Final DOOM (PC/PSX)

 






Cliquez pour agrandir

 


Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : mai 1996 (PC) / octobre 1996 (PSX)
Développeur : id Software
Adaptation PlayStation : Williams
Editeur : id Software
Genre : FPS

Version testée : Française
Version logicielle : 1.0
Doublage : -
Textes à l'écran : US

Support : 1 CD
Moteur graphique : id Tech 1
Difficulté :
Prix au lancement : 350Frs


Configuration de test (PC) :
CPU : Intel Core i5-2500 (3.33Ghz)
RAM : 8Go DDR3
VIDEO : GeForce GT 560Ti avec 1024Mo de VRam
OS : Windows 7 (64bits)
Résolution testée : 1680x1050 (16:10)
Niveau de détails :


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Final DOOM









Pour l'avoir dit
Final DOOM compile un contenu original directement issu des fans. Par contre la difficulté est hardcore !
et répéter un nombre incalculable de fois, vous savez sans doute tout le bien que je pense de DOOM, tout l'amour que je lui porte, à la fois parce qu'il est un précurseur, mais aussi le premier FPS auquel je me suis adonné de façon régulière. Avec son univers fascinant, sa réalisation hors norme, son ambiance flippante et son action survoltée, même aujourd'hui, quelques 20 ans après sa sortie, DOOM fait encore parler de lui. Bien entendu je ne vous ferai pas l'affront de tout reprendre depuis le début ou de faire un copier-coller de tout ce que j'ai déjà écris à son sujet, pour ça je vous invite à passer voir le test de la version PC, de la version PlayStation ou du même le test du récent DOOM 3 BFG Edition, que personnellement je défends bec-et-ongle. Le sujet du jour ne portera donc que sur Final DOOM qui, comme son nom l'indique, est la dernière édition du titre. Sorti au début de l'année 1996 sur PC, il ne verra le jour sur PlayStation que 5 mois plus tard, mais en s'agrémentant de contenu. Il faut dire que la PlayStation a été plutôt bien servi avec le DOOM classique, qui était en fait une version best-of offrant le contenu d'Ultimate DOOM et DOOM II. Et bien justement, sur PC, Final DOOM propose 32 nouveaux niveaux, scindés en 2 nouveaux chapitres : TNT et Plutonia. Ces 2 contenus sont originellement des "megawads", à savoir des maps amateurs mais devant une telle qualité, id Software a décidé de les compiler en un jeu. "TNT Evilution" (non il n'y a pas de faute...) a principalement été développé par la Team TNT, qui a travaillé sur des MODs ultra poussés de DOOM et DOOM II (leur dernier travail, Eternal Doom IV - Return from Oblivion, est un excellent WAD de DOOM II où l'ambiance gothique et le design sont bluffants !).


Quant à "The Plutonia Experiment",
Comme toujours, la scénarisation est bâclée et ce, malgré le support du CD-Rom. Une déception...
il a été développé les frères Milo et Dario Casali, qui sont connus dans le milieu pour avoir proposé parmi les meilleures maps custom d'Half-Life, Quake, Team Fortress, DOOM bien entendu mais aussi plus proche de nous Left 4 Dead 2 et Portal 2. Bref, il est clair que le contenu créé ne touche plus à l'amateurisme, mais à un véritable travail de fond, fait par de vrais pros en la matière. Quant à la version PlayStation, en plus de proposer tout ce contenu, elle offre également un best-of des "Master Levels for DOOM II", offrant ainsi un contenu vraiment dense pour les fans de difficulté hardcore. Car c'est un fait, depuis l'épisode 2, la difficulté est vraiment devenue abusive, contentant les fans de jeux ardus mais laissant sur le carreau tout ceux qui avaient pu apprécier la difficulté équilibrée du premier DOOM. Heureusement on appréciera d'avoir des cheat-codes... Oui j'assume complètement car moi j'adore le jeu, mais cette difficulté masochiste, je n'en veux pas ! Revenons à notre version PlayStation. Le jeu ne sauvegarde pas sur Memory Card (une ineptie quand on pense que Sony a tout fait pour qu'on les achète), à la place nous avons des passwords. Et si on peut changer la configuration de ses touches, à contrario le pad DualShock n'est pas pris en charge : nous sommes donc obligé de jouer "à l'ancienne" avec le plaisir nostalgique que ça procure, mais aussi les lourdeurs de déplacements que ça inflige. A noter quand même que la souris est prise en charge... mais entre nous, vu le pourcentage infime de joueurs PlayStation ayant une souris, il aurait mieux valu que la DualShock nous propose une prise en mains alternative, plus proche de ce qu'on a aujourd'hui (et qui n'altère en rien le plaisir de jeu, au contraire !). Enfin, on retrouve les célèbres modes coop' et deathmatch, même si sur console, le cœur du jeu reste évidemment le solo. Un solo dont le scénario est encore une fois bien plat. Malgré sa sortie tardive (et ce, quelque soit la version) la scénarisation passe encore au second plan.


Quand on pense
Final DOOM reste DOOM dans l'âme. Malgré l'évident manque de nouveautés, ça reste super fun !
qu'avec la génération 32-bits est né le temps des Full Motion Video et des scénarios un peu plus étoffés que d'habitude, Final DOOM se contente d'un rapide texte dans la notice, et d'une fin aussi expédiée qu'en 1993 (lors du premier opus). Seulement, si à l'époque on pouvait comprendre qu'id Software soit très limité (tout d'abord par la période, ensuite parce que le jeu tenait sur 3 pauvres disquettes pour un total ahurissant de 6Mo !), à la sortie de ce Final DOOM il en est tout autre, puisque le jeu tient sur CD-Rom. Un support haute-densité pour l'époque, qui est ici vraiment sous-exploité. Au pif citons Resident Evil (ses cut-scènes, ses dialogues, ses vidéos) ou Disruptor sorti la même année. Bref, les développeurs auraient pu (aurait dû !!) faire un effort au lieu de ce développement scénaristique misérable et qui fait de plus en plus tâche. Après c'est sûr, Final DOOM reste DOOM. Comprenez qu'on y retrouve la même prise en mains, les mêmes armes (celles de DOOM II, dont le fusil à double-canons), le même type de level-design agencé par la recherche de clés et bien sûr les mêmes ennemis (là aussi, ceux de DOOM II, avec par exemple les Revenants). Une petite déception quand même car ici, un peu de nouveautés (de nouveaux ennemis ou de nouvelles armes) n'auraient pas fait de mal. Car en définitive, Final DOOM n'est qu'une succession de nouvelles maps, sans aucune fioriture ni la moindre innovation. Cependant, est-ce vraiment un mal ? Tel est le débat ! D'ailleurs au niveau du rendu, on se retrouve évidemment avec le même type de graphismes. L'id Tech 1 tourne toujours aussi bien, les textures (comme l'architecture) s'essaient à un peu de fraicheur et d'originalité, proposant ainsi des levels authentiques (au moins ça évite l'impression de rejouer encore et encore au même jeu). On saluera une nouvelle fois la précision des éclairages et la fluidité de l'ensemble, même si les sprites en 2D sont de plus en plus vétustes (la preuve, Quake sortira à peine quelques mois plus tard). Dernier point, si on retrouve les voix habituelles et les mêmes bruitages, j'ai apprécié que l'ambiance sonore soit si travaillée (surtout sur PlayStation), en ne proposant pas des musiques, mais une atmosphère chargée, donnant un ton sombre et inquiétant à l'aventure.



Final DOOM Note
est un bon jeu. Certes on aurait aimé quelques nouveautés, une difficulté moins hardcore (surtout en easy) ou encore une scénarisation (ne serait-ce qu'un minimum avec par exemple une intro) mais non, il faudra se contenter d'un enchainement de levels certes originaux au niveau du level-design, mais qui ne "réinventent" pas DOOM pour autant. Ainsi par rapport à Ultimate DOOM (DOOM II n'entre pas en compte, il est trop différent) il faut reconnaitre que je suis un peu déçu. Mais cette relative déception laisse vite place au plaisir, tant on retrouve en quelques minutes nos habitudes de gamers (le strafe bon sang, le strafe !), une ambiance particulière et même un rendu graphique devenu sobre, limite commun, mais toujours aussi agréable. Final DOOM ne vaut donc pas le DOOM original (ceux qui disent ça, ne savent sans doute pas de quoi ils parlent !) mais il reste une très belle continuité, surtout pour celles et ceux qui se sentent l'âme de relever un défi.



Les -

  • Scénarisation bâclée... comme d'habitude
  • Pas de jouabilité à la DualShock (PSX)
  • Pas de save sur Memory Card (PSX)
  • Aucune nouveautés...
  • Difficulté hardcore !
  • Les +

  • Contenu supplémentaire sur PSX
  • Un moteur toujours aussi fluide
  • Des environnements sympas
  • Une bande-son réussie
  • DOOM reste DOOM :)


  • Test réalisé par iiYama

    février 2013