Hitman Trilogy HD (X360/PS3)

 





Cliquez pour agrandir

 


Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : février 2013
Développeur : IO Interactive
Adaptation : IO Interactive
Editeur : Square Enix
Genre : compilation (infiltration)

Version testée : Française
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Support : 2 DVDs (X360) / 1 Blu-Ray (PS3)
Espace disque nécessaire : 3Mo (X360) / 12Mo (PS3)
Moteur graphique : Glacier Engine
Définitions HD max : 1080p (X360) - 720p (PS3)
Compatible 3D : non

Difficulté :
Compatible Kinect (X360) : non
Compatible Move (PS3) : non
Multi-joueurs : non
Titre alternatif : Hitman : HD Trilogy
Prix au lancement : 30€



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Hitman

Trilogy HD



Les remakes, les reboots et les compilations ont le vent en poupe et ce pour 2 raisons : la première les développeurs commencent à manquer d'idées et c'est donc une opportunité de remettre un héros vedette sur le devant de la scène, la deuxième c'est d'avoir l'opportunité d'être sûr que ça fonctionne puisque "un nom" sera toujours vendeur. Et dans le cas des compilations HD, c'est l'occasion de reprendre un travail déjà fait, d'upscaler les graphismes (les mettre en HD, généralement en 720p ce qui ne demande pas non plus de grands efforts), de réunir le tout sur un unique disque et de vendre ça pas trop cher afin de lui garantir un certain succès. Là aussi c'est rentable, à la fois pour l'éditeur, pour le développeur (qui n'a pas à beaucoup forcer, on l'a déjà vu maintes fois d'autant qu'une trilogie semblable existe déjà sur PC et PS2 !) et puis pour le consommateur qui profite de ses jeux avec des graphismes un peu revus et une belle occasion de s'y mettre s'il ne connait pas la licence. Maintenant on le sait, ces compilations sont feignantes car la mise à niveau graphique est minime, puisque les développeurs derrière de telles adaptations ne s'enquiquinent pas à reprendre entièrement le jeu, texture par texture. Plus ennuyeux, dans un soucis de ne pas "altérer l'expérience d'origine", les jouabilité antédiluvienne et certains bugs sont généralement laissés tels quels. En réalité, c'est surtout parce que les développeurs n'ont pas du tout envie de s'emmerder à remettre les doigts dans la mécanique, ils font un travail vite expédié sans se soucier si justement, une petite mise à jour s'imposait ou pas. On le voit bien dans des jeux comme Resident Evil 4 HD qui nous impose une jouabilité calquée sur celle d'origine, alors que c'était justement l'occasion de nous offrir une prise en mains plus contemporaine. Ainsi avec les compils HD il faut toujours se méfier et garder à l'esprit qu'on joue parfois à des jeux vieux de 10 ans, avec ce que ça impose de mécaniques rouillées et de graphismes indignes de nos supports. Maintenant si l'exercice ne faisait pas vendre, il n'y en aurait pas autant ! Ainsi après ICO & Shadow of the Colossus, les Jak & Daxter, les Ratchet & Clank, les Silent Hill, les Resident Evil, les DOOM, les Prince of Persia, les Splinter Cell et sûrement d'autres que j'oublie... voici venu le temps de poser nos yeux sur les Hitman !


 

Hitman Trilogy existe déjà sur PC et PS2.
Sorti en juin 2007, il ne fait que compiler 3 jeux
mais est-ce si différent aujourd'hui ?


A l'origine je ne comprenais pas pourquoi le premier Hitman fut évincé de cette compilation. Mais en y jouant, j'ai découvert 2 raisons là encore : d'abord parce qu'il n'est jamais sorti sur console (contrairement à tous les autres) ce qui aurait compliqué la transposition clavier/souris vers le control-pad, ensuite parce qu'il est tellement vieux à la fois dans ses graphismes et son gameplay, que même moi (qui ait pourtant l'esprit assez ouvert sur les oldies) j'ai eu beaucoup de mal à le finir. La présente compilation réunit donc Hitman 2 (sous-titré Silent Assassin), Hitman Contracts et Blood Money, soit les 3 épisodes qui précèdent Hitman Absolution. Maintenant soyons franc, Hitman 2 date tout de même de 2002 ainsi même s'il est sorti sur PC, on le rapproche plus facilement de la génération PS2, à ses débuts qui plus est. Autant vous dire que là encore, niveau graphismes et gameplay, il va falloir faire un sérieux effort. Maintenant malgré la vétusté des prises en mains et des graphismes forcément moins bons que sur les productions actuelles, la série des Hitman a toujours sur garder cet aspect fascinant, ce côté "je meurs, ça me frustre mais je recommence volontiers pour y arriver". Et puis 47, son unique héros, possède un tel charisme et le jeu laisse place à tant de possibilités, tant de manière d'opérer les missions, que forcément, on ne peut que rester sous le charme. Maintenant voyons en détails les points forts et les points faibles des 3 jeux qui composent cette compilation.


_________________________________________________________________________
Hitman 2 : Silent Assassin


     



L'histoire suit les traces
Allez savoir pourquoi, il se dégage quelque chose d'hypnotique du personnage de 47...
directes du premier épisode, tout juste 2 ans après les événements de Hitman : Codename 47. Après la mort de son "père" ("géniteur" on devrait dire), 47 décide de se retirer du monde des assassins. Il a désormais trouver refuge dans une petite chapelle de Sicile où il semblerait y avoir trouver la foi. Mais un jour, un certain Sergeï Zavoratko, terroriste international et frère d'Arkadij Jegorov (alias Boris, un "contrat" du premier opus), s'intéresse à une partie des activités de son défunt cadet et découvre l'existence de 47. Séduit par son style et par son incroyable charisme, le criminel décide d'utiliser les talents du tueur pour servir ses propres intérêts. Mais il ne sait pas à qui il se frotte... L'histoire démarre très fort mais comme souvent dans ce type de jeux, le cœur même de l'aventure n'aura aucun lien (ou si peu) avec le fait que 47 reprenne du service. Une petite déception compensée par une bonne écriture (même si les révélations ne sont pas aussi "énormes" que dans le premier épisode) et un épilogue sympathique. Pour un jeu de 2002, il était de toute façon difficile d'en demander plus. Le gameplay se veut très proche de celui imposé par le premier volet, à ceci près qu'il a été amélioré. Si le premier Hitman, qui lui était basé sur de l'infiltration pure et dure au point que la moindre erreur nous faisait tout perdre (en plus il n'y avait pas de sauvegarde !), avec Hitman 2 les possibilités sont bien plus nombreuses. Pour notre plus grande joie et satisfaction, nous pouvons enfin sauvegarder en cours de partie et surtout, le mode opératoire est laissé à notre imagination. Un système de classement a même fait son apparition pour que le joueur privilégie la discrétion à la manière forte, cependant on peut tout de même la jouer plus bourrin (dans certaines limites bien sûr, ce n'est pas un jeu d'action pour autant). Plus vous serez discret et meilleur sera votre score. Si seule la cible principale est abattue, et ce dans le plus grand secret, le joueur peut atteindre le rang ultime de "Silent Assassin" (prisé par nombre d'hardcore gamers) ce qui débloque également certaines armes bonus. Avant chaque mission vous aurez un briefing de la mystérieuse Diana, une interlocutrice qui nous indiquera qui est la cible à abattre et qui nous donnera des instructions de procédure (libre à vous de les suivre ou pas). Vous pouvez ré-accéder au briefing et à la carte à n'importe quel moment du jeu au cas où vous auriez oublié quelques détails ou tout simplement pour trouver les différents points d'intérêts. Ainsi la carte a une importance primordiale. Elle évolue en temps réel (on voit donc la position de chaque personne et leur déplacement), et c'est à double-tranchant car le jeu ne se met pas en pause et on peut se faire repérer ! On regrettera juste de ne pas avoir une mini-map en coin, nous obligeant à ouvrir sans cesse la carte complète.


Après chaque niveau
Plus vieil épisode de la compilation, il est normal que Hitman 2 soit le moins beau et le plus rouillé en termes de mécaniques
vous recevrez votre récompense et avec cet argent vous pourrez alors améliorer vos armes et votre inventaire. On dispose aussi d'une barre de vigilance qui nous indique à quel point un ennemi nous soupçonne ou se méfie de nous. Hitman étant un pur jeu d'infiltration, vous avez aussi la possibilité -après avoir tuer ou endormi un ennemi- de lui prendre ses vêtements pour vous déguiser et peut-être atteindre votre cible plus facilement. Inutile de vous dire que c'est essentiel pour pouvoir avancer dans le jeu et c'est même l'une des facettes les plus originales de la licence. Si le jeu est bien plus ouvert que le premier opus, moins frustrant, moins difficile (même s'il reste quand même assez ardu par moment) on déplorera encore quelques facettes qui n'ont pas évoluées : les portes se ferment toutes seules, le sniper est totalement injouable (on ne peut pas bloquer ou au moins stabiliser la visée) mais le pire restent les ennemis. Beaucoup trop suspicieux, au moindre doute ou geste suspect (comme simplement courir ou passer à côté d'eux), les mecs nous tirent dessus sans sommation ! C'est réaliste ça ? J'en doute... Cependant, Hitman 2 offre une bonne durée de vie et une rejouabilité appréciable. Graphiquement, on parle ici d'un jeu de 2002. Ainsi même si la mise à jour graphique lui fait le plus grand bien, les modélisations restent très anguleuses, les décors sont très orthogonaux et les animations sont hyper raides. Il ne pouvait y avoir de miracles sur une telle compilation, à moins de reprendre le développement complet du jeu, ce qui n'aurait pas été très rentable. Il reste malgré tout un univers fort, un design et une architecture très travaillée, qui elle, n'a pas pris une ride. Enfin, la bande-son est (comme toujours dans les Hitman) excellente ! Grâce au talentueux Jesper Kyd, les musiques offrent une ambiance cinématographique. La bande-son n'est pas toujours à-propos (avec même l'une d'entre elles qui rappelle Silent Hill !) mais elle colle bien à l'atmosphère du titre. Par contre, si on met de côté notre héros, le doublage français est catastrophique ! Heureusement que depuis, les productions ont beaucoup évoluées. Quant aux bruitages, ils ne sont pas toujours réalistes mais profitent d'une bonne dynamique. Hitman 2 est un jeu d'infiltration extrêmement exigeant, qui demande de connaître chaque niveau par cœur si vous voulez réussir le crime parfait. Maintenant sachez qu'il est bien moins hardcore et frustrant que le premier épisode, avec notamment des sauvegardes et des angles que les développeurs se sont efforcés d'arrondir au maximum (sans doute pour mieux s'approprier les joueurs consoles). Ainsi on peut désormais la jouer un petit peu plus bourrin, même si avouons-le, le nerf d'un Hitman n'est pas là. Et puis vous perdriez énormément de plaisir niveau gameplay, car les jeux d'infiltration ont ce côté grisant que les jeux d'action n'ont pas. En effet, quelle satisfaction lorsqu'on arrive à commettre le meurtre parfait et partir incognito ! Bref, un magnifique jeu à ne pas mettre entre toutes les mains, un titre pour les gamers, les vrais, ceux qui aiment atteindre leurs objectifs d'une façon viscérale !


_________________________________________________________________________
Hitman Contracts


   



47 est de retour
Contracts est un savoureux mélange de quelques niveaux du premier opus, et de nouvelles missions inédites
mais il est grièvement blessé alors qu'il exécutait l'un de ses contrats. Notre célèbre tueur à gages se réfugie alors dans la chambre d'un hôtel parisien où il s'effondre. Fiévreux, malade et en plein délire, 47 voit sa vie défiler ou plutôt celui de son tableau de chasse... C'est en repensant à tous ses anciens contrats, là allongé sur une table, une balle dans le ventre, que 47 découvrira les valeurs de la vie. L'histoire reprend directement après Hitman 2 et si jusqu'à l'épisode 2 le fond de l'histoire n'avait d'intérêt qu'au début et la fin l'aventure, cette fois des bribes de vidéos (d'une qualité assez moyenne avouons-le) nous racontent comment notre agent va faire pour s'en sortir. Ainsi, même si le fond de toute cette histoire est plus léger que jamais, on prend plaisir à parcourir le jeu en entier pour savoir, comprendre ce qui lui est arrivé. Le plus appréciable étant que la dernière mission n'est autre que la suite des événements relatés dans ces vidéos. Une belle continuité. Maintenant ne vous attendez pas à de quelconques révélations car il n'y en a tout simplement pas ! Et pour ce qui est de la mise scène, elle reprend la formule d'Hitman 2, sans plus de fioritures. Hitman Contracts offre un beau mélange entre des missions issues du premier épisode et d'autres qui sont originales. Il faut dire que si Hitman 2 tient encore bien la route de nos jours, le premier a par contre sacrément vieilli. Ainsi Contracts lui rend hommage, en proposant des "remakes" des missions les plus cultes qu'on a déjà vécu. Le jeu en lui même est par contre devenu assez facile (tout du moins en mode normal) et dégainer les SilverBallers et dégommer tout le monde, est devenu chose plus aisée. Car ceux qui ont connu la frustrante difficulté et l'intransigeance du premier opus, verrons ici un challenge nivelé par le bas, sans doute pour mieux s'ouvrir au secteur des consoles (certains ne s'en plaindront pas, d'autres y verront un déclin de la série). Cependant ne vous en faites pas, la difficulté reste quand même d'un bon niveau pour le "commun des mortels", avec parfois des missions vraiment pas facile à aborder. Disons que le vrai changement se situe plutôt au niveau de l'action, puisqu'on peut désormais tuer quasiment tout le monde, sans trop que ça se voit ou que ce soit pénalisant. Mais comme vous l'aurez compris ce n'est pas là le but du jeu : un Hitman se doit d'être jouer en infiltration pour pouvoir amuser comme il se doit. Sans ça, le gameplay reste plus ou moins inchangé, l'interface et les possibilités de 47 sont encore un peu plus souples, les menus et l'inventaire sont plus apprivoisables même si ça n'a jamais vraiment été un défaut de la série. Nous avons aussi la technique de la "seconde chance" à savoir que si on est trop blessé, l'action passe au ralenti et si on bute 4 mecs dans ce laps de temps, on continue le jeu au lieu de mourir sur place. Maintenant on peut aussi y voir une certaine stagnation de la série, là où justement, les fans espéraient de réelles évolutions.


On n'a toujours
Le niveau de l'abattoir est marquant à bien des égards...
pas de mini-map (on ouvre en permanence la carte, qui est toujours aussi pratique soit-dit en passant, mais c'est un peu chiant à la longue), les portes se ferment encore par magie et le pire étant encore une fois les gardes. Au moindre acte suspect, ils sortent les flingues et tirent à vue ! Ou encore on nous indique que la sécurité cherche un type chauve suspect. C'est débile puisqu'ils ne peuvent pas le savoir ! La détection est donc totalement arbitraire, nous forçant parfois à sortir les armes, alors que jusqu'ici, on était un fantôme. Bref, des petites critiques dû à de vieilles mécaniques qu'on aurait apprécié voir changées, ou au minimum améliorées. Graphiquement, le jeu se veut là aussi très proche d'Hitman 2... peut-être même un peu trop ! En effet, les graphismes ne semblent que s'être légèrement peaufinés depuis Hitman 2. Hitman Contracts prend donc un sacré coup de vieux tant pour ses animations qui manquent de souplesse, que ses capacités techniques qui désormais, sont vétustes. Pire, il arrive que dans certains niveaux on affronte une armée de clones ! C'est d'autant plus le cas dans le Manoir Winston où tous les gardes sont identiques. Bref, ce n'est pas non plus cet épisode-là qui fera date, puisqu'encore une fois, la mise à jour graphique de cette réédition se contente du minimum syndical. Dommage... Heureusement pour lui, Hitman Contracts garde un certain charme architectural (surtout pour les niveaux remixés, qu'on prend plaisir à redécouvrir) et 47 conserve son flegme et son charisme habituel. Ouf, l'honneur est sauf :) Musicalement, Jesper Kyd a encore frappé ! Autant dire que c'est encore une excellente bande-son que le compositeur nous propose. L'aventure en est d'autant plus immersive. A part ça, le jeu est entièrement en français, avec d'ailleurs un doublage d'une qualité très correcte pour un jeu de 2004 (pour l'époque le travail voxographique était dans la norme haute). Les bruitages, quant à eux, sont assez réalistes : les armes ont du punch et rendent hommage à leur puissance. Finissons avec une durée de vie très honorable et comme toujours, une très bonne rejouabilité si on veut atteindre le rang des meilleurs assassins et tester la multitude de possibilités qui nous sont offertes pour zigouiller nos cibles. Contracts est donc un bon Hitman. Il a ses défauts (le fait de stagner sur certains points, l'histoire ne nous apprend rien de plus sur 47) mais il reste un excellent jeu d'infiltration. Savant mélange de niveaux remixés avec intelligence et de contenu original, il offre une aventure intéressante avec notamment un gameplay qui s'est (un tout petit peu) affiné. Ainsi le fan comme le néophyte ne peut qu'aimer un 47 toujours plus séduisant, un jeu finalement atypique bien loin des titres concurrents comme Splinter Cell ou Metal Gear Solid. Car loin de se fourvoyer, un Hitman reste un Hitman.


_________________________________________________________________________
Hitman : Blood Money


     



Pour ce 4e épisode,
Cacher les corps est la vraie nouveauté de cet épisode, le plus abouti niveau gameplay et réalisation (logique non ?)
le tueur à gages au brushing impeccable continue d'enchaîner les assassinats, nettoyant au gré des contrats de l’Agence, divers rebuts de la société. Jusqu’au jour où une agence rivale entre dans la danse, ce qui forcera 47 à se battre plus pour sa survie que pour son salaire. Tout est donc en place pour que le dangereux meurtrier enfoui en chacun d’entre nous se réveille en toute impunité. Niveau gameplay, pas de prise de risque ou de changement majeur : si on retrouve les mêmes qualités, il y aura aussi quelques nouveautés, comme les divers conteneurs (congélateurs même) dans lesquels cacher les cadavres/corps des divers ennemis ou dommages collatéraux. Il y a donc toujours plusieurs écoles pour remplir les contrats : «l’expert» partira avec seulement sa corde de piano et saura exploiter au maximum l’art du déguisement et son environnement afin de ne tuer que sa cible. «L’apprenti» partira avec ses SilverBallers à silencieux, supprimant quelques gardes gênants, cachant quelques cadavres pour maladroitement accomplir sa mission et fuyant les lieux du crime de façon hasardeuse. Enfin il y a le «dangereux sociopathe», qui s’armera de son Mp5 ou d’un quelconque fusil à pompe, pour finalement dézinguer tout ce qui passera à sa portée jusqu’à voir l’icône «Objectifs mis à jour» clignoter, lui signalant que dans le tas, il a tué la bonne personne. Néanmoins, le nouveau système de salaire et de notoriété privilégie les vrais professionnels, ceux qui font le travail le plus "propre" possible. D'ailleurs, plus la notoriété du joueur montera, plus l’IA sera méfiante, limite paranoïaque et encore fois disproportionnée ! Au moindre pet de travers, les gardes sortent les armes et nous plombent ! Le niveau de suspicion est vraiment aléatoire et quand l'IA n'est pas enragée, elle est totalement absente. L'argent qu'on gagne au fil des contrats, pourra être utilisé afin de modifier son équipement entre 2 missions : achat de pièces pour les armes (silencieux, lunette de visée, balles perforantes...) ou d’accessoires (gilet pare-balles, outil de crochetage plus efficace...).


On notera que
Dommage que la carte n'est jamais su évoluer vers quelque chose de plus confortable : touche à accès rapide, mini-map...
le level-design a été grandement travaillé avec des maps immenses aux architectures variées, qui permettent aux joueurs les plus calculateurs d’exécuter leurs cibles de façon à la fois unique, spectaculaire et gratifiante, tout en restant parfaitement indétectables et professionnels. Seul bémol, on a encore des portes qui se ferment toutes seules. Je sais, ça fait déjà 3 fois que j'en parle mais avouons que c'est parfaitement absurde ! On obtient au final une durée de vie correcte qui sera doublée par les pros et autres chasseurs du classement "Maître Assassin". Du point de vue technique, Blood Money fut le premier épisode à sortir sur Xbox 360, donc il était déjà en HD. Résultat le jeu est livré plus ou moins tel qu'il a toujours été (d'ailleurs, sur Xbox 360 le disque est part). C'est évidemment l'épisode s'en sort le mieux, même si ce n'est pas non plus extraordinaire. C’est joli, les environnements sont détaillés, les personnages sont plutôt bien modélisés... néanmoins, les animations restent particulièrement raides (même pour 47) et peu réalistes (il faut dire que Blood Money est sorti en 2006, il a déjà 7 ans, c'est pas rien). Mais le jeu se rattrape largement sur sa bande-son : ouvrir sur l’Ave Maria, c’est déjà extra, mais réussir en plus à introduire une suite de violoncelle de Bach dans une des missions avant de rajouter la patte sonore de Jesper Kyd pour le reste de la bande-son du jeu, on obtient tout simplement la meilleure plage sonore d'un Hitman ! De plus, l’ambiance sonore est particulièrement travaillée : les conversations des PNJs, des bruitages plus vrais que nature... l’immersion est au rendez-vous. On obtient donc au final un jeu plus riche que les précédents volets mais qui conserve toutefois les mécanismes classiques qui raviront les amateurs, mais que les nouveaux venus risquent de trouver encore un peu rêches. Une ambiance globale plus travaillée et un gameplay toujours aussi ouvert qui laisse la place aux néophytes comme aux vieux de la vieille. Seuls points noirs au tableau, des graphismes corrects mais vieillissants et surtout une IA toujours trop aléatoire. Mais Blood Money reste l'aboutissement de la "vieille formule" Hitman, puisqu'Absolution a définitivement fait table-rase de ses mécaniques trop contraignantes pour le marché actuel.


_________________________________________________________________________
Conclusion


 



Je vous l'avoue Note
en toute honnêteté, avant je ne connaissais pas les Hitman. Oui je sais, booouuu honte à moi. Voilà pourquoi j'ai voulu commencer la série par le tout premier épisode et faire chaque pan de la vie de 47. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que le premier épisode ne me manquera jamais ! Beaucoup trop hardcore et aujourd'hui beaucoup trop moche (même s'il faut toujours respecter les oldies), au final si ce jeu ne fait pas parti de cette compilation, on ne regrettera que les révélations qui y sont faites. Maintenant soyons clairs, Hitman 2/Contracts/Blood Money commencent également à vieillir. Il faut dire que graphiquement, l'upscale HD n'apporte pas grand chose. Et je vais même vous dire mieux, étant donné que sur PC les Hitman 2 et Contracts avaient des résolution montant jusqu'à 1600x1200, je suis presque sûr qu'ils n'ont pas fait le moindre effort et qu'ils ont juste réadapté la résolution. Cependant, malgré ses graphismes vétustes (mais est-on en droit de le critiquer pour ça ?), ses portes qui se ferment toutes seules et surtout son IA crétine qui par moment, nous pourrit bien la vie, comment ne pas apprécier de tels jeux ? Déjà 47, son charisme et sa prédisposition aux déguisements, et puis les niveaux sont tellement ouverts et offrent tant de possibilités, que c'est toujours un plaisir de revenir sur un niveau pour expérimenter de nouvelles approches. Ensuite la qualité des musiques et de l'immersion, le côté grisant d'une infiltration bien menée... font d'Hitman ce qu'il a toujours été : une grande licence. Ainsi cette compilation HD (vendue 30€ à peine alors que la durée de vie peut facilement atteindre les 50 heures !) se destine avant tout à celles et ceux qui veulent découvrir (comme moi) ce qui a fait le quotidien du "grand chauve" ou à celles et ceux qui connaissent déjà, mais veulent s'y replonger avec un léger attrait graphique (car oui, les jeux sont nettement plus appréciables que sur PS2, ça va de soi). Quand à moi, je préfère cette édition, pas pour les raisons évoquées, mais plutôt parce que les anciennes versions PC sont assez pénibles (comme les plantages et les problèmes de sauvegardes sur Blood Money) et qu'entre nous, c'est toujours un plaisir d'insérer un seul disque dans sa console (ok c'est surtout valable sur PS3) et de profiter du meilleur de 47. Rendez-vous maintenant sur le test d'Hitman Absolution, pour enfin savoir si le plus célèbre tueur à gages du jeu vidéo, est bon pour la retraite ou si au contraire, la série est repartie de plus belle.



Tests réalisés par Mugiwara85 & Kusny & iiYama

juin 2013