Contrast (X360/PS3)

 





 


Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : novembre 2013
Développeur : Compulsion Games
Editeur : Focus Home Interactive
Genre : plate-formes / puzzles

Version testée : Française
Version logicielle : 1.0
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Support : en téléchargement sur XLA et PSN
Espace disque nécessaire : 974Mo (X360) / 860Mo (PS3)
Moteur graphique : Unreal Engine 3
Définitions HD max : 720p (PS3)
Compatible 3D : non

Difficulté :
Compatible Kinect (X360) : non
Compatible Move (PS3) : non
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 15€


Aussi disponible sur :



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Contrast








Contrast
L'histoire aurait pu être sympa mais on y accroche pas. Mise en scène bof-bof, dialogues bof-bof...
est l'un des premiers projets de la désormais célèbre Steam Greenlight, même si le jeu ne se cantonne pas au PC, puisqu'il est également sorti sur le XLA de la Xbox 360 et sur le PSN de la PS3 et de la PS4. Contrast est un jeu de plate-formes et de puzzles, dans lequel vous passez en un clin d’œil d’un monde presque ouvert en 3D, à un univers d’ombres en 2D. On y joue Dawn, l’amie imaginaire d’une petite fille nommée Didi. Ensemble, elles vont plonger dans l’ambiance onirique et surréaliste des années 20, inspiré par le vaudeville (comédie fondée sur le drolatique de situation) et le film noir, le tout dans une ambiance de vieux Paris. Bref, l'idée de départ était très séduisante et forcément, on était assez impatient de voir ce qu'aller donner ce titre Indé. On lance sa partie, et très vite on s'aperçoit qu'on va nager en plein imaginaire, puisque les parents de Didi (comme les autres protagonistes d'ailleurs) sont tous fait d'ombres. Finalement seules Didi et Dawn ont "du volume". Malheureusement, on remarquera immédiatement que les modélisations, volontairement fantaisistes, sont taillées à la scie-sauteuse, qu'en parlant les PNJs/ombres ne se donnent pas la peine d'ouvrir la bouche, en clair, que la mise en scène a été un peu bâclée. Plus grave, on ne s'attache pas du tout au personnage et le scénario est inintéressant de bout en bout.


Ajoutons à
Le concept est original, c'est indéniable ! Mais on subit de gros problèmes de caméra, de collisions, des bugs plus une jouabilité imprécise qui rendent l'aventure moins agréable qu'escompté
ça un doublage de qualité entre moyenne et basse, où la voix du Professeur Layton (Martial Leminoux) n'y change strictement rien, rendant les dialogues loin d'être appréciables, et les cut-scènes vite agaçantes. Comme on parle ici d'un jeu dématérialisé, qui a le bon gout d'être doublé en français, on fera abstraction de tout ça, en se disant que si le gameplay assure, le jeu sera sauvé. En un sens, c'est un peu le cas. En effet, d'une simple touche, Dawn peut devenir sa propre ombre et ainsi profiter de la moindre projection, pour traverser des passages autrement inaccessibles. D'ailleurs on jouera beaucoup sur les effets d'ombres, afin de se créer des passerelles de fortune en déplaçant par exemple une source lumineuse. Dawn est aussi capable de réaliser une projection, qui détruira des installations fragiles (comme des barricades) et au passage, il faudra explorer les lieux, afin de trouver les orbes de lumière, qui peuvent parfois être exigées pour alimenter un projecteur (et donc, ouvrir la suite du niveau). Il faut bien le reconnaitre, cette alternance de jeu 3D en monde pseudo ouvert où on navigue librement, et ce monde fait d'ombre où on évolue en 2D, est vraiment ingénieux. D'ailleurs quelques brillantes idées (sans jeu de mots ^^) viennent pimenter l'avancée de l'aventure, et donner un peu de sel à ce "puzzle plate-former" au fond très classique.


Car c'est un fait,
Le design est plutôt réussi et les graphismes sont travaillés. Restent des animations un peu ratées...
les énigmes sont très simples mais le principal défaut du titre, c'est bien sa durée de vie. Les plus doués et pressés, mettront à peine plus de 2 heures pour en voir l'épilogue (comptez 3 heures en moyenne pour un joueur lambda, 3h30 en fouinant partout) et à 15€, le ratio durée/prix ne porte pas en sa faveur. Le plus gênant étant qu'en plus, le jeu est vraiment bugué, la jouabilité est très imprécise, trop sensible, on a quelques soucis de collisions (surtout en mode ombre), des problèmes de caméra à recaler sans cesse… en gros Contrast accuse un gros manque de finitions, comme ce personnage qui se "cogne" partout et monte arbitrairement sur tout ce qui dépasse ! C'est vite pénible… Alors sans doute qu'il fut sorti un peu à la hâte, histoire de profiter de la sortie de la PS4 pour voir le jour sur tous les supports simultanément, maintenant il est clair que le titre des p'tits gars de Compulsion Games, n'est vraiment pas agréable à jouer. Les musiques, très axé sur des airs jazzy, sont sympas et donnent une atmosphère sympathique à l'aventure. Pourtant il est vraiment dommage que les lieux soient toujours aussi vides. Fonctionnant sous Unreal Engine 3, les versions 360/PS3 sont jolies mais restent dans le cadre des productions dématérialisées de ces dernières années. Le design est vraiment bon, mais ne plaira à coup sûr, car si les décors sont jolis dans l'ensemble, comme évoqué les modélisations sont vilaines, et à ça s'ajoutent des animations tout sauf fluides.



Contrast Note
partait d'une idée simple et accrocheuse : alterner gameplay 3D et ouvert (bien que le parcours soit malgré tout imposé) et gameplay 2D basé sur les effets d'ombres. Une idée ingénieuse et la plupart du temps, bien mise en œuvre. L'univers proposé est également accrocheur, voire même poétique pour certains, car il est vrai que cette ambiance des années 20, avec cette bande-son jazzy, nous transporte assez vite. Seulement la magie retombe bien vite, à cause de ce scénario mal fagoté et pas vraiment intéressant, de cette jouabilité exécrable, imprécise, de ce personnage qui monte sur tout ce qui dépasse et de ces bugs (surtout de collisions). Au final, ce qui aurait pu être un très bon jeu, pêche par un sérieux manque de finitions, faisant de Contrast un titre vite lassant malgré sa (très) faible durée de vie et des puzzles simplistes mais pas désagréables. Dommage, les idées étaient bonnes et séduisantes…



Les -

  • Des soucis de jouabilité, de précision, de caméra...
  • Manque franchement de finitions
  • Scénario qui n'accroche pas
  • Mise en scène baclée
  • Vraiment trop court
  • Doublage moyen
  • Les +

  • D'agréables puzzles basés sur les ombres
  • Plutôt joli dans l'ensemble
  • Doublé en français


  • Test réalisé par iiYama

    janvier 2014