Bodycount (X360 / PS3)

 






 


Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : septembre 2011
Développeur : Codemasters (Guildford Studio)
Editeur : Codemasters
Genre : FPS

Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Support : 1 DVD (X360) / 1 Blu-Ray (PS3)
Espace disque nécessaire : 1Mo (X360) / 3Mo (PS3)
Moteur graphique : EGO Engine
Définitions HD (consoles) : 720p/1080p (X360) - 720p (PS3)

Difficulté :
Compatible Kinect (X360) : non
Compatible Move (PS3) : non
Compatible 3D : non
Multi-joueurs : 12 joueurs online
Prix au lancement : 50€



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Bodycount








Savez-vous
La jouabilité est vraiment lourde... en plus d'être imprécise. On croit rêver :(
ce qu'est un "body count" ? Et bien c'est le nombre de fois où un film met en scène la mort (cadavres à l'écran), et dont on fait le décompte pour quantifier la violence du long-métrage. Dans Bodycount (le jeu), l'idée est un peu la même. Fils spirituel de Black (le jeu est développé par la même équipe, qui était autrefois chez Criterion, d'ailleurs c'en est la soit-disant "suite spirituelle"), Bodycount est un FPS ultra bourrin dont la prise en mains est étonnamment lourde. Au bout d'un moment j'ai compris pourquoi : simplement parce que les développeurs n'ont pas implantés la fameuse "accélération" de la vue qui consiste à accélérer le mouvement, si le joueur tient une direction. Finalement ce qui semble acquis pour 99% des FPS actuels, ne l'est pas pour Codemasters. Résultat la maniabilité est bizarre, lourde de tout son poids et se permet même d'être imprécise. Un comble ! Classique jusqu'à l'os, on dessoude tout ce qui arrive sur nous, mue par une intelligence artificielle qui n'a d'intelligence que le nom, avec tout de même quelques petites particularités. Poser des mines (pratique pour les boss), se doper à l'adrénaline, utiliser des balles explosives, demander une frappe aérienne ou encore utiliser une arme à impulsion. Ça varie les tueries et nous sort de quelques passages un poil plus difficiles (bien que le jeu ne le soit pas dans sa globalité). On apprécie également que le décor soit légèrement destructible (ce qui fait qu'une mise à couvert peut être compromise), que certaines maps sont "un peu" ouvertes (ça évite les couloirs où on va droit devant) ou encore que les bastons sont étonnamment nerveuses. Non le 2e vrai problème du titre, ce sont les graphismes : beaucoup d'aliasing, des couleurs ternes, des contours étrangement prononcés… alors si c'est vrai que certains passages sortent du lot, dans l'ensemble c'est assez décevant. On a vu l'EGO Engine plus en forme (dans Colin McRae : DIRT 2 par exemple).


Et puis
Même si certains passages restent sympas, globalement le jeu ne brille pas pour sa réalisation
l'ambiance y est bizarre. Chaque ennemi tué libère des icônes bien hi-tech aux couleurs pétardes, qui sont comme magnétisés lorsqu'on s'approche. Si on ajoute à ça un scoring de plus en plus présent (et de plus en plus chiant !) et le fait qu'on entend aussi des bruitages liés, très Arcade, on finit par se demander où on est tombé. Pour entériner le tout, quelques musiques Electro donnent bien le change mais c'est rare, la plupart du temps nous avons des sonorités hydrauliques complètement hors de propos. Autre point discutable, le doublage français est sans plus et les bruitages manquent parfois de punch. Le fusil à pompe ou les explosions déboulonnent bien mais par exemple la mitrailleuse est totalement essoufflée. Enfin, on retiendra 2 derniers gros défauts à ce Bodycount : tout d'abord la mise en scène est un peu à l'ouest et surtout, le fond du scénario est minable à souhait. Le moindre FPS, si bourrin soit-il, essaie toujours de nous proposer le minimum syndical, une justification à la boucherie. Ici, les raisons sont complètement bidons (on tue les têtes pensantes des cartels pour éviter qu'ils se fassent la guerre…) et ne s'auto-justifient même pas. Enfin, le multi est sans grand intérêt (il ne boutera jamais dehors les Call of Duty et autre Battlefield sur leur propres terrains) et le jeu solo est très court. Comptez moins de 5 heures ! On croit rêver ! Dire qu'à l'époque de Call of Duty 4 tout le monde à crier au scandale parce que la durée de vie n'excédait pas les 7 heures (mais le multi était énorme), ici le ratio prix/temps est le même mais ça reste une arnaque lorsqu'on scrute le fond du jeu. Car oui, Bodycount a au moins le bon gout d'être vendu 50€ au lieu des habituels 70, mais ça ne change rien au problème. Donc si vous voulez un bon conseil (après tout vous êtes là pour ça), dirigez-vous vers votre revendeur préféré pour vous payer... autre chose !



Même Note
si on lui a trouvé plein de défauts, finalement F.E.A.R 3 (sorti à peu près à la même période) est bien meilleur que ce Bodycount. Et puis ce jeu se permet de voir le jour à un moment qui n'est pas très opportun : quand on sait que Battlefield 3 et Call of Duty : Modern Warfare 3 arrivent à grands pas, lorsqu'on propose un titre aussi mal conçu, on se fait discret. En effet avec son design bizarre, ses graphismes datés, sa prise en mains moyenne et son scénario complétement bidon... difficile de porter Bodycount en son coeur. Codemasters sait faire de bons jeux de courses ? Alors ils devraient s'en tenir à ça...



Test réalisé par iiYama

octobre 2011