Fist Of The North Star : Ken's Rage 2 (X360/PS3/WiiU)

 






 


Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : février 2013
Développeur : Tecmo Koei
Editeur : Tecmo Koei
Genre : beat-them-all (muso)

Version testée : Française
Doublage : JAP
Textes à l'écran : FR

Support : 1 DVD (X360) / 1 Blu-Ray (PS3) / uniquement en téléchargement sur eShop pour la version Wii U
Espace disque nécessaire : 6Mo (X360) / 4.2Go (PS3)
Définitions HD max : 1080p (X360) - 720p (PS3/WiiU)
Compatible 3D : non

Difficulté :
Compatible Kinect (X360) : non
Compatible Move (PS3) : non
Multi-joueurs : 2 joueurs en local, jusqu'à 8 joueurs en ligne
Titre alternatif : Dynasty Warriors
Prix au lancement : 60€



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)


Fist of the North Star

Ken's Rage 2




En 1988,
L'histoire reprend celle de l'animé et du manga
je regardais le Club Dorothée (et oui, il fallait bien s'occuper) quand soudain en regardant un animé, j'ai vu un "ennemi" de Ken exploser dans une gerbe de sang et là ce fût le choc. Un manga non censuré sur TF1, en France, AMAZING ! Après quelques épisodes, les animés furent censurés à l'antenne, mais nous avions découvert la violence pure et dure, mais nous avions aussi découvert la traduction très fantaisiste (afin d'édulcorer la série), on peut même dire très "particulière" pour être respectueux. L’histoire se déroule dans un futur relativement proche, sur une Terre ravagée par la guerre nucléaire qui a eu pour conséquence l’évaporation de la plupart des océans et la destruction d’une grande partie de la végétation. Dans cet univers post-apocalyptique, les survivants sont soit d’humbles villageois essayant de survivre, soit des bandits vicieux regroupés en gangs qui s’adonnent aux pillages et à la persécution. Cependant, un maître en art martial nommé Kenshiro (Ken), un homme reconnaissable aux 7 cicatrices qu’il porte sur le torse, est choisi pour devenir le successeur du légendaire art assassin, le Hokuto Shinken (l’art divin de l’Étoile du Nord). Au début de l’aventure, Kenshiro ne cherche pas réellement à aider les villageois, mais au fur et à mesure que son étoile le guide, il se révèle comme étant le sauveur tant attendu d'une population au bord du désespoir. Accompagné dans son périple par 2 jeunes enfants nommés Bart (Batt) et Lynn, Ken affrontera un grand nombre de gangs, allant même jusqu'à affronter ses frères adoptifs, eux aussi disciples de l’art du Hokuto Shinken. Ken se mesurera aussi à certains maitres de l’école Nanto Seiken (le poing sacré de l’Étoile du Sud). Avant de rencontrer son ultime adversaire, qui n’est autre que son frère ainé Raoh (Raoul en version française), un aspirant conquérant qui a enfreint les lois de Hokuto Shinken en refusant d’abandonner son art, le parcours de Kenshiro l’amène à faire face à une série de tragédies qui l’affectent profondément (disparition de sa fiancée, mort de ses frères d’armes, devoir tuer son propre frère...).


La deuxième
Avec son gameplay issu de Dynasty Warriors, on affronte beaucoup d'ennemis en même temps
partie du jeu se passe plusieurs années après la mort de Raoh et de Yuria (Julia en version française), Ken effectue une seconde venue pour prêter main forte à Bart et Lynn, maintenant adultes et leaders de l’armée du Hokuto, milice rebellée contre la tyrannie des troupes de l’empereur céleste commandées par un régent nommé le Gouverneur Jakoh. Ken se mesure ainsi aux maitres de l’école Gento Kokken. Le jeu reprend donc la trame scénaristique, la vie et les aventures de Ken sur les 27 chapitres du manga : une vraie immersion dans la vie de l'homme aux 7 cicatrices. Certainement le plus gros point négatif du jeu, comme souvent dans ce type de jeu, la qualité visuelle n'a pas été la priorité des développeurs, (comme jadis les Chevaliers du Zodiaque). Cela ne serait qu'un détail si le gameplay et l'intérêt étaient au top, mais ici on ne peut pas accepter des graphismes aussi datés et une technique autant dépassée. Les décors sont vides (d'accord c'est du post apocalyptique mais quand même !), on aurait aimé un semblant de vie, ou de soin, plus de détails, en clair des graphismes à la hauteur de la série et des machines sur lesquelles ce Ken's Rage 2 sort. Le chara-design des ennemis est toujours identiques et limité (à peine 4 ou 5). Les effets sont vraiment d'un autre âge, les explosions d'ennemis sont presque stylées, sauf que ça ressemble plus une "vaporisation" qu'à une "explosion", les flammes et les barils qui explosent semblent tout droit sortis d'un jeu issus des années 90. Bizarrement les personnages principaux, eux sont correctement fait, voire très ressemblants, même si comme pour le reste du jeu, les textures ne sont pas à la hauteur des Xbox 360 et PS3. Les quelques cinématiques sont correctes sans pour autant vous décrocher la mâchoire. Je trouve pour ma part que les cut-scènes ne sont pas si mauvaises, mais je sais qu'elles ne font pas l'unanimité même ça reste dans l'esprit manga. A noter quelles sont peut-être un peu trop nombreuses à mon goût. Alors c'est un fait, Ken's Rage 2 ne nous offre pas, pour l'anniversaire des 30 ans de la licence, un beau spectacle,. On peut se demander pourquoi n'avoir pas offert à cette date fatidique, un écrin digne de la série. Question prise en mains, c'est du beat-them-all de masse, un "muso" : il y a du volume, le jeu se lâche avec de 50 à 200 adversaires par vague, mais pas de soucis, vous êtes Ken (ou l'un des personnage de référence du manga) et la sensation de puissance est assez présente (mais pas pour tous les intervenants).


Vous tapez,
Le contenu est très riche mais le jeu est très répétitif
tirez ou taillez en pièces tout ce qui passe à porter de vos mains ou de vos armes. Le jeu ne s'encombre pas avec des énigmes ou autres éléments compliqués à rechercher, ici il faut juste combattre, prendre des parchemins, de la vie, des potions d'aura et faire évoluer son personnage. Pourtant Ken's Rage 2 n'échappe pas aux classiques du genre : un coup rapide, un coup fort, une technique spéciale (sélectionnable à la croix directionnelle) une fois la jauge chargée, un block, une esquive, c'est très basique mais c'est efficace. La petite originalité c'est l'évolution des 5 paramètres (Vie, Aura, Attaque, Défense, Technique) qui évoluent indépendamment, et ce, en finissant l'adversaire de façons différentes : par exemple, si vous souhaitez faire évoluer plus rapidement votre Aura il faudra vaincre vos ennemis avec votre "Aura puissante", la défense augmente si vous éliminez vos ennemis en ayant une jauge de vie dans le vert etc. Le choix des techniques s'enrichit au fur et à mesure de l'évolution du personnage et de l'avancée dans l'histoire. Vous pouvez équiper votre perso des parchemins trouvés en route et ce afin d'améliorer ses capacités (défense, vie, pouvoir, force) : seulement 21 parchemins pourront être transportés et il faudra donc gérer correctement son inventaire. La vitesse d'exécution est là et on a affaire à un jeu nerveux. Cependant, le gameplay et la jouabilité n'ont pas que des bons côtés. Le premier défaut majeur, c'est le nombre très limité de coups (on en a vite fait le tour), le jeu propose à minima ce qui est l'essence même des musos. Le manque de diversité et donc d'enchainement monstrueux de combos, limite l'aspect fun du titre. Ici après avoir fait votre choix, vous vous limiterez rapidement à 1 ou 2 enchainements "qui fonctionnent" et à un super coup ou deux. Et donc on en arrive au 2e gros défaut : la répétitivité ! On sait bien que le genre est répétitif mais là on rentre dans la catégorie répétitif et ennuyeux (un conseil jouez par période de 1h ou 2h maximum sinon gare à l'endormissement... bon ok j'exagère :). Je déconseille le mode coop' qui nuit à la lisibilité et à la framerate du jeu, et je fustige également le manque d'ergonomie de la croix directionnelle concernant le choix des supers coups.


Maintenant,
Pour les 30 ans de Ken le Survivant, on aurait vraiment apprécié une réalisation digne de ce nom
si vous êtes un fan hardcore de la licence et de ce type de jeux, vous serez aux anges à cogner pendant des heures des milliers d'ennemis. La bande son souffle le chaud et le froid. Les musiques collent parfaitement à l'univers post-apocalyptique (grâce à un mélange entre hardcore et musique mélodique), mais hélas il n'y a pas (sauf erreur de notre part) de musiques issues de l'animé, histoire de faire vibrer notre fibre nostalgique. Dommage ! Les voix japonaises donnent un plus certain à l'ensemble et les bruitages restent tout à fait corrects. Quant à la durée de vie, elle est copieuse : un mode story (Legend) complet, qui reprend l'ensemble de la trame des 27 tomes (à quelques légères exceptions près) plus un mode Rêve qui vous permet de jouer avec une vingtaine de protagonistes différents à des histoires "originales", la durée de vie s'étale donc sur plusieurs dizaines d'heures et devrait combler les aficionados de Ken Le Survivant, si l'ennui ne les a pas terrassé tel un coup du Hokuto (de cuisine). Conclusion, Fist of the North Star : Ken's Rage 2, est loin, loin de proposer ce que cette licence était en droit de nous offrir pour fêter ses 30 ans. Il est dommage que la forme et le fun ne soient pas au diapason du contenu. En effet, il serait temps pour les développeurs de s'interroger : on parle beaucoup des futures consoles qui auraient des résolutions et des graphismes de fou, mais on a déjà entendu les mêmes discours avec l'actuelle génération des Xbox 360 et PS3, et avec des titres comme cela, la preuve est faite que la puissance c'est bien, encore faut-il la maîtriser et s'appliquer. Le titre n'est pas à conseiller au prix du neuf, en dehors des fans inconditionnels de la série, car il existe des titres bien mieux calibrés, alliant fond et forme. Mais le jeu est-il entièrement mauvais ? Bien au contraire ! Pour les fans de la série, le Ken's Rage 2 propose bon nombre d'éléments qui flattent le "NostalGeek". Déjà on retrouve un casting de choix et plutôt bien réalisé. La musique, bien que n'étant pas directement liée à l'animé, est plutôt bien fichue, le jeu ne manque pas de punch, les combats sont très massifs et les phases de QTE sont sympathiques visuellement, et le contenu, il n'est pas riche, il est démoniaquement complet !



Pour Note
les fans "traditionnels" de la série, le jeu ne démérite pas, la note attribuée étant un mélange des 15/20 qu'un aficionados pourrait offrir, et du 9/20 qu'un joueur lambda pourrait donner. Car même si on ne se passionne pour notre héros aux 7 cicatrices, on ne peut qu'être triste de voir qu'en 2013, nous sommes toujours incapable de lui offrir un jeu digne de ses aventures. Après c'est sûr, nous sommes loin du premier opus, de sa lenteur d'escargot asthmatique et de ses combats ridicules par moment, mais il faut impérativement que la forme soit améliorée si un prochain opus venait à voir le jour. De même, pour aboutir à des jeux de meilleur qualité, il faudra résoudre l'équation entre les combats de masse, le nombre de combos disponibles et le fun. Alors espérons que Ken le Survivant nous revienne dans un 3e épisode (cette fois) de qualité, vue les améliorations qu'ont su apporter les développeurs entre cette suite et la première itération. On peut se laisser aller à rêver non ? Bon je retourne utiliser mes techniques de Hokuto (de boucher) et de Nanto (de vison)...



Les -

  • Un gameplay qui manque un peu de profondeur
  • Des effets venus d'un autre temps
  • Des ennemis au design trop limité
  • Aucune musique issue de l'animé
  • C'est pas bien beau
  • Un jeu très répétitif
  • Les +

  • Une beat-them-all de masse (muso) où on se sent puissant
  • Un gros contenu et donc, une bonne durée de vie
  • Les personnages principaux sont bien fait
  • Une bande-son qui colle bien à l'univers
  • Le scénario du manga


  • Test réalisé par Puffmagicd

    Lire l'article original sur CHISHIKI 72
    septembre 2013