Borderlands : The Pre-Sequel (X360/PS3/PC)

 





Cliquez pour agrandir

   


Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : octobre 2014
Développeur : Gearbox Software
Editeur : 2K Games
Genre : FPS

Version testée : Française
Version logicielle : 1.0
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Support : 1 DVD (X360-PC) / 1 Blu-Ray (PS3)
Espace disque nécessaire : 20Go (PC) / 2Mo (X360) / 5.5Go (PS3)
Moteur graphique : Unreal Engine 3
Définitions HD max (consoles) : 1080p (X360) - 720p (PS3)
Compatible 3D (consoles) : non

Difficulté :
Compatible Kinect (X360) : non
Compatible Move (PS3) : non
Multi-joueurs : 4 joueurs online, 2 joueurs en coop' local

Titres alternatifs : Borderlands Zero - Borderlands 3
Prix au lancement : 50€ (PC) / 60€ (consoles)
Score des ventes : 1.3 Million (tous supports)


Configuration recommandée (PC) :
CPU : Quad Core 2.3Ghz
RAM : 2Go
VIDEO : avec 1024Mo de VRAM (type GeForce GTX 560 / Radeon HD 5850)

Configuration de test (PC) :
CPU : Intel Core i5-2500 (Quad-Cores à 3.33Ghz)
RAM : 8Go (DDR3 - Dual Channel à 1600Mhz)
VIDEO : GeForce GTX 970 (4Go de VRam)
OS : Windows 7 (SP1 - 64bits)
Résolution testée : 1680x1050 (16:10)
Niveau de détails : Ultra + FXAA + Anisotrope 16x


Aussi disponible sur :



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Borderlands

The Pre-Sequel !



Aussi étonnant que ça puisse paraitre,
Participer à la prise de pouvoir du Beau Jack... mouais, ce n'est pas spécialement passionnant. Et puis, lui qui était plutôt bavard dans l'épisode 2, désormais il se complait dans le mutisme
The Pre-Sequel (comprenez l'épisode sorti avant la séquelle, en gros avant le 2e opus) est sorti sur l'ancienne génération, un an après la sortie des PlayStation 4 et Xbox One. Ce choix s'explique par un parc de consoles d'ancienne génération fortement implanté (car quoiqu'on en dise, les PS4 et XBO n'en sont qu'à leur début et donc le nombre de machines vendues ne rivalise pas) ensuite parce que le moteur graphique utilisé dans Borderlands 2 est optimisé pour les PS3 et Xbox 360... sans parler des faiblesses techniques qui seraient tout simplement inacceptable sur la Next-Gen. Ainsi donc, après 2 excellents Borderlands sortis respectivement en 2009 et 2012, voilà que Gearbox se remet en selle, suite à la sortie (en 2013) du ô combien raté Alien : Colonial Marines. Dans The Pre-Sequel on nous propose de jouer un lieutenant du Beau Jack et de l'assister dans son ascension au pouvoir (pouvoir qui sera donc largement établi dans l'épisode 2). Est-ce vraiment digne d'intérêt ? A vous de voir car personnellement, savoir comment ce taré de Beau Jack (qui nous aura malgré lui bien fait rire) en est arrivé là, ne m'émeut que très peu. Ajoutons à ça que, une fois encore, le développeur texan ne sait absolument pas raconter ses histoires. On débarque comme un cheveu sur la soupe, sans savoir ni ce qu'on fout là, ni qui nous sommes, ni quoi faire. Bref, à l'image de ses prédécesseurs, dés le départ on nous colle un flingue dans les doigts et moins d'une minute après, on a déjà commencé à tuer tout ce qui bouge. Vous me direz que c'est aussi ça la "formule Borderlands" et vous n'auriez pas tort cependant la plupart des protagonistes qu'on croise, sont tous muets. Le Beau Jack en particulier, avait une verve sans pareille dans Borderlands 2, or ici vous l'entendrez à peine parler ! Le scénario étant déjà presque inexistant, on reste choqué par cette mise en scène ultra minimaliste et de voir des personnages autrefois très bavards, devenir complètement aphones. Ainsi vous vous doutez bien que dans ce spin-off (puisque ce n'est clairement pas un Borderlands 3), chaque mission a accomplir s'acceptera via un ridicule petit texte, sans autre forme de scénarisation. Encore une fois, je sais que les précédents épisodes faisaient de même, mais à la 3e itération, il serait temps que les choses bougent un peu... au lieu de régresser (certes on a une intro sympa puis plus rien !).


Qui dit nouvel épisode,
C'est un plaisir de retrouver tout le feeling de la série ! Malheureusement, tout est repris de Borderlands 2 et on a très vite une sale sensation de redite
dit aussi nouvelle équipe. Evidemment le jeu est toujours aussi bien taillé pour être joué en coop', la difficulté tant comme toujours, plus acerbe en solo. Il faut dire que cette difficulté qui s'ajuste selon votre niveau (XP) n'est pas là pour arranger les choses et c'est bien dommage. Bref, nos 4 nouveaux comparses sont originaux (aucun n'est repris des précédents opus) et si on retrouve classiquement la grosse brute avec ses drones (qui remplace celui avec sa tourelle) et l'experte en flingues, plus singulier on pourra jouer avec une héroïne ayant un bouclier (et donc spécialisée dans la défense) mais aussi et surtout Claptrap, l'un de ces robots un peu fou-fou et drôles, qui sont généralement d'une bonne aide. Certains fantasmaient de le prendre (enfin !) en mains, personnellement s'il est vrai qu'il reste marrant à jouer et que ses fonctions spéciales ont de quoi étonner, il reste malgré tout un "personnage" comme les autres. Si on a une intro somme toute sympathique, qui nous fait revoir certains anciens héros, le jeu commence à proprement parlé sur la ville flottante de Sanctuary. Un niveau extrêmement classique, banal au possible mais une fois expédié sur Elpis, la lune de Pandore, c'est là que les choses sérieuses commencent. En effet qui dit lune dit forcément apesanteur et problème pour respirer. Evidemment comme le jeu se veut abracadabrant, les excursions extérieures ne nécessitent pas de tenues d'astronautes, tout juste nous posséderons un système d'oxygénation. Voilà donc les 2 seules réelles nouveautés du titre. D'une part tout le jeu sera en apesanteur, ce qui occasionne (et c'est le cas de le dire) des sauts lunaires. Ainsi le jeu se pare d'un gameplan nettement plus vertical qu'autrefois, à l'image du premier boss qui "voltigera" d'une plate-forme à l'autre grâce à des propulseurs. C'est vrai que c'est plutôt sympa comme idée, cependant cette "légèreté" est permanente, même dans les bâtiments fermés, ce qui finit par être agaçant. Ça permet quand même de faire quelques voltiges et comme on a une sorte de jetpack, on pourra se donner une impulsion pour "voler" un petit peu ou alors on pourra s'écraser méchamment au sol (ça, les ennemis en abusent et c'est mauvais pour les boucliers).


Ensuite il y a l'oxygène,
La gestion de l'oxygène et de l'apesenteur sont les seules nouveautés de cet opus
qui se gère finalement très facilement puisque la jauge O² se re-remplit dès qu'on entre dans une zone oxygénée, qu'on récupère (notamment sur les ennemis) des bouteilles d'air, ou lorsqu'on marche simplement sur une surface de recharge qui parsème toute la map. A l'image des boucliers, le kit oxygène pourra être upgradé, permettant une respiration plus longue et/ou un jetpack plus efficace (vu que ce dernier utilise de l'air pour fonctionner). Après il faut le reconnaitre, à l'image d'un Far Cry 4 un peu trop construit sur les fondations du 3, Borderlands : The Pre-Sequel est 100% calqué sur Borderlands 2. En un sens, c'est un réel plaisir de retrouver ce punch que possède la série, cette jouabilité fluide, précise et agréable, ces armes au look peu commun et aux stats aléatoires, ce gameplay axé uniquement sur le fun et les pugilats bien nerveux... maintenant il faut aussi se rendre compte qu'on a une désagréable sensation de déjà-vu. Tout ressemble à Borderlands 2, de l'IA bêbête des ennemis à la conduite des véhicules, la façon d'appréhender l'aventure, la façon dont se déroule les missions (missions qui sont généralement sans grand intérêt), l'armement, le bestiaire ennemi (à quelques variantes près), les points de brutasse/compétence, même interface, mêmes bruitages, mêmes items... en clair, si on enlève l'ambiance graphique et les sauts lunaires, on joue encore au même jeu. Et The Pre-Sequel donne cette persistante impression qu'on joue à un DLC de l'épisode 2 (dont certains étaient vraiment géniaux). Le pire dans tout ça, c'est que les développeurs (sans doute déjà à l'oeuvre sur l'épisode 3... on l'espère sur Next-Gen cette fois) ne se sont vraiment affairé à corriger les soucis. Par exemple, si on sauvegarde en pleine mission, lorsqu'on reprend son jeu on se retrouve au tout début de la map, comme si les bornes de sauvegarde/checkpoint automatiques ne servaient à rien (résultat, on traverse un niveau vide, puisqu'on a déjà zigouiller tout le monde).


Techniquement,
La réalisation ne tient plus la route et le Cel-Shading a bien du mal à cacher la misère... même si on a quelques jolis panoramas (de loin !)
on retrouve notre brave Unreal Engine III, qui aura servi à bien des jeux de cette génération. Premier constat, le design cel-shadé est toujours aussi bon et atypique. De plus, étant donné le lieu (la lune d'Elpis) on retrouve cette saveur un peu hi-tech, un peu science-fiction, qui sait si bien me charmer. Maintenant soyons franc, les graphismes n'ont rien d'extraordinaire, limite le moteur graphique fait vieillot. On n'échappe aux textures à la finesse progressive, des textures bien crades de près, des pop-ups, des animations hyper raides, qui rendent les déplacements des PNJs totalement obsolètes. Ainsi on peut le dire, si Borderlands 2 donnait bien le change, depuis que la nouvelle génération a fait son line-up, nos attentes ont bien changées. De même, avec cet univers aux angles mal dégrossis, il est clair que nos anciennes consoles sont capables de bien mieux, et ce, depuis bien des années ! Si on pouvait espérer que The Pre-Sequel signe le plus bel épisode de la trilogie (ce qui aurait été normal, vu sa tardive sortie) en réalité c'est tout l'inverse ! Enfin la partie sonore nous propose les mêmes bruitages qu'autrefois, les musiques sont pour ainsi dire inexistantes (car bien trop rares) et pour ce qui est du doublage... ma foi, il n'est pas mauvais mais les dialogues sont tellement rares, que les doubleurs n'ont pas du forcer longtemps. Au final, la seule chose vraiment appréciable de la partie sonore, c'est que l'ambiance évolue selon la zone : dans le vide intersidéral (qui n'en est finalement pas un, puisqu'on n'a pas de combinaison) les sons sont étouffés pour plus de réalisme (les tirs d'armes, les explosions...). C'est vraiment le seul point réellement positif du son.



Borderlands : The Pre-Sequel Note
est clairement un épisode "vite fait", vite développé, le bouche-trou qui fait patienter les fans, celui qui orne les étals des supermarchés pour Noël. Car les évolutions sont hyper maigres ! Car à part la gestion de l'oxygène et des sauts lunaires (jumelés à quelques bonnes idées), il n'y a rien de neuf ! Les graphismes accusent désormais le poids des ans (et le cel-shading a bien du mal a maquillé les faiblesses techniques), la partie sonore est à la fois mollasse et vide (on n'a jamais vu si peu de doublage dans un Borderlands, lui qui était si bavard par moment, désormais il ne reste pour ainsi dire que les bruitages pour "habiller" l'aventure), la scénarisation est minimaliste, presque inexistante, et puis tout a été repris de l'épisode 2, absolument tout ! Ainsi on a une sale impression de déjà-vu, de déjà joué, un peu comme si on jouait à un add-on un peu hors de prix de Borderlands 2 (d'ailleurs, cette aventure n'en était pas une à l'origine ? il y a des chances que oui). Seuls bons côtés : le plaisir de vivre en apesanteur (même si on aurait aimé que ça s'arrête par moment, dans les intérieurs par exemple), quelques panoramas somptueux (de loin), on a une bonne durée de vie (même si pour ça, on réalisera d'innombrables missions à l'intérêt limité) et le plaisir de rejouer à Borderlands 2, pour ce qu'il a de bon (à commencer par son gameplay, son fun, son coop' et sa jouabilité agréablement précise). Borderlands : The Pre-Sequel n'est pas foncièrement mauvais, les amateurs d'FPS "antigravité" l'apprécieront sûrement, les fans aussi (surtout en coop'), mais personnellement je ne peux pas m'empêcher de le trouver tout sauf passionnant. Voilà bien déçu... Désormais j'attends "un vrai" Borderlands 3 pour voir où va la licence, mais je serai plus septique et plus méfiant pour le coup.



Les -

  • Trop d'apesanteur tue l'apesenteur
  • Une grosse sensation de déjà-vu
  • Une scénarisation hyper pauvre
  • Vraiment trop peu de dialogues
  • Bande-son pas très folichonne
  • Les graphismes stagnent
  • Les +

  • Jouer Claptrap (parce que certains le réclamaient)
  • L'apesanteur donne de la verticalité au gameplan
  • Un feeling est toujours aussi bon !
  • Toujours aussi fun
  • Crafting à gogo
  • Jolie intro

  • Test réalisé par iiYama

    mars 2015