Max Payne 3 (X360/PS3/PC)

 





Cliquez pour agrandir

   


Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : mai 2012 (consoles) - juin 2012 (PC)
Développeur : Rockstar Games
Editeur : Rockstar Games
Genre : action

Version testée : Française
Version logicielle : 1.0
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Support : 2 DVDs (X360-PC) / 1 Blu-Ray (PS3)
Espace disque nécessaire : 35Go (PC) / 1Mo (X360) / 5.5Go (PS3)
Moteur graphique : RAGE (Rockstar Advanced Game Engine)
Moteur physique : Euphoria
Définitions HD max (consoles) : 1080p (X360) - 720p
Compatible 3D (consoles) : non

Difficulté :
Compatible Kinect (X360) : non
Compatible Move (PS3) : non
Multi-joueurs : 16 joueurs online
Prix au lancement : 50€ (PC) / 70€ (consoles)
Score des ventes : 3.8 Millions (tous supports)


Configuration recommandée (PC) :
CPU : Dual Core 2.6Ghz
RAM : 2Go
VIDEO : avec 512Mo de VRAM (type GeForce 8600 GT / Radeon HD 3400)


Aussi disponible sur :



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Max Payne 3








En 2001,
L'histoire de Max se veut toujours aussi torturée
mon PC (de l'époque) donnait tout ce qu'il pouvait pour faire tourner l'un des jeux phares de l'époque : Max Payne. Une licence incroyable, le créateur du "bullet time" (il fallait y penser, ralentir l'action durant un tir en appuyant juste sur la bonne touche), une idée qui a été pillée par la concurrence, et utilisée aussi bien par les jeux vidéo et le cinéma dans les années qui suivirent. Mais en l'occurrence cette licence a mis beaucoup de temps à revenir sur le devant de la scène et ce sont les développeurs de GTA qui ont repris Max Payne et son univers très particulier, et non Remedy, désormais occupé sur Alan Wake. Max a vieilli, voire même mal vieilli. Il est devenu une épave alcoolique, addict aux antalgiques après avoir perdu sa famille, son amour et ses amis. Max laisse derrière lui "la grosse pomme" pour fuir sous le soleil du Brésil, et ce suite à une boulette de sa part. Mais si le soleil brille, la vie de Max est encore plus sombre qu'auparavant et ne fera certainement pas d'adepte. Garde du corps minable d'une famille huppée, il va devoir aller dans les tréfonds des rues glauques de Sao Paulo, et dans les tréfonds de son âme. Rockstar nous offre un scénario où l'ambiance sombre et malsaine de la licence Max Payne ressort parfaitement et ce malgré des décors plus exotiques que ceux de New York. Les personnages sont tous marquants, ayant des personnalités assez fortes, ce qui donne au titre un univers très marqué. De même les flashbacks sur les événements passés, qui ont amenés Max à partir de New York, apportent un liant et une profondeur qui rendent le scénario intéressant, bien qu'assez violent. Mais Max Payne n'évolue pas dans l'univers de "Oui-Oui" cependant pour les aficionados, le scénario ne sera pas à la hauteur du premier et du deuxième épisode (l'univers ayant été un élément important de ses deux opus, il apportait une ambiance très sombre qui convenait parfaitement aux tourments de Max) mais ce troisième volet reste quand même dans la même mouvance. Fini donc les rues sombres et humides de New York, les immeubles sales et délabrés. Rockstar nous fait voyager jusqu'à Sao Paulo et son univers jetset mais aussi avec l'autre aspect de la ville, représenté par ses favelas, ces rues malfamées… en clair un univers bidonville qui tranche vraiment avec le clinquant des fêtes débridées d'une minorité riche.


Le jeu offre
On retrouve avec grand plaisir le Bullet Time si cher à la série
des graphismes de bien belle qualité, des effets de lumière très bien retranscris, des textures correctes, des effets de mise en scène "fantastiques" qui sont très cinématographiques. Il offre un spectacle digne d'un film de John Woo. De même l'animation des personnages est plutôt bien réalisée, celle de Max étant vraiment la plus réaliste et la plus fluide. Tout s'enchaîne dans des chorégraphies visuellement de haut vol. Le seul petit bémol étant les phases où Max délire un peu, ce qui visuellement peut donner un effet assez désagréable pour les personnes souffrant de problèmes au niveau des yeux. La recette de Max Payne est simple : du gunfight, du gunfight et encore du gunfight. Oubliez les normes actuelles du jeu d'action. Ici on part sur une base "Old School", et d'une difficulté assez bien dosée. Le jeu reprend à fond le principe du Bullet Time (action ralentie), des sauts et des cascades. Pas de régénération automatique, quand Max est touché il faut croiser les doigts pour avoir encore un flacon d'analgésiques sur soi (car dans le jeu et suivant le niveau de difficulté choisi, vous n'aurez pas un flacon tous les 10 m). Sur un tir précis, la killcam (qui montre le dernier shoot dans une zone) vous permettra de vous la jouer à la John Woo avec un formidable ralenti qui vous montrera de façon un peu hard, la "fin de contrat" de votre adversaire. Si un ennemi vous touche mortellement, vous aurez pendant l'espace d'un moment la possibilité d'éliminer ce fourbe qui vous a criblé de balles, et si vous réussissez cette élimination cela vous permettra de revenir à la normale, votre jauge de vie se remettant à la position initiale d'avant cette mortelle traîtrise. De même, après vous être écrasé durement sur le sol, vous aurez la possibilité de tirer allongé pour surprendre vos adversaires. Côté nouveautés on trouve un système de couverture et de "Bash" au corps à corps, afin de surprendre votre ennemi, de le déséquilibrer et ce pour le finir par une exécution sanguinolente. La localisation des dégâts sur les ennemis et sur les décors est très impressionnante.


Après le solo,
La réalisation est d'un très bon niveau
vous pouvez vous exercer au mode Arcade, qui reprend les missions du mode solo en Time Attack : il vous faudra faire un score en une minute chrono avec la possibilité (en cas de "frags") de rallonger de quelques secondes votre partie. Et puis bien sûr, il y a le mode Multi mais là nous ne l'avons pas suffisamment testé pour se faire une réelle idée de son potentiel… en tout cas il reste très classique. Si nous devions trouver quelques défauts au gameplay, ce serait peut-être un manque évident de réelles nouveautés. On pouvait surtout espérer que, comme pour le premier opus, ce Max Payne nous offre une nouveauté qui aurait pu devenir, tout comme le Bullet Time, une "marque de fabrique". Seule subsiste la recherche des armes en "or" mais ça reste anecdotique. En résumé nous obtenons un jeu solide avec des bases connues et très efficaces, mais qui peine à vraiment surprendre. Côté son, pour une fois la bande est taillée dans le roc : une VO de haut vol et une qualité assez rarement atteinte. Les bruitages des armes et des environnements sont forgés dans l'action (on a l'impression d'être face à un film) au vue des fusillades et de leur vacarme. Les musiques sont excellentes et collent parfaitement à l'univers de Max : une réussite presque incontestable ! Enfin la durée de vie compte une petite dizaine d'heures sur le mode solo et ce en difficulté normale. Vous pouvez rajouter plusieurs heures grâce à la rejouabilité. Il ne faut pas oublier le mode Arcade et le mode multi, qui vous proposeront plusieurs heures supplémentaires de plaisir. Le bonheur de voir Max bondir au ralenti sera certainement plus fort que la lassitude que vous pourriez ressentir à refaire l'aventure.



Max Payne 3 nous Note
offre une alliance parfaite entre une évolution réussie et un aspect "old school" de qualité. Comment ne pas apprécier un travail de précision qui respecte l'univers de Max, une histoire sombre et torturée, oppressante où la rédemption n'existe pas vraiment. Le jeu offre un gameplay solide, connu et reconnu, il nous permet de retrouver ce qui faisait le charme de cette licence (gunfight et Bullet Time) tout en approchant des éléments de gameplay indispensables de nos jours (système de couverture, recherche de pièces…). Le niveau de difficulté est "à l'ancienne" et rappelle qu'à l'époque il y avait des joueurs qui recherchaient du challenge. On se retrouve plongé dans un jeu un peu "souvenir", ce qui ravira les vieux gamers et fera un peu souffler les noobs. Ce Max Payne 3 n'est donc pas à la peine, et s'il a mis du temps à voir le jour (près de 8 ans) n'hésitez pas à vous plonger dans cet univers sanglant et qui sent la poudre… il y a peu de chances que vous le regrettiez.




L'avis d'iiYama : cliquez pour ouvrir



Test réalisé par Puffmagicd

Lire l'article original sur CHISHIKI 72
mai 2014