I Am Alive (X360/PS3)

 






   


Note générale


Testé sur :

Sortie du jeu : mars 2012 (X360) / avril 2012 (PS3)
Développeurs : DarkWorks / Ubisoft Shanghaï
Editeur : Ubisoft
Genre : action - aventure

Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR
Support : en téléchargement sur XLA et PSN
Espace disque nécessaire : 1.9Go (install)
Moteur graphique : LEAD Engine
Compatible 3D (consoles) : non

Difficulté :
Compatible Kinect (X360) : non
Compatible Move (PS3) : non
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 15€



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

I Am Alive








I Am Alive
Dommage que le scénario ne soit pas plus développé car il y avait matière à nous raconter une belle histoire post-apocalyptique
est un jeu au parcours tumultueux : à l’origine développé par DarkWorks (qui est à l'origine de l'excellent ObsCure mais ferma), c'est Ubisoft Shangaï qui a repris le projet pour le mener à terme. Ironie du sort, la récupération du jeu par Ubi Shangaï était une question de survie, dans un jeu de survie… c’est plutôt marrant ! Promis à la base en version boite, pour finir au final sur les plateformes de téléchargement de nos consoles, c'est le modèle qui lui convient parfaitement car il est proposé à 15€ au lieu d’un 70€, sans quoi il aurait bidé comme aucun autre ! Si son parcours fut si difficile qu’en reste-t-il au final ? Tient-il ses promesses ? Est-ce vraiment une expérience de survie ? Pour répondre à toutes ces questions, suivez le guide. Notre héros se réveille dans sa ville, dévastée, recouverte de cendres, le plongeant en pleine apocalypse. Cependant vous ne saurez rien de ce qu’il s’est passé puisque immédiatement le héros va rentrer chez lui afin d’y retrouver sa famille, et là excusez moi l’expression « c’est le drame » : personne, juste un mot de sa femme… I Am Alive peut commencer, votre quête sera de survivre et de retrouver votre famille ou rien n’est dû. I Am Alive fait dans le grossier au niveau des décors mais n’oublions pas le chemin tumultueux du jeu. La couleur dominante sera le gris mais l’ambiance post-apocalyptique cendrée s’y prête plus que bien. Pour palier aux soucis techniques, certainement dû à un moteur graphique faiblard, ils ont misés sur la parti-pris d’un effet pellicule dans le sens où de petits points blanc/gris apparaissent sur le lointain, ce qui renforce clairement l’ambiance du jeu, au final, à la limite du Survival-Horror. Ce qui aurait pu donc devenir gênant, devient un plus notable. Pour un jeu XbLA / SEN, la durée de vie est plus qu’honorable puisque qu’en "normal" tablez sur 5/6h et légèrement plus, voir beaucoup plus s’il vous prend l’envie de chercher/aider les 20 survivants à secourir. Aider autrui nous octroie de nouveaux essais (car le jeu impose comme un système de "vies") et dope le scoring final.


Sans replay-value,
Le gameplay est certes un peu rigide, mais l'expérience de survie prédomine toute l'aventure. Et c'est là sa grande force
le jeu s’en sort honorablement puisque je le vois comme une "expérience" en terme de survie avant tout ! C’est le gros, voir l’énorme point positif du jeu : la survie est ultra présente et cela tombe bien, c’est ce que nous attendions. Premièrement dans les phases de plateforme/survie notre personnage (Adam) sera un vrai Prince de Perse (sans retour dans le temps bien évidemment, vous croyez quoi là !) car à de moultes reprises vous ferez de la grimpette mais attention car votre endurance à ses limites, dans un premier temps avec une barre, puis avec une jauge (encadrement de la barre). Votre premier moyen de vous en sortir est tout ce que vous trouverez dans la ville (soda, seringue d’adrénaline, bouteille d’eau…) mais vous pourrez aussi vous reposez plus simplement sur un rebord debout, soit avec des pythons lors de grandes escapades vertigineuses. C’est très agréable de trouver de genre d’innovations qui renforce le côté survie et "humain" du jeu. Deuxièmement, l’action/survie qui là aussi, pourrait ressembler à n’importe quelle autre phase d’action de n’importe autre quel jeu, mais non, I Am Alive se démarque encore. Le nombre limité de rations (qui plus est en mode « Survie »), le peu de balles (rarement plus de 1 ou 2 et difficilement trouvable), ultérieurement on trouve un arc (avec seulement une flèche « récupérable »), au final votre seule véritable arme est votre machette mais attention il s’agit de tuer les ennemis un par un, méthodiquement et non de "macheter" (Robert Rodriguez et Danny Trejo si vous me lisez, celle-ci est pour vous) à tout va ! L’esprit "survie" continue avec votre barre de vie qui ne se régénère pas sans arrêt dès que l’action est finie, vos moyens de la faire remonter sont les médicaments et la nourriture (viande…) à l’instar de la barre d’endurance. Musicalement, il n’y a pas de thème marquant, pas vraiment non plus de son d’ambiance. Le jeu se fera en VO sous-titré FR, on aurait certainement aimé une VF dessus mais le jeu est sorti et ça, c’est déjà bien.



Je suis allé de Note
surprise en surprise avec I Am Alive ! Une véritable expérience de survie de bout en bout ! Il a ses points faibles techniques mais il sait les cacher en confortant le joueur dans son ambiance post-apocalyptique, et puis la survie est bien mise en avant avec son gameplay peut être un peu rigide à l’heure actuelle mais qui ne gênera en rien son utilisation. Pour finir, I Am Alive doit être considéré comme une "expérience de survie" et dans ce cas vous prendrez pied comme jamais.



Les -

  • Aucune Replay Value
  • Daté graphiquement
  • Une histoire simple
  • Les +

  • L’effet pellicule renforce le côté "cendré" de la ville
  • L'histoire est en concordance avec l’univers
  • Durée de vie honorable pour une expérience
  • Le côté survie est bien mis en avant

  • Test réalisé par Okami73

    avril 2012