Call of Duty Black Ops II (PC/X360/PS3/WiiU)

 






 

 


Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : novembre 2012
Développeur : Treyarch
Editeur : Activision
Genre : FPS

Version testée : Française
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Support : 1 DVD (PC/X360) - 1 Blu-Ray (PS3) - 1 iDensity (WiiU)
Espace disque nécessaire : 16Go (PC) / 4Mo (X360) / 50Mo (PS3)
Moteur graphique : IW 3.0
Moteur physique : Havok
Définitions HD max (consoles) : 1080p (X360/PS3)
Compatible 3D (consoles) : oui (X360/PS3)

Difficulté :
Compatible Kinect (X360) : non
Compatible Move (PS3) : non
Multi-joueurs : 4 joueurs en local / 18 joueurs en ligne

Abréviations : CoD BO2 - CoD Black Ops II
Prix au lancement : 50€ (PC) / 60€ (consoles)
Score des ventes : 28 Millions (tous supports)


Configuration recommandée (PC) :
CPU : Dual Core 2.6Ghz
RAM : 2Go
VIDEO : avec 512Mo de VRAM (type GeForce 8800GT / Radeon HD3870)

Configuration de test (PC) :
CPU : Intel Core2Duo 6750 (2.66Ghz)
RAM : 3Go DDR2
VIDEO : GeForce 8800GT avec 512Mo de VRam
OS : Windows 7 (32bits)
Résolution testée : 1680x1050 (16:10)
Niveau de détails :



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)


Call of Duty

Black Ops II



Alors qu'il n'y a
L'histoire est sympa mais se révèle confuse et quelque peu capilotractée
pas si longtemps Treyarch était considéré comme le petit développeur qui vivait dans l'ombre du grand Infinity Ward, tout ça à cause de cette alternance de développement et de jeux sympas mais loin d'être des hits (Call of Duty 2 Big Red One, Call of Duty 3, World at War ou encore le gentillet Quantum of Solace), le développeur basé à Santa Monica n'avait jusque-là, jamais vraiment brillé. Ce n'est qu'en 2010, à la sortie du premier Black Ops, que les choses ont beaucoup changées. Activision le premier a modifié son point de vue sur ce modeste développeur car enfin, Treyarch se donnait les moyens de rivaliser avec le studio phare de la série la plus lucrative de l'éditeur. Normal me direz-vous, lorsqu'on dépasse les ventes et les recettes de l'ancien recordman, qui n'était autre que Modern Warfare 2, on ne rechigne plus à sortir son chéquier et à y apposer des chiffres à plusieurs zéros. Au final, après mon gros coup de gueule bien mérité sur le test de Medal of Honor Warfighter, la question qu'on se pose tous est de savoir si ce nouveau Black Ops, le neuvième Call of Duty et le sixième épisode à sortir sur cette génération, est aussi fabuleux qu'on le dit, tellement fabuleux qu'il descend tous les concurrents. Maintenant que Treyarch a toute l'attention d'Activision et qu'ils ont eu 2 ans et le financement nécessaire pour réaliser l'une des plus grosses productions, voyons si tout cet argent a été bien mis à profit. On s'en doutait, Black Ops II fait directement suite au premier épisode, mais cette fois le décalage temporel est plus prononcé que dans le premier opus. En effet, l'histoire se scinde en 2 époques avec une période ciblée sur la fin de la Guerre Froide (milieu des années 80) et une période dans le futur, en 2025, alors qu'une nouvelle Guerre Froide fait rage entre les Etats-Unis et la Chine. Durant les années 80, nous croiserons la route d'un certain Manuel Noriega (qui a vraiment existé), un général vite devenu dictateur du Panama, mais aussi et surtout celle de Raul Menendez qui subit un drame traumatisant à cause d'une CIA un peu trop ambitieuse. Résultat, sa vengeance commence dès les années 80 mais trouve son point final quelques 40 ans plus tard.


En 1985
Les années 80 propose un gameplay assez classique...
nous retrouvons donc Alex Mason (héros torturé du premier Black Ops), Hudson, Woods et même ce brave Reznov qui fera une brève apparition. Si dans le passé on jouera Alex Mason et Woods, en 2025, nous prendrons surtout les commandes de David Mason, le fils d'Alex, qui est lui aussi dans l'armée Américaine. Avec le premier épisode Treyarch nous a vite habitué à un scénario relativement riche et bien construit, et ici ils ne dérogent pas à la règle. Cependant difficile de ne pas trouver l'ensemble très confus car l'écart de 40 ans entre les 2 époques a de quoi déstabiliser. De plus les tenants et aboutissants sont parfois flous. Mais dans l'ensemble, l'écriture est séduisante (il faut dire que le scénariste David S. Goyer, responsable du scénario des 3 derniers long-métrages Batman, y est pour beaucoup). Question mise en scène, le développeur a sa formule personnelle, avec une alternance de vidéos et de cut-scènes. Les cut-scènes (gérées en temps réel) sont généralement vu des yeux du protagoniste qu'on incarne à ce moment-là, et les vidéos sont des cinématiques crées avec le moteur du jeu, puis retravaillées off-line. Le résultat n'est vraiment pas mauvais, surtout pour des vidéos dont la motion-capture fait des merveilles sur les modélisations et les expressions faciales. A noter aussi que le jeu propose plusieurs "embranchements" ce qui fait que pour la première fois dans la série, nous avons à disposition plusieurs fins. En effet, il y a 6 épilogues possibles, selon qu'on réussisse ou non les missions secondaires et/ou les opérations Strike Force. Alors certes le solo est toujours aussi court (environ 7 heures) mais pour une fois, on a une véritable rejouabilité. De même, certains objectifs secondaires débloquent de nouvelles armes, ce qui peut pousser à bien chiner chaque recoin de l'aventure. Si cher au développeur, on assiste aussi au grand retour du mode zombies (qui s'étoffe pour l'occasion) et bien entendu Call of Duty propose un multi-joueurs compétitif toujours aussi "arcade" et complet. Tout ça pour dire que même si le solo peut paraitre court, la durée de vie est finalement très correcte avec sa rejouabilité, puis les modes multi et zombies seront à n'en pas douter, parmi les plus fréquentés de 2013.


Et niveau gameplay,
... alors que le futur propose des armes plus épicées et surtout des gadgets comme ici le camouflage optique
ça donne quoi ? Et bien ça donne du CoD, what else ? Dans les années 80 on retrouve bien l'armement de l'époque (comme le Colt M16, le Uzi ou le FAL qui sont bien connus) ainsi qu'un gameplay plus ou moins calqué sur le premier Black Ops. Car à part quelques nouvelles babioles, comme demander un soutien aérien, une balade à cheval, poser des pièges, crocheter une serrure ou forcer un coffre (pour y trouver un gilet de protection par exemple), il n'y a rien de bien nouveau finalement. A noter aussi que le jeu se pare d'incohérences monstrueuses comme lorsque notre personnage sort une énorme pince coupe-boulon de sa poche pour couper des chaines. C'est cela oui, on y croit vachement… Pour le futur (même si encore une fois on nous sort des poches des outils "comme par magie"), le jeu est déjà nettement plus varié. Composé de missions principales assez classiques, nous pouvons aussi participer aux Strike Forces, des missions secondaires plus proches de la stratégie. Evidemment on ne joue pas à Call of Duty pour ça, mais faut reconnaitre que ça varie plutôt bien le jeu. Les Strike Forces sont des missions subsidiaires, qu'on n'est pas obligés de réussir (mais qui influent sur la suite du jeu et donc, sur l'épilogue). Dans ces phases, nous avons la possibilité de switcher entre les différents postes (tourelles, fantassins, quadrirotors, mecha lourd) ou même, tel un STR, on peut avoir une vue du ciel et donner ses ordres sur une map. Cette possibilité de jouer entièrement à la stratégie est vraiment sympa, et pourtant de pouvoir aller sur le terrain et de contrôler qui on veut, est vraiment géniale. Certes on est assez loin de ce que fait un Call of Duty habituellement, mais avouons que ça nous change du quotidien de la série. Dans les parties futuristes et solo normales, celles qui font avancer l'histoire, on appréciera des armes naturellement plus hi-tech que d'accoutumé, avec généralement une puissance accrue. Mais le futur c'est aussi celui des gadgets. A l'écran principal on peut choisir sa mission (dans le passé comme le futur, Strike Force ou non) et de là, on peut choisir son arsenal et ses gadgets. Si certaines armes sont à débloquer au fil de l'aventure, il est quand même très agréable qu'on ne nous impose pas nos armes (même si en plein jeu, on peut en changer) et les gadgets sont souvent utiles : chargeur haute capacité, viseur reflex, silencieux, poignée tactique, un scanner qui permet de voir à travers les objets/murs, etc…


Plus futuriste,
Les opérations Strike Force sont sympas et varient le jeu. Mais ce n'est pas ce qu'on attend d'un CoD...
nous avons aussi des "wing suits" (qui permettent de voler : le delta plane de Far Cry en mieux ^_^), des camouflages optiques et il ne sera pas rare de pirater un terminal (dommage qu'aucun mini-jeu ne nous implique dans la procédure). Il n'empêche que certains de ces gadgets comme le "claw" (un mecha quadripède) ou "ziggy" (une araignée qui vadrouille dans les conduits d'aération) semblent sortir d'un autre jeu paru plus tôt dans l'année, un autre jeu à vocation futuriste : Ghost Recon Future Soldier. D'ailleurs on retrouve quelques similitudes avec le gros hit d'Ubisoft, surtout dans les phases stratégiques. Etonnant n'est-ce pas ? Après c'est vrai, ça reste un "Call of" dans l'âme, à ceci près que 2 autres petites nouveautés font plaisir à voir. Si bien entendu on mange du script à tous les repas, certaines zones sont plus ouvertes que d'habitude. Si par exemple on doit fouiller plusieurs appartements pour sauver un VIP, on pourra entreprendre notre recherche comme on le souhaite. De même, c'est bien la première fois qu'on a entre les mains un personnage moins empoté : il saute les murets, monte sur les caisses… en somme nous avons des réactions plus naturelles et moins de murs invisibles. Pour ce qui est de la version Wii U, le GamePad n'aura qu'une fonction très limité. En effet ne vous attendez pas à redécouvrir le jeu, il est exactement comme sur les autres consoles, à ceci près qu'on peut basculer l'affichage sur la "mablette". Du coup le coop' peut s'enorgueillir d'offrir un espace visuel complet au second joueur, qui profite ainsi de la télé pour lui seul (en jouant à 2 bien entendu, car à partir de 3, ce n'est plus à l'ordre du jour). Cependant malgré ses facultés, le jeu se limitera (comme sur les autres machines) à du coop' à 4, alors qu'on aurait pu y jouer à 5. Mais là je suppose que c'est pour des questions de gameplay et de performances de la machine. Ensuite le GamePad n'est exploité qu'en multi pour afficher la map, les scorestreaks et inviter d'autres joueurs. Alors en solo, autant jouer avec le "pad pro" (une belle appellation pour désigner une simple manette) qui est plus confortable.


Techniquement
Même si on a quelques jolies passages, on sent bien que le moteur graphique est au bout de ses capacités
si la version PC possède des options graphiques très correctes et se révèle meilleure que ses homologues consoles, difficile de s'enthousiasmer pour autant. Fonctionnant sous IW 3.0 (le moteur de Modern Warfare 2 et Black Ops) les graphismes sont plus que dépassés. Si on apprécie un affichage fluide (sauf sur Wii U où on subit de grosses chutes de framerate), à côté de ça on subit toujours les mêmes bugs comme des popups, du clipping partout ou mieux encore nos alliés qui apparaissent comme par magie ou se déplacent à travers les murs (ils sont derrière nous mais à la seconde suivante, ils nous attendent à la porte… mais bien sûr ! >_< ). Certains passages sont clairement moins travaillés que d'autres (comme la première mission), mais fort heureusement, on a aussi quelques passages éblouissants et vraiment beaux (comme cette descente en wing suit). Globalement, j'ai trouvé les passages en 2025 plus réussies que ceux des années 80 mais rien n'y fait, il a beau avoir été retravaillé, le vieux moteur de Call of Duty 4 ne suffit plus. Cependant on ne crachera pas dans la soupe pour autant car si le jeu se veut un peu moins impressionnant que d'accoutumé (en étant par exemple, un peu moins beau que Modern Warfare 3, mais ce dernier utilise l'IW 4.0, ceci explique peut-être cela), en faisant un peu dans la poudre au yeux et le grand spectacle pour nous offrir un jeu un poil plus réaliste, Treyarch a aussi voulu mettre en œuvre des scènes de grandes envergures. A l'image de la première bataille ou de cette séquence dans une discothèque, le moteur graphique arrive à gérer de dizaines de sprites sans trop de problèmes (sauf sur Wii U, encore une fois). Mais ce joli tour de force, assez inédit pour la série, s'accompagne d'un désagrément : on affronte une armée de clones ! A l'image des films Star Wars, le jeu met en scène des dizaines de clones tous (absolument tous !) coulés dans le même moule ! Même chemise, même béret, même gueule, mêmes animations !


Sans dire qu'il
La qualité du son est oscillante... il y a du bon et du moins bon
fallait que chacun soit unique, là c'est un peu déplorable de voir ça… Au niveau du son, comme d'habitude avec Treyarch, nous avons de gros problèmes au niveau des volumes. Il arrive qu'on n'entende plus du tout les voix, sous le brouhaha ambiant. D'ailleurs le jeu est parfois tellement bruyant, que même nos armes (alors qu'on les a sous le nez) sont totalement étouffées ! C'est quand même dommage de voir que chaque jeu de ce studio pose les mêmes soucis d'audio. Question ambiance, les musiques composées par Jack Wall et Trent Reznor donnent souvent le ton. Mais dans le futur, autant on appréciera quelques mélopées vaporeuses digne de Deus EX Human Revolution, autant les séquences de techno de garage, d'électro bas de gamme, viennent vite à saouler. Ok il faut donner une atmosphère futuriste, mais je suis sûr qu'il y avait d'autres moyens. Enfin le doublage est loin d'être mauvais. Ok c'est pas le meilleur qu'on ait entendu, c'est un fait, mais bon nous avons du beau linge derrière les personnages principaux, à commencer par Alex Mason qui a la même voix (Xavier Fagnon). On retrouve aussi Patrick Béthune, Thierry Mercier (Dominic Santiago dans Gears of War), Jérôme Pauwels (la voix de Hurley dans LOST, une voix qui ne va pas si bien que ça au personnage d'Harper), Virginie Ledoyen (qui double Chloé Lynch) ainsi que certaines voix bien connues du milieu. Reste que l'ensemble tient correctement la route, même s'il faut que avouer que sur une telle production on pouvait s'attendre à mieux. D'ailleurs si on appréciera une jolie synchro labiale lors des vidéos, à contrario en jeu et lors des cut-scènes c'est vraiment n'importe quoi. Comme quoi, de sérieux efforts doivent encore être fait pour obtenir un rendu constant. Si Black Ops II est le premier "vrai" gros FPS de la Wii U, force est de reconnaitre que la licence s'essouffle. Si le premier Black Ops était une belle surprise, il remonte tout de même à 2 ans et depuis, des jeux nettement plus ambitieux (même s'ils reprennent la "formule CoD") sont sortis. Le pire étant ce moteur graphique, usé jusqu'à la corde.



Si Note
les Call of Duty sont traités de "jeux pour casu" et des pires noms d'oiseaux par des gamers blasés (et qui, comme je le soupçonne, doivent y jouer dés que les copains ont tournés le dos), il n'empêche qu'une fois encore, on se retrouve avec un jeu riche d'un bon (bien que court) solo, d'un mode zombie sympatoche et d'un gros multi qui ne désemplira pas avant le prochain opus. Une formule gagnante ? Pour sûr que oui ! Cependant il faut quand même y mettre un bémol. Si la recette séduit encore, il est clair qu'elle séduit de moins en moins. Call of Duty doit se réinventer pour subsister, un peu comme Call of Duty 4 l'a fait en 2007. D'ailleurs Treyarch essaierait-il de nous faire le même coup qu'Infinity Ward ? En effet, suite à Call of Duty 4, le jeu vidéo s'est empressé d'abandonner sa lassante Seconde Guerre Mondiale, pour des histoires nettement plus modernes. Maintenant que Black Ops II (et pas seulement lui, on peut aussi citer Ghost Recon Future Soldier) a mis un pied dans le futur et que la prochaine génération de consoles ne devrait plus tarder, je me demande si la nouvelle tendance ne serait pas là. Moi je vote pour, car après tout, je préfère les guerres modernes et futuristes (qui s'affranchissent d'un quelconque contexte historique dont les Black Ops n'ont pu se défaire), plutôt que des incursions dans le passé où les scénarios sont limités par des faits bien réels. Au moins là, les scénaristes peuvent nous offrir des univers plus variés, plus originaux, sans avoir à se demander s'ils doivent coller ou non à l'histoire de notre civilisation. Maintenant c'est sûr, contrairement à ce que diront ses détracteurs, Black Ops II reste un bon FPS. Peut-être pas aussi révolutionnaire ni même aussi bon qu'une presse "surnoteuse" on a bien voulu nous le faire croire, il reste malgré tout sur un bon produit en phase avec les attentes des joueurs d'aujourd'hui (la preuve avec des ventes encore une fois énormes !).



Les -

  • Scénario complexe et confus, aux embranchements parfois flous
  • Dans les années 80, les nouveautés sont rares et dispensables
  • Quelque soit le support, les graphismes sont dépassés
  • La version Wii U accuse quelques baisses de régime
  • Le piratage/crochetage se fait sans mini-jeu
  • Le GamePad Wii U est sous-exploité
  • Une IA dans les fraises
  • Les +

  • Gros contenu : rejouabilité solo, mode zombies, multi...
  • Un personnage plus mobile et plus de zones ouvertes
  • Le choix des missions, de l'arsenal, des gadgets...
  • Le mixage années 80 et futur proche est sympa
  • 6 fins possibles selon nos actions
  • Les opérations Strike Forces


  • Vidéo-test


    Test réalisé par iiYama

    décembre 2012 (mise à jour : aout 2014)