Castlevania: Lords of Shadow 2 (PC/PS3/X360)

 





Cliquez pour agrandir

   


Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : février 2014
Développeur : Mercury Steam Entertainment
Editeur : Konami
Genre : beat-them-all / aventure

Version testée : Française
Doublage : US
Textes à l'écran : FR

Support : 1 DVD (X360-PC) / 1 Blu-Ray (PS3)
Espace disque nécessaire : 10Go (PC)
Moteur graphique : Mercury Engine 2
Définitions HD max (consoles) : 1080p
Compatible 3D (consoles) : non

Difficulté :
Compatible Kinect (X360) : non
Compatible Move (PS3) : non
Multi-joueurs : non
Abréviation : Castlevania LOS2
Prix au lancement : 40€ (PC) / 60€ (consoles)


Configuration recommandée (PC) :
CPU : Quad Core 2Ghz
RAM : 4Go
VIDEO : avec 1024Mo de VRAM


Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Castlevania

Lords of Shadow 2


Après de longs, de très longs mois d'attente et de frustration face à la fin du très bon Castlevania Lords of Shadow, j'ai pu jouer à sa suite du même nom accolé d'un 2. Ca a dû être pire pour les joueurs achetant leurs jeux aussitôt, puisque l’attente aura duré 4 ans.


Spoil ! (ouvrez que si vous connaissez la fin du premier opus) : cliquez pour ouvrir


Si le scénario
Artistiquement parlant, difficile de le nier : c'est superbe !
du 1 était riche et allait de rebondissements en rebondissements, au point de marquer joueurs fan ou lambdas, celui de Castlevania Lord of Shadow 2 l'est beaucoup moins. De plus, il faut bien comprendre qu'on évolue dans le présent, dans la ville de Castlevania, mais aussi dans un espèce de monde parallèle, dans le passé, au château de Dracula. Dans la ville on rencontrera des bêtes mais aussi et surtout des nouveaux personnages : les enfants de Satan. Raisa, aussi stylée humaine que transformée et Nergal, bien travaillé, humain mais une transformation pas très recherchée via des statues.
Ce n'est pas que la ville ne soit pas intéressante, car elle est vaste, on la parcourt de haut (sur les toits) en bas (égouts). Non c'est plutôt qu'elle n'est pas aussi attractive que le château. De plus, même si cela n'est pas fait exprès, le château est mis en avant. Par exemple, les boss on les pulvérise au château car ils y deviennent plus faibles. Il y a plus d'histoire, de vécu et de cinématiques dans le château. C'est là qu'il y a Marie, Trévor, Chupacabra, Carmilla et bien d'autres... En fin de compte, en ville on a Zobek, son larbin lieutenant, Victor Belmont pour quelques instants et les acolytes Raisa, Nergal et Guido.
Niveau capacités, on utilisera le même style de pouvoirs que dans LOS 1 mais adaptés à un vampire : la croix qui se déployait en chaine est désormais un gant de sang métamorphe qui se déploie en fouet. L'épée du Néant qui régénère notre vie au corps à corps et glace ennemis ou liquide à distance. Les griffes du Chaos qui désintègrent les armures, boucliers des ennemis et envoie des boules de feu à distance, remplacent quant à elles la magie de La Lumière (qui avait les mêmes spécificités) et de L'Ombre (qui augmentait les dégâts). Fini les trucs gentillets, maintenant on balance des dagues de l'ombre, des chauves-souris, on se transforme en brume et en rat. Et puis pour bien exploiter le vampire, on peut gagner quelques points de vie en achevant les ennemis pour leur sucer le sang ou retirer leur cœur. Tiens, vous noterez que boire le sang de ses ennemis et se transformer en brume pour passer au travers des grilles, étaient des capacités de Laura… jouable dans le DLC.


Si le premier
Si les boss sont presque tous épiques, toute l'aventure ne garde pas le même rythme
opus était un peu trash, celui la l'est bien plus, parfois digne d'un God of War. Bah quoi? C'est Dracula, il n'est pas là pour faire du macramé avec Tata Odette. Ma mère m'a vue joué vite fait. Elle m'a demandé si c'était un gentil ou un méchant. Je lui ai donc répondu "un méchant, c'est Dracula !" ce à quoi elle me répondit "Ah il est beau pour un Dracula" et je suis bien d'accord avec elle. Gabriel n'avait pas ce charme, mais ça, c'est normal puisque les vampires sont "beaux et séducteurs". Encore une fois, les aspects du vampire sont donc bien travaillés. Notre héros, (bé oui, il en est tout de même un... car même si il va tuer Satan pour des fins personnelles, il aidera au final l'humanité) est toujours aussi maniable. La pléiade de combos reprend les bases du 1, à la seule différence que nos 3 armes de base (fouet, épée et gant) peuvent augmenter de niveau en développant un arbre de compétences, puis en réalisant un certain nombre de fois les attaques et combos. Une fois remplis de rouge, vous pourrez transférer le volume de sang pour upgrader le niveau de l'arme qui correspond.
Revenons-en aux pouvoirs de brume et de transformation en rat, qui impliquent des phases d'infiltration. Contrairement à d'autres (qui pénalisent fortement ce jeu à cause de ces phases), moi ça ne m'a pas gêné dans le sens où ça fait du bien de ne pas faire que taper, taper, taper. Moi ce qui m'a vraiment gêné, c'est que pratiquement jamais je ne me suis sentie toute puissante avec mes méga-pouvoirs ou des capacités alors que nous somme LE Seigneur des Ténèbres. Le seul et unique Dracula. Ensuite, je n'ai pas trouvé la difficulté changé par rapport au 1. Ok les boss sont plus faciles, mais ici les ennemis qui rôdent sont bien plus chiants à tuer ! Franchement, le fait de ne faire aucun dégâts (car les ennemis sont en armure et implique de d'abord briser leur protection avec Les griffes du Chaos) c'est frustrant. Après je conçois que sans ça, le jeu serait trop facile, mais je pense qu'il y aurait peut-être eu d'autres moyens de tuer des ennemis tout en donnant l'impression que Dracula dégage toute sa puissance.


En plus,
La bande-son est superbe ! Un vrai plaisir...
faut bien avouer que l'item qui nous permet de nous transformer sous notre forme originelle, c'est à dire en dragon, ne casse pas des briques. Dans LOS 1 l'appel d'une créature démoniaque plutôt stylée allait dans le sens du rang de Gabriel. Là, la transformation aurait dû en mettre plein les yeux ! Pour moi, ce qui ressort vraiment le plus dans ce jeu, c'est qu'il pêche dans la prestance, la puissance du plus grand des immortels. Si je continue sur les différences, les phases de réflexions sont beaucoup moins présentes. Y'en a certainement à qui cela fera plaisir, vu qu'ils n'aiment pas réfléchir dans un jeu qui cogne, mais en tout cas moi je l'ai bien senti et ça m'a fait bizarre.
Ce qui m'a beaucoup plus dans l'histoire de ce 2e opus, c'est que même si Dracula a des onces de sentiments, ce que je comprends totalement (l'histoire de VladTepes qui perd sa bien-aimée, le Dracula de Bram Stocker et bien d'autre vampire qui "cherchent" l'amour et le réconfort de l'autre à un moment de leur immortalité), on se pose quand même la question : "est-ce que c'était vraiment du bluff, à la fin quand il était en train de poignarder son fils possédé par Satan?". Il faut bien avouer que l'histoire de cette famille est prenante tant par le charisme de chacun des personnages que par la complexité de la situation dans laquelle ils sont. En ce qui concerne la mort de Satan (et ça je le dit car je l'ai lu un peu partout) : je suis d'accord que sa mort ne soit pas magistrale, mais je la comprends parfaitement. Car, pourquoi offrir une belle mort, ou une mort à la mesure de son ennemi, puisque Satan n'est même pas digne de Dracula ? Dracula est bien plus fort que lui, tout comme Gabriel l'était. C'est un misérable qui n'a rien trouvé de mieux que d'investir le corps d’un autre pour battre Dracula. Sa mort est donc, selon moi, aussi pathétique que lui.
Bref, sinon la musique est toujours aussi magnifique et parfaitement adaptée au jeu. C'est un bonheur de l'entendre. Pour conclure je dirais que vu l’absence de cinématique de fin et la tournure des choses on aura le droit à un 3ème volet. Pour faire pire que le 2 ou pour corriger les erreurs, on verra bien.



Après Note
un premier épisode qui créa la surprise et qui a bien remis la licence sur les rails (une licence en grande perte de vitesse depuis des années), j'attendais beaucoup de cette suite… un peu comme tout le monde je pense. Si le jeu possède des qualités notables, comme un bon fond à l'écriture, des personnages travaillés, artistiquement superbe ou encore une excellente bande-son, à côté de ça le jeu pêche sur de nombreux détails. Et je commencerai par pointer du doigt que le rythme est quelque peu haché, l'intérêt est vacillant, les DLCs sont scénaristiquement intrusif (et ça c'est vraiment pénible !), et c'est à la fois plus facile et plus court. Enfin notre héros du jour manque sensiblement de patate, ce qui est bien dommage lorsqu'on contrôle un personnage aussi mythique et (théoriquement) puissant que Dracula ! Ainsi Lords of Shadow 2 reste un bon jeu, agréable à jouer dans son ensemble, mais il reste loin des qualités du premier épisode ou même des attentes qu'on a tous placé en lui.



Les -

  • Sentiment d’être bridé au niveau des pouvoirs du vampire
  • L’abus des DLC qui grignotent l’histoire !
  • Pas aussi prenant que le 1
  • Trop court
  • Les +

  • Les Belmont, une famille intéressante
  • Le charisme des personnages
  • Le nouveau style de phases
  • La bande son


  • Test réalisé par Karma

    Lire l'article original sur son blog Karma World Tour
    mai 2014