Crysis 3 (PC/X360/PS3)

 






Cliquez pour agrandir

   


Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image (consoles)
L'image (PC)
Le son
Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : février 2013
Développeur : Crytek
Editeur : Electronic Arts
Genre : FPS

Version testée : Française
Version logicielle : 1.2
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Support : DVD (X360-PC) / Blu-Ray (PS3)
Espace disque nécessaire : 17Go (PC) / 5Mo (X360) / 2.5Go (PS3)
Moteur graphique : CryENGINE 3
Définition HD max (consoles) : 1080p
Compatible 3D (consoles) : oui

Difficulté :
Compatible Kinect (X360) : non
Compatible Move (PS3) : non
Multi-joueurs : 16 joueurs online (PC) / 12 joueurs online (consoles)
Prix au lancement : 55€ (PC) / 70€ (consoles)
Score des ventes : 2.3 Millions (tous supports)

Configuration recommandée (PC) :
CPU : Quad Core 3Ghz
RAM : 4Go
VIDEO : avec 1024Mo de VRAM (type GeForce GTX 560 / Radeon HD5870)

Configuration de test (PC) :
CPU : Intel Core i5-2500 (3.33Ghz)
RAM : 8Go DDR3
VIDEO : GeForce GT 560Ti avec 1024Mo de VRam
OS : Windows 7 (64bits)
Résolution testée : 1680x1050 (16:10)
Niveau de détails : très haut



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Crysis 3








Vous l'avez
Le scénario est un peu capilotracté mais Crytek n'a jamais fait de grandes histoires. Par contre ils comblent les vides laissés entre Crysis et Crysis 2, et ça c'est bien
sûrement remarqué, bien souvent je m'insurge, je brasse de l'air, je gueule un bon coup contre les injustices et les trucs invraisemblables qui se passent dans le jeu vidéo. Bien souvent je prends la défense des causes perdues et me pose en pilier envers et contre ceux qui descendent en flammes des jeux qui ne méritent pas tant de haine... Ça je l'ai déjà écris, c'était dans le test d'Aliens Colonial Marines, ou plutôt devrais-je dire le mauvais Aliens Colonial Marines. Avec Crysis 3, malgré des défauts assez flagrants qui peuvent nuire à l'expérience qu'offre le jeu, il faut quand même reconnaitre qu'une telle intro est déjà plus justifiée. Pourquoi la presse s'est-elle évertuée à notifier chaque défaut, sans jamais vraiment appuyer sur les qualités ? L'objectivité est certes une notion très abstraite, très floue, mais la presse semble vouloir axer nos choix, nos besoins, nos désirs, vers ce qui lui plait à elle et uniquement à elle. C'est ainsi que le matraquage médiatique fait que les plus faibles achètent des albums absolument merdiques et vont voir de pures daubes françaises au cinéma. Tels des moutons lobotomisés, ils aimeraient plier nos gouts à leur bon vouloir, voilà aussi pourquoi je fais de moins en moins confiance à cette presse asservie par les grands éditeurs qui leur graissent sans doute la patte. Bref, passons puisque de toute façon, nous n'avons pas les armes pour lutter contre toute cette fumisterie, de notre hauteur nous ne pouvons que vous donner un avis alternatif et on l'espère, plus objectif que le leur. Sorti en novembre 2007 le premier Crysis est longtemps resté la grosse référence graphique d'un PC très avance sur son temps. Entre temps sorti sur consoles de 7e génération au prix de quelques concessions (mais pas tant que ça, finalement le jeu étant très beau sur ces supports autrefois jugés trop peu performants), c'est en mars 2011 que sort enfin sa suite directe. Une séquelle qui en un sens, aura pas mal déçue et ce pour 2 raisons principales : un scénario beaucoup trop éloigné du premier épisode (à peu de choses près, sans la nano-combinaison, c'était un tout autre jeu !) et une aventure trop linéaire, trop éloignée de la luxuriante jungle d'autrefois. Crytek ayant visiblement compris son erreur, a fait de nouvelles promesses pour cette 3e itération : un scénario mieux ficelé, un salvateur retour aux sources niveau ambiance et même quelques nouveautés. A ça s'ajoute la promesse d'une nouvelle claque graphique et il n'en fallait pas plus pour que je trépigne d'impatience !


Nous voilà donc en 2047,
Qu'il ait souffert et qu'il n'ait plus de combi n'y change rien : Psycho n'a plus la même gueule, ni la même voix, ni le même comportement. Bref, c'est pas Psycho !
quelques 24 ans après les événements de Crysis 2. Le soldat AlCatraz est devenu le nouveau visage de Prophet mais il s'est fait capturer par le CELL. Ça, comment s'est arrivé, vous ne le saurez pas ! C'est dommage mais c'est comme ça, Crytek n'est pas un grand spécialiste des scénarios fouillés. Maintenant il faut savoir que le CELL a quasiment la mainmise sur le monde, ils contrôlent tout ! Et pour juguler l'invasion alien qui se déroulait à New-York, ainsi que son étrange virus, ils n'ont rien trouvés de mieux que de construire un immense dôme qui met la ville sous cloche. Après tant d'années, le dôme abrite une ville restée à l'état de ruines et la végétation a repris ses droits. De son côté Prophet sera libéré par un vieil ami : Psycho (le héros de Crysis Warhead, même si dans les faits... les 2 hommes ne se connaissent pas). Si Psycho et sa bande de mercenaires en sous-effectif ont un but, Prophet lui a eu une vision : celle de la destruction de toute vie sur Terre, à cause de l'Alpha-Ceph, l'organisme qui contrôle l'armée d'invasion alien. Tout ça donne bien envie mais des questions se posent. Revoir Psycho est bien marrant mais déjà il n'a plus du tout la même gueule (et le fait d'avoir perdu sa combi n'y change rien), ni la même attitude, ni la même voix. Bref, c'est un étranger, loin du gars qu'on a connu dans Crysis et dans Crysis Warhead. De plus, je suis un peu déçu qu'une fois encore on n'ait aucune nouvelle de Nomad, le héros du premier épisode. Alors ce scénario, une déception ? Je vais être franc avec vous, chers lecteurs, moi j'ai apprécié le fond de l'histoire. Et tout est là : si on prend le temps de jouer plus infiltration que bourrin, forcément la durée de vie n'en est que meilleure, et si en plus on s'amuse à chiner chaque info, on en apprend plus sur la trame de fond. En effet, en récoltant des datapads, qui nous offrent soit des messages audio soit du texte, le fond se dévoile agréablement. Et je vais vous dire mieux, Crytek arrive même à combler les vides laissés entre les 2 premiers opus et à répondre à certaines questions laissées en suspend (exemple : pourquoi les aliens ont-ils changés de forme !). Le jeu se permet en plus de nous offrir une intro magnifique qui, à la fois, résume les événements précédents, et introduit admirablement la menace que représente l'Alpha-Ceph. Ensuite, en plein jeu, nous aurons des cut-scènes gérées en temps réel où la synchro labiale est un peu la rue mais déjà meilleure que dans la plupart des jeux, et où nous aurons droit de temps en temps à des séquences assez oufesques, comme le veut la tradition des FPS actuels. Ajoutons que si la mise en scène est parfois maladroite et mal jouée, difficile de ne pas être impressionné par des modélisations (surtout les visages) particulièrement réussies.


Avant de commencer
Le didacticiel nous rappelle les Missions VR de Metal Gear Solid. Sympa :)
le jeu, profitez-en pour faire un petit tour dans le didacticiel. Sous des airs de Mission VR tout droit sorties de Metal Gear Solid, c'est un bon moyen de se remettre à la page, notamment sur les fonctions avancées de la nanocombi 2.0. La nanocombi justement, est toujours présente... car sans elle, il n'y a plus vraiment de Crysis. Et beaucoup osent dire qu'elle est trop performante. Sérieux, parfois on croit rêver ! Si la combi ne valait pas mieux qu'un simple gadget, ces mêmes blasés auraient dit qu'elle ne sert à rien. Personnellement, je trouve que justement la combi apporte un gros plus aux Crysis, à son ambiance et à son gameplay. Et c'est le fait de vous sentir surpuissant qui vous gêne ? Mais moi je dis heureusement, car sans ça, à quoi bon la porter ?!! Se sentir comme un Dieu est justement le but recherché de porter un tel équipement, car si c'est pour jouer un troufion lambda sans aucun pouvoir, autant jouer à Call of Duty ! Toujours pensé pour les consoles et leur pad (et donc, pour peu de touches), on retrouve les mêmes fonctions que dans les autres opus, à savoir que la "force maximum" et la "vitesse maximum" s'enclenche automatiquement. Il ne reste plus qu'à jongler entre le "camouflage optique" et "l'armure maximum". Maintenant que Prophet a assimilé l'ADN des Ceph, on n'aura plus besoin de récupérer des nanites sur leurs cadavres, mais on pourra toujours upgrader certaines compétences (plus d'armure, un meilleur camouflage, courir plus vite, plus longtemps, avoir plus de force, etc...). Idem, on retrouve la personnalisation des armes à feu : lunette de visée, silencieux, poignée tactique... ce qui permet d'appréhender au mieux les zones. En parlant d'armes, l'arc est à la mode (il suffit de voir le nouveau Tomb Raider) et ce qu'on pourrait prendre pour un objet létal mais archaïque, trouve ici une réelle utilité. Certes il est un peu poussif tellement il a la patate, mais c'est surtout la seule arme qui permet de rester 100% furtif. Lui aussi peut être personnalisé, avec des flèches plus exotiques que celles d'origine (électriques, incendiaires et explosives). Si bien sûr on retrouve les très puissants calibre 50 qu'on pourra détacher de leur trépied, on a aussi à disposition des armes aliens très puissantes. On notera par ailleurs qu'une fois encore, Crytek sait nous offrir de bonnes sensations de jeu, avec entre autre un feeling des armes assez extra (d'ailleurs, certaines ont un design très original !). On n'a pas un jouet en plastique entre les doigts, et ça se sent !


Grâce à la jolie
Le gameplay se veut toujours aussi agréable et heureusement que la nano-combi est surpuissante (force, protection, camouflage) sinon à quoi bon en avoir une ?!! Oo?
pirouette scénaristique du développeur, qui consiste à placer New-York sous un dôme (ce qui est franchement débile mais passons...), Crytek a pu revenir aux sources de sa licence. Comme déjà évoqué, la végétation a repris ses droits (il y a également quelques animaux sauvages) et surtout, on nous propose des maps nettement plus ouvertes que dans un Crysis 2 hautement linéaire. Certes on n'a toujours pas droit à un vrai jeu open-world (pour ça il faut regarder du côté de Far Cry 3) mais on ne râlera pas sur la taille assez sympathique des zones de combat (sur la fin du jeu, nous avons même un immense champ de bataille entièrement ouvert !). Ainsi on peut vraiment aborder les affrontements comme on le souhaite. Si bien sûr l'infiltration est plus gratifiante, plus jubilatoire, l'attaque de front est également envisageable. En bref Crytek a fait de son mieux pour qu'on retrouve les sensations du premier épisode et je trouve que c'est réussi (car ceux qui disent que le premier Crysis était totalement ouvert, n'ont pas dû y jouer depuis longtemps). Enfin la nano-vision s'enrichit et nous facilite grandement la vie. Elle permet "checker" chaque cible pour ne plus les perdre de vue (pareil pour les munitions et objets digne d'intérêt comme les upgrades), elle propose toujours une vision infra-rouge assez inutile et petite nouveauté, elle permet désormais de réaliser des piratages. Via un mini-jeu proche du QTE, il est alors possible de retourner les tourelles contre les ennemis, de désactiver des mines ou même d'ouvrir un loquet de porte. Là aussi on peut dire que la fonction est un peu abusée tant elle facilite l'aventure, mais un conseil aux PGM : jouez dans les plus hauts niveaux de difficulté, et laissez-nous apprécier d'être (une fois n'est pas coutume) une machine de guerre dernier cri à qui personne ne résiste. Sachez tout de même que la durée de vie est directement liée à votre façon d'entreprendre le jeu. En jouant la carte de l'infiltration, en réalisant les missions annexes et en explorant la zone, c'est sûr, l'aventure sera nettement plus longue. Maintenant si vous faites comme tous ces blasés qui hurlent au scandale parce qu'ils ont fini le jeu en 6h à peine, tout ça parce que vous "rushez" comme des porcs, comprenez bien que vos arguments ne tiennent pas. J'ai personnellement mis 8h30 pour en venir à bout. C'est pas que je suis nul, j'ai juste profité du jeu. Il faut prendre le temps de s'imprégner de l'ambiance et ceux qui disent encore une fois que le rythme est haché, n'ont encore rien compris à Crysis. Rejouez au premier épisode, rejouez au second, vous verrez qu'à chaque fois l'aventure alterne calme-plats et zones de combats, des combats qui n'ont d'ailleurs jamais été d'une intensité folle. Encore une fois, il faut arrêter de confondre Crysis et Call of Duty les enfants...


Par contre il est
Encore une fois, on a un très bon feeling sur les armes mais il est dommage que l'IA nous gache un peu le plaisir de l'infiltration
un sujet sur lequel je rejoins tous ceux qui y ont jouer : l'IA. Une IA particulièrement merdique, prompt à nous gâcher tout plaisir car les ennemis nous calculent même lorsqu'il est impossible de nous voir !! Il suffit de sortir du mode camouflage, pour qu'un mec de dos (!) se retourne et nous calcule en une demi-seconde. Et là, on se remet en mode camouflage, il ne nous voit plus et abandonne les recherches. C'est complètement débile !! C'est à croire que les mecs ont des yeux derrière la tête et qu'ils réagissent plus vite qu'un robot. Après l'IA n'est pas tellement agressive, elle est même franchement bête. Pire, les ennemis abusent des grenades et c'est vraiment très chiant. Même les Cephs en ont ! Si c'est pas crétin ça ! Au niveau du son, comme toujours nous avons des bruitages particulièrement puissants, donnant une pêche rare aux armes et aux explosions. De son côté le doublage français est correct, même si encore une fois, je regrette que le jeu soit inutilement vulgaire. Mais bon, on ne peut pas demander à des mercenaires d'être intelligents pas vrai ? Maintenant on appréciera un AlCatraz/Prophet nettement plus loquace (en fait il parle tout simplement !) et quelques voix connues du métier, notamment celle d'Anne Rochant, qui prête sa voix à Myrrha, la Reine Locuste dans Gears of War. Quant aux musiques, autrefois signées d'un Hans Zimmer qu'on a connu plus ambitieux, elles sont désormais composées par le duo Borislav Slavov et Peter Antovszki, 2 inconnus au bataillon, sans doute venus d'Europe de l'Est. Et entre nous, les musiques collent bien au jeu, que ce soit dans les moments calmes (en posant une ambiance somme-toute particulière) comme dans les échauffourées. Mieux encore, dans les menus (ou lorsqu'on récolte un document) nous avons de très jolies mélopées au piano. Comme quoi, sans être connu, on peut faire mieux qu'Hans Zimmer.


Terminons par
Crysis 3 est une nouvelle référence graphique car il est absolument splendide ! On profite même de musiques mieux calibrées que dans Crysis 2
la réalisation graphique, qui atteint une fois encore, le summum de ce que peuvent donner nos machines actuelles. Si bien sûr le jeu est déjà une franche réussite sur consoles, c'est surtout sur PC qu'il révèle son vrai visage. Attention toutefois à bien le mettre à jour car dans les versions 1.0 et 1.1, les plantages sont récurrents. Car le jeu est optimisé pour les cartes vidéos AMD, donc si vous avez une carte nVidia, la mise à jour 1.2 risque de vite devenir indispensable ! Bien entendu on retrouve la bonne vieille formule du briefing avec son loading en tache de fond (c'est sympa et tellement plus agréable qu'un écran fixe) et surtout, surtout un CryENGINE 3 très en forme ! Si encore Crysis 2 n'avait pas plus impressionné que ça, notamment parce que le décor urbain ne permet pas d'étaler tant de prouesses que ça, dans cet ultime volet il en est tout autre. Déjà évoqué, les modélisations sont sublimes (surtout les visages : hyper détaillés !) mais c'est surtout qu'on a désormais une architecture plus variée, passant d'un barrage aux ruines d'une ville méconnaissable, d'une végétation luxuriante à des marécages. Complètement optimisé pour DirectX 11 (sur PC), le jeu nous étale tout le savoir-faire d'un développeur qui mise énormément sur la qualité graphique de ses jeux... je l'admets, un peu au détriment du reste. C'est super beau, c'est coloré, les textures sont hyper détaillées, la gestion de la physique n'est pas mauvaise du tout, les halos de lumière, la gestion des particules, la tesselation qui donne du volume... bref, on en prend plein la gueule ! Il suffit de se lancer dans l'aventure et de faire le tout premier niveau pour déjà être impressionné. Et encore je vous parle là de mon expérience personnelle alors que je n'ai pas pu profiter de ces performances au maximum de leurs capacités, mon PC ne pouvant suivre le rythme. Ainsi Crysis 3 fut avant tout développé pour le PC pour ensuite être adapté aux consoles, et non l'inverse comme c'est souvent le cas. Il est donc la nouvelle référence du gros graphisme chiadé, celui-là même qui va mettre à genoux votre grosse carte graphique et votre CPU de dernière génération.



Je l'admets volontiers, Note
Crysis 3 a un certain nombre de défauts, parfois bien relou. Une durée de vie un peu faible en solo (j'en n'ai pas parlé mais le multi allie quelques originalités à beaucoup de classicisme, même si la formule fonctionne bien), un scénario un peu capilotracté et surtout une IA qui nous pourrit un peu la vie, alors qu'elle est d'une bêtise sans nom. Pourtant j'ai bien aimé que le développeur allemand ait cherché à apporter quelques réponses, techniquement le jeu envoie du très très lourd, la partie sonore est aussi de bonne qualité, le gameplay est toujours super efficace et que ceux qui trouvent que la nanocombi est abusée, qu'elle nous offre trop de puissance, qu'ils aillent jouer à n'importe quel FPS et qu'ils nous laissent kiffer d'être pour une fois, un surhomme. Et puis Crysis 3 signe aussi la fin d'une époque, la fin d'une génération, la fin d'une trilogie. Sans doute que pour la génération suivante, ils vont passer à autre chose et nous proposer une fois encore, les plus beaux et impressionnants jeux de leurs temps. Mais avant d'en arriver là, si ce 3e opus n'est pas le meilleur FPS auquel j'ai joué, il est loin d'être aussi mauvais et insipide que certains le prétendent. C'est même à se demander comment ils en sont arriver de telles conclusions... Car pour moi c'est un bon titre, bien fichu et bien réalisé (pour tout vous dire, le préfère même à Crysis 2 !) même s'il est vrai que venant de Crytek et avec un tel pédigrée, on en attendait peut-être plus. En attendant c'est très beau (oui même sur consoles) et c'est fun à jouer. Personnellement, c'est ce que j'attends de tout jeux vidéo que je teste et Crysis 3 remplit bien son contrat. Point final.



Les -

  • Une IA débile qui nous gâche le plaisir de jouer en infiltration
  • Scénario un peu bidon, certes...
  • Un peu facile, certes...
  • Un peu court, certes aussi ...
  • Les +

  • La NanoCombi est abusée ? Et alors, moi je kiffe ça ! :)
  • C'est vraiment très beau (surtout sur PC !)
  • Un boss final épique et une fin sympa
  • Une excellente partie sonore
  • La qualité des modélisations
  • Très bon feeling des armes
  • Superbe intro !




  • Test réalisé par iiYama

    juillet 2013