Bioshock 2 : L'Antre de Minerve (PC/X360/PS3)

 








Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu (consoles) : août 2010
Sortie du jeu (PC) : mai 2011
Développeur : Irrational Games
Editeur : 2K Games
Genre : FPS

Version testée : Française
Version logicielle : 1.0
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Support : DLC en téléchargement uniquement (nécessite Bioshock 2)
Espace disque nécessaire : 1Go (X360) / 1.6Go (PS3)
Moteur graphique : Unreal Engine 2.5 modifié
Définitions HD max (consoles) : 1080p
Compatible 3D (consoles) : non

Difficulté :
Compatible Kinect (X360) : non
Compatible Move (PS3) : non
Multi-joueurs : non
Titre alternatif : Bioshock 2 : Minerva's Den (US)
Prix au lancement : 10€ / 800pts


Configuration recommandée (PC) :
CPU : Dual Core 2.2Ghz
RAM : 2Go
VIDEO : avec 512Mo de VRAM (GeForce 8800GT / Radeon HD4830)

Configuration de test (PC) :
CPU : Intel Core i5 750
RAM : 2Go DDR3 1600
VIDEO : GeForce GTX260+ avec 896Mo de VRam
OS : Windows 7 (64bits)
Résolution testée : 1680x1050 (16:10)
Niveau de détails :


Bioshock 2 est disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)


Bioshock 2

L'Antre de Minerve



Bioshock 2
L'Antre de Minerve nous fait découvrir une zone de Rapture, jusque-là inconnue
est une magnifique suite à un premier opus qui aura marqué les esprits. Certains ont boudés ce titre, ne lui trouvant que les facettes vite développées du pur produit markéting, victime qui plus est du syndrome de la version 1.5. Pourtant, ceux qui comme moi ont appréciés Bioshock, ne pouvaient qu'aimer cette suite qui nous faisait replonger dans l'enfer de cette ville sous-marine et hypnotisante. Je vais même vous dire mieux, je crois même préférer le 2 pour ce qu'il apporte à une formule déjà bien rôdée (même si mon objectivité m'a fait écrire le contraire). Non ne criez pas au scandale, après tout à chacun ses choix et ses gouts, disons que j'ai apprécié d'avoir une narration mieux exploitée, de nouvelles facettes de l'aventure (comme les balades sous-marines ou la protection des Petites Sœurs) ainsi que de nouvelles armes et même, un point final à cette utopie créée par Andrew Ryan. Non vraiment, Bioshock 2 reste pour moi un excellent jeu, à la fois une continuité et une conclusion des aventures encourues dans Rapture. Si le premier jeu n'a eu de véritable contenu additionnel, Bioshock 2 aura au contraire profité de quelques ajouts, notamment pour agrémenter son mode multi-joueurs. Mais vous le savez déjà, chez nous on se fout un peu du multi, et on se concentre surtout sur les modes solos et narratifs. Les DLCs étant devenus très à la mode ces dernières années, il est presque naturel de voir notre bien-aimé Bioshock 2 s'agrémenter d'un contenu pour le moins intéressant. Souvent vendu en bundle avec le DLC Protector's Trials (où on doit défendre des Petites Sœurs face à des hordes d'ennemis qui en veulent à leur Adam, tout au long de 6 maps inspirées du jeu principal), de son côté L'Antre de Minerve est un contenu essentiellement narratif. 1968, au moment même où le Protecteur Delta va se réveiller dans Bioshock 2, nous on incarne cette fois le Protecteur Sigma. Ce Big Daddy de la série Alpha, va devoir accomplir tout un tas de missions, au bon vouloir de Charles Milton Porter (qu'on ne connaissait pas jusqu'ici). Pourquoi lui obéit-on aussi aveuglément… seule la fin vous donnera cette réponse. Pour situer cette aventure parallèle, elle se termine au moment où Brigid Tenenbaum trouve un moyen de quitter Rapture. Souvenez-vous, dans l'épisode 2 on la voit accompagnées de Petites Sœurs, prête à partir. Elle nous fait ses adieux et nous souhaite bonne chance pour retrouver Eleanor. Et bien ce moment-là correspond à la fin de L'Antre de Minerve.


Maintenant que
Il est évident qu'on retrouve toutes les qualités, mais aussi tous les défauts de Bioshock 2 puisqu'un DLC ne fait que se "greffer" sur l'architecture du jeu principal
vous resituez bien le contexte chronologique, dans ce DLC nous allons parcourir les entrailles de Minerve, un secteur de Rapture jusque-là inconnu. Minerve est un peu le coin hi-tech, là où sont concentrés tous les ordinateurs de la ville. Et au dessus de toute ces machines trône "Le Penseur" (The Thinker en VO), un supercalculateur que Reed Wahl (l'antagoniste du jour) s'est approprié au dépend de Charles Milton, alors que les 2 hommes étaient associés. Voilà pourquoi notre interlocuteur veut remettre la main dessus, et fuir cette ville de fous. Niveau scénarisation, la formule ne change évidemment pas. On retrouve ces messages audio et ses dialogues qui font avancer l'histoire, plus quelques très rares cut-scènes. Sigma ne parle pas, comme d'habitude, et l'écriture est vraiment sympathique pour un DLC. Je vais même vous dire mieux, si on se doute du tenant et de l'aboutissant, l'épilogue est malgré tout surprenant et très émouvant. Une belle surprise. Maintenant que les choses soient claires, aucun DLC ne règlent les problèmes inhérent d'un jeu. C'est un contenu additionnel qui se greffe sur les mécaniques et la construction du titre, parfois qui réutilise les mêmes textures voir même, les décors du jeu de base. Ainsi ne vous étonnez pas d'avoir des loadings toujours aussi longs, des bruitages toujours aussi pourris pour certaines armes, la même jouabilité et le même gameplay (qui sont excellents !) ainsi que les mêmes défauts. Le pire défaut d'entre tous, ce sont ces textures très en retard à l'affichage. Ce qu'on peut comprendre lorsque les données arrivent d'un lecteur optique un peu lent, est inadmissible lorsque le jeu est installé sur disque dur (forcément), d'autant plus que ce phénomène m'a semblé encore plus prononcé que dans l'aventure de base. Maintenant il n'y a pas que des défauts puisque les qualités de Bioshock 2 répondent toujours présentes. On retrouve bien entendu les Petites Sœurs qu'il faut préserver pendant "leur moisson", les upgrades via des Fortifiants Génétiques, les Plasmides (ces improbables pouvoirs pseudo-génétiques), ainsi que des maps toujours aussi ouvertes.


Il faut le dire,
La nouvelle arme est clairemment dispensable, cependant l'histoire, l'ambiance hi-tech et un excellent doublage sont de vrais plus
en ligne droite, ce DLC peut se boucler en 2 heures mais les fans, les vrais, ceux qui chinent le moindre recoin et surtout cherchent à découvrir des pans entiers de niveau qu'il n'est pas obligatoire de traverser, ceux-là (et moi le premier !) mettront plus de 5 heures pour en faire le tour. Une belle durée de vie qui justifie les 10€ à investir. Maintenant nous avons aussi quelques nouveautés. Minerve étant la division haute-technologie de la ville sous-marine, on y trouvera des robots de nettoyage (en les détruisant, on ramasse les bonus qu'ils ont trouvés), un nouveau Monsieur P (le Lancier) qui utilise la nouvelle arme du jeu : le fusil laser. Cette arme pose un sérieux soucis de visée car son rayon est vraiment fin, et avec les munitions de base, sa puissance n'est pas très élevée. Par contre avec les munitions incendiaires, c'est déjà mieux. Autre détail, on trouvera aussi quelques larves d'ADAM prisonnières de bocaux (à vous de vous servir) et une montée en puissance forcément plus rapide que dans Bioshock 2. Normal il faut atteindre le niveau max en 5 heures, au lieu de 15 heures. Ainsi les bornes "Le Pouvoir au Peuple" (vous savez, les bornes où on upgrade ses armes) n'existent plus, on trouvera directement des armes boostées. Après c'est sûr, ça reste du Bioshock 2. Au niveau du design par contre, on aura de nouveaux décors chargés de cette technologie vétuste qu'on pensait pourtant avant-gardiste à l'époque. En voyant tout ça, on ne peut que se dire que les premiers pas de l'Homme sur Lune (en 1969) ne sont qu'une vaste fumisterie, car en y pensant, dans les années 60/70 les ordinateurs étaient à peine plus puissants que des calculatrices. Je suis hors-sujet, je sais donc revenons à nos moutons. Le design est fort de cette architecture propre aux jeux Bioshock, avec en plus cette ambiance retro-futuriste chargée de silicium. Si bien sûr on retrouve les traits particuliers de Rapture, je peux vous dire que l'Antre de Minerve change un peu du quotidien. Terminons par la partie sonore qui profite des mêmes ambiances musicales et des mêmes bruitages. Quant au doublage, on appréciera de voir que pour la 3e fois Andrew Ryan et Tenenbaum ont reçus les mêmes doubleurs. Cette continuité fait bien plaisir et en français s'il vous plait ! Enfin sachez que Charles Milton de son côté, a profité de la voix de Benoît Allemane, la voix officielle de Morgan Freeman. Autant dire qu'une fois encore le travail voxographique est admirable, car bien des jeux n'atteignent pas ce niveau d'excellence.



Bioshock 2 : Note
l'Antre de Minerve touche le haut du panier en terme de DLC narratif. Il apporte quelques détails sur Rapture, son fonctionnement et la gangrène qui l'a menée jusqu'à sa chute. Avec un scénario bien écrit, pas mal de dialogues (contrairement à ce qu'on pourrait penser) et un jeu fort d'un design toujours aussi séduisant, agrémenté en plus d'originalités, il justifie ainsi son prix puisque la durée de vie y est tout à fait correcte si on prend la peine de fouiller les lieux. Maintenant c'est sûr, si bon soit-il ça reste un simple DLC. Aucun défaut du jeu original n'a été corrigé (comme les bruitages, les loadings ou les pop-ups des textures) et les nouveautés sont maigres. Normal, me diront certains mais il faut toujours remettre les idées en place à ceux qui n'ont pas encore compris le "concept" même du DLC. Personnellement, avant d'attaquer le test de Bioshock Infinite, dernier (supposé) épisode de la série, j'ai voulu prolonger l'expérience Bioshock 2 et l'Antre de Minerve m'a offert une superbe aventure solo, d'une qualité et d'une narration équivalent aux meilleures prestations du contenu additionnel de Mass Effect 2. Ainsi même si je ne prône pas cette prolifération des DLCs, je dois reconnaitre que pour du contenu tel que celui-ci, je vote pour.



Les -

  • Tous les mauvais côtés de Bioshock 2 répondent présent : loading, pop-up, bruitages...
  • Les +

  • Tous les bons côtés de Bioshock 2 répondent présent : ambiance, gameplay, fun...
  • Doublage d'excellente qualité
  • Une histoire vraiment sympa
  • Une bonne durée de vie

  • Test réalisé par iiYama

    juillet 2013