Call of Duty : Ghosts (X360/PS3/WiiU)

 





Cliquez pour agrandir

   


Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : novembre 2013
Développeurs : Infinity Ward - Raven Software (Multi) - Neversoft (Extinction)
Adaptation WiiU : Treyarch
Editeur : Activision
Genre : FPS

Version testée : Française
Version logicielle : 1.0
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Support : 1 DVD (X360) / 1 Blu-Ray (PS3) / 1 iDensity (WiiU)
Espace disque nécessaire : 3Go minimum (X360)
Moteur graphique : IW 6.0
Moteur physique : Havok
Définitions HD max (consoles) : 1080p
Compatible 3D (consoles) : oui - non

Difficulté :
Compatible Kinect (X360) : non
Compatible Move (PS3) : non
Multi-joueurs : 2 joueurs en local - 12 joueurs en ligne

Abréviation : CoD Ghosts
Titre alternatif : Call of Duty 10
Prix au lancement : 65€
Score des ventes : 25 Millions (tous supports)


Aussi disponible sur :



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)


Call of Duty

Ghosts



Call of Duty
L'intro est superbe et les vidéos inter-chapitres sont aussi de qualité
c'est une longue série de FPS qui a peu à peu mutée vers le best-seller qu'elle est aujourd'hui. Le premier épisode est sorti en 2003, en plein boum des jeux de guerre basés sur la Seconde Guerre Mondiale. Mais comme toutes les modes, elles ont finies pas lasser du coup en 2007, avec l'arrivée de Call of Duty 4, nous sommes entrés de plein pied dans les guerres modernes. Et on a beau cracher, critiquer, déblatérer tout ce qu'on veut sur cette série, on la traitant en premier lieu de FPS "pop-corn" au multi dédié aux kikoulols, il n'empêche que c'est elle qui a donné le ton de toute une génération et la démocratisation du genre "guerre moderne" sur consoles et PC. Et ça, on pourra dire ce qu'on veut, qu'on aime ou qu'on déteste, on le doit à Infinity Ward, pas à DICE (Battlefield), Guerrilla (KILLZONE), Ubisoft (Far Cry et les jeux floqués Tom Clancy) ou Crytek (Crysis). Mais dans le fracas de ces affrontements fratricides, un nom est tout de même sorti du lot, celui de Treyarch. Le développeur numéro 2 de la série, celui qu'autrefois on considérait (moi le premier) comme le maillon faible de la chaine, s'est pourtant révélé comme un bon développeur, avec les 2 épisodes (assez surprenants) de Black Ops. Alternance oblige, nous verrons bien si Treyarch est toujours aussi doué en 2014, en attendant, c'est aujourd'hui à Infinity Ward de nous faire gouter à son savoir-faire, et ce suite à 3 épisodes de Modern Warfare assez fantastiques (quoiqu'en disent certains). Avant tout chose, il faut quand même savoir que le développeur n'a pas été seul sur le coup, puisque Raven a développé le multi-joueurs, Nerversoft s'est occupé du mode Extinction et Treyarch (encore lui) s'est affairé sur le portage Wii U (sans doute par expérience). Maintenant voyons si Call of Duty mérite toujours ses médailles et justifient encore des ventes pharaoniques.


En 2018,
Le chien partait d'une bonne idée mais se révèle finalement très gadget
un cataclysme sans précédent ravage les États-Unis : la Fédération, un conglomérat des pays d'Amérique du Sud, a décidé un beau matin de prendre le contrôle de tout le continent. Pour se faire, ils détournent le satellite militaire Odin et torpille depuis l'espace, toutes les grandes villes d'Amérique du Nord. 10 ans plus tard, la Fédération est toujours en conflit car on le sait, les amerloques sont "bo et for" et résistent à l'envahisseur (un peu de potion magique peut-être ? ^^). Dans le lot, nous découvrirons une unité d'élite, les Ghosts, qui seront au centre des affrontements et qui feront (vous vous en doutez) pencher la balance du côté des gentils (si tant est que les yankees puissent être considérés ainsi). Dans le lot, le personnage que nous contrôlerons le plus est Logan Walker, mais "formule CoD" oblige, ce ne sera pas le seul. A base de flashbacks, nous prendrons quelques fois les commandes d'autres personnages-clés. Le mode campagne s'ouvre sur une superbe introduction (en images de synthèses). En fait, si l'aventure est composée de 18 chapitres, à chaque fois une vidéo fera avancer l'histoire et le jeu en profitera pour charger ses données en tâche de fond. Un processus qui n'est pas nouveau (surtout sur cette saga) mais qui se veut toujours aussi efficace (c'est tellement mieux que d'avoir une image fixe ou un écran noir). A l'intérieur des chapitres nous aurons ensuite de classiques cut-scènes gérées en temps réel. En elle-même l'histoire est plutôt sympathique mais il est vrai que ces incessants allers-retours dans le temps ne facilitent pas sa compréhension. De même l'écriture, confiée à Stephen Gaghan (écrivain qui a participé à quelques films et séries TV), est un peu téléphonée et peut-être même un peu moins poignante qu'autrefois. Il faut dire que si ce n'est pas des extra-terrestres, il est difficile de se trouver de nouveaux ennemis après les japonais, les traitres, les russes, les coréens, etc. Ici ce sont les hispaniques qui passent pour le grand méchant loup (c'était déjà un peu le cas dans Black Ops II) et ma foi, ça fait le boulot. Par contre pour l'innovation, on repassera.


Avant de
Le gameplay est très classique, bien campé sur les bases de la série
parler de ce qui m'intéresse à moi, le solo (désolé, mais je change pas ^^), évoquons le multi. On retrouve bien évidemment les modes classiques du genre, plus ou moins inspirés de ce qui avait été fait sur Modern Warfare 3. Toujours très "Arcade" comme on dit, finalement assez loin de tout réalisme, même si les rageux friands de Battlefield crient au scandale et que le multi est ouvert à tout le monde, il y a malgré tout de quoi s'y amuser. Il y a ensuite le mode Escouade qui propose de jouer contre des bots qu'il faudra personnaliser et faire progresser, afin d'affronter d'autres équipes. Un peu étrange je sais, les nostalgiques ne s'empêcheront pas de penser de suite à Counter Strike. Enfin, en réponse aux modes Zombies de Treyarch, cette année on nous dévoile le mode Extinction, qui nous oppose à des… aliens ! Cette fois, avec une petite équipe on affronte des vagues successives de monstres belliqueux. Rigolo à court terme… un peu comme tout le multi en fin de compte, puisque je ne prête guère attention à tout ça, vous le savez bien. ^_^ Retour dans notre bon vieux mode Campagne, CoD Ghosts nous propose quelques nouveautés, noyées au milieu d'un océan de classicisme ! De temps en temps on contrôlera Riley, le chien, qui n'est plus ni moins qu'un drone. D'ailleurs ce n'est pas un simple chien, c'est un véritable vélociraptor (!) tant la boule de poils peut s'avérer agressive et efficace au combat. Lorsqu'on n'en prend pas directement le contrôle (dans des phases d'infiltration dirigistes qui valent ce qu'elles valent), on pourra l'envoyer attaquer un mec : au pire il l'immobilisera, au mieux il lui réglera son compte. Au final, ce qui partait d'une bonne idée se révèle assez banal, assez gadget et baser une partie de sa com' là-dessus, c'était peut-être mal jouer ses cartes.


Plus original,
Dans le mode Extinction on affronte des aliens... ma foi, ça nous change des zombies
nous aurons aussi des phases spatiales et sous-marines. L'apesanteur est rigolote mais une fois encore, c'est tellement "fléché" que l'expérience en est diminuée. En effet, comme d'habitude, on nous tient par la main pour réaliser les missions que les développeurs ont créés pour nous. Si on nous promettait des maps ouvertes, sachez qu'il n'en est rien ! C'est ultra dirigiste, on ne peut prendre aucune initiative, ni aucune décision. Dommage, car dans Black Ops II les choix que nous faisions nous impliquaient un peu plus et ouvraient à plusieurs fins possibles. Ici ce n'est plus du tout à l'ordre du jour : le FPS couloir dans toute sa splendeur ! Après quand on joue à Call of Duty, c'est (peut-être ?) aussi pour y retrouver une formule établie et pour ça n'ayez pas d'inquiétude, tout est là ! Les classiques de tout CoD qui se respecte répondent présent comme ces scènes en bullet-time, le tir aux pigeons aux commandes d'une tourelle ou encore la prise en mains d'un drone de combat depuis le sol. Bon point pour lui, on a de très bonnes sensations de jeu (même si l'ensemble est terriblement facile, comme d'habitude) et la jouabilité est d'une précision vraiment agréable. On retrouve aussi quelques scènes à grand spectacle, souvent bien faites, qui ne sont pas tellement "interactives" mais qui ont au moins le mérite de nous divertir (je vous ressers un peu de pop-corn ?). Techniquement, Infinity Ward nous a promis un tout nouveau moteur graphique. Le créateur du IW Engine (qui aura servi à tous les jeux de la marque et à ceux de Treyarch), lui avait même donner un nom : le Next Gen Engine. Et bien encore une fois, ne vous faites pas trop d'illusions ! Si Battlefield 4 vous a explosé la rétine, ce ne sera pas vraiment le cas ici. En réalité, on se retrouve encore une fois avec ce bon vieux IW Engine qui sévit depuis Call of Duty 4, soit depuis 2007 ! Bien entendu il a subi plusieurs modifications mais après avoir vu tourner des "vrais" jeux Next-Gen comme KILLZONE Shadow Fall ou Battlefield 4 justement, on sait reconnaitre un moteur graphique d'ancienne génération. Si bien entendu ce sont les versions PC, PS4 et XBO qui s'en sortent le mieux, sur les "old-gen" on peut le dire : techniquement ce moteur est dépassé.


Sur PS3,
Techniquement, on se retrouve encore une fois avec le vieux moteur de CoD4... autant dire que nos consoles étaient capables de bien mieux
Xbox 360 et Wii U nous avons un résultat assez proche de ce que donnait Black Ops II (d'ailleurs Ghosts est le 2e "véritable" CoD à sortir sur console Nintendo… ça ne durera malheureusement pas). Ces machines nous ont prouvés à maintes fois qu'elles étaient capables de mieux avec des titres majestueux, et ce malgré leur vétuste hardware : Last of Us (PS3), Halo 4 (X360), Uncharted 3 (PS3), Gears of War 2 (X360), God of War III (PS3) et j'en passe (non j'ai rien trouvé de spécial sur Wii U à part peut-être New Super Mario Bros. U… mais est-ce que ça compte vraiment ?). Bref, ces machines sont capables de mieux, d'autant que les 2 premiers Modern Warfare, avaient su nous surprendre en termes de qualité graphique. J'en veux pour preuve des modélisations qui ne sont pas à la hauteur, avec des animations pas super travaillées (malgré la motion capture), ainsi qu'un flagrant manque de finitions. Ok, c'est pas facile de sortir un jeu qui a les fesses coincées entre 2 générations et qui voit le jour sur 6 plate-formes différentes, mais quand on sait qu'elles ne seront pas tenues, il faut éviter de faire des promesses ! Malgré tout l'ensemble se veut (avec un petit effort mental) correct. Certains panoramas sont jolis, dans l'espace c'est plutôt bien fait (et ça rappellera sûrement de bons souvenirs aux cinéphiles qui ont appréciés Gravity :), en clair pour faire la guerre ça suffit mais comme les FPS sont aujourd'hui le porte-étendard des capacités graphiques, même si ça reste convenable (car c'est pas moche non plus, faut pas abuser) forcément on est un peu déçu. Et musicalement c'est un petit pareil. Composée par David Buckley (qui a "bricolé" ça et là), la bande-son est présente mais pas aussi poignante qu'avant. Il faut dire que passer après Harry Gregson-Williams, Hans Zimmer et Brian Tyler, c'est forcément difficile ! Alors bien sûr, le résultat est déjà meilleur que dans bien des productions (comme dans BF4 où sous prétexte de "réalisme", les musiques sont honteusement absentes), mais une fois encore, on s'attendait au même niveau d'exception qu'autrefois et ce n'est pas le cas. Par contre les bruitages restent d'un excellent niveau (comme toujours sur la série) et le doublage profite de quelques sommités de la voxographie : pas le meilleur que j'ai entendu, mais loin d'être le pire. Quant à la synchro, de temps en temps elle vient dire bonjour, et à d'autres elle est totalement à l'ouest. Là encore, les développeurs (et pas que de CoD) ont encore beaucoup de chemin à faire.



Ce Note
10e épisode de Call of Duty ne serait-il pas la preuve que le grand aigle impérial américain, est en chute ? En effet, si autrefois Infinity Ward était meilleur que Treyarch, il semblerait que désormais, l'ex-second couteau d'Activision s'en sorte mieux, que les tendances ce soient inversées depuis le départ des têtes pensantes du studio et de quelques "employés-clés" dont le génie créatif semble ici, cruellement manquer. Car je l'avoue (traitez-moi de kikoulol si vous le voulez) mais à mes yeux, la trilogie des Modern Warfare est exceptionnelle ! Or avec Ghosts, nous voilà revenu aux temps de World at War, avec un bon jeu, mais qui est loin des attentes portées en lui. Et puis on a cette persistante impression de déjà-vu, de déjà joué, avec certes quelques nouveautés (le chien, phase spatiale et sous-marines…) mais qui ne réinvente pas une formule rôdée, voire même érodée ! En effet, du Call of Duty on en mange tous les ans et c'est chaque année un peu la même chose. D'ailleurs cet épisode se montre moins nerveux et pêchu que les années précédentes, plus court aussi (environ 6 heures en solo, les modes multi sont sympas mais encore une fois, rien d'extra-ordinaire) et surtout, on nous livre encore une fois et sans honte, un moteur graphique au bout du rouleau alors que ça fait déjà 2 ou 3 ans qu'il montre des signes de faiblesses. La grande époque où Call of Duty régnait en maitre incontesté est donc révolue ! Maintenant je voudrai rassurer les fans (dont je fais partie) : tout n'est pas à jeter non plus. L'ensemble tient (encore un peu) la route, Infinity Ward sait raconter ses histoires (ce qui n'est pas le cas de DICE ou de Crytek) et les professionnels qui viennent dire que le mode campagne est raté, exagèrent sans retenu. Qu'on dise qu'il est classique et convenu, je veux bien, mais "raté" je ne suis pas d'accord car Call of Duty garde un feeling qui lui est propre, ainsi qu'une jouabilité étonnamment précise (ce qui est agréable). Maintenant il est clair que la série doit être remise en question, tant sur le gamplay que la technique, sans quoi elle va droit dans le mur. En attendant, Call of Duty Ghosts est un bon FPS, mais il ne sera certainement pas le roi de cette fin d'année, comme ce fut le cas depuis 6 ans.



Les -

  • Musiques en deçà des qualités de la série
  • Un peu déjà-vu et déjà joué maintes fois
  • Moteur graphique à la traine
  • Trop cloisonné, trop linéaire
  • Mode campagne trop court
  • Pas assez d'innovations
  • Les +

  • Prise en mains toujours aussi agréable
  • Des vidéos inter-chapitres de qualité
  • Les phases aquatiques et spatiales
  • Des maps (multi) plus grandes
  • Un multi complet et "carré"
  • Quelques originalités
  • Un solo sympatoche

  • Test réalisé par iiYama

    décembre 2013