sur :





 


 


Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)


Metal Gear Solid

The Legacy Collection
HD Collection



Beaucoup de joueurs
Cette compilation existe en 2 versions et la plus rare/chère (Legacy Collection) est nettement plus complète, bien qu'exclusive à la PS3
se plaignent que de nos jours, sur nos Xbox One et PlayStation 4, trop de remasterisations sortent, au détriment (il est vrai) de nouveaux titres. Cependant, il faut bien comprendre que le phénomène ne date pas d'hier. On ne remontant pas si loin que ça, on dénombre un total impressionnant de jeux de 6e génération (PS2/Xbox) ayant atterris sur la 7e génération (PS3/Xbox 360) avec au passage, un rendu graphique légèrement "HDisé". Je ne vous ferai pas un listing complet, mais après les Halo, God of War, ICO/Shadow of the Colossus, Prince of Persia, Splinter Cell, DOOM 3, Half-Life², Silent Hill et j'en oublie sûrement beaucoup, il est évident que l'actuelle 8e génération de consoles ne fait que surfer sur une tendance qui a été initié en amont. Ne l'aviez-vous pas remarqué ? Bref, dans ce test nous allons parler d'une autre mythique série qui a été remastérisée en HD, je parle bien sûr de la célèbre saga Metal Gear Solid. En réalité, ce test va évoquer 2 compilations, qui sont en partie semblables. D'un côté nous avons Metal Gear Solid HD Collection, qui réunit Metal Gear Solid 2 HD, Metal Gear Solid 3 HD (dans sa version Subsistance, qui inclut des nouveautés en termes de gameplay mais aussi et surtout les Metal Gear 1 et 2 originaux, sortis sur MSX2) et Metal Gear Solid : Peace Walker HD. A noter que sur PS Vita, ce dernier n'est pas inclus, sans doute parce que ce jeu à l'origine sorti sur PSP, a été mis en ligne au prix de 20€ sur PSN, dans un portage PSP/Vita très convenable. Maintenant, est-ce purement mercantile comme procédé ou est-ce par manque de place sur la PS Card ? Pas facile à savoir... De façon globale et ce, quelque soit le support, il est assez étonnant de voir que certains titres (parfois) majeurs sont manquants, comme le tout premier opus, les Metal Gear Acid et Portable Ops de la PSP, et bien sûr le grand Metal Gear Solid 4, exclusivité de la PS3. Avec cette compilation, beaucoup de joueurs Xbox 360 ont espérés voir justement le 4e opus être porté sur leur console (après tout, si Final Fantasy XIII et ses époustouflantes vidéos ont réussis le transfert, pourquoi pas celui-ci ?) mais visiblement, ce n'était pas dans les projets de Kojima et Konami. D'ailleurs, beaucoup se sont demandé quel était l'intérêt d'HDiser Peace Walker, un jeu PSP, plutôt que d'inclure le premier opus, même dans son état naturel. Twin Snakes vous dites ? Ahh là se pose un problème. Metal Gear Solid : Twin Snakes est un remake 100% refait du premier opus, mais exclusif à la GameCube. Hors Nintendo détient une partie des droits de ce superbe portage développé par Silicon Knights et sorti en 2004 (6 ans après l'opus original). Voilà pourquoi The Twin Snakes ne fait pas parti de cette compilation (d'autant que vous l'aurez sans doute remarqué mais les consoles Nintendo sont évincés de ces portages) et pour les fans, c'est quand même bien dommage tant cette version est sublime. Et c'est déjà une remarque qu'on a pu se faire lors de la sortie, en 2008 sur PS2, de la compilation Metal Gear Solid : The Essential Collection qui réunissait 5 jeux (Metal Gear 1 et 2, MGS 1, 2 Substance et 3 Subsistence) alors que c'était sans doute l'occasion pour Konami de porter Twin Snakes sur la plus populaire des consoles de son époque (prenez l'exemple de Resident Evil 4, il s'est nettement mieux vendu sur PS2 que sur GameCube).





Afin de répondre -en partie- aux attentes,
Il serait dommage de passer à côté des Metal Gear (sans Solid) 1 et 2, sous prétexte que ce sont des jeux 8-bits, car déjà à l'époque, c'était de grands titres !
un an et demi après la sortie de cette incomplète HD Collection, Konami remet le couvert avec un Metal Gear Solid : The Legacy Collection autrement plus exhaustif. Cette fois-ci on retrouve les mêmes jeux HDisés, avec en plus Metal Gear Solid 4 (sur un 2e Blu-Ray), le premier Metal Gear Solid, le dispensable Metal Gear Solid : VR Missions et en bonus Metal Gear Solid 1 & 2 : Digital Graphic Novel et même le livre Metal Gear Solid : The Legacy selon la version (comme au Japon par exemple). Evidemment, pour un prix raisonnable, et même si on note encore quelques absents, cette fois la compilation semble bien plus complète, à quelques détails près. En effet cette compilation n'a vu le jour que sur PS3 (donc toujours pas de portage sur Xbox 360), et le premier Metal Gear Solid ainsi que ses Missions VR, sont à télécharger sur PS Store (ils ne sont pas inclus sur le disque). Encore une fois, c'est un peu dommage, d'autant que ce n'est pas 2 pauvres jeux PS1 qui doivent prendre beaucoup de place sur l'immense capacité de stockage d'un Blu-Ray. Il est étonnant de voir que c'est Bluepoint Games qui s'est occupé de la HDisation des épisodes 2 et 3 (les Metal Gear "sans Solid" 1 et 2 restant les jeux 8-bits qu'ils ont toujours été), un studio spécialisé dans les remakes HD puisque ce sont eux qui ce sont occupé des portages HD de ICO & Shadow of the Collossus sur PS3, God of War Collection sur PS3, Flower sur PS4 et Vita, Titanfall sur Xbox 360, ou qui se sont occupé du développement de titres à peine plus originaux comme PlayStation All-Stars Battle Royale. De son côté, c'est Genki qui s'est occupé de Peace Walker. Oui Genki, ce modeste studio nippon que j'ai connu dans ma jeunesse avec des titres comme Kileak, Tokyo Xtreme Racer ou Daytona USA 2001 (pour être franc, je pensais ce studio mort et enterré depuis longtemps !). Mieux encore, c'est Armature Studio qui s'est occupé de porter le Peace Walker HDisé de Genki, sur Vita (disponible sur PSN, et non sur PS Card). Et oui, quel mic-mac. Avant de se lancer dans ce test, sachez que le jeu ne s'installe pas sur le disque dur de la PS3 mais à l'image des Uncharted, ce dernier sert de mémoire tampon... sauf pour Metal Gear Solid 4 dont la plus récente mise à jour nous incite à installer son jeu en une fois, et non en 5 sous-morceaux. Une bien bonne chose en soi (et je ne reviens pas sur le fait que les joueurs 360 se sont grattés bien fort sur ce coup). Evidemment chaque jeu apporte son lot de Trophées/Succès, et vous retrouverez naturellement les Metal Gear 1 et 2 (sortis initialement sur MSX2 en 1987 et 1990) inclus dans le jeu Metal Gear Solid 3 : Snake Eater/Subsistence. D'une manière générale, dans ce test je vais survoler les nouveautés, à savoir les versions HD des MGS2, MGS3 et Peace Walker, puisque Metal Gear 1, Metal Gear 2, Metal Gear Solid 1 et Metal Gear Solid 4 sont exactement à l'identique, rien n'a été retouché. Je vous invite donc à lire leurs tests respectifs, pour en apprendre plus sur ces mythiques jeux.



Je récapitule donc ce que contient chaque compilation
(regardez dans le spoiler pour obtenir les liens de chaque jeu testé sur le site) :



Contenu et liens (tests) : cliquez pour ouvrir


Metal Gear Solid 2
MGS2 reste controversé à cause de son aventure qui nous impose un nouveau héros... Heureusement Snake y tient malgré tout un bon rôle ;)
est, à l'origine, sorti exclusivement sur PlayStation 2 en mars 2002 (novembre 2001 au Japon). Il sera ensuite porté dans sa version upgradée "Substance" en mars 2003, sur Xbox, PC et une nouvelle fois sur PS2. La version Substance apportait 500 nouvelles missions hors scénario (300 missions VR + 200 missions annexes), le making-of "The Document of Metal Gear Solid 2" et quelques retouches. Notre version de Metal Gear Solid 2 HD, développé par Bluepoint Games donc, inclus presque l'intégralité de la version Substance, puisqu'elle inclue bien les missions annexes et VR, mais pas toutes les vidéos (les tutos sont toujours présents). Mais est-ce que ça manque vraiment... pas sûr. Il faut savoir qu'à sa sortie, MGS2 aura mis une grosse claque tant la réalisation et la qualité de la mise en scène firent un bond considérable depuis la première PlayStation. Malgré tout, ce second opus est sujet à controverses et s'en retrouve souvent mal-aimé, même par les fans, car le héros habituel de la série, Solid Snake, n'y tient qu'un petit rôle. En effet, l'aventure se découpe en 2 parties : celle du Tanker et celle de la Big Shell. La première partie, dans laquelle on joue Snake, ne dure qu'environ 3 heures. Ensuite la véritable aventure commence (elle dure plus de 10 à 12 heures en moyenne) mais on y joue Raiden, un personnage un peu efféminé et loin du charisme de notre héros de toujours. Le jeu comporte peu de vidéos, mais celles-ci ont été upscalées et misent au format 16:9 (contre 4:3 à l'origine, jeu PS2 oblige). D'ailleurs, comme dans la plupart des cas, la mise à niveau graphique est un peu sommaire. Certes le jeu s'affiche désormais en 720p (sur consoles de salon), les textures ont été lissées, l'ensemble parait "propre" et l'aliasing se fait relativement discret (une bonne chose) maintenant n'allez pas croire que MGS2 ressortira aussi beau qu'à la belle époque. Après tout ça reste un jeu PS2, bien qu'il garde de beaux restes par endroits (entre autre dans son design futuriste et ses animations de qualité), notamment pour ce qui est d'une mise en scène en temps réel assez bluffante (bien des jeux n'en font pas autant, même aujourd'hui). D'ailleurs, quitte à faire un jeu en HD le plus propre possible, les développeurs auraient bien fait d'épiler Olga une bonne fois pour toute (car elle me fout la gerbe à chaque fois celle-là ^^).





A ce propos, si bon était le
MGS2 est longtemps resté une référence technique et bien que le lifting HD soit timide, le résultat reste très propre
jeu à l'origine, les modélisations commencent à accuser leur âge, notamment en ce qui concerne les visages, avec leurs expressions souvent effacées et leurs yeux qu'on jurerait de verre. Bref techniquement, on est loin du puissant rendu graphique de Metal Gear Solid 4. Mais le plus frustrant dans tout ça, c'est encore la jouabilité. En effet, elle est restée "telle qu'elle" depuis ses origines, et je peux vous dire qu'aujourd'hui, elle a beaucoup de mal à passer ! La vétusté de la prise en mains aurait mérité un petit rafraichissement (une option aurait pu proposer une prise en mains alternative, comme dans Resident Evil HD Remaster, qui est certes plus récent) avec par exemple une meilleure configuration des touches, une visée au stick droit, un autolock plus efficace... Bref, la jouabilité est vraiment vieillotte, rustique, frustrante même ! Et c'est bien ça qui risque de vous gâcher l'expérience si vous découvrez la licence avec cette/ces compilation(s), bien plus que la réalisation ou autre facette du jeu. De même, si vous découvrez la licence ici (ou avec n'importe quel épisode de la saga finalement) vous vous apercevrez qu'il est extrêmement verbeux. Bavard à un point à peine imaginable, on joue finalement peu et on passe son temps à lire des sous-titres puisque les MGS (hormis le tout premier Solid) ne sont pas doublé en français. Pareillement, si bien des jeux se suffisent d'une scénarisation minimaliste, MGS2 prône tout l'inverse, avec une écriture extrêmement riche et profonde, mais aussi et surtout des cut-scènes d'une qualité mémorable (pour un jeu de 2001/2002), avec un excellent doublage US et surtout, une magnifique bande-son signée Harry Gregson-Williams et Norihiko Hibino. Et puis quel plaisir de (re)découvrir le magistral thème d'introduction !! En conclusion, même s'il est extrêmement bavard et que sa mise en scène prodigue parfois des cinématiques qui n'en finissent plus, même si la jouabilité est aujourd'hui une horreur qui aurait mérité un sévère ravalement de façade, dites-vous que Metal Gear Solid 2 reste une aventure mémorable, grâce à sa superbe bande-son, son gameplay agréable et bien entendu, l'exceptionnelle qualité d'un scénario à multiples facettes.


A l'image du second
Le 3e épisode signe le départ de toute l'histoire des Metal Gear ! Une préquelle incontournable pour les fans de la série
opus, Metal Gear Solid 3 était à l'origine une exclusivité PlayStation 2. Sorti en mars 2005 chez nous (en décembre 2004 au Japon), il sera une nouvelle fois réédité mais pas de version Xbox ou PC en vue, la PS2 gardera précieusement son patrimoine jusqu'à la sortie d'une tardive version 3DS en mars 2012. Avec Metal Gear Solid 3 : Subsistence, sorti en octobre 2006, les développeurs nous ont offert la version ultime d'un jeu déjà homérique. Cette édition apporte de nouveaux modèles de camouflage, une nouvelle caméra à la 3e personne (celle d'origine étant très controversée), un mode multi-joueurs online, des scènes parodiques à caractère humoristique reprenant certaines des scènes-clés du jeu et les 2 premiers épisodes de la série sortis sur MSX2 : Metal Gear et Metal Gear 2 : Solid Snake (et oui, pour jouer à ces jeux-là, il faudra d'abord lancer MGS3). Malheureusement, dans notre compilation HD (Legacy ou pas), c'est un mélange des versions Subsistence et Snake Eater classique que nous avons (voilà sans doute pourquoi l'écran titre arbore ce dernier nom). En effet, vous trouverez très facilement les Metal Gear 1 et 2, la "nouvelle caméra" et 2~3 babioles ça et là, mais le multi-joueurs et les vidéos parodiques ne sont pas présentes (n'allez pas me faire croire qu'il n'y avait pas la place d'implanter ces bonus sur le disque... peut-être sur les DVDs de la Xbox 360 je ne dis pas, mais sur les Blu-Ray de la PS3...). Metal Gear Solid 3 ne suit pas le scénario de l'épisode 2, en vérité, c'est une préquelle. Pour tout vous dire, c'est même "l'épisode zéro" de la série toute entière (scénaristiquement, aucun ne le précède) puisqu'il se déroule dans les années '60. On y découvre les débuts de Snake (ainsi que son twist, ses origines et pourquoi il porte un bandeau... j'en dis pas plus pour ceux qui n'ont pas encore faire le jeu :), d'Ocelot ainsi que The Boss, le célèbre mentor de Big Boss. Un personnage charismatique et réellement envoutant, dont l'affrontement final restera à jamais l'un des plus beaux et des plus émouvant combat que nous ait offert le jeu vidéo dans son ensemble.


Bref,
Dans MGS2 et 3, on aurait apprécié une prise en mains plus contemporaine car celle d'origine est vraiment inconfortable aujourd'hui
c'est la première mission de notre héros "snakisant", aventures qui seront suivies par les épisodes Portable Ops, Peace Walker, Metal Gear Solid V, Metal Gear 1, Metal Gear 2, Metal Gear Solid 1, Metal Gear Solid 2 et enfin Metal Gear Solid 4... Oui c'est un joyeux bordel et la timeline est à ce point complexe (je vous conseille donc de visiter le site Metal Gear Timeline afin d'arriver à mieux cerner toute la profondeur de la saga et surtout, à remettre les éléments dans le bon ordre). Faire la série dans l'ordre chronologique des événements peut s'avérer un poil perturbant, étant donné les avancées du gameplay et des technologies graphiques. En parlant d'avancées technologiques, on sent bien que le moteur graphique a (à l'origine, sur PS2) fait un petit bond en avant. Si les couleurs sont volontairement ternes et que le design est rétro afin de mieux s'immerger dans l'ambiance des années '60 (et aussi pour être, mine de rien, plus proche des films et séries télé de l'époque), on voit clairement que le moteur graphique a su pousser la PlayStation 2 plus loin. C'est notamment le cas pour des modélisations bien plus détaillées et "naturelles", qui arborent de véritables expressions faciales et un regard plus authentique. Seul bémol : la synchro labiale est totalement à la rue (oui, même si le doublage est resté en anglais) et lorsqu'ils parlent, les protagonistes ouvrent à peine la bouche. Il y a un plus, un gros plus, mais c'est encore loin d'être parfait (quoique, ça l'était pour de la PS2 !). En somme, le jeu était techniquement si pointu lorsqu'il a vu le jour en 2005, que Bluepoint Games n'a pas beaucoup souffert pour nous offrir une conversion HD de qualité. La mise à niveau de la résolution est excellente, il y a aucune vidéo (uniquement des cut-scènes), les effets (notamment lumineux) répondent présent, l'aliasing est très discret, la végétation est toujours aussi vivante, les textures ont été lissées... on sent bien que notre Metal Gear Solid 3 a pris une envolée. Maintenant ne vous attendez pas non plus à des miracles, ça reste un jeu de 6e génération qui a été HDisé, il n'a rien de comparable avec un titre développé spécialement pour son support de 7e génération... sauf peut-être pour une mise en scène d'une qualité qui fait encore cas d'école. Si scénaristiquement ce 3e opus remonte le temps, au niveau du gameplay par contre, on avance encore un peu. Snake doit trouver de la nourriture pour se nourrir, il doit soigner ses blessures et choisir son camouflage selon le décor, afin de passer le plus inaperçu possible (il y a d'ailleurs un indicateur de camouflage : pratique).


Initié par The Boss,
Peace Walker est la séquelle directe du 3e opus. Sa suite ne sera autre que le récent Ground Zeroes/Phantom Pain, puis le premier Metal Gear sorti à l'origine sur MSX2 en 1987
Snake est également le pro du CQC (des techniques de combats au corps à corps) et il porte sur lui tout un tas de gadgets (plus ou moins pratiques) ainsi que des armes, ça va de soi. Repris du 2e épisode, on retrouve le menu rapide (une bonne chose), ainsi que la faculté de cacher les corps, afin d'éviter d'inutiles alarmes. Malheureusement, la prise en mains "si rustique" de MGS2 est plus ou moins restée telle-quelle, avec tout d'abord ce personnage qui n'est pas foutu de marcher accroupi, alors que c'est la base de tout jeu d'infiltration. Et encore une fois, on aurait apprécié d'avoir une configuration des touches "plus moderne" car celle d'origine est loin d'être un exemple. Heureusement, on conserve tout de même la caméra libre de l'épisode Subsistence, car la caméra d'origine (qui était bridée) était assez pénalisante. Sachez que les maps sont vastes mais découpées en zones (en chargements en fait). Cette limitation était due au faible volume de RAM de la PS2 (32Mo à peine), ainsi vous pourrez sauvegarder à chaque zone, facilitant un jeu déjà pas bien difficile. En conclusion, Metal Gear Solid 3 ne sera pas l'épisode qui réconciliera les réfractaires à la série. Sa prise en mains encore trop rustre et enfermée dans une époque qui n'est plus la sienne, n'arrangeant évidemment pas les choses. De même, ce héros incapable de marcher accroupi, aux animations parfois trop rapides pour être réalistes, et puis cette scénarisation à outrance, particulièrement verbeuse (surtout au début, c'en est même pénible) forcément ça n'aide pas. Maintenant, un peu comme tous les MGS finalement, le jeu se déguste sur la longueur. Vous y trouverez une aventure riche et particulièrement bien amenée, un scénario excellent, servi par un développement extraordinaire du fond de ses personnages et bien entendu une mise en scène fabuleuse qui peut donner des leçons à bien des jeux, même actuels. Désavoué par certains, adulés par d'autres, personnellement je penche du côté de ceux qui voit en ce 3e épisode/préquelle plus de qualités que de défauts.


Metal Gear Solid : Peace Walker n'a, à l'origine,
Peace Walker propose des Graphic Novel (parfois intéractifs) en lieu et place des cinématiques habituelles. Une déception... même si ça reste plutôt bien fait
vu le jour que sur PlayStation Portable (comme quoi, la série MGS et les consoles Sony sont très liées). Sorti en juin 2010, l'histoire se déroule en 1974, au Costa Rica, avec Big Boss comme protagoniste. Lorsqu'une force militaire inconnue fait passer des ogives nucléaires non autorisées au Costa Rica, la "nation sans armée" doit se tourner vers l'armée mercenaire de Big Boss, qui donnera un jour naissance à Outer Heaven (Metal Gear 1). Pour ce faire, une utilisation du célèbre Metal Gear est indispensable, ce qui mettra le monde aux pieds des occupants cubains... Peace Walker est donc la suite directe de l'épisode 3, pourtant il faut le reconnaitre, la PSP a vu naitre bien des jeux Metal Gear mais aucun n'est considéré comme "majeur". Les Acid 1, Acid 2, Digital Graphic Novel et Portable Ops n'ont pas vraiment réussis à convaincre (en témoigne leurs ventes, modestes voir correctes pour Portable Ops et Peace Walker, décevantes pour les autres), tant ils s'éloignaient du gameplay d'origine. Si rustique soit-elle, la prise en mains d'un Metal Gear Solid 2 (ou 3) reste assez proche du premier opus, et c'est bien ça qui, avant tout, les lient. J'ai personnellement essayé de tester le Portable Ops et si j'ai apprécié le scénario de départ, sa mise en scène... à contrario j'ai détesté le jeu ! Son gameplay et son orientation étaient si éloignés des grands numéros de la série, que j'ai très vite décroché. Voilà pourquoi j'avais de grandes réticences à me frotter à ce Peace Walker. Et bien il n'en est rien ! S'il reprend un peu les bases du Portable Ops, au final il est plus proche de Metal Gear Solid 4 et Ground Zeroes dans son approche, ce qui fait qu'il m'a relativement vite séduit. C'est d'ailleurs dans cet épisode qu'on verra pour la première fois une prothèse de bras (celle-là même que possède Big Boss dans Phantom Pain) ou qu'on rencontrera Paz et Chico, les 2 enfants qu'on peut/doit sauver dans Ground Zeroes. Comme toujours Kojima a un sens de l'écriture admirable et ce genre de suivi inter-épisodes mérite quelques félicitations et ce, malgré une timeline malmenée (puisqu'un coup sort un épisode futuriste, puis on revient en arrière avec le suivant, pour repartir plus loin dans l'histoire... entre nous, faire les Metal Gear dans l'ordre strict est un beau foutoir). Finalement, la chose qui me déçoit dans cet opus, c'est bien la scénarisation : au lieu d'avoir des cut-scènes comme le studio sait si bien les faire, nous avons des Graphic Novel (et oui, encore eux !), ces BD améliorées et plus ou moins animées. Alors certes ils sont mieux faits que dans la plupart des jeux dématérialisés actuels, il y a même quelques interactions (et c'est même mieux que de simples QTEs) cependant ça ne remplacera jamais une bonne vieille cut-scène, d'autant que chez Kojima Studios on a toujours le sens de la mise en scène.


De même,
Peace Walker propose une prise en mains qu'on aurait apprécié sur les autres jeux... De plus, c'est un excellent opus PSP malgré mes craintes
si la voix de David Hayter vous agace, ce n'est pas ici que ça va s'améliorer tant le doubleur officiel de notre héros en fait des tonnes (je veux dire plus que d'habitude). De même, si les Metal Gear Solid sont toujours très bavards, dites-vous qu'ici ce sera toujours d'actualité, c'est peut-être même trop ! Plus qu'aucun autre épisode, on passe plus de temps à lire des sous-titres qu'à jouer ! Je ne connais pas le jeu d'origine, donc je ne pourrai pas comparer avec le contenu de cette adaptation. Sachez toute fois qu'ici, il n'y a aucun bonus. Le jeu nous propose 3 types de configurations : une proche de MGS4, une proche de MPO et une proche de Monster Hunter Freedom... Oui, pour moi aussi voir le nom de Monster Hunter (qui est un jeu Capcom, ai-je besoin de le rappeler ?) dans un Metal Gear ça surprend, mais il y a des missions bonus qui justement se déroulent dans cet univers-là (les Monster Hunter ayant été la force de vente de la PSP au Japon). Si beaucoup ont pesté contre la jouabilité du titre, puisque la PSP ne dispose pas de second stick analogique, sur PS3, Vita et Xbox 360 justement, il n'y a pas ce problème et la configuration type MGS4 propose une prise en mains proche d'un TPS et/ou de MGS : Ground Zeroes. Entre autre nouveauté, Snake peut enfin se déplacer accroupi (mais il est incapable de se déplacer allongé alors qu'il a toujours pu le faire... c'est débile donc) et il peut également se mouvoir lorsqu'il est enjoue. La jouabilité est précise, vraiment agréable et surtout, contemporaine ! En somme, ce que j'aurai adoré avoir dans les remasters de MGS 2 et 3, je le trouve ici (seule la méthode de fouille des corps est un peu farfelue, tout en étant alternative à celle des opus 2/3). Avant de commencer l'aventure, vous pourrez passer par un énorme tuto. Et ici on ne parle pas de vidéos, mais bien d'un tuto interactif et riche en infos (notamment pour apprendre à faire parler un otage ou pour les techniques de CQC), bien que sacrément long et forcément gonflant pour les moins patients ou celles/ceux qui connaissent déjà le principe. Le jeu gravite autour de la Mother Base, qui n'est autre que "le camp" de Big Boss, son centre des opérations, une charpente dont on doit prendre soin vu son utilité. Car la Mother Base permet de recruter du personnel (pour le combats ou pour la R&D), de le former, de développer de nouvelles armes ou de nouveaux gadgets, et bien entendu, c'est de là que proviennent toutes les infos dont nous disposons au fil de l'aventure (notez que c'est le grand Master Miller qui gère un peu l'ensemble en notre absence).


La Mother Base
Metal Gear Solid 4 signe la fin de l'histoire de la saga. Un épisode qu'on aurait aimé plus long mais qui reste génial malgré ses défauts
permet aussi de réaliser tout un tas de missions coop' hors scénario. Car oui, Peace Walker est clairement orienté vers le coop' puisque la plupart des missions peuvent être réalisé à 2. Heureusement, ce coop' n'empiète pas sur le solo, puisque le jeu peut très bien être fait seul, avec uniquement Big Boss en protagoniste principal. Après, il n'y a pas besoin de revenir sur le gameplay d'un MGS, puisque les missions en elles-même sont assez classiques et se rapprochent de celles du 3e opus. A l'origine développé par Kojima Studio et par l'équipe même qui a fait le superbe 4e épisode, cette adaptation HD a été réalisé par Genki. Si l'adaptation semble de qualité, très vite le jeu trahit ses origines modestes. En effet, la PSP offre des graphismes proches de la PS2 mais pas tout à fait non plus, et le résultat donne une 3D très correcte, colorée, mais aussi des modélisations et des décors un peu sommaires et très anguleux. D'ailleurs, de la même manière que MGS3, les cartes sont découpées en zone. Des zones qui ici sont toutes petites, d'ailleurs les missions sont également très courtes, le jeu étant avant tout adapté au format portable et à de courtes sessions. Par ailleurs, le jeu est d'une facilité déroutante, notamment à cause d'une IA à la fois sourde et aveugle. Mais tout ceci n'empêchera en rien de profiter d'un véritable Metal Gear Solid ! Aussi surprenant que ce soit, j'ai réellement apprécié cet opus-là, notamment pour sa prise en mains très agréable et son scénario bien amené. Voilà ce que je pouvais vous dire sur Peace Walker HD. Etant donné que le premier Metal Gear Solid et Metal Gear Solid 4 : Guns of the Patriot n'ont pas été retouchés, d'aucune manière que ce soit (le premier restant le cultissime jeu de la première PlayStation et le 4e opus restant l'énorme jeu exclusif de la PS3), je vous invite donc à lire leurs tests respectifs, puisqu'ici, je n'évoque que les jeux qui ont été retouchés. D'ailleurs, je vous invite aussi à lire les tests de Metal Gear et Metal Gear 2 : Solid Snake, sorti initialement sur MSX2, et qui sont compilés "en l'état" dans l'épisode 3. Etant donné leur qualité, il serait vraiment dommage de passer à côté de ces titres mythiques, uniquement sous prétexte que ce sont des productions 8-bits.



Que ce soit HD Collection (PS3/X360)


HD Collection (Vita)


Legacy Collection (PS3)
avec Metal Gear Solid : HD Collection (disponible sur PS3, PS Vita et Xbox 360) ou The Legacy Collection (uniquement dispo sur PS3), nous sommes en présence d'excellentes compilations. Bien entendu je ne saurai que trop vous conseiller l'achat de la Legacy Collection, qui est bien plus complète (même si elle est aussi bien plus chère !). Bien sûr, ce genre de compilations s'adresse à celles et ceux qui veulent découvrir la série, sans avoir à acheter une PS1 et/ou une PS2. Maintenant, à moins de vouloir absolument profiter de vos jeux en HD (et encore, les portages ne sont pas non plus indispensables), il est inutile de repasser à la caisse si vous possédez déjà les opus originaux et c'est surtout valable pour les Metal Gear Solid 2 et 3, dont les jouabilités n'ont malheureusement pas été retouchés (il en est tout autre pour Peace Walker dont la prise en mains est désormais excellente et proche d'un TPS récent). De même, si le rehaussement graphique des opus 2/3/Peace Walker se veut toujours agréable, avec entre autre des framerate toujours fluides, pour être tout à fait franc, le travail effectué sur les graphismes n'a pas dû nécessiter beaucoup de travail. Certes c'est joli, mais n'oublions que déjà à l'origine, ces jeux étaient parmi les plus beaux de leurs supports. Ainsi le remastering se révèle au final très timide. Evoquons aussi le cas de la version sur PS Vita, qui justifie difficilement l'absence de l'épisode Peace Walker, à moins que ce soit pour mieux nous le vendre en dématérialisé sur PSN et au prix fort (20€, ce n'est pas rien). Voilà pourquoi cette version, se voit amputé d'un point, vu qu'elle est amputée d'un jeu.

Et il subsiste également quelques interrogations et même, quelques frustrations. En effet, il aurait été plus agréable que les Metal Gear (sans le "Solid") 1 et 2 soit directement accessible depuis le menu principal, au lieu de devoir passer par Metal Gear Solid 3. En parlant de lui, et comme évoqué à l'instant, il aurait vraiment été de bon ton que les épisodes 2 et 3 profitent d'une nouvelle jouabilité, plus proche de ce qui se fait actuellement car entre nous, la prise en mains hyper vieillotte de ces jeux c'est (excusez-moi l'expression) de la merde. Enfin, si on peut pardonner quelques bonus manquants et finalement pas si importants que ça, il aurait vraiment été génial qu'au lieu d'avoir le vieux Metal Gear Solid issu de cette bonne vieille PSOne, on ait le fabuleux Twin Snakes, qui est toujours exclusif à la GameCube. Après tout, Capcom a bien réussi à développer son Resident Evil Rebirth (autre exclusivité GameCube) sur toutes les (autres) consoles non ?! Donc si Capcom a pu le faire, pourquoi pas Konami ? Et en chipotant un peu, étant donné que la Legacy Collection se veut complète et hors de prix à l'heure où j'écris ces lignes (au minimum 100€... abusé !), il manque un paquet d'autres titres : Snake's Revenge (paru sur NES, qui est à la fois un spin-off et une suite au premier Metal Gear), Ghost Babel (paru sur Game Boy Color), les Acid 1/2 et Portable Ops de la PSP, et pourquoi pas, soyons fou, le Rising Revengeance (je mets volontairement de côté les épisodes Mobile/Touch/Social Ops qui sont exclusifs aux mobiles et qui n'ont que peu d'intérêt finalement). Quand on se veut exhaustif, il faut le faire jusqu'au bout, même si je l'avoue, ces derniers titres sont d'une moindre importance dans la mythologie Metal Gear.

Malgré tout, je vous conseille vivement ces compilations, surtout si (comme d'habitude) vous ne possédez pas les jeux originaux. Des jeux certes très bavards, parfois même un peu gonflant avec ça justement, mais qui au fond, vous proposeront les meilleurs scénarios qui soit, des personnages à la fois charismatiques et profonds, le tout avec une mise en scène admirable et une écriture comme vous n'en verrez sûrement jamais ailleurs. Metal Gear (Solid) est une série qui a toujours divisée, car soit on déteste, soit on lui voue un amour inconditionnel. Devinez dans quel camp je suis...



Les -

  • Aucune alternative à une prise en mains dépassée et loin d'être agréable (MGS 2/3)
  • Toujours pas de Twin Snakes sur les autres consoles
  • Les aisselles d'Olga... toujours aussi dégeux
  • Bavard, très bavard, peut-être même trop bavard
  • Le premier MGS uniquement en dématérialisé
  • Une HD Collection vraiment incomplète
  • Peace Walker absent sur PS Vita
  • Mise à niveau technique timide
  • Les +

  • Une partie sonore qui n'a pas pris une ride : musiques sublimes, excellent doublage...
  • Malgré quelques manques, la Legacy Collection est exhaustive en terme de contenu
  • Peace Walker, tellement agréable à jouer avec un pad à 2 sticks
  • Un scénario de fond gargantuesque et admirablement bien écrit
  • Une mise en scène fabuleuse qui fait encore cas d'école
  • Joli, fluide et exempt de gros bugs


  • Test réalisé par iiYama

    décembre 2015