Mass Effect 3 (PC/X360/PS3/WiiU) -- TEST sur GRAVITORBOX

 


Cliquez pour agrandir












Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :

     


Compatible avec :

 


Aussi disponible sur (Legendary Edition) :

   

   


Sorties du jeu : mars 2012 (X360 / PS3 / PC) - décembre 2012 (Wii U)
Développeur : BioWare Corp.
Editeur : Electronic Arts
Genre : action - aventure

Version testée : française
Doublage : français (US avec patch)
Textes à l'écran : français

Supports : 2 DVDs (X360 / PC) - 1 Blu-Ray (PS3)
Espace disque nécessaire : 15 Go (PC) / 3 Mo (X360) / 13 Mo (PS3)
Moteur graphique : Unreal Engine 3.5
Moteur physique : PhysX
Définitions HD max (consoles) : 1080p (X360) - 720p (PS3)
Compatible 3D (consoles) : non

Difficulté :
Compatible Kinect (X360) : oui
Compatible Move (PS3) : non
Multi-joueurs : 4 joueurs en co-op' online
Abréviation : ME3
Prix au lancement : 55€ (PC) / 70€ (consoles)
Score des ventes : 5,5 Millions (tous supports)


Configuration recommandée (PC) :
CPU : Dual Core 2 Ghz
RAM : 2 Go
VIDEO : avec 512 Mo de VRAM (type GeForce 8800GT)

Configuration de test (PC) :
CPU : Intel Core i5-2500
RAM : 8Go DDR3
VIDEO : GeForce GT 560Ti avec 1024 Mo de VRAM
OS : Windows 7 (64-bits)
Résolution testée : 1680x1050 (16:10)
Niveau de détails :


Vous aimez GRAVITORBOX et vous voulez le soutenir ? Alors vous pouvez nous adresser vos dons via PayPal en cliquant simplement sur le bouton ci-dessous.

Merci d'avance ^__^















Les sites partenaires :















Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)


Mass Effect 3

+ Edition Spéciale
+ Trilogy




Ça fait
Les Moissonneurs sont là et pour les vaincre, il faudra fédérer toute la galaxie
des mois que j'attendais la sortie de Mass Effect 3 et enfin, il est là ! Même si j'ai découvert la série très tard (puisque j'ai testé les 2 premiers épisodes en 2011) ça ne m'a pas empêché de me ronger les ongles, de trépigner d'impatience jusqu'à la sortie du dénouement final. Né en 2007, le premier Mass Effect m'aura mis une belle claque et croyez-moi, je n'étais pas le seul. Avec son univers hypnotique, son action style Third-Person-Shooter et son aspect RPG loin d'être rebutant, qui l'eu cru, Mass Effect m'a véritablement fait changer d'avis sur les jeux de rôle. Bien sûr il n'était pas parfait à cause de ses saccades (sur Xbox 360) et de ses missions qui recyclaient trop les mêmes lieux et les mêmes scènes. Et pourtant, que de souvenirs ! 2 ans et demi plus tard, Mass Effect 2 donna une suite à la hauteur de mes espérances (d'ailleurs cette fois il est également sorti sur PS3). Vous l'avez sans doute lu partout, l'action a quelque peu pris ses aises avec cette suite, mais pas autant que les détracteurs le disent. Pour avoir joué aux 3 épisodes à la suite, Mass Effect 2 n'est pas non plus devenu un Gears of War en puissance. Malheureusement, cette part d'action supplémentaire s'accompagnait d'une sérieuse baisse de l'aspect RPG du titre, et je crois que c'est en fait ça, qui aura le plus déçu les fans... moi le premier. En effet, le système d'expérience s'est grossièrement simplifié, et en parallèle l'arsenal est devenu trop classique et commun par rapport au premier opus.
Devant à l'origine sortir pour Noël 2011, la clôture de la plus illustre trilogie de cette génération de machines, a été repoussée à mars 2012 pour mieux laisser le champ libre à un certain Star Wars : The Old Republic, l'autre grand titre (cette fois un MMORPG) d'un BioWare décidément très en forme ces dernières années. Maintenant une chose est sûre, on a tous placé d'énormes attentes en Mass Effect 3. Il faut dire que le développeur nous a soi-disant compris et qu'il a réalisé le jeu que les fans attendaient. Pas obligatoirement moins d'action mais forcément plus d'RPG, le retour des MODs d'armes, une XP plus conventionnelle, une meilleure gestion de l'équipe et surtout, un final épique et dévastateur à cette guerre contre les Moissonneurs. Alors, promesses tenues ? Ni oui, ni non, la réponse est plus complexe qu'on ne le pense... On commencera donc notre plaidoirie par la partie scénarisation. Encore une fois, on retrouve le commandant Shepard (un homme ou une femme humaine), qui peut être importé(e) de Mass Effect 2 ou créé(e) pour l'occasion. Bien entendu on retrouve la customisation du visage, le choix de son passif militaire ainsi que ses capacités au combat (soldat, biotique, ingénieur...). Jusque-là, rien de neuf.


Il est par contre fascinant
Malgré une petite baisse niveau doublage, la partie sonore reste d'une qualité admirable
que tout le passif des 2 précédents épisodes, trouve ici de très nombreuses répercutions. Déjà nous avons le retour d'une vieille connaissance selon qu'on ait sauvé Ashley ou Kaidan, et puis on entendra forcément parler de nos exploits passés : les hérétiques Geths, le projet Suprématie, les colons endoctrinés par le Thorien, Grunt et sa cuve, Wrex et son génophage, le fait d'avoir sauvé (ou pas) le conseil de la Citadelle, la reine Rachni et bien sûr, notre ancienne alliance avec Cerberus. Absolument tous les choix qu'on a fait dans les 2 premiers opus, ont des conséquences dans cet épilogue ! Même les seconds rôles et quelques personnages des DLCs de Mass Effect 2, auront leur ultime clin d'œil. Ce désir de continuité est un vrai plus pour le fan qui se sera investi dans la trilogie. L'histoire se déroule 6 mois après l'éradication des Récolteurs (et s'il vous plait, on ne confond pas les Récolteurs et les Moissonneurs), Shepard est revenu sur Terre, il a reformé les rangs de l'Alliance et c'est à ce moment-là que les Moissonneurs débarquent ! Sa mise à pied n'aura pas duré bien longtemps puisqu'il sera vite réintégré et il reprendra les raines d'un Normandy qui a été modifié pour l'occasion. En somme ça démarre super fort car des dizaines de vaisseaux de type Sovereign atterrissent et massacrent tout ce qui bouge. Et quand on se souvient à quel point il a été difficile de se débarrasser d'un seul de ces Moissonneurs, imaginez que la galaxie toute entière est envahie par une armée de ces machines et qu'en prime, nous avons Cerberus et l'Homme Trouble qui jouent contre nous.
On retrouve avec plaisir les petites QTEs de conciliation/pragmatisme de l'épisode 2, qui permettent d'obtenir une scène supplémentaire, de gagner quelques points d'XP et/ou de débloquer la situation. Il est intéressant de voir que BioWare a su faire le grand écart au niveau de la narration et du gameplay. En effet, nous avons à disposition 3 types de gameplay et les férus de la saga choisiront toute de suite le mode "jeu de rôle" qui nous ramène aux bases de Mass Effect : combats, prise de décision, choix des dialogues. Les 2 autres modes sont déjà plus restrictifs puisque l'un ne nous laisse plus que le choix des discutions (l'XP est gérée de façon automatique) et l'autre n'est plus basée que sur l'action : plus aucun choix à faire, montée en niveau automatique et les dialogues se déroulent comme des cinématiques. En somme, c'est comme jouer à un banal jeu d'action. Ça, c'est à réserver aux kévins ! BioWare a clairement cherché à rendre son jeu le plus accessible possible, à élargir son audience et ils y parviennent assez bien, tout en respectant les fans de la première heure. Pourtant il y a quand même des écueils qui salissent le tout et vous allez le voir, ils ne sont pas des plus plaisants. Je commencerai par une mise en scène qui ne semble pas travaillée à 100%. Certaines phases de dialogues sont encore pas mal buguées et ne venez pas me parler d'un bug aléatoire, si on reprend la même scène le même bug arrive au même endroit, preuve qu'on subit encore un manque de peaufinage.


Rien de vraiment méchant non plus,
Le plus gros défaut du jeu est là : les choix de dialogues sont réduits à trois fois rien. C'est vraiment regrettable...
mais des personnages qui bougent de façon hérétique ou encore des dialogues qui prennent des élans un peu inutiles... au 3e épisode ça fait tâche. Mais ça encore, ça passe. Car moi ce qui m'a le plus affligé dans ce 3e volet, c'est que beaucoup de dialogues ne sont pas mis en scène (notamment sur le Normandy), à savoir qu'on parle à quelqu'un (dont on s'approche), on clique et la discussion se fait sans mise en scène et sans choix de dialogue. Pire encore, ces fameux choix de dialogues se sont drastiquement réduits. En général nous n'avons que 2 possibilités (soit plus pragmatique soit plus conciliante) mais la plupart du temps le résultat final est le même. Encore mieux, les dialogues sont parfois longs et on sent bien que Shepard récite son texte sans trop nous demander notre avis. En somme, beaucoup de passages auraient mérités qu'on nous demande de faire un choix, or le développeur a zappé pas mal de ces interactions. Ainsi sur une longue discussion on fera peut-être 2 ou 3 choix de dialogue, là où autrefois on en aurait fait le double voire le triple. Imaginez ma frustration, moi qui justement, aime avoir le contrôle et chiner la moindre possibilité. Alors autant vous le dire, si sur certains points BioWare a assuré, il est clair qu'au niveau des dialogues, ils ont merdés ! Après avoir enchainé les 2 premiers épisodes, croyez-moi que ça fait un choc et ceux qui n'ont rien remarqué, doivent sans doute avoir oublié à quel point le joueur étaient autrefois impliqué.
Il n'empêche que le scénario fini en apothéose : c'est épique, superbement écrit et franchement bien réalisé. Je ne critique de toute façon pas la qualité de l'écriture, et dans tout ça, la trilogie Mass Effect possède une replay-value très intéressante puisque les prises de décisions faite dans le premier épisode ont des répercussions jusque dans cette aventure-là. Il suffit de recommencer tout depuis le début, de changer son comportement et ses choix pour avoir de nouvelles interactions. On le sait depuis le début, Mass Effect se prend pour un TPS. Evidemment les rôlistes vous diront que c'est avant tout un jeu d'aventure et c'est vrai, mais n'empêche que dès que ça bastonne, fusil en main, le jeu se prend vraiment des airs de shooter. Depuis l'épisode 2, l'action a pris une part importante du gameplay. Bien sûr cette séquelle était étonnamment variée (soit tout le contraire de l'épisode fondateur) mais ça n'empêche rien, on passe pas mal de temps l'arme à la main. Et justement, avec Mass Effect 3 le développeur canadien a fait d'étranges choix, des choix je dirais même très discutables. Souvenez-vous, dans les épisodes 1 et 2 lorsqu'on pressait la touche Select, Shepard rangeait son arme. Désormais Select fait une sauvegarde rapide, ce qui (en un sens) est bien pratique. Le problème c'est que de son côté Shepard restera en-joue tout le long de la mission, alors même que nos coéquipiers finissent par ranger leurs pétoires ! Shepard fait son nerveux prêt à tout dézinguer et c'est aussi ridicule qu'inconfortable ! Lorsqu'on fouille une zone, il est quand même plus agréable de ranger son flingue et d'avoir un personnage plus alerte mais là non, on se tape une maniabilité super rigide dans toutes les missions d'action. Mais qu'elle idée leur ait passée par la tête ? On se le demande bien...


De plus, s'il
L'action garde évidemment une grande place au sein du titre
se prend pour un ténor du genre, Mass Effect n'a pas l'étoffe des grands TPS, son âme et son cœur étant ailleurs. Résultat, la jouabilité est quelque peu imprécise. Nous n'avons que 3 niveaux de sensibilité de la caméra de visée et au pad, même au minimum, c'est selon moi encore trop rapide. Résultat je colle un peu trop de balles dans le décor plutôt que dans les ennemis. Si Shepard ne porte plus d'arme lourde (et c'est bien dommage), des armes à "usage unique" feront quand même la part belle à quelques scènes d'action particulièrement nerveuses et explosives. De toute façon vous l'aurez sans doute deviné, l'action a été peaufinée et malgré quelques défauts, on y prend un grand plaisir. L'autre détail intéressant, c'est que pour la 3e fois, on a un nouveau système de grenades. Alors ça n'a plus la facilité d'utilisation du premier opus, mais fort heureusement ça n'est pas aussi minable que dans le 2 (où il fallait ouvrir la roue des pouvoirs). Ainsi les explosifs peuvent avoir une place de choix dans votre façon d'aborder les combats. D'autres petites choses ont aussi changées comme le Normandy. Cette fois il gagne un étage de plus mais perd beaucoup de ses interactions. Comme je le disais plus tôt, beaucoup de dialogues se font à l'arrache, et ce tout juste après une mission importante (alors qu'en général, c'était justement l'occasion de discuter).
La carte galactique et la recherche de ressources ont également été profondément revues car cette fois, nous avons les Moissonneurs aux fesses ! Pas question de visiter des planètes avec le Mako, pas question non plus de les sonder une à une, cette fois le Normandy émet une sorte d'onde sonar et IDA (l'IA du vaisseau) trouve ou non un résultat. Cette onde déclenche donc des points d'intérêts et si c'est une planète, on la scannera comme dans l'épisode 2. Cependant, la sonde ne servira qu'à ramasser l'unique point d'intérêt de l'astre. Il y a aussi des vaisseaux en perdition (généralement des sources de carburant) tout ça dans le but de récupérer des artéfacts (de toutes les races), des documents, de l'argent (sous forme de crédits) ou encore des "ressources de guerre". Sans être méchant, je trouve ça un peu capillotracté. Car selon moi, lancer une sonde sur une planète ne fédérera pas un groupe militaire à notre cause et on trouvera encore moins un petit document dissimulé sur sa surface. Je veux bien que ça change, mais soignons sérieux, c'est peu crédible... Le pire dans tout ça, c'est que faire des recherches sonar peut alerter la "vigilance des Moissonneurs". Du coup, il faut faire très attention à ce qu'on fait, sauvegarder très souvent car une fois qu'on a les Moissonneurs à nos trousses, ils ne nous lâchent plus (du moins jusqu'à ce qu'on prenne un relais cosmodésique ou qu'on sorte du système). Et là dur dur de choper des ressources lorsqu'on a 3 à 5 vaisseaux Moissonneurs collés aux miches (et qui en plus, vont plus vite que nous !). En somme c'est aussi fastidieux qu'avant et si sur l'instant on trouve ça nul, au bout d'un moment on y prend quand même gout.


Pour la 3e fois, le système
Shepard est plus agile que jamais mais le fait qu'il reste en-joue est aussi ridicule qu'inconfortable
de ressources a donc changé et si on peut regretter de ne pas pouvoir se défendre, il faut reconnaitre que son petit côté stratégique n'est pas déplaisant. Pour revenir à la carte galactique et aux missions, il est vraiment dommage que certaines missions s'activent en "écoutant aux portes". En gros, on écoute 2 PNJs parler entre eux, et là bam! une mission secondaire s'active, le genre de mission sans grand intérêt et pour laquelle un commandant qui veut fédérer les races conciliennes pour combattre un ennemi commun, ne devrait même pas porter cas. Mais bon, faut bien faire un jeu... moi c'est uniquement le procédé qui m'agace (il aurait fallu, comme autrefois, qu'un dialogue s'ouvre et qu'on accepte ou non la mission). Autre détail un peu agaçant, on gagne de l'XP pour tout et rien, genre +25 points lorsqu'on pioche dans une pharmacie pour récupérer du médigel. Pire encore, il n'y a plus du tout de scènes de piratage et donc, de mini-jeux. Lorsqu'on pirate l'accès à une porte, l'Omni-tech fait ça tout seul comme un grand (d'ailleurs à mon gout, Shepard se débrouille un peu trop bien avec les technologies, ou alors Tali lui a donné des cours :). Heureusement tout n'est pas noir, il y a aussi quelques belles nouveautés.
On commencera par l'Omni-lame qui est une sorte de glaive qui sort de l'Omni-tech et qui terrasse la plupart des ennemis en un coup. Le corps à corps est ainsi plus efficace que jamais et ça fait plaisir. On affrontera plus de gros méchas de Cerberus (avec le petit bonus qu'on pourra en piloter un, ce qui rappellera gentiment Lost Planet). Shepard est aussi plus débrouillard : il sait enfin sauter d'une corniche à l'autre, il sait monter/descendre aux échelles mais en contre-partie, il ne sait toujours pas passer une caisse sans s'y mettre à couvert au préalable. Il n'empêche que le bougre a enfin une animation décente lorsqu'on chute d'une hauteur (avant, il restait raide comme un piquet, c'était vraiment trop laid) et le pas coursé a aussi, pas mal de classe. Notre Commandant préféré peut courir sur de bonnes distances (ça change de la plupart des jeux) et l'animation ressemble enfin à quelque chose : finies les ridicules escapades où notre héros galactique "sautillait", en nous filant (en plus) mal aux yeux. Comme nous avons de nouveaux ennemis, la plupart du temps moissonnés (des races connues ou des croisements contre-natures), BioWare a jugé bon de remettre au gout du jour les compétences des coéquipiers. Ainsi un ennemi protégé par un bouclier (comme un fantassin de Cerberus) sera plus facilement atteint si un biotique le fait léviter ou lui arrache sa protection. Les armes et amures ont également fait un agréable véritable retour en force. En effet, on dénichera pas mal d'upgrades qui accentueront certains domaines au détriment d'autres (comme par exemple, une qui dope les dégâts des armes mais qui réduit la taille du chargeur).


En parlant d'elles,
L'arsenal s'est étoffé et les MODs font un joli retour en force
les armes voient le retour des MODs, avec un choix très appréciable de l'arsenal. Shepard peut porter jusqu'à 5 armes mais un excédant de poids le limitera dans sa capacité à recharger ses boucliers et/ou utiliser ses pouvoirs biotiques (s'il s'en sert). C'est pareil pour les coéquipiers, dont on choisira également les armes et les MODs. Ainsi ils apportent un vrai plus à nos tactiques d'approche : plus de munitions, de stabilité ou de dégâts, c'est à vous de voir ce que vous voulez installer. Shepard est plus mobile qu'auparavant et ce en dépit de son aspect militaire. Sans ça le commandant se mettra plus facilement à couvert, changera de place ou attaquera au corps à corps avec une nouvelle et agréable aisance. Ce n'est pas ça qu'on attendait le plus du jeu mais c'est toujours ça de pris. Autre bonus au titre, Mass Effect 3 dispose de son propre mode multi-joueurs et sur Xbox 360, il est compatible avec Kinect. Alors le multi je ne vais pas m'étendre dessus. Déjà que les modes multi je m'en contre-fous d'habitude, imaginez 2 minutes ce que j'en pense dans un jeu qui n'est pas prévu pour ça à l'origine. Reste le mode co-op' à 4, qui peut être sympa à faire mais hormis son incidence indirecte sur le solo (en effet, vos victoires peuvent booster vos ressources galactiques et un peu trop vous faciliter le jeu), il aurait été plus sympa de pratiquer le solo à 3, puisque de toute façon Shepard est toujours accompagné de ses 2 larrons (à mes yeux c'est un défaut depuis le premier opus : je rêve de jouer véritablement seul !).
Pour ce qui est de Kinect, n'espérez rien de physique : seule la voix est reconnue. Elle permet de faire ses choix dans les dialogues, ce qui peut être sympa, mais aussi de réclamer tel ou tel pouvoir à son coéquipier. Exemple si on crie "singularité" Liara lancera un mini trou-noir sur l'ennemi qu'on vise. La tuile c'est que l'exécution est lente et même si la reconnaissance vocale fonctionne en français, je trouve ça ridicule. Vous vous voyez, pad en main, en train de brailler des ordres à vos alliés ? D'autant plus qu'ouvrir la roue des pouvoirs est plus précis, plus rapide et surtout qu'elle fonctionne à chaque fois. Et quand on voit sur la pochette "meilleur avec Kinect", on a bien envi de rire... Enfin il est clair qu'on accédera à 2 types de missions. Les missions secondaires sont branchées action, elles sont très courtes (expédiées même je dirai !) et n'ont au final pas grand intérêt.


A contrario,
On a un vrai retour du leveling : ce n'est pas parfait mais c'est déjà pas mal
les missions principales sont originales, dévoilent quelques bribes du scénario et sont même parfois bien épiques comme on aime ! Il faut dire que se battre aux pieds d'un Moissonneur de 2000m de haut, ça a de quoi vous filer quelques frissons jubilatoires. Et si on prendra plaisir à visiter les planètes d'origine de certaines races bien connues (des planètes dont nous n'avions entendu que le nom), il est clair que ce sera la bataille finale qui restera la plus monstrueuse du jeu. Epique et éprouvante, vous vous doutez bien que les développeurs ont particulièrement soignés les dernières heures. Au rang des graphismes, BioWare nous avait promis un tout nouveau moteur graphique or Mass Effect 3 tourne sous Unreal Engine 3. Je ne vois vraiment pas ce qu'il y a de nouveau là dedans puisque c'est le même moteur depuis le premier épisode... Par contre je veux bien croire que ce soit une version avancée du middleware d'Epic Games. Le premier opus tournait sous la version 3.0, le 2 tournait sous la version 3.2 et celui-ci tourne vraisemblablement sous Unreal Engine 3.5. Cette nouvelle version, inaugurée avec la sortie de Mass Effect 2 sur PS3, est sensiblement plus performante que l'ancienne. D'ailleurs ceux qui viennent dire que ce 3e épisode n'arrive plus à suivre la tendance, devraient peut-être changer de métier ou consulter un ophtalmologiste.
Alors certes il existe des jeux plus beaux et plus performants, mais Mass Effect 3 offre quand même un magnifique spectacle. La nouvelle gestion des effets lumineux est impressionnante, nous avons des effets de fumée très dense, proche de ce qu'Infinity Ward arrive à faire sur Call of Duty (car oui, les mercenaires de Cerberus ont la mauvaise idée de lancer des grenades fumigènes), les modélisations sont hyper chiadées, surtout pour les visages qui arborent en plus des expressions très réalistes. Bref même s'il se cantonne à DirectX 9, le moteur graphique assure un très beau spectacle (et là je pense surtout à la version PC dont la tesselation de DirectX 11 aurait pu apporter beaucoup aux décors rocheux). Car il faut être clair, au-delà de l'aspect purement technique, Mass Effect c'est aussi et surtout un design à couper le souffle ! Certains environnements ou panoramas forcent à la contemplation et moi-même j'ai souvent arrêté mon périple uniquement pour regarder la beauté hi-tech ou architecturale d'un lieu. C'est bien souvent envoutant même si je l'avoue, friand de science-fiction, je suis forcément bon public. Les modélisations sont aussi de grande qualité. Je reviens sur les visages, toujours plus expressifs, les modélisations sont plus fines, plus détaillées et les animations semblent avoir été retravaillées (elles sont plus naturelles qu'autrefois, merci la motion-capture).


On notera aussi
Hormis quelques bugs il n'y a rien à dire : ça tourne bien et le design fait encore une fois mouche
que les filles sont de plus en plus "poumonées" au fil des épisodes. Rappelez vous que dans le premier Mass Effect, toutes ne faisaient que des bonnets A. Dans le 2 les choses s'arrangeaient, et ici on nous avons des bonnets C voire D à profusion. C'est notamment le cas de Liara, qui a vu sa poitrine gonfler au fil des suites. C'est un détail, je le reconnais mais on ne se refait pas. ^_^ Il est par contre étrange que les yeux "normaux" (les yeux humains j'irai dire) sont tous sans exception, injectés de sang. C'est franchement laid, comme si TOUT LE MONDE manquait de sommeil ou était drogué. Encore une fois, c'est une drôle d'idée qui est passée par la tête des développeurs. Et j'ai encore quelques regrets à formuler à commencer par les loadings, qui sont toujours aussi longs et fréquents. Sur consoles, on a beau installer son jeu sur le disque dur, on passera quand même de longues secondes à poireauter. Heureusement les chargements sont égayés par des petites scènettes qui aident (un peu) à patienter (ce sont en général des vidéos ultra compressées mais c'est toujours mieux qu'un écran fixe - même si je préférai les modèles en 3D fil de fer de l'épisode 2). De même, ça devient une habitude, le clipping fait parfois des siennes (remerciez le moteur d'Epic pour ça) et certaines textures ne sont "pas très propres". Rien d'alarmant, ce phénomène sévit depuis le premier épisode. L'aliasing est également toujours présent mais semble mieux gommé qu'à l'accoutumé. En réalité il sait se faire discret (la plupart du temps).
Mass Effect 3 est donc beau jeu, techniquement dans l'air du temps mais il est aussi très sombre et contrasté. A l'image de son scénario, noir au possible, les ambiances sont si ternes que le jeu en devient presque lugubre, limite pesant, déprimant. Je ne suis pas spécialement fan de cette nouvelle direction artistique mais je suppose que c'est voulu, pour justement accentuer le désespoir qui résulte de cette guerre. Dernier point du sujet, si sur PS3 et PC les installations sont obligatoires, sur Xbox 360 elle est tout aussi recommandée. D'autant que Mass Effect 3 utilise les tout nouveaux DVDs de Microsoft, qui libèrent 1 Go de données supplémentaires. Le petit souci, c'est que le lecteur semble "souffrir" à lire ses données et pourtant, j'ai une console S. J'ose à peine imaginer ce que ça donnerait sur un vieux modèle Arcade de 2005. D'ailleurs l'installation des 2 DVDs est longue (pour être franc, je pensais que le jeu tiendrait sur 3 disques), le lecteur travaille comme un forcené et le résultat c'est que le titre prend 15 Go sur le disque dur, contre "seulement" 12 Go pour Mass Effect 2. Mais ce qui m'énerve le plus, c'est la valse des disques sur Xbox 360 justement. Et vas-y que le jeu te demande le disque 1, et vas-y qu'on repasse au 2 pour ensuite remettre le 1... Je suis d'accord pour que le jeu vérifie qu'on possède bien les disques, mais ce jonglage est assez irritant.


Au niveau du son,
Plus que jamais, Cerberus joue un drôle de jeu...
on retrouve de nouveaux bruitages, notamment pour les armes. Le fusil d'assaut M8 (le commun aux 3 volets) fait par exemple un son très différent et je dirai même, un peu plus musclé. Sans ça la qualité des bruitages est constante, c'est-à-dire de très haut niveau (entre autre j'adore le bruit que font les Moissonneurs). De son côté la musique souligne admirablement l'action ou l'émotion qui résulte d'une scène. Elle n'est ni meilleure ni moins bonne qu'avant, elle est aussi bien, avec tout de même un certain penchant pour la mélancolie. Encore une fois, cette aventure est très sombre, l'issue est incertaine, les personnages sont coincés entre la rage de venger les leurs et la peur au ventre, ce qui cause déprime et anxiété. Etonnamment, l'ambiance sonore retranscrit parfaitement cet état d'âme, ce qui rend le titre très obscur, limite pessimiste. Enfin le doublage profite du casting originel sur la plupart des personnages. En effet des identités un peu secondaires comme IDA ou Avina n'ont plus la même voix mais fort heureusement, les personnages principaux répondent présent à l'appel. C'est d'ailleurs un véritable plaisir d'avoir une telle continuité, jusque dans les Codex. Malheureusement, j'ai ici aussi quelques regrets et je commencerai par les infos de la Citadelle.
Autrefois on approchait d'une borne ou d'une télévision pour activer l'info et même si les locutions étaient prédéfinies pour tout le jeu, elles ne nous saoulées pas. Désormais, les infos tournent en boucle dans toute la Citadelle, impossible de se balader tranquille, les infos sont partout et au bout d'un moment elles nous prennent la tête ! Car il est impossible de les couper et croyez-moi, lorsqu'on joue au casque, c'est gonflant ! La synchro labiale semble également moins ciselée qu'avant. Généralement c'est correct mais parfois elle est à la rue et surtout elle semble moins... comment dire, moins "synchronisée" qu'autrefois. C'est un peu dommage mais ce que je regrette le plus, c'est surtout l'implication même de ce doublage. A croire que les acteurs en ont eu marre d'incarner les mêmes personnages pour la 3e fois : le doublage est donc un peu moins impliqué (c'est encore plus vrai pour Jane Shepard !). Et ne venez pas me la raconter, pour avoir joué aux 3 jeux à la file, j'ai clairement senti une baisse à ce niveau-là, alors que justement, les 2 premiers volets excellaient en la matière. Pire, le doubleur de Mordin Solus a fait n'importe quoi (et oui, c'est le même acteur qui est derrière). Alors que tout allait bien dans Mass Effect 2, désormais il parle de façon hachée, on dirait un autiste dont les dialogues sont pénibles à écouter. Car Mordin n'a jamais parlé comme ça ! L'acteur lui-même (qui avait fait un excellent travail la fois précédente) aurait sans doute dû s'imposer et refuser de jouer comme ça. Ceci dit pas de panique, le doublage français est déjà nettement au dessus du lot et vous n'aurez qu'aucun problème pour vous immerger dans cet univers riche et profond.



D'ailleurs BioWare a
Plus encore que dans l'épisode 2, Mass Effect 3 a été créé pour accueillir un maximum de DLCs... une mode dont on se passerait bien
voulu faire plaisir à ses fans et propose aux intégristes de la VO, de télécharger gratuitement le doublage US si le coeur leur en dit (comptez plus de 1,3 Go quand même). Et bien justement, comment ne pas finir ce test de Mass Effect 3 sans parler des DLCs. En effet, avec ce jeu Electronic Arts et BioWare jouent encore les fourbes en proposant le jour de la sortie, le DLC "Surgi des Cendres" (From Ashes en VO) au prix assez exorbitant de 10€, alors qu'il aurait dû faire parti du jeu principal. Car si un DLC sort 6 mois après le jeu, on se doute qu'il a été développé entre temps, mais en le sortant le jour même, les fans le voient comme une insulte, comme si leur jeu était amputé d'une partie de son contenu. Et puis 10€, pour une telle durée de vie (moins de 30 minutes), c'est simplement du vol !! Mais là où BioWare et EA sont malins, c'est que les révélations faites dans ce DLC sont particulièrement importantes pour ceux qui veulent en savoir plus sur les Prothéens. Quelle bande d'enfoirées de nous faire un coup aussi bas, car quoiqu'on dise, les fans iront l'acheter, même à contre-cœur. Alors c'est vrai, ce DLC est gratuit pour les acquéreurs de la version Collector et croyez-moi, vous feriez mieux de prendre cette édition là. Car quitte à payer son jeu principal plus cher, autant que l'argent à investir dans ce maigre DLC serve à avoir également quelques bonus supplémentaires. D'ailleurs on notera que sur consoles, les DLCs ne se téléchargent plus via un terminal propriétaire (le fameux Réseau Cerberus) : non sur Xbox 360 par exemple, c'est une vulgaire fenêtre XLA qui s'ouvre. On peut aussi contester le fait qu'on nous propose de télécharger la démo du même jeu (pourquoi faire ?), qu'aucun contenu ne soit gratuit (souvenez-vous, les DLCs Fakir et Zaeed étaient offerts avec Mass Effect 2, et même si ce n'était pas de grandes missions, ça faisait toujours plaisir). Et c'est pire encore pour toutes ces babioles destinées aux avatars qu'on nous vend à prix d'or. Car excusez-moi, mais il ne faut pas être gonflé pour vendre entre 1 et 3€ des casquettes ou des t-shirt à l'effigie du jeu. Cette politique de l'arnaque ouverte est vraiment répugnante et je dirai même que du point de vue de l'éthique, c'est assez minable. OK personne ne me force à acheter ces trucs-là mais ça n'empêche rien, le jeu vidéo prend vraiment de sales tournures...



  • Version Wii U : Mass Effect 3 - Edition Spéciale
    Sortie 9 mois après les versions PC, Xbox 360 et PS3, l'édition Wii U débarque pleine de promesses, celles de nous offrir une interface encore plus confortable grâce à son gamepad, ainsi que du contenu supplémentaire et gratuit. Bien évidemment, le fond du jeu est exactement le même : même histoire, même gameplay, mêmes défauts et bien sûr, mêmes qualités. Alors concentrons-nous uniquement sur ce qui change dans cette tardive version (quoique tardive, vu que la console vient à peine de sortir, Mass Effect 3 est donc l'un des gros jeux de son line-up). La première nouveauté, c'est évidemment la présence du gamepad qui permet de jouer soit de façon nomade, soit sur sa télé auquel cas la fameuse "mablette" sert de véritable extension de l'interface du jeu. En effet l'écran permet soit d'afficher la carte des lieux (mais vu la linéarité de cet épisode, ça ne sert strictement à rien) soit de placer des raccourcis pour les pouvoirs. Ainsi d'une simple pression, on peut activer nos pouvoirs et ceux de nos coéquipiers, ce qui est plutôt pratique lorsqu'on la joue plus tactique que bourrin. Cependant la classique roue des pouvoirs reste accessible et plus confortable si on ne veut pas décrocher son regard de la télé, d'autant que le ciblage via l'écran tactile n'est pas des plus intuitif. Au niveau de l'histoire, le jeu commence de façon "normale" je dirais. En effet, comme sur Wii U il vous est impossible d'avoir les sauvegardes des 2 premiers épisodes, vos personnalisations, vos histoires d'amour, le vécu de votre héros/héroïne (comme la tragique fin de l'épisode 2) passe évidemment à la trappe. Il y a bien la BD Genesis (comme dans Mass Effect 2 sur PS3) qui résume les 2 précédents volets et qui nous permettent de faire quelques choix, mais ça ne remplacera jamais les 2 formidables aventures que le commandant Shepard a vécu sur les autres supports. Pour se rattraper, cette édition Wii U propose un contenu enrichi. En plus de la BD servant de prologue, on retrouve le contenu multi-joueurs, la fin enrichie mais aussi le DLC Surgi des Cendres.


     

     


    Et c'est tout ? Malheureusement oui, allez savoir pourquoi, les DLCs Leviathan (pourtant sorti 2 mois avant cette édition) et Omega (sorti 1 mois plus tard) ne sont pas présents. Il est quand même regrettable que ces contenus (scénaristiquement intéressants) soient volontairement absents. Oui "volontairement" car n'allez pas me faire croire que BioWare ne pouvait pas incorporer ces contenus-là, alors qu'ils sont sortis avant cette édition Wii U. C'est un peu du foutage-de-gueule... Enfin la réalisation de cette adaptation est somme-toute correcte. On peut déplorer quelques ralentissements supplémentaires mais au final, l'expérience visuelle est similaire aux versions Xbox 360 et PS3. En conclusion, cette Edition Spéciale dédiée à la console de Nintendo compense ses quelques faiblesses techniques et une sortie tardive, par une prise en mains au gamepad assez sympathique (bien que dispensable, car jouer normalement donne des résultats tout aussi bons) et un contenu amélioré (dont la nouvelle fin). Maintenant, si le jeu reste aussi génial qu'il eut été à sa sortie initiale en mars dernier, on peut se poser naturellement 2 questions : pourquoi manque-t'il à l'appel 2 DLCs importants et surtout, quel est l'intérêt de jouer à cette version là ? De mes yeux à rien, car si la PS3 dispose enfin du premier épisode (soit en achat dématérialisé sur PSN ou via la compilation Trilogy), la Wii U de son côté ne profite pas de ces portages-là et commencer par la fin tient plus de l'hérésie que de l'achat censé. De votre côté, faites comme bon vous semble mais si je peux me permettre, sur Wii U vous devriez acheter des jeux exclusifs (ZombiU, New Super Mario Bros U ou Bayonetta 2) et commencer la génialissime aventure du commandant Shepard par le premier chapitre. Mais ça bien sûr, ce n'est que mon avis...




  • Avant de conclure notre article (bien que d'autres infos vous attendent dans le "spoiler" en fin d'article), j'aimerai revenir sur 2 petites choses. La première, c'est que BioWare a annoncé qu'ils ajouteraient la version féminine de Shepard au marketing de la série. Souvent mise de côté au profit de la version masculine, elle est apparue sur les trailers et sur la boîte du jeu. A noter que la pochette des boites originales est réversible et on peut donc profiter de John Shepard ou de Jane Shepard sur la face avant. Pour décider de l'allure du personnage, BioWare a lancé un double vote sur Facebook : le premier pour élire son physique et le deuxième pour sa couleur de cheveux. Jane Shepard est donc devenue rousse.

       

    Ensuite, avant même que le controversé Mass Effect Andromeda ne voit le jour, les fans de Mass Effect ont réclamés "à cor et à cris" un remaster de leur série fétiche. En effet, si la Génération PS3 / Xbox 360 a vu naitre bien des remasterisations et autres remakes (je ne ferai pas de liste, tant celle-ci serait longue), avec la Génération PS4 / Xbox One le phénomène n'a cessé de s'amplifier. Et pourtant, Electronic Arts semblait faire la sourde-oreille (puisque nous attendons également le remaster de la trilogie Dead Space). Heureusement, après des années d'égarement d'un BioWare qui n'a plus vraiment brillé après Mass Effect 3, la compilation / remasterisation que nous connaissons désormais sous le nom de "Legendary Edition" est enfin arrivée... en 2021 ! Oui, quelques 9 ans après la fin de cette mythique trilogie. Mais avant d'en arriver là, il faut savoir que le premier Mass Effect fut enfin porté sur PS3, afin que les possesseurs de la console de Sony puisse enfin jouir de l'entière trilogie sur leur console fétiche. Bien qu'arrivée très tard (en décembre 2012), cette version fut aussi le point de lancement d'une compilation : Mass Effect Trilogy ! Il existe 2 formats de cette trilogie et dans la plus "collector" des deux, nous avons un coffret regroupant les 3 jeux, un Artbook exclusif et packaging assez luxueux. Sur PC et Xbox 360, étant donné que les jeux sont sous forme de DVD, nous avons un coffret qui contient pas moins de 5 disques (1 DVD pour Mass Effect 1, puis 2 DVDs pour Mass Effect 2 et encore 2 autres pour le 3e opus). Sur PlayStation 3 et ses spacieux disques à rayon bleu, nous avons 3 Blu-Rays. C'est d'ailleurs sur PS3 qu'on trouve le plus facilement l'autre forme de cette compilation, qui réunit simplement les 3 boites classiques dans un coffret. Notez enfin que d'une manière ou d'une autre, ces versions sont strictement identiques aux éditions classiques à savoir que le Réseau Cerberus vous offrira les mêmes contenus gratuits (ils sont d'ailleurs plus nombreux sur PS3) et que les autres restent parfaitement compatibles. Et oui, vous l'aurez compris, ici sont compilés les 3 jeux de base et les contenus autrefois payants, le sont toujours ! Si à l'époque on pouvait voir un certain intérêt de cette édition, histoire d'avoir un Collector et de se payer les 3 jeux d'un coup, à l'heure de cette relecture (en 2021), il vaut mieux se tourner vers la Legendary Edition, qui a été légèrement remasterisée, qui est plus fluide, fonctionne dans des résolutions plus hautes et surtout, qui contient la majorité des DLCs autrefois vendus à part...




    Mass Effect Trilogy édition Luxe / Collector sur Xbox 360 et PC
    (cliquez pour agrandir)




    Mass Effect Trilogy édition Luxe / Collector sur PlayStation 3
    (cliquez pour agrandir)



    Mass Effect Trilogy édition classique (3 simples boitiers)
    sur PlayStation 3 (cliquez pour agrandir)



    Que penser de ce 3e Note
    épisode des aventures de Shepard ? Autant être franc avec vous, certains points m'ont déçus. D'ailleurs en sortant de Mass Effect 2 et en enchainant directement sur celui-ci, j'ai vraiment eu du mal à accrocher... du moins au début. Il faut dire que les prises de décision sont rares, les dialogues sont de moins en moins interactifs, ce con de Shepard garde son fusil à la main tout au long des missions (?), le doublage semble un peu moins impliqué, la synchro est un peu moins appliquée, les bugs sont toujours présents, les loadings sont toujours aussi longs et l'ambiance y est vraiment déprimante par moment (le jeu est très sombre, que ce soit au sens propre comme au sens figuré). Alors je suis bien conscient que le sort de la galaxie se pose là, que la tournure des choses font qu'il n'y a rien de drôle et de léger, mais là quand même... Honnêtement, sur les 40 heures que durent l'aventure, je n'ai vraiment pas apprécié le premier tiers (hors le prologue qui est vraiment impressionnant). Heureusement Mass Effect 3 a aussi ses qualités et je ne sais quel déclic s'est fait, quel passage m'a remis en place, car passé le cap de la découverte et de l'incompréhension de certains choix des développeurs, il est clair qu'après, ce 3e opus m'a régalé ! Déjà c'est beau, plus détaillé que jamais et le design fait toujours autant d'effet. Maitrisé, le moteur graphique est certes bugué mais il reste fluide et constant.

    De même, malgré sa noirceur, le scénario est très bon ! La maitrise de l'écriture a toujours été importante et là, elle signe un point final à la hauteur des espérances et nos décisions ont une répercussion parfois importante sur les évènements actuels. Autrement dit, la replay-value est très intéressante. Alors certes, si certains choix de BioWare sont contestables, le travail du développeur reste admirable. Je fustige juste la non-objectivité d'une presse qui le porte à bout de bras, alors qu'il est clairement en dessous de Mass Effect 2, et que malgré le retour de certaines options (arbre de compétences, MODs des armes), il se rapproche finalement plus d'un TPS / aventure que d'un RPG. Car il ne sert à rien de se voiler la face : Mass Effect 3 est un bon shooter, doublé d'un immense jeu d'aventure. Maintenant si je vous intime d'éviter le premier DLC (Surgi des Cendres) à prix fort, je ne peux que vous conseiller ce 3e volet des aventures de Shepard. Bien sûr commencer par celui-ci serait une grossière erreur (même si tout a été fait pour que les nouveaux venus comprennent les événements passés), car si vous voulez véritablement prendre votre pied, il faut repartir sur un tout nouveau personnage et ce, depuis le premier opus. Pour essorer les 3 jeux vous en avez pour environ 120h et le commandant Shepard, qu'il soit un homme ou une femme, vous fera vivre une aventure sans pareille qui trouve dans cet épilogue, le point culminant d'une guerre que tout le monde pensait perdue d'avance. Le jour où le jeu vidéo sera élevé au rang d'art, au même titre que le cinéma, on pourra dire que la trilogie des Mass Effect y aura beaucoup contribuée...



    Les -

  • Encore plus de baston, c'est pas vraiment ce qu'on attendait
  • Les choix de dialogues sont trop souvent limités
  • La fin est... étrange et quelque peu décevante
  • L'aventure est plus linéaire que jamais !
  • Missions secondaires expédiées !
  • L'exploration est très limitée
  • Doublage un peu en retrait


  • Les +

  • Mission finale titanesque, qui clôt avec panache et brio la trilogie Shepard...
  • Certaines missions principales sont vraiment intéressantes et originales
  • Des vidéos et des cut-scènes toujours plus épiques !
  • La nouvelle façon de trouver des ressources
  • Ça fait plaisir de revoir tout le monde
  • Mass Effect est plus beau que jamais !
  • L'incidence de nos choix passés
  • Le retour à un vrai leveling
  • Le retour des MODs



  • Vidéo-test





    A savoir : cliquez pour ouvrir


    Test réalisé par iiYama

    avril 2012 (mise à jour : janvier 2022)