Frontline : Fuel of War (X360/PC) -- GRAVITORBOX

 





Cliquez pour agrandir

 


Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : février 2008
Développeur : KAOS Studios
Editeur : THQ
Genre : FPS

Version testée : Française
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Support : 1 DVD
Espace disque nécessaire : 12Go (PC)
Moteur graphique : Unreal Engine III (Epic)

Difficulté :
Multi-joueurs : 32 à 50 joueurs online
Abréviation : Frontlines FoW
Prix au lancement : 60€ (X360) / 50€ (PC)


Configuration minimale (PC) :
CPU : Dual Core 2.2Ghz
RAM : 1.5Go
VIDEO : avec 256Mo de VRAM (type GeForce 8600 GT / Radeon X2600)

Configuration de test (PC) :
CPU : Intel Core2Quad Q9650 (Quad-Cores à 3Ghz)
RAM : 8Go (DDR2 - Dual Channel à 800Mhz)
VIDEO : GeForce GTX 1050 Ti (4Go de VRam)
OS : Windows 7 (SP1 - 64bits)
Résolution testée : 1680x1050 (16:10)
Niveau de détails : max





Les sites partenaires :










_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Frontlines

Fuel of War



Prévu à l'origine
Prévu à l'origine sur PS3, Frontlines ne sortira finalement que sur Xbox 360 et PC
pour la PlayStation 3 de Sony, le modeste studio New-Yorkais de KAOS, fondé par quelques vétérans du secteur, a finalement opté pour 2 supports nettement plus simples à maitriser, j'ai nommé le PC (sous Windows) et la Xbox 360, dont les 2 hardwares (on le sait) sont finalement très proches. Il faut dire que KAOS Studios sort là son tout premier jeu (le suivant sera Homefront et vu le peu de succès de leurs titres, le studio sera racheté par Crytek en 2013, suite à la banqueroute de THQ) et il n'est pas facile de commencer à développer sur une console si récente et si complexe à programmer. Au final, KAOS a fait un choix compréhensible, d'ailleurs le titre devait sortir plus tard sur PS3, malheureusement Frontlines n'aura pas eu le succès escompté et le portage fut annulé au profit d'Homefront... No Comment. Clairement pensé pour le multi-joueurs, à la manière d'un Quake Wars, Frontlines : Fuel of War propose tout de même un mode solo scénarisé qui, s'il ne révolutionne en rien un genre que Call of Duty 4 a popularisé (à savoir le FPS militaire), il reste malgré tout bien sympathique. A noter que le jeu est l'un des premiers à proposer des parties multi-joueurs de grande envergure (jusqu'à 50 joueurs sur Xbox 360 !), une première pour la console mais un faux record sur PC puisque cette limite a depuis longtemps été abolie (par exemple depuis 2004 on peut déjà s'affronter à 150 joueurs sur Joint Operations) et la PS3 ne sera pas en reste avec Resistance 2 et ses 60 opposants en ligne... bien que ce dernier ne verra le jour que 9 mois plus tard. Même si Frontlines n'excelle jamais vraiment, je trouve dommage que la presse (notamment française) l'ait boudé, ce qui n'a pas été le cas à l'international, avec un très joli score Metacritic de 75. C'est donc ici et avec vous, qu'on va rectifier les choses, en donnant quelques lettres d'honneur à un jeu qui le mérite bien.



Une histoire sympa mais une mise en scène datée


E
L'histoire est sympa bien que peu originale. Non finalement, le vrai souci vient d'une mise en scène peu flatteuse
n 2024, bien des années après la pénurie pétrolière, entraînant guerres et famines, c'est l'armée qui contrôle les puits et les raffineries d'or noir. Sergent de la Coalition Occidentale (qui regroupe essentiellement les États-Unis et l'Europe), avec votre escouade (les Chiens Errants) vous partez en mission de routine, affectés à la surveillance d'une raffinerie au Turkménistan. C'est là que l'hélico vous transportant est touché par une roquette de l'Etoile Rouge, l'alliance des forces armées adverses (qui regroupe principalement la Russie et la Chine, sans doute un clin d'œil à la guerre froide). Vous prenez donc le contrôle d'un membre de la 125e Force de Frappe de la Coalition Occidentale, qui deviendra le nouveau supérieur des Chiens Errants, le lieutenant s'étant fait descendre par un sniper. Et cette bataille sera le premier affrontement d'une 3e (véritable) guerre mondiale, une guerre pour le pouvoir et la mainmise sur le pétrole (lorsqu'on y réfléchit 2 minutes, c’est déjà un peu le cas de nos jours, non ?). Les statuquos étant désormais abolis, la guerre éclate et vous êtes en plein cœur du cyclone...
La presse est venue critiquer Frontlines pour son scénario léger. Certes c'est vrai, le script n'est qu'un prétexte à se faire la guéguerre mais au final, n'est-ce pas ce que font les Etats-Unis depuis des années ? Allant même jusqu'à sacrifier des peuples et créer des (fausses) preuves de toutes pièces, juste dans le but de contrôler un pays Moyen-Oriental afin de profiter, à moindre coût, du pétrole s'y trouvant ? Si bien sûr, arrêtez de croire que les USA sont les éternels gentils (merci Hollywood pour cette image tronquée et indélébile que tu nous donnes de l'Amérique). Bref, trêve de polémiques, les FPS militaires avec une période contemporaine n'ont finalement pas beaucoup de sujets à traiter : après les terroristes enturbannés, les menaces nucléaires, les méchants Russes maintes fois mis à contribution par le cinéma et la télévision... au final que reste t'il ?



Frontlines Combo ?


Alors oui,
Frontlines propose un vrai mode solo, correctement scénarisé et non des maps multi reconvertie avec des bots...
le fond de l'histoire est assez banal, bien que le contexte soit légèrement futuriste (le jeu étant sorti en 2008, il traitait d'une époque d'à peine 16 ans plus futuriste), ce qui permettra quelques avancées technologiques, mais rien d'extravagant pour autant. Non les vrais griefs envers le jeu seront plutôt érigés vers la mise en scène qui, au fond, s'avère assez légère. Car c'est un fait, en termes de scénarisation, Call of Duty 4 (sorti quelques mois auparavant) a posé des bases qu'il serait malhonnête de remettre en question, que ce soit en matière de profondeur d'écriture ou de mise en scène (d'ailleurs, ça ferait un excellent film, soit dit en passant). De son côté, Frontlines nous offre des vidéos en images de synthèses d'une qualité tout juste correcte pour un jeu de 2008 (il suffit de comparer avec les vidéos de Gears of War ou de Lost Planet pour s'en convaincre), mais aussi des scénettes à base d'artworks (comme dans la plupart des jeux démat'), une mise en scène qui n'est pas sans rappeler le vieillissant Area 51. Au fond la soupe n'est pas mauvaise, mais reste peu flatteuse à ceci près que KAOS Studios a fait l'effort de produire un vrai mode solo, et non des maps multi-joueurs converties avec des bots, comme ce fut le cas avec Unreal Tournament III. Frontlines possède un vrai mode campagne, qui ne sert pas essentiellement de didacticiel aux modes multi. Par contre il faut être honnête, le solo est relativement court... comme dans tous les jeux essentiellement tourné vers le multi (Call of Duty ? Battlefield ?).



Les drones apportent un peu de nouveauté...


Les missions
Ce sont surtout les drones qui apportent une vraie nouveauté au titre
se déroulent quasiment toutes sous le même schéma : récupérer les point-clés d'une carte et accomplir des objectifs secondaires du type détruire une batterie de DCA, libérer un lieu du joug de l'ennemi, protéger une zone, etc. Il n'y a d'ailleurs pas de quick-save, le découpage des niveaux servant de checkpoints. On s'accordera pour dire que le titre de KAOS est plus axé Arcade que simulation avec notamment une visée sniper étonnamment stable ou encore un perso qui peut courir sans jamais se fatiguer. Le panel d'armes n'est pas très étoffé et pour un jeu se passant en 2024, je n'ai pas trouvé les pétoires si futuristes que ça : fusil d'assaut, M60, fusil à pompe, sniper... tout ceci reste finalement très classique. Ce qui l'est moins (classique) c'est de pouvoir prendre le contrôle de véhicules, à l'image des excellents Crysis ou Halo. En solo, on pilote son engin et on fait feu, en multi c'est chacun à son poste. Hélico, tank ou blindé, c'est un régal d'avoir sous la main une telle puissance de feu, dont la jouabilité a été simplifiée au maximum pour en extraire tout le fun. Mais la véritable innovation du titre c'est l'introduction des gadgets et des drones. Une vraie nouveauté dans le sens où des titres bien plus connus finiront par mettre en avant ces technologies... des mois voire des années plus tard (malheureusement, on citera rarement -voire jamais- Frontlines pour avoir su imposer ce qui deviendra l'icone des guerres modernes). Mini-char, mini-hélico ou mines roulantes, notre personnage, télécommande à la main, pourra tirer sur les ennemis, faire exploser un tank ou un panneau de contrôle à distance. On peut considérer ces drones comme subsidiaires mais leur utilisation est intuitive et pour certaines missions, ils sont même indispensables. Seule limitation : une jauge de signal empêche qu'on éradique tout un niveau avec juste un hélico armé de mini-roquettes.



C'est fun mais aussi terriblement classique


Question missions,
La conduite de véhicules est vraiment sympa
à l'image d'un scénario peu surprenant, les objectifs sont eux aussi très convenus. Vous ne serez que rarement surpris par le jeu (si vous êtes un gros mangeur de FPS, il y a des chances que ce ne soit même que du déjà-vu), mais si son univers est loin d'être original, il a au moins pour lui une très bonne action. D'ailleurs certaines missions se déroulent sur des maps semi-ouvertes où on peut accomplir les objectifs dans l'ordre qu'on veut. Ça nous change de ces "FPS couloir" où il est impossible de sortir des sentiers battus (malheureusement ça ne s'applique pas à toutes les missions, dommage). Cependant, dans un souci d'objectivité et même si j'ai adoré ce jeu, il faut quand même souligner quelques problèmes de conception : le pire d'entre tous c'est qu'une fois à bord d'un véhicule, il est impossible d'en sortir, ce qui est très irritant. Le seul moyen de s'en extraire est d'attendre que ce dernier se fasse exploser (un patch corrigea ce problème qui était notamment lié la version PC). Ensuite, on ne peut pas ramasser les armes ennemies, nous obligeant ainsi à se ravitailler en munitions à des points précis, ce qui est idiot, hautement irréaliste (qui ferait "réellement" ça sur un champ de bataille ?) et nous laisse vulnérable. On ne peut donc pas changer d'armes à volonté, les redéploiements (en nombre limité) permettant tout de même de changer un peu l'arsenal de base. L'IA est généralement suicidaire en jetant les ennemis sur nos fusils, ennemis qui sont (à mon goût) un peu trop résistants aux balles. Autre point, si quelques objets sont agréablement destructibles, je regrette que tous ne le soient pas, notamment des objets au demeurant fragiles (fenêtres, pancartes...). Malgré tout, Frontlines est un jeu fun : ça explose dans tous les sens, la conduite des véhicules est excellente (c'est peut-être moins évident avec l'hélico lorsqu'on joue au clavier/souris... au control-pad il n'y a rien à dire), les gadgets rendent bien service et si le gameplay parait daté, on retrouve bien les sensations pures des FPS d'il y a quelques années, un peu rustiques et bas du front.



Unreal Fuel of Engine III


Décidemment partout,
L'Unreal Engine III est encore une fois à l'oeuvre et techniquement, c'est plutôt joli
c'est encore une fois l'Unreal Engine 3 qui est mis à contribution dans ce jeu. Il faut dire que le moteur graphique d'Epic Games est partout sur cette génération, et en plus d'offrir de somptueuses réalisations, il est bien optimisé pour les 3 supports phares de la génération (Xbox 360, PS3 et bien entendu PC). D'ailleurs, la conversion du titre sur PS3 n'aurait pas été difficile à réaliser, mais les aléas du markéting font que les Sonyfans sont passés à côté de ce titre (mais ils se sont sûrement consolé avec les exclues de la console sortis cette même année, comme Resistance 2 ou Metal Gear Solid 4). Revenons à nos moutons, étant donné que l'Unreal Engine 3 se sent parfaitement à l'aise sur Xbox 360 comme sur PC, il est donc naturel d'avoir un jeu fluide et globalement beau. Les modélisations sont bonnes, l'animation des divers PNJs est très correcte et j'ai trouvé cette ambiance de futur proche, que nous offre le design général, fort agréable. Il subsiste quelques pop-ups de textures (ça reste rare et c'est l'un des défauts du moteur d'Epic) mais globalement les environnements sont à la hauteur du support. Bon il est vrai que parfois la physique est désordonnée, notamment avec des véhicules qui retombent toujours sur leurs roues ou des corps qui font des bonds inexpliqués. Côté PC, j'ai pu y jouer avec tous les détails au max (ce qui fait qu'il est bien plus beau et détaillé que sur console) mais ça ne nous laisse aucune marge pour le refaire avec plus de détails. Et je parle bien de mon matos de l'époque (pas celui que j'ai actuellement, à l'heure de cette relecture) à savoir : Intel Core2Duo 2,6Ghz - 2Go de RAM - GeForce 8800GT. Un bon PC, équilibré et performant, mais pas un matos fou-fou non plus. Maintenant on peut aussi y voir une belle optimisation de la part du studio de développement.



L'audio fait le boulot


Côté son,
Le doublage est très correct, mais ce sont bien les musiques et surtout les bruitages qui sont les plus réussis
quelques musiques soulignent les temps fort du jeu, alternant mélopées qui imagent les désastres de la guerre, à de thèmes plus Rock qui soutiennent l’action. Avec ça, Frontlines nous distille de somptueux bruitages, bien guerriers, bien puissants comme j'aime. Un vrai feu d'artifice acoustique avec notamment des explosions très bien retranscrites ou des déflagrations lointaines plus vraies que nature. Enfin, Fuel of War prouve aux détracteurs que nous avons, nous aussi, de bons doubleurs. Bien entendu ça ne vaut pas la VO mais le 100% français permet de mieux apprécier son jeu vous ne trouvez pas ? Car je déteste toujours autant lire des sous-titres, et c'est à un point que désormais, un jeu qui n'est pas doublé sera un frein à mon achat. Après tout j'ai mangé du doublage US et Japonais pendant des années, j'ai du lire des milliers de sous-titres qui me faisaient rater la moitié de l'action (en plus, cette gymnastique oculaires est particulièrement pénible pour les yeux), alors mer** ! C'est mon choix, point barre ! Comme je le dis souvent, je préfère un doublage de moins bonne qualité mais en VF, plutôt qu'une VO de dingue mais où il faut lire des sous-titres. Quant à Frontlines, le doublage est très correct : on a vu bien mieux, mais a aussi ouïe bien pire.



Frontlines : Note
Fuel of War m'a un peu fait penser à Ghost Recon : Advanced Warfighter, le côté gestion et tactique en moins. Plus Arcade, son manque de variété et d'originalité est compensé par l'intégration des véhicules et des drones, ces gadgets décidemment très utiles et qui sont seulement mis en avant dans les jeux et les films actuels (rappelons qu'à la relecture de ce test, le jeu a déjà 10 ans ! et oui en 2008, les drones étaient loin d'être aussi populaires qu'aujourd'hui). Certes Frontlines vaut plus pour son multi-joueurs que son solo, mais la campagne reste une véritable aventure, plutôt bien scénarisée, ce que les concurrents du secteur n'offrent pas toujours. Avec des musiques tantôt militaires, tantôt mélancoliques (comme peut être toute guerre), la bande-son offre un véritable festival d'explosions. Si l'originalité du gameplay ne prime pas, son efficacité et son action débordante ne laisse pas indifférent. Enfin la réalisation graphique, à mon sens mal jugée (surtout sur PC), est très contemporaine (même si c'est dans son jeu original que l'Unreal Engine 3 brille le plus) donnant parfois quelques scènes épiques comme le combat en tank sous le feu des têtes nucléaires. Ainsi Frontlines fut pour moi une très bonne expérience, à peine entachée de quelques bugs et réglages manquants. Malgré tout, je le conseillerai à tout amateur du genre, pour son solo fort sympathique, agrémenté de modes online riches et prenants.



Les -

  • Mode solo un peu court (bien que dans la norme de ce type de FPS finalement)
  • Mise en scène techniquement dépassée
  • Quelques bugs plus ou moins gênants
  • Les +

  • Bien meilleur que Homefront (oui c'est du sarcasme ^_^ )
  • Mode campagne très sympathique, modes multi complets
  • C'est Arcade, c'est brut, c'est fun
  • Bande-son à niveau
  • Globalement joli


  • Test réalisé par iiYama

    juin 2008 (mise à jour de l'article et ajout de la version Xbox 360 : juin 2018)