Borderlands 2 (PC/X360/PS3)

 





Cliquez pour agrandir



Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : septembre 2012
Développeur : Gearbox Software
Editeur : 2K Games
Genre : FPS

Version testée : Française
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Support : 1 DVD (X360-PC) / 1 Blu-Ray (PS3)
Espace disque nécessaire : 13Go (PC) / 2Mo (X360) / 19Mo (PS3)
Moteur graphique : Unreal Engine 3
Définitions HD max (consoles) : 1080p (X360) - 720p (PS3)
Compatible 3D (consoles) : non

Difficulté :
Compatible Kinect (X360) : non
Compatible Move (PS3) : non
Multi-joueurs : 2 joueurs en écran splitté - 4 joueurs online
Prix au lancement : 50€ (PC) / 60€ (consoles)
Score des ventes : 5.2 Millions (tous supports)


Configuration recommandée (PC) :
CPU : Dual Core 2.4Ghz
RAM : 2Go
VIDEO : avec 512Mo de VRAM (type GeForce 8800GT)


Aussi disponible sur :



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Borderlands 2








Si le modeste
Le scénario reste encore un peu léger... mais c'est déjà nettement mieux que dans le premier opus
studio Gearbox a connu des hauts et des bas durant sa carrière, il est clair que Borderlands a signé sans réfléchir leur meilleure production. Un univers atypique, un monde ouvert prenant, un gameplay de dingue qui mixe intelligemment FPS et éléments d'RPG, des graphismes de qualité, une superbe bande-son… finalement le jeu n'aura déçu que sur son scénario. Malgré un univers fort, nous n'avons appris que très peu de choses sur le fond, sans parler de cette fin qui nous prend un peu pour des idiots. 3 ans après un premier opus qui aura séduit pas mal de monde (plus de 5 millions de ventes, pas mal pour une nouvelle IP), Gearbox revient avec une suite directe à ce succès critique et commercial. L’histoire commence 5 ans après la fin du premier opus, où une nouvelle Arche, bien plus grande, est découverte sur Pandore. Le Beau Jack, PDG d'Hypérion (le despote local), tente de récupérer l'Eridium, minéral qui a jailli à l'ouverture de l'Arche et composant, vous vous en doutez, ô combien précieux. Il faudra bien sûr renverser sa position de tyran que tout le monde craint, faire de nouvelles découvertes, tout en contrôlant un nouveau personnage. Si le jeu est toujours autant axé sur le coop' à 4, il faut reconnaitre qu'une fois de plus, l'histoire ne casse pas des briques. L'ange (une sorte d'oracle) nous tape toujours la causette, on lui obéit (aveuglément !) sans trop savoir pourquoi, la nénette ne se donne même pas la peine d'ouvrir la bouche en parlant (risible !) et la première partie de l'intro ressemble à celle de ces jeux dématérialisés sans budget (heureusement la seconde partie a le bon gout de présenter les nouveaux héros). En bref, le fond s'avère encore bien trop léger. Certains rétorqueront qu'un jeu open-world n'est pas taillé pour les gros scénarios, mais quand on veut on peut ! Malgré tout l'ensemble est sauvé par un contenu légèrement plus consistant qu'auparavant (c'était pas bien difficile) et surtout par un humour qui tue ! Le Beau Jack (rien que le nom déjà !! ^^) possède une très belle verve mais il n'est pas le seul à nous raconter les pires âneries qu'un jeu puisse accoucher. Bref, son gros humour qui tâche est à mourir de rire, on assiste parfois à quelques scènes cocasses et c'est bien ça qui donne du corps à l'écriture.


Niveau gameplay,
Le fond manque de consistance : on obéit à l'ange, on ne sait pas d'où on vient... heureusement l'humour est ravageur et le Beau Jack est frapadingue (pour notre plus grand plaisir :)
il est naturel de retrouver cette formidable "formule", si précise et aboutie du premier jet, avec cette prise en mains très agréable, ainsi que son contenu riche, très riche. Le jeu nous incite à toujours fouiner partout, à "looter" un maximum pour revendre le superflu et à se faire un max d'argent (dommage qu'on parle encore de $ sur une planète fictive et lointaine, un système de crédits aurait été moins "amerloque puriste de chiotte" -_-). On retrouve donc un bon gros inventaire, avec dedans les MODs, les armes, les boucliers et autres, mais aussi cet excellent système d'XP qui permet de modeler son personnage selon ses gouts. S'ajoutent à ça les "points de brutasse" qui, en relevant des défis, débloquent des jetons. Chaque jeton nous permet d'investir dans des upgrades type amélioration des dégâts, vitesse de rechargement du bouclier ou amélioration du recul (alors que l'XP classique améliore des caractéristiques brutes). Par-dessus ça, l'Eridium (qui est rare, je le rappelle) vous permettra d'acheter de nouvelles compétences (spéciales), upgradables uniquement via ce procédé (comme l'augmentation de la taille de l'inventaire). Au rang des (autres) petites nouveautés, nous avons cette fois une mini-map en haut à droite (une vraie bonne idée !), la plupart des objets laissés à terre par nos victimes sont ramassées automatiquement (une autre grande idée !), les armes sont en très grand nombre et d'une originalité sans pareille, et il y a aussi des coffres où on pourra laisser divers objets (armures, armes…) façon Resident Evil. Quant au contenu, attendez-vous à réaliser des dizaines de missions et à rester des dizaines d'heures scotché(e) à votre jeu. Croyez-moi, avec Borderlands 2, on en a pour son pognon ! En clair la formule évolue peu mais suffisamment, et entre nous, c'était déjà tellement bon que cette suite atteint ici des sommets.


Techniquement,
Difficile de critiquer un gamelay toujours aussi bon et riche ! D'autant plus que les petites mises à jour sont le bienvenue
on se retrouve une nouvelle fois avec un gros cel-shading (très typé BD donc) et un Unreal Engine 3 maitrisé, mais par exempt de défauts. A part quelques ralentissements (surtout sur consoles), on remarque les bugs habituels du moteur d'Epic (quelques textures bien crades, des pop-up à gogo…) même s'il faut le reconnaitre, la distance d'affichage est impressionnante et l'aliasing se fait très discret. Le design reprend donc le coup de crayon si particulier du premier jeu, tout en étant très détaillé (ce n'est pas un cache-misère) et c'est même plus varié qu'autrefois. Désormais Gearbox a cherché à varier autant-que-faire-se-peut les décors et les ambiances, en tranchant de façon très nette avec le désert du premier opus. Je dirais même que certains panoramas sont vraiment très beaux, le nouveaux design des ennemis est bon, les nouveaux ennemis imposent, on apprécie même une synchro labiale potable la plupart du temps (on sent qu'un effort a été fait en ce sens), le cycle jour/nuit reste des plus agréable (et c'est encore trop rare, même dans les jeux actuels)… bref c'est du très bon boulot. Finalement on peut juste regretter un open-world sectionné en zones et non 100% ouvert (mais est-ce si important ?) et que le moteur physique soit sous-exploité. Rien n'est destructible et n'importe quel objet qui dépasse un peu trop de la route, stoppe net une voiture lancée à plein gaz. C'est un peu dommage car avec un tel niveau d'excellence graphique, il ne lui manquait plus que ça.


Enfin la partie
Les graphismes sont éblouissants : cel-shading très réussi, excellent design et bonne distance de vue...
son profite d'un doublage très correct (sauf le Dr Zed qui a changé de doubleur et dont le nouveau est nullissime en comparaison de l'ancien… la plupart des autres ont retrouvé leurs voix), voire même "plus plus" en ce qui concerne certains personnages comme le Beau Jack dont la folie transparait à chaque mot. D'ailleurs cet humour un peu disjoncté peut finir par agacer mais personnellement, j'adoré ça de bout en bout. Les bruitages déboitent encore une fois (peut-être un poil moins que dans le premier opus, mais c'est à peine perceptible), quant aux musiques, la qualité est toujours au rendez-vous. Si elles sont un tout petit peu moins percutantes et mélodieuses par endroit, globalement on retrouve les mêmes ambiances acoustiques avec ces alternances plus dynamiques lorsque l'action s'échauffe. En somme, il n'y a rien à signaler, une fois encore les développeurs ont fait du bon travail. Terminons en évoquant l'énorme contenu à télécharger en DLC. Il y a tout d'abord la série des Chasseur de Tête (5 packs au contenu souvent loufoque et de qualité, qui nous change de Pandore et ses terres arides), mais aussi et surtout du contenu solo/coop' prêt à vous accrocher quelques heures de plus à votre jeu favori. On retrouve donc du bon (La Chasse au Gros Gibier de Sir Hammerlock, Le Carnage Sanglant de Mr Torgue) et du très bon (Le Capitaine Scarlett et son Butin de Pirate, Tiny Tina's Assault on Dragon Keep) prouvant que le développeur ne se moque pas de ses fans et nous propose des DLCs qui valent leur argent… même si comme toujours, on peut critiquer une grille tarifaire un peu abusive. Reste qu'une fois le jeu principal fini, on peut continuer à s'éclater un paquet d'heures de plus.



Borderlands 2 Note
est clairement l'aboutissement d'une licence qu'on rêvait de voir se bonifier. Certes le premier épisode est un jeu génial mais il a quelques défauts comme la redondance de ses missions et de ses décors, ou encore une scénarisation qui manquait cruellement de profondeur. Et bien justement, avec cette suite directe, Gearbox a exaucé nos vœux, et nous propose un titre plus poussé et encore plus jouissif. Tout y est de meilleure qualité à commencer par une narration plus étoffée (même si encore une fois, ça manque un peu d'épaisseur), ensuite c'est toujours aussi fun à jouer, que ce soit seul comme en coop' jusqu'à 4. Les graphismes sont plus fins, plus détaillés, les décors sont plus variés, le contenu est une nouvelle fois énorme offrant ainsi une durée de vie plus qu'honorable, même en ligne droite. Ajoutons à ça un humour acide et particulièrement bien écris, des contenus annexes (DLCs) de qualité et un gameplay toujours aussi excellent. En conclusion Borderlands 2 c'est Borderlands en "version ++", une savoureuse recette que les développeurs nous livrent avec beaucoup de talent. Même s'ils ne sont visiblement pas pressés de nous offrir un véritable 3e opus, il me tarde déjà de m'essayer à une suite qui sera, à coup sûr, l'un des blockbusters de la 8e génération. En attendant, ce 2e volet est un incontournable…



Les -

  • Ça manque un peu de cohérence : obéir à un oracle les yeux fermés, alors quelle n'ouvre même pas la bouche, c'est louche
  • Une narration encore un peu légère...
  • Les +

  • Un gameplay toujours aussi parfait
  • Le Beau Jack et sa folie douce
  • Techniquement très réussi
  • ... mais en nette hausse
  • L'humour évidemment
  • Grosse durée de vie

  • Test réalisé par iiYama

    mai 2014