Dead Rising 2 (PC/X360/PS3)

 






   


Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : septembre 2010
Développeur : Blue Castle Games
Editeur : Capcom
Genre : action

Support : 1 DVD (X360-PC) / 1 Blu-Ray (PS3)
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 8Go (PC) / 1Mo (X360) / 2.9Go (PS3)
Moteur graphique : MT Frameworks 2.0 (Capcom)
Définitions HD : 720p (PS3) - 1080p (X360)
Difficulté :

Compatible Kinect (X360) : non
Compatible Move (PS3) : non
Compatible 3D (consoles) : non
Multi-joueurs : 2 à 4 joueurs online
Prix au lancement : 60€ (consoles) - 40€ (PC)
Score des ventes : 3 Millions (tous supports)


Configuration recommandée (PC) :
CPU : Dual Core 2Ghz
RAM : 1Go
VIDEO : avec 256Mo de VRAM (GeForce 6600 / Radeon HD2400 Pro)

Configuration de test (PC) :
CPU : Intel Core i5-2500 (3.33Ghz)
RAM : 8Go DDR3
VIDEO : GeForce GT 560Ti avec 1024Mo de VRam
OS : Windows 7 (64bits)
Résolution testée : 1680x1050 (16:10)
Niveau de détails :



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Dead Rising 2








Après le talentueux
La scénarisation est encore une fois minimaliste. C'est regrettable
Shinji Mikami (aujourd'hui co-fondateur et producteur pour PlatinumGames), c'est au tour de Keiji Inafune d'être la star chez Capcom. Lui qui a commencé en bas de l'échelle en créant des personnages pour Mega Man, très vite il est devenu producteur sur cette même série (de l'épisode 8 au récent Zero 4). Mais il n'a pas mangé que du petit robot bleu dans sa carrière, il est aussi derrière la trilogie des Onimusha, Zelda : Minish Cap, les derniers épisodes de Mega Man (ZX, ZX Advent, 9 et 10), Resident Evil : Deadly Silence, Resident Evil 4 (lors de son portage PS2) et bien sûr des récentes productions de la boite à savoir Lost Planet, Dead Rising, Street Fighter IV ou encore Ghost Trick. Avec son collègue Jun Takeuchi, ils ont contribués à changer le visage de la marque, notamment en popularisant les jeux d'horreur et en offrant à cette génération de machines, quelques gros titres. Et visiblement Capcom fait encore confiance au bonhomme, qui a quitté la firme pour Blue Castle Games, celui-là même qui a développé ce Dead Rising 2. Un petit mot avant de commencer, il existe 2 DLCs : Case Zero et Case West. Case Zero est un peu le jeu qui a signé la nouvelle tendance, celle de la préquelle mise en vente au format dématérialisé et qui fait office de prologue à l'aventure principale. Ce jeu a été un franc succès, ce qui a incité d'autres développeurs a tenté le coup, mais pas toujours avec la même chance (dans le cas de Dead Space Ignition, ça peut se comprendre). Dans Case Zero on retrouve donc l'actuel héros de Dead Rising 2 (Chuck Greene) ainsi que sa petite fille (Katey) dans une aventure courte (4 à 5 heures) mais dont le prix de 400pts/5€ est tout à fait approprié. Plus dans le fan-service, Case West réunit les héros qu'on a connus dans les 2 épisodes de Dead Rising. Le titre n'est pas anodin, en plus de Chuck on retrouve Franck West (la photographie fait également son grand retour). Cette fois le scénario se cale après les événements de Dead Rising 2, dans un épisode plus cher (800pts/10€) mais pas plus long. Le rapport qualité/prix est donc un peu moindre. Si depuis tout à l'heure je ne parle que de "points", c'est uniquement parce que ces 2 DLCs sont uniquement disponibles sur le Xbox Live de la Xbox 360. Et oui que voulez-vous, quand Microsoft sort son gros chéquier, c'est sa console qui régale et la pauvre PS3 (qui n'a pas non plus gouté aux joies du premier opus, tout comme le PC) fait la gueule, comme oubliée dans son coin.


Au niveau de l'histoire,
Le gameplay n'a pas vraiment changé et ce qui était autrefois pénible, est toujours d'actualité
Dead Rising 2 se déroule 5 ans après les événements du premier opus. Vous l'avez compris, exit Franck West, bonjour Chuck Greene. Ce papa attentionné envers sa fille Katey, ancien champion national de moto-cross, participait à un show un peu malsain : le Terror Is Reality (ou TIR). Pour lui, son unique but était de pouvoir acheter du Zombrex à sa fille, qui malheureusement s'est faite mordre par un zombie (le Zombrex permet de ne pas se transformer), jusqu'au jour où le plateau télévisé sera victime d'un attentat. Un attentat que des psychopathes essaieront de lui coller sur le dos. Le chrono est à nouveau lancé, Chuck à 72 heures pour soigner sa fille (une dose toutes les 24 heures), pour laver son nom et pour s'enfuir avec l'armée. Puisque les autorités n'ont pas été capable de juguler la progression de l'épidémie, qui est en partie né à Santa Cabeza et qui a provoqué la destruction de la ville de Willamette, cette fois la pandémie sévit sur tout les Etats-Unis. De notre côté, le jeu se déroule à Fortune City, un autre Las Vegas. Tout ça c'est bien beau mais une chose est sûre : le développement scénaristique se fera toujours au compte-goutte. Déjà on regrette qu'on n'ait pas un résumé des événements qui se sont déroulés depuis la découverte du virus, puisqu'on commencera d'emblé par le TIR. Ensuite les cut-scènes s'enchaineront mais il n'y aura rien de bien passionnant, ici non plus. A vrai dire, si on omet le contexte, les personnages et les mises à jour, on a vraiment l'impression de jouer au même jeu. C'est un peu navrant et ça se vérifie à bien des étages. Les scènes sont crées de la même manière (c'est-à-dire suffisantes pour poser l'ambiance et dérouler l'histoire mais c'est loin d'atteindre la qualité d'un Resident Evil 5 par exemple), avec notamment des expressions faciales un peu absentes, des animations parfois rigides, et il existe plusieurs fins induites par vos choix. Le jeu dure 6 heures réelles (72 heures fictives) mais comme auparavant, pour tout savoir il faudra explorer les diverses options accessibles. Quand je disais que le jeu était exactement identique, ce n'était pas une blague. Ok la formule a été amélioré mais beaucoup de choses sont restées intactes alors que justement, un gros lifting n'aurait pas fait de mal. Je pense notamment aux dialogues écrits, dont le texte s'efface tout seul, parfois même avant qu'on ait fini de lire. C'est vraiment trop laid d'avoir garder ça, d'autant que ça ne coutait rien de demander d'appuyer sur une touche pour passer à la page suivante.


Pareil, il n'y a toujours
Techniquement, Dead Rising 2 est très bof, tout son charme étant ailleurs. Mais pour la version PC, on regrette en plus un moteur mal optimisé et surtout, une configuration clavier honteusement absente
pas de checkpoint en pleine mission (donc si on meurt on reprend à la dernière sauvegarde, ce qui est chiant), les loadings sont hyper nombreux, relativement longs (surtout au vu du nombre) et on se tape la plupart du temps des musiques d'ascenseur/supermarché/aéroport (au choix). Après c'est sûr, Dead Rising reste pareil à lui-même avec un bon customing de son personnage (dessouder du zombie en caleçon ou en armure d'Arthur de Ghouls & Ghosts, c'est irrésistible), on peut fabriquer les armes les plus loufoques ou les plus efficaces qui soit (un bâton avec 2 tronçonneuses aux bouts, mettre des clous à sa batte en bois...), tout ça en vue d'abattre des zombies à la pelle, de faire une tuerie quasi industrielle. Au niveau des bonus, le jeu dispose d'un mode multi-joueurs, le TIR lui-même, ainsi que la possibilité de jouer à 2 en coop'. Un coop' qui malheureusement se déroulera uniquement online (il serait temps que les bonnes vieilles options de mode 2 joueurs off-line reviennent à la mode car ça devient pénible cette manie qu'ils ont tous à nous pousser vers le online). Techniquement, si le MT Frameworks est né avec Dead Rising, cette suite profite de sa version 2.0, qui sévie déjà sur Lost Planet². A titre d'information, Devil May Cry 4 utilise la version 1.3 et Resident Evil 5, la version 1.4. Or tous 2 sont bien plus beaux et bien mieux animés que Dead Rising 2. Certes le moteur gère beaucoup de sprites simultanément, mais question graphismes, on est loin de la claque visuelle. Maintenant pour ce qui est de la version PC, il est clair que les testeurs ne font pas leur travail d'investigation. En effet, sur PC on se farcit encore une fois cette chiotte de Games for Windows Live, et par conséquent le jeu ne prend en charge que le pad Xbox 360. Mais le pire n'est pas là. En effet, si on ne joue qu'au clavier et à la souris, il vous sera impossible de configurer les touches du clavier ! Mais comment est-ce possible ? Comment peut-on sortir un jeu sur ordinateur, sans que cette option au demeurant indispensable, ne soit incluse ? Et on ajoutera à ça que le moteur graphique est particulièrement mal optimisé. Vous aurez beau baisser la résolution, téléchargez de nouveaux drivers pour votre carte vidéo, baisser les options... rien n'y fait : ça saccade très souvent, ça ralentie, voire même ça plante. Sur un PC où je fais tourner les derniers jeux au max (comme Dead Space 2, Battlefield 3, Crysis 2 ou RAGE), autant vous dire que c'est bien ce titre qui n'est pas du tout optimisé et que les versions consoles ont clairement été développées en priorité. Bref, cette version mérite un gros carton rouge, en espérant que des correctifs viennent régler ces désagréments.



Si à l'origine Note
on prenait Dead Rising pour le parent pauvre de Resident Evil, il est clair que Capcom avait vu juste. Fini le temps où les zombies nous faisaient peurs, désormais ils sont innombrables, affamés et servent de chair à canon au service du fun. On l'a bien vu dans RE5, qui ne fait plus du tout peur, ou dans Left 4 Dead. Sorte de parodie, de jeu d'horreur façon grand n'importe quoi, Dead Rising 2 suit les traces de son aïeul avec un peu trop de fidélité. C'est au point que le jeu a été construit sur les mêmes bases, presque en se disant qu'ils ont uniquement modifiés les graphismes. J'exagère mais l'idée est là : à part 3 saves au lieu d'une, les nouvelles armes (dont les combinaisons), un jeu un peu mieux ficelé, quelques mises à jour (et encore pas à tous les niveaux, dont certains agacent fortement), finalement on a quoi ? Un jeu au frame-rate inconstant, des graphismes pas top qualité (même si on le sait, la qualité d'un jeu ce n'est pas que ça), des animations encore un peu raides, le même type de construction scénaristique, des loadings à répétition, des missions souvent chiantes, un découpage de l'aventure pas terrible et déjà vu... bref un titre qui ne surprend même plus ! Alors oui, ce nouvel opus est un peu meilleur mais après plus de 4 ans d'attente, on en attendait plus de cette suite et il me semble que c'était légitime.



Les -

  • Pas de configuration des touches
    sur PC, c'est minable
  • Mise en scène et scénario bof bof
  • Le texte défile ENCORE tout seul
  • Encore beaucoup de missions
    chiantes
  • Toujours pas de checkpoints
  • 2 joueurs en coop'... mais
    uniquement online
  • Beaucoup de loadings,
    longs en plus...
  • Les +

  • Customisation sympathique du personnage
  • Conception des armes les plus loufoques
  • Plusieurs fins possibles
  • C'est fun à jouer


  • Test réalisé par iiYama

    janvier 2012