Avatar : The Game (X360/PS3/PC)

 





Cliquez pour agrandir

   


Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : décembre 2009
Développeur : Ubisoft Montréal
Editeur : Ubisoft
Genre : TPS / action

Version testée : Française
Version logicielle : 1.0
Doublage : FR
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Support : 1 DVD (X360-PC) / 1 Blu-Ray (PS3)
Espace disque nécessaire : 4Go (PC) / 1Mo (X360) / 2.6Go (PS3)
Moteur graphique : Dunia Engine
Moteur physique : Havok
Définitions HD max (consoles) : 1080p (X360) - 720p (PS3)
Compatible 3D (consoles) : oui

Difficulté :
Compatible Kinect (X360) : non
Compatible Move (PS3) : non
Multi-joueurs : 16 joueurs online
Prix au lancement : 50€ (PC) / 70€ (consoles)
Score des ventes : 3.4 Millions (tous supports)


Configuration recommandée (PC) :
CPU : 2Ghz
RAM : 1Go
VIDEO : avec 256Mo de VRAM


Aussi disponible sur :




 


Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)


James Cameron's

Avatar

The Game



Je suis sûr
Le jeu propose 2 aventures distinctes mais le scénario ne vole malheureusement pas bien haut
que tout le monde se souvient encore du film Avatar, cet énorme blockbuster Hollywoodien qui a remis la couronne de roi à son réalisateur : James Cameron (connu pour Aliens 2, Titanic, Abyss, True Lies, Terminator 2 et j'en passe). Dans le film, on découvrait Pandora, la planète originelle des Na'vis, un peuple pacifique qui vit en symbiose avec la nature. Proche de la Terre dans son écosystème, Pandora est une manne pour l'être humain qui débarque avec ses gros pieds, qui conquiert une planète qui n'est pas la sienne, tout ça dans le but d'extraire un minerai rare : le Unobtainium. Afin de concilier les 2 peuples, les humains créer des "avatars", des clones créés génétiquement et proches physiquement des Na'vis (des corps fait de chairs et de sang contrôlés à distance). Seulement voilà, le plus grand gisement d'Unobtainium se trouve sous les racines d'Eywa (l'Arbre Maison), qui n'est autre que le lieu sain du clan Omaticaya. C'est bon tout le monde remet ? Dans tous les cas Avatar aura été un succès planétaire, le tout premier film à rapporter plus de 2 milliards de $ au box-office, ainsi que le premier à réellement imposer cette saleté de 3D au cinéma. Mais siiii... vous savez, cette cochonnerie de 3D que les exploitants se régalent de nous faire payer 2€ de plus par entrée, le tout pour porter des lunettes soit trop lourdes soit inefficaces, pour un résultat dégueulasse puisque l'image est très assombrie et trop souvent floue. Bref que du bonheur (surtout sur ce film, qui dure presque 3h !) et comme je le dis souvent, la 3D ne sert strictement à rien (à part te donner mal au crâne !) car qu'il soit "normal" ou en "relief", le film reste exactement le même (je n'aime pas la 3D, ça se sent tant que ça ? ^_^ ). Sorti en décembre 2009 au cinéma, qui dit film à gros budget, dit forcément jeux vidéo. Sorti 2 semaines avant le long-métrage, Avatar : The Game nous propose de retrouver le charme et les dangers de Pandora, dans une préquelle qui n'aura finalement que peu de liens avec l'histoire de Jake Sully (le héros du film). Le jeu Avatar nous propose, comme dans l'œuvre de James Cameron, de participer au conflit qui oppose les Humains de la RDA (une compagnie privée) aux Na'vis, l'affrontement de la technologie et de la nature. Il est d'ailleurs appréciable de voir en Avatar une auto-critique des colons Européens qui ont envahi l'Amérique. Ces enfoirés ont débarqués, se sont attribués les terres encore vierges de ce continent tout juste découvert, au détriment des amérindiens, qu'ils ont tués et dépossédés. Et dire que le monde adule l'Amérique, ce pays qui s'est construit dans le sang, par le quasi génocide d'un peuple qui n'avait rien demandé. Personnellement, lorsque je regarde le film Avatar, je vois bien sûr une fiction mais aussi un recommencement, tout ça parce que l'être humain est foncièrement mauvais et conquérant. Mais revenons-en au jeu voulez-vous...


L'histoire
On subit quelques problèmes de jouabilité (surtout avec les ikrans) et de framerate, dans un jeu TPS/action finalement pas très original
nous raconte le débarquement de Ryder sur Pandora (un personnage au choix parmi 12 femmes et 12 hommes) et qui dans un premier temps, servira la cause de la RDA. Mais relativement vite dans l'aventure, on aura un choix à faire, un camp à choisir : soit servir définitivement la RDA, soit rejoindre les Na'vis. Si vous choisissez les humains et la RDA, votre mission sera de trouver l'Arbre des Ames, afin de déconnecter le lien entre les Na'vis et Eywa, ce qui les démoralisera et leur fera abandonner le combat. Si vous choisissez le clan des Na'vis, de la même manière vous devrez trouver l'Arbre des Ames, mais cette fois dans le but de protéger Eywa contre les humains, ainsi que de demander son aide. Une fois votre camp choisi, impossible de revenir en arrière, par contre c'est un excellent prétexte pour faire le jeu 2 fois. Malheureusement on accomplira beaucoup de missions sans intérêt, l'histoire se résume aux quelques lignes écrites ci-dessus et donc, vous ne saurez rien de plus sur cet univers fascinant et vous n'aurez pas non plus une super histoire, au moins aussi épique celle du film. S'ajoutent à ça un doublage déplorable et une mise en scène vraiment moche ! Les modélisations sont vilaines, peu détaillées et les animations sont souvent robotisées. Même Sigourney Weaver semble avoir morflé lors de la transposition ! La seule compensation, c'est que nous avons les journaux audio de notre personnage et des fiches très détaillées sur l'univers d'Avatar : les plantes, les animaux, les armes, les planètes, les personnages, les coutumes… vous saurez tout. Pour ce qui est du gameplay, nous sommes en présence d'un TPS lambda. En tant qu'humain, on porte 4 armes, on a quelques gadgets assez utiles, on contrôle des tourelles, des hélicos de combats… mais au final, il n'y a absolument rien d'innovant, ni de bien excitant. En contrôlant un Na'vi, au départ on se retrouve avec un peu le même gameplay (à base d'arme à feu), puis une fois qu'on rejoint le clan des "frères bleus" (des Schtroumpfs ?), on sera armé d'armes blanches et d'un arc. Ainsi le jeu devient légèrement plus subtil mais pas de quoi crier au génie pour autant. La moindre action rapporte de l'XP : détruire des plantes, tuer des ennemis ou réaliser des missions, vous fera monter en niveau. Il vous sera alors possible de débloquer des armes, de nouvelles armures, ainsi que d'améliorer vos compétences. Par contre, on sent bien qu'Ubisoft s'est déjà bien fait la main sur Far Cry puisqu'on pourra prendre n'importe quel véhicule disponible, tous issus du film. Des buggys, des hélicos, des Mechas et des bombardiers pour les humains, puis des equidius (chevaux à 6 pattes) et des ikrans (sorte de dragon/lézard volant) du côté Na'vis.


La durée
Si les modélisations et les animations sont simplement ratées, difficile de ne pas saluer la qualité des décors !
est d'environ 12 heures (en réalité 6 heures pour chaque histoire), on dispose ensuite de missions facultatives (le mode "conquête" un mini-jeu type wargame) et d'un multi-joueurs expédié, qui peut être rigolo un après-midi au plus. D'ailleurs, je regrette vraiment que la jouabilité ne soit pas meilleure. Très imprécise, la prise en mains manque cruellement de souplesse et pour viser un animal aussi nerveux et véloce que les loup-vipères, on n'a pas fini de galérer. Le summum étant de contrôler un ikran, qui de son côté, est catastrophique ! Terminons de parler du gameplay par le fait que des 2 côtés, nous aurons des "pouvoirs" et des gadgets. Côté humain on peut activer un répulsif à bestioles ou remonter sa santé, côté Na'vi on peut carrément devenir invisible à la façon d'un Predator. Etrange comme "faculté", car si ça sert à s'infiltrer en douceur, ça n'a par contre jamais été vu dans le film (sans parler de ce côté trop hi-tech et éloigné de la technologie primitive des Omaticayas). Techniquement, le jeu fonctionne sous Dunia Engine, le moteur maison d'Ubisoft qui servait déjà sur Far Cry 2. Je ne reviens pas sur la qualité (médiocre) des modélisations, et j'ajouterai que la faune locale n'est pas mieux lotie. Par contre les décors sont superbes ! Encore une fois, on sent qu'Ubisoft a de l'expérience en matière de végétation depuis Far Cry, car si le jeu n'est pas le plus beau titre de l'année 2009, il est indéniable que les décors sont une belle réussite. Dommage par contre que les versions consoles subissent de nombreuses saccades, ce que le PC nous évite avec bonheur. Comme dans le film, le jeu est compatible avec la 3D et se veut même très riche sur le sujet puisqu'il est compatible avec toutes les normes existantes à sa sortie. Enfin la partie sonore profite des compositions honnêtes de Chance Thomas (qui officie beaucoup dans le jeu vidéo mais qui n'a jamais rien fait de remarquable), ainsi que de bruitages tout à fait corrects. Quant au doublage, on retrouve des voix connues du métier, habituellement de bons doubleurs. Vous l'aurez sans doute compris, dans Avatar le doublage (en français) est assez miteux, le charme et le charisme tombent vite à l'eau, sans parler du stéréotype des élocutions.



Avatar : The Game Note
est une exception. En effet, qui dit film à très grand budget, dit forcément jeu vidéo et bien souvent nous recevons des jeux absolument effroyables qualitativement parlant, des productions faites à l'arrache visant uniquement à "occuper le secteur" et à se faire du fric sur le dos d'une licence porteuse (TransFormers, Aliens, Conan, Top Gun et j'en passe). Or il serait incorrect de mettre Avatar dans le même panier de crabes que les autres. En effet nous avons une double-histoire sympathique (bien que l'écriture n'aille vraiment pas assez loin), sur fond d'un TPS tout à fait correct, avec de somptueux décors, des véhicules à piloter, une bonne durée de vie, des missions annexes originales (wargame)… non vraiment, on sent qu'Ubisoft a fait de son mieux. Cependant il semblerait que ses bonnes intentions ne suffisent pas à en faire un bon jeu. Est-ce que le studio de développement a manqué de temps pour peaufiner son software ? C'est bien possible car très vite on cerne les limitations du titre : les modélisations sont moches, trop peu détaillées, les animations ne sont pas assez travaillées, le doublage est bof-bof, la jouabilité est imprécise voire chaotique selon le "véhicule" et on réalisera diverses missions qui n'ont strictement aucun intérêt. Difficile dans ces conditions d'être immergé dans l'univers créé par James Cameron, et de trouver ça fun. Malgré tout, si on pouvait craindre le pire, Avatar reste un petit jeu d'action sympatoche qui, si vous aimez le film, peut se parcourir aisément. Maintenant si vous êtes friand(e) de gros blockbusters et de AAA suintant la perfection, c'est sûr, vous risquez de vous ennuyer.



Les -

  • Très basique comme TPS en fait
  • Jouabilité loin d'être au top
  • Petit soucis de framerate
  • Un doublage déplorable
  • Modélisations bâclées
  • Les +

  • 2 aventures pour une durée de vie très correcte
  • Map vaste et ouverte
  • Décors somptueux
  • Quêtes annexes
  • Les véhicules

  • Test réalisé par iiYama

    janvier 2014