Dead Space 3 (PC/X360/PS3)

 






   


Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : février 2013
Développeur : Visceral Games
Editeur : Electronic Arts
Genre : survival-horror / action

Version testée : Française
Version logicielle : 1.0
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Support : 1 DVD (X360-PC) / 1 Blu-Ray (PS3)
Espace disque nécessaire : 15Go (PC) / 1Mo (X360) / 5Mo (PS3)
Moteur graphique : Visceral Engine
Définitions HD max (consoles) : 1080p
Compatible 3D (consoles) : non

Difficulté :
Compatible Kinect (X360) : oui
Compatible Move (PS3) : non
Multi-joueurs : 2 joueurs en coop' (online)
Abréviation : DS3
Prix au lancement : 50€ (PC) / 70€ (consoles)
Score des ventes : 2 Millions (tous supports)


Configuration recommandée (PC) :
CPU : 2.8Ghz
RAM : 2Go
VIDEO : avec 256Mo de VRAM (type GeForce 6800 Ultra / Radeon X1800 XT)

Configuration de test (PC) :
CPU : Intel Core i5-2500 (3.33Ghz)
RAM : 8Go DDR3
VIDEO : GeForce GT 560Ti avec 1024Mo de VRam
OS : Windows 7 (64bits)
Résolution testée : 1680x1050 (16:10)
Niveau de détails :



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Dead Space 3








Comme vous
Le contexte était propice à une bonne grosse histoire et finalement il faudra se contenter de peu
le savez, j'ai pu tester la démo de Dead Space 3 avant tout le monde et il en a découlé une petite préview pas bien optimiste quand à la qualité de ce titre. Dans la demi-heure de jeu, on enchainait les scènes à grand spectacle et les boss, avec entre les 2 un déluge d'ennemis à abattre. En somme la démo nous faisait croire que Dead Space était passé du côté obscur du survival-horror, en troquant sa peur pour de l'action brute. Résultat, j'ai commencé à jouer au jeu final à reculons, pensant que Dead Space avait perdu son âme et qu'ainsi, il était devenu un shooter lambda. Car c'est un fait, depuis que Resident Evil n'est plus ce qu'il était (en somme depuis Resident Evil 4, même si tout le monde s'accorde à dire que c'est un excellent jeu) le "survival horror" à tendance "action" se cherchait un digne successeur. Et c'est en 2008, avec le premier Dead Space, que nous l'avons enfin trouvé ! Une ambiance froide, on avançait doucement, la peur au ventre car l'ambiance y était rondement menée et chaque apparition de Necromorphe nous faisait flipper. Bref, c'était un véritable régal ce jeu ! 2 ans et 3 mois plus tard, avec Dead Space 2 les développeurs de Visceral Games ont voulu étendre leur public avec un jeu légèrement plus orienté vers l'action, une ambiance un peu moins anxiogène, une histoire mieux écrite et surtout, une aventure nettement plus variée. Le pari fut réussi mais les fans de la première heure (moi le premier) trouvaient déjà que les changements opérés, commençaient à altérer l'expérience Dead Space. Moins flippant, plus bourrin... heureusement il compensait par bon nombre de qualités, faisant de lui l'un des premiers grands jeux de l'année 2011. Après 2 grands épisodes et 2 spin-offs (un très réussi sur PS3 et Wii, l'excellent Dead Space Extraction, et un autre vraiment minable : Dead Space Ignition), le jeu de Visceral revient avec (on s'en doute) un 3e opus plein de promesses : un nouveau décorum, toujours plus de possibilités, un jeu toujours aussi beau et même une aventure praticable en coop' (le 2e perso se nomme John Carver... ce qui moi me fait penser à Jack Carver de Far Cry, pas très original tout ça). Alors n'ayons pas peur de le dire, jouer en coop' est à proscrire la première fois qu'on entame l'histoire. Evidemment, pour se délecter au mieux d'un jeu comme Dead Space, il faut jouer seul, dans le noir, tard le soir et avec le casque sur les oreilles. Là on flippe, là on est dans l'ambiance. Si c'est pour pratiquer l'aventure à 2, le cul vissé sur le canapé en plein après-midi, comprenez que le charme n'y est plus du tout. Maintenant n'allez pas croire que le coop' est sans intérêt, bien au contraire ! Plutôt réussi dans le fond comme dans la forme, le second personnage a son identité propre, son histoire (ce n'est pas un perso "bouche-trou") et le jeu en coop' profite même de petites missions annexes dédiées. C'est plutôt sympa.


Au niveau de l'histoire,
L'atelier permet de créer des armes originales...
on retrouve notre brave Isaac Clarke, autrefois simple ingénieur, devenu aujourd'hui un véritable guerrier mais aussi la cible principale des adorateurs du Monolithe (les unitologues), ainsi que des Necromorphes, ça va de soi. Faisant suite à Dead Space 2, quelques mois ont passés et Isaac vit reclus, caché à la fois du gouvernement (qui cherche à s’accaparer les secrets du Monolithe enfouis dans son esprit) et des unitologues, qui le considèrent comme un dangereux hérétique qu'il faut abattre à tout prix (normal puisqu'il a déjà détruit 2 Monolithes à lui tout seul). Pour bien se remettre dans le bain, une fois encore les développeurs nous ont concoctés une très belle vidéo qui résume les événements de la saga et qui insiste un peu sur l'Unitologie, sa source, ses espoirs, son côté fanatique et dangereux (encore une religion de cinglés ! comme quoi, ça va pas s'arranger dans le futur -_- ). Après un prologue didactique un peu hors sujet, nous serons dans l'espace, au milieu des débris d'une station d'où vient un signal de détresse. Les 7 premiers chapitres (soit environ un tiers de l'aventure) sont donc très proches de ce qu'on a vécu dans les 2 premiers épisodes, le jeu ne se déroulant pas uniquement sur Tau Volantis (et ça me parait important de le signaler). Tout ça dans l'espoir de retrouver Ellie, la fille qu'on a rencontré dans le second opus et qui à la fin du jeu, nous sauve la vie. Tau Volantis est une planète glacière, hautement inhospitalière. Bien sûr on fera vite le lien avec Lost Planet, mais tout l'intérêt du caillou, c'est qu'il semble être le point d'origine des Monolithes, et donc de l'infection Necromorphes. Là c'est sûr, les fans de la série sont déjà intrigués, et Isaac de son côté cherchera à éradiquer le mal à la racine. Malheureusement, le scénario ne vole pas bien haut... Visceral essaie de faire de son mieux, de donner de l'âme à ses personnages, de leur offrir des sentiments, de soigner sa mise en scène mais au final, l'histoire est assez banale. Jamais vraiment surprenante là où justement, l'intrigue de départ offrait du grain à moudre, Dead Space 3 échoue un peu. Oui un peu car il ne faut pas non plus exagérer, l'histoire suffit à porter le jeu, c'est juste qu'on est un peu déçu par cette narration qui aurait pu donné tellement plus que ça. Comme d'habitude, pour étoffer le fond, nous aurons divers textes à trouver (et à lire), quelques (trop rares) vidéos incrustées sur le RIG et comme dans l'épisode 2, des petites cut-scènes gérées en temps réel. Si bien sûr l'ensemble tient bien la route, avec notamment un très bon doublage et de bonnes modélisations, je ne comprends pas ce besoin qu'ont les développeurs de changer la tronche de ses protagonistes. On reconnait Isaac et Ellie certes, mais une fois encore, les visages ont été modifiés (comme si c'était impossible de les reprendre tel quel, pfff...).


Une fois le jeu en mains,
... malheureusement on ne retrouve cette puissance jubilatoire d'autrefois :,(
on retrouve naturellement les fondamentaux de la série : des caisses à fracasser à coup de tatane pour récupérer des items, un inventaire (le RIG) holographique toujours aussi classe, la télékinésie (pour déplacer des objets), la stase (le pouvoir de ralentir un objet ou un ennemi dans son mouvement) et bien entendu, du monstre à débiter en petits morceaux. Les touches n'ayant pas changer d'un iota depuis le premier opus, on retrouvera vite ses marques (et ce n'est pas un mal, car dans les divers épisodes d'Halo par exemple, la config change à chaque fois et c'est très chiant). En plus du coop', la vraie nouveauté c'est que désormais, le BENCH (l'atelier) nous permettra d'améliorer vos armes mais aussi d'en fabriquer de nouvelles ! En ramassant diverses pièces, on pourra (tel un ingénieur... sans blague !) concevoir nos propres pétoires selon un mode opératoire certes assez fermé, mais vraiment très sympa. D'ailleurs nous ne serons pas seuls à chercher les précieux métaux, des "meca-charognards" (sorte de petits robots) nous aideront dans cette tâche. On notera également que désormais, on ne peut porter que 2 armes et que pour éviter de trop transporter de matériel (au risque de vite saturer l'inventaire) toutes les armes utilisent le même type de munitions. Vu les à-côtés assez riches du jeu, ce n'est finalement pas un mal. Par contre vous serez assez surpris de voir qu'à l'instar d'un certain Diablo III, ce nouveau Dead Space se pare d'un système de micro-paiements. En effet, s'il nous manque du matos pour confectionner une arme (car il y a aussi des plans préétablis), on peut se connecter online pour faire un achat immédiat. Certains seront scandalisés mais finalement Visceral Games et Electronic Arts répondent au besoin des moins patients. Car il suffit d'attendre un peu, de ramasser ce dont on a besoin au fil du jeu, pour pouvoir construire l'arme ou l'upgrade qu'on veut. Ce système de micro-paiement ne permet pas d'avoir du meilleur matos, juste de l'avoir tout de suite. Et c'est là qu'ils en profitent pour se faire du fric (mais Blizzard fait pareil, voire même pire !). Maintenant le vrai bémol à tout ça, c'est qu'au début du jeu les armes sont vraiment trop peu puissantes et même une fois qu'on bien compris le système de confection et qu'on a récupéré des pièces aux caractéristiques intéressantes, on ne retrouve plus cette pêche, cette puissance qu'on avait autrefois, où le moindre tir d'un fusil à plasma déchiquetait tout sur son passage. Désormais, et ce malgré des stats de puissance au max, il faut récidiver pour vraiment broyer ses ennemis, ce qui est frustrant, avouons-le (surtout pour le fan de la première heure qui a toujours jubilé d'avoir entre les doigts, les armes les plus puissantes de la galaxie).


Malgré tout,
On est souvent submergé d'ennemis ce qui donne des combats très brouillons ! Et si en plus les armes sont sous-efficaces...
ce principe de "crafting" et d'ingénierie reste une belle nouveauté car au lieu de se cantonner à quelques pétoires, au contraire on fera évoluer son armement au fil de l'aventure, on jouera les Leonard deVinci de la création létale, avec toujours la possibilité d'y adjoindre des MODs qui modifient profondément son comportement (comme passer d'un fusil à pompe à une mitrailleuse, d'un lanceur plasma à un lance-grenades). Enfin, il est presque naturel de retrouver aussi les capacités à upgrader (armure, santé, stase, oxygène, télékinésie) ainsi que les différentes armures. A noter quand même que si l'armure spatiale est super classe et que Carver profite lui aussi d'un superbe design, les autres protections sont super moches ! Evidemment ce n'est qu'un détail, mais après les designs qui claquaient de l'épisode 2, on est forcément surpris. La formule du survival-horror est bien connue : gérer ses effets de surprise, alterner calme-plat et action, et surtout proposer un personnage lent à se mouvoir, afin de se sentir toujours comme pris à la gorge au moindre affrontement. Visceral l'a bien compris, la tuile c'est que si Isaac est toujours aussi lent et pataud (malgré un mouvement d'évitement pas super pratique à utiliser), les ennemis eux, sont plus véloces et acharnés que jamais. Cette soudaine rapidité surprend même, nous obligeant à nous servir constamment de la stase (ralentissement). Et c'est d'autant plus pénible en sachant que nos armes sont bien moins efficaces qu'autrefois et qu'on sera souvent submergé par l'adversité. Etant donné qu'on ne peut toujours pas préparer ses assauts à l'avance (alors qu'on sait pertinemment que le script suivant le déclenchera) avec par exemple des mines ou des pièges, et comme nous sommes toujours confiné dans des espaces exigus, ça occasionne des combats hyper confus (bordéliques ?). Et comme on se fait vite déborder, on se fait donc défoncer par les Necromorphes ! Maintenant ne pensez pas que le jeu soit difficile pour autant (au contraire, il est toujours aussi accessible dans les niveaux de difficulté les plus bas), c'est juste qu'il est un peu frustrant de ne pas avoir les moyens de se défendre correctement, et d'en prendre plein la gueule gratuitement. On notera aussi que la caméra prend un malin plaisir à regarder le ciel (car elle se recale toute seule en marchant droit devant et "monte" trop haut, ce qui est désagréable), on affrontera quelques nouveaux ennemis qui, à l'instar de Resident Evil 6, seront capables de nous tirer dessus (un coup les unitologues, un coup des zombies... zombies qui sont franchement à la mode mais qui commencent à personnellement me sortir par les yeux) et pour se faire, notre brave Isaac devra se mettre à couvert. C'est pas super bien fait mais ça varie un peu le jeu, comme ces piratages (dont un nouveau) ou ces petits puzzles, faciles à déjouer et qui changent un peu du quotidien.


J'ai vaguement évoqué
Graphiquement y'a rien à dire, ça tient très bien la route et certains panoramas forcent la contemplation
le sujet tout à l'heure avec les missions secondaires dédiées au coop', mais sachez qu'il existe l'équivalent en solo. D'ailleurs la durée de vie est encore une fois très bonne (personnellement, il m'a fallu presque 20 heures pour essorer le jeu !), et bien entendu réaliser les missions secondaires, c'est trouver des pièces rares et rallonger une aventure déjà bien au dessus du lot. Si bien sûr on appréciera encore une fois les balades spatiales (avec des maps totalement ouvertes et spacieuses), où on se plaira à chiner des ressources et des munitions (j'hésite entre Iron Man et Astroboy pour ces phases-là :), après il faut reconnaitre que malgré ses qualités et ses nouveautés, Dead Space reste (trop ?) fidèle à lui-même : les mêmes scripts (j'appuie sur un interrupteur, des ennemis débarquent), les mêmes mécaniques de jeu, les mêmes ennemis (même s'il y en a quelques nouveaux)... faut être franc, ça sent un peu la redite. D'ailleurs pas besoin de vous dire qu'on assistera à quelques scènes "oufesques", que les ascenseurs sont toujours aussi longs et ennuyeux (même si le jeu streame ses données en fond) ou encore que l'action prend peu à peu le pas sur l'ambiance. On le sait, un bon survival-horror c'est une recette difficile à appliquer, un dosage minutieux entre ambiance qui nous fait flipper et action nerveuse, voire stressante. Et c'est bien connu, lorsque l'action prend le pas sur l'ambiance, alors ça devient un bête shooter sans âme, voilà pourquoi Resident Evil s'y casse les dents depuis quelques années déjà. Evidemment on peut comprendre Electronic Arts et Visceral Games, qui veulent conquérir le plus large public possible, puisque l'action fait plus vendre que la peur. Seulement ces 2 lascars ont tendance à oublier que si Dead Space en est là aujourd'hui, c'est grâce aux gamers qui ont acheté les 2 premiers jeux, et qui ont adorés "avoir peur" avec. Alors oui, Dead Space 3 est un peu plus porté sur l'action que les 2 autres, cependant pas autant que certains le disent. Je tiens à vous rassurer, l'ambiance est encore un peu là, on fera encore quelques sursauts car il ne faut pas être trop émotif pour jouer à ce jeu. Les ennemis sont particulièrement dégueulasses et agressifs, et le titre sait ménager des temps de pause pour mieux nous surprendre. Alors oui, on aura encore quelques coups de sang. Effectivement l'ambiance hyper angoissante du premier opus est désormais bien loin, mais n'écoutez pas les blasés qui clament à tort que Dead Space a définitivement basculé vers l'action car c'est faux ! Jouez à Resident Evil 6 et vous saurez ce qu'est un jeu qui ne nous lâche pas une seconde !


Finissons en parlant
La qualité du son reste égale à elle même : c'est à dire excellente !
de la réalisation technique, qui est ici d'un excellent niveau. Si bien sûr les intérieurs restent assez crades et finalement peu variés, c'est surtout les extérieurs qui nous en mettent plein les yeux. Dans l'espace ou sur Tau Volantis, nous avons devant nos yeux des panoramas souvent de toute beauté, où la justesse de l'éclairage rend hommage au paysage. Ajoutons à ça un jeu qui tourne admirablement bien, même lors des affrontements contre les boss (souvent gigantesques !), et on en conviendra facilement que la maitrise technique tient superbement la route. Maintenant c'est vrai, sur PC le jeu est un chouia plus beau (surtout grâce à l'anti-aliasing), nous avons des options graphiques très correctes (si, cherchez un peu :) mais on sent bien que le titre a avant tout été conçu pour les consoles. Autant vous le dire, mon PC s'est "promené" avec Dead Space 3, trahissant ainsi ses "origines consoleuses" et prouvant par la même que la conversion est de qualité. On est bien loin du gourmand Far Cry 3, qui a vraiment fait chauffer ma carte vidéo... Le seul petit grief que j'aurai à formuler, c'est que parfois des éléments de décors en fond sont en fait de simples bitmaps. Je trouve incroyable qu'en 2013 les développeurs aient encore recours à ce genre de procédé, en se disant "ça va passer, les joueurs n'y verront que du feu". Même si je l'admets, ce n'est qu'un détail, la réalisation restant l'un des gros points forts du titre, notamment lors de séquences à grand spectacle, assez impressionnantes. Enfin la partie sonore est comme toujours sur cette série, d'une qualité admirable. Le doublage est professionnel, dans le ton (même si Isaac ne parle finalement pas beaucoup et que son doubleur -autrefois Xavier Fagnon- a changé) et les musiques sonnent juste. Toujours angoissantes aux moments où il le faut, posant une bonne ambiance à d'autres, il arrive aussi que lors des vols spatiaux, on y retrouve un petit air d'Alien Le 8e Passager. La grande classe. Quant aux bruitages, ils semblent un peu moins véloces qu'autrefois, mais ils gardent tout de même un sacré punch. Les cris des monstres sont effroyables, et les armes sont dynamiques. En bref, c'est un quasi sans faute.



En conclusion, Note
la démo de Dead Space 3 ne lui rendait pas du tout hommage ! Cette courte session est trompeuse sur l'ambiance et le contenu du jeu. D'ailleurs dans le même ordre d'idée, il faut se méfier des testeurs soi-disant pro et qui ne bandent plus pour rien (des blasés de la vie quoi) et qui sont venus dire que le jeu est axé à 100% sur l'action, que l'atmosphère même du titre est à chier, que Dead Space n'est plus ce qu'il était. Une infime part de ce qu'ils disent est vrai, sur Tau Volantis l'ambiance est assez étrange, lorgnant plus sur Lost Planet que sur l'Ishimura du premier épisode. Maintenant il faut être un tocard et ne rien comprendre aux jeux vidéos pour dire que cette 3e itération des aventures d'Isaac Clarke est un mauvais jeu ou qu'il est à côté de la plaque. Certes au fil des épisodes il baisse (celui-ci étant moins bon que le 2, le 2 étant déjà moins bon que le premier), mais il a encore de beaux restes. Certaines séquences vont vous remuer les sangs, le jeu réserve quelques bonnes surprises, la durée de vie est excellente (avec son gros solo, son coop' bien fichu et même un "new game+" qui fait toujours plaisir) et c'est globalement beau. Après c'est vrai, les Necromorphes ont gagnés en vélocité alors que notre personnage est toujours aussi pataud, les armes manquent de pêche, le scénario est un peu décevant là où justement il y avait matière à faire les choses en grand... Mais contre toute attente, Dead Space n'est pas devenu l'ombre de lui-même en proposant un jeu d'action bête et sans âme, déjà-vu et aussi fade que les mille TPS qu'on a déjà mangé sur cette génération. Je croisais les doigts bien forts, et Visceral a exaucé mon vœu ! Alors pour la dernière fois, si Dead Space 3 est plus proche de l'épisode 2 et qu'il n'est plus un survival-horror pur jus comme fut son ancêtre, il garde malgré tout certaines qualités, ses nouveautés sont pour la plupart bien vues (crafting, confection d'armes, missions facultatives...) et globalement on s'amuse, surtout pour le fan que je suis. Bien sûr il n'est pas parfait et je sais que c'est exactement ça qu'on attend d'un 3e épisode, mais personnellement il m'a régalé et s'en trouve donc bien meilleur que ce que certains en disent. A vous maintenant de faire la part des choses...



Les -

  • La boutique intégrée au jeu : une évolution, vous êtes sûr ?
  • L'ambiance perd encore un peu de chemin au profit de l'action
  • Les armes ont beaucoup perdues en puissance :(
  • Prologue un peu hors sujet
  • Scénario bof-bof
  • Les +

  • L'atelier : une bonne idée au départ
  • L'épisode le plus riche de la trilogie
  • Le coop' n'empiète pas sur le solo
  • Les missions secondaires
  • Une grosse durée de vie
  • Un coop' bien fichu


  • Vidéo-test



    Test réalisé par iiYama

    mars 2013