Jungle Strike (MD/SNES)

 





Cliquez pour agrandir





Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : 1993 (MD) / septembre 1995 (SNES)
Développeur : High Score Production
Adaptation SNES : Gremlin Interactive
Editeur : Electronic Arts
Genre : shoot-them-up

Version testée : américaine
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : US

Support : cartouche de 16Mb
Difficulté :
Multi-joueurs : non
Titre alternatif : Desert Strike 2
Prix au lancement : 400Frs (MD) / 450Frs (SNES)


Aussi disponible sur :




Cliquez pour agrandir





Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Jungle Strike

The Sequel to Desert Strike



Sorti en 1992
Le scénario est super cheap mais il est bien développé
sur un paquet de supports de son époque, Desert Strike aura eu son bout de succès, surtout sur Mega Drive, console qui deviendra très vite le porte-étendard de la série (il faut dire que la première trilogie verra d'abord le jour sur le support 16bits de SEGA). Développé par le duo (entre autre) Mike Posehn et John Manley, cette fois monsieur Manley fut évincé et monsieur Posehn a participé, mais de loin, au développement du jeu. Il faut dire que le studio High Score Production, n'a plus grand-chose à voir avec l'équipe d'origine. Jungle Strike est la suite directe de Desert Strike. Mais alors pourquoi ne pas l'appeler Desert Strike 2 ? La raison est simple : cette fois le jeu est nettement plus varié et une grande partie de l'aventure se déroule dans la jungle. Je suis sûr que tout le monde se rappelle que dans Desert Strike, à bord d'un hélicoptère Apache AH-64, on affrontait un tyran du nom de Madman, le jeu se basant vaguement sur les événements de la guerre du Golfe, pour justifier l'environnement essentiellement désertique du jeu, ainsi que son antagoniste ô combien caricatural, surtout dans ce milieu des années 90. Ce test évoque les 2 principales versions du titre, à savoir celle sortie sur Mega Drive (la toute première à avoir vu le jour) puis celle sur Super Nintendo, sortie bien plus tard (presque 2 ans séparent les 2 jeux !) et adaptée par Gremlin Interactive. Les différences entre les 2 versions sont assez minimes et je les évoquerai au cas par cas. Dans Jungle Strike, nous ferons la connaissance d'Ibn Kilbaba, fils du général du même nom qui est mort à la fin de Desert Strike (Madman donc), qui s'est associé au baron de la drogue sud-américain Carlos Ortega (à ne pas confondre avec politicien vénézuélien, qui a réellement exister lui), pour se venger de ce que les Etats-Unis ont fait à son père. Le joueur incarne le même pilote que dans le précédent opus, et doit arrêter les 2 hommes dans leur projet d'une attaque nucléaire contre les Etats-Unis…


Avant toute chose,
On retrouve la même jouabilité. Certains détestent, moi j'apprécie sa précision
il existe une véritable intro mais pour la voir, il faudra avoir la patience d'attendre que passe la longue séquence d'écran titre. C'est pas très commode tout ça. L'intro est plutôt sympathique et nous évite une entrée abrupte dans le jeu : nous avons (enfin ! j'ai envie de dire) un tenant et un aboutissant. On ne part pas en guerre juste parce que la notice nous dit qu'un fou se ballade en ville ! Une fois cette petite intro (avec quelques digitalisations, comme dans le premier opus) passée, nous avons comme toujours le choix de son co-pilote (qui sera plus ou moins rapide à hélitreuiller ou douer pour viser), la configuration de ses touches ainsi que des passwords. Car si le premier "Strike" était un jeu très court, avec seulement 4 campagnes, ici nous parlons de 9 campagnes (la version PC, que nous n'évoquerons pas ici, en compte une 10e en bonus, qui se déroule en Alaska) et d'une difficulté toujours aussi importante ! Comprenez donc que vous passerez un bon moment sur ce titre avant de le finir et si une sauvegarde aurait été de bon augure, il est clair que les passwords sont pour le moins bienvenus. On lance son jeu et là c'est l'heure du briefing. Malheureusement, tous les textes de ce Jungle Strike sont en anglais, ce qui fermera toute compréhension aux plus anglophobes d'entre vous (sans parler qu'à la sortie du jeu, dans les années 90, il est clair qu'on comprenait l'anglais encore moins bien qu'aujourd'hui). De plus, il est étonnant de voir que notre personnage se la joue super cool, avec les pieds croisés sur le bureau et ce, même en présence de son supérieur hiérarchique et même du président Bill Clinton ! Mouais, on y croit vachement, une telle désinvolture n'est à mon avis pas si bien vue, même lorsqu'on a déjà sauvé le monde d'une guerre. A noter aussi que la version Super Nintendo est légèrement mieux finie à ce niveau-là, avec quelques animations supplémentaires et des images légèrement plus fines et détaillées. Normal vous me direz, quand on gère 256 couleurs contre 64… Ok tout ceci ne sont que des détails et n'ont guère d'importance alors place au jeu lui-même.


Cette fois exit
Jouer avec de nouveaux véhicules partait d'une bonne intention, malheureusement c'est injouable !
l'Apache, dans cette séquelle nous pilotons un Comanche RAH-66, un hélicoptère destiné à la reconnaissance, à l'attaque légère et au combat air-air, et qui a été mis en service de 1996 jusqu'en 2004. Rien ne vous surprend ? Et oui, la première version du jeu, sortie initialement sur Mega Drive, est parue en 1993, quelques 3 ans avant la mise en service "officielle" de cet appareil. Etrange non ? L'aventure commence à Washington, dont la "représentation" est assez libre. On décolle de la pelouse de la Maison Blanche et à l'image de Desert Strike, on retrouve vite ses marques avec cette jouabilité que certains n'apprécient pas ainsi que ce gameplay particulier, à base de missions. En mettant pause (Start sur Mega Drive, Select sur Super Nintendo) on accède à la carte. Elle nous donne la position de chaque point stratégique, les ordres de missions ainsi que de précieux renseignements comme les statistiques, notre niveau de blindage, le stock de munitions ou encore la quantité restante de carburant. Car oui, sur cette série, notre appareil consomme ce que les développeurs appellent "fuel" et si on ne se ravitaille pas, c'est le crash ! Personnellement, je veux bien qu'un moteur à double-turbine de 1400ch (!) consomme beaucoup, cependant j'estime que le jeu était assez difficile comme ça, pour ne pas nous imposer un ravitaillement trop fréquent, à croire que le réservoir est percé ! Niveau prise en mains, on pivote son appareil avec gauche/droite, et on avance/recule avec haut/bas… oui comme dans les vieux épisodes de Resident Evil. Décriée par certains, cette prise en mains est selon moi adaptée au jeu, rendant les déplacements quelque peu lourdauds, mais plus précis qu'avec des commandes directes. L'armement se compose, comme avec le précédent opus, d'hellfire (de gros missiles à guidage laser semi-actif), de roquettes hydra et d'un canon XM301 de 20mm. Un bel armement qui fait beaucoup de dégâts, même si cette fois encore, la durée de vie de certains bâtiments et ennemis est déséquilibrée. En effet, certaines voitures résistent à plus de roquettes que certains bâtiments, idem pour des gars à pattes qui sont encore débout alors qu'un hydra vient d'exploser à leurs pieds ! Les missions sont nettement plus variées que dans Desert Strike.


Evidemment on ne
Les graphismes n'ont rien d'extra-ordinaire mais le jeu reste plus varié qu'autrefois
coupe pas aux classiques protections de VIP, destruction de bâtisses, nettoyage de zone ou encore chasse à l'homme à travers tout le terrain. Cependant, on sent que les développeurs ont fait leur maximum pour varier les missions avec par exemple une attaque de sous-marins nucléaires, tout un niveau de nuit (pas facile, mais original et techniquement réussi) ou le sauvetage de naufragés (d'ailleurs, chaque personne rapatriée rapporte un peu de blindage). Par ailleurs, on assistera à quelques cut-scènes lorsqu'une mission importante est accomplie, ou qu'on récupère des infos cruciales (parfois les scènes sont animées de quelques images, parfois c'est uniquement une image fixe et du texte). Ca donne du "corps" au jeu et à l'histoire. Il est aussi possible qu'une info de dernière minute ouvre une mission non-planifiée. D'ailleurs les missions peuvent toujours être réalisées dans l'ordre qu'on veut, puisque le script ne se déclenche qu'à notre approche et non via un timer géré en temps réel. Mais la grosse nouveauté de cette suite, ce sont les nouveaux véhicules. Une fois dans toute l'aventure, on pilotera une moto (?), un hovercraft (aéroglisseur) assez futuriste ainsi qu'un chasseur furtif F-117, qui aura fait le succès technologique des Etats-Unis durant la Guerre du Golfe (notez que j'ai bien dit "succès technologique" et rien d'autre). L'hovercraft est sympa à piloter mais le F-117 est assez exécrable ! En effet, c'est un avion furtif mais il lui est impossible de rester stationnaire comme l'hélicoptère, ce qui rend les missions vraiment délicates et le niveau extrêmement difficile. De même, la moto est une horreur à prendre en mains ! En décodé, seul l'hélico est vraiment maniable et si les nouveaux véhicules partaient d'une bonne intention, croyez-moi ce n'est pas une réussite. Techniquement, Jungle Strike impose une belle cartouche de 16Mb, soit 2 fois plus que son prédécesseur. Voilà pourquoi les développeurs se sont (agréablement) lâchés sur la scénarisation, mais il sera difficile de trouver le jeu très beau.


Si on prend le cas
C'est tellement dommage qu'une bonne bande-son ne vienne pas agrémenter un jeu au demeurant fun
de la Mega Drive, à la sortie du jeu (en 1993) nous avions des titres vraiment poussés graphiquement comme Gunstar Heroes, Aladdin, Global Gladiators, Ranger-X, Flashback, Rocket Knight… et j'en passe ! Comprenez donc que l'année 93 aura été celle de la maturité pour la console de SEGA or Jungle Strike n'est pas un canon de beauté. Ceci dit, on retrouve une 3D isométrique plutôt bien faite (à quelques animations faites à l'arrache près !) et un terrain de jeu assez vaste. Déjà évoqué, les décors sont nettement plus variés que l'éternel sable irakien du premier opus et on apprécie aussi un hélicoptère bien mieux animé et un scrolling plus fluide. Mais l'ensemble reste malgré tout très "plat" et pas tellement détaillé. Y'a un mieux, c'est sûr, mais la Mega Drive est largement capable de plus. Quant au cas particulier de la Super Nintendo, une version qui arriva quelques 2 ans après celle sur Mega Drive, on peut apprécier un jeu légèrement plus coloré, avec des tons plus vifs (merci la palette de couleurs) ainsi qu'un scrolling plus rapide (j'ai comparé les 2 jeux en versions 60hz). Malheureusement, cette version SNES saccade, exactement comme le premier opus sur sa concurrente. C'est franchement dommage que cette adaptation, très tardive, ne soit finalement pas supérieure à l'originale, comme c'est souvent le cas. Enfin la partie sonore se veut très vide ! En effet, les musiques sont extrêmement rares, ne ponctuant que les scènes intermédiaires et bien entendu, l'intro. Donc en plein jeu, vous entendrez surtout le bruit du rotor de l'hélicoptère, ce qui à la longue, tape sérieusement sur le système. De même, cette séquelle nous propose des voix digits super moches (du moins sur Mega Drive) mais aussi des bruitages assez percutants, qui donnent pas mal de punch à l'action. Il est juste dommage d'avoir ce bruit de rotor qui finit par agacer (il aurait fallu qu'il soit à peine audible) et surtout, qu'on n'ait pas une bonne plage sonore. Quand on sait à quel point la musique apporte à l'ambiance, c'est vraiment dommage. La version Super Nintendo apporte une qualité que la Mega Drive ne peut atteindre, mais le résultat est plus au moins du même niveau.



Jungle Strike Note
est-il meilleur que l'excellent Desert Strike ? C'est un "oui" franc et assuré que je vous adresse ! Cette suite apporte de nouveaux véhicules, des décors plus variés, une durée de vie plus longue, une histoire certes nulle et déjà-vu, mais bien développée, une jouabilité plus souple, une animation mieux travaillée… bref un jeu mieux fini, un jeu plus agréable à entreprendre. Cependant, si bon soit-il, Jungle Strike n'est pas exempt de défauts, à commencer par ces musiques toujours aussi absentes, des décors toujours un peu vides, une maniabilité qui n'est pas simple à appréhender (moi j'adore mais je reconnais qu'il a fallu que je m'adapte), encore quelques soucis de caméra et de visée, ainsi qu'une difficulté toujours aussi rêche et punitive. Il faut dire que le ravitaillement en carburant est assez contraignant, surtout lorsqu'on a déjà ses munitions en nombre limitées (avec entre autre des ennemis, qui encaissent un nombre abusif de roquettes). Mention spéciale à l'avant-dernier niveau, vraiment hardcore, plus encore que le dernier chapitre (je pense que c'est voulu, d'où l'intérêt des passwords). Cependant, avec un nombre confortable de 9 campagnes, la durée de vie est très correcte. Et puis l'aspect tactique de ce shoot-them-up d'une autre sorte, est toujours aussi agréable et nous change des Thunder Force, des Super Aleste et autre Rayxanber qu'on affectionne certes, mais qui sont légion sur nos machines de 4e génération. Enfin, si la version Super Nintendo est plus rapide, qu'elle propose une meilleure coloration ainsi qu'une qualité sonore naturellement plus élevée, il faut aussi savoir que cette version saccade, alors que le jeu est fluide sur Mega Drive. Résultat les 2 versions se valent, même si j'ai une préférence pour la version Mega Drive. En conclusion, Jungle Strike est un excellent jeu. Même s'il aurait pu être meilleur, plus jouable et plus abordable, il reste malgré tout un titre original, long et bien réalisé, qu'on prend toujours autant de plaisir à parcourir.



Les -

  • Encore quelques soucis de caméra et de visée
  • Moto et F-117 à la jouabilité exécrable
  • Difficulté punitive et décourageante
  • Encore trop peu de musiques
  • Saccades sur Super Nintendo
  • Les +

  • Un jeu plus varié qu'autrefois
  • Plus détaillé et plus fluide
  • Une bonne scénarisation
  • Une bonne durée de vie
  • Des passwords, ouf...
  • Un jeu fun !


  • Test réalisé par iiYama

    janvier 2014